Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

1re partie. Les enjeux de l'Atlantique et de la Manche

Les relations entre les résistances intérieure et extérieure françaises vues à travers le prisme des archives du BCRA (1940-1942)

Laurent Douzou et Dominique Veillon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Notre projet de traiter des relations initiales entre les résistances intérieure et extérieure françaises vues au travers du prisme du BCRA est né d'un constat de fond et d'une conjoncture particulière.

  • 1 Cf. Nora (Pierre), « Gaullistes et communistes », Les lieux de mémoire, III., Les France, 1. Confl (...)

2Le constat : en dépit du fait que la Résistance ait abondamment et précocement retenu l'attention des historiens depuis cinquante ans, aucune étude prenant en compte de manière dynamique les deux faces de la Résistance française n'a encore vu le jour. Les historiens ont été — et demeurent dans une large mesure - spécialistes de l'une ou de l'autre, selon leurs inclinations, leur passé résistant quelquefois, ou le hasard qui les a poussés vers l'une ou l'autre. Compréhensible quand il s'agit des mémorialistes, cette dichotomie s'explique assez bien également pour les travaux scientifiques. Longtemps, on a par la force des choses surtout privilégié les sources orales, de plus en plus souvent étayées au fil du temps par des pièces d'archives intéressantes mais unilatérales et incomplètes. D'où une propension à ne voir l'histoire complexe, chargée de passions et d'enjeux de la Résistance française, que d'un seul point de vue. La situation s'est encore compliquée d'une distorsion introduite dans l'étude de la Résistance intérieure par la connivence conflictuelle de deux mémoires hégémoniques, celle des gaullistes et celle des communistes1. Cet ordonnancement ne saurait être aujourd'hui plus longtemps de mise pour une foule de raisons. On se contentera ici de n'en mentionner qu'une qui tient de prime abord à un effet de conjoncture.

3La conjoncture : c'est l'ouverture du fonds du BCRA sur lequel s'appuie notre communication. Ces archives sont à vrai dire d'appellation plutôt trompeuse. Elles sont fort loin, en effet, de ne renfermer que des papiers issus du BCRA. On y trouve aussi quantité de pièces émanant de résistants isolés ou de groupes de résistance travaillant en France. L'ensemble permet de mieux analyser la nature des relations à l'œuvre, d'en repérer les points de blocage et les difficultés. Ainsi peut-on espérer rompre avec une présentation des faits trop réductrice, voire manichéenne. Ce qui revient à dire que l'ouverture de ces archives n'est peut-être pas due à un pur effet de conjoncture. Tant du point de vue de ce qu'on appelle les « autorités versantes » que de celui des historiens, un travail de deuil, fait de distanciation, ce qui n'est pas synonyme d'indifférence, s'opère. Il peut générer une nouvelle vision d'un domaine apparemment bien balisé.

4Analyser les relations entre les deux versants de la Résistance au travers des archives du BCRA, c'est tenter de voir, à l'aide de documents nombreux et divers comment le service de renseignements de la France Libre s'infiltra en France à la recherche de bonnes volontés, à la fois pour recueillir des données sur la situation et pour y mener une action. C'est se pencher sur la façon et sur les circonstances dans lesquelles se fit le contact entre la mouvance résistante métropolitaine encore balbutiante et les agents du BCRA et du commissariat à l'Intérieur. C'est essayer de caractériser la nature et l'évolution de relations souvent brouillées par des interférences avec les services de renseignements anglais. C'est enfin prendre la mesure des atermoiements et des jugements sans complaisance que chacune des deux entités porta sur l'autre.

1940-1941 : deux mondes en gestation

5Après le traumatisme de la défaite, tandis que des Français se groupent en Angleterre autour du général de Gaulle, dans une France dominée par l'occupation et le gouvernement de Vichy, une résistance sort péniblement des limbes. Tout sépare ces deux mondes clos en formation : la géographie, le contexte politique, les possibilités matérielles, les hommes, les méthodes. Alors que dès le départ, à Londres, le général de Gaulle se considère comme dépositaire de la souveraineté française et reçoit l'appui financier des Anglais, les premiers opposants en France sont isolés et n'ont aucun moyen à leur disposition.

  • 2 « À l'origine, l'action des FFL en France a été d'ordre essentiellement militaire (renseignements, (...)

6Dès juillet 1940, un jeune polytechnicien de 29 ans, le capitaine Dewavrin-Passy, est placé à la tête d'un Deuxième Bureau chargé des renseignements2 qu'il doit constituer de toutes pièces. Il est vital pour la France Libre de connaître ce qui se passe en France occupée et de prendre contact avec les premiers groupes d'opposants. Les renseignements recueillis en France occupée sont « la seule monnaie d'échange que le chef de la France Libre puisse proposer aux Anglais » en contrepartie de leur soutien. L'envoi de missions sur place est un impératif catégorique.

  • 3 « Comme je l'avais prévu, dès le printemps de 1941, nos réseaux de renseignements commencèrent à n (...)
  • 4 BCRA, 3AG2/ 332, parvenue par rapport, date information, septembre, octobre, novembre 1941, date r (...)
  • 5 Dépendant du colonel Groussard.
  • 6 BCRA, 3AG2/ 333, Source Pierre, n° 51p, Londres, 3 mars 1942, situation de la zone non occupée, No (...)
  • 7 « Il y a un an, les bonnes volontés étaient nombreuses : des groupes se sont formés et ont attendu (...)
  • 8 « Tout ce que nous pouvons faire contre les Allemands et pour le pays est entrepris : tracts distr (...)
  • 9 Courrier du 28 avril 1941, 3AG2/ 333, BCRA.
  • 10 Archives nationales (AN), BCRA, 3AG2/ 333, FFL, EMP du général de Gaulle, Londres, le 17 septembre (...)

7Outre les premiers agents dépendant du Deuxième Bureau, acheminés en France qui côtoient de petits groupes d'opposants et en rendent compte à leurs supérieurs3 dans le cadre de leurs fonctions, le BCRA reçoit une poussière d'informations provenant de « sources diverses ». En premier lieu, des « rapports » qui sont davantage le fruit d'observations sur le terrain que de contacts réels avec les résistants ; ces rapports signent la difficulté qu'il y a à établir des liens et prouvent aussi que le BCRA ne néglige aucune possibilité de se renseigner. « Nos partisans se rencontrent dans toutes les classes de la société. [...] Il faut faire une distinction entre ceux qui sont avec nous par les sentiments mais qui ne feraient rien pour nous aider matériellement et ceux qui risqueraient leur vie à la première occasion. La Bretagne est de beaucoup notre principal point d'appui et l'attitude des Bretons est d'un grand réconfort pour ceux qui sont retournés en France après une longue absence », explique un observateur4. À plusieurs reprises, le BCRA reçoit des informations de qualité venues par le canal de Pierre (Stanislas Mangin), à la tête d'un réseau de renseignements5. Ce dernier insiste sur les difficultés de liaison entre ce qu'il nomme « la France souffrante et militante »6 et signale l'existence de groupes nombreux qui se sont formés dès l'armistice mais qui, faute d'un contact avec « le gaullisme », se sont tournés vers l'Intelligence Service7. À cet éclairage s'ajoutent les interrogatoires des personnes gagnant Londres, divers courriers, des lettres, venus de France et dépouillés par le BCRA qui répercutent des renseignements sur la gestation de la Résistance. Beaucoup de ces missives donnent des indications éparses et mettent leur souhait dans le gaullisme8. « Le général de Gaulle est pour nous les Français qui ne pensons qu'à délivrer la France du joug de l'oppresseur barbare et criminel, l'organisateur hautement qualifié de cette délivrance. Il incarne à nos yeux le véritable esprit patriotique foncièrement français, celui qui ne pense qu'à restaurer l'intégrité, la souveraineté et la grandeur de notre cher pays. »9 À l'exemple du noyau précurseur de France-Liberté qui, en février 1941, mentionne les multiples petits cercles existant à Lyon et qui se termine par un vibrant hommage au général de Gaulle. À l'opposé se situent les déclarations de ce maréchal des logis ayant quitté la France dans l'été 1941 confiant aux services de la France Libre que « s'est créé un grand nombre d'associations [...]. Or ces organisations ont l'impression de tomber dans le vide car d'une part elles n'ont pour ainsi dire aucun lien avec de Gaulle et d'autre part aucun moyen de correspondance. [...]. Ce manque de contacts provoque un grand désappointement car on a l'impression que de Gaulle se désintéresse de la situation. »10

  • 11 « Baudoin qui nous avait prouvé de plusieurs façons qu'il appartenait bien aux FFL ne nous paraiss (...)
  • 12 Idem.

8Le premier agent, Baudoin (Jean Forman), à prendre fortuitement langue avec un mouvement de zone sud en gestation — Liberté en l'occurrence - ne le fait qu'à l'été de 1941. La déclaration de Pierre-Henri Teitgen à propos de cette rencontre souligne la méconnaissance que les deux parties ont chacune l'une de l'autre. Mais surtout, on apprend qu'à travers Forman, Liberté est désireux de « réaliser une coordination nécessaire sur le plan de l'action des forces [...] ainsi que de reconnaître le général de Gaulle comme chef militaire ». Depuis longtemps le groupe estime utile « d'entrer en rapports avec le général de Gaulle, de connaître sa position et ses intentions politiques, de savoir qui l'entoure, et le conseille sur ce plan et de négocier avec lui son éventuelle reconnaissance du Mouvement comme chef politique ». Bien qu'aux yeux des responsables de. Liberté, Forman n'apparaisse pas comme l'interlocuteur qualifié dont on eût rêvé, on lui confie tout de même des documents afin qu'il les transmette au général de Gaulle11. Une cascade d'arrestations imputées à des imprudences commises par Forman augure mal des relations entre la France Libre et les responsables de Liberté « très prévenus contre tout agent gaulliste qui se présenterait. »12

  • 13 À cette date pourtant, Libération a déjà fait sortir son journal. Les Petites Ailes paraissent ass (...)
  • 14 « La section Action a été chargée d'entrer en contact avec les organismes de résistance à l'Allema (...)

9Du côté londonien, l'un des premiers documents officiels du BCRA dresse un constat sévère13 des contacts en cours ; il s'agit du rapport du 23 octobre 1941 que le colonel Passy envoie au chef d'État-major particulier du général de Gaulle à propos des débuts de la résistance en zone sud14. Le tableau qu'il brosse ne semble pas correspondre tout à fait à la réalité du terrain : « Nous ne distinguons pour ainsi dire rien de cohérent ni de solide parmi toutes les velléités que nous avions pu discerner. » Et de donner le nom de quelques « embryons » d'organisations parmi lesquelles Libération, auquel il attribue un tract clandestin La Dernière Colonne, Libération nationale autour d'Henri Frenay, et enfin Liberté, le mouvement de Teitgen.

  • 15 AN, Archives du BCRA, 3AG2/ 377, BCRAM/ SR N°754D BCRAM-R, Source Pierre, 51 p., Londres le 3 mars (...)
  • 16 AN, Archives du BCRA, 3AG2/ 377, pièce 3, n° 913, D/BCRAM, Londres, le 7 mars 1942.

10Quelques mois plus tard, au tout début de l'année 1942, un rapport de Pierre adressé au BCRA fait, lui aussi, un inventaire des mouvements de zone libre15 entaché d'erreurs manifestes : « Trois principaux groupements se sont fondés depuis près d'un an qui ont pris les noms respectifs des journaux clandestins qu'ils publient. Il s'agit de Liberté dont l'inspirateur est d'Astier de la Vigerie. Libération dont le chef est un nommé Mantou ou de Mantoue, les Petites Ailes dont je ne connais pas le chef ». Poursuivant son examen, l'auteur explique que ces mouvements ont fusionné à la fin de l'année et qu'ils se situent dans la mouvance gaulliste. Sa mission ayant dit- il « un caractère d'information plus que d'action », Pierre entend s'abstenir de tout contact direct avec eux mais n'exclut pas la possibilité de « placer un de ses agents dans leur comité directeur pour être informé de ce qui s'y déroule ». Si le rapport du 7 mars 1942 marque un progrès dans la connaissance du mouvement Libération Nationale, les échos recueillis à propos de son chef Henri Frenay, dont le nom est orthographié Frenet, auprès de divers interlocuteurs posent avec insistance la question de la nature exacte de ses relations avec l'EMA de Vichy16. Le moins qu'on en puisse dire est que la réponse à cette question cruciale est loin d'être péremptoire. Ainsi François de Menthon déclare-t-il : « Il est exact que Frenet est très suspect de rapports avec l'EMA La situation n'est pas absolument claire à cet égard et exige quelques précautions. On doit, tout du moins, penser que l'EMA est entièrement au courant de tout ce qui concerne son mouvement. Il est juste d'ajouter qu'il doit bien en être de même pour ce qui concerne le nôtre. Il est exact que tout peut s'expliquer par le fait des relations de camaraderie de Frenet dans l'EMA et de son recrutement en officiers. » Plus prudent, Jean Moulin se borne à relever que « Frenet peut, en effet, être suspecté. »

11Rompre l'isolement et obtenir des moyens par tout canal, tel est le but des mouvements qui commencent à émerger. D'Astier réussit à obtenir une liaison avec le cabinet Churchill qui nomme un agent à Lisbonne, un certain Pouymayou, pour l'établissement de contacts réguliers avec le mouvement. « Depuis fin mai jusqu'à fin novembre 1941, cet agent Pouymayou est allé en France tous les mois. [...] En dépit des rapports réguliers envoyés par la liaison mentionnée ci-dessus et les accords verbaux de Pouymayou, l'inefficacité de cette liaison est devenue complète. Aucune réponse aux questions posées (plans de sabotage, directives militaires, proposition d'envoyer une délégation à Londres ) [...] ».

  • 17 AN, Archives du BCRA, 3AG2/ 399, Londres, le 21 mai 1942, Rapport Bernard reçu par les Services br (...)
  • 18 AN, BCRA, 3AG2/ 399, Londres, le 21 mai 1942, Rapport Bernard, reçu par les Services britanniques (...)

12Une désillusion qui n'empêche pas d'Astier de conclure à la nécessité d'instituer une liaison avec Londres et « tout d'abord une liaison de personnes ». Le mot est d'importance car il révèle la nécessité d'une reconnaissance mutuelle. « Les groupes de résistance, après les inévitables tâtonnements, sont maintenant à peu près organisés ; leur structure, qui est basée sur la cellule composée de 6 hommes, est, dans ses grandes lignes, similaire à celle du Service secret britannique. »17 S'agissant du gaullisme, « c'est un symbole nécessaire, mais qui ne peut offrir un support suffisant pour les groupes de résistance. Ceux-ci, en conséquence, comptent principalement sur un accord direct avec le Gouvernement britannique et sur son aide, afin qu'ils puissent donner à leurs organisations le développement espéré. »18

  • 19 AN, BCRA 3AG2/ 333, courrier du 6 septembre 1941.

13Chez ces premiers opposants, le jugement porté à l'encontre des FFL est sévère même s'il est plus nuancé à l'égard de De Gaulle. « On reproche aux FFL d'évoluer vers une position trop politique à la radio ; on reproche en quelque sorte aux militaires de céder la place aux civils. De Gaulle, libérateur, chef des Français libres est une véritable idole. »19

La rencontre tardive des deux Résistances (1941)

14À l'aune de la perception particulière du temps des clandestins, — un temps dense, sans équivalent avec celui de la vie ordinaire —, le contact entre les groupes résistants et Londres s'établit tout bien pesé tardivement. Le premier envoyé dûment accrédité pour contacter les groupes de résistance — Léon Morandat, alias Yvon — n'arrive qu'au début du mois de novembre 1941.

15Yvon, qui relève du commissariat à l'Intérieur de Londres, est envoyé pour une mission à caractère politique. À ce caporal de chasseurs alpins, secrétaire des syndicats CFTC de la Savoie avant-guerre, qui a choisi de rester à Londres et de se mettre au service du général de Gaulle, après avoir fait la campagne de Norvège, on assigne une mission précise. Selon les archives du SOE, il doit, dans l'actuelle région Rhône-Alpes, « reprendre contact avec les milieux de Jeunesse Catholique (JOC - JAC) — La Jeune République (catholiques sociaux démocrates populaires), les syndicats chrétiens, les syndicats CGT.

  • 20 Cité par Cordier (D.), tome 3, p. 763. Commissariat national à l'Intérieur, Action Politique, Andr (...)

16Il devra s'efforcer de les rallier au mouvement Forces Françaises Libres et non s'adresser à eux en tant qu'ancien parti ou ancienne formation, ou anciens groupements politiques et syndicaux. »20

  • 21 Morandat (Yvon), Souvenirs inédits. Dans Les Cahiers de l'IHTP, Cahier n° 29, septembre 1994, p. 5 (...)

17Les circonstances mêmes dans lesquelles démarre sa mission attestent son caractère largement improvisé en même temps que la modestie des moyens dont dispose encore à cette date la France Libre sur le territoire métropolitain. Un comité de réception restreint pour accueillir Morandat lequel s'appuie sur les contacts qu'il sait pouvoir nouer en zone sud avec des syndicalistes. Le matin même de son parachutage, le 7 novembre 1941, il rencontre Brodier, secrétaire national adjoint de la CFTC, puis Forgues qui travaillent main dans la main à Toulouse. « En moins de 48 heures », Morandat est mis au courant de la situation de la Résistance intérieure clandestine de façon aussi complète que possible. « Grâce à Forgues et Brodier et surtout grâce à la confiance que leur inspirait un de leurs camarades — si Brodier ne m'avait pas connu et si Forgues n'avait pas su qui j'étais, c'est-à-dire un syndicaliste, jamais ils ne m'auraient été aussi francs et complets dans leur exposé de la situation. »21

  • 22 Idem, p. 56.
  • 23 Morandat (Yvon), op. cit., p. 58.
  • 24 Ses liaisons avec Londres se feront par ce canal jusqu'en janvier 1942. « Il fallut l'arrivée de m (...)

18Muni de précieux renseignements, Morandat monte à Lyon où il rencontre immédiatement Louis Naillod, président de l'Union départementale des syndicats chrétiens du Rhône, qui se met à sa « disposition complètement et d'enthousiasme. »22 En moins de deux semaines, l'envoyé de Londres forme l'essentiel de son équipe. Son travail « de contact et d'enquête »23 progresse de ce fait beaucoup plus vite qu'il ne l'avait escompté. Par Suzanne et Georges Buisson, il rencontre la plupart des responsables socialistes. Il approche également Marcel Poimbœuf, Stanislas Fumet, Emmanuel Mounier, Georges Bidault, Vivier-Merle et Robert Lacoste. C'est par ce dernier qu'il fait parvenir son premier rapport à Diethelm, ce qui prend bien un mois !24

  • 25 AN, BCRA, liasse 3AG2/ 399, Londres, le 20 mai 1942, Rapport verbal de M. Bernard à M. Pleven, p. (...)
  • 26 AN, BCRA, liasse 3AG2/ 399, Rapport de Pedro, 28 avril 1942, p. 3.
  • 27 AN, BCRA, liasse 3AG2/ 397, Londres, le 30 mai 1942, note sur la réorganisation de l'action politi (...)

19Son arrivée marque un changement de nature dans le cours des relations entre les Résistances intérieure et extérieure. Aussitôt arrivé à Londres en mai 1942, Emmanuel d'Astier souligne le fait à sa façon : « il importe de créer un corps d'agents politiques. Ainsi Morandat, syndicaliste chrétien, en deux mois, a fait un travail unanimement apprécié qui a amené l'unité derrière le général de Gaulle. Avec un poste radio personnel, avec de l'argent, en se multipliant par 4, il arriverait à obtenir des résultats extraordinaires. »25 Le 28 avril 1942, jour de son arrivée à Londres, Pierre Brossolette fait une analyse comparable, tant du point de vue du constat que des moyens à mettre en œuvre pour pallier les insuffisances qu'il dénonce : « Jusqu'à présent, les résultats les plus importants ont été obtenus un peu à tâtons, et surtout par les détours de l'action de renseignements. [...] Sans espérer que de Londres, on puisse jamais diriger très précisément l'action en France, il n'est pas douteux que cette direction serait mieux assurée si elle était confiée soit à un comité où plusieurs confronteraient leurs renseignements et leurs points de vue, soit à un homme arrivé plus fraîchement de France et possédant à la fois beaucoup de dynamisme, d'autorité et d'expérience politique. (Tel serait le cas d'André Philip quand il arrivera ici). »26 Pierre Brossolette, Pedro, souligne que le mérite de Morandat est d'autant plus grand, que la dualité des services entre le commissariat à l'Intérieur chargé de l'action politique et le BCRA d'ordre militaire ne facilite guère sa tâche : « Yvon, agent politique, est envoyé par le CNI sans moyens matériels et sans coordination avec les réseaux du BCRAM. »27

  • 28 Nous ne pouvons pour le reste que renvoyer au travail de D. Cordier.

20Voilà qui fait ressortir que si la mission de Morandat, antérieure à celle de Jean Moulin dont elle était totalement distincte, inaugura une ère nouvelle, elle ne résolut pas le problème de fond des relations entre les deux Résistances. Tel n'était d'ailleurs pas son objet. À propos de Jean Moulin, nous ne soulignerons ici que deux faits28. En premier lieu, il n'est d'aucune manière un homme du BCRA. C'est, au plein sens du terme, comme Morandat, un politique, choisi et envoyé en France en tant que tel, avec une mission singulièrement élargie. En second lieu, il est le premier représentant du général de Gaulle en France qui ne tisse pas sa toile ex nihilo puisqu'il a notamment rencontré avant de quitter la France en 1941 Henri Frenay et François de Menthon et collecté une moisson de renseignements. Il connaît déjà le terrain - à la topographie entièrement bouleversée par le séisme de 1940 - qu'il a pour mission de labourer. S'il ne sera jamais perçu par les chefs de mouvement comme un des leurs à part entière, il ne peut cependant être assimilé à un agent parachuté — dans la double acception du terme - de Londres sans connaissance particulière de la spécificité de la Résistance intérieure.

  • 29 AN, Archives du BCRA, liasse 3AG2/ 399, Londres, le 21 mai 1942, Rapport Bernard reçu par les Serv (...)

21Quant à l'état d'esprit des groupes de résistance impuissants à nouer un dialogue avec la France Libre, il est bien résumé par les doléances de leurs responsables. Ainsi Emmanuel d'Astier décline-t-il, fin décembre 1941, les vœux de ses compagnons de combat, sur un mode où perce la frustration : « la nécessité d'une liaison sincère avec Londres, et tout d'abord une liaison de personnes (voyage à Londres d'un des trois chefs comme mandataire des autres chefs ; deuxièmement, d'un agent capable nommé par Londres ; finalement nécessité absolue d'une liaison permanente par W/T). »29 Même constat de la part de Frenay qui, dans un long rapport, rappelle qu'il a établi après sa rencontre avec Rex dès l'été 1941 la première liaison sérieuse avec les FFC.

  • 30 AN, BCRA, 3AG2/ 399, Londres, le 21 mai 1942, Rapport Bernard reçu par les Services britanniques l (...)

22Que l'impossibilité à établir le contact avec Londres ait eu des répercussions sur le devenir de la Résistance intérieure balbutiante n'est guère douteux. Ce qui corrobore les déclarations faites par d'Astier lors de son premier séjour londonien. À l'entendre, les services britanniques n'auraient pas mis un zèle excessif à jouer le rôle de courroie de transmission : «... depuis juillet 1941, date à laquelle [d'Astier] a eu des relations avec Londres, il n'a jamais pu, malgré son désir maintes fois exprimé aux Anglais, remonter jusqu'à l'État-major du Gaullisme. »30

  • 31 Idem, p. 5.

23La situation aurait encore été compliquée du fait qu'une fois des liens étroits établis, d'Astier « a eu l'impression que l'on n'a pas semblé éprouver une grande hâte à consulter totalement les mouvements de résistance. Il a vu Morandat et Mercier (Moulin) qui n'ont pas semblé laisser supposer un immense désir de le voir venir à Londres. »31

  • 32 AN, BCRA, 3AG2/ 377.

24Si l'inertie britannique était dans l'ordre des choses, la fin de non-rece- voir — implicite mais obstinée — de Morandat et de Moulin intrigue davantage. Pour en rendre compte, risquons une hypothèse faute de pièces d'archives irréfutables : faire la sourde oreille, c'est rester maître des règles du jeu en faisant des émissaires de la France Libre le truchement indispensable d'un dialogue manifestement perçu comme nécessaire et souhaitable des deux côtés de la Manche mais qui recèle, dès ce moment et peut-être même alors plus que jamais, des enjeux de pouvoir. Témoin, cette remarque de Moulin à propos de Frenay, dont on a vu qu'il n'écartait pas l'idée qu'il fut lié à l'EMA de Vichy et qui, voulant lever toute équivoque, notait laconiquement : « Je dois le voir demain (28 janvier 1942). Je compte que la question budget me donnera des moyens de contrôle. »32

  • 33 « Quelques divergences de vue subsistent sur les modalités d'application de l'accord intervenu ent (...)
  • 34 Un rapport émanant de Franc-Tireur, qui passait à juste titre pour être le plus irénique des trois (...)

25Au reste, exception faite de la rocambolesque escapade de d'Astier en mai 1942, les chefs de mouvement ne partirent, à l'initiative33 de Jean Moulin et des services de la France Combattante, qu'à l'automne 1942 après que de longues discussions préparatoires menées jusqu'à la dernière minute34 avaient déjà grandement dégrossi les difficultés au point que l'accord sur des questions pourtant fort épineuses fut réalisé à Londres en un temps record. Encore convient-il de relever que seuls les aléas des départs clandestins expliquèrent que Jean Moulin — qui aurait dû partir avec Jean- Pierre Lévy, le chef de Franc-Tireur— ne se joignît pas à d'Astier et à Frenay lors des négociations qui eurent lieu à Londres. Une certitude se dégage cependant des éléments que nous venons d'évoquer : les relations qui se nouèrent entre les mouvements de zone sud et la France Libre furent dès l'origine complexes et difficiles.

La Résistance intérieure vue de Londres et réciproquement en 1942 et plus tard

  • 35 AN, BCRA, 3AG2/ 333, Source : L0.30/Morandat/. Parti le 10 mai 1942. Arrivée le 23 juin 1942. « Si (...)

26On ne peut apprécier la nature des relations entre la France Libre et les mouvements d'une part, les représentations qu'elles eurent l'une de l'autre, sans insister sur un fait qui pesa fortement et durablement sur cette histoire : le caractère tardif des contacts personnels au plus haut niveau entre les deux Résistances. Le premier chef de mouvement à se rendre à Londres fut Christian Pineau en mars-avril 1942. D'Astier le suivit en mai. Frenay n'alla pas à Londres avant le mois d'octobre de cette même année. Quant à Jean-Pierre Lévy, empêché à plusieurs reprises par des difficultés de liaison de gagner Londres, il dut attendre avril 1943 pour pouvoir enfin s'y rendre. Privés de rapports institutionnels suivis jusqu'en novembre 1941, obligés de passer par le canal des représentants du Comité national en France pour dialoguer avec Londres jusqu'au printemps 1942, les chefs de mouvement découvrirent assez tard finalement le général de Gaulle et ses services londoniens. Pour preuve, cette observation de Morandat qui, début mars 1942, alors que pourtant, de son propre aveu, il supervisait une bonne part de la propagande gaulliste en zone libre, écrivait à Londres : « Nous manquons d'arguments. Par exemple, en ce moment la personne du général de Gaulle passionne nos militants et il est impossible de se procurer ses citations, ses états de service et ses livres. »35

  • 36 AN, BCRA, 3AG2/ 397, Lettre non datée adressée de Paris à Comert, Londres, le 2 mai 1942.

27La requête de Morandat ne se comprend qu'en raison de la force symbolique de la personne du chef de la France Libre dont Pierre Brossolette, encore sur le territoire métropolitain, faisait état avec une ironie distante : « De Gaulle est évidemment un militaire. [...] un militaire, c'est toujours plein d'inconvénients et de dangers [...] mais pour le moment la France où je suis, dont je suis ne s'inquiète pas de cela. Unanimement [...], elle voit dans de Gaulle son représentant, le représentant de sa révolte, le représentant de ses espoirs. »36

28Lorsqu'elles eurent été solidement établies, leurs relations ne cessèrent d'être agitées et même chaotiques. Deux raisons majeures l'expliquent. D'abord, la gageure technique et psychologique que constituait pour deux Résistances qui avaient crû en parallèle l'une de l'autre, la mise sur pied de relations pleinement confiantes et efficaces. Ensuite, et c'est bien là que le bât blessait, la question du statut de la Résistance intérieure par rapport à la France Libre.

  • 37 AN, BCRA, liasse 3AG2/ 333, Source : L0.30/Morandat/. Parti le 10 mai 1942. Arrivée le 23 juin 194 (...)

29La difficulté réelle à travailler efficacement ensemble éprouvée conjointement par les services de la France Libre et les mouvements est constitutive en quelque sorte de la nature même des deux Résistances et de l'histoire propre de chacune. C'est ce que tend à montrer le courrier numéro 8 de Raymond Fassin du 8 septembre 1942 adressé au BCRA. Parachuté dans la nuit du 2 janvier 1942 avec Jean Moulin, Raymond Fassin, a été chargé de faire fonction d'officier de liaison avec Combat. Neuf mois après son arrivée en France, il fait le point sur ses relations avec le mouvement. Pendant les huit premiers mois de sa mission, « jusqu'au 15 août environ, le rôle de FX.06/Fassin/ s'est donc borné à transmettre ce que NX.02/ Frenay/ désirait transmettre, après avis de EX.20/Moulin/, à recevoir et à envoyer des câbles, et à fournir des fonds au groupement toujours par l'intermédiaire de EX.20. »37

  • 38 Ibid., p. 15.

30Fassin lui-même explique son rôle passif par une raison qui, venant de lui, donne à réfléchir : « L'imprécision de la mission confiée à FX.06/Fassin/ à son départ, imprécision qui n'est d'ailleurs imputable à personne mais qui était surtout due au fait qu'on ignorait à peu près tout de ce que FX.06 allait trouver en arrivant — cette imprécision donc, ajoutée au peu de liens qui unissaient FX.06 et LIFRA/Combat/ avait tendance à faire considérer FX.06 plutôt comme un empêcheur de tourner en rond. »38

  • 39 AN 3AG2/ 183, Courrier n° 1 de AL.30 du 22 novembre 1942, arrivé le 25 novembre, p. 1.

31Il a par conséquent fallu huit mois de coexistence entre le mouvement Combat et son officier de liaison pour que soit défini après concertation un modus vivendi acceptable par les deux parties. Même délai de rodage nécessaire pour Pal/ Jean Ayral/ officier de liaison de Ceux de La Libération, qui, à pied d'œuvre le 27 juillet 1942, ne put commencer à travailler efficacement avant fin novembre « après presque quatre mois inutiles ».39

32Or, cette lenteur a pour racine la mauvaise connaissance réciproque des deux partenaires, accrue encore par les difficultés de liaison sur lesquelles on n'insistera jamais suffisamment.

  • 40 Ibid, p. 16.

33En conclusion de sa synthèse nuancée du cours des relations entre Combat et lui-même, Fassin formule un souhait : « Il ne faut pas que s'accentue[nt] chaque jour les divergences de vues entre Londres et les mouvements de résistance. »40

34Peu au fait de ce qu'il allait trouver en arrivant, incertain par voie de conséquence sur la nature exacte de sa mission, Raymond Fassin offre la possibilité de rompre avec cette image d'Épinal qui s'impose spontanément et qui veut que l'officier de liaison ait su d'emblée, par la vertu de directives précises, ce qu'il convenait de faire. La vérité est bien différente. Les deux partenaires doivent se pratiquer, s'estimer, se jauger avant qu'un travail fécond soit seulement envisageable. Et dans cette nécessaire phase d'apprentissage, on ne peut faire autrement que de naviguer à vue. Fassin pointe là du doigt une réalité sur laquelle il faut insister : si les mouvements ont connu des débuts difficiles, la France Libre et le BCRA n'ont pas été en reste. L'année 1942 consacre le moment où les uns et les autres ont suffisamment progressé pour en arriver à ressentir la nécessité d'établir des relations.

35Dans son rapport, tout, jusqu'à l'interrogation finale, atteste la difficulté de fond que pose, dès ses débuts, la relation entre Londres et les mouvements. Comment établir une liaison fructueuse avec des organismes qu'on connaît mal et qu'il faut des mois pour commencer à apprivoiser et à comprendre ? Telle est bien, au-delà des querelles personnelles, la question-clef.

  • 41 AN, BCRA, 3AG2/ 183, Rapport de SIF N° 6 : « Difficultés matérielles », Londres, le 2 juillet 1943 (...)

36À la source de l'incompréhension souvent constatée entre Londres et les mouvements, on trouve la méconnaissance par Londres des conditions concrètes de la vie des résistants de l'intérieur, des difficultés matérielles innombrables et de toute nature qui entravent leur marche. Fassin les mentionne souvent. Il leur consacre même un rapport entier.41 Les mauvaises liaisons ajoutées à la difficulté de bien comprendre les conditions de travail en France créaient inévitablement le malentendu.

37Ajoutons que chaque officier de liaison disposait d'une certaine marge de manœuvre et réagissait en fonction de son caractère et de ses convictions propres. Ainsi Fassin fut-il en général plus souple que Paul Schmidt, officier détaché auprès de Libération, tandis que Monjaret travailla en complète osmose avec Franc- Tireur.

38En arrière-plan des obstacles matériels et de nombreux conflits ponctuels, il y avait des différences de perception fondamentales entre responsables de réseaux et chefs de mouvements, entre un organisme à vocation militaire et des organisations de résistance civile.

39L'opposition était déjà tout entière contenue dans la définition même de la mission de Morandat dès novembre 1941. Il devait, rappelons-le, « s'efforcer de [...] rallier [les groupes qu'il contacterait] au Mouvement Forces Françaises Libres et non s'adresser à eux en tant qu'ancien parti ou ancienne formation, ou anciens groupements politiques et syndicaux. » Dans la sécheresse propre à ce type de document, cet ordre de mission dit tout : « rallier » les groupes ! Voilà qui portait en germe toutes les oppositions à venir.

  • 42 AN, BCRA, 3AG2/ 183, Généralités, dossier 1.

40Outre l'opposition de caractère politique que nous venons d'évoquer, jouait la difficulté technique et matérielle des liaisons : du tableau récapitulatif des opérations aériennes, maritimes et parachutées programmées par le BCRA à destination de la France entre juin et décembre 1942, il ressort que sur 44 opérations tentées, 13 seulement aboutirent, 29 étant purement et simplement annulées et 2 se terminant par un accident. Plus significatif encore de l'extrême difficulté à concevoir et à mener à bien de telles opérations est le domaine des atterrissages : sur 19 opérations tentées, 1 seulement réussit et 17 furent annulées42.

  • 43 AN 72 AJ 55, annexe du courrier de EX.20/Moulin/, n° 10 du 18 août, arrivé le 29.9.42, « Le Franc- (...)

41Ce qui nous amène au dernier élément à prendre en compte dans l'examen des liens entre les deux Résistances : contrairement à ce qu'on imagine spontanément, il n'y eut pas d'un côté une Résistance intérieure démunie, de l'autre une Résistance extérieure bien pourvue à tous points de vue et impeccablement organisée. Très significatif à cet égard est ce courrier rédigé par l'équipe dirigeante de Franc-Tireur à l'intention de la France Combattante au mois d'août 1942, c'est-à-dire huit mois après le parachutage de Jean Moulin : « Nous sommes malheureusement obligés de constater qu'en fait les agents des FFL n'ont que des moyens extrêmement réduits à leur disposition ; nous n'avons pu obtenir d'eux que de l'argent, alors qu'il suffirait que nous donnions notre accord aux agents de l'IS pour obtenir des armes et du matériel de sabotage, à condition que nous exécutions les ordres qu'ils pourraient avoir à nous donner pour l'utilisation du dit matériel. »43 Ce dont les dirigeants de Franc-Tireur ne voulaient manifestement à aucun prix.

  • 44 Tel est, dans une certaine mesure, le cas de Cordier (D.), op. cité, tome 1, p. 34-35, par exemple

42Au total, les facteurs qui pesèrent sur l'histoire des relations entre les Résistances intérieure et extérieure sont nombreux et complexes. Ils renvoient tous à la genèse des deux Résistances, invitant par là-même à ne pas les étudier d'emblée à leur apogée comme si elles n'avaient pas dû longtemps travailler l'une et l'autre, et bien entendu dans un premier temps parallèlement l'une à l'autre, à croître et à se fortifier. Or, c'est bien là ce qu'on fait lorsqu'on s'interroge sur les raisons qui poussèrent les mouvements à ne pas se ranger immédiatement sous le panache du Général44, question qui postule que le chef de la France Libre avait acquis d'emblée une stature et ses services un degré d'élaboration qui ne vinrent que progressivement et laborieusement.

  • 45 Colonel Passy, Souvenirs, 10, Duke Street Londres. (Le BCRA), tome 2, Monte Carlo, R. Solar, 1947, (...)

43De ce type de reconstruction opérée avec la plus entière bonne foi mais du point de vue du mémorialiste, le colonel Passy offre un bon exemple. Brossant le panorama de la Résistance en zone sud à l'orée de l'année 1942, le patron du BCRA ne mâche pas ses mots : « En réalité, lorsque Rex arriva en France, tout, ou presque, restait à faire. Les buts mêmes des mouvements de résistance étaient encore mal définis dans l'esprit de leurs chefs et les moyens nécessaires pour obtenir des résultats étaient pratiquement inexistants. Il fallait tout organiser, c'est-à-dire, en fait créer de toutes pièces, à l'aide de personnalités plus ou moins hésitantes, disciplinées ou désintéressées, des troupes et des services bien encadrés et chargés de tâches ou fonctions précises. Il fallait, avec méthode, essayer de mettre de l'ordre dans une masse hétérogène où chacun, pour lutter contre l'atonie, la lâcheté ou la trahison des attentistes, des collaborateurs ou des agents de l'ennemi, pensait devoir s'occuper de tout en même temps. »45

  • 46 Idem, p. 121.

44Jugement abrupt formulé, deux ans après la fin du conflit, par un homme qui oppose à l'organisation efficace et coordonnée du BCRA qu'il a créée et dirigée à Londres le « chaos inorganique dans lequel (les mouvements) végétaient »,46 au début de 1942. Jugement qui traduit bien le fossé séparant les conceptions des services dits spéciaux de celles des mouvements. Deux logiques sont à l'œuvre qui peuvent difficilement coïncider.

45Résistant de la première heure, Pierre Brossolette pointait cet état de fait le 28 avril 1942, au sortir d'une immersion clandestine de 18 mois en France occupée, à travers cette incidente qui vaut d'être relevée : « Sans espérer que de Londres, on puisse jamais diriger très précisément l'action en France... » Que l'homme ait ensuite évolué à Londres n'enlève rien à l'intérêt de sa vision au moment où il arrivait à Londres.

  • 47 AN, BCRA, 3AG2/ 397, renseignements fournis par X. 334, Londres, le 22 mai 1943.

46Le chaos stigmatisé par le colonel Passy valait tout aussi bien d'ailleurs pour les missions envoyées en France sans coordination aucune. Pour ne prendre qu'un exemple, les missions de Morandat et de Moulin ne s'articulaient aucunement l'une avec l'autre, ce dont fait foi cette relation des circonstances de sa rencontre avec Moulin par Morandat : « Quand Rex est arrivé en France, je l'ai rencontré par hasard par l'intermédiaire de Bernard (d'Astier) et nous avons décidé de travailler en collaboration constante. Comme il avait une mission plus large que la mienne, j'ai décidé de le mettre au courant de tout ce que je ferais étant entendu qu'il en ferait autant dans la mesure où cela pourrait m'intéresser. Il n'était à ce moment- là pas question de subordination de moi à lui. » Certes, Morandat n'insiste pas gratuitement, en 1943, sur son absence de subordination à Moulin. Il l'insère dans une argumentation visant à démontrer que Moulin, tout en approuvant l'action qu'il avait menée, fit tout pour le soumettre à ses ordres pour mieux l'évincer : « Aussitôt que j'ai été sous ses ordres il a de- mandé mon rappel et surtout il a intrigué pour que je rentre. »47 Entrer dans le détail de ce différend ne nous importe pas ici. Mais le heurt entre les deux premiers représentants politiques de la France Libre sur le territoire métropolitain met en évidence le caractère somme toute assez flou des directives données à l'un et à l'autre. Si leurs rapports s'aigrirent, ce fut dans une large mesure parce que leurs compétences empiétaient l'une sur l'autre.

  • 48 AN, BCRA, 3AG2/ 397, note sur la réorganisation de l'action politique en France.

47La concurrence entre le BCRA et le commissariat à l'Intérieur, bien illustrée par l'antagonisme entre Moulin et Morandat, datait de loin. Dès mai 1942, Pierre Brossolette en dénonçait les effets pervers : la pratique a montré que la dualité des services a abouti à des désastres et que ces désastres proviennent clairement de la superposition d'un illusoire réseau d'agents politiques aux réseaux préexistants créés par le BCRAM »48 Et de citer, à l'appui de ses dires, les cafouillages auxquels avait donné lieu le départ d'André Philip.

48Mais, en un sens, le diagnostic du colonel Passy illustre assez bien la perception que les services londoniens de la France Libre eurent de la Résistance intérieure. C'est pour briser avec ce type d'approche, dont on trouve le pendant symétrique dans bien des textes de Résistants de premier plan, à commencer par ceux d'Emmanuel d'Astier et Henri Frenay, que nous avons voulu penser autrement des relations conflictuelles et historiquement construites dans un contexte extrêmement particulier. Proposer en somme une nouvelle grille de lecture non réductrice qui prenne en compte l'ensemble des données de part et d'autre.

Notes

1 Cf. Nora (Pierre), « Gaullistes et communistes », Les lieux de mémoire, III., Les France, 1. Conflits et partages, Paris, Gallimard, p. 346-393.

2 « À l'origine, l'action des FFL en France a été d'ordre essentiellement militaire (renseignements, coups de main). À ce titre là, elle a été confiée à un organisme qui a pris un caractère essentiellement militaire, le BCRAM », source Pedro, EMP du général de Gaulle, Liasse n° 23, Londres le 30 mai 1942.

3 « Comme je l'avais prévu, dès le printemps de 1941, nos réseaux de renseignements commencèrent à nous signaler l'existence de petits groupes qui s'étaient formés spontanément dans le but de mener une action défensive contre l'ennemi. Rémy nous signala en Bretagne un groupe d'officiers (...) À la même époque, quelques volontaires (...) qui s'étaient repliés en zone libre, entrèrent en contact à Montpellier, à Toulouse et à Lyon avec des éléments résistants », Colonel Passy, Souvenirs, tome 1, p. 205.

4 BCRA, 3AG2/ 332, parvenue par rapport, date information, septembre, octobre, novembre 1941, date réception, 20 novembre 1941. Dossier R, 53/ 3/ SR.

5 Dépendant du colonel Groussard.

6 BCRA, 3AG2/ 333, Source Pierre, n° 51p, Londres, 3 mars 1942, situation de la zone non occupée, Noël 1941.

7 « Il y a un an, les bonnes volontés étaient nombreuses : des groupes se sont formés et ont attendu (...) Certains groupes ont été touchés par l'IS dont les agents leur ont déclaré que de Gaulle était décrié

8 « Tout ce que nous pouvons faire contre les Allemands et pour le pays est entrepris : tracts distribués (...), organisation de groupes, établissement de fiches de collaborateurs, distribution de photos du général de Gaulle (que j'ai tirée des journaux) », extraits d'une lettre de J. Ruet, 24 juin 1941, 3AG2/ 333, BCRA.

9 Courrier du 28 avril 1941, 3AG2/ 333, BCRA.

10 Archives nationales (AN), BCRA, 3AG2/ 333, FFL, EMP du général de Gaulle, Londres, le 17 septembre 1941, rapport du Maréchal des logis x ayant quitté la France à l'été 1941 et arrivé à New York durant l'été 1941.

11 « Baudoin qui nous avait prouvé de plusieurs façons qu'il appartenait bien aux FFL ne nous paraissait pas ni par sa connaissance de la question, ni par ce qu'il était lui-même, apte à remplir le rôle de négociateur. » BCRAM./SR, N° 917 D/BCRAM.-R, Source : Pierre, Londres, le 8 mars 1942, « Déclaration de Teitgen sur les rapports de Liberté avec les FFL à la date du 10 janvier 1942 et du 17 janvier 1942. », 2 p., p. 2.

12 Idem.

13 À cette date pourtant, Libération a déjà fait sortir son journal. Les Petites Ailes paraissent assez régulièrement.

14 « La section Action a été chargée d'entrer en contact avec les organismes de résistance à l'Allemagne qui se sont créés spontanément en France (...) et, dont le SR avait eu connaissance par les Agents de renseignements. » Cité par Cordier (D.), Jean Moulin, L'inconnu du Panthéon, J.-C. Lattès, 1989, p. 45.

15 AN, Archives du BCRA, 3AG2/ 377, BCRAM/ SR N°754D BCRAM-R, Source Pierre, 51 p., Londres le 3 mars 1942, annexe 4.

16 AN, Archives du BCRA, 3AG2/ 377, pièce 3, n° 913, D/BCRAM, Londres, le 7 mars 1942.

17 AN, Archives du BCRA, 3AG2/ 399, Londres, le 21 mai 1942, Rapport Bernard reçu par les Services britanniques le 23 décembre 1941.

18 AN, BCRA, 3AG2/ 399, Londres, le 21 mai 1942, Rapport Bernard, reçu par les Services britanniques le 23 décembre 1941.

19 AN, BCRA 3AG2/ 333, courrier du 6 septembre 1941.

20 Cité par Cordier (D.), tome 3, p. 763. Commissariat national à l'Intérieur, Action Politique, André Diethelm, Ordre de mission, mission Morlaix/Morandat/.

21 Morandat (Yvon), Souvenirs inédits. Dans Les Cahiers de l'IHTP, Cahier n° 29, septembre 1994, p. 54. (Édition établie et présentée par Laurent Douzou).

22 Idem, p. 56.

23 Morandat (Yvon), op. cit., p. 58.

24 Ses liaisons avec Londres se feront par ce canal jusqu'en janvier 1942. « Il fallut l'arrivée de mon radio en mai 1942 pour qu'elles soient normales. », Morandat (Yvon), op. cit., p. 58 et suivantes.

25 AN, BCRA, liasse 3AG2/ 399, Londres, le 20 mai 1942, Rapport verbal de M. Bernard à M. Pleven, p. 4.

26 AN, BCRA, liasse 3AG2/ 399, Rapport de Pedro, 28 avril 1942, p. 3.

27 AN, BCRA, liasse 3AG2/ 397, Londres, le 30 mai 1942, note sur la réorganisation de l'action politique en France.

28 Nous ne pouvons pour le reste que renvoyer au travail de D. Cordier.

29 AN, Archives du BCRA, liasse 3AG2/ 399, Londres, le 21 mai 1942, Rapport Bernard reçu par les Services britanniques le 23 décembre 1941.

30 AN, BCRA, 3AG2/ 399, Londres, le 21 mai 1942, Rapport Bernard reçu par les Services britanniques le 23 décembre 1941, p. 5.

31 Idem, p. 5.

32 AN, BCRA, 3AG2/ 377.

33 « Quelques divergences de vue subsistent sur les modalités d'application de l'accord intervenu entre Combat et Libération. Le général de Gaulle doit être mis à même d'entendre les deux thèses présentées directement par les chefs de ces mouvements. Il convient de ne pas perdre de vue que le général de Gaulle est un homme symbole auquel la masse du peuple est bien plus profondément attachée qu'aux étiquettes des mouvements. » AN F 1A 3735, Note pour M. Philip de EX.20/Moulin/ du 28.8.42, arrivée le 2.9.42.

34 Un rapport émanant de Franc-Tireur, qui passait à juste titre pour être le plus irénique des trois mouvements, et daté du 20 août 1942, tout en donnant son accord de principe à une fusion du paramilitaire et du renseignement, affirme qu' « il est trop tôt à l'heure actuelle d'envisager cette fusion... » A.N F 1A 3729, rapport de 6 p., p. 5.

35 AN, BCRA, 3AG2/ 333, Source : L0.30/Morandat/. Parti le 10 mai 1942. Arrivée le 23 juin 1942. « Situation de l'opinion », 12 mars 1942.

36 AN, BCRA, 3AG2/ 397, Lettre non datée adressée de Paris à Comert, Londres, le 2 mai 1942.

37 AN, BCRA, liasse 3AG2/ 333, Source : L0.30/Morandat/. Parti le 10 mai 1942. Arrivée le 23 juin 1942. « Situation de l'opinion », 12 mars 1942.

38 Ibid., p. 15.

39 AN 3AG2/ 183, Courrier n° 1 de AL.30 du 22 novembre 1942, arrivé le 25 novembre, p. 1.

40 Ibid, p. 16.

41 AN, BCRA, 3AG2/ 183, Rapport de SIF N° 6 : « Difficultés matérielles », Londres, le 2 juillet 1943, 7 p.

42 AN, BCRA, 3AG2/ 183, Généralités, dossier 1.

43 AN 72 AJ 55, annexe du courrier de EX.20/Moulin/, n° 10 du 18 août, arrivé le 29.9.42, « Le Franc-Tireur aux Forces Françaises Libres », 5 p., p. 2.

44 Tel est, dans une certaine mesure, le cas de Cordier (D.), op. cité, tome 1, p. 34-35, par exemple.

45 Colonel Passy, Souvenirs, 10, Duke Street Londres. (Le BCRA), tome 2, Monte Carlo, R. Solar, 1947, p. 103-104.

46 Idem, p. 121.

47 AN, BCRA, 3AG2/ 397, renseignements fournis par X. 334, Londres, le 22 mai 1943.

48 AN, BCRA, 3AG2/ 397, note sur la réorganisation de l'action politique en France.

Auteurs

Maître de conférences d'histoire contemporaine
Université de Lyon 2
IHTP-CNRS, Paris

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540