Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Résistance et les Français

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Christian Bougeard

Introduction

Jacqueline Sainclivier et Christian Bougeard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1A l'occasion du cinquantième anniversaire de la Libération, les historiens spécialistes de la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement de la Résistance, ont souhaité faire le point sur la Résistance et les Français. En effet, si l'histoire du régime de Vichy, de la collaboration, de la répression a beaucoup progressé ces dernières années, celle de la Résistance a connu une certaine stagnation. C'est pourquoi, plusieurs universités et leurs équipes de recherche en association avec l'Institut d'histoire du Temps Présent (CNRS) ont organisé une série de sept colloques. Ceux-ci se sont tenus ou se tiendront à Toulouse, Rennes, Bruxelles, Besançon, Dijon, Paris, Aix-en-Provence. C'est dans ce cadre général que s'est tenu celui organisé à l'université Rennes 2 avec l'Institut de recherches historiques sur les sociétés de l'ouest (URA-CNRS 1022) du 29 septembre au 1er octobre 1994. Ce sont les actes de ce colloque qui sont ici présentés.

2Il s'agit pour l'ensemble de ces colloques de faire un état des lieux, de réfléchir à de nouvelles problématiques, afin de commencer à construire une véritable histoire politique et socio-culturelle de la Résistance qui soit restituée dans le temps long. La thématique « la Résistance et les Français » doit conduire à une histoire plus éloignée des centres, à développer une plus grande rigueur conceptuelle sur la notion de Résistance et de Résistant. Des thématiques spécifiques ont été choisies pour chaque colloque.

3Le colloque de Rennes s'articule autour de quatre points : les enjeux stratégiques de l'Atlantique et de la Manche, les catholiques dans la Résistance, l'approche sociologique de la Résistance, l'après-Libération. Les choix de ces thèmes sont dus à la situation géographique de ce colloque, mais aussi à une volonté de faire le point sur des secteurs où l'historiographie a récemment fait des avancées. Pour traiter de ces différents aspects, nous avons fait appel aussi bien au réseau de correspondants de l'IHTP qu'à des universitaires français ou étrangers susceptibles d'apporter un éclairage nouveau sur chacun d'eux.

4La première partie est plus directement liée à la situation géostratégique de la Bretagne. Les différentes communications montrent non seulement les relations précoces entre la France Libre, les Britanniques et la Bretagne, mais à partir d'archives récemment ouvertes la perception du BCRA. Puis, la région apparaît comme un terrain d' « expérimentation » pour certaines opérations militaires alliées, terrestres ou aériennes. Les interventions de nos collègues anglo-saxons montrent comment la Résistance est de plus en plus prise en compte dans la stratégie d'ensemble des Alliés et ceci dans la perspective d'un débarquement sur les côtes de la Manche. Le second thème sur les catholiques dans la Résistance privilégie deux axes : une perspective comparatiste sur la notion de Résistance spirituelle en comparant l'exemple français et italien, tandis que le rôle du militantisme d'action catholique dans l'engagement résistant est analysé tant chez les ouvriers que par ses répercussions sur le clergé. Les différentes communications affinent et complètent cette question sensible sur l'attitude non seulement de l'Eglise mais aussi des catholiques et les modes spécifiques de leur engagement qui rejoignent parfois ceux des protestants. En fait, d'ores et déjà à travers ce thème surgissent les interrogations sur les relations entre la Résistance et la société ce qui fait l'objet de la troisième partie. Celle-ci essaie de préciser l'approche sociologique de la Résistance, ce que représentent les Résistants dans la société de l'époque, la société résistante est-elle l'exacte réduction de la société contemporaine ? Au-delà de cette question à la base de toute étude sociologique de la Résistance depuis la fin des années 70, se pose naturellement le problème de la définition du Résistant. De la réponse effectuée dépend l'analyse des relations entre la Résistance et le monde rural, celle de sa part dans l'activité résistante. Enfin, le combat de la Résistance ne peut rester sans conséquence sur l'après-Libération tant dans le domaine de l'épuration que dans celui du politique ou de la mémoire de la Résistance. La rapidité de l'épuration a ses répercussions sur le long terme dans la mémoire collective ainsi que l'absence ou la quasi-absence de prolongement politique de la Résistance. On assiste à un après-Libération très court dans les faits et très long quant aux représentations de la Résistance et sa transposition dans la culture politique.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540