Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recomposition des droites

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Troisième partie. Approches régionales et figures

André Boutemy, une éminence grise de la IVe République

Jean Garrigues

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1C’est le 28 janvier 1953, à l’occasion d’une des séances parlementaires les plus chaudes de la IVe République, que le grand public découvre André Boutemy, le tout nouveau ministre de la Santé et de la Population du gouvernement René Mayer. Son entrée dans l’hémicycle, au moment où commence l’examen de la loi de finances consacrée à la réforme de la Sécurité sociale, provoque une bronca assourdissante parmi les rangs de la gauche. Le député communiste Jean Pronteau demande une suspension de séance en signe de protestation contre « la présence au banc du gouvernement d’un homme qui devrait être au banc des accusés ». Les acclamations fusent. « Assassin, assassin ! », s’écrient les communistes, tournés vers Boutemy. « Un préfet de Vichy ! vous n’êtes pas dégoûtés, messieurs les ministres ! », s’exclame le socialiste Binot. « Regardez ses mains : elles sont rouges du sang des patriotes », rugit le communiste Tourtaud. Et son collègue Pronteau renchérit, brandissant une lettre écrite par Joseph Darnand, le sinistre créateur de la Milice, à Boutemy : « Il y a une mère qui pleure parce que l’assassin de son fils est ministre ». S’ensuit un nouveau vacarme, une nouvelle vague de protestations, tandis que les efforts du président de séance pour réclamer le calme, restent vains.

2Lorsque Boutemy monte à la tribune, les huées redoublent, on claque les pupitres, et l’on crie de plus belle : « assassin, assassin ». Très calme, il dispose ses dossiers, et fait mine d’attendre, les mains dans les poches, que cesse le vacarme. Mais c’est alors qu’une trentaine de députés communistes entonnent le Chant des partisans, l’hymne de la Résistance. Comme les députés de droite tentent de répliquer en vociférant et en faisant à leur tour claquer leurs pupitres, les communistes se lèvent et chantent la Marseillaise. Et comme Boutemy se met lui aussi à entonner l’hymne national, le socialiste Binot le traite de pitre, et son collègue Maurellet s’indigne : « Ce bandit se croit tout permis ! ». Les communistes, survoltés, reprennent leurs claquements de pupitres et crient : « À la porte, assassin ». Le président de séance tente de les arrêter, mais on lui lance : « démission, démission ».

  • 1 an, Fonds André Boutemy, Documents personnels, 553 AP 1. Après sa révocation administrative en dé (...)
  • 2 Journal Officiel, 1953, p. 598.

3Boutemy commence à parler, mais on n’entend rien. C’est grâce au compte rendu officiel de son discours que l’on peut savoir aujourd’hui ce qu’il a dit. De la loi de finances sur la sécurité sociale, il n’est pas question. Boutemy est là pour plaider sa défense, pour démontrer qu’il n’a pas collaboré avec les Allemands. Il signale que ces derniers ont exigé qu’il soit dépossédé de ses pouvoirs de police, à peine une semaine après sa nomination à la préfecture régionale de Lyon, le 12 juin 1944. Dans ses fonctions de préfet, il prétend être intervenu à maintes reprises auprès de la police allemande en faveur de la libération de militants syndicalistes ouvriers. Ses interventions auraient d’ailleurs été reconnues par une lettre de l’Union départementale des syndicats ouvriers du Rhône, attestant que « tous les actes de M. Boutemy ont tendu à éviter le pire ». Il rappelle enfin qu’en dépit des attaques de la presse communiste de la Libération et des 62 commissions rogatoires requises dans son dossier, la cour de justice de la Seine lui a accordé un non-lieu, le 3 juillet 1945 : on reconnaissait qu’il avait « su concilier les exigences de sa fonction de préfet avec son devoir de Français1 ». Et Boutemy de conclure, emphatique : « Ils (les communistes) n’ont pas réussi à m’assassiner le 31 octobre 1944 à Saint-Étienne. Aujourd’hui ils ne parviendront pas par leurs calomnies abominables à porter atteinte à mon honneur2 ».

4Qui est donc ce personnage, quasiment inconnu du grand public, mais qui suscite autant de haine de la part de la gauche, et notamment des communistes ? Comment un ancien préfet de Vichy peut-il se retrouver ministre en 1953 ? Quelle est son importance réelle dans la coalition gouvernementale ? Quels sont ses liens, ses réseaux, ses amis politiques ? Quel est son poids dans la vie politique française, et pourquoi faut-il l’abattre ? Telles sont les questions qui se posent à la presse de l’époque, et qui vont susciter bon nombre d’articles, de polémiques et d’enquêtes.

  • 3 Georgette Elgey, La République des illusions 1946-1951, Fayard, 1965 et La République des contrad (...)
  • 4 an, Fonds André Boutemy, 553 AP 1 à 46.

5En les rassemblant, en les recoupant, un certain nombre d’éléments apparaissent, qui confèrent à Boutemy une stature bien plus importante que celle d’un strapontin ministériel. À ces sources de presse, on peut ajouter les nombreux témoignages recueillis par Georgette Elgey pour son Histoire de la IVe République3, et qui convergent pour accorder à Boutemy un rôle de premier plan dans la configuration politique de l’époque. Enfin, nous disposons d’un fonds d’archives privées de 46 cartons (coupures de presse, correspondance, notes personnelles) déposé aux Archives Nationales4. En utilisant ce fonds jusqu’alors inexploité, on voit apparaître un personnage complexe, haut en couleurs, aux confluents des pouvoirs économiques et politiques, une véritable éminence grise de la IVe République.

6Bailleur des fonds patronaux, conseiller écouté de plusieurs chefs politiques éminents, dont Roger Duchet, créateur du Centre national des indépendants en 1949, André Boutemy joue incontestablement un rôle central, et méconnu, dans la reconstruction de la droite d’après-guerre.

Le financier des patrons

7C’est d’abord et avant tout dans son rôle de bailleurs de fonds patronal que Boutemy apparaît au premier plan de la réorganisation politique à la Libération.

  • 5 an, Fonds André Boutemy, 553 AP 1, Documents personnels. 1941-1959.
  • 6 Lors de son passage à la direction des Renseignements généraux, Boutemy va aider Robert Lacoste, d (...)
  • 7 an, Fonds André Boutemy, 553 AP 1.

8Pourquoi le Conseil National du Patronat Français a-t-il choisi Boutemy pour faire prévaloir ses intérêts ? Parce que c’est un homme efficace et qui dispose d’un carnet d’adresses exceptionnel. Né le 21 décembre 1905 à Bécherel, Ille-et-Vilaine, fonctionnaire du ministère des Finances détaché auprès de la commission parlementaire, devenu collaborateur de Jammy Schmidt, rapporteur général du budget à la Chambre, il s’est créé avant la guerre un solide réseau de relations politiques, de la droite aux socialistes, et surtout auprès de la nébuleuse radicale5. Nommé sous-préfet de Thonon-les-Bains le 30 octobre 1940, il s’y est lié à deux futurs ministres de la IVe République, le démocrate-chrétien Pierre Pflimlin, nommé juge d’instruction, et le socialiste Robert Lacoste, percepteur de la localité6. Sous Vichy, son ascension a été fulgurante : chef de service puis directeur des renseignements généraux le 1er avril 1942, préfet de la Loire le 17 mai 1943, puis préfet régional de Lyon en juin 1944, le plus jeune de France, il a fait les preuves de son dynamisme. C’est d’ailleurs à Lyon qu’il a sympathisé avec Georges Villiers, maire de la ville depuis la destitution d’Édouard Herriot. Lorsque Villiers a été arrêté par les Allemands, pour faits de résistance, Boutemy s’est offert en otage afin que son ami ne soit pas condamné à mort mais seulement déporté7.

  • 8 France-Soir, 7 avril 1949.

9Révoqué à la Libération, l’ancien préfet est d’abord pris en charge par Ernest Mercier, le magnat de l’électricité, passionné de politique, fondateur avant guerre du Redressement Français. Villiers étant devenu le premier président du cnpf, le 21 décembre 1945, il installe Boutemy à la tête d’un Centre d’études administratives et économiques, que l’on appelle familièrement le « Comité de Penthièvre », du nom de la rue où il est installé. Il semble que Maurice Brulfer, directeur de Progil, principale société du groupe lyonnais Gillet, soit associé aux premiers temps du « Comité de Penthièvre ». Il s’agit de centraliser le financement patronal, dispersé à la Libération en plusieurs structures concurrentes, dont le survivant Comité Mascuraud, dirigé par Jules Julien, le Strindoc, constitué en 1945 par les Rothschild, liés aux Worms et aux Vernes, et la Société des études économiques et statistiques dirigée par Claude-Joseph Gignoux8.

  • 9 Georgette Elgey, La République des contradictions, op. cit., p. 124.
  • 10 an, Fonds André Boutemy, Au cnpf 1946-1952, 553 AP 7.

10L’équipe de Boutemy se compose d’anciens « chevaux de retour » de Vichy, tel le préfet Henry Cado, grand ami du secrétaire général de la police René Bousquet, et l’ex-préfet de Toulouse André-Paul Sadon. Leur rôle est de distribuer à bon escient les fonds patronaux, avec une obsession majeure : l’anticommunisme. Selon Georgette Elgey, l’équipe Boutemy aurait dépensé entre cinq et six milliards de francs de 1946 à 1952, dont un milliard pour la seule élection de 1951, à l’issue de laquelle on fait circuler à l’Assemblée une liste de 160 députés « chéquards ». « Il est exact que j’ai distribué beaucoup d’argent. Je ne me souviens plus de qui je le tenais, mais je me souviens fort bien à qui je l’ai donné », dira-t-il en février 1953, en guise de menace pour ceux qui lui voudraient du mal9. Les archives ne nous donnent pas de chiffre global. En revanche, elles contiennent plusieurs lettres de solliciteurs, qui nous renseignent sur les familles politiques bénéficiaires et sur les montants des subventions patronales. À l’occasion des élections de juin 1946, il semble que l’anti-communisme soit la préoccupation majeure des bailleurs de fonds patronaux et de leurs interlocuteurs politiques. En témoigne une lettre émanant de la présidence du gouvernement provisoire, en date du 20 février 1946, et qui demande à Boutemy de « mettre la machine en place au plus tôt » car le « danger communiste est très grave ». En témoigne aussi ce « plan d’action politique » élaboré par les « Jeunesses radicales, les radicaux socialistes anti-marxistes, les socialistes paul-fauristes, des éléments de l’Alliance démocratique, et des représentants de la cgt », afin d’instaurer un « régime républicain (libéral) » et de « lutter contre le communisme », et présentant à Boutemy un devis détaillé : « 3 millions pour l’organisation du référendum (de mai 1946) et 100 000 francs pour les élections (de juin 1946), 250 000 francs pour les tournées de propagande, etc. ». Une autre lettre d’Alphonse Rio, ancien ministre radical de la IIIe République, reçue le 28 octobre 1946, réclame 300 000 francs pour la liste du Rassemblement des gauches républicaines du Morbihan, en vue des élections du 10 novembre. Henri Lasseray, candidat dans la Sarthe sous l’étiquette du Groupe Indépendance, réclame lui aussi 300 000 francs. Deux autres lettres émanent des candidats du Parti républicain de la liberté, Patureau-Mirand dans l’Indre et Georges Picot en Seine-et-Oise, qui réclament des subventions mais sans en fixer le montant10.

  • 11 Annales de l’Assemblée Nationale, Débats Parlementaires, Vol 237, Séance du 24 novembre 1948, p. 7 (...)

11Ces quelques exemples, non exhaustifs (sachant que d’autres cartons d’archives restent à exploiter), montrent que l’anti-communisme est bien l’idée-force de ce financement patronal. Boutemy, dont la sensibilité politique personnelle est radicale, subventionne de façon pragmatique l’ensemble des partis, de droite comme de gauche, susceptibles de faire barrage au « parti de l’étranger ». Dans un article publié dans Franc-Tireur du 2 mai 1946, Yves Farge, résistant et « compagnon de route », ancien commissaire de la République de Lyon, dénonce « une caisse noire comme jamais M. Billiet n’en eut à sa disposition », et qui est selon lui « gérée par deux hommes : M. Brulfer, du groupe Gillet, et M. Boutemy, du gouvernement de Vichy ». Selon Front National, journal issu de la résistance communiste, en date du 16 mai 1946, « lorsqu’un candidat radical se rend rue de Valois pour recevoir l’investiture, il est dirigé vers le 5, rue de l’Opéra, au siège du Rassemblement des gauches républicaines, où il est reçu par Brulfer et Boutemy », qui lui octroient des fonds « s’il s’engage à défendre le patronat ». Le 24 novembre 1948, à la tribune de l’Assemblée nationale, le député communiste Jacques Duclos donne lecture à ses collègues d’une lettre adressée en 1946 à l’ancien préfet Sadon, adjoint de Boutemy, par le député prl des Deux-Sèvres Clovis Macouin. Ce dernier fait part de son amertume envers « les services de la rue de Penthièvre », qui lui ont promis « une somme de 200 billets », dont il n’a pas vu la couleur. Macouin se dit « peiné de savoir que d’autres collègues, pourtant fortunés, ont été royalement servis et que, personnellement, je n’ai rien obtenu, si ce n’est des dettes que j’aurai beaucoup de mal à régler11 ». La révélation de ces usages met fin à la carrière parlementaire de Clovis Macouin, mais pas aux distributions d’André Boutemy. D’ailleurs, son influence dépasse très largement le champ des subventions patronales.

Le conseiller des politiques

12Les activités de Boutemy ne se limitent pas à distribuer des billets de banque aux hommes politiques : il leur prodigue ses conseils. Jean-Noël Jeanneney fait état d’une rencontre organisée en août 1945 par Henry de Peyerimhoff, dirigeant historique du patronat français, entre Boutemy, son partenaire Maurice Brulfer, et Louis Marin, le chef de la Fédération républicaine. Il s’agit de définir à quelles conditions les grands patrons français peuvent s’engager à financer les candidats anti-communistes.

  • 12 Jean-Noël Jeanneney, « Le patronat au piquet », dans Revue Historique, mars-janvier 1980, p. 90.
  • 13 an, Fonds André Boutemy, 553 AP 7.

13« Nous voulons, de gré ou de force, faire l’union des partis d’opposition, nous en avons les moyens, affirment Brulfer et Boutemy. Il faudrait que la Fédération républicaine disparaisse et que vous, Monsieur Marin, vous vous effaciez12 ». On imagine la stupeur de Louis Marin, l’un des chefs incontestés de la droite, face à cet ultimatum patronal. Toujours est-il que la Fédération républicaine et son chef vont effectivement disparaître du paysage politique français, laissant la place à de nouvelles organisations, notamment aux « Indépendants » d’Antoine Pinay et Roger Duchet, qui vont être les protégés de Boutemy et Brulfer. Plus largement, ce sont tous les partenaires de la coalition de « troisième force », indépendants de Pinay, radicaux de Queuille et Mayer, démocrates-chrétiens de Bidault, voire socialistes, qui vont bénéficier des largesses et des conseils de Boutemy. Par une lettre datée du 18 novembre 1946, un collaborateur du comte de Paris lui demande même un rendez-vous pour « faire un tour d’horizon de politique générale13 ».

  • 14 Georgette Elgey, La République des contradictions, op. cit., p. 124

14Moins anecdotique est le témoignage d’Henri Queuille, notant que Boutemy se comporte avec le personnel politique « comme un grand seigneur de mauvais aloi n’aurait pas osé traiter ses valets ». Georgette Elgey raconte ce déjeuner de mars 1946 au cours duquel Boutemy reproche au démocrate-chrétien Pierre-Henri Teitgen de gouverner en compagnie des communistes. Teitgen se justifiant par la nécessité d’éviter le pire, Boutemy l’admoneste avec véhémence : « J’ai déjà entendu, monsieur le ministre, un raisonnement analogue. Il était tenu par le président Laval à Vichy en 1943. Vous savez où cela a conduit le président Laval14 ». C’est ainsi que le financier du CNPF se permet de parler à un ministre de la République.

15Si l’on en croit le quotidien Paris-Presse du 16 novembre 1947, sous la plume de Jean Balensi, Boutemy serait « l’adversaire le plus efficace des communistes », « l’homme dont l’action en coulisse pèse le plus lourd sur notre politique intérieure de ces derniers mois ». Par deux fois, il aurait « sauvé le cabinet actuel », dirigé par le socialiste Paul Ramadier, en déjouant une manœuvre de division et en ramenant certains ministres à la discipline. Le journaliste ajoute que Boutemy serait en train d’échafauder une nouvelle combinaison ministérielle, qu’il qualifie de « Tiers-Parti » : un projet de troisième force recentrée sur la nébuleuse radicale et sur la droite modérée ?

16L’information mérite vérification, mais le jugement est en tout cas révélateur de l’aura dont dispose Boutemy dans le microcosme politico-médiatique. Cet article est d’ailleurs très intéressant, car il contient la seule interview jamais donnée par cet homme de l’ombre. Il y précise très clairement ses objectifs politiques : « Je n’ai d’autre règle que l’anticommunisme, mais, évidemment, l’anticommunisme sous toutes ses formes ». En revanche, il est plus flou sur la méthode :

« Il est exact que j’ai accepté le titre et les fonctions de conseiller politique du CNPF, mais seule ma conviction personnelle m’a entraîné dans la lutte. Il se trouve que le grand patronat pense comme moi qu’il faut contenir le communisme et que le salut du pays est à ce prix : il est normal que je ne lui marchande pas mon appui […]. Un industriel peut être sollicité d’appuyer de ses deniers un mouvement, un candidat, une propagande. Ès qualités, je suis tenu de le conseiller sur l’opportunité du geste : c’est tout ».

17Il est évident que Boutemy ne peut en dire plus sur son rôle de financier et d’éminence grise.

  • 15 an, Fonds André Boutemy, 553 AP 7.

18Les archives privées confirment en tout cas son efficacité, si l’on en croit le compte rendu des conférences du bureau du cnpf de l’époque, présidé par Villiers, assisté de Marcel Meunier et d’Emmanuel Mayolle, vice-présidents du cnpf, ainsi que d’Henri Lafond, président de la Banque de l’Union Parisienne, et de Raoul de Vitry, directeur général de Pechiney. En date du 13 octobre 1949, il y est fait l’éloge de Boutemy, « un seul homme qui obtient de magnifiques résultats par un travail direct d’homme à homme » et qui « a acquis dans ce domaine une dextérité que l’on avait jamais encore autant appréciée et reconnue, et qui se manifeste pleinement durant cette crise » (crise ministérielle qui suit la démission Queuille, avant la nomination de Georges Bidault, le 29 octobre). En date du 25 mai 1950, on signale que Boutemy est « en mesure de mettre un peu d’huile dans les rouages du Rassemblement des gauches républicaines ». Le 5 février 1951, il est fait état d’un récent déjeuner avec le Président du conseil René Pleven, au cours duquel Boutemy lui aurait reproché son inaction sur la réforme du mode de scrutin : « nous avons la certitude absolue que le système électoral sera modifié dans un sens voisin de nos projets », conclut la note patronale. Par ailleurs, il semble que Boutemy suive « de très près les initiatives du Rassemblement du peuple français pour former une union nationale, de manière à ne pas laisser le général de Gaulle prendre seul l’initiative de créer cette union nationale15 ».

  • 16 Georgette Elgey, op. cit., p. 124.

19De ces informations, il ressort que Boutemy a incontestablement l’oreille des dirigeants politiques de la IVe République, et qu’il semble être une cheville ouvrière de la troisième force. C’est au centre, grâce à l’alliance des modérés et des radicaux, qu’il veut faire fonctionner le régime, luttant avant tout contre l’influence des communistes puis contre celle des gaullistes. Proche du centre gauche, radical avant tout, il n’en joue pas moins un rôle privilégié auprès des reconstructeurs de la droite. Si l’on en croit les témoignages recueillis par Georgette Elgey, il semble qu’Antoine Pinay, qui a connu Boutemy comme préfet de Saint-Étienne, écoute volontiers ses avis. Plus intime encore, Roger Duchet, le fondateur du Centre national des indépendants, est un familier du Centre d’études administratives et économiques, à tel point que René Bousquet l’aurait surnommé le « petit Duchet de Penthièvre16 ».

  • 17 Idem.

20Lorsque Boutemy décide de sortir de l’ombre pour être élu en Seine-et-Marne au Conseil de la république, en mai 1952, c’est sur une liste d’union qui réunit modérés, radicaux et gaullistes, et il va siéger sous l’étiquette du Centre républicain d’action rurale et sociale, qui est le groupe des Indépendants. À la fin de l’année 1952, il semble avoir joué un grand rôle dans la coulisse pour obtenir que son ami, le radical René Mayer, fondateur du Rassemblement des gauches républicaines, succède à Pinay à la présidence du Conseil17. C’est pourquoi, lorsque Mayer prend la tête du gouvernement en janvier 1953, il récompense Boutemy en lui confiant le portefeuille de la Santé et de la Population, suscitant le scandale évoqué plus haut.

  • 18 Ibidem, p. 125.

21« Nous n’allions pas laisser passer une telle opportunité. C’était inespéré », confiera le communiste Jacques Duclos à Georgette Elgey18. Boutemy est évidemment la cible idéale pour la gauche, car il est compromis à la fois avec Vichy et avec le patronat. « L’événement du ministère Mayer est sans conteste la présence de M. Boutemy qui a laissé pantois tous ceux qui connaissent l’homme », commente L’Observateur, ajoutant que des listes circulent dans les couloirs de l’Assemblée, avec les noms des députés ayant bénéficié des largesses du comité de Penthièvre.

  • 19 Samedi-Soir, 12 février 1953.

22Le député de Paris Jean-Louis Vigier organise plusieurs dîners avec des personnalités politiques afin que Boutemy puisse venir se défendre. Il y raconte comment en 1943, en tant que préfet de la Loire, il a sauvé la vie du fils d’Antoine Pinay, puis comment en juin 1944, en tant que préfet régional de Lyon, il a empêché cinquante otages de Vaise, dans la banlieue lyonnaise, d’être fusillés par les Allemands : « Vous m’assassinerez avec eux », aurait-il déclaré. Quant à sa situation politique, il semble confiant : « Des amis, j’en ai dans tous les partis, assure-t-il. Et je suis sûr qu’ils ne m’abandonneront pas ». Il semble notamment que Roger Duchet lui a fait vendre sa grosse voiture américaine, dont le luxe tapageur risquait de choquer19.

  • 20 Annales de l’Assemblée Nationale, Débats Parlementaires, Vol 281, Séance du 17 février 1953, p. 10 (...)

23Il n’empêche que personne n’est surpris, le 9 février 1953, lorsque René Mayer annonce qu’il vient d’accepter la démission de Boutemy, soi-disant malade. « Une belle victoire », écrit André Stil à la une de L’Humanité, car « c’était plus encore que le scandale d’un assassin promu ministre ; c’est le scandale de toute une politique montrant son vrai visage ». Pourtant, le 17 février, la majorité des députés choisit de voter par 371 voix contre 244 la question préalable, qui fait avorter la discussion des interpellations déposées sur le cas Boutemy20.

  • 21 Le Monde, 1er juillet 1953.

24L’Observateur s’indigne de cette opacité parlementaire, affirmant que, lors des élections de 1951, le comité de Penthièvre a versé à toutes les listes radicales un minimum de 500 000 francs, celles conduites par un ancien ministre bénéficiant d’une allocation d’un million. Dans un discours prononcé à Pau, le 29 juin suivant, le président de la République Vincent Auriol exploite l’affaire en dénonçant « l’assaut des féodalités économiques corporatives ou technocrates » qui « tendent à se substituer au gouvernement et font peser sur le Parlement des pressions aussi impudentes que scandaleuses21 ».

  • 22 L’Humanité et Carrefour, 15-16 février 1955.
  • 23 Nouveaux Jours, 25 novembre 1955.

25Comment évaluer les conséquences véritables du scandale Boutemy ? Ce dernier doit abandonner ses fonctions au Centre d’études administratives et économiques, mais sa carrière politique n’est pas terminée pour autant. En décembre 1953, lors de l’élection du président de la République par le Congrès réuni à Versailles, il fait partie, avec Antoine Pinay, Roger Duchet et Henri Queuille, d’une conjuration visant à empêcher la victoire de Joseph Laniel, jugé trop encombrant. En outre, il se distingue comme l’un des plus ardents adversaires de la Communauté européenne de défense, s’alliant même pour la circonstance avec ses ennemis d’hier, les communistes et les gaullistes. Si l’on en croit le Journal du Parlement du 18 novembre 1954, il serait même redevenu le trésorier occulte du cnpf. Une lettre confidentielle, parue le 8 février 1955, lors de la crise ministérielle qui suit la chute de Pierre Mendès France, affirme que Boutemy est pressenti pour participer à un éventuel gouvernement Pinay. Plusieurs journaux communistes, tels Carrefour et L’Humanité, le désignent comme la cheville ouvrière d’une combinaison Pflimlin22. Aux Écoutes, dans son édition du 23 septembre 1955, relate un déjeuner entre le Président du conseil Edgar Faure et Boutemy. En juin, c’est avec Pierre Mendès France qu’il s’est entretenu23.

  • 24 an, Fonds Boutemy, 553 AP 11-19, Sénateur de Seine-et-Marne ; 553 AP 20-23, Interventions au Séna (...)

26Lorsque le CNPF se rallie au Marché Commun, Boutemy est élu en juin 1957 représentant de la France à l’assemblée de la Communauté européenne du charbon et de l’acier. Réélu sénateur en juin 1958, il disparaît un an plus tard, le 14 juillet24. On n’en saura pas plus sur la réalité de ses activités sous l’occupation. Comme beaucoup de hauts fonctionnaires, il s’est comporté comme un serviteur du régime de Vichy, avant de se tourner vers la Résistance sur le tard. Il n’était sans doute pas plus le collaborateur sanguinaire décrit par les communistes que le patriote totalement irréprochable dont il voulait donner l’image.



  • 25 an, Fonds Boutemy, 553 AP 1. Le dossier pénal d’André Boutemy, faisant état de la décision de cla (...)

27Au terme de cette première approche, bien des questions restent encore sans réponse. Sur ce qui a fait scandale, à savoir la participation plus ou moins active de Boutemy au régime de Vichy, nous disposons de nombreux éléments, notamment de son dossier de révocation administrative, et des témoignages à charge, et surtout à décharge (notamment celui du cardinal Gerlier), qui se sont accumulés25. En revanche, plus rares sont les informations précises pour ses activités de l’ombre, en tant que bailleur des fonds patronaux pour les campagnes électorales de 1946 à 1951. Comment a-t-il été imposé par Georges Villiers à la tête du « Comité de Penthièvre » ? Quel est le rôle d’Ernest Mercier et celui de Maurice Brulfer dans ce choix ? Comment fonctionnait le Comité, à quel degré d’organisation ? Quelle a été la répartition exacte des subventions ? Peut-on retrouver la liste des « chéquards » dont la presse s’est fait l’écho à plusieurs reprises ? La nébuleuse politique radicale, d’où était issue Boutemy, a-t-elle été privilégiée, ou plutôt les indépendants de Roger Duchet ? Il est évident que ce financement occulte échappe aux règles traditionnelles de l’archivage et de la communication. Néanmoins, les archives n’ont pas encore livré tous leurs secrets, et il faudra une consultation intégrale pour apporter une réponse définitive, sous réserve des dérogations. Il faudrait par ailleurs prolonger l’enquête menée par Georgette Elgey en multipliant les témoignages sur ce personnage à double facette, à la fois homme de l’ombre et conseiller encombrant. Là encore, bien des choses restent à dire, ou à découvrir. Quel rôle Boutemy a-t-il véritablement joué auprès de Roger Duchet, qui semble être devenu l’un de ses intimes, mais aussi auprès de René Mayer, qui l’a promu ministre ? Peut-on le considérer comme un reconstructeur de la droite ou simplement comme un croisé de l’anticommunisme, prêt à soutenir tous ceux qui combattaient la même cause ? Quel rôle exact a-t-il joué dans la lutte contre le RPF ?

28Là encore, nous posons plus de questions que nous n’apportons de réponses, mais ce n’est qu’une étape d’une recherche en cours. Au-delà de la problématique du présent colloque, la carrière de Boutemy est passionnante pour l’historien, en ce qu’elle pose une série de questions cruciales, aussi bien sur les responsabilités de l’administration préfectorale sous Vichy, que sur la reconstruction du patronat français à la Libération, sur les modalités de son influence politique, sur le financement occulte des candidats et des partis, sur le lobbying à la française, ou encore sur les réticences du pouvoir économique envers la construction européenne. Autant d’enjeux qui interpellent l’historien.

Notes

1 an, Fonds André Boutemy, Documents personnels, 553 AP 1. Après sa révocation administrative en décembre 1945, son recours auprès du Conseil d’État est rejeté le 5 mars 1948, au motif que, « si le sieur Boutemy a contrecarré à diverses reprises les entreprises de l’ennemi, il ne s’est pas moins associé de manière intime et active dans l’exercice de ses fonctions à la politique du Gouvernement alors au pouvoir ». Mais, à la suite d’un recours gracieux auprès du ministre de l’Intérieur, le décret de révocation sera finalement rapporté par décret du conseil des ministres, le 2 novembre 1950, sous le gouvernement Pleven.

2 Journal Officiel, 1953, p. 598.

3 Georgette Elgey, La République des illusions 1946-1951, Fayard, 1965 et La République des contradictions 1951-1954, Fayard, 1968.

4 an, Fonds André Boutemy, 553 AP 1 à 46.

5 an, Fonds André Boutemy, 553 AP 1, Documents personnels. 1941-1959.

6 Lors de son passage à la direction des Renseignements généraux, Boutemy va aider Robert Lacoste, devenu résistant, à se cacher en lieu sûr. an 553 AP 2, Presse : polémiques, attaques. 1946-1956.

7 an, Fonds André Boutemy, 553 AP 1.

8 France-Soir, 7 avril 1949.

9 Georgette Elgey, La République des contradictions, op. cit., p. 124.

10 an, Fonds André Boutemy, Au cnpf 1946-1952, 553 AP 7.

11 Annales de l’Assemblée Nationale, Débats Parlementaires, Vol 237, Séance du 24 novembre 1948, p. 7196.

12 Jean-Noël Jeanneney, « Le patronat au piquet », dans Revue Historique, mars-janvier 1980, p. 90.

13 an, Fonds André Boutemy, 553 AP 7.

14 Georgette Elgey, La République des contradictions, op. cit., p. 124

15 an, Fonds André Boutemy, 553 AP 7.

16 Georgette Elgey, op. cit., p. 124.

17 Idem.

18 Ibidem, p. 125.

19 Samedi-Soir, 12 février 1953.

20 Annales de l’Assemblée Nationale, Débats Parlementaires, Vol 281, Séance du 17 février 1953, p. 1068.

21 Le Monde, 1er juillet 1953.

22 L’Humanité et Carrefour, 15-16 février 1955.

23 Nouveaux Jours, 25 novembre 1955.

24 an, Fonds Boutemy, 553 AP 11-19, Sénateur de Seine-et-Marne ; 553 AP 20-23, Interventions au Sénat ; 553 AP 24-25, A l’assemblée parlementaire européenne.

25 an, Fonds Boutemy, 553 AP 1. Le dossier pénal d’André Boutemy, faisant état de la décision de classement du parquet de la cour de justice de la Seine, le 3 juillet 1945, la justifie au motif qu’il aurait « toujours agi dans un sens conforme aux intérêts français », résistant « aux pressions du régime de Vichy ». Lors de son passage à la sous-préfecture de Thonon, il n’a procédé à aucun internement pour motif politique. Il a fait passer Xavier de Gaulle, frère du général, en zone sud. En tant que directeur des Renseignements généraux, il a obtenu en février 1943 qu’aucune sanction ne soit prise contre le maquis du Chablais, dans son ancien arrondissement de Thonon. En novembre 1942, lors de l’entrée des troupes allemandes en zone sud, il a effectué des démarches directes auprès de Pierre Laval pour lui signaler le danger encouru par les personnalités internées, Léon Blum, Édouard Daladier, Georges Mandel et Paul Reynaud. En tant que préfet de la Loire, il a fait libérer le capitaine Chaland, agent du bcra, en décembre 1943, ainsi que l’avocat communiste Le Griel. Le 4 juin 1943, à Roanne, il a réussi à éviter l’arrestation de 600 otages. Le 24 décembre 1943, il s’est lui-même proposé pour remplacer 100 otages réclamé par les Allemands. Selon le témoignage du rabbin Champagne, il a refusé de communiquer aux Allemands la liste des juifs du département, et les fait avertir des rafles. De même, il a fait prévenir les maquisards de Montchal, avant l’opération du 10 mars 1944. En tant que préfet régional du Rhône, à partir du 11 juin 1944, il a menacé de faire arrêter le chef régional de la Milice afin d’empêcher l’exécution de 200 résistants. Selon le cardinal Gerlier, il a eu une conversation de quatre heures avec le colonel allemand pour éviter la déportation de 800 otages de Montluc. Enfin, en juillet 1944, il a obtenu la libération de 1 700 personnes arrêtées à Bourg et déjà dans le train.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540