Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recomposition des droites

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Troisième partie. Approches régionales et figures

Cazaux, Roques, Villepelet : trois portraits politiques d’évêques de l’Ouest

Frédéric Le Moigne

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le réveil de la question scolaire en 1945, inévitable après l’épisode de Vichy, a naturellement marqué plus qu’ailleurs le champ politique de l’Ouest de la France, seul espace à connaître une mobilisation catholique comparable à celle menée contre le Cartel des gauches et qui s’étendit jusqu’en 1950 avec le retentissant appel à la grève de l’impôt. Cette campagne renouvela la nature de l’encadrement clérical des droites de l’Ouest à cause de la division inédite de l’épiscopat régional. Les lignes de fracture de la hiérarchie catholique sur la stratégie scolaire correspondaient en effet parfaitement à la nouvelle géographie politique née à la Libération séparant le Rennais et centriste Roques de ses deux frères en épiscopat conservateurs, le Nantais, Villepelet et surtout le Vendéen, Cazaux.

Les deux épiscopats de la Libération

  • 1 Archives dép. d’Ille-et-Vilaine 43 W 252, « Rapport sur la situation religieuse et l’attitude du c (...)
  • 2 Originaire du Tarn, Roques faisait partie de ces prélats du Sud-Ouest dont le climat a aiguisé le (...)
  • 3 Jacqueline Sainclivier, L’Ille-et-Vilaine 1918-1958. Vie politique et sociale, Rennes, pur, 1996 (...)
  • 4 Initiative révélée par Michel Lagrée, Le diocèse de Rennes, sous la dir. de Jean Delumeau, Beauch (...)

2Mgr Roques est « doué d’un sens politique très profond ». Ils n’étaient pas très nombreux dans la France de la Libération les évêques qui reçurent de tels éloges – dignes de l’époque concordataire ou de Vichy – de la part d’un commissaire de la République. Ce jugement de février 1945 de Victor Le Gorgeu1 s’expliquait surtout par le visage offert par le prélat au nouveau pouvoir dans les premiers mois de la Libération2. Visage qui sourit à de Gaulle dès le 20 août 1944 lors de sa venue à Rennes – ce qui n’était pas unique chez les évêques mais qui l’était assurément davantage chez les archevêques ; visage incontournable de la scène libérée rennaise conduisant les catholiques aux défilés unitaires3. L’optimisme manifesté alors par Roques s’expliquait par l’entente précoce et à cet égard exceptionnelle à l’échelle de l’épiscopat national avec les démocrates-chrétiens de la Résistance dont on connaît à Rennes le rôle dans la reprise en main de l’information régionale. À ce titre, il n’est pas abusif de faire de l’archevêque un des pères fondateurs de Ouest-France. Dans le même sens, Roques a tenté avec son allié Henri Fréville et par l’intermédiaire de l’abbé Chéruel de négocier très sérieusement avec la commission Philip4 ; ce qui constituait une des rares initiatives de conciliation hiérarchique en direction du nouveau pouvoir, de surcroît sur le terrain scolaire.

  • 5 « Lettre […] à l’occasion du Nouvel an », Semaine religieuse du diocèse d’Albi du 4 janvier 1945.

3Au sein de l’épiscopat le plus ouvert à la Libération, on opposera cette collaboration pragmatique aux barrières doctrinales rapidement érigées au moment de la création du mrp par certains prélats du Sud-Ouest, à commencer par Mgr Saliège, confirmé par Mgr Moussaron affirmant que « l’Église ne voulait pas de parti catholique5 ». Le souci d’éviter tout cléricalisme qui relayait certes l’identité non confessionnelle affichée par le mouvement ressemblait tout de même à un rendez-vous historique manqué.

  • 6 Jean Villepelet, protégé du cardinal Verdier et vicaire général de Mgr Fillon à Bourges, offrait t (...)
  • 7 « Union », Semaine catholique du diocèse de Luçon, 21 octobre 1944.
  • 8 Michel Debré, Trois Républiques pour une France. Combattre, Albin Michel, 1984, p. 339.

4Avec Villepelet et Cazaux6, c’est un tout autre épiscopat que l’on rencontre, celui majoritaire des « émigrés de l’intérieur », percevant le rétablissement républicain comme le résultat d’un coup d’État illégitime. Le silence boudeur de l’évêque de Nantes et la référence directe au discours du « vent mauvais » (12 août 1941) par l’évêque de Luçon en octobre 19447 suffisent à reconnaître le maréchalisme anachronique des deux prélats. On ajoutera pour Villepelet l’abattement après les tensions de l’Occupation qui fit de cet évêque, il est vrai dépourvu de cathédrale, un personnage marginalisé dans l’espace nantais et à ce titre l’exacte antithèse de Roques à Rennes. Il faut certes composer avec l’hostilité affichée de la nouvelle élite municipale Front national, mais le prélat avait alors tendance à voir dans son isolement tout résistant comme un communiste, même Charles de Gaulle qu’il fut contraint d’accueillir dans sa chapelle privée lors d’une rencontre aussi froide que le temps du 14 janvier 19458.

5La querelle scolaire a été réveillée dans l’Ouest par les deux camps antagonistes à partir du mois de février 1945 et naturellement avivée par l’annonce le 28 mars du vote de la fin des subventions de Vichy. La campagne des municipales, en grande partie à cause de la nervosité de la gauche devant le nouvel électorat féminin, a été cependant plus marquée par la question scolaire que le vote lui-même. La hiérarchie catholique, devant les incertitudes de cette première élection et à cause de la brièveté de la campagne, attendait de voir pour intervenir plus directement. Les évêques de Luçon et de Nantes ont d’ailleurs préféré mettre toute leur énergie dans l’organisation parallèle d’un référendum de combat sur la liberté scolaire, refusé par exemple au Mans par Mgr Grente. La première salve de Cazaux fut postérieure aux municipales et dirigée le 22 juin contre le Comité départemental de libération ( cdl) à cause de ses sympathies laïques sous la forme d’une lettre publique. L’évêque donnait ainsi à ses diocésains les consignes de mobilisation pour les cantonales de septembre 1945. En Loire-Inférieure et en Vendée, cette consultation offrit aux évêques la structure politique traditionnelle conservatrice qu’ils attendaient.

  • 9 Archives dép. de Loire-Atlantique ( adla) 1673 W 73, compte rendu de la session du 28 novembre 194 (...)

6La première séance de l’assemblée départementale de Loire-Inférieure en témoignait puisque les quarante modérés et conservateurs s’accordèrent immédiatement sur un vœu exigeant l’extension du bon scolaire aux parents du privé. Les conseillers du Comité d’Union nationale et républicaine ne pouvaient mieux signifier leur réappropriation de l’espace politique départemental, au détriment du cdl et des quatre représentants de gauche exclusivement citadins. Le seul communiste de l’assemblée – Bâtard – qui, au conseil de la délégation spéciale de Nantes, avait voté la fin des bourses à l’école privée en février sur fond d’antiépiscopalisme devait cette fois-ci écouter le conseiller mrp de Nort-sur-Erdre, le Dr Tardiveau, lire une déclaration de Mgr Roques qui pouvait, selon l’orateur, « être acceptée par la majorité de cette assemblée9 ».

  • 10 J’ai exposé ce double aspect de continuité et de renouvellement militant pour expliquer la reprise (...)
  • 11 La Fédération nationale d’Action catholique a remplacé, sur décision épiscopale, la fnc, en juill (...)
  • 12 Notamment lors de l’ aca du 13 mars 1946 (Centre national des archives de l’Église de France).

7Cazaux et Villepelet, tout comme Mgr Costes en Anjou, sont surtout promptement parvenus à canaliser ce notabilisme de droite restructuré en l’orientant vers un programme ambitieux de défense scolaire. L’évêque de Luçon créa ainsi en novembre 1945, à l’échelle du canton, des comités qui faisaient de tout son vivier catholique de maires et conseillers généraux d’actifs militants de la liberté de l’enseignement prompts à voter les subventions, à adresser des pétitions au préfet ou à conduire les défilés de protestation. La survivance d’une sociabilité politique façonnée par la fnc – inconnue ailleurs – peut être reconnue comme un des signes de permanence conservatrice en Maine-et-Loire, Vendée et Loire-Inférieure. Mais il s’agit également de parler de renouvellement des réseaux militants de défense catholique de l’Ouest intérieur grâce au cals (Comité d’action pour la liberté scolaire10). Un tel dynamisme attire d’autant plus l’attention que l’on souligne davantage pour cette période la vitalité générationnelle de l’Action catholique spécialisée en direction du mrp, telle qu’elle a pu s’exprimer par exemple dans le diocèse de Rennes. En Ille-et-Vilaine, la solide fédération mrp faisait ainsi contraste avec les troupes endormies des apel et de la fnac11. Il faut dire que Roques, partisan de la négociation politique, s’opposait, au sein de l’Assemblée des cardinaux et archevêques, à la stratégie de défense et de renforcement du militantisme scolaire prônée par le cardinal Liénart12.

La mobilisation référendaire

  • 13 adla 1690 W 181, rapport du préfet du 8 avril 1946.

8Autant il est possible de douter de l’influence directe de la hiérarchie catholique de l’Ouest sur les élections de 1945, autant celle-ci ne fait aucun doute pour le référendum de mai 1946. Ses représentants du Finistère, de Loire-Inférieure et de Vendée animèrent directement la campagne référendaire en organisant, au mois d’avril (dans la temporalité pascale de mobilisation catholique), les seuls grands rassemblements de la région atteignant les 150 000 participants. Ces démonstrations cléricales, sans répondant laïque, étaient la traduction du travail des comités militants évoqués et soulignaient l’incontestable imbrication des réseaux ecclésiaux et politiques. Le rassemblement nantais du 7 avril avait été ainsi préparé le dimanche précédent par les prêches des curés, mais aussi par les réunions d’une grande partie des conseillers généraux, ainsi que des trois députés prl – Audibert, Chombart de Lauwe et Sesmaisons13. Par la surreprésentation des ruraux défilant par canton, les rassemblements étaient une photographie fidèle des cantonales et des permanences politiques de la région, comme si le temps s’était arrêté depuis 1925. À Nantes, la présence de 25 des 40 conseillers généraux du département, et de cinq députés sur l’estrade du meeting devant 60 à 80 000 personnes confortait incontestablement la position des droites qui se plaisaient à dire que Thorez était loin d’avoir réussi à réunir tant de monde lors de sa venue dans la ville. Roques ne conduisit pour sa part aucune manifestation à Rennes. Créé cardinal en février 1946 avec la bénédiction du gouvernement français et de Teitgen, député d’Ille-et-Vilaine depuis octobre 1945, il préférait certainement continuer de savourer l’accueil de sa cité à son retour de Rome plutôt que de mener un meeting mal vu du pouvoir.

  • 14 Voir la communication de Marc Bergère.
  • 15 Semaine catholique du diocèse de Luçon, 22 juin 1946.
  • 16 « Mise au point », Semaine religieuse du diocèse de Nantes, 29 juin 1946, p. 212.

9La victoire du « non » à la consultation, grande victoire nationale du mrp, donna au mouvement une dynamique qui lui permit aux législatives de juin de grignoter les solides positions conservatrices de Loire-Inférieure et de Vendée, en doublant son score d’octobre 1945 avec 15 % des suffrages exprimés dans le premier département, et en obtenant deux députés dans le second (Michaud et de Tinguy du Pouët). C’était précisément au moment où le prl perdait des voix que Cazaux et Villepelet, acteurs eux aussi de la « guerre des droites14 », choisirent de le soutenir publiquement. L’initiative appartint à l’évêque de Luçon qui réagit15 contre un article national teinté mrp paru dans Le Pèlerin affirmant que le programme économique libéral du prl était contraire à la doctrine sociale de l’Église. Sans écarter la proximité de lecture d’une certaine partie de l’épiscopat intégraliste avec le prl contre l’étatisme économique, il faut lire cette réaction comme un renvoi d’ascenseur au parti de Michel Clemenceau et d’Armand de Baudry d’Asson pour son soutien sur la question scolaire, unique obsession de Cazaux. À preuve, il n’y eut que Villepelet au sein de la hiérarchie pour reprendre le message de Luçon16.

  • 17 Étienne Fouilloux, « Les forces religieuses », Les Pouvoirs en France à la Libération, sous la di (...)
  • 18 Semaine religieuse du diocèse de Limoges, 9 novembre 1945.

10Cette prise de position détonnait au sein d’un épiscopat national se refusant au soutien partisan, n’abordant le terrain strictement politique que pour faire barrage au laïcisme et au communisme et qui, tout en appréciant depuis le premier semestre 194517 et plus sûrement encore depuis 1946, le mrp essentiellement pour sa position sur la liberté de l’enseignement, ne le soutenait pas ouvertement. Une seule exception à cette règle, l’appui public au mouvement en novembre 1945, après donc les législatives, de Mgr Rastouil à Limoges18, un évêque aussi fougueux que Cazaux. Quoiqu’à ce jeu comparatif, l’évêque de Vendée restât toujours gagnant. En octobre 1946, le prélat s’était en effet signalé en allant directement porter la contradiction à un communiste qui le mettait en cause lors d’un meeting prl.

  • 19 Gilles Richard, « La Loire-Inférieure sous la IVe République. Un bastion de la droite modérée », (...)

11En Vendée et en Loire-Inférieure, l’ascension du mrp a été en tout cas freinée, comme le montrèrent les élections de novembre. Et s’il faut naturellement expliquer ce vote par le renforcement du prl par l’alliage gaulliste19, pourquoi ne pas penser que l’intervention de la hiérarchie catholique a eu également son poids ? Cela rend naturellement intéressante la perception par les évêques du rpf naissant, d’autant que son développement correspondait exactement à la radicalisation de la campagne des catholiques de l’Ouest contre le pouvoir de la IVe République sur le terrain fiscal, avec les fameux « procès des kermesses ».

Les « procès des kermesses »

12La paternité de cette vingtaine de procès, propres à l’Ouest à l’exception de la Normandie et s’étirant de juillet 1947 à janvier 1949, doit être attribuée à Mgr Cazaux puisque c’était lui qui avait décidé en février 1947 de ne pas céder aux sirènes d’apaisement du ministre mrp des Finances, Robert Schuman. C’était au même évêque de Luçon que revint ensuite le mérite de la conversion de ces obscures tracasseries fiscales en grandes manifestations avec mise en scène du soutien politique et en premier lieu celui du mrp régional. Si Roques sembla alors rompre avec sa stratégie de modération en prenant en marche le train de la revendication publique conduit par Cazaux, il ne faut pas croire que l’opinion ait alors perçu sa participation à trois procès comme une rupture personnelle. Le cardinal bénéficiait, avec Ouest-France, d’une caisse de résonance suffisamment puissante pour combler le retard de la représentation. Cette légitimation populaire de l’épiscopat de l’Ouest, symbolisée par l’applaudissement dans les prétoires, les cathédrales et les rues, mérite d’être comparée à la représentation contemporaine de de Gaulle dans la région, visible notamment le 26 juillet 1947 à Sainte-Anne-d’Auray.

  • 20 Didier Guyvarc’h, « Les cinquante otages dans la mémoire nantaise », Bretagne et identités région (...)

13Le « raz de marée » rpf aux municipales de novembre 1947, illustré par sa prise de pouvoir dans les trois cités épiscopales qui nous intéressent, a particulièrement compté pour Mgr Villepelet. Proche du nouveau maire, Henry Orrion, à la tête de la délégation municipale de 1942 à 1944, l’évêque de Nantes ne craignait désormais plus les attaques de la municipalité sur son maréchalisme. Aussi évoqua-t-il pour la première fois, fort de la présence du maire et de nombreux élus départementaux, son action dans l’affaire cruciale des cinquante otages20, le 12 février 1948, lors du « procès des kermesses ». Cette justification personnelle fonctionna si bien en cette période de lutte intense contre la mémoire communiste de Châteaubriant que la rumeur nantaise accrédita l’idée – fausse – qu’il s’était lui-même constitué otage en 1941. En participant le 25 juillet 1948 à la cathédrale Saint-Pierre au Te Deum qui avait manqué à Villepelet à la Libération, le chef du rpf contribua indirectement à cette construction héroïque. Les évêques de l’Ouest étaient alors devenus des acteurs incontournables du cérémonial des municipalités rpf, lors de l’accueil du général. En rencontrant à Luçon, le 23 juillet 1948, Mgr Cazaux, accompagné de sa « garde prl » (Rochereau et de Baudry d’Asson), de Gaulle connaissait parfaitement le poids électoral d’une photographie avec l’évêque. Si ce dernier a préféré le sourire et la poignée de main au discours d’allégeance tel que Pétain en avait reçu, il a néanmoins parié ouvertement sur l’adversaire des communistes et de cette IVe République « hostile à l’enseignement libre ».

  • 21 « Pour la liberté de l’enseignement. Une réunion à Nantes des parlementaires de l’Ouest », L’Aveni (...)

14Dans la dynamique des procès, le cals, bras militant de Mgr Cazaux, essentiellement composé d’avocats proches du rpf, a pu prétendre devenir un groupe d’influence politique comme le montra la réunion privée mais non secrète21 du 12 mai 1948 qu’il organisa à Nantes et qui réunit une trentaine de parlementaires de l’Ouest, parmi lesquels le Finistérien, Colin ( mrp), les Morbihannais Hutin ( mrp) et Marcellin ( cnri), les Vendéens de Baudry d’Asson, Rousseau ( prl) et de Tinguy du Pouët ( mrp), Bouvier ( prl) et Janton ( mrp) pour l’Ille-et-Vilaine, Moisan ( mrp) et Chombart de Lauwe ( prl) pour la Loire-Inférieure. La palette politique réunie, sous l’autorité du vicaire général de Villepelet, le chanoine Pihour, prouvait une nouvelle fois la force de fédération de l’Église de l’Ouest. Cependant, le caractère unanimiste de cette concertation originale ne doit pas cacher la profonde concurrence entre parlementaires catholiques qui rendait parfaitement aléatoire la mise en route effective de ce groupe de pression informel.

  • 22 adla 161 W 382, rapport des rg du 30 juin 1948.

15Les équilibres parisiens se chargèrent d’ailleurs d’effacer rapidement la réunion puisque, quatre jours plus tard, le mrp s’abstenait à l’Assemblée, lors du vote sur la nationalisation des écoles des houillères. La crédibilité déjà bien entamée du mouvement chez les militants du cals comme dans le haut clergé nantais et vendéen considérant que le mrp sacrifiait l’école privée au maintien de la Troisième Force, subissait un nouvel accroc, que n’atténua en rien le décret Poinso-Chapuis du 23 mai passé presque inaperçu. cals et hiérarchie catholique protectrice, toujours soucieux de mettre ses relais politiques au service de la contestation, obtenaient ainsi de 500 conseils municipaux la fermeture de leurs mairies entre avril et juillet 1948. La réunion préparatoire à cette grève pour la Loire-Inférieure, organisée le 30 juin par le cals à Nantes – et réunissant 250 conseillers généraux, maires et adjoints du département22 –, voyait déjà des élus chercher directement auprès du chanoine Pihour, des consignes de vote pour les élections au Conseil de la République du mois de novembre.

  • 23 De Maupéou conduisit ainsi 28 sénateurs de l’Ouest présenter les doléances de l’enseignement libre (...)

16Cet activisme politique était la défaite d’un cardinal Roques isolé et sans influence. Le prélat n’avait aucune prise sur le comité de Cazaux, après avoir cherché à le faire disparaître en avril 1948, au moment de la création du secrétariat d’études pour la liberté de l’enseignement d’Édouard Lizop, proche des apel et du mrp, censé fédérer, depuis Paris, tous les groupes de pression catholiques en jouant la carte de la négociation politique. L’échéance sénatoriale contribua au contraire à conforter l’influence du cals puisque, après avoir soutenu ouvertement plusieurs candidats conservateurs (Delalande en Mayenne, Rochereau en Vendée, Lelant dans les Deux-Sèvres…), il utilisa ses élus militants (de Maupéou était président du cals de Vendée) pour mener la guerre scolaire sur la scène politique parisienne23.

La grève de l’impôt

  • 24 Archives de la direction de l’Enseignement catholique de Vendée 22-S1, copie de la lettre du 9 oct (...)

17Cette stratégie nationale parut devenir pertinente au moment de l’investiture de Bidault à la présidence du Conseil à la fin d’octobre 1949. Elle se concentra sur un homme, le député des Sables-d’Olonne, Lionel de Tinguy du Pouët, membre du bureau mrp de l’Assemblée, vice-président du Conseil général de Vendée. Au début du mois d’octobre, peu après la chute du ministère Queuille, de Tinguy avait reçu un ultimatum de l’évêché24 enjoignant le mrp de montrer sa détermination sur le terrain scolaire comme le faisait son partenaire socialiste de la Troisième Force, sous peine de non réélection des deux députés du mouvement en Vendée. Cette dernière menace était naturellement l’objectif le plus réaliste de l’évêché mais le hasard fit que Bidault appela quelques jours plus tard de Tinguy au poste de secrétaire d’État aux Finances, dans un gouvernement de mrp de l’Ouest puisqu’il comprenait Teitgen, Letourneau, Buron, Ihuel. L’ultimatum prit toute sa valeur quand le cals décida en décembre de lancer au moment de Pâques sa grève de l’impôt des particuliers, en germe depuis 1945 et retenue depuis 1947, contre un mrp qui n’était pas capable de faire appliquer le décret Poinso-Chapuis. L’ombre légitimiste de Baudry d’Asson, le député préféré de l’évêché comptait également dans cette manœuvre contre de Tinguy qui ressuscitait tout un passé vendéen de rivalité. Le député mrp du Maine-et-Loire, Barangé, était aussi visé, lui qui était alors président de la commission des Finances et rapporteur du budget.

  • 25 Archives de l’archevêché de Rennes 1D132, duplicata de la lettre du 3 février 1950 adressée à nns (...)
  • 26 Archives de l’évêché de Nantes, « Documents relatifs à la manifestation de Saint-Laurent-sur-Sèvre (...)
  • 27 Ibidem, lettre du 21 avril 1950.
  • 28 Respect de l’impôt qui est le respect du pouvoir, cf. Mt 22,16-21 ou Rm 13,1-7.
  • 29 Au même titre que le 25 février 1951, lorsque Mgr Feltin fit applaudir le nom de Pétain à Notre-Da (...)

18L’épiscopat de l’Ouest fut consulté à Angers par Cazaux, le 31 janvier 1950. Seul Roques s’opposa à sa stratégie qui n’avait selon lui comme résultat que de « retourner des hommes qui s’intéressent à la solution du problème scolaire25 ». Ces hommes du mrp justement furent avertis au dernier moment du projet. Les députés du Maine-et-Loire, Asseray, Barangé et Le Sciellour réagirent avec virulence auprès de Villepelet26. L’évêque de Nantes reçut également les avertissements légalistes d’un proche, le président du Conseil général et sénateur, Abel Durand27, qui le firent d’ailleurs douter un court moment. Ces sérieuses préventions n’empêchèrent pas la grande journée de mobilisation du 23 avril de se dérouler dans le cadre prévu, réunissant au moins 200 000 catholiques au Folgoët, Pontmain, Château-la-Vallière, et surtout à Saint-Laurent-sur-Sèvre où Cazaux, applaudi par Villepelet, lança solennellement son fameux appel devant 100 000 personnes. Cet acte d’insoumission si fort dans la symbolique chrétienne28 mérite d’être considéré comme l’une des grandes revanches de la hiérarchie maréchaliste sur ceux qui avaient préféré le loyalisme républicain à l’autorité du magistère sous Vichy29, puis gouverné avec la gauche.

  • 30 On est là au coeur de l’opposition de l’épiscopat de l’Ouest entre deux modèles d’évêques : les mi (...)
  • 31 « Les manifestations en faveur de l’enseignement libre », Ouest-France du 24 avril 1950.

19Roques refusa de participer au meeting de Pontmain pour ne pas souscrire au mot d’ordre du cals. Ce 23 avril, il avait incontestablement perdu son titre de cardinal de l’Ouest au profit de Cazaux, pour une opinion populaire catholique qui n’acceptait d’être guidée que par un nouveau Freppel. Son isolement au sein de l’épiscopat régional justifiait également ce jugement sévère. L’évêque de Luçon avait convaincu ses voisins de Nantes, Poitiers, Tours, Angoulême, Coutances, ainsi que la hiérarchie de Laval et d’Angers, alors sans évêques. Quelle était donc l’autorité du cardinal de Rennes ayant pour seuls alliés, les évêques de Quimper et de Saint-Brieuc, et qui n’était même pas parvenu à rallier son suffragant de Vannes, Le Bellec30 ? Il est cependant passionnant de remarquer que l’archevêque de Rennes, le jour qui marqua son échec de pasteur, choisit de se découvrir totalement sur le terrain politique – où il était moins seul… –, en relayant exactement la lecture du mrp. C’était le sens de l’allocution qu’il fit lire à la réunion de Pontmain, avec cet avertissement malicieusement adressé à la Vendée : « Pas plus aujourd’hui qu’hier, vous n’avez l’intention […] de vous égarer dans les marais de la politique31 ».

20Les craintes de Roques furent directement justifiées par l’exploitation parlementaire du 23 avril, marquée par les deux interventions de l’Indépendant Bouvier à l’Assemblée et du rpf Delalande au Sénat, ce dernier interpellant le ministre de l’Information, son voisin Teitgen, sur le traitement de la manifestation par la radiodiffusion. Malgré ces relais, on doit s’interroger sur la faiblesse de la traduction politique de l’intense mobilisation populaire de Saint-Laurent. La cause est à trouver dans le meeting lui-même où, pour la première fois dans un rassemblement catholique de l’Ouest, les parlementaires n’ont pas été accueillis sur l’estrade aux côtés des évêques et des orateurs du cals. Cette mise à l’écart ne visait pas à distraire l’assistance de l’absence du mrp. Elle était en fait la traduction de l’exaspération antiparlementaire du cals qui transparut clairement dans le discours de son secrétaire général, Bouyer.

  • 32 Semaine religieuse de Quimper et de Léon, 28 avril 1950.
  • 33 Archives de l’évêché de Nantes, « Documents… », lettre à Villepelet du 27 avril 1950.

21Cette intervention – qui contrastait avec le début de l’allocution traditionnelle de Mgr Fauvel au Folgoët rendant hommage aux élus amis de l’enseignement libre32 –, irrita profondément les parlementaires présents à Saint-Laurent-sur-Sèvre les plus sympathiques à la cause catholique, à commencer par le vieux député rpf du Maine-et-Loire, de Geoffre33. Le cals, en pariant uniquement sur le peuple et en allant au bout de son autonomisation militante, pensait que la bataille de l’impôt n’était déjà plus politique. C’était là une des erreurs du comité et de Cazaux qui avaient au moins besoin pour affronter le mrp d’un soutien total des conservateurs. À la lecture des rapports préfectoraux soulignant au lendemain du 23 avril la profonde hostilité de l’opinion rurale à l’égard du mrp, on réalise combien le choix de lancer la grève en 1950 avait été prématuré et le poids qu’elle aurait eu une année plus tard en pleine campagne électorale orientée par le rpf sur la question scolaire. Les évêques présents à Saint-Laurent-sur-Sèvre semblèrent d’ailleurs regretter immédiatement la stratégie de la table rase politique et rédigèrent dès la fin du meeting une lettre adressée à chacun des évêques de France pour qu’ils fissent ce qu’ils venaient de manquer, c’est-à-dire mobiliser tous leurs parlementaires.

  • 34 Archives de la direction de l’enseignement catholique de Vendée 22S-2.
  • 35 Campagne où l’agrégé Bidault déclara : « Monsieur de Luçon, je veux dire le cardinal de Richelieu, (...)
  • 36 Archives de l’évêché de Nantes, « Documents… », lettre à Cazaux du 12 août 1950.
  • 37 La Croix et Le Monde du mercredi 7 juin 1950.

22Cazaux reçut un soutien unanime et enthousiaste dans l’épiscopat national sur l’impôt34 qui en disait long sur l’originalité de Roques, mais ne bénéficia pas de logistique politique supplémentaire, alors que la machine de guerre mrp était déjà lancée par voix de presse35 et en coulisse. Dès la mi-mai, le Vatican où de Tinguy du Pouët s’était rendu, avant Letourneau, pour protester au nom du gouvernement, comprit immédiatement et partagea la colère de Paris. Cazaux eut beau rencontrer Pie XII le 30 mai, intervenir auprès du cardinal Tardini, le désaveu pontifical fut sans nuance et le nonce n’hésita pas à qualifier l’évêque de Luçon de « condottiere » dans sa correspondance36. Rome annonça ainsi ce même 30 mai la nomination sur le siège vacant d’Angers de Chappoulie, très lié aux milieux gouvernementaux mrp. Au début du mois de juin, Roques effaça la journée du 23 avril en accueillant le secrétaire d’État à l’Intérieur, Colin, lors de la fête des écoles libres de Rennes et, devant une foule nombreuse, invita les catholiques de l’Ouest à observer les consignes pontificales37.



23Cet épisode donna aussi bien au Comité d’études de Lizop qu’à Roques les moyens de tourner la page de la domination du cals et de Cazaux : le Comité, en contrôlant nationalement les droites avec l’Association parlementaire pour la liberté de l’enseignement, dont l’idée de création devait semble-t-il beaucoup à l’archevêque de Rennes ; et le cardinal en devenant en avril 1951 président de la commission épiscopale de l’enseignement alors que l’évêque vendéen de l’école libre était relégué à celle des milieux maritimes. Cette mise au pas ne s’est cependant pas faite sans mal durant la longue et âpre campagne pour les législatives de juin 1951, où le cals reçut l’aide du rpf pour se venger en Ille-et-Vilaine de l’archevêque de Rennes. La page de la Libération et de la Troisième Force fut ensuite tournée avec les lois Marie et Barangé.

Notes

1 Archives dép. d’Ille-et-Vilaine 43 W 252, « Rapport sur la situation religieuse et l’attitude du clergé depuis 1940 », 3 février 1945.

2 Originaire du Tarn, Roques faisait partie de ces prélats du Sud-Ouest dont le climat a aiguisé le sens de la diplomatie à force d’être confrontés à l’altérité. Il incarnait parfaitement la rupture épiscopale après la condamnation de l’Action française.

3 Jacqueline Sainclivier, L’Ille-et-Vilaine 1918-1958. Vie politique et sociale, Rennes, pur, 1996, p. 422.

4 Initiative révélée par Michel Lagrée, Le diocèse de Rennes, sous la dir. de Jean Delumeau, Beauchesne, 1979, p. 233.

5 « Lettre […] à l’occasion du Nouvel an », Semaine religieuse du diocèse d’Albi du 4 janvier 1945.

6 Jean Villepelet, protégé du cardinal Verdier et vicaire général de Mgr Fillon à Bourges, offrait tous les gages de rupture en 1936 après l’épiscopat de combat de Mgr Le Fer de La Motte. Sa modération le rendit au contraire malléable par un diocèse et un entourage conservateurs. Une timidité naturelle fit qu’il fut toujours considéré comme un mou. La symbiose fut par contre immédiate en 1941 entre le diocèse vendéen et son énergique évêque ancien combattant d’origine landaise, Antoine Cazaux.

7 « Union », Semaine catholique du diocèse de Luçon, 21 octobre 1944.

8 Michel Debré, Trois Républiques pour une France. Combattre, Albin Michel, 1984, p. 339.

9 Archives dép. de Loire-Atlantique ( adla) 1673 W 73, compte rendu de la session du 28 novembre 1945.

10 J’ai exposé ce double aspect de continuité et de renouvellement militant pour expliquer la reprise de la mobilisation scolaire, vingt ans après celle de 1925 (« 1945-1950 : les manifestations du militantisme scolaire catholique de l’Ouest », dans Les militants catholiques de l’Ouest, actes du colloque du Mans de janvier 2003 à paraître).

11 La Fédération nationale d’Action catholique a remplacé, sur décision épiscopale, la fnc, en juillet 1945.

12 Notamment lors de l’ aca du 13 mars 1946 (Centre national des archives de l’Église de France).

13 adla 1690 W 181, rapport du préfet du 8 avril 1946.

14 Voir la communication de Marc Bergère.

15 Semaine catholique du diocèse de Luçon, 22 juin 1946.

16 « Mise au point », Semaine religieuse du diocèse de Nantes, 29 juin 1946, p. 212.

17 Étienne Fouilloux, « Les forces religieuses », Les Pouvoirs en France à la Libération, sous la dir. De Philippe Buton et Jean-Marie Guillon, Belin, 1994, p. 128.

18 Semaine religieuse du diocèse de Limoges, 9 novembre 1945.

19 Gilles Richard, « La Loire-Inférieure sous la IVe République. Un bastion de la droite modérée », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n° 4, 2000, p. 131.

20 Didier Guyvarc’h, « Les cinquante otages dans la mémoire nantaise », Bretagne et identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale, sous la dir. de Christian Bougeard, Brest, crbc, 2002, p. 381-392.

21 « Pour la liberté de l’enseignement. Une réunion à Nantes des parlementaires de l’Ouest », L’Avenir de l’Ouest du 15 mai 1948.

22 adla 161 W 382, rapport des rg du 30 juin 1948.

23 De Maupéou conduisit ainsi 28 sénateurs de l’Ouest présenter les doléances de l’enseignement libre au président du Conseil, le 8 février 1949. Cette initiative entendait « court-circuiter », la visite du bureau du groupe mrp de l’Assemblée menée par de Tinguy du Pouët auprès du même Queuille, quinze jours auparavant.

24 Archives de la direction de l’Enseignement catholique de Vendée 22-S1, copie de la lettre du 9 octobre 1949.

25 Archives de l’archevêché de Rennes 1D132, duplicata de la lettre du 3 février 1950 adressée à nnss Coupel et Fauvel, absents lors de la réunion de l’Université catholique.

26 Archives de l’évêché de Nantes, « Documents relatifs à la manifestation de Saint-Laurent-sur-Sèvre », lettre du 22 avril 1950.

27 Ibidem, lettre du 21 avril 1950.

28 Respect de l’impôt qui est le respect du pouvoir, cf. Mt 22,16-21 ou Rm 13,1-7.

29 Au même titre que le 25 février 1951, lorsque Mgr Feltin fit applaudir le nom de Pétain à Notre-Dame (cf. mon article « 1944-1951 : Les deux corps de Notre-Dame de Paris », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, avril 2003, p. 75-88).

30 On est là au coeur de l’opposition de l’épiscopat de l’Ouest entre deux modèles d’évêques : les minoritaires – « centristes » dans le moule de l’Action catholique spécialisée ; et les majoritaires – conservateurs pour mieux défendre leurs écoles. En 1947, le gouvernement chercha à rétablir l’équilibre en faisant nommer à Quimper Fauvel, archétype du premier modèle, à la place du vicaire général de Vannes, l’ultra Le Baron (je remercie Yvon Tranvouez pour cette information).

31 « Les manifestations en faveur de l’enseignement libre », Ouest-France du 24 avril 1950.

32 Semaine religieuse de Quimper et de Léon, 28 avril 1950.

33 Archives de l’évêché de Nantes, « Documents… », lettre à Villepelet du 27 avril 1950.

34 Archives de la direction de l’enseignement catholique de Vendée 22S-2.

35 Campagne où l’agrégé Bidault déclara : « Monsieur de Luçon, je veux dire le cardinal de Richelieu, avait le sens de l’État. »

36 Archives de l’évêché de Nantes, « Documents… », lettre à Cazaux du 12 août 1950.

37 La Croix et Le Monde du mercredi 7 juin 1950.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540