Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recomposition des droites

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Troisième partie. Approches régionales et figures

Les droites dans le département de la Seine à travers les élections de 1945 à 1948

Philippe Nivet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 30 modérés sur 85 au Conseil municipal (dont treize Alliance démocratique, sept Fédération républi (...)

1Dans les années vingt et au début des années trente, les milieux modérés sont bien implantés dans le département de la Seine, la majorité du Conseil municipal de Paris étant à droite depuis 1909. Toutefois, les élections législatives de 1936 marquent un déclin des droites. Dans la capitale même, la gauche obtient ainsi une majorité de suffrages et d’élus. Dans un sens, la réorganisation du Conseil municipal de Paris et du Conseil général de la Seine par les autorités de Vichy en décembre 1941 contribue à l’affaiblissement de la droite classique parisienne, puisqu’un certain nombre de notables conservateurs sont évincés. Un processus d’affaiblissement des droites traditionnelles est donc engagé dans le département de la Seine dès avant la Libération, mouvement que ne pourront qu’amplifier les circonstances nationales des années 1944-1945. Dans les assemblées municipales et départementales nommées par décret du 12 mars 1945, la part des personnalités de droite est réduite1. Pourtant, à la fin des années quarante, Paris et, plus largement, le département de la Seine semblent redevenus largement un bastion conservateur. C’est sur ce processus de reconstruction des droites dans le département de la Seine qu’il convient de s’interroger, à travers l’étude des multiples élections qui scandent la période.

1945-1946 : les années noires de la droite parisienne

  • 2 Le premier secteur groupe les Ve, XIIIe et XIVe arrondissements ; le deuxième les VIe, VIIe et XVe(...)
  • 3 Rapport du préfet de la Seine au ministre de l’Intérieur, 16 décembre 1944, Archives de Paris 1012 (...)

2Les premières élections après la Libération sont les municipales du 29 avril 1945. Les conditions du scrutin sont modifiées par rapport à 1935 : les femmes ont le droit de vote ; à Paris, les élections ne se font plus au scrutin uninominal à deux tours dans les quartiers, mais à la proportionnelle dans six secteurs groupant plusieurs arrondissements2. On craint, avant le vote, que les difficultés de la vie quotidienne ne provoquent la mise en cause des autorités provisoires, nationales ou municipales. Ainsi, un rapport du préfet de la Seine, en décembre 1944, souligne l’existence d’une «  opposition latente, larvée, composée d’anciens vichyssois, fonctionnaires, industriels, commerçants, hommes politiques aigris qui guettent ou exploitent les difficultés présentes, souhaitent l’échec de la Résistance, espèrent balayer avec elle le gouvernement3 ».

  • 4 Conseiller municipal du quartier de Saint-Victor de 1910 à 1919.
  • 5 Conseiller municipal du quartier de Montparnasse de 1919 à 1941.
  • 6 Conseiller municipal du quartier de Saint-Thomas-d’Aquin depuis 1933 et député depuis 1936, il ava (...)
  • 7 Conseiller municipal du quartier de Chaillot de 1919 à 1941, il avait ensuite appartenu au Comité (...)
  • 8 Conseiller municipal du quartier des Batignolles de 1908 à 1912 et de 1919 à 1929, il avait été no (...)
  • 9 Conseiller municipal du quartier de l’Europe de 1931 à 1944, ancien membre du Parti Démocrate Popu (...)
  • 10 Conseiller municipal du quartier des Champs-Élysées de 1935 à 1943, démissionnaire en avril 1943.
  • 11 Conseiller municipal du quartier de La Plaine-Monceau de 1932 à 1944.
  • 12 Conseiller municipal du quartier des Grandes-Carrières de 1935 à 1944.
  • 13 Conseiller municipal du quartier de La Porte-Saint-Martin de 1924 à 1941, puis membre de l’Assembl (...)

3À Paris, les listes de «  l’Union Nationale Républicaine » sont généralement conduites par d’anciens conseillers municipaux, souvent évincés en 1941 ou démissionnaires entre 1941 et 1944 : dans le premier secteur Louis Rollin4, suivi par François Latour5 ; dans le deuxième, Édouard Frédéric-Dupont6 ; dans le troisième Maurice de Fontenay7, suivi par Joseph Denais8, Alfred Bour9, Gaston Le Provost de Launay10 et Armand Massard11 ; dans le quatrième, Henri Torchaussé12 ; dans le cinquième, Georges Contenot13. Dans le sixième, la liste est conduite par Jean Grousseaud, fondateur des Jeunesses de la Fédération républicaine. Les anciens militants du psf patronnent des listes dans au moins cinq des six secteurs de Paris. La situation est moins nette dans le sixième secteur, où les amis de La Rocque soutiennent, semble-t-il, la liste de Jean Grousseaud.

4Selon les données fournies par L’Année politique, les modérés sont en net déclin. Ils ne recueillent que 23,6 % des suffrages exprimés, contre 39,5 % en 1935. La différence bénéficie principalement au mrp (15,8 %). Sur les 88 élus qui siègent effectivement au Conseil municipal provisoire, 22 appartiennent au groupe des «  modérés », désormais dans l’opposition alors que le mrp appartient à la majorité. Dix-huit ont été élus sur les listes patronnées par la Fédération républicaine, quatre sur les listes soutenues par les amis de La Rocque (André Voisin, Gabriel Warluzel, René Marchand, ancien conseiller psf du IXe arrondissement de 1938 à 1944, Jean Mouton).

  • 14 Rapport du préfet de la Seine au ministre de l’Intérieur du 1er octobre 1947, an F1cII 380.

5En banlieue, les droites connaissent un échec encore plus net. Après les élections municipales de 1945, seule une commune de banlieue revient aux modérés (Neuilly-sur-Seine), deux au mrp, toutes les autres ayant une majorité de gauche, socialiste ou communiste14.

6Le bilan des élections municipales d’avril 1945 est donc désastreux pour les droites dans le département de la Seine : perte de la majorité au Conseil municipal de Paris, détenue depuis 1909, marginalisation en banlieue.

7Cet échec se confirme aux élections organisées à l’automne, cantonales du 23 septembre 1945, élections à l’Assemblée constituante du 21 octobre.

  • 15 Pierre De Léotard, Souvenirs politiques, dans Recherches contemporaines, n° 5, 1998-1999, Univers (...)

8Lors des cantonales, qui n’ont lieu qu’en banlieue à cause du statut particulier de Paris, la droite se retrouve sur les listes de l’Union Républicaine Nationale et Démocratique, qui groupent notamment la Fédération républicaine, l’Union patriotique républicaine et l’Alliance démocratique. Avec 8,7 %, elle subit un échec sensible, alors que le Parti communiste s’affirme comme la première force politique (46,7 %), devant le mrp (21,2 %) et la sfio (20,8 %). Dans 21 communes, elle obtient moins de 5 % et elle ne dépasse les 20 % qu’à Saint-Mandé, Villemomble, Nogent-sur-Marne et Neuilly-sur-Seine (46,7 %). Sur soixante élus, seuls six sont de droite, parmi lesquels Robert Chochon, de l’Alliance démocratique, le journaliste Martial Massiani, ancien bonapartiste, et l’artisan-plombier Marcel Labre (Réconci-liation française), au sujet duquel Pierre de Léotard écrit : «  Son aspect à la fois gentil et fruste avait conquis le colonel [La Rocque]. Un plombier fait peuple, cela compense les particules15 ».

9Sur l’ensemble des 148 membres du Conseil général de la Seine, qui groupe les conseillers municipaux de Paris et conseillers généraux de banlieue, la droite ne peut revendiquer que 28 élus.

Composition du Conseil général de la Seine après les élections de 1945

Composition du Conseil général de la Seine après les élections de 1945
  • 16 La première circonscription regroupe les arrondissements de la rive gauche (Ve, VIe, VIIe, XIIIe, (...)

10Pour les élections à la Constituante, le département de la Seine est divisé en six circonscriptions, trois à Paris16, trois en banlieue. L’Alliance démocratique, la Fédération républicaine, la Rénovation républicaine, parti fondé en avril 1945 et issu de la scission survenue au sein du mouvement de Résistance «  Ceux de la Libération Victorieuse », l’Union patriotique républicaine, les radicaux indépendants, la Ligue républicaine nationale se regroupent pour patronner une liste dans chaque circonscription.

11Dans la première, la «  liste de la Liberté (Union républicaine démocratique et sociale) » est conduite par Édouard Frédéric-Dupont.

  • 17 Olivier Wieviorka, Les orphelins de la République, destinées des députés et sénateurs français (1 (...)
  • 18 Ibid., p. 293.

12Dans la deuxième, la liste d’ »  Union républicaine nationale démocratique » est conduite par Joseph Denais, qui, membre de la Fédération républicaine et du Parti républicain national et social de Pierre Taittinger, avait été député de Paris de 1911 à 1919 puis à partir de 1928. Embarqué sur le Massilia en 1940, il est ensuite arrêté, interné trois mois à Evaux (Creuse) en décembre 1942, puis placé en résidence surveillée à Randan en mars 1943, après avoir organisé, avec d’autres membres de la Fédération républicaine, un banquet politique de «  trente couverts » où la politique vichyste est ouvertement critiquée17. Il avait été réélu conseiller municipal «  modéré » en 1945. Le deuxième de la liste est Camille Fernand-Laurent, député de Boulogne-Billancourt puis du XVIe arrondissement depuis 1932. Celui-ci a voté les pleins pouvoirs à Pétain, mais s’est ensuite éloigné du régime de Vichy. Selon les renseignements collectés par Olivier Wieviorka, Fernand-Laurent avait travaillé avec le général Cochet et transmis des renseignements politiques à la France libre. Il avait quitté la métropole en décembre 1942 et atteint, après trois semaines de captivité à Madrid, la Grande-Bretagne. De Gaulle lui confia quelques missions de propagande aux États-Unis (mars 1943) avant de lui demander de faire entendre à l’amiral Robert «  la voix de la France occupée » (juin 1943)18. Une note du bcra atteste également de ses activités de Résistance :

  • 19 an, F1a 3730.

«  A été connu pour ses opinions anti-allemandes. N’a pas caché ses sentiments à Vichy. A quitté avec bruit la direction du Jour, au moment où la liberté de la presse n’était plus qu’un vain mot. A courageusement protesté auprès de Pucheu au moment de l’arrestation de son fils qui militait dans les groupes de résistance. A donné à sa lettre la plus large publicité. Londres est assez favorable à ce qu’il siège à l’Assemblée consultative19 ».

13On trouve en troisième position de cette liste Jean Guiter, membre de l’Assemblée consultative provisoire au titre de la Résistance métropolitaine et secrétaire général de la Fédération républicaine.

14Dans la troisième circonscription, la liste d’Union républicaine nationale et démocratique est conduite par Lucien Besset, député du IIe arrondissement de 1928 à 1936, vice-président du mouvement national de résistance «  Ceux de la Libération », décoré à ce titre de la Croix du combattant volontaire de la Résistance, et par Charles Schauffler, ancien membre des Croix de Feu, également membre de «  Ceux de la Libération ».

15Dans la quatrième, la liste modérée d’entente républicaine pour la liberté et le progrès social est conduite par Pierre Guérard, adversaire de Maurice Thorez lors des élections législatives de 1936 et membre du Conseil national de la Fédération républicaine.

16Dans la cinquième, les droites se retrouvent sur la liste d’Action démocratique contre les fascismes de droite et de gauche conduite par Edmond Barrachin, député des Ardennes de 1934 à 1936, membre du psf, engagé volontaire en 1939, prisonnier évadé, enrôlé dans les Forces Françaises Libres, créateur des comités de regroupement républicain, et par Jean Grousseaud, de la Fédération républicaine.

17Enfin, dans la sixième, la liste de Concentration républicaine et de résistance nationale est conduite par Pierre-Henri Ruhlmann, membre du psf, ancien des réseaux Buckmaster et NAP, vice-président du mouvement de Résistance «  Ceux de la Libération-Victorieuse », membre de l’Assemblée consultative provisoire du 6 novembre 1944 au 20 octobre 1945, et par Jean Bertaud, maire de Saint-Mandé, qui avait participé au mouvement Résistance-Fer et au Front National et organisé l’aide aux déportés.

18Si les droites ne renouvellent pas nettement leurs candidats en 1945 – quatre de ses six têtes de liste avaient été députés sous la IIIe République – elles choisissent donc des personnalités s’étant dans l’ensemble opposées finalement au régime de Vichy.

  • 20 Délégué à la propagande du mouvement Croix-de-Feu, membre du comité exécutif du psf, Charles Vall (...)
  • 21 Cité dans Jacques Nobecourt, Le colonel de La Rocque, Fayard, 1996, p. 935.
  • 22 Note du 28 novembre 1945, archives de la Préfecture de Police (désormais PPo), BA 1821.

19Mais la caractéristique de ces élections reste la désunion des droites, provoquée notamment par l’affrontement entre les anciens psf qui se retrouvent dans deux mouvements antagonistes : le parti de la Réconciliation Française, dont Pierre de Léotard apparaît être la principale personnalité, et l’Union Patriotique Républicaine de Charles Vallin20, formation qui fusionne à l’occasion de la campagne électorale avec le comité de regroupement républicain de Barrachin. Initialement, la Réconciliation française, dont les statuts sont déposés le 13 juillet 1945, semble avoir une certaine audience dans les milieux de la droite parisienne. Le 4 septembre 1945, à la salle Wagram, son premier meeting attire 12 000 personnes, dont 40 % de femmes ; selon un observateur américain de la mission oss de Paris, qui assiste à la réunion, la rf représentait la majorité de l’ancien psf21. Mais Vallin et Barrachin ne renoncent pas à séduire l’électorat parisien. Les deux groupes antagonistes cherchent l’un et l’autre à obtenir l’appui des milieux ecclésiastiques demeurés fidèles à l’ex- psf22 et les discussions dans le cadre de la préparation des élections sont difficiles. Pierre de Léotard, promoteur de la Réconciliation française, rapporte dans ses souvenirs :

  • 23 Pierre de Léotard, op. cit., p. 235. Ce fut finalement Mme Denys Cochin qui fut numéro deux derri (...)

«  Les premières législatives me conduisirent à prendre contact avec Joseph Denais et Frédéric-Dupont. Denais nous mena en bateau. Dupont nous offrait la troisième place, à moi notamment. Le Colonel insista beaucoup pour que j’ai la deuxième place et non Denys Cochin. Sans succès. Dupont avait promis cette place et il tenait à avoir un résistant venu de l’Armée. Cochin avait effectivement suivi Charles Vallin. Ses titres étaient certains, mais ce qui n’arrangeait rien c’est que, depuis le départ pour Londres de Vallin avec Brossolette, la brouille La Rocque-Vallin était sévère23 ».

  • 24 Archives de la PPo, BA 1821.
  • 25 Note du 3 octobre 1945, archives de la PPo, BA 1821.
  • 26 Explication suggérée par Jean-Paul Thomas lors des débats du colloque.

20Des listes conduites par des proches de La Rocque concurrencent les listes de l’Entente que soutient Charles Vallin. Dans le troisième secteur, la Réconciliation française présente une liste conduite par Georges Roger, architecte décorateur, membre de l’ ocm, ancien prisonnier de guerre. Dans le cinquième secteur, une liste de Réconciliation nationale et de rassemblement anticommuniste est conduite par Emmanuel Beau de Loménie, l’auteur des Dynasties bourgeoises ; selon Charles Vallin, celui-ci présente sa liste parce qu’il n’avait pas été accepté comme deuxième sur la liste de Barrachin ; toujours est-il que Beau de Loménie, reprenant un thème qu’il avait déjà développé entre les deux guerres, notamment lors de sa candidature de 1936 dans la circonscription de Courbevoie-Colombes, déclare 15 octobre 1945, lors d’une kermesse de la Réconciliation française : «  L’union de la droite n’a pu se constituer comme il avait été prévu car les vieux politiciens accaparent toujours les meilleures circonscriptions. En conséquence, nous leur laissons le XVIe arrondissement pour venir lutter dans la partie vivante de la région parisienne que constitue la banlieue24 ». Dans le sixième secteur, la liste du Parti républicain et social de la Réconciliation française est conduite par Paul Pernin. D’autres listes se rattachent également à la droite, notamment, dans le deuxième secteur, celle de Charles Trochu, ancien président du Conseil municipal de Paris (1941-1943), qui avait engagé des pourparlers avec la Réconciliation française. Encore, dans ce secteur, Jean-Louis Vigier, ancien du psf et directeur de L’Époque, a-t-il retiré la liste qu’il envisageait de constituer et sur laquelle aurait figuré le radical Bernard Lafay. Les raisons de ce retrait restent encore assez mystérieuses : a-t-il été décidé à l’issue d’une entrevue houleuse avec Charles Trochu, pour ne pas diviser encore plus les partis nationaux25, ou sur la demande du général de Gaulle26 ?

  • 27 10,5 % dans la première circonscription ; 15 % dans la deuxième ; 6,3 % dans la troisième.
  • 28 3 % dans la quatrième circonscription, la liste de Guérard étant devancée par la liste des Radicau (...)
  • 29 Note du 18 octobre 1945, archives de la PPo, BA 1821.
  • 30 Note du 28 novembre 1945, archives de la PPo, BA 1821.

21En dépit de l’effort fait pour choisir des personnalités qui n’étaient pas trop compromises avec le régime de Vichy, et peut-être à cause de la dispersion, les droites connaissent dans le département de la Seine, le 21 octobre 1945, un sévère échec. À Paris, les listes d’union des droites ne recueillent que 10,59 %27 ; même en ajoutant les voix obtenues par toutes les autres listes, les droites culminent à 18 %. En banlieue, les résultats sont encore plus faibles : 3,82 %28. Ainsi, les listes «  officielles » de droite ne recueillent que 7,5 % pour l’ensemble du département. Les listes de la «  Réconciliation française » et la liste de Charles Trochu subissent aussi un grave échec : 3,8 % pour la liste de Trochu, 2,6 % pour la liste Roger, 2 % pour la liste de Beau de Loménie, 2,5 % pour la liste de Pernin. Cela surprend les milieux de droite qui pensaient par exemple, avant les élections, que Trochu serait élu grâce au vote d’anciens militants du psf et de nombreux militants de droite29. Par conséquent, les «  modérés » n’obtiennent que deux des 53 sièges de députés du département, qui reviennent à Édouard Frédéric-Dupont et à Joseph Denais. La concurrence du mrp a été particulièrement forte (28,1 % dans la Seine, 29 % à Paris, 26,9 % en banlieue). Après cet échec électoral, le nombre d’adhérents fréquentant les réunions de la Réconciliation Française diminue sensiblement ; certains militants du parti sont même attirés par le mrp30.

22Ainsi, pour paraphraser René Rémond, en 1945, l’heure semble venue d’écrire sur l’histoire de la droite parisienne le mot fin.

  • 31 Rapport du préfet de la Seine du 21 février 1946, Archives de Paris, 1012/57/1/7.
  • 32 Archives de la PPo, BA 1821.
  • 33 Inquiétudes suscitées par le prl dans les milieux socialistes, note du 1er mars 1946, Archives de (...)

23Pourtant, l’année 1946 marque le début de la reconstruction. Le prl, créé en décembre 1945, joue un rôle décisif. Sa propagande, qui tente d’exploiter le mécontentement des classes moyennes, impressionne de nombreux Parisiens31. D’immenses affiches sont apposées à Paris par le mouvement qui se veut le quatrième grand parti français. Le premier meeting parisien du prl, salle Wagram, le 5 février 1946, est considéré comme un succès. 4000 personnes viennent écouter les interventions de Robert Bétolaud, syndic du Conseil municipal, de Jean Legendre, directeur de la propagande, de Frédéric-Dupont… 2000 Parisiens n’ayant pu pénétrer à l’intérieur32. Robert Bétolaud souligne alors que «  c’est un fait sans précédent dans la politique de remarquer qu’un nouveau parti puisse recueillir autant de succès » ; Jean Legendre estime que le prl a fait preuve de trop de modestie et que la prochaine réunion pourrait se tenir au Vélodrome d’Hiver. Pour renforcer leur implantation, les dirigeants de la Fédération de la Seine du prl organisent des cours d’orateurs, se souvenant du succès emporté par le Centre de Propagande des Républicains Nationaux d’Henri de Kérillis, et réunissent le 2 mars les responsables de la banlieue auxquels des instructions sont données en vue d’intensifier la propagande dans leur secteur. En mars, les réunions organisées ensuite par la nouvelle formation, quoique souvent perturbées par les communistes et les trotskystes, paraissent être un succès. Le 5, 150 personnes se retrouvent à Bois-Colombes, où le président rappelle le «  succès éclatant » rencontré par la réunion de la salle Wagram ; le 6, mille personnes sont regroupées salle des Horticulteurs, rue de Grenelle ; le 15, 2 500 assistants sont comptabilisés à la Maison de la Mutualité où interviennent Michel Clemenceau, Robert Bétolaud et Louis Rollin ; le 21, 450 personnes environ assistent à une réunion dans le XVIIe arrondissement où prennent la parole Joseph Denais et Paul Faber, ancien membre du Comité Parisien de la Libération, nommé maire-adjoint de l’arrondissement après son échec aux municipales de 1945 ; le 22, 500 personnes se retrouvent à une réunion organisée par le prl à Choisy-le-Roi. Le succès du prl inquiète les milieux socialistes, qui «  soulignent l’énorme effort accompli par ce parti depuis sa création. Ils insistent sur sa croissance-champignon et sur le danger qu’il constitue pour les prochaines élections. Ils mettent en relief sa propagande savamment orchestrée dont la préférence va aux réunions privées et le nombre d’adhésions obtenues33 ».

  • 34 20 % dans la première circonscription, 26,3 % dans la deuxième, où la liste de Louis Rollin arrive (...)
  • 35 Membre de l’Alliance démocratique, il avait protesté en 1938 contre le télégramme de Flandin à Hit (...)

24Les résultats électoraux montrent l’influence de cette nouvelle formation, plus marquée à Paris qu’en banlieue. Le 5 mai 1946, le «  non » l’emporte de justesse dans le département de la Seine (1 million 20 3000 contre 1 million 201 000 de «  oui »), grâce au vote de la capitale (56 % de non). Lors des élections à la deuxième Constituante, le 2 juin 1946, le prl est présent dans les six circonscriptions de la Seine. Avec 14,6 %, il améliore considérablement les résultats des listes d’union de la droite aux élections de 1945. Il obtient 19,25 %34 et six élus dans la capitale : Frédéric-Dupont et Joseph Denais sont réélus ; Louis Rollin, de nouveau éligible35, retrouve le siège qu’il occupait avant la guerre, Robert Bétolaud, Julien Brunhes et Charles Schauffler font leur entrée au Parlement. En banlieue, les résultats sont plus faibles (8,57 %) : le prl obtient 7,2 % dans la quatrième circonscription, 10,9 % dans la cinquième et 7,5 % dans la sixième ; seul Edmond Barrachin parvient à y être élu.

25Il y a donc un retour des droites au printemps 1946, d’autant plus que le prl ne capte pas l’ensemble des voix de ce courant politique. Le rgr, qui intègre des candidats de la Rocque (ainsi, Georges Roger, tête de liste «  Réconciliation française » en 1945, sur la liste de Pierre Bourdan dans la troisième circonscription) et de la Fédération républicaine (Mme Mignot-Bonnefous, responsable des femmes de la Fédération républicaine, sur la liste de Paul Bastid dans la deuxième), attire lui aussi une partie de cet électorat.

  • 36 Cité par Bernard Lachaise, «  L’Union gaulliste pour la IVe République », dans La Genèse du rpf, (...)
  • 37 Étienne de Raulin-Laboureur, militant d’Action française dans le Lot-et-Garonne, puis en Bretagne, (...)

26Ce retour des droites se confirme à l’automne 1946. Le «  non » remporte à Paris 52,8 % lors du référendum du 13 octobre 1946. L’ensemble des listes patronnées par le prl recueille le 10 novembre 13,97 % dans la Seine. Le prl régresse certes à 15,67 % à Paris, mais il subit dans la deuxième circonscription la concurrence de la liste de «  Rassemblement républicain et gaulliste » de René Capitant (7,7 %). La présentation de cette liste avait mécontenté un certain nombre des modérés, traditionnellement bien implantés dans cette partie de Paris. Le président du Parti républicain de la liberté ( prl), Michel Clemenceau, avait même fait le voyage à Colombey-Les-Deux-Églises pour se plaindre parce qu’ »  une bande d’aigrefins de l’Union gaulliste, un Jean-Louis Vigier, un général Chevance-Bertin, un capitaine de Récy et d’autres inconnus se présentaient un peu partout et même contre les deux as de notre parti : Bétolaud et Joseph Denais36 ». Le nombre de députés modérés (y compris Capitant) est identique. En banlieue, les droites obtiennent 11,74 %, contre 8,6 % en juin. Dans la quatrième circonscription, elles se retrouvent sur la liste «  Union contre le Tripartisme » conduite par Étienne de Raulin-Laboureur, ancien député udsr de Maine-et-Loire à la première Assemblée constituante, responsable de l’Union gaulliste37, qui obtient 17,8 %. Cette liste obtient deux sièges, alors que, en juin 1946, les élus de cette circonscription s’étaient répartis entre quatre communistes, deux mrp et deux sfio. Dans la cinquième, Edmond Barrachin, à la tête de la liste du prl qui obtient 10,4 %, conserve son siège, bien qu’il ait subi la concurrence d’une liste de Rassemblement et union gaulliste, conduite par André Caillette et Charles Deustchmann, qui obtient 5,7 %. Dans la sixième, Jean Bertaud ne recueille que 5,9 %, mais la liste de la Réconciliation française de Paul Pernin et Marcel Labre, qui avait renoncé à se présenter en juin, est présente et obtient 1,3 %.

Répartition des députés de la Seine aux élections de 1945 et de 1946

Répartition des députés de la Seine aux élections de 1945 et de 1946
  • 38 Les contraintes de place nous obligent à être plus rapide sur ce point. Nous nous permettons de re (...)

27Toutefois, l’implantation des droites reste fragile, comme le montre le résultat des élections des délégués au collège électoral chargé d’élire le Conseil de la République, organisées le 24 novembre. Une coalition républicaine de salut public regroupe des éléments appartenant au prl, à l’Union gaulliste et au Rassemblement des Gauches. Elle n’obtient à Paris que 12,3 % et 883 mandats. Le mrp, avec 37,95 % et 2158 mandats dans la capitale, a nettement dominé. En banlieue, le crsp n’obtient que 9,8 % et 390 mandats. Sur l’ensemble du département de la Seine, avec 13,44 % et 1273 mandats, le regroupement des droites reste largement devancé par le mrp (35,3 % et 3515 mandats). Peut-être certains des électeurs, convaincus que le mrp restait la principale force d’opposition au communisme, ont-ils regretté leur vote en faveur du prl ou de l’Union gaulliste qui, quinze jours auparavant, avait fait du pcf le premier parti de France. Ainsi, le 8 décembre 1946, lors de la désignation des conseillers de la République, la liste présentée par l’Union du prl, des Républicains indépendants et gaullistes et de la Réconciliation française n’obtient-elle que 948 voix sur 9920 votants et 9910 suffrages exprimés et n’a qu’un seul élu, Julien Brunhes. C’est donc une droite encore fragile dans le département de la Seine qui aborde l’année 1947, marquée par la création du rpf38.

Le rpf, fédérateur des droites dans le département de la Seine

  • 39 Note du secrétariat général à la délégation parisienne, 20 juillet 1947, Institut Charles de Gaull (...)
  • 40 Cité dans Paul Marabuto, Les partis politiques et les mouvements sociaux sous la IVeRépublique. H (...)

28Le rpf connaît aussitôt un succès assez large à Paris avec, au 20 juillet 1947, 34809 demandes d’adhésion et 21792 cartes distribuées à Paris39. Lorsque se préparent les élections municipales, le rpf fait alliance dans le département de la Seine avec l’ udsr et avec le prl. Dans Le Figaro du 16 octobre 1947, le prl déclare qu’ »  il n’avait pas constitué de listes homogènes, laissant à ses fédérations toute latitude pour réaliser les accords électoraux indispensables, en vue de barrer la route au communisme international », mais «  qu’à Paris et dans la Seine, les candidats du prl avaient pris rang dans les listes du rpf, le programme du Rassemblement étant, dans ses grandes lignes et sur l’essentiel, identique à celui que le prl a combattu sans attendre40 ». Les gaullistes rassemblent donc l’essentiel des modérés et des droites, à l’exception des anciens membres du psf restés fidèle à La Rocque qui se présentent sur des listes «  Liberté-Rénovation française ». Toutefois, le rpf obtient le ralliement de Jean-Albert Dom, ancien membre du psf, secrétaire général à la Propagande et membre de la commission de politique extérieure de la Réconciliation française, sans doute à la suite du différend qu’il rencontre avec Pierre de Léotard. S’il n’est pas candidat aux élections municipales de 1947, il présidera le conseil du deuxième secteur et sera membre du conseil départemental.

  • 41 Bonneuil-sur-Marne, Châtenay-Malabry, Villeneuve-la-Garenne, Le Plessis-Robinson, Dugny, Fresnes, (...)
  • 42 Bois-Colombes, Bourg-la-Reine, Bry-sur-Marne, Charenton, Courbevoie, Créteil, Fontenay-sous-Bois, (...)
  • 43 En plus des communes où il avait la majorité absolue, Antony, Cachan, Chevilly-Larue, Colombes, Le (...)

29Le 20 octobre, le rpf obtient à Paris 55,7 %. Le mrp est le grand vaincu de la consultation, marquée par l’échec de Léo Hamon, rapporteur général du budget sortant, qui avait quitté l’Union gaulliste. Les gaullistes obtiennent leurs meilleurs résultats dans les arrondissements de l’ouest parisien, traditionnellement favorables aux modérés, et la majorité absolue au Conseil municipal. En banlieue, le rpf, qui a regroupé un tiers des voix (372000), obtient 842 sièges de conseillers municipaux sur 2235 (38 %). Encore était-il absent de la compétition électorale dans neuf communes41. Il obtient la majorité absolue dans seize communes42 et est le parti le plus important dans une douzaine de communes où il peut escompter obtenir le poste de maire avec l’appui mrp ou RGR. Au final, il obtient 25 municipalités43.

30Le succès du rpf permet à la droite de reconquérir des positions perdues à Paris et dans la Seine. Cette union autour du rpf est de courte durée et elle se brise dès la préparation des élections sénatoriales de 1948. Les dirigeants rpf écartent en effet alors les noms de plusieurs personnalités «  dont certains s’étaient cependant acquis des titres incontestables à la gratitude du général de Gaulle » (L’Année politique) comme Georges Laffargue ( rgr) et Julien Brunhes ( prl). Julien Brunhes et Georges Laffargue présentent alors une liste contre la liste du rpf. Le rpf remporte pourtant un large succès, avec huit élus (Pierre de Gaulle, Bernard Lafay, Marcelle Devaud, ancienne du psf, Édouard Corniglion-Molinier, Jacques Destrée, Henry Torres, Jean Bertaud, Jacques Debû-Bridel). Georges Laffargue parvient néanmoins à être élu, aux côtés de huit communistes, deux socialistes et un mrp.



31Le rassemblement, autour du prl, puis autour du rpf, permet donc aux droites de reconquérir rapidement, à la fin des années 1940, les positions un temps abandonnées dans le département de la Seine. Le regroupement autour du rpf est pourtant de courte durée. Ainsi, à la fin de l’année 1952, le groupe rpf a perdu la moitié de ses effectifs par rapport à 1947. C’est à Paris que l’influence, sur le plan local, de la crise parlementaire de 1952 paraît la plus marquée. Les divisions observées dans les années cinquante n’empêchent pas les droites d’obtenir de brillants succès aux élections législatives de 1958 et de 1962. Dans la capitale, tous les candidats de gauche sont alors éliminés.

Notes

1 30 modérés sur 85 au Conseil municipal (dont treize Alliance démocratique, sept Fédération républicaine et dix démocrates populaires), trois au Conseil départemental (deux Fédération républicaine, un Alliance démocratique), d’après une note conservée aux archives de la Préfecture de Police, BA 1820. Encore deux démocrates-chrétiens dont la candidature avait été proposée par le cpl ont-ils écartés par le gprf au profit de deux membres de la Fédération républicaine, Victor Bucaille ( vie arrondissement) et Joseph Denais ( xviie arrondissement).

2 Le premier secteur groupe les Ve, XIIIe et XIVe arrondissements ; le deuxième les VIe, VIIe et XVe arrondissements ; le troisième les VIIIe, XVIe et XVIIe ; le quatrième les Ier, IIe, IXe et XVIIIe arrondissements ; le cinquième les IIIe, IVe, Xe et XIe ; le sixième les XIIe, XIXe et XXe.

3 Rapport du préfet de la Seine au ministre de l’Intérieur, 16 décembre 1944, Archives de Paris 1012/57/1/7.

4 Conseiller municipal du quartier de Saint-Victor de 1910 à 1919.

5 Conseiller municipal du quartier de Montparnasse de 1919 à 1941.

6 Conseiller municipal du quartier de Saint-Thomas-d’Aquin depuis 1933 et député depuis 1936, il avait été maintenu en fonctions en 1941, mais avait démissionné du Conseil municipal en 1944.
Il est le seul conseiller municipal nommé en 1941 maintenu en fonctions en 1945 en raison de son engagement dans la Résistance.

7 Conseiller municipal du quartier de Chaillot de 1919 à 1941, il avait ensuite appartenu au Comité Parisien de la Libération et à l’Assemblée municipale provisoire.

8 Conseiller municipal du quartier des Batignolles de 1908 à 1912 et de 1919 à 1929, il avait été nommé en 1945 membre de l’Assemblée municipale provisoire.

9 Conseiller municipal du quartier de l’Europe de 1931 à 1944, ancien membre du Parti Démocrate Populaire.

10 Conseiller municipal du quartier des Champs-Élysées de 1935 à 1943, démissionnaire en avril 1943.

11 Conseiller municipal du quartier de La Plaine-Monceau de 1932 à 1944.

12 Conseiller municipal du quartier des Grandes-Carrières de 1935 à 1944.

13 Conseiller municipal du quartier de La Porte-Saint-Martin de 1924 à 1941, puis membre de l’Assemblée municipale provisoire.

14 Rapport du préfet de la Seine au ministre de l’Intérieur du 1er octobre 1947, an F1cII 380.

15 Pierre De Léotard, Souvenirs politiques, dans Recherches contemporaines, n° 5, 1998-1999, Université de Paris X-Nanterre, p. 236.

16 La première circonscription regroupe les arrondissements de la rive gauche (Ve, VIe, VIIe, XIIIe, XIVe et XVe), la deuxième circonscription les Ier, IIe, VIIIe, IXe, XVIe, XVIIe et XVIIIe arrondissements, la troisième les IIIee, IVe, Xe, XIe, XIIe, XIXe et XXe arrondissements.

17 Olivier Wieviorka, Les orphelins de la République, destinées des députés et sénateurs français (1940-1945), Seuil, 2001, p. 218.

18 Ibid., p. 293.

19 an, F1a 3730.

20 Délégué à la propagande du mouvement Croix-de-Feu, membre du comité exécutif du psf, Charles Vallin avait été élu député du IXe arrondissement lors de partielles organisées en novembre 1938. Décoré de la Francisque (n° 509), nommé conseiller municipal du XVIIIe arrondissement en 1941, il rejoint Londres en 1942, avec le socialiste Pierre Brossolette. Dans ses Mémoires de guerre, de Gaulle écrit : «  Vallin, naguère adepte du régime de Vichy, reniait maintenant son erreur. Ce patriote ardent, cet apôtre de la tradition, se ralliait à moi de toute son âme ».

21 Cité dans Jacques Nobecourt, Le colonel de La Rocque, Fayard, 1996, p. 935.

22 Note du 28 novembre 1945, archives de la Préfecture de Police (désormais PPo), BA 1821.

23 Pierre de Léotard, op. cit., p. 235. Ce fut finalement Mme Denys Cochin qui fut numéro deux derrière Frédéric Dupont.

24 Archives de la PPo, BA 1821.

25 Note du 3 octobre 1945, archives de la PPo, BA 1821.

26 Explication suggérée par Jean-Paul Thomas lors des débats du colloque.

27 10,5 % dans la première circonscription ; 15 % dans la deuxième ; 6,3 % dans la troisième.

28 3 % dans la quatrième circonscription, la liste de Guérard étant devancée par la liste des Radicaux indépendants et de l’Alliance démocratique ; 5,6 % dans la cinquième ; 2,7 % dans la sixième.

29 Note du 18 octobre 1945, archives de la PPo, BA 1821.

30 Note du 28 novembre 1945, archives de la PPo, BA 1821.

31 Rapport du préfet de la Seine du 21 février 1946, Archives de Paris, 1012/57/1/7.

32 Archives de la PPo, BA 1821.

33 Inquiétudes suscitées par le prl dans les milieux socialistes, note du 1er mars 1946, Archives de la PPo, BA 1821.

34 20 % dans la première circonscription, 26,3 % dans la deuxième, où la liste de Louis Rollin arrive en tête, 11,7 % dans la troisième.

35 Membre de l’Alliance démocratique, il avait protesté en 1938 contre le télégramme de Flandin à Hitler. Pendant la guerre, il s’intègre à Ceux de la Résistance. Transmettant à Pierre Schnell des renseignements sur la base sous-marine de La Pallice, il cache des armes et héberge le capitaine Rémy, sous-chef du réseau Marco-Polo (Olivier Wieviorka, op. cit., p. 326).

36 Cité par Bernard Lachaise, «  L’Union gaulliste pour la IVe République », dans La Genèse du rpf, Cahiers de la fondation Charles de Gaulle, n° 4, 1997, p. 216.

37 Étienne de Raulin-Laboureur, militant d’Action française dans le Lot-et-Garonne, puis en Bretagne, fut exclu en 1925 à la suite d’un faux attentat dont il avait été l’instigateur et la victime. Il fonda à Lyon vers 1929 L’Union française, journal de droite, qui devint en 1931 l’organe de la Ligue Nationale Populaire, puis rejoignit le psf. Pendant l’Occupation, il participa à la Résistance sous le pseudonyme de «  colonel Laboureur ». Il reçut en 1947 la médaille de la Résistance avec rosette (Henry Coston, Dictionnaire de la politique française, publications Henry Coston, t. I, 1967,p. 912).

38 Les contraintes de place nous obligent à être plus rapide sur ce point. Nous nous permettons de renvoyer à notre article «  Le rpf à Paris » dans Fondation Charles de Gaulle, Université de Bordeaux III ( carhc), De Gaulle et le rpf 1947-1955, Armand Colin, 1998, p. 210-225.

39 Note du secrétariat général à la délégation parisienne, 20 juillet 1947, Institut Charles de Gaulle, BO 3 ( rpf 477).

40 Cité dans Paul Marabuto, Les partis politiques et les mouvements sociaux sous la IVe République. Histoire. Organisation. Doctrine. Activité, Sirey, 1948, p. 253.

41 Bonneuil-sur-Marne, Châtenay-Malabry, Villeneuve-la-Garenne, Le Plessis-Robinson, Dugny, Fresnes, Villetaneuse, L’Île-Saint-Denis et Rungis.

42 Bois-Colombes, Bourg-la-Reine, Bry-sur-Marne, Charenton, Courbevoie, Créteil, Fontenay-sous-Bois, La Garenne-Colombes, Neuilly-sur-Seine, Nogent-sur-Marne, Le Perreux, Rosny-sous-Bois, Saint-Mandé, Saint-Maur-des-Fossés, Villemomble, Vincennes.

43 En plus des communes où il avait la majorité absolue, Antony, Cachan, Chevilly-Larue, Colombes, Les Lilas, Levallois-Perret, Maisons-Alfort, Saint-Maurice et Vanves.

Table des illustrations

Titre Composition du Conseil général de la Seine après les élections de 1945
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16321/img-1.png
Fichier image/png, 208k
Titre Répartition des députés de la Seine aux élections de 1945 et de 1946
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16321/img-2.png
Fichier image/png, 184k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540