Version classiqueVersion mobile

La recomposition des droites

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Troisième partie. Approches régionales et figures

Les droites dans les élections cantonales de 1945 et 1949

Christian Bougeard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Notre étude se limite à la métropole. Pour 1945 voir Philippe Buton, Jean-Marie Guillon (sous la d (...)

1Si les élections générales ont été étudiées, il n’en est pas de même des élections locales où l’enracinement des notables pèse lourd1. Analyser le poids des droites dans ces élections cantonales de 1945 et 1949 conduit à s’interroger sur l’évolution des rapports des forces politiques, sachant qu’en 1945 le renouvellement des conseils généraux se fait en entier, alors qu’en 1949 il se fait pour moitié. Il faut donc attendre 1951 pour mesurer l’impact politique sur tous les sièges. En outre, de la Libération aux années de guerre froide, le climat politique s’est profondément modifié : les rapports entre les partis ont changé avec le surgissement, à droite, du rpf et l’isolement à gauche du pcf. Quel est donc le poids des droites dans les conseils généraux en 1945 ? Y perçoit-on la poussée de la gauche des élections générales ? N’y a-t-il pas pour les droites des permanences plus fortes qu’il n’y paraît ? Qu’en est-il du renouvellement des notables, notamment des présidents des conseils généraux ? Comment après la rupture du tripartisme, la forte poussée électorale du rpf d’octobre 1947 et la mise en place de la troisième force, les électeurs réagissent-ils aux élections cantonales de mars 1949 ? Qu’en est-il alors de la poussée des droites dans les conseils généraux ?

Les droites laminées dans les conseils généraux en septembre 1945 ?

  • 2 L’Année politique (L’Ap) 1944-1945, p. 492.

2Organisées à la fin septembre 1945, quatre mois après les élections municipales d’avril et mai, les élections cantonales sont la première consultation nationale du temps de paix. Pourtant la participation y est faible, 17 millions de votants pour 25 millions d’inscrits, soit un tiers d’abstentions, mais avec un corps électoral qui a doublé depuis 1937 avec le vote des femmes. Depuis les élections municipales, la situation politique s’est clarifiée : les partis se sont imposés sur les mouvements de Résistance. Les candidats se réclamant d’un mouvement sont en général battus. La redistribution des cartes à gauche, entamée avec le Front populaire et lors de la dernière cantonale d’octobre 1937, est amplifiée par l’effet « résistance » des candidats. En 1937, les socialistes avaient gagné 68 sièges, les communistes 32 alors que les radicaux-socialistes en perdaient 42. Ce timide mouvement est massif en voix au 1er tour le 23 septembre 1945 : le pcf (23 % avec le murf et le fn) devance la sfio (22 %). La gauche avec les radicaux a obtenu 62,8 %2. La nouveauté est que la sfio devient le premier parti dans les conseils généraux en doublant ses sièges (27,3 %) avec 817 élus encartés (avant les reclassements de socialistes indépendants et de radicaux), devant les radicaux-socialistes 611 (20,4 %), alors que le pcf en a 327 (10,9 %) plus une cinquantaine de sympathisants (tableau 1). En intégrant tous les radicaux-socialistes à la gauche, celle-ci était déjà majoritaire en sièges en 1939 (51,7 %), mais détenait 56 présidences sur 90, dont la moitié pour les radicaux-socialistes (tableau 2). Avec 23 présidences en 1945, les radicaux sont les grands perdants de la Libération, communistes (4) et socialistes sfio surtout (42) ayant pris la relève sur les terres radicales. Mais en terme de sièges (près de 2000 élus, 66,2 % sans les divers) et de présidences, 73 sur 90, le glissement à gauche des conseils généraux est indéniable même si la question du positionnement au centre gauche de radicaux ou d’udsr se pose.

  • 3 Archives nationales (AN). F/1cII/266. Élections cantonales de 1945 et L’AP 1944-1945. Avec la Sein (...)

Tableau 1 : La répartition politique des conseillers généraux de métropole de 1939 à 1949 (sauf la Seine)3

Tableau 1 : La répartition politique des conseillers généraux de métropole de 1939 à 1949 (sauf la Seine)3

3À droite aussi, une redistribution des cartes est en cours au profit du mrp en voie de structuration. Le mrp, présent au 1er tour dans 800 cantons seulement, aurait obtenu 12,4 % des voix alors que la nébuleuse des modérés avec les radicaux indépendants en avait 16,1 %. La géographie électorale montre d’ailleurs que ce sont les régions de droite qui élisent les mrp (7,5 % alors qu’il n’y avait que 2,2 % de pdp en 1939), même si leurs dirigeants s’efforcent de se situer au centre gauche. Les droites traditionnelles, avec des centristes hostiles au Front populaire (radicaux indépendants, Alliance démocratique, Fédération républicaine, conservateurs, psf) qui occupaient près de 45 % des sièges en 1939 voient leur représentation divisée par deux (23,6 %). Mais, repliées sur leurs bastions de l’Ouest et de l’Est de la France, elles y résistent souvent mieux qu’il n’y paraît (voir carte 1).

4L’élection des présidents de conseils généraux le 29 octobre 1945, une semaine après les élections générales, permet de mieux mesurer les rapports de force. Les droites n’en conservent que 17, avec le mrp qui a recueilli un électorat catholique et de droite, souvent pour barrer la route au pcf. Le mrp préside la Haute-Savoie (Louis Martel) et les deux départements alsaciens. En Alsace, à un siège ou deux près, le mrp et la droite sont hégémoniques en 1948-1949. Dans l’Ouest, il a l’Ille-et-Vilaine, le Finistère et la Vendée en s’appuyant sur des majorités de droite. La poussée d’hommes neufs du mrp, réelle à la base, ne doit pas faire illusion : en Vendée la droite obtient 21 sièges (10 conservateurs, 10 urd, 1 mrp), dont neuf sortants, pour neuf à la gauche. Or, c’est l’ancien député démocrate populaire de La Roche-sur-Yon 2 (1928-1936) Auguste Durand, le seul mrp, qui devient président, assisté du député de droite A. de Baudry d’Asson. De même en Ille-et-Vilaine, avec un tiers des élus, le mrp obtient la présidence (Ménager) mais, avant même 1949, elle est récupérée par l’ancien président, le sénateur Marcel Rupied (urd, prl, passé au rpf).

  • 4 an F/1cII/266 et 271 à 281. L’ap 1949, p. 452-453.

Tableau 2 : La répartition politique des présidences de conseils généraux de 1939 à 19494

Tableau 2 : La répartition politique des présidences de conseils généraux de 1939 à 19494

5Malgré la nette poussée de la gauche, deux conseils généraux radicaux en 1939 ont basculé en faveur du mrp : la Haute-Savoie et le Finistère où la défection d’un radical laïque favorise le Brestois Yves Jaouen (ex-pdp). Certaines présidences ne doivent pas faire illusion : en Mayenne, le chirurgien udsr radicalisant Francis Le Basser, résistant et déporté (2e sur la liste de Jacques Soustelle aux législatives), est confronté à une majorité conservatrice renforcée : il n’est élu au 3e tour qu’avec l’appui du mrp et rejoindra le rpf dès 1947. Dans le Morbihan, l’ancien ministre républicain socialiste Alphonse Rio doit laisser son fauteuil au député mrp Paul Ihuel dès 1946.

  • 5 an F/1c/266.

6En effet, malgré le fort renouvellement des conseillers généraux (de 40 à 90 % parfois), pour des raisons générationnelles ou à cause de leur passé vichyssois (vote des pleins pouvoirs, nomination dans les assemblées locales de Vichy), l’enracinement des droites n’est guère entamé dans leurs zones de force. Dans le Calvados, l’ancien sénateur et président du Conseil général (1936) Jean Boivin-Champeaux, encore inéligible, retrouve sa présidence contre un Français libre mrp. L’effet notable reste important, accentué sans doute par l’inexpérience des nouveaux venus et une certaine volonté d’union nationale. Les bureaux sont souvent élargis. Ainsi dans la France de l’Est où les rapports de force n’ont bougé qu’à la marge (quelques élus de gauche en plus), des personnalités sont élues ou réélues. La Fédération républicaine-urd maintient ses positions en Lorraine : en Meurthe-et-Moselle, Louis Marin, élu depuis 1910, ne s’impose contre Philippe Serre (Jeune République) que par quinze voix contre treize. Dans la Meuse, Louis Jacquinot, membre du gouvernement Paul Reynaud (mai-juin 1940), puis du cfln et du gprf, est facilement élu comme républicain indépendant (ri). Cette étiquette encore floue de « ri », avant la naissance du prl, permet à la droite traditionnelle de se maintenir, sans engagement partisan trop marqué, et d’obtenir des majorités de droite et du centre dans les Vosges et le Doubs, en Basse-Normandie (Manche et Orne), en pays de Loire (Loire-Inférieure et Maine-et-Loire). Le préfet du Haut-Rhin exprime le 21 août 1945 l’attentisme prudent, valable ailleurs, de la droite à l’égard des anciens partis : « Du côté des éléments modérés, on observe une certaine hésitation dans le choix des étiquettes et un certain tâtonnement dans l’affirmation des programmes5 » ; il souligne une rivalité entre anciens notables de droite et jeunes se réclamant de la Résistance.

7Plus qu’en Bretagne (sauf les Côtes-du-Nord) où le mrp récoltant la tradition d’un catholicisme bleu et social les bouscule quelque peu, les droites traditionnelles résistent bien et parfois se renforcent dans l’Ouest intérieur. En Loire-Inférieure, Abel Durand, futur prl élu à Nantes, supplante les aristocrates conservateurs sans changer les rapports de force. Parfois aussi, des fils prennent le relais de leur père comme le notaire Étienne Rabouin dans le Maine-et-Loire ou Roland de Moustier dans le Doubs (père résistant mort en déportation). Dans la France du Midi où la poussée de la gauche a été très forte en 1945, la sfio bousculant sur leurs terres les radicaux-socialistes, la droite paraît éliminée. Seule la Lozère est présidée par l’industriel Jean Roujon (indépendant de droite).

8En présidences et en nombre d’élus, les droites et les centres sont assurément affaiblis dans les conseils généraux face à la poussée des gauches socialiste et communiste. Mais la gauche « marxiste » a progressé au détriment de radicaux dont beaucoup ne vont pas hésiter, au sein du rgr et par anticommunisme, à rejoindre la troisième force et bientôt des coalitions de centre droit, voire de droite. En outre, les droites ont résisté dans leurs bastions traditionnels de la France de l’Est et de l’Ouest, là où la question religieuse et la question scolaire (suppression en 1945 des subventions de Vichy à l’école privée confessionnelle) orientent encore le vote. En 1947, la rupture du tripartisme et la forte poussée électorale du rpf aux élections municipales modifient la donne et ouvrent aux droites en cours de recomposition la voie de la reconquête des conseils généraux en deux temps, d’abord en 1949 puis en 1951.

Les cantonales de mars 1949 : les chemins de la reconquête pour les droites

  • 6 Jean Charlot, Le gaullisme d’opposition 1946-1958, Fayard, p. 129-131.

9Après les municipales de 1947, la majorité de troisième force craint les conséquences électorales de la double opposition du pcf et du rpf. Malgré de nombreuses protestations (pcf, udsr, une partie des radicaux et de la droite), en septembre 1948 le président du Conseil Henri Queuille parvient à reculer en mars 1949 les élections cantonales prévues à l’automne. Le rpf dénonce « la première tentative de suppression du suffrage universel6 ». Des reclassements ont déjà eu lieu dans de nombreux conseils généraux de 1947 à 1949.

  • 7 136 sièges au rpf selon une statistique interne.
  • 8 an F/1cII/272. Dossier de presse.

10Contrairement à la relative unanimité résistante de 1945, la campagne électorale de mars 1949 se déroule dans un climat de guerre froide (signature du Pacte atlantique), les communistes isolés étant la cible de tous les partis. Le rpf aurait déjà attiré à lui 166 conseillers généraux sortants7, de droite (prl, ri, ex-mrp), il fait pression sur des mrp sommés de choisir le rpf sous peine d’avoir à affronter un candidat du Rassemblement. Comme de Gaulle, L’Aurore du 19 mars 1949 appelle à « barrer la route aux agents de l’étranger8 ». Mais dans les régions rurales de tradition conservatrice et catholique (dans l’Ouest, l’Est et le sud du Massif Central), la réactivation de la question scolaire par les droites va permettre d’écarter bon nombre de sortants laïques, socialistes ou centre gauche, alors que la prégnance de la Résistance s’estompe.

  • 9 an F/1c/277 et 279.

11Le renouvellement triennal des 1507 sièges se déroule donc dans un climat de tension politique qui n’enflamme pourtant pas les campagnes françaises ni les électeurs (11 millions). Le Monde du 25 mars dénonce « l’armée de l’abstention », cette « quatrième force » forte là où la majorité sortante n’est guère menacée. En réalité, elle a été de 31,5 % au 1er tour et de 29,3 % au second, conforme à l’avant-guerre. Pourtant, avec 5535 candidats l’offre est ouverte, le pcf est présent partout ainsi que le rpf. Mais ce qui complique la lecture des résultats, c’est qu’au nom de la double appartenance de nombreux sortants de droite (prl, ri) revendiquent l’étiquette porteuse du rpf, de même qu’un certain nombre de radicaux, rgr et udsr. Parfois aussi comme en Ille-et-Vilaine, le rpf a « donné son patronage à des sortants urd, prl, indépendants et même mrp considérés comme certains du succès » sans que l’intéressé l’ait sollicité, et dans l’Orne ou le Finistère, il a fait pression sur les sortants de droite ou du mrp. Dans les Basses-Pyrénées, treize sortants sur vingt ont accepté son patronage9. Dans le Morbihan ou le Finistère, des élus passent ainsi à droite ; des sortants de la droite traditionnelle utilisent brièvement le patronage gaulliste qu’ils abandonnent en 1950 ou 1951 (Morbihan) lors de crises internes au rpf ou du refus du général de Gaulle d’accepter les apparentements. Mais l’adversaire principal est bien le pcf.

  • 10 an F/1cII/274 à 281. Résultats par département.

1248 % des candidats sont élus au premier tour le 20 mars 1949. Au second, les triangulaires sont fréquentes du fait du maintien des communistes ; cette tactique fera battre beaucoup de socialistes, de centre gauche et de communistes sortants. Les désistements ou retraits entre socialistes et mrp sont fréquents. Le rpf se maintient la plupart du temps sauf là où il risque de faire élire un communiste. Le Monde dégage bien l’enseignement du scrutin cantonal : « un glissement vers la droite dont profite le rpf et les indépendants » alors que le pcf est éliminé de nombreux conseils généraux. Partout, et plus encore dans ses fiefs, le « glissement à droite » est souligné par les préfets10.

Vers une nouvelle géographie politique des conseils généraux (1949-1951)

  • 11 an F/1cII/271 et L’ap 1949, p. 44-47 et p. 442-449.

13Le pcf isolé est le grand perdant du scrutin majoritaire alors qu’il a résisté en voix (23,5 % au 1er tour) : sur 184 sortants, il n’en sauve que 37, perdant des cantons ruraux enlevés en 1945, et n’a plus aucune présidence de Conseil général (voir le tableau 2). La majorité de troisième force peut s’enorgueillir d’avoir contenu les extrêmes, de gauche et de droite, en conservant une légère majorité en voix (51 %), passant de 910 à 747 sièges11. Les partis ne sont guère porteurs si bien que comme le souligne la presse ces élections voient la victoire des « indépendants » à gauche comme à droite. Il n’en reste pas moins qu’au sein de cette troisième force à laquelle une partie de la droite traditionnelle n’est pas encore ralliée, le glissement à droite est sensible. Alors que les socialistes indépendants se maintiennent à 81 élus (moins un), la sfio recule fortement en voix (16,8 % au 1er tour) et en sièges passant de 429 à 279 conseillers, payant le prix de son opposition au pcf et de ses alliances de troisième force. Dans les bastions de droite, les quelques socialistes de 1945 sont battus (le seul élu Vendéen ou du Bas-Rhin).

  • 12 Dans l’Ain, la Côte d’Or, le Jura où Edgar Faure succède au socialiste Paget battu, les Landes, le (...)
  • 13 L’ap, p. 450-451.
  • 14 an F/1cII/271. Cette source accorde au total 684 sièges (22,8 %) au rgr.

14Signe du glissement à droite, la sfio perd douze présidences de conseils généraux, soit en faveur des radicaux-socialistes dans la France du Sud12, soit en faveur de la droite (l’Aube, la Nièvre, l’Oise, l’Yonne). Ainsi de nouvelles majorités centristes se font avec l’appui des élus de droite et ceux du mrp contre des socialistes sortants (l’udsr René Pleven dans les Côtes-du-Nord). Mais le recul socialiste est encore limité par les fortes majorités acquises en 1945, une consultation partielle et l’enracinement des notables sortants, souvent maires ou élus de cantons urbains. La nébuleuse radicale-rgr, en dépit de son glissement au centre droit, n’est pas épargnée passant de 292 à 277 sièges. Il est vrai que le rgr (radicaux, udsr, indépendants de gauche, quelques radicaux indépendants et ri) conteste les chiffres officiels en revendiquant 481 sièges (31,9 % des nouveaux élus13). Ce rgr, centriste laïque et anticommuniste, compte dans ces rangs 51 élus au titre de la bigamie avec le rpf qui seraient donc hostiles au régime14. En s’alliant avec les modérés et le rpf, le rgr progresse peu : de 27 à 29 présidences (plus six Outre-Mer). Deux présidents rgr revendiquent leur appartenance au rpf, l’ancien ministre corse Paul Giaccobbi et Gaston Meillon dans l’Orne.

  • 15 Ce qui signifie qu’une cinquantaine d’élus mrp de 1945 (environ 20 %) ont rejoint la droite ou le (...)
  • 16 Il n’y a plus que trois mrp sur 38 dans le Morbihan, cinq sur 30 en Vendée.
  • 17 En 1950, le président est un indépendant ex-mrp. an F/1cII/279.

15Positionné au centre droit, le mrp résiste bien à la déferlante rpf. Avec 8,1 % des voix, il est stable en sièges (108 sortants, 110 élus, le total passant de 210 à 209 sièges15). Les démocrates chrétiens ne conservent que quatre présidences : la Haute-Savoie, seul département où ils sont presque majoritaires (13 sur 28), le Finistère, le Morbihan et la Vendée. Dans ces deux derniers départements, face à une droite et à un rpf majoritaires, la réélection des présidents mrp, Paul Ihuel et Auguste Durand, ne tient qu’à leur implantation personnelle et à leurs réseaux16. Car, après son échec aux sénatoriales de 1948, le préfet du Morbihan souligne « la quasi disparition du mrp de la scène politique », abandonné par son électorat de droite de 1945, et obligé de composer avec le rpf et ses ralliés. Cette analyse vaut pour plusieurs départements tenus par la droite. Dans le Finistère, l’essor du rpf en 1947-1948 (troisième fédération de France) a affaibli le mrp, grand vainqueur en 1945-1946 car, « ses intentions républicaines, sa position gouvernementale, ses aspirations sociales rendirent ce parti suspect à la droite ». En outre des résistants et « gaullistes », élus sous la bannière du mrp, ont rejoint le rpf. Ainsi, le président mrp sortant Jaouen n’est réélu au 3e tour que par 19 voix contre 18 au Dr Vourc’h, conseiller de la République mrp passé au rpf. Mais la majorité a changé de configuration : de droite (22 sur 43), elle devient de troisième force (10 mrp, 5 sfio, 4 radicaux) contre le rpf et ses alliés17.

  • 18 an F/1cII/279.

16La droite et le rpf se renforcent dans l’Est de la France. En Moselle, l’ingénieur agronome Robert Sérot (Rassemblement démocratique Mosellan en 1945 devenu ri) est réélu à l’unanimité avec l’appui du rpf. En Alsace, le mrp perd ses deux présidences remises en cause avant même le scrutin. Dans le Bas-Rhin, le Dr Bur exclu du mrp a déjà rallié le rpf, et dans le Haut-Rhin l’ex-mrp Amiot est devenu indépendant. Après, le rpf contrôle le Bas-Rhin au profit du ri-rpf Rudolph Thormann et le Haut-Rhin avec le sénateur rpf, ex-mrp, Georges Bourgeois, élu député en 195118.

  • 19 an F/1cII/271. C’est le cas de 68 ri et 27 prl.
  • 20 Le préfet parle d’un appui à des rpf dès le 1er tour et d’un accord secret.
  • 21 Cet exemple montre les limites des consignes des partis dans les élections locales.

17En fait, les vrais vainqueurs de ces élections sont les modérés (ri et indépendants de droite) qui passent de 248 sortants à 334 élus, doublant presque leur représentation totale (12,5 % des voix au 1er tour). Selon le tableau 1, ces modérés seraient passés de 435 sièges en 1945 à 764 en 1949, de 14,5 à 25,5 %. 115 soit 15 % sont apparentés au rpf ou ont bénéficié de son soutien et sont donc en principe hostiles au gouvernement19. La reconquête des conseils généraux par les droites passe d’abord par cette voie-là. Réduites à une dizaine de présidences en 1945, les droites doublent la mise en 1949. Les situations locales sont variables : parfois, les sortants jouent la carte du rpf comme Rupied en Ille-et-Vilaine, les ri Étienne Rabouin, réélu dans le Maine-et-Loire, ou François Benard qui a enlevé l’Oise à la sfio, ou encore l’entrepreneur Antoine Boutonnat en Seine-et-Oise, présidée par le communiste Peronnet en 1945. Parfois, tel notable fait alliance en sous-main avec le rpf comme l’industriel Jean Moreau, député ri de l’Yonne, secrétaire d’État, qui veut prendre la présidence à la sfio à tout prix20. Parfois, les sortants de droite sont aisément réélus contre une virulente campagne du rpf comme Louis Jacquinot dans la Meuse, y compris par les sept apparentés rpf21.

  • 22 Dans le Calvados, J. Boivin-Champeaux a récusé le parrainage du rpf alors qu’il était vice-préside (...)

18En fait, si les changements restent encore limités, la droite consolide ses bases de 1945 dans l’Ouest, en général avec l’appui du rpf, car beaucoup de ses sortants ont pris soin d’en porter l’étiquette22. Le rpf accorde sa sollicitude à des notables qui ont l’habileté de ne pas la refuser même lorsqu’ils n’en ont pas besoin comme Henri Cornat réélu à l’unanimité dans la Manche. À côté des 18 ri, deux présidents se disent encore prl, R. de Moustier dans le Doubs et le sénateur Abel Durand en Loire-Inférieure.

  • 23 En 1949, formule transitoire, la présidence est assurée par le radical indépendant, Maurice Parez.
  • 24 Le pasteur radical indépendant Guillon, président sortant, est battu par le ri Bouvard.

19Mais surtout, la droite reconquiert des départements perdus en 1945 ou bénéficie de l’évolution vers la droite de notables radicaux. Ainsi dans le Bassin parisien, le ri Henri Terre, maire de Troyes23 (1947), ancien radical, reprend l’Aube à la sfio. Et en Côte d’Or, la réélection du Dr Robert Kuhn (rs) ne fait pas illusion : il a longtemps hésité à adhérer au rpf et ne conserve son fauteuil qu’avec une majorité de droite (26 sur 37). Elle regagne du terrain sur la bordure orientale du Massif Central où le rpf pénètre peu. Après un bref passage par la présidence radicale du sénateur Franck Chante, l’Ardèche échoit aux indépendants paysans, Joseph Allauzen, puis le ministre Paul Ribeyre (1951) qui s’appuie sur son Union Républicaine ardéchoise. Selon le préfet, la droite « a reconstitué ses cadres décimés par l’Épuration et a fait un gros effort pour reconquérir ses positions ». C’est chose faite dans la Loire où Antoine Pinay, devenu ministre, accède à la présidence (20 voix contre 11 à un radical-socialiste) et en Haute-Loire orientée à gauche en 1939 et à la Libération24. Avec A. Pinay, des notables vichyssois, un temps inéligibles, reviennent en force. Le ri Robert Guény enlève la Nièvre à la sfio et à une majorité « de Front populaire », François Mitterrand battant un communiste. Dans l’Aveyron, après la défaite de l’ancien Président du conseil socialiste Paul Ramadier, c’est le Dr Raymond Bonnefous, sénateur de Rodez, qui est élu. Les terres de tradition blanche et catholique réapparaissent nettement (voir la carte 2). De même, dans les Basses-Pyrénées, le Conseil général présidé en 1945 par le radical-socialiste Lapuyade tombe dans l’escarcelle du ri Louis Inchauspe.

  • 25 Selon Robert Ponceyri, il y aurait au moins 200 sortants, « Le rpf et les élections », De Gaulle e (...)
  • 26 C’est le cas dans l’Aube, sept départements de l’Ouest, l’Alsace et la Seine-et-Oise.
  • 27 Sur 27 conseillers généraux, il n’y a que 4 rpf.
  • 28 Philippe Nivet, « Les élus locaux rpf des communes de l’ouest du département de la Seine (1947-195 (...)

20Qu’en est-il du poids du rpf dans les conseils généraux ? Les chiffres officiels lui accordent 25,4 % des voix au 1er tour, résultats contestés par Jacques Soustelle qui en revendique 31,3 %. Or, même avec ces chiffres, sans Paris et la Seine, le temps du reflux est déjà amorcé par rapport aux élections municipales de 1947. Selon le gouvernement, le parti gaulliste qui avait 166 sortants dont 101 apparentés25 aurait eu 389 élus dont 178 apparentés. Ces chiffres semblent minorés, car un document d’archives en reconnaît 449, ce qui semble confirmé par le comptage de Robert Ponceyri à partir du Monde : 453 rpf (30 %) dont 278 nouveaux élus alors que le Rassemblement en revendique 527. Ils sont les plus nombreux dans les départements ancrés à droite26 et en Corse (28 sur 62) où les deux principaux chefs de clan en sont membres : le radical Giaccobbi, président du Conseil général, et Landry. Si on enlève les ri, les présidences strictement rpf ne sont pas si nombreuses à part un département alsacien et les apparentés déjà cités. De toute façon, elles confirment l’enracinement à droite du rpf. Il faut y ajouter la Mayenne où Le Basser est réélu27. Dans l’Orne la présidence se joue au sein des droites : l’hôtelier rgr-rpf Gaston Meillon est élu contre l’indépendant René Laniel. La région parisienne connaît elle aussi une poussée rpf, même si la Seine a un statut particulier sans élection cantonale de 1945 à 1953. Le rpf s’implante dans la Seine en deux temps alors que comme en Seine-et-Oise c’était une direction communiste en 1945. En novembre 1947, le socialiste d’Issy-les-Moulineaux Jean Alessandri accède à la présidence avec les voix du rpf auquel il adhère en juillet 1948. En 194928, l’ancien modéré de Neuilly Martial Massiani lui succède.

  • 29 L’ap 1951, p. 252-255 et 712-713.
  • 30 Les Alpes-Maritimes, la Drôme, le Gers, le Lot, la Gironde, le Cher, l’Indre et la Sarthe.

21La reconquête des conseils généraux par les droites se poursuit en octobre 1951 même après le semi-échec du rpf aux élections législatives. Le pcf et la sfio reculent, le rgr se maintient et les modérés progressent (468, + 120)29. Pour les gaullistes, le mouvement ascendant paraît cassé : 175 nouveaux sièges seulement dont la présidence du Finistère pour l’ancien député prl-rpf Jean Crouan. Mais le ministre mrp Pierre Pflimlin reprend le Bas-Rhin alors que les autres présidents rpf sortants sont confirmés, sauf en Maine-et-Loire. Là, l’indépendant de droite de Jourdan, ex-rpf, ravit la présidence à Étienne Rabouin. En 1951, le mrp gagne aussi le Territoire de Belfort auparavant radical-socialiste. Les indépendants de droite poursuivent leur reconquête du terrain concédé en 1945 à la gauche. Les présidents sortants ri sont confirmés avec des majorités consensuelles contre les seuls communistes. Des relèves s’opèrent : le sénateur Robert Gravier remplace Louis Marin en Meurthe-et-Moselle. Les ri élargissent leur zone d’influence gagnant cinq nouveaux départements sur la sfio : les Hautes-Alpes pour le cultivateur Bois, le Cantal pour le Dr Peschaud, sénateur « paysan », la Côte d’Or pour le Dr Roclore, la Haute-Marne pour Béligne, la Haute-Saône pour le député Lyautey. Et la plupart des présidents radicaux-rgr gouvernent avec leur appui. Les radicaux ont d’ailleurs repris huit départements aux socialistes30, surtout dans le Sud, au profit de grands notables comme Jean Médecin dans les Alpes-Maritimes, Vincent Rotinat dans l’Indre, Gaston Monnerville dans le Lot, ou permettant le retour de vichyssois comme le sénateur Jacques Masteau dans la Vienne. Au total, la sfio ne conserve que 22 départements, dans le Midi et dans le Nord industriel et urbain, le rgr (radicaux-socialistes, 2 udsr) 32, les droites 35 (5 mrp, 15 ri, 6 indépendants de droite, 2 paysans, 7 rpf sans la Seine).



  • 31 Et cinq futurs Présidents du conseil.

22En 1951 un cycle s’achève : dans les conseils généraux la parenthèse de la Libération avec sa forte poussée à gauche paraît bien refermée. La gauche socialiste gouverne un quart des départements, les radicaux-socialistes et le rgr qui ont glissé vers le centre droit un peu plus d’un tiers et les droites 40 %. On peut y intégrer le mrp car ses hommes sont élus par des départements de cette sensibilité. Récupérant des notables de droite, le rpf joue quelque temps un rôle perturbateur mais s’intègre d’autant mieux à ces assemblées départementales qu’il s’appuie sur des notables de la droite traditionnelle et qu’il est en perte de vitesse électorale. Bon nombre de notables, « gaullistes » parfois malgré eux, vont bientôt rejoindre le bercail des indépendants (cnip). Partant de loin en 1945, la reconquête du terrain départemental par les droites est rapide, amorcée dès 1949 et confirmée en 1951, annonçant son retour aux affaires avec Antoine Pinay. Sur la longue durée, la carte électorale des conseils généraux est finalement peu modifiée, les cultures politiques de droite et de gauche se maintenant ou se réaffirmant à quelques exceptions près. L’Ouest et l’Est du pays ainsi que la bordure orientale du Massif Central restent des bastions de droite avec une extension dans le Bassin parisien, la gauche résistant mieux dans la France du Midi. À comparer ces cartes avec celles des résultats législatifs, les élections cantonales de l’après-guerre sont moins dépolitisées ou « apolitiques » qu’on ne le dit parfois. Les électeurs votent en connaissance de cause en fonction des enjeux pas seulement locaux du moment. Les grands notables, anciens ou nouveaux, ne dédaignent pas, à gauche comme à droite, d’asseoir leur influence sur un Conseil général, ou d’y revenir après l’éclipse forcée de 1945. En 1951-1952, en métropole, les présidences sont occupées par 28 députés et 18 sénateurs dont de nombreux ministres de la IVe République31. Le contrôle des conseils généraux est bien partie prenante de la recomposition des droites en France de la Libération au début des années 1950.

Les présidences des conseils généraux après les élections

Les présidences des conseils généraux après les élections

Cartographie : Gilles Couix, UBO, Brest.

Notes

1 Notre étude se limite à la métropole. Pour 1945 voir Philippe Buton, Jean-Marie Guillon (sous la direction de), Les pouvoirs en France à la Libération, Paris, Belin, 1994, (une trentaine de monographies départementales), et Gilles Morin, « Les élections locales de 1945 : la normalisation de la vie politique », dans Historiens et géographes, n° 357, avril-mai 1997, p. 215-231.

2 L’Année politique (L’Ap) 1944-1945, p. 492.

3 Archives nationales (AN). F/1cII/266. Élections cantonales de 1945 et L’AP 1944-1945. Avec la Seine le poids de la gauche augmente en 1945. F/1cII/271 Élections cantonales de 1949.

4 an F/1cII/266 et 271 à 281. L’ap 1949, p. 452-453.

5 an F/1c/266.

6 Jean Charlot, Le gaullisme d’opposition 1946-1958, Fayard, p. 129-131.

7 136 sièges au rpf selon une statistique interne.

8 an F/1cII/272. Dossier de presse.

9 an F/1c/277 et 279.

10 an F/1cII/274 à 281. Résultats par département.

11 an F/1cII/271 et L’ap 1949, p. 44-47 et p. 442-449.

12 Dans l’Ain, la Côte d’Or, le Jura où Edgar Faure succède au socialiste Paget battu, les Landes, le Lot-et-Garonne, le Puy-de-Dôme, la Saône-et-Loire, le Vaucluse.

13 L’ap, p. 450-451.

14 an F/1cII/271. Cette source accorde au total 684 sièges (22,8 %) au rgr.

15 Ce qui signifie qu’une cinquantaine d’élus mrp de 1945 (environ 20 %) ont rejoint la droite ou le rpf.

16 Il n’y a plus que trois mrp sur 38 dans le Morbihan, cinq sur 30 en Vendée.

17 En 1950, le président est un indépendant ex-mrp. an F/1cII/279.

18 an F/1cII/279.

19 an F/1cII/271. C’est le cas de 68 ri et 27 prl.

20 Le préfet parle d’un appui à des rpf dès le 1er tour et d’un accord secret.

21 Cet exemple montre les limites des consignes des partis dans les élections locales.

22 Dans le Calvados, J. Boivin-Champeaux a récusé le parrainage du rpf alors qu’il était vice-président de l’intergroupe rpf au Sénat et a eu un candidat gaulliste contre lui.

23 En 1949, formule transitoire, la présidence est assurée par le radical indépendant, Maurice Parez.

24 Le pasteur radical indépendant Guillon, président sortant, est battu par le ri Bouvard.

25 Selon Robert Ponceyri, il y aurait au moins 200 sortants, « Le rpf et les élections », De Gaulle et le rpf 1947-1955, A. Colin, 1998, p. 296-334. L’ap donne 219 affiliés avant et 275 rpf purs et 503 affiliés après les élections.

26 C’est le cas dans l’Aube, sept départements de l’Ouest, l’Alsace et la Seine-et-Oise.

27 Sur 27 conseillers généraux, il n’y a que 4 rpf.

28 Philippe Nivet, « Les élus locaux rpf des communes de l’ouest du département de la Seine (1947-1955) », Cahiers de la Fondation Charles de Gaulle, n° 10, 2001, p. 90.

29 L’ap 1951, p. 252-255 et 712-713.

30 Les Alpes-Maritimes, la Drôme, le Gers, le Lot, la Gironde, le Cher, l’Indre et la Sarthe.

31 Et cinq futurs Présidents du conseil.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search