Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recomposition des droites

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Deuxième partie. Forces partisanes

L’Alliance démocratique en 1947-1948 Doctrine et programme

Rosemonde Sanson

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 bn, salle des manuscrits, Fonds Alliance démocratique, carton 3, Le petit congrès.
  • 2 Alliance démocratique (ou ad), janvier 1947, « Au comité directeur » (ou cd).

1Des alliancistes, fidèles à « l’Absent » – Pierre-Étienne Flandin est, pour l’heure, emprisonné à Fresnes – se sont retrouvés autour de Léon Baréty, premier vice-président de l’Alliance, de Marcel Ventenat, son secrétaire général, et d’Émile Gellie, seul élu en 1945 de l’ancienne Alliance, en un « petit congrès » tenu à Paris les 13 et 14 avril 1946. Les organisateurs y annoncent la prochaine reprise d’activité de l’authentique Alliance démocratique, car « il faut à tout prix, dans le pays, renforcer le centre […] pour éviter d’aller à la lutte du bloc des droites contre le bloc des gauches1 ». Ce faisant, ils rompent toute équivoque avec les « dissidents » qui, autour de Paul Reynaud, avaient usurpé le terme d’Alliance dès octobre 1944, ce qui, un temps, avait paralysé les initiatives des flandinistes. À quelques mois de là, le cd (comité directeur) du parti restructuré, dans son premier ordre du jour publié, se déclare prêt à conclure, particulièrement en vue des élections, « des alliances avec les partis républicains qui s’opposent à la fatale division de la France en deux blocs ennemis2 ».

  • 3 Cf. la communication de François Audigier.

2La survie de l’Alliance démocratique et l’affirmation d’une stratégie centriste sont-elles plausibles en 1947-1948 ? Ce questionnement bivalent se trouve au cœur de la problématique de cette communication. À l’encontre des analyses historiques brossées a posteriori3, les alliancistes croient, à l’aube de la IVe République institutionnalisée, en l’avenir de leur parti. Il conviendra d’en chercher d’abord les raisons. Quelles bases doctrinales et quelles thématiques programmatiques donnent-ils alors à leur parti ? Bien que celles-ci soient, on le verra, marquées à l’aune d’un conformisme droitier, ne peut-on pas déceler une originalité dans la pensée des alliancistes ?

La reviviscence du « vieux parti »

3La reviviscence de l’Alliance flandiniste, en 1947-1948, découle de conditions externes et internes au mouvement.

  • 4 Il s’agit de l’ad, sous-titré Bulletin intérieur du parti, mensuel de 4 pages qui fonctionne comme (...)
  • 5 ad, janvier 1947, « Confiance », M. Ventenat.
  • 6 Jossier, ou encore M. Héraut, rechignent. Sur le rgr , cf. Recherches contemporaines, n° 5, 1998- (...)

4La IVe République sort du provisoire. En vertu de la constitution adoptée le 13 octobre 1946, divers organismes se mettent en place. Vincent Auriol est élu président de la République. Il appelle pour former le gouvernement Paul Ramadier. Selon les responsables de l’Alliance, c’est le premier gouvernement « hétérogène », car y voisinent des « totalitaires » et des libéraux. Attentiste, M. Ventenat écrit, dans l’éditorial du mensuel qu’il vient de lancer, titré L’Alliance démocratique ou l’ad4 : « Si notre parti a encore sa raison d’être malgré son affaiblissement passager, c’est parce qu’il constitue encore un refuge pour ceux qui, voulant toujours “raison garder”, ne se sont pas laissés séduire par les utopies qui ont si puissamment et si malheureusement agi sur le cerveau d’un trop grand nombre de nos concitoyens5 ». Le secrétaire général est parvenu d’ailleurs à faire sortir l’Alliance de son isolement en l’agrégeant au rgr6.

  • 7 Le procès Flandin devant la Haute Cour de Justice, 23-26 juillet 1946, Librairie Médicis, 405 p.

5En outre, leur leader P.-É. Flandin est maintenant libre. Cependant, il reste inéligible. Son procès, tenu devant la Haute Cour de Justice du 23 au 26 juillet 1946, l’a certes condamné à cinq ans d’indignité nationale pour avoir fait partie du gouvernement de Vichy pendant cinquante-six jours, mais l’a relevé de cette condamnation en raison de services rendus à la Résistance7. Il sera élu président du mouvement par acclamation lors du congrès de février 1948. Cependant, il redevient le leader incontesté de l’Alliance dès 1947, que l’on peut qualifier de flandiniste, d’autant que les « dissidents » ne réclamant plus l’étiquette de l’Alliance se sont coulés dans le prl.

6Dès le début de l’année 1947, les instances dirigeantes de l’Alliance s’efforcent de structurer le parti et de créer des fédérations affilées telles celles de Loire Inférieure, du Maine-et-Loire, ou encore celle de Gironde avec l’ex sénateur Georges Portmann. À Lyon, le Docteur Guinet, maire adjoint de la ville, met aussi en place une fédération. L’ancien vice-président du Conseil municipal de Paris, R. Fiquet, préside celle de la Seine. Le parti se dote d’un mouvement de jeunesse et d’un Cercle d’études, deux formations placées sous l’égide d’André François-Poncet, mais il ne compte que cinq parlementaires, quatre députés, Jean Chamant, André Guillant, Jean Moreau et Antoine Pinay, et un conseiller de la République, Abel-Durand.

  • 8 ad, janvıier 1949, « Restons optimistes », Ventenat.
  • 9 En fait, on a identifié trois élus alliancistes, Abel Durand, René Dubois et Étienne Rabouin. Il e (...)
  • 10 ad, décembre 1949, « Brumes d’automne », M. Ventenat.

7L’éditorialiste de l’ad de janvier 1949 se réjouit que « les éléments modérés prennent une influence grandissante dans la majorité et au sein du gouvernement8 ». Ne dénombre-t-on pas des éléments positifs, accréditant une certaine revitalité de l’Alliance ? A. Pinay et J. Moreau, tous deux députés et membres du cd de l’Alliance, figurent parmi les membres du gouvernement Queuille. Le cd s’enorgueillit, d’autre part, des succès de soi-disant sept élus aux récentes élections du Conseil de la République9 et de la nomination d’A. François-Poncet, leur expert en politique extérieure, comme conseiller au ministère des Affaires Étrangères. Au lendemain des élections au Conseil de la République, Ventenat « constate avec satisfaction que le communisme, le marxisme et le dirigisme ont été condamnés par le scrutin » et de conclure : « L’Assemblée nationale ne représente plus la nation10 ».

8La période 1947-1948 correspond donc à une renaissance passagère de l’Alliance, après une phase de repli. Le congrès des 7 et 8 février 1948 consacre l’existence du parti. Il permet aussi de préciser son positionnement sur l’échiquier politique.

  • 11 ad, septembre 1947, « Avant le 34e Congrès de l’Alliance », A. Terrasse.

9« Si nous avons en dépit de toutes les difficultés matérielles et morales défendu contre vents et marées l’existence de notre “vieux parti”, c’est que nous avons l’impression que par les valeurs qu’il représente, il est appelé à jouer un rôle essentiel dans la vie politique », écrit le secrétaire honoraire de l’Alliance, André Terrasse, dans l’éditorial de l’ad de septembre 1947 qui transcrit un certain nombre de rapports en vue du prochain congrès11. L’assertion est-elle défendable ? Il convient de s’attarder tout d’abord sur l’auto-désignation. Elle est emblématique de l’image que les alliancistes veulent donner de leur parti, d’autant que l’expression « vieux parti » revient de façon récurrente. Elle sous-entend l’ancrage dans le passé de l’Alliance, née, au vrai, en 1901, et sa pérennisation temporelle et même idéologique. Les flandinistes désignent aussi leur formation comme « le parti de la fidélité » ou encore « le parti de la Tradition ». Cela ne traduit-il pas une inadaptation, une sclérose ? Cette impression se trouve renforcée par la méthode des journalistes ou des orateurs. La référence au passé s’avère constante. La solution des problèmes présents passe par des remèdes essayés dans les années trente. Une rubrique « Paroles toujours actuelles » propose même des extraits de discours prononcés par P.-É. Flandin entre 1933 et 1939 ; ils sont censés avoir valeur actuelle.

  • 12 Il sera élu conseiller général de la Dordogne en 1949, puis maire de Lalinde, mais échouera à tout (...)
  • 13 Sur Moranne, cf. Gilles Richard, Le Centre national des indépendants et paysans de 1948 à 1962 ou (...)

10Vieux, le parti l’est aussi par l’âge moyen de la majorité de ses membres, même si trois générations se télescopent. Les anciens ont des statuts différents. Les uns ont reçu un mandat parlementaire ou municipal au temps de la Grande Guerre. P.-É. Flandin est élu député de l’Yonne en 1914 ; Léon Baréty représente les Alpes depuis 1919. M. Fiquet ou Chochon ont été conseillers municipaux au début de l’entre-deux-guerres. R. Jossier a commencé à militer au moment de l’affaire Dreyfus. M. Ventenat, le secrétaire général, est typique de la génération intermédiaire. Né avec le siècle, il a reçu la Légion d’honneur pour son action militaire en 1939-1940. Cet ingénieur des Mines, ancien cadet de l’Alliance, a échoué à la députation en 1936. Il garde des ambitions politiques qui presque toutes ont été vouées à l’échec12. Enfin, il est des jeunes inscrits « au vieux parti ». On peut citer J. Chamant, élu représentant de l’Yonne en 1946, ou encore un ancien élève de l’École normale supérieure, G. Kreweras, animateur des Jeunesses de l’Alliance, puis du Cercle d’études, ou le jeune avocat Paul Moranne, futur dirigeant des Jeunesses du cnip, ainsi que Julien Tardieu, ancien cadet de l’Alliance, qui fera ultérieurement carrière politique13.

  • 14 ad, février 1949, Discours de P.-É. Flandin au dîner du 12 janvier 1948.

11Les alliancistes revendiquent la dénomination de parti pour leur mouvement, bien que le nombre d’adhérents – impossible à chiffrer – soit modeste. Plusieurs s’en consolent, le qualifiant de parti des cadres. De fait, il compte en ses rangs des notables tels le docteur Brouadel, professeur à l’École de médecine, président de la Croix-Rouge française ; le professeur Guernier qui donne des cours aux Sciences politiques, Ferrasson, président des Chambres de commerce ; Madame Foinant, industrielle et présidente des femmes chefs d’entreprises. Plus réaliste, P.-É. Flandin donne alors à voir l’Alliance comme une « association de travail », une formation qui vise moins le succès électoral que la divulgation d’une pensée. « Un parti politique à mon sens, précise-t-il, et c’est ce qu’essaie de faire l’Alliance, est en réalité une association de travail destinée à fournir des principes moteurs à ceux qui s’intéressent à la vie politique ». Il poursuit : « L’Alliance, on ne m’en voudra pas de le dire, pourrait choisir comme devise “je maintiendrai”, car, dans ces années difficiles, elle a su résister aux nouvelles idoles, aux fausses idoles14 ». Vision juste, mais surannée, à une époque où existent de grands partis structurés. Pour restaurer le pays, les réorganisateurs de l’Alliance croient qu’il faut un « parti de raison », un « parti qui rassure », bref un parti du centre. Quoi qu’il en soit, ils entendent se différencier des « partis totalitaires », mais aussi des familles de droite et du rpf.

  • 15 ad, juin 1947 et octobre 1948, Au cd, et virulent discours de P.-É. Flandin à Dijon le 24 septemb (...)

12Bien évidemment, les alliancistes vilipendent les communistes, même après la levée de l’hypothèque de mai 1947. Afin de mieux stigmatiser le parti communiste, ils frappent de synonymie le totalitarisme bolchevique et le totalitarisme nazi et ils multiplient dans l’ad les reportages dépréciatifs sur le système soviétique. En France, le parti communiste, « État dans l’État », agit, de leur point de vue, comme un « agitateur professionnel15 » au service du bolchevisme. La remarque vaut pour les grèves en France ou les soulèvements en Union française. Ils se montrent partisans d’une politique sociale efficace dans le seul but « d’enlever au communisme la possibilité de jouer l’aggravation de la misère pour alimenter sa propagande ».

13Le parti socialiste et le mrp sont aussi taxés de « totalitaires ». Leurs membres n’ont-ils pas contribué à la mise en place du dirigisme en France et à l’éviction, liberticide, de la scène politique d’hommes politiques éminents ayant eu pour seul tort d’avoir accordé leur confiance à Pétain en des temps dramatiques ? Les libéraux de l’Alliance reprochent aux socialistes d’être des « dirigistes impénitents », quoique mus parfois par de bonnes intentions. Quant au mrp – réveil d’anticléricalisme –, ils le stigmatisent pour son caractère confessionnel et pour sa politique démagogique, antidote au facteur religieux, également pour sa tendance russophile. Bidault ne soutient-il pas une politique d’équilibre ? Les alliancistes situent, à leur droite, le prl. Le groupement est honni, car refuge de tous les droitiers et surtout parce que des dissidents de l’Alliance, tels Reynaud, Rollin, Jacquinot, Laniel, se sont ralliés à lui.

  • 16 ad, mai et juin 1947, respectivement  : « Conditions », M. Ventenat, et « Au cd »

14Le retour de de Gaulle sur la scène politique et la création du rpf provoquent au sein de l’Alliance perplexité, scepticisme, et finalement rejet. Le ralliement éventuel, même à titre personnel, d’un allianciste à la nouvelle formation suscite des débats houleux. Finalement, Flandin se déclare hostile à l’adhésion d’un membre de l’Alliance au rpf. Dans la réalité l’indiscipline a prévalu. Pourquoi cet ostracisme ? Tous s’accordent à dénoncer l’antinomie entre leur parti adepte du parlementarisme et un mouvement qui prône le pouvoir personnel. Ils ne pardonnent à de Gaulle ni ses mesures institutionnelles et socio-économiques prises au temps du gouvernement provisoire, ni l’appel au pouvoir des communistes. Encore en juin 1947 « jusqu’à quel point, s’interroge Flandin, est-il vraiment décidé à mener la lutte contre le communisme ? » Henri Malet, ancien député de Charente, avance un autre argument, fallacieux mais porteur : la déclaration de Brazzaville est, assure-t-il, « à l’origine du trouble que l’on connaît dans toutes les possessions d’outre-mer16 ». Une autre raison tombe en abyme, mais est certainement présente à l’esprit : nombre de vichyssois, d’anciens alliancistes, persistent à considérer de Gaulle comme un complice de Moscou à cause du ralliement de résistants communistes.

  • 17 ad, février 1948, « Au cd », et avril 1948.

15Les alliancistes ambitionnent d’être le pivot, comme autrefois, des forces centristes, qui cimenterait tous les anti-marxistes et laisserait de côté les gaullistes. Ne tiendraient-ils pas compte du rgr ? Ils en sont partie prenante – Ventenat en a été élu vice-président – mais n’y jouent pas le rôle essentiel. Les élections municipales d’octobre 1948 et la composition du gouvernement Schuman en novembre montrent la prépondérance des radicaux et aboutissent à la formation de la Troisième Force qu’ils boudent. P.-É. Flandin porte ce jugement : « Quant à la Troisième Force politique, elle évoquerait les souvenirs de la vieille concentration républicaine si elle n’était pas travaillée par des divergences doctrinales autrement profondes que celles qui opposèrent jadis les radicaux du centre-gauche17 ». D’ailleurs, le programme de l’Alliance s’écarte d’une culture centriste. Que l’on en juge.

Doctrine et programme

16Les alliancistes estiment devoir affirmer haut et fort leur doctrine. Elle se résume en deux vocables : ils se donnent à voir comme des républicains ; ils se donnent à voir comme des libéraux. Ce faisant, dans une stratégie pérenne, ils entendent se présenter comme les défenseurs des classes moyennes dans le secteur privé et du monde paysan et comme des adversaires de la lutte des classes.

  • 18 ad, avril 1948, « Le banquet des Mille ». A. Michel et Association des représentants du peuple de (...)

17Que signifie être républicain ? Être républicain, pour les alliancistes, c’est croire aux droits de l’homme, ceux de 1789  : liberté, égalité, fraternité et propriété. Être républicain, c’est aussi être partisan d’un régime parlementaire, vraiment démocratique et vraiment libéral. On l’aura compris, ils gardent la nostalgie de la IIIe République, régime « où s’est épanouie la liberté dans tous les domaines ». Ce qui, entre parenthèses, n’a pas empêché la plupart d’entre eux de voter les pleins pouvoirs à Pétain. Plusieurs membres de l’Alliance adhèrent d’ailleurs à l’Association des représentants du peuple sous la IIIe République, et lors du banquet des Mille, P.-É. Flandin a prononcé un discours dithyrambique sur les vertus de la République née le 4 septembre 187018. Aussi les membres de l’Alliance dénigrent-ils les institutions et les hommes politiques de la IVe République. Mais les solutions proposées portent le sceau de l’obsolescence ou s’apparentent à des doléances.

18Tout d’abord, les alliancistes récusent la Constitution de 1946, car elle établit un régime d’assemblée. Aussi préconisent-ils plus de pouvoir pour les membres du Conseil de la République. Cette chambre, comme autrefois le Sénat, doit faire contrepoids à l’Assemblée nationale. Bref, ils se seraient contentés de simples amendements aux lois de 1875.

  • 19 ad, janvier 1948, « La question de l’inéligibilité », A. Michel

19La IVe République ensuite leur apparaît antidémocratique à double titre : à cause du mode de scrutin et en raison de la législation d’exception. Le scrutin de liste avec apparentement, prétendent-ils, aboutit à la « dictature » des partis, et de partis monolithes. Mais ils divergent quant aux solutions : retour au scrutin d’arrondissement ? Au scrutin de liste sans apparentement ? Évidemment, ils réprouvent la législation d’exception écartant du droit d’éligibilité les anciens parlementaires ayant voté la confiance à Pétain ou ayant joué un rôle, même modeste, au temps de Vichy. Elle leur paraît une atteinte grave à la justice, à l’égalité entre les citoyens. De plus, elle entrave l’expression pleine et entière du suffrage universel puisque restreignant le choix de l’électeur. André Michel, fidèle publiciste de l’ad, ancien combattant des deux guerres, propose une interprétation partiale et polémique de cette loi d’exception. Elle permet, écrit-il, d’écarter des « adversaires politiques que les partis qui s’étaient formés ou qui avaient grandi dans la clandestinité voulaient mettre hors de cause afin de consolider les profits que leur avaient procurés le résistantialisme, et ce néologisme, précise-t-il, dit bien ce qu’il veut dire19 ». Les politiciens de la Quatrième sont, en effet, souvent taxés par les alliancistes de « profiteurs du résistantialisme ».

  • 20 ad, octobre 1947 et août/septembre 1948, M. Ventenat, et « La fin de l’imposture », P-É. Flandin.

20D’une façon récurrente, les alliancistes déplorent la médiocratie de la plupart des hommes au pouvoir. Ainsi dans l’éditorial d’octobre 1947, M. Ventenat souligne la faillite de tous les gouvernements depuis la Libération. La raison ? « Jamais la France n’avait eu à sa tête des hommes d’une telle médiocrité, incapables de prévoir, incapables d’adopter une politique ferme ». Plus loin, il précise : « des ambitieux sans valeur personnelle, des aigris qui ne sont que des ratés de la vie courante, des paresseux ». P.-É. Flandin, à l’été 1948, alors que son ennemi personnel P. Reynaud tente de former un gouvernement, se lance dans une diatribe aux accents sémantiques fascisants contre les cours martiales de la Résistance et contre les fondateurs de la Quatrième. « Plus de cent mille Français assassinés par des bandits qui usurpaient le glorieux titre de résistants ont payé de leur sang, le plus souvent sans tache, la révolution d’où est sortie la IVe République pure et dure ». Il poursuit : « les champions du tripartisme, les glorieux fondateurs de la IVe République, continuèrent leur travail abject. Ce fut alors la plus belle collection de scandales, de tripotages et de gaspillages que l’Histoire de France ait jamais enregistrée ». Ayant dressé un constat de faillite de la République nouvelle et de ses responsables, il achève : « La France attend la fin du régime des parjures20 ». « La IVe République porte une gaine Scandale » lit-on en encart dans l’ad.

21Il va de soi que les alliancistes n’ont de cesse de réclamer une loi d’amnistie au nom, avancent-ils, de la réconciliation entre Français. Au vrai, parce qu’elle permettrait la réinscription dans la vie politique d’hommes atteints par l’inéligibilité, des hommes d’expérience, des notables. À l’encontre d’une génération nouvelle les alliancistes célèbrent l’élitisme et l’expérience.

22Un autre extrait de l’article diffamatoire de P.-É. Flandin peut ouvrir l’autre volet du diptyque doctrinal : le libéralisme. « L’exploitation de la pénurie par un dirigisme au service des gangsters du marché noir gangrène encore, quatre ans après la Libération, un pays que l’on a tout fait pour empêcher de se mettre au travail, alors qu’il pourrait, s’il était libre, se suffire largement à lui-même ».

  • 21 ad, septembre 1947, « Problèmes économiques et financiers », H. Malet. Lire aussi ad, juillet 1948 (...)
  • 22 Série d’articles dans ad, printemps et été 1948, tirés en particulier de M. Ventenat, L’expérience (...)

23Les membres de l’Alliance se présentent comme les champions des libertés, mais surtout du libéralisme économique. Ils dotent leur parti du titre de « parti de la Liberté ». Ils se situent dans le droit fil des idéaux proposés par les grands économistes libéraux ou par un des pères du libéralisme, François Guizot. Ils se réfèrent aussi au modèle américain. Henri Malet, ingénieur des Ponts et Chaussées, ancien député de la IIIe République, dans son rapport sur la politique économique et financière publié dès septembre 1947, dresse un réquisitoire contre le dirigisme rendu responsable de tous les maux de la nation. On peut souligner le champ lexical dépréciatif du vocabulaire employé. Quelques exemples. La situation économique est « tout simplement déplorable ». La gestion financière est « pure folie ». Le bilan de la production est « désastreux ». Il pourfend « la coupable imprévoyance » des gouvernants et « la spoliation fiscale » qu’ils pratiquent, brisant tout esprit d’entreprise. Il conclut : « Le dirigisme a, sur le plan économique, la phobie de la liberté » prévenant : « et l’histoire nous montre que la perte de la liberté économique conduit implacablement un peuple à la perte de la liberté politique, à la liberté tout court21 ». Le bulletin de l’ad fourmille d’articles dénonçant les nationalisations et les gâchis financiers qu’elles entraînent22.

24Les alliancistes ne se contentent pas de dénoncer les maux ; ils proposent des remèdes. La panacée ? La liberté. « La liberté a toujours été le véritable moyen du progrès ». Certes, ils ne rejettent pas l’interventionnisme, encore que le plan Monnet soit considéré « comme une simple conception de l’esprit » et qu’établir un plan quinquennal sur la production du blé et l’imposer aux agriculteurs relève de « l’inefficacité » ou même de « l’imbécillité ». Comment prévoir les impondérables conjoncturels ?

  • 23 ad, mars 1948, « Le président Flandin présente la synthèse de la discussion sur les questions écon (...)

25Partisans d’un franc fort, ils préconisent l’équilibre budgétaire, la réduction des dépenses de l’État. Pour ce, il convient de dénationaliser, de réduire le nombre des fonctionnaires et de rendre la Banque de France complètement indépendante de l’État. Ils recommandent aussi la baisse des charges fiscales si lourdes qu’elles entravent l’esprit d’entreprise, donc la production. En particulier, R. Cercler, spécialiste d’économie rurale, demande l’allégement des contraintes portant sur le monde paysan ; au passage, il détruit « le mythe des lessiveuses23 ». Ils souhaitent, en bref, le retour à la liberté des prix et des salaires. Ces quelques recettes n’ont rien d’original ; certaines ont déjà servi au temps des années trente, s’avérant alors inopérantes. Elles semblent inadaptées aux temps nouveaux.

  • 24 ad, septembre 1947, « Le problème social », rapport de Mme Gilbert-Privat.

26Certes, des alliancistes sont conscients de l’existence de problèmes sociaux. S’ils disent vouloir tendre à l’égalité des droits et des devoirs, à l’égalité des chances, ils se refusent à dénoncer l’inégalité des conditions. Concrètement, Odette Gilbert-Privat, dans son rapport sur les questions sociales, énumère une série de progrès nécessaires, mais les insère dans le cadre libéral. Pour faire du « social, nul besoin, insiste-t-elle, du socialisme ». Les libéraux l’ont prouvé dans le passé. Elle justifie la propriété individuelle et le profit. Si elle reconnaît le bien-fondé de la Sécurité sociale, c’est pour noter aussitôt : « Le reproche le plus grave que l’on puisse faire à la Sécurité sociale, sous sa forme actuelle, est qu’en étendant à tous ses bienfaits et ses charges, elle aboutit à la suppression de la liberté de l’individu et à l’omnipotence de l’État24 ». Bien évidemment, elle souligne le coût « exorbitant » de l’institution et ressurgit, parmi les remèdes adjuvants, la mutualité personnelle.

  • 25 Ibid., « L’Union française », E. Guernier.

27Il est cependant un domaine où les alliancistes enfreignent le concept de liberté, celui de la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes. E. Guernier se fait le chantre de la politique coloniale, ainsi que Gratien Candace, ancien député, noir de peau, de la Guadeloupe. Le principe même de l’Union française leur paraît néfaste. Ils ne veulent pas comprendre les aspirations à l’indépendance ; les peuples colonisés seraient les premiers à en pâtir et elle engendrerait une calamité pour la France25. En réalité, ces luttes sont fomentées par des communistes.

  • 26 En particulier ad, mars 1948.
  • 27 P.-É. Flandin, Politique française, 1919-1940, Les éditions nouvelles, 1947, et ad, mars 1948, «  (...)

28L’ad consacre aussi de nombreux articles à la politique étrangère, qui ne sera pas développée ici. Deux spécialistes s’en chargent : A. Casabona en des exposés prosaïques, et A. François-Poncet avec une réelle hauteur de vues. Ce dernier entraîne ses amis à l’idée d’une réconciliation avec l’Allemagne, même sur le plan militaire, condition sine qua non à la construction de l’Europe26. D’autres articles tendent à dédouaner leur leader, Flandin, de toute responsabilité dans le déclenchement de la guerre. La parution de Politique française vient à point pour offrir les éléments explicatifs27. Le pro-américanisme caractérise aussi la ligne en politique étrangère. La France doit être redevable aux États-Unis de « son aide magnifique », le plan Marshall. Ils plaident pour le renforcement du camp des démocraties qui passe à l’évidence par une politique concertée entre l’Europe de l’Ouest et l’Amérique.

29Les doctrines et les bases programmatiques de l’Alliance présentent peu de caractères originaux. Elles s’apparentent à celles du rgr, aux articles parus dans le bulletin du prl ou aux idées soutenues par les Indépendants. Bref, elles relèvent davantage d’une culture de droite que d’un pragmatisme et d’un consensus centristes. Par-delà les affinités doctrinales, des spécificités sont cependant perceptibles.

Quelques traits spécifiques à l’Alliance

30Deux traits définissent, pour faire vite, les spécificités de l’Alliance : la
fidélité et la contradiction.

  • 28 Cf. art. cit. d’É. Duhamel, op. cit. de G. Richard, et lecture du bulletin du prl pour les anné (...)

31À la différence du cnip, issu de la volonté d’un ancien radical, Roger Duchet, et d’associations de partis tels le rgr ou le prl, l’Alliance démocratique peut à juste titre revendiquer l’appellation de « parti de la fidélité28 ».

32Les alliancistes proclament leur fidélité aux idéaux des pères-fondateurs, les Waldeck-Rousseau, Poincaré et Flandin. Le ressourcement peut être créateur de novations. En 1947-1948, il se traduit plutôt par un tarissement de la réflexion réformatrice ; autant dire que les membres de l’Alliance se trouvent en inadéquation avec les mutations économiques, sociologiques et politiques de leur temps.

  • 29 Cf. plusieurs ordres de soutien à Flandrin. Malgré son inéligibilité, P.-É. Flandrin se présente à (...)

33Contrairement à d’autres familles politiques droitières à la recherche d’un leader, les alliancistes multiplient les preuves de fidélité à l’égard de leur ancien et présent président, P.-É. Flandin. Au vrai, la personnalité de Flandin écrase celle d’un Baréty ou d’un Ventenat, à la pensée un peu limitée ; il garde même une certaine aura auprès de ses adversaires. Ceux-ci n’hésitent pas dans la presse du tripartisme ou dans Le Monde à critiquer ses prises de position. Charisme virtuel en fait. Le leader ne peut-il pas apparaître aussi comme une baudruche dans la mesure où, inéligible, il est écarté de la scène politique29 ? Son emprise sur le parti, en tout cas, aboutit à une sorte de personnification de l’Alliance, nuisible à celle-ci.

  • 30 ad, février 1949, Discours de P.-É. Flandin au dîner du 12 janvier 1949.

34Les alliancistes, contre toute évidence, revendiquent dans le droit fil du passé une fidélité au positionnement politique centriste, au centre-gauche même, et ils persistent à croire aux vertus du centrisme. Encore, en février 1949, P.-É. Flandin martèle : « pour restaurer le pays, c’est au parti qui rassure, au parti du centre qu’il faudra s’adresser30 ». Or, cet entêtement stratégique s’avère en flagrante contradiction avec leur pensée politique nettement de droite, y compris dans sa violence sémantique, car délestée des apports de gauche, à l’inverse du syncrétisme passé.

  • 31 Olivier Wieviorka, Les orphelins de la République. Des destinées des députés et sénateurs françai (...)

35La contradiction, il est vrai, paraît une autre caractéristique du comportement collectif des alliancistes. Il convient de rappeler d’abord la contradiction entre le positionnement revendiqué et l’abandon des tactiques centristes, la modération politique, le pragmatisme, la pondération dans l’expression même ; la contradiction aussi entre l’obsolescence des solutions proposées remontant à la IIIe République et le reniement de cette même République en juillet 194031.

  • 32 Sylvie Guillaume, Le consensus à la française, Belin, 2002, p. 119.
  • 33 Les élus  : J. Chamant (Yonne), M. Grimaud (Loire-inférieure), B. Manceau (Maine et Loire), J. Mor (...)

36Mais il existe une contradiction plus prégnante. Une béance sépare l’ambition des membres directeurs et la réalité de leur pouvoir. Ils continuent de croire ou feignent de croire que leur parti a pour mission d’être le pivot d’un parti du centre à reconstruire, puis de servir de trait d’union entre les radicaux du rgr et le cnip qui récuse lui aussi le terme de droite, comme en témoigne l’étiquette « Centre32 », alors que leur formation demeure un groupuscule, déchiré par les courants et affaibli par l’éternelle revendication de ses membres à l’autonomie d’action. De fait, ses parlementaires s’inscrivent aux groupes du rgr ou du cnip. Ils fréquentent peu les réunions du cd, à l’exception de J. Chamant et d’A. Pinay, encore que ce dernier n’ait pas participé au congrès de février 1948 pour cause de maladie. Diplomatique ? Les efforts méritoires des deux secrétaires généraux, M. Ventenat, puis O. Gilbert-Privat, n’ont pas entraîné le ralliement de nombreux affiliés. Aux législatives de 1951, l’Alliance compte six élus et de nombreux échecs, dont celui de Ventenat33. Finalement, l’Alliance se retire du rgr en juin 1954, publie le dernier numéro de l’ad en avril 1955 et annonce alors que le mouvement a adhéré au cnip, tout en stipulant, dernier sursaut d’orgueil, qu’elle conserve son autonomie.

  • 34 bn, Fonds Alliance démocratique, carton 4, Rapport moral du 17 juin 1959. L’adhésion avec conditi (...)
  • 35 bn, Fonds Alliance démocratique, carton 4, dossier sur les débats vide et par ailleurs le « testa (...)

37La décision signe l’échec34. Après la disparition de P.-É. Flandin, et suivant ses vœux, G. Portmann prend le relais. Les co-responsables de l’Alliance se contentent d’organiser des conférences et des dîners-débats, transformant le « parti » en « rotary politique ». J. Chaban-Delmas et V. Giscard d’Estaing35 auraient daigné y participer.



38Les membres du Comité directeur de l’Alliance démocratique en 1947-1948 s’illusionnaient, semble-t-il, sur les possibilités de reviviscence de leur parti. Délestée des résistants, composée en majorité d’inéligibles, d’hommes âgés, amers, d’humeur rancunière tel Flandin lui-même, l’Alliance se trouvait en déphasage total avec la France sortie de la Libération. Le plus étonnant, sans doute, demeure qu’elle ait attiré quelques jeunes ou retenu quelques parlementaires d’envergure, tels Chamant ou Pinay, assez vite aspirés, il est vrai, par le cnip, certains par le gaullisme plus tard. Cela étant, la dilution de l’Alliance dans le Centre national des Indépendants et paysans apparaît comme inévitable et sans reniement avec elle-même.

  • 36 R. Sanson, L’Alliance républicaine démocratique, une formation de centre 1901-1919, Rennes, PUR, (...)

39L’Alliance entre 1901 et 1920 a incarné un mouvement centriste36. Pendant l’entre-deux guerres, les partisans d’un parti du centre avec Flandin comme leader l’emportent sur les tenants d’un parti conservateur. Le rêve centriste renaît au lendemain de la guerre chez les flandinistes. Ne s’agit-il pas en quelque sorte d’une fixation ? Le figement traduit une sclérose, un aveuglement. Les prises de position, à l’exception d’un certain anticléricalisme, relèvent d’une culture droitière. Au vrai, le dévoiement du centrisme vers des comportements conservateurs, droitiers, date des années 1935-1936 avec l’arrivée du Front populaire au pouvoir et non de la fin de la seconde guerre mondiale.

40Ce constat conduit à conclure que partie intégrante des droites et parti de droite, l’Alliance flandiniste a, peut-être contre son gré, œuvré à la recomposition des droites au lendemain de la Libération, à l’époque du tripartisme et même sous la Troisième Force.

Notes

1 bn, salle des manuscrits, Fonds Alliance démocratique, carton 3, Le petit congrès.

2 Alliance démocratique (ou ad), janvier 1947, « Au comité directeur » (ou cd).

3 Cf. la communication de François Audigier.

4 Il s’agit de l’ad, sous-titré Bulletin intérieur du parti, mensuel de 4 pages qui fonctionne comme un organe à usage interne et aussi comme une feuille propagandiste. Les nombreuses coquilles relevées instruisent de la faiblesse des moyens matériels. Son siège se situe Boulevard Magenta, dans l’immeuble où se trouve aussi l’ uie. Il est conservé à la Bibliothèque de l’Assemblée Nationale, Cote X 807. En même temps, le comité diffuse de février à mai 1947 des Notes politiques, cf. Fonds Alliance, carton 4.

5 ad, janvier 1947, « Confiance », M. Ventenat.

6 Jossier, ou encore M. Héraut, rechignent. Sur le rgr , cf. Recherches contemporaines, n° 5, 1998-1999, dossier  : « Matériaux pour l’histoire du rgr », coordonné par Éric Duhamel.

7 Le procès Flandin devant la Haute Cour de Justice, 23-26 juillet 1946, Librairie Médicis, 405 p.

8 ad, janvıier 1949, « Restons optimistes », Ventenat.

9 En fait, on a identifié trois élus alliancistes, Abel Durand, René Dubois et Étienne Rabouin. Il est possible que le cd ait soutenu quelques indépendants.

10 ad, décembre 1949, « Brumes d’automne », M. Ventenat.

11 ad, septembre 1947, « Avant le 34e Congrès de l’Alliance », A. Terrasse.

12 Il sera élu conseiller général de la Dordogne en 1949, puis maire de Lalinde, mais échouera à toutes les élections législatives ou sénatoriales sous diverses étiquettes de 1951 à 1971. Il a été membre du cabinet d’A. Pinay en 1950. Ventenat, Terrasse et plusieurs membres de l’Alliance ont été rédacteurs à la Journée industrielle de Claude-Joseph Gignoux pendant la guerre, cf. Olivier Wieviorka  : « Une droite moderniste et libérale sous l’Occupation », in Annales, 3e trimestre 1985.

13 Sur Moranne, cf. Gilles Richard, Le Centre national des indépendants et paysans de 1948 à 1962 ou l’échec de l’union des droites françaises dans le parti des Modérés, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1999 (p. 11). J. Tardieu sera élu conseiller général de la Seine, puis député en 1957.

14 ad, février 1949, Discours de P.-É. Flandin au dîner du 12 janvier 1948.

15 ad, juin 1947 et octobre 1948, Au cd, et virulent discours de P.-É. Flandin à Dijon le 24 septembre 1948.

16 ad, mai et juin 1947, respectivement  : « Conditions », M. Ventenat, et « Au cd »

17 ad, février 1948, « Au cd », et avril 1948.

18 ad, avril 1948, « Le banquet des Mille ». A. Michel et Association des représentants du peuple de la IIIe République, Le Banquet des Mille du 14 mars 1948, 31 p. Cf. aussi la communication de Michèle Cointet.

19 ad, janvier 1948, « La question de l’inéligibilité », A. Michel

20 ad, octobre 1947 et août/septembre 1948, M. Ventenat, et « La fin de l’imposture », P-É. Flandin.

21 ad, septembre 1947, « Problèmes économiques et financiers », H. Malet. Lire aussi ad, juillet 1948, exposé d’A. Pinay sur la situation financière.

22 Série d’articles dans ad, printemps et été 1948, tirés en particulier de M. Ventenat, L’expérience des nationalisations. Premier bilan, Librairie Médicis, 1948, 290 p.

23 ad, mars 1948, « Le président Flandin présente la synthèse de la discussion sur les questions économiques », et intervention de R. Cercler.

24 ad, septembre 1947, « Le problème social », rapport de Mme Gilbert-Privat.

25 Ibid., « L’Union française », E. Guernier.

26 En particulier ad, mars 1948.

27 P.-É. Flandin, Politique française, 1919-1940, Les éditions nouvelles, 1947, et ad, mars 1948, « Flandin et la Rhénanie » (extrait de Politique française). Flandin rappelle qu’au moment de la Rhénanie, en 1936, seuls quatre ministres étaient partisans de l’intervention. La France a été délaissée par la Grande-Bretagne et les accords de Londres n’ont pas eu de suite, au temps du Front populaire.

28 Cf. art. cit. d’É. Duhamel, op. cit. de G. Richard, et lecture du bulletin du prl pour les années 1947-1948. L’expression « parti de la fidélité » est usitée en particulier par A. François-Poncet lors du congrès des 7 et 8 février 1948, cf. ad mars 1948.

29 Cf. plusieurs ordres de soutien à Flandrin. Malgré son inéligibilité, P.-É. Flandrin se présente à une sénatoriale en mai 1952, dans l’Yonne. Il le fait « au titre de l’Alliance démocratique ». Son échec éclabousse l’Alliance.

30 ad, février 1949, Discours de P.-É. Flandin au dîner du 12 janvier 1949.

31 Olivier Wieviorka, Les orphelins de la République. Des destinées des députés et sénateurs français (1940-1945), Seuil, 2001, 458 p.

32 Sylvie Guillaume, Le consensus à la française, Belin, 2002, p. 119.

33 Les élus  : J. Chamant (Yonne), M. Grimaud (Loire-inférieure), B. Manceau (Maine et Loire), J. Moreau (Yonne), G. de Montjou (Vienne), A. Pinay (Loire). Parmi les échecs  : M. Ventenat, L. Besset, R. Chochon, M. Houdet, E. Guernier, très actifs à l’Alliance en 1947-1948.

34 bn, Fonds Alliance démocratique, carton 4, Rapport moral du 17 juin 1959. L’adhésion avec condition n’est pas acquise en fait en 1955 : cf. lettres échangées entre Flandin et Duchet et intervention de Mme Gilbert-Privat.

35 bn, Fonds Alliance démocratique, carton 4, dossier sur les débats vide et par ailleurs le « testament politique » de Flandin, 7 mai 1958. Confidences de Mme Gilbert-Privat et de M. G. Portmann.

36 R. Sanson, L’Alliance républicaine démocratique, une formation de centre 1901-1919, Rennes, PUR, 2003, 562 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540