Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recomposition des droites

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Deuxième partie. Forces partisanes

L’impossible retour politique de l’Alliance démocratique

François Audigier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Rosemonde Sanson, « L’Alliance démocratique », dans René Rémond (dir.), La France et les Françai (...)
  • 2 François Audigier, « L’Alliance démocratique de 1933 à 1937 ou l’anachronisme en politique », Vin (...)

1Avant d’évoquer le retour difficile de l’Alliance démocratique après 1945, il est nécessaire de rappeler que tous les problèmes de l’Alliance ne dataient pas de la guerre mais s’ancraient en grande partie dans des blocages remontant aux années trente. L’Alliance représentait une des principales forces politiques de cette période, dominant le pôle des modérés avec ses partenaires de la Fédération républicaine sur sa droite et des radicaux indépendants sur sa gauche1. Ce parti de cadres comptait peu de militants mais était riche d’un personnel gouvernemental et parlementaire de qualité. En dépit de ses atouts, la formation de Pierre-Étienne Flandin déclina dès les années trente. Sans doute pour ne pas avoir su adapter le vieux programme des fondateurs aux nouvelles réalités2. En matière de politique intérieure par exemple, cette fidélité sclérosante aboutissait à reconduire la stratégie d’alliance au centre avec les radicaux (la fameuse « concentration républicaine » contre les deux extrêmes) alors que ce modèle politique ne correspondait plus à la bipolarisation droite-gauche entamée dès 1934-1935. La sanction électorale ne se fit pas attendre avec le sévère recul de 1936, qui éloigna définitivement l’Alliance des combinaisons gouvernementales.

  • 3 Olivier Wieviorka, « Vichy a-t-il été libéral ? Le sens de l’intermède Flandin », dans Vingtième (...)
  • 4 Michèle Cointet, Le Conseil National de Vichy, thèse d’État, Paris X Nanterre, 1984.

2La guerre précipita et accentua le déclin de l’Alliance, sortie très affaiblie d’un conflit où son personnel s’était plutôt discrédité comme beaucoup de modérés. Bien que le parti ait été représenté au sein du cnr par Joseph Laniel et au sein de l’Assemblée consultative provisoire par Robert Bruyneel et Louis Jacquinot, l’Alliance souffrait de la participation de plusieurs de ses anciens responsables au régime pétainiste. À commencer par son leader Flandin (qui avait occupé les fonctions de Président du conseil et de ministre des Affaires étrangères du Maréchal de décembre 1940 à février 19413) ou son second, Georges Portmann, nommé secrétaire d’État à l’Information en 1941. Sans compter les nombreux parlementaires de l’Alliance qui avaient siégé au sein du Conseil national de Vichy4.

  • 5 François Audigier, « L’Alliance démocratique », numéro de Recherches contemporaines consacré aux (...)
  • 6 François Audigier, « Les jeunes de l’Alliance, la relève des Modérés ? », dans François Roth (di (...)

3À la Libération, Pierre-Étienne Flandin, emprisonné pour collaboration, restait président en titre d’un parti très légitimiste qui s’identifiait toujours à son ancien dirigeant5. Pour continuer à contrôler le parti à distance en espérant une réhabilitation après son procès, il confia l’intérim de la direction à l’un de ses fidèles, Marcel Ventenat. Ce jeune s’était fait remarquer dans les années trente en animant la section cadette, la Jeunesse Républicaine Française (JRF). Durant l’occupation, Ventenat suivit son patron en travaillant avec lui au sein du journal vichyste, La Vie industrielle. Mais en restant en retrait, ce qui lui permit à la Libération d’afficher une certaine virginité politique. En octobre 1945, c’est donc Marcel Ventenat qui reconstitua officiellement le parti6.

Un retour politique manqué

  • 7 Cette étude repose sur les archives de l’Alliance démocratique déposées à la BN (don 37260). On a (...)

4Après la défaite de 1940, comme les partis étaient désormais interdits, l’Alliance se mit en sommeil7. Dans la capitale, des membres du comité directeur se retrouvèrent durant ces quatre ans lors de déjeuners mais seulement pour maintenir le contact. À la Libération, l’Alliance se trouvait dans une situation critique. Comme le reconnut pudiquement Marcel Ventenat, « certains de nos membres s’étaient assez compromis, il faut le dire ». Par ailleurs, dans la désorganisation créée par la fin de la guerre, il était difficile de retrouver les anciens dirigeants. Beaucoup avaient disparu, physiquement ou politiquement (par les rigueurs de l’épuration). En octobre 1944, Marcel Ventenat décida de tenir un nouveau comité directeur et une petite réunion rassembla 25 personnes à la Mutualité. Mais à la veille de l’événement, un communiqué parut dans la presse, indiquant qu’un certain nombre de républicains résistants ayant autrefois appartenu à l’Alliance avaient décidé de former un groupement, intitulé « Le Groupement de Résistants de l’Alliance ». On annonçait que le parti avait désormais un nouveau siège et de nouveaux responsables. Dans la liste de noms figuraient Paul Reynaud et Louis Jacquinot. Paul Reynaud, qui avait démissionné de l’Alliance en septembre 1938 après que Flandin eut envoyé un télégramme de félicitation à Hitler suite aux accords de Munich, prenait sa revanche six ans après !

  • 8 Raymond Krakovitch, Paul Reynaud dans la tragédie de l’histoire, Paris, Tallandier, 1998, 502 p.

5Marcel Ventenat créa une commission qui entra en contact avec le Groupement de Résistants. Sans succès. Les divergences de la guerre et même de l’avant-guerre, séparaient définitivement les deux parties. Paul Reynaud qui opérait son retour politique, voulait garder le contrôle des places réservées au parti à l’Assemblée consultative tout en profitant de la notoriété de l’Alliance8. Face à cette dissidence, Marcel Ventenat était mal à l’aise. Manquant de moyens pour diffuser dans la presse des contre-communiqués, il ne voulait pas non plus intenter une action en justice de peur que le parti ne soit dissous. Il se contenta donc de protestations verbales, ce qui n’empêcha pas les résistants de l’Alliance de désigner leurs représentants à l’Assemblée consultative puis au conseil municipal de Paris. Finalement, le petit groupe de Marcel Ventenat s’étoffa avec le retour d’anciens proches de Pierre-Étienne Flandin comme Léon Baréty et Louis Rollin. Au même moment, pour soigner l’image de l’Alliance, on décida d’exclure ceux qui, pour reprendre l’euphémisme officiel « ne pouvaient y rester » : Michel Brille, Georges Prades, Gustave Doussain, Robert David et Gaston Morancé. Quant à ceux qui étaient traduits devant la justice, on examinerait leur cas après leur procès.

6En mars-avril 1945 commença la campagne des municipales. Marcel Ventenat et le tandem Baréty-Malingre reprirent contact avec les résistants. Autour de tasses de thé, on envisagea la reconstitution du parti. Ces projets n’aboutirent pas. En apprenant que les résistants avaient rejoint le prl, on crut que les dissidents avaient mis fin à leur contestation, mais ceux-ci se manifestèrent à nouveau au moment des élections d’octobre 1945. Pouvant compter sur l’appui du ministre Louis Jacquinot et sur la notoriété de Paul Reynaud, ils eurent accès aux médias (notamment à la radio) où ils s’exprimèrent au nom de l’Alliance. Ces interférences brouillèrent le message du parti. L’Alliance historique n’eut qu’un élu à l’Assemblée constituante, le député Gellie, qui indiquait bien par son âge avancé que le parti avait son avenir derrière lui. Seul élément de réconfort, à partir de l’été 1945, le comité directeur se reconstitua grâce au retour de responsables perdus de vue. Les éléments de Paris recontactaient les provinciaux qui ici et là réouvraient les anciennes fédérations.

7Un autre problème se posait : celui du positionnement par rapport au prl. Cette formation, créée à la fin 1945, critiquait l’Alliance dans ses communiqués. Au début pourtant, tout avait bien commencé. La direction de l’Alliance avait reçu un délégué du prl qui avait proposé à Marcel Ventenat un accord-fusion. Comme le prl semblait le pôle le plus solide de la mouvance modérée, l’Alliance annonça son intention de rejoindre le prl. Mais se posa alors un problème de positionnement politique. Le prl était trop marqué à droite pour une Alliance qui voulait conserver son étiquette (même artificielle et anachronique) de centre-gauche. En restant au centre, Marcel Ventenat pensait être en mesure de négocier avec tous ses partenaires, des radicaux à Louis Marin. Estimant dans le prolongement des discours alliancistes d’avant-guerre que « rien ne serait plus désastreux pour la France que de retrouver l’opposition droite-gauche », le responsable décida d’ancrer l’Alliance au centre. Il ne fut pas suivi par de nombreux membres du parti, qui rejoignirent le prl. Marcel Ventenat ignora cette hémorragie qu’il expliquait par le seul opportunisme électoral.

8L’Alliance manquait aussi de moyens matériels. Alors que le parti disposait avant-guerre de la générosité des milieux économiques, l’Alliance de 1945-1946 se retrouvait désargentée. Certains anciens bailleurs de fond comme Louis Renault avaient disparu. Et l’Alliance, ne représentant plus rien politiquement, n’intéressait plus le monde des affaires. Le parti en était réduit à vivoter avec l’aide de riches mécènes. L’Alliance était si pauvre qu’elle ne disposait toujours pas de locaux au moment du congrès d’avril 1946. Ceci étant, Marcel Ventenat et ses amis s’efforcèrent de reconstituer leurs réseaux dans les milieux de la banque, de l’industrie et des syndicats patronaux. Au point de pouvoir annoncer au printemps 1946 que l’Alliance allait bientôt s’installer au 18 de la place de la Madeleine, autrement dit à la même adresse que l’Union des Intérêts Économiques. Grâce à ces nouveaux appuis, l’Alliance mit en place un secrétariat qui assurait les liaisons entre le comité directeur parisien et les antennes provinciales. L’Alliance disposait aussi d’un bulletin de liaison (qui apparut en mai 1946) et envoya à partir de la même période un bulletin d’informations politiques à ses adhérents. Le parti s’efforçait également de développer son implantation. L’Alliance disposait de quelques antennes provinciales, comme à Marseille avec Simard, dans la Loire-Inférieure avec Grimaud et Corlay, dans la Charente avec Malet et surtout à Lyon où le docteur Guinet avait relancé le parti dès la Libération et siégeait comme adjoint à la mairie. Cette implantation restait limitée, mais dans une logique très modérée, Marcel Ventenat rappelait qu’il fallait se limiter à des petits noyaux de quelques dizaines de personnes. On faisait surtout d’une impuissance une règle de fonctionnement. Tout le monde du reste n’était pas d’accord avec cette conception du parti de cadres un peu vieillie. Le docteur Guinet ne voulait plus ainsi d’un « état-major sans troupes ». L’Alliance devait renoncer à la formule de l’association pour devenir enfin un parti. « Il faut des militants pour aller à la bataille ».

9Dernier problème pour l’Alliance : comment exister politiquement dans un système électoral conçu pour éliminer les petits partis qui ne présentaient pas de listes partout et n’obtenaient pas au moins 5 % des voix ? Le parti, trop faible pour aller seul devant les électeurs, devait s’allier avec d’autres formations. Mais avec qui ? Ce fut la grande discussion du premier congrès de l’après-guerre pour l’Alliance, les 13 et 14 avril 1946. Pour beaucoup de responsables toujours fidèles au vieux schéma de la concentration républicaine, la place de l’Alliance restait au centre (« Là où est la République » pour reprendre l’expression de Julien Tardieu). Comment concilier l’alliance à droite (ce que la loi électorale obligeait) avec la volonté de rester fidèle au positionnement centriste ? Équation difficile. Deux possibilités s’offraient à l’Alliance : rejoindre le rgr ou le prl. Obsédé par la volonté de battre les « collectivistes », Marcel Ventenat pencha au début pour la deuxième solution. Il contacta un journaliste du Monde qui fit paraître un communiqué annonçant le regroupement de petites formations de droite. Il participa ensuite aux réunions qui début avril 1946 rassemblèrent des républicains indépendants, le groupe paysan et le prl. On formerait un Cartel des républicains. Mais Marcel Ventenat se heurta à deux difficultés. Le prl tout d’abord, en position de force, se montra trop exigeant avec ses alliés potentiels. Par ailleurs, de nombreux responsables de l’Alliance répugnaient à basculer à droite. Marcel Ventenat lui-même était hésitant, justifiant son choix par la nécessité électorale. Au demeurant, le responsable ne désespérait pas de convaincre le parti radical avec lequel il restait en contact. Et même si le parti radical refusait tout accord national, il n’était pas interdit aux gens de l’Alliance de rejoindre localement les listes radicales (cela s’était déjà fait à Nantes). L’autonomie des fédérations radicales autorisait ces arrangements. Bref, la formule, souple à défaut d’être cohérente, préservait l’avenir au nom du réalisme électoral. Mais cette option prl + radicaux ne fit pas l’unanimité à l’Alliance. Les anciens du parti, comme Guinet, Auscher, Mme Foinant (qui, au nom des Femmes de l’Alliance, avait fait un gros travail de lobbying auprès des radicaux) ne voulaient pas d’un bloc de droite (qui ferait selon eux progresser en réaction le pcf). Finalement, Marcel Ventenat se décida au dernier moment pour le rgr.

10L’Alliance rejoignit donc le rgr au printemps 1946. Il est vrai que le parti de Pierre-Étienne Flandin pouvait s’y sentir à l’aise entre un Parti radical qui se situait désormais à droite et des petites formations conservatrices comme le Parti de la réconciliation française de Pierre de Léotard (un ancien cadet de l’Alliance). On s’y montrait plutôt indulgent envers les pétainistes et la nature fédérale de l’organisation satisfaisait les alliancistes attachés à leur indépendance. Quelques responsables de l’Alliance occupèrent même des fonctions de direction au rgr, comme Marcel Ventenat (vice-président entre 1949-1951), Raymond Le Landais (un ancien du parti dans les années trente), Mme Privat ou Georges Marconnet, gendre de Charles Reibel.

11Mais il était déjà trop tard pour l’Alliance. Affaiblie par le lancement du prl en 1945 puis du rpf en 1947, le parti ne trouva pas dans le médiocre rgr l’appui nécessaire à son retour politique. La création du cni en janvier 1949, qui disposait de réseaux et de financement plus efficaces, sonna le glas de l’Alliance. Beaucoup d’élus et de responsables du parti rejoignirent le Centre des indépendants (qui reprenait les idées et le modèle d’organisation de l’Alliance d’avant-guerre). Les instances du cni abritaient de nombreux alliancistes comme l’avocat Jean Chamant, Georges Portmann, Jean Moreau ou Louis Jacquinot. Marcel Ventenat lui-même se présenta comme tête de liste cnip en Dordogne lors des législatives de 1951. Ce qui restait d’une Alliance isolée et moribonde, se rassembla dans un petit cercle animé par Mme Privat où d’anciennes figures de la IIIe République évoquaient leurs souvenirs lors de réunions commémoratives un peu sinistres.

Les raisons d’un échec

12Quelles sont les raisons de ce déclin accéléré ? Trois facteurs explicatifs semblent déterminants.

  • — Le contexte politique de l’après-guerre (1945-1947) n’était pas porteur pour les modérés qui enregistrèrent un sévère recul par rapport aux années trente9. La gauche, qui bénéficiait de son engagement durant la guerre et des aspirations réformistes de la Libération, avait le vent en poupe, tandis que la seule droite qui rencontrait les faveurs de l’électorat était issue de la Résistance : démocrates-chrétiens du mrp et gaullistes du rpf (qui récusaient d’ailleurs le terme de droite). Dans le nouveau contexte politique, l’Alliance paraissait inadaptée.
  • — Le renouvellement du personnel de l’Alliance de l’après-guerre était au fond très limité. Ce rajeunissement existait puisque au-delà de Ventenat, c’est toute la génération cadette des années 1930 qui accéda à la direction. Ces jeunes, profitant de la mise à l’écart précipitée des aînés pour beaucoup inéligibles, investirent les instances dirigeantes. On les trouvait à la commission administrative (Michel Bertogne et Julien Tardieu) et au comité directeur (André Magnan). L’Alliance puisait d’autant mieux parmi ses jeunes formés dans l’avant-guerre qu’ils avaient traversé le conflit politiquement indemne. Soit qu’ils aient appartenu à la Résistance (comme Robert Bruyneel qui avait rejoint les ffi), soit qu’ils aient soutenu Vichy sans trop se compromettre (comme Marcel Ventenat qui s’était contenté de superviser l’ ocrpi, l’office qui gérait la pénurie), soit qu’ils aient traversé le conflit à l’écart de tout engagement (comme André Magnan, prisonnier pendant quatre ans dans un Stalag). Mais l’Alliance ne sut pas rajeunir suffisamment ses instances. Le parti, qui peinait déjà avant-guerre à s’ouvrir aux nouvelles générations, manqua de nouveau l’occasion après-guerre (même si l’on créa une antenne jeune dirigée par l’avocat Morane). Par conservatisme, par attachement à un personnel auquel le parti s’identifiait, on s’accrocha à une direction vieillie. Les Baréty, Casabona, Jossier, Blanc, Mathé, Baratoux, Guernier, Aubry, Cercler, Seikeivitch, Gellie, François-Poncet, Mallet et Auscher, s’enfermèrent dans des combinaisons anachroniques et on s’obstina dans une réhabilitation révisionniste de Vichy. Les jeunes, constatant que l’Alliance constituait une impasse, la quittèrent rapidement, abandonnant la politique ou se dirigeant vers des formations plus prometteuses.
  • — L’Alliance s’abîma dans une querelle entre « Vichyssois » (fidèles à Pierre-Étienne Flandin) et « Résistants » (pilotés par Paul Reynaud). Marcel Ventenat dut gérer les conflits qui opposaient ces deux tendances antagonistes. Les résistants, très minoritaires, formaient une petite troupe où l’on trouvait des personnalités comme Joseph Laniel, de jeunes parlementaires comme Robert Bruyneel (secrétaire de cette Alliance dissidente), des intellectuels comme Georges Oudard (membre du Conseil national des écrivains). Elle s’exprimait par le biais du journal Le Méridien, dirigé par le bras droit de Reynaud, Roger Giron. Ce dernier, également membre du cne, entendait épurer le monde des lettres. En face, un courant, plus important mais condamné au silence par les tribunaux de l’épuration et la réprobation de l’opinion, rassemblait ceux qui avaient participé au régime de Vichy derrière Pierre-Étienne Flandin. La tension était si vive entre les deux tendances que Marcel Ventenat proposa en juillet 1945 à Pierre-Étienne Flandin de nommer à la tête de l’Alliance l’ancien responsable jeune du parti, André Magnan, qui, prisonnier en Allemagne de 1940 à 1945, apparaissait comme neutre. Cette division affaiblit l’Alliance, elle l’affaiblit aussi en isolant le parti par rapport aux efforts de regroupement des modérés résistants.



13L’Alliance resta à l’écart des tentatives de fédération des petites organisations modérées de l’après-guerre. L’Alliance était rejetée par ceux qui lui reprochaient son engagement puis sa nostalgie vichyste. Le 31 juillet 1945 par exemple, différentes petites organisations (la Fédération républicaine, l’Union patriotique républicaine, d’anciens psf résistants regroupés autour de Charles Vallin, les Français Libres, les radicaux indépendants, le Parti de la rénovation républicaine d’André Mutter et le journal La France libre) se rassemblèrent au sein de l’Entente républicaine pour la liberté et le progrès social. L’Alliance se contenta d’y envoyer quelques représentants à titre d’observateurs. Lors du référendum d’octobre 1945, l’Alliance, inspirée par une même méfiance à l’égard des résistants, prit une position originale en laissant à ses adhérents leur liberté de vote à la première question sur la nature constituante de l’Assemblée, alors que la Fédération républicaine appelait à voter oui par fidélité à De Gaulle. Le parti ne participa pas non plus au lancement du prl à la fin 1945 qui rassembla les résistants de l’Alliance autour de Joseph Laniel.

  • 10 Pierre-Étienne Flandin, Politique française, 1919-1940, Paris, Les Éditions nouvelles, 1947, 466 p.
  • 11 Henry Coston (dir.), Partis, journaux et hommes politiques d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Lectures (...)

14L’Alliance s’enferma dans une réhabilitation de Vichy qui limitait son audience à quelques nostalgiques. Traduit en justice en juillet 1946, Pierre-Étienne Flandin fut finalement acquitté et redevint le président de l’Alliance, assisté de Marcel Ventenat comme secrétaire général, et de quelques parlementaires comme Jean Chamant (député de l’Yonne) et de Georges Portmann, ancien sénateur de la Gironde. Flandin, moralement affecté par son emprisonnement, s’obstina dans un combat d’arrière-garde, défendant ses engagements passés dans diverses publications10. La petite Alliance devint une composante de ce qu’Henri Coston (qui a bien connu cet univers) appelait « la droite nationale 11 ». Certains de ses responsables appartenaient ainsi au Comité français pour la défense des droits de l’homme (qui n’avait rien à voir avec la ligue du même nom puisqu’il se contentait de défendre les pétainistes emprisonnés) ou à l’Union des intellectuels indépendants qui combattait le cne. Le combat contre les rigueurs de l’épuration, la lutte pour la réhabilitation des anciens vichystes et la campagne pour l’amnistie devinrent les seules obsessions d’une Alliance revancharde et aigrie. On en eut une illustration lors du congrès de l’Alliance démocratique les 7 et 8 février 1948 à Paris. Georges Portmann revint une fois encore sur Vichy avant que Marcel Ventenat ne fasse le panégyrique de Pierre-Étienne Flandin en réécrivant l’histoire. « Homme d’État lucide et courageux, dont les épreuves si injustement subies, n’ont pas ébranlé les exceptionnelles qualités ». Le 14 mars 1948, Pierre-Étienne Flandin participa au banquet de l’Association des représentants du peuple de la IIIe République, avec des anciens compromis, comme le sénateur-maire de Dax, Milliès-Lacroix, Lucien Lamoureux et Paul Faure. En prenant la parole pour faire l’apologie des ministres de Vichy et en dénonçant les méfaits du résistantialisme, il discrédita l’Alliance en la fixant dans une droite marginalisée qui n’avait rien oublié et rien appris.

Notes

1 Rosemonde Sanson, « L’Alliance démocratique », dans René Rémond (dir.), La France et les Français en 1938-1939, Paris, Presses de la fnsp, 1978, p. 327-328. Rosemonde Sanson, « L’Alliance républicaine démocratique : une reformulation du Centre gauche », dans François Roth (dir.), Les Modérés dans la vie politique française (1870-1965), Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2000, 532 p., p. 155-167.

2 François Audigier, « L’Alliance démocratique de 1933 à 1937 ou l’anachronisme en politique », Vingtième Siècle, juillet-septembre 1995, p. 147-157.

3 Olivier Wieviorka, « Vichy a-t-il été libéral ? Le sens de l’intermède Flandin », dans Vingtième Siècle, juillet-septembre 1986, p. 55-65 et du même auteur « Flandinistes dans la tourmente (1940-1944) », dans François Roth (dir.), Les Modérés, op. cit., p. 419-429.

4 Michèle Cointet, Le Conseil National de Vichy, thèse d’État, Paris X Nanterre, 1984.

5 François Audigier, « L’Alliance démocratique », numéro de Recherches contemporaines consacré aux petits partis du RGR, n° 5, 1998-1999, p. 302-306.

6 François Audigier, « Les jeunes de l’Alliance, la relève des Modérés ? », dans François Roth (dir.), Les Modérés, op. cit., p. 373-383.

7 Cette étude repose sur les archives de l’Alliance démocratique déposées à la BN (don 37260). On a surtout exploité le compte-rendu des deux congrès de l’après-guerre (celui des 13-14 avril 1946 et celui des 7-8 février 1948 à Paris) et le bulletin de liaison (notamment le n° 1 de mai 1946) que le parti diffusait auprès de ses cadres.

8 Raymond Krakovitch, Paul Reynaud dans la tragédie de l’histoire, Paris, Tallandier, 1998, 502 p.

9 Jean-Luc Pinol, « 1919-1958 : le temps des droites ? », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, tome 1, Politique, p. 342-343.

10 Pierre-Étienne Flandin, Politique française, 1919-1940, Paris, Les Éditions nouvelles, 1947, 466 p.

11 Henry Coston (dir.), Partis, journaux et hommes politiques d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Lectures françaises, 1960, 620 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540