Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recomposition des droites

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Deuxième partie. Forces partisanes

Mise en sommeil et disparition : la Fédération républicaine, de 1940 à 1946

Jean Vavasseur-Desperriers

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La Fédération républicaine ( fr), à la veille de l’entrée en guerre, en 1939, faisait encore figure de principale force de droite au sein du Parlement, avec sa soixantaine de députés. Sans doute, cette puissance apparente masquait-elle d’importantes faiblesses : sur le terrain militant, la progression du Parti social français du colonel de La Rocque, semblait présager un recul ultérieur de la fr et son remplacement par cette nouvelle formation ; à l’intérieur même du « parti », qui, en vérité, n’avait jamais été autre chose qu’une association, des conceptions différentes opposaient ses principaux dirigeants, malgré une unanimité de façade, entretenue par son leader Louis Marin. Décrétée « en sommeil » par son chef en 1940, la Fédération ne devait jamais retrouver son rôle d’avant-guerre au lendemain de la Libération : elle disparut brutalement au lendemain du conflit, alors que les forces de droite se recomposaient sans elle. Fut-elle victime de la guerre, ou ce brusque dénouement doit-il être plutôt considéré comme le simple aboutissement d’un processus en cours avant 1939 ? Il s’agit là évidemment de la question essentielle posée dans le cadre du thème de la recomposition des droites à la Libération. Il a paru nécessaire, pour tenter de répondre à cette question, de remonter à la période de la guerre et d’examiner dans quelle mesure la Fédération était parvenue, plus ou moins, à préserver une existence de plus en plus problématique.

La mise en sommeil des années 1940-1944

2Dès le début de la « Drôle de guerre », Marin, en accord avec les dirigeants de son parti, avait décrété la mise en sommeil de ses activités, essentiellement pour des raisons pratiques, une grande partie des « militants » ou responsables étant appelés sous les drapeaux. La défaite, l’armistice et le vote des pleins pouvoirs au Maréchal changèrent totalement les données du problème : il ne s’agissait plus d’une interruption temporaire, valable pour le temps des hostilités. Il s’agissait cette fois d’adopter une position dans le cadre d’une situation politique nouvelle, et en grande partie imprévue, alors que la durée des hostilités, tout comme l’issue de la guerre, soulevaient de multiples interrogations.

  • 1 Guiter à Marin, 18 juillet 1940, Archives nationales ( an) 317/AP/89.
  • 2 Rapport Damez, 25 octobre 1944, an 317/AP/90.

3Un projet initial de mise en réserve – Une semaine après le vote des pleins pouvoirs, Louis Marin fut contacté par son plus proche lieutenant Jean Guiter, secrétaire général du parti, qui se disait persuadé que, « d’une manière ou d’une autre, l’équipe de la Fédération républicaine [survivrait]1 ». C’était bien l’opinion de Marin, qui estimait toutefois que, dans l’immédiat, le parti ne saurait se manifester dans des « activités extérieures » et ne ferait pas reparaître son journal hebdomadaire, La Nation. Les instances du parti ne seraient plus réunies. Logiquement, Marin refusa de créer à Vichy, où il résidait depuis juillet 1940 et où il devait rester jusqu’au printemps 1944, un siège central. Il ne restait plus de l’organisation centrale du parti que deux lieux « officieux » : l’Hôtel d’Aix et Chambéry, à Vichy, où résidait Marin, très actif et très sollicité, et la résidence de Guiter, à Miolans, dans la Maurienne, sur la commune de Saint-Pierre d’Albigny. Certaines fédérations départementales, comme celle du Rhône, dirigée par le très pétainiste Victor Perret, maintinrent quand même le contact entre leurs adhérents : des déjeuners périodiques permettaient le maintien de liens officieux, tandis que La Renaissance nationale, l’organe de la Fédération du Rhône, qui s’était placée sous le patronage du régime nouveau, continuait de paraître2.

  • 3 Guiter à Marin, 13 août 1940, an 317/AP/89.
  • 4 Guiter à Marin, 25 novembre 1941, an 317/AP/89.

4Dans ce contexte difficile, Jean Guiter s’efforçait de maintenir le contact par le moyen épistolaire. Ses lettres, adressées aux responsables départementaux ou à des notables proches de la Fédération de la zone Sud, tentaient de maintenir un lien avec les « membres sociétaires3 », dont il continuait à percevoir la cotisation. À la fin de 1941, il effectua plusieurs voyages, dans le Rhône, à Marseille et en Languedoc pour garder le contact direct avec les responsables départementaux4. Mais les moyens financiers s’épuisèrent rapidement. Obligé de licencier la dernière secrétaire qui lui restait, Guiter se mit en congé illimité sans traitement à partir du 1er octobre 1941, tout en conservant un contact suivi avec son chef de file.

  • 5 Par exemple, 7 janvier 1942, Guiter à Marin, an 317/AP/89.

5Ainsi, le « parti » n’a pas totalement disparu avec la défaite et l’avènement du nouveau régime : un réseau s’est maintenu, grâce à l’énorme effort épistolaire du secrétaire général de la Fédération. La raison essentielle d’un tel effort tint à une croyance ferme, réaffirmée par Marin à son lieutenant : pour lui, dès le début, il ne faisait aucun doute que les Alliés remporteraient la victoire. Cette croyance – qui devait se révéler exacte – se doublait d’une autre certitude, beaucoup plus douteuse, celle-là, dans la brièveté du conflit. À chaque nouvel an, 1941, 1942, 1943, Marin prédit la victoire dans les mois qui viennent, malgré les efforts de Guiter pour calmer les excès de cet enthousiasme intempestif5. Mais le fait important demeurait la certitude que la brièveté de la guerre et la victoire anglo-saxonne obligeaient à tenter de maintenir ce qui restait de l’appareil de la Fédération.

6Une faible présence dans les organes du pouvoir – Marin souhaitait conserver des contacts avec les organes du pouvoir en place. Si la fin du parlementarisme ne convenait nullement à ce fervent partisan du régime parlementaire, certaines des réformes entreprises dans le domaine social (corporatisme) et moral (défense de la famille, politique de la jeunesse), correspondaient bien à ce qu’avait proposé à maintes reprises la Fédération républicaine, dans son programme de « redressement » des années 1930. Par ailleurs, le réseau de relations tissé sous la IIIe République ne s’était pas évanoui en 1940, l’appareil d’État étant pour sa plus grande partie resté en place. La présence au pouvoir se manifesta de trois manières : le reclassement de proches collaborateurs de Marin dans l’administration, la présence d’ex-parlementaires de la fr au Conseil national créé en 1941, la nomination d’importantes personnalités de la Fédération à de hautes fonctions.

  • 6 Guiter à Marin, 12 février et 30 mai 1942, an 317/AP/89.

7Certains proches collaborateurs de Marin, sans emploi après le 10 juillet, trouvèrent une place dans l’appareil d’État. Le secrétaire administratif du groupe parlementaire, Pierre Renouard, fut nommé préfet. Le secrétaire général de La Nation, Pierre Rossillion, ancien membre du cabinet de Marin en 1935, obtint, grâce à la protection d’Olivier de Sardan, ancien chef du cabinet de Laval, un poste de sous-préfet. Le secrétaire général du parti, quant à lui, adopta une autre attitude. Guiter décida d’éluder toute responsabilité de nature politique : il s’agissait d’éviter toute compromission avec un pouvoir dont il désapprouvait formellement les orientations en politique extérieure. En fin de compte, replié à Pézilla-la-Rivière, dans le Roussillon, il devint à la fin de 1942 responsable, à titre purement professionnel, des groupements viticoles du Roussillon6.

  • 7 Guiter à Marin, 25 janvier et 3 février 1942, an 317/AP/89.
  • 8 Voir, en particulier, Valentin à Marin, 29 décembre 1942, an 317/AP/89.

8La création, sur l’initiative de Flandin, du Conseil national, au début de 1941, fut perçue de façon positive par Marin et Guiter, qui crurent discerner dans cette initiative un retour à l’ordre « normal » – parlementaire – des choses7. Cependant, très vite, il leur fallut déchanter : la Fédération républicaine y était peu représentée. De plus, il ne semble pas que des contacts aient été maintenus avec les quatre députés nommés dans la nouvelle assemblée, Ernest de Framond, Augustin Michel, Louis François-Martin, Emmanuel Temple, même après la nomination des trois derniers comme préfets. En revanche, Marin resta en contact avec François Valentin, directeur de la Légion, même après l’entrée en clandestinité du député de Meurthe-et-Moselle à la fin de 19428. Ajoutons que, dans une lettre de Guiter, en date du 8 mai 1942 – postérieure à son passage au Commissariat aux questions juives –, Vallat est toujours considéré comme un « ami »…

9Maintenir le contact, ou tout au moins tenter de le maintenir, présentait plusieurs intérêts. Tout d’abord un avantage matériel, placer les quelques hommes du siège central de la Fédération, que la mise en sommeil du parti et de la vie politique mettait au chômage. Surtout, observer l’action et les projets du gouvernement, dans un système autoritaire incontestablement plus opaque que celui de la IIIe République. Enfin, favoriser telle ou telle intercession, certains membres ou personnalités liées à la fr demandant encore une intervention, malgré l’éloignement du pouvoir du parti. Ces interventions demeurèrent par la force des choses limitées : elles témoignaient seulement de la persistance de vieilles habitudes.

  • 9 Le rejet d’Henriot est précoce. Guiter à Marin, 27 février 1941, an 317/AP/89.
  • 10 Les lettres de Denais et Becquart forment l’essentiel de l’échantillon de la correspondance des pa (...)

10Des réseaux peu renouvelés, en voie d’amenuisement – Dans l’ensemble, il faut noter un rétrécissement des réseaux d’avant-guerre. Les réseaux parlementaires tout d’abord : dans certains cas, une rupture totale intervint par suite de l’orientation collaborationniste de certains anciens dirigeants, comme Philippe Henriot ou Marcel Boucher, député des Vosges9. Marin maintint le contact avec certains députés ou sénateurs, qui servirent d’intermédiaire avec le monde parlementaire, principalement Joseph Denais et Henri Becquart. Ils incarnaient deux tendances différentes, Becquart montrait sa sympathie gaulliste, alors que Denais, favorable à une solution de type « giraudiste », espéra longtemps que Vichy procéderait à un « retournement » en direction des Alliés. Mais ils différaient par la « surface » relationnelle. Becquart semble avoir été une personnalité isolée, son nom restant attaché au souvenir de la campagne menée en 1936 contre Roger Salengro. Joseph Denais, vice-président du groupe du parti à la Chambre avant la guerre, avait, quant à lui, gardé le contact avec le milieu parlementaire. Il semblait jouer un jeu personnel, dans l’espoir, peut-être, de récupérer ce qui restait du parti10.

  • 11 Guiter à Marin, 3 juin 1941, an 317/AP/89

11Mais, pour l’essentiel, le rétrécissement des réseaux tint à deux séries de causes. En juin 1941, Guiter distinguait les attitudes des adhérents contactés et les classait en plusieurs catégories, essentiellement, d’une part, les fidèles – qui envoyaient toujours les cotisations ; de l’autre, les partisans de la fusion avec les organisations maréchalistes, qui estimaient que le Légion française des combattants incarnait les idéaux de la fr11. À cette première division, qui fait apparaître clairement que Vichy réalisait certaines aspirations de cette fraction de la droite parlementaire, s’en ajouta une autre, plus décisive, qui opposait les partisans et les adversaires de la politique de collaboration : le secrétaire général la constata au cours de ses voyages, à la fin de 1941 et au début de 1942. Cette fracture porta un coup mortel à un parti, qui, pourtant, de longue date, avait connu maints facteurs de division.

Une disparition rapide

12À la fin de la guerre, la Fédération républicaine ne semblait pas tout à fait morte. Une tentative de reconstitution, lancée à la Libération, donna un temps l’illusion d’un renouveau, vite démentie. Ce fut dans le courant de 1946 que la Fédération disparut de façon définitive : la recomposition des droites françaises, en marche, ne laissa aucune chance à la vieille formation,
dont Marin tenta jusqu’au bout, mais bien en vain, de sauvegarder l’existence.

  • 12 Guiter à Becquart, 7 octobre 1944, an 317/AP/90.

13Une tentative de remise sur pied – Dès les premières semaines de la Libération, on assiste à une tentative de reconstitution. Au lendemain de la Libération, Marin déclarait à Guiter son intention de reconstituer immédiatement la Fédération12 ; Guiter établissait le contact avec d’anciens notables ou responsables du parti ; Denais, de son côté, réclamait la relance de la machine.

  • 13 Liste dans compte rendu de la réunion du 30 octobre 1944. Président : L. Marin. Vice-présidents : (...)

14Les mois suivants, la Fédération républicaine reprit des allures de parti. Des organes dirigeants étaient nommés au cours d’une réunion de reconstitution qui se tint le 17 octobre 1944. Le bureau comprenait 17 personnes, tous anciens responsables ou élus du parti ; 12 vice-présidents étaient désignés, dont 5 pris dans l’ancien bureau ; parmi eux 10 anciens députés13. Les seules personnalités nouvelles étaient affectées à la trésorerie, Pierre Vernes, proche des milieux bancaires, et Pierre Lebon, futur député gaulliste. Des moyens matériels, dans de modestes proportions, étaient mis à la disposition de la formation, grâce à des souscriptions et aux cotisations des sociétaires. Le bulletin du parti, La Nation, reparut dans les premiers mois de 1945. Les deux appartements utilisés par le parti pour son siège social, rue de Varennes et boulevard Saint-Germain, furent réoccupés. Enfin, dans plusieurs départements, des responsables envisageaient de reconstituer des sections, dans le Rhône, la Seine-Inférieure, l’Aisne, les Bouches-du-Rhône, la Gironde. Une fédération de la Seine fut reconstituée en octobre, sa présidence confiée à Joseph Denais : elle devait tenir un congrès au cours de l’été 1945. Au lendemain des élections municipales de mars 1945, les chiffres officiels attribuent 16 % des mairies à la Fédération républicaine contre 26 % en 1935, date des dernières élections communales.

15À la fin de l’année, toutefois, Jean Guiter, secrétaire général depuis 1924, céda la place à Henri Becquart. Les motifs du fidèle lieutenant de Louis Marin relevaient du souci de poursuivre une carrière politique par la voie élective, et le poste de secrétaire général débouchait rarement sur une élection, Guiter en avait fait l’amère expérience avant la guerre. Le nouveau secrétaire général, ancien parlementaire, avait une expérience militante ancienne, acquise à l’Entente républicaine du Nord, la principale force de la droite parlementaire septentrionale pendant l’entre-deux-guerres. Pendant la guerre, Becquart s’était montré un patriote intransigeant. Mais on lui reprochait, on l’a vu, son rôle dans la campagne contre Salengro. En tout état de cause, Becquart, dernier secrétaire général de la fr, ne devait disposer que de moyens très réduits pour mener à bien une tâche bien difficile à réaliser.

  • 14 Liste des présents à la réunion du 17 octobre 1944, an 317/AP/90.
  • 15 Jean Rougier, responsable de la Gironde, à Marin, 21 mai 1945, an 317/AP/91.
  • 16 Note de J. Denais à L.Marin, sur une lettre qu’il a reçue de Georges Sierro, responsable de la Loi (...)
  • 17 Compte rendu de la réunion du 10 novembre 1945, an 317/AP/91.

16Une reconstitution factice – Car il apparut vite que la reconstitution du parti revêtait un caractère factice. De l’aveu même de Guiter, les organes dirigeants existaient seulement sur le papier. La réunion du 17 octobre 1944 n’avait regroupé que 19 personnes14, parmi lesquelles beaucoup de très anciens amis de Louis Marin, comme Alexandre Lefas, François de Wendel, ou Georges Bonnefous. Le bureau – de 17 membres ! – sorti de cette réunion se réunit régulièrement toutefois pendant l’année 1945, mais on ne trouve guère de trace du Comité exécutif, l’autre instance centrale du parti, en principe reconstitué, mais qui ne connut d’autre existence que sur le papier. Aucun congrès national ne fut réuni. Les sections départementales ou locales étaient en grande partie désertées, comme en Gironde15, ou dans la Loire16. Les difficultés financières, autre signe sans équivoque de l’échec de la reconstitution, s’aggravaient au printemps de 1945. À la fin de 1944, les dirigeants de la Fédération avaient espéré un afflux d’adhérents ; au printemps de 1945, ils constataient que celui-ci ne s’était pas produit. À la fin de 1945, l’échec était patent : une réunion des Jeunesses de la Fédération n’attirait que 12 personnes, sur 190 convoquées17.

  • 18 Guiter à P. Meunier, secrétaire général du cnr, 22 novembre 1944, an 317/AP/90.

17On peut, dès lors, dans ces conditions, s’interroger sur les raisons du maintien artificiel de la fr dans les premiers mois de la Libération. La raison principale de cette survie factice résidait dans le statut du parti, qui lui assurait de manière institutionnelle une place officielle sur la place publique. La Fédération républicaine avait été admise pendant la guerre à siéger dans le cnr où elle était représentée par Jacques Debû-Bridel. À la Libération, elle comptait parmi les six formations officiellement reconnues, ce qui lui permettait d’éditer un journal et d’avoir accès à la radio. Dans les comités locaux de Libération, elle avait pu, parfois à grand-peine, obtenir une place. À l’Assemblée consultative provisoire, la Fédération désignait ses représentants : en novembre 1944, Robert Pimienta et Pierre Lebon étaient nommés au titre de la « Résistance métropolitaine », pour compléter la représentation de la fr, constituée jusqu’ici à ce titre du seul Guiter18. Ils rejoignaient les membres nommés au titre de la « Résistance parlementaire » : Bernard de la Groudière, Joseph Denais, tous deux passagers du Massilia ; André Baud et Joseph Bastide, tous deux abstentionnistes déclarés le 10 juillet ; enfin Louis Marin, « absent » le 10 juillet. Cette position officielle, concédée sous l’empire de la nécessité, lui conférait une certaine importance. La Fédération républicaine pouvait donc vivre sur l’illusion d’une possibilité de survie. Mais très rapidement, la réalité allait reprendre ses droits.

  • 19 Becquart à Marin, 31 octobre 1945, an 317/AP/91.

18Une fin brutale – Les élections d’octobre 1945 à la Constituante se soldèrent par un échec total pour la Fédération républicaine, qui ne pouvait revendiquer qu’une douzaine d’élus, dont beaucoup n’avaient plus guère de rapports avec le « parti ». Le scrutin de liste avait été fatal à la plupart de ses candidats. Dans la Seine, Guiter, troisième sur une liste modérée, était battu. Certains étaient partis sur des listes mrp, comme le docteur Alfred Oberkirch, élu dans le Bas-Rhin. Avec tristesse et lucidité, le secrétaire général Henri Becquart décrivait et analysait la déroute au lendemain de la consultation, dans une lettre adressée à L. Marin. Il s’agissait, expliquait-il, d’une défaite sans commune mesure avec celles de l’entre-deux-guerres, car il y avait bien « désaffection subite des électeurs » envers la Fédération. « Notre parti n’a pas été battu par le déplacement de voix dans quelques dizaines de circonscriptions ; il a été vidé par le passage de la majorité de ses troupes dans les rangs du mrp ». S’il estimait que cet engouement serait passager, soulignant à juste titre le caractère artificiel de la victoire du parti démocrate chrétien, davantage provoquée par la désaffection d’une partie des électeurs à l’égard des anciennes formations que par une véritable attirance, il lui apparaissait que, de manière inévitable, les anciens partis étaient voués à la disparition. Il concluait, non sans amertume, que l’émergence d’un nouveau parti modéré se produirait en dehors du personnel ancien, définitivement discrédité aux yeux de l’opinion19.

  • 20 Comptes rendus des réunions du comité d’initiative, 23 et 29 novembre 1945, an 317/AP/70.
  • 21 Carnet des séances du bureau, tenu par Becquart, 25 janvier 1946, an 317/AP/70.

19Dans ces conditions, le coup de grâce ne pouvait tarder. Il vint avec l’apparition d’une nouvelle formation, le Parti républicain de la liberté, en décembre 1945. Un « comité d’initiative », réuni en novembre 1945 sur l’initiative de Jules Ramarony, député de la Gironde, membre de l’Alliance démocratique, et d’André Mutter, élu de l’Aube – membre du Conseil national de la Fédération républicaine avant la guerre, mais depuis totalement détaché du parti – admit la participation de deux délégués de la fr, proches de Louis Marin, Henri Becquart et Fabien Sollar. Mais les négociations achoppèrent20. Reprises en décembre, elles aboutirent à une proposition de fusion, repoussée le 25 janvier 1946 par le bureau de la Fédération républicaine. Sur 12 membres, quatre se prononcèrent en faveur de l’adhésion : Joseph Denais, Georges Pernot – qui, après une longue période d’éloignement, s’était rapproché du parti en novembre 1944 –, Pierre Burgeot, Pierre Vernes. Ces hommes représentaient les derniers appuis organisationnels ou financiers du « parti » : la Fédération de la Seine (Denais), celle du Rhône (Burgeot), les appuis financiers (Vernes). Les huit hommes qui soutenaient L. Marin dans son refus manifestaient surtout une fidélité personnelle (Guiter, Becquart, Russier, tous membres du secrétariat central), mais ne représentaient plus qu’eux-mêmes. Les anciens députés A. Baud et J. Bastide, également hostiles à la fusion, tous deux abstentionnistes déclarés le « 10 juillet » et résistants authentiques, marquaient peut-être leurs réticences devant l’adhésion de certaines personnalités, dont la biographie ne présentait pas les mêmes caractéristiques, au prl21.

  • 22 an 317/AP/70.

20La fusion aurait sans aucun doute abouti à la disparition de la fr en tant que telle, mais sa survie en tant qu’entité isolée devait se révéler impossible. Au printemps de 1946, les cotisations se tarissaient ; les cours d’orateurs créés en octobre 1945 étaient suspendus ; la plupart des élus de la fr adhéraient au prl. Les élections de juin 1946 donnèrent le coup de grâce. La fr n’avait plus d’élu, sauf Marin lui-même, encore une fois vainqueur en Lorraine, mais essentiellement grâce à sa position personnelle, et le comte Bernard de la Groudière, un des passagers du Massilia, élu dans la Manche ; avant la consultation, Bastide avait fait savoir qu’il ne se représentait pas. En tant qu’organisation, la fr disparaissait quasiment de la vie publique. La dernière sténo était congédiée. Becquart, cependant, continuait à assurer à titre bénévole un secrétariat devenu sans objet. Au printemps de 1947, la fr tenta une dernière fois d’apparaître comme une réalité politique. Elle disait en mars 1947 son intention de relancer les jeunesses et la section féminine, et de contacter quelques amis de province, mais bien vainement : les sources de financement étaient définitivement taries. Réuni une dernière fois, le 4 février 1948, le « bureau » procéda à un « examen » de la situation politique, puis la fr entra en sommeil, de manière bel et bien définitive cette fois22.

Les raisons d’un naufrage

21La disparition d’une formation ancienne représentait un événement important, encore que le décès soit passé inaperçu, dans la recomposition du paysage politique. Il convient d’en analyser les raisons. Les lésions de la guerre, la mise à l’écart, temporaire ou définitive, d’une partie des cadres et des élus, sont souvent mises en cause, à juste titre, pour expliquer cet effacement. Mais il convient également de mettre en valeur les contradictions propres à une formation composite, qui rassemblait des hommes unis dans des rejets communs (l’anticommunisme notamment), sans doute capables de s’entendre sur un plan tactique, mais incontestablement divisés sur plusieurs points fondamentaux. À la Libération, ces contradictions éclatent et provoquent des divisions qui rendent impossible la reconstitution du parti. Mais il conviendra préalablement de s’interroger sur l’inadaptation des hommes et des structures, perçue dès l’avant-guerre. La Fédération républicaine était en effet, à la veille de la guerre, en proie à un affaiblissement qui allait s’aggravant, face à l’inquiétante montée du Parti social français du colonel de La Rocque. Sa disparition au lendemain de la guerre n’aurait été que la concrétisation d’une fin programmée de longue date.

22L’inadaptation des hommes et des structures – Sur plusieurs points, l’organisation du vieux parti semble dépassée au lendemain de la Libération : avant la guerre, son chef, L. Marin, avait réussi à maintenir autour de sa personne une formation disparate, en grande partie grâce à son prestige et à l’affection que lui portaient les adhérents, malgré d’âpres critiques provoquées par ses options de politique extérieure. En 1944, il paraissait aux yeux de beaucoup usé, dépassé, discrédité, au même titre d’ailleurs que d’autres dirigeants parlementaires. Le rejet était particulièrement fort chez les jeunes, comme put le montrer la réunion des Jeunesses de novembre 1945.

  • 23 Le Monde, 7 mars 1946.

23À ce conflit, au fond assez classique, mais particulièrement aigu dans une phase difficile, s’ajoutaient les effets des transformations institutionnelles, principalement l’introduction de la représentation proportionnelle. Réclamée de longue date par la Fédération républicaine, la « RP » lui fut fatale. La majorité de ses députés d’avant-guerre était en effet formée de notables installés, qui pouvaient assurer tout seuls leur réélection et usaient largement des facilités offertes par le scrutin majoritaire à des candidats de cette nature. Le scrutin de liste, en revanche, aboutissait à confier la prise de décision à des appareils sur lesquels ce qui survivait de la Fédération républicaine n’avait qu’une prise très réduite. De même, sous la IIIe République, la discipline parlementaire était, sinon totalement inconnue des élus de la fr, tout au moins fort peu respectée. Refusant d’adhérer au prl, les dirigeants de la fr invoquèrent, pour justifier leur refus, « une tendance à la conception totalitaire de la discipline, chaque élu devenant le prisonnier de son groupe et de son parti23 ». Or, la Libération voyait le triomphe de partis organisés et disciplinés, comme le Parti communiste, le Parti socialiste ou le mrp, l’objectif du prl étant naturellement de parvenir à cette forme d’efficacité politique. Ainsi, la vieille forme partisane incarnée par la fr, le « parti association », se trouvait définitivement dépassée. Cette inadaptation, qui représentait une donnée permanente, remontait à l’avant-guerre : elle avait été en grande partie la cause de l’affaiblissement du parti devant la montée de l’organisation du colonel de La Rocque.

  • 24 Fiche Situation des parlementaires adhérents à la Fédération républicaine de France vis-à-vis de l (...)
  • 25 Chiffre cité par Olivier Wieviorka, Les Orphelins de la République, Seuil, 2001, p. 407.

24Les lésions de la guerre – Pour autant, les séquelles du conflit pesaient lourdement sur l’avenir de la Fédération républicaine. Certes, ses élus ou ses cadres s’étaient assez peu compromis dans la collaboration proprement dite, malgré le cas de Philippe Henriot, dont le souvenir honni pesait sur les organisations qu’il avait présidées, l’Union populaire républicaine de la Gironde et les Jeunesses de la Fédération. Les cas de « collaboration avérée » étaient toutefois restés peu nombreux, si l’on en croit un relevé établi après la Libération, en novembre 1944, portant sur les 94 parlementaires fr encore en vie : sept tout au plus24. La très grande majorité relevait de deux types de reproche, un vote favorable le 10 juillet et la participation aux instances du régime de Vichy. À 22 parlementaires, on ne pouvait reprocher que leur vote en faveur du Maréchal. Pour les autres, il fallait distinguer les 33 qui avaient simplement été conseillers départementaux – pour la plupart anciens conseillers généraux de la IIIe République, ils figuraient de façon quasi automatique dans les nouveaux conseils – des 15 qui s’étaient engagés plus avant en faveur du régime du Maréchal, depuis l’acceptation d’un siège au Conseil national jusqu’à l’occupation d’un poste préfectoral. Toutefois, même si, en général, l’engagement en faveur de Vichy avait visiblement manqué d’enthousiasme, le vote en faveur du Maréchal privait leurs auteurs de la possibilité de se présenter aux élections, même si certains (14 membres du groupe « Fédération républicaine » de la Chambre sur 43, soit le tiers25) furent relevés de cette peine. Or, le temps de la recomposition a été bref, le sort de la Fédération s’est joué très vite.

  • 26 Garraud, de la Fédération du Rhône, à Marin, 6 décembre 1944, an 37/AP/91.

25Parmi les cadres et adhérents, bon nombre s’étaient compromis dans le pétainisme, notamment dans le cadre de la Légion des combattants, un temps dirigée par François Valentin, ex-député de la Fédération républicaine. À leur égard, Guiter et Marin décidèrent, à la fin de 1944 et au début de 1945, de pratiquer la technique du « purgatoire » : les plus gravement compromis seraient exclus définitivement ; les moins compromis seraient mis à l’écart pour un temps plus ou moins long, ou, dans les cas de moindre gravité, privés de fonction exécutive dans les organes locaux ou départementaux26. Là encore, ces mises à l’écart entravèrent les possibilités de reconstitution de la Fédération. Mais ces difficultés auraient pu n’être que temporaires, le temps permettant de surmonter les discrédits nés de la guerre. D’autres raisons ont joué de façon plus décisive.

  • 27 Guiter à Charles Fruh, membre du comité du 9e, 21 octobre 1945, an 317/AP/90.
  • 28 Becquart à Denais, 2 avril 1945, an 317/AP/91.

26Les divergences politiques – Il s’agit là d’une raison majeure, bien évidemment. En fait, après la Libération, deux attitudes s’opposèrent de manière très nette. Pour Louis Marin, il ne faisait pas de doute que l’état de guerre n’avait pas pris fin avec la Libération de la France. Il estimait en octobre 1944 que « le moment n’était pas encore venu, en pleine guerre, des querelles de parti27 ». De cette nécessité de l’union patriotique, Marin déduisait qu’il fallait assurer une présence au Front national, qui, malgré le poids des communistes, lui paraissait le mieux à même de perpétuer cet esprit d’union. Jacques Debû-Bridel, représentant de la Fédération républicaine au cnr, se tenait sur la même ligne : il s’occupait au Front national du bulletin de cette organisation. Dans cette même perspective, Marin et Debû-Bridel se refusèrent, au printemps de 1945, à condamner les nationalisations28. Cette attitude de soutien à l’union nationale et au général de Gaulle, prolongée au-delà d’octobre 1945, provoqua la fracture politique qui fut fatale à la Fédération.

  • 29 Denais à Guiter, 25 avril 1944, et Guiter à Denais, 5 mai 1944, an 317/AP/90.
  • 30 Guiter à Marin, 5 juin 1946, an 317/AP/91.

27J. Denais, en effet, avant même la fin de la guerre, avait fait un choix inverse. Il fallait, selon lui, le plus rapidement possible, affirmer la particularité de la droite en prenant fermement position. Dès le 25 avril 1944, il avait fait parvenir à Guiter une proposition de manifeste dans lequel il était précisé qu’il ne saurait être question que « dans la France rendue à elle-même, une dictature de fait soit instituée au profit des marxistes ou des communistes, des juifs ou des francs-maçons », texte que Guiter avait bien évidemment repoussé sans ménagement29. Placé à la Libération à la tête de la Fédération de la Seine, Denais, au contraire de Marin, encouragea la critique du programme du cnr, mis en œuvre par le gouvernement provisoire. Ces divergences s’aggravaient d’un désaccord au sujet du comportement pendant la guerre : Denais déclarait se soucier fort peu du comportement résistant, Marin et Guiter le considéraient comme un critère essentiel30. Cette lutte fratricide, engagée dès la Libération aboutit à la débâcle électorale d’octobre 1945, l’absence de politique claire dénoncée par de nombreux militants provinciaux aboutissant à une défaite sans appel. Elle pèserait lourd dans les négociations engagées dans le cadre du « comité d’initiative » de la fin de 1945 et dans les débats du début de 1946.

  • 31 Rapport du congrès de la fédération de la Seine et programme de la Fédération républicaine de Fran (...)

28Au-delà des querelles d’hommes, les divergences de fond étaient révélatrices. Marin, Becquart, Guiter mettaient l’accent sur l’unité nationale, le redressement de la nation, et admettaient les nationalisations, moins pour des raisons doctrinales que par opportunité. Denais et la Fédération de la Seine, appuyés du reste par de nombreux militants de province, soulignaient la nécessité de la lutte contre une politique à leurs yeux collectiviste et attentatoire au droit de propriété. Il y avait là la mise en lumière d’un fait essentiel : ce conglomérat parlementaire qu’était la Fédération républicaine d’avant-guerre englobait les droites dans leur diversité, les uns mettant en avant la nation et relevant d’une droite nationale, les autres mettant en avant les libertés économiques et la libre entreprise, et incarnant une droite libérale. En matière économique et sociale d’ailleurs, l’opposition tenait aussi à des raisons de fond. Aux congressistes de la fédération de la Seine qui, au cours de l’été 1945, se prononçaient en faveur du libéralisme, faisaient écho les déclarations de Marin, qui mettaient l’accent sur la nécessité de « placer le politique avant l’économique », et le programme de la Fédération républicaine de France, qui avançait « le souci de justice et de dignité de la personne », très ancien thème hérité du catholicisme social31. Ainsi apparaissait une troisième dimension, sociale, dont la promotion avait été l’un des principaux thèmes de la fr de l’entre-deux-guerres.

  • 32 Guiter à Marin, 7 mai 1946, an 317/AP/91.

29Le sort des derniers partisans de Marin est d’ailleurs particulièrement révélateur. Dès le printemps 1946, Guiter, ayant cessé de croire à un avenir politique de la formation, avait proposé l’adhésion du dernier carré de fidèles à une des formations les plus proches, où ils pourraient, en arrivant groupées, exercer, disait-il, une certaine influence32. Examinant les formations antimarxistes voisines, il rejetait le prl, cette organisation faisant du libéralisme la base de sa doctrine, au détriment d’autres préoccupations, sociales ou nationales ; il écartait aussi le rgr, à ses yeux exagérément laïque ; et se prononçait en définitive pour le mrp. Bien évidemment, des préoccupations de nature électorale entraient en ligne de compte, car l’ex-secrétaire général aspirait à un mandat parlementaire. En définitive, il se rallia au rpf en avril 1947, non sans réticences, car il craignait l’instauration d’un régime présidentiel, alors qu’il restait attaché au parlementarisme. Becquart l’approuva : il venait lui-même d’adhérer au mouvement gaulliste. Il est vrai que son contact avec le bonapartisme était plus « naturel » : il avait été bonapartiste dans sa jeunesse, alors que Guiter était issu d’une famille républicaine, qui avait montré son hostilité au coup d’État du 2 décembre.



30Avant la guerre, le déclin de la Fédération républicaine était manifeste. La vieille organisation de notables s’effaçait devant la croissance des formations de masse. La guerre et la restructuration de la Libération lui furent à cet égard fatales, mais ne firent qu’accélérer une évolution commencée bien avant. Assoupie en 1940, la Fédération républicaine ne s’est jamais véritablement réveillée. Mais les modalités de sa liquidation restent le phénomène le plus révélateur. Alors qu’elle disparaissait sans héritier direct, ses derniers représentants se dispersèrent, les uns vers les groupes libéraux, du prl aux Indépendants, d’autres vers le mrp. Les derniers, les plus proches de L. Marin, rallièrent le gaullisme. Ainsi cette diaspora mettait-elle en valeur la triple aspiration que la Fédération républicaine avait tenté sans succès d’incarner, le libéralisme conservateur, la défense de la nation et la promotion d’une société organique : sans doute était-il impossible de concilier ces trois aspirations fondamentales des droites.

Notes

1 Guiter à Marin, 18 juillet 1940, Archives nationales ( an) 317/AP/89.

2 Rapport Damez, 25 octobre 1944, an 317/AP/90.

3 Guiter à Marin, 13 août 1940, an 317/AP/89.

4 Guiter à Marin, 25 novembre 1941, an 317/AP/89.

5 Par exemple, 7 janvier 1942, Guiter à Marin, an 317/AP/89.

6 Guiter à Marin, 12 février et 30 mai 1942, an 317/AP/89.

7 Guiter à Marin, 25 janvier et 3 février 1942, an 317/AP/89.

8 Voir, en particulier, Valentin à Marin, 29 décembre 1942, an 317/AP/89.

9 Le rejet d’Henriot est précoce. Guiter à Marin, 27 février 1941, an 317/AP/89.

10 Les lettres de Denais et Becquart forment l’essentiel de l’échantillon de la correspondance des parlementaires.

11 Guiter à Marin, 3 juin 1941, an 317/AP/89

12 Guiter à Becquart, 7 octobre 1944, an 317/AP/90.

13 Liste dans compte rendu de la réunion du 30 octobre 1944. Président : L. Marin. Vice-présidents : J. Bastide, A. Baud, H. Becquart, C. Blaisot (à cette heure déporté, il devait décéder en mai 1945), G. Bonnefous, J. Denais, M. de Fontenay, M. Heirieis, L. Madelin, A. Oberkirch, J. Poitou-Duplessy, F. de Wendel. Secrétaire général : J. Guiter. Secrétaire adjoint : R. Russier. Trésorier : Pierre Vernes. Trésorier adjoint : Pierre Lebon, an 317/AP/90.

14 Liste des présents à la réunion du 17 octobre 1944, an 317/AP/90.

15 Jean Rougier, responsable de la Gironde, à Marin, 21 mai 1945, an 317/AP/91.

16 Note de J. Denais à L.Marin, sur une lettre qu’il a reçue de Georges Sierro, responsable de la Loire, datée du 22 janvier 1945, an 317/AP/91.

17 Compte rendu de la réunion du 10 novembre 1945, an 317/AP/91.

18 Guiter à P. Meunier, secrétaire général du cnr, 22 novembre 1944, an 317/AP/90.

19 Becquart à Marin, 31 octobre 1945, an 317/AP/91.

20 Comptes rendus des réunions du comité d’initiative, 23 et 29 novembre 1945, an 317/AP/70.

21 Carnet des séances du bureau, tenu par Becquart, 25 janvier 1946, an 317/AP/70.

22 an 317/AP/70.

23 Le Monde, 7 mars 1946.

24 Fiche Situation des parlementaires adhérents à la Fédération républicaine de France vis-à-vis de la Résistance, établie en octobre 1944 par Guiter, an 317/AP/80. Établie à titre provisoire, elle laisse plusieurs cas en suspens.

25 Chiffre cité par Olivier Wieviorka, Les Orphelins de la République, Seuil, 2001, p. 407.

26 Garraud, de la Fédération du Rhône, à Marin, 6 décembre 1944, an 37/AP/91.

27 Guiter à Charles Fruh, membre du comité du 9e, 21 octobre 1945, an 317/AP/90.

28 Becquart à Denais, 2 avril 1945, an 317/AP/91.

29 Denais à Guiter, 25 avril 1944, et Guiter à Denais, 5 mai 1944, an 317/AP/90.

30 Guiter à Marin, 5 juin 1946, an 317/AP/91.

31 Rapport du congrès de la fédération de la Seine et programme de la Fédération républicaine de France, été 1945, an 317/AP/91.

32 Guiter à Marin, 7 mai 1946, an 317/AP/91.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540