Version classiqueVersion mobile

La recomposition des droites

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Première partie. Mesures globales

Les droites et le Parlement, 1944-1948. Essai de mesure globale

Gilles Richard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Gilles Le Béguec, « Naissance et développement des groupes parlementaires sous la IIIe République (...)

1Afin de mieux en comprendre les détails et les péripéties, il est indispensable de prendre au préalable la mesure globale de la recomposition des droites françaises à la Libération. Le Parlement offre pour cela un point de vue intéressant : les deux Assemblées nationales constituantes de 1945 et 1946 d’abord, l’Assemblée nationale et le premier Conseil de la République élus à l’automne 1946 ensuite, le deuxième Conseil de la République élu à l’automne 1948 enfin. La troisième assemblée, celle de l’Union française, dont le mode de désignation, les attributions et le fonctionnement étaient spécifiques, a été délibérément laissée de côté et, plus généralement, l’analyse a été circonscrite aux seuls phénomènes métropolitains. Envisager les droites du point de vue parlementaire présente une double légitimité. D’abord parce que la République rétablie en 1944-1945 et les institutions qui la définirent, tout en étant nouvelles, restèrent dans le droit fil de la tradition fixée à la fin du xixe siècle : le Parlement demeura au centre du régime. Ensuite parce que les groupes parlementaires ont toujours été au cœur de l’histoire des forces politiques de droite1. Résultantes des rapports de force électoraux en même temps que de la structuration partisane, ils offrent donc a priori un bon poste d’observation sur les recompositions à l’œuvre après la Deuxième Guerre mondiale.

2Trois enseignements principaux ressortent de l’examen : l’existence de continuités fortes entre l’avant et l’après-guerre, les contraintes exercées par le clivage droite-gauche sur le remodelage des droites, la place à la fois particulière et décisive du mrp au sein de celles-ci à la Libération.

Continuités et ruptures

3Si la formulation est convenue, la question posée est incontournable. En histoire, tout découpage chronologique est problématique, au double sens du mot : il induit un certain type de questionnement mais il pose aussi problème. Centrer l’analyse sur 1944-1948 comme ce colloque y invite, c’est apporter un éclairage sur cette période vécue alors comme une renaissance ; c’est aussi, par la force des choses, laisser dans l’ombre ce qui n’entre pas dans le champ d’éclairage. Autrement dit, en isolant une période, on instaure artificiellement une discontinuité temporelle et on valorise par là-même certains aspects au détriment d’autres. Au risque de faire apparaître la Libération comme un point de départ, une origine en soi après un conflit mondial conçu comme une rupture absolue, tentation plus ou moins forte mais toujours présente chez les historiens du temps présent.

  • 2 « En 1945, l’heure semble effectivement venue d’écrire sur l’histoire de la droite le mot fin », é (...)
  • 3 L’idée de continuité est au centre de l’ouvrage cité de René Rémond. Sa formule sur la « fin » de (...)

4Tout cela est particulièrement important à rappeler quand on aborde l’étude des droites à cette époque. L’idée, prépondérante, de leur effondrement2 – disparition ou évaporation – contient en effet l’idée de mort et de renaissance, donc de rupture entre un avant et un après, impliquant que les grandes forces créées entre 1944 et 1948, et notamment les quatre principales ( mrp : Mouvement républicain populaire, prl : Parti républicain de la liberté, rpf : Rassemblement du peuple français, cnri : Centre national des républicains indépendants), étaient fondamentalement « nouvelles ». Or, cette vision des choses est contestable et les éléments de continuité entre l’avant-guerre, la guerre et l’après-guerre, essentiels à souligner3.

  • 4 Gilles Richard, « Parti paysan et société rurale dans la France d’après-guerre. L’exemple du Cant (...)
  • 5 Ainsi son père, Henry Roulleaux-Dugage, avait été député (groupe de la Fédération républicaine – (...)
  • 6 Les deux hommes, sénateurs en 1940, siégeaient au groupe de l’Union républicaine.

5Ainsi pour la famille des modérés, réputée la plus durement frappée par les conséquences de la guerre. Or, sur 62 modérés élus en métropole le 21 octobre 1945, répartis en trois groupes dans l’Assemblée de 1945 (groupe « d’Unité républicaine », devenu en janvier 1946 « du prl », « des républicains indépendants » et « paysan »), 21 avaient été parlementaires avant 1940, soit le plus fort pourcentage de réélus parmi les dix groupes alors déclarés. Un paradoxe si l’on s’en tient à la vision classique de la « disparition » des droites en 1945. Le signe au contraire de continuités si l’on se refuse à faire de la Libération une origine absolue. Des continuités plus fortes encore si l’on dépasse le seul comptage des parlementaires de la IIIe République réélus à la Libération. Un Camille Laurens, député paysan en octobre 1945, avait dirigé la Corporation paysanne de 1942 à 1944 et occupé des fonctions de premier plan dans le syndicalisme agrarien dès les années trente4 ; un Jacques Roulleaux-Dugage, autre nouvel élu de 1945, inscrit aux ri, appartenait à une vieille famille de notables de l’Orne, ayant fourni plusieurs générations de parlementaires sous la IIIe République5. Phénomène comparable dans le premier Conseil de la République élu en décembre 1946 : le président du groupe du prl, Georges Pernot, était déjà parlementaire avant guerre, tout comme le président du groupe des ri, Jean Boivin-Champeaux, qui avait été le rapporteur du projet de loi du 10 juillet 1940 donnant les pleins pouvoirs à Philippe Pétain6.

  • 7 Jean-Paul Thomas, Droite et rassemblement du psf au rpf, 1936-1953. Hommes, réseaux, cultures. Ru (...)

6Un constat similaire peut être fait à propos du rpf. Le Rassemblement gaulliste ne sortit pas tout armé de la bouche de Charles de Gaulle le 7 avril 1947 à Strasbourg. L’histoire de cette formation resterait incompréhensible sans remonter en deçà de 1940 et sans la relier à celle du Parti social français de François de La Rocque, puis du prl et de l’Union gaulliste7. Un symbole – parmi d’autres – des filiations entre l’avant et l’après-guerre : Edmond Barrachin, député de l’Alliance républicaine démocratique en 1934-1936, membre de la direction du psf à partir de 1936 puis du prl à la Libération, qui retrouva un siège de député en 1946 et entra au rpf en 1947. Quant au mrp, il ne représentait pas, lui non plus, une innovation totale, malgré l’impression première donnée par son essor fulgurant, puisqu’il prolongeait la tradition démocrate-chrétienne déjà longue au moment de sa fondation en 1944.

  • 8 Gilles Richard, « Claude-Joseph Gignoux : une biographie exemplaire ? Réflexions sur les relation (...)

7Globalement, la situation des droites à la Libération s’inscrivait dans des évolutions à moyen et long termes, assez bien repérables à travers l’observation des groupes parlementaires. Des droites minoritaires ? Cela remontait à 1932 quand s’étaient tenues les élections législatives concomitantes des débuts de la grande crise économique des années trente ; les gauches n’avaient cessé à l’inverse depuis 1932 d’accroître leur influence électorale et parlementaire, tout en connaissant des recompositions internes considérables : déclin radical, plafonnement socialiste, essor communiste. La simplification de la « carte » parlementaire ? Elle était déjà engagée avant la guerre : seize groupes déclarés en 1932, dont neuf à droite ; douze en 1936, dont sept à droite ; dix en 1945, dont seulement quatre à droite. Quant aux grandes questions sur lesquelles les partis devaient prendre position à la Libération, elles n’étaient pas toutes complètement nouvelles : la réforme de l’État était à l’ordre du jour depuis 1932-1934, et la question sociale était devenue première depuis le Front populaire8.

8Il n’est évidemment pas question de prétendre, par excès inverse de l’excès signalé, que la Libération ne représenta en rien une rupture dans la vie politique nationale. L’épuration et ses corollaires (les bouleversements dans le secteur de la presse ou l’inéligibilité), les prodromes de la décolonisation et de la guerre froide, la question même de la reconstruction matérielle et morale du pays : autant d’aspects absents, par la force des choses, de l’horizon politique en 1940. Il ne faut pourtant pas surévaluer ces nouveautés. C’est ce que donne à penser, d’une certaine manière, la totale absence d’unité des résistants au Parlement. Il existait en effet deux groupes qui faisaient référence explicitement à la Résistance : le groupe « de la Résistance démocratique et socialiste » – l’Union démocratique et socialiste de la Résistance ayant d’ailleurs bien du mal à se situer entre la sfio (Section française de l’Internationale ouvrière) et le gaullisme – et le groupe « de l’Union républicaine et résistante », apparenté au groupe du Parti communiste français. Mais il y avait aussi d’authentiques résistants dans tous les autres groupes. Et d’abord Georges Bidault, président du Conseil national de la Résistance, inscrit au groupe du mrp.

9Toutes ces remarques ne répondent certes pas directement à la question centrale du colloque – comment rendre compte de la profonde crise des droites à la Libération ? – mais elles permettent de marquer quelques repères à ne pas perdre de vue si l’on veut fournir une réponse satisfaisante.

10Que peut-on apprendre de l’étude des groupes parlementaires quant à la réalité du clivage droite-gauche à la Libération ? C’est ce qu’il faut aborder maintenant.

Où passait la ligne de clivage droite-gauche à la Libération ?

  • 9 Source : les Feuilletons (Assemblée nationale et Conseil de la République), consultables aux archi (...)

11L’analyse des groupes parlementaires permet de bien décrire, et de comprendre en partie, les processus de recomposition à l’œuvre9. Trois points sont à souligner.

  • 10 Phénomène moins sensible au Conseil de la République élu en décembre 1946, où les enjeux étaient à (...)

12Tout d’abord, la multiplication des groupes à l’Assemblée nationale à partir de 194710. D’octobre 1945 à janvier 1949, il y eut au total 21 groupes parlementaires déclarés au Palais-Bourbon : neuf créés en novembre 1945 et dont l’existence se prolongea sur toute la période ( pcf, progressistes , sfio, radicaux, udsr, mrp, ri, paysans, prl) ; sept groupes de députés des colonies, très instables, ce qui n’était que le symptôme des fortes tensions existant dans l’Union française ; cinq groupes liés à la création du rpf. Ces cinq groupes gaullistes apparurent en deux temps. À l’automne 1947, deux groupes furent déclarés : les « indépendants de gauche » en octobre, rebaptisés « indépendants d’action sociale » dès le mois suivant (10 membres), et les « républicains populaires indépendants » en novembre (5 membres) ; caractéristique principale : l’origine des élus, surtout transfuges du mrp (12 sur 15). Ces deux groupes fusionnèrent en décembre 1947 dans le groupe « d’Action républicaine », fort de 18 députés après de nouveaux ralliements. L’Action républicaine entra en crise en septembre 1948, au moment de la formation du premier gouvernement présidé par Henri Queuille. Elle se scinda en deux, une minorité de gaullistes fidèles recréant le groupe des rpi tandis que la majorité transformait l’Action républicaine en « Union des démocrates indépendants », un groupe à l’évidence attiré par la mouvance modérée. La riposte de la direction du rpf vint en décembre 1948, après le demi-succès aux élections sénatoriales de novembre, avec la création du groupe « d’Action démocratique et sociale », bientôt fort de 19 députés, majoritairement issus cette fois de l’ udsr, et ralliant les six rpi, apparentés. Au total, tous ces transferts concernèrent 25 élus dont 13 étaient issus de l’ udsr, 9 du mrp, 3 des groupes modérés.

  • 11 Confirmées par les résultats sénatoriaux : 99 élus métropolitains du rpf le 7 novembre 1948, lors (...)
  • 12 Huit députés dont six élus de métropole.

13En même temps qu’ils font voir les limites parlementaires de la première vague gaulliste11, ces transferts permettent de s’interroger plus largement sur le clivage droite-gauche dans son ensemble. Dans la première Assemblée nationale constituante, il y eut peu de passages de députés d’un groupe à un autre12, avec une tendance marquée au glissement vers la gauche, à l’instar de Pierre Cot passant des radicaux aux progressistes ; tendance confirmée par le décompte des adhésions de députés d’abord non-inscrits à des groupes déclarés. Dans la seconde Assemblée constituante, stabilité plus grande encore : aucun transfert de groupe à groupe et cinq députés non-inscrits rejoignant ensuite des groupes, avec cette fois une tendance au glissement vers la droite (trois sur cinq vers le mrp, formation la plus nombreuse dans cette assemblée). La situation se modifia rapidement dans la première Assemblée nationale, élue à l’automne 1946. Si l’on arrête l’observation au 11 janvier 1949 (déclaration officielle des groupes en début d’année, donc après la création du groupe gaulliste d’ ads déjà évoquée et qui se maintint jusqu’à la fin de la législature en 1951), on recense 39 passages de députés métropolitains d’un groupe à un autre. Six groupes perdirent un nombre plus ou moins important de leurs membres initiaux : le mrp (-14), l’ udsr (-9), les ri (-7), le prl (-5), les paysans (-2) et la sfio (-2). Ces transferts se firent dans des limites très précises. Les deux socialistes passèrent aux progressistes, apparentés aux communistes ; les 37 autres allèrent dans les groupes gaullistes successifs. On obtient ainsi une première vue d’ensemble sur le clivage droite-gauche, séparant nettement les socialo-communistes des autres groupes.

14Reste à fixer le tracé exact de la ligne de clivage. L’observation plus précise de deux groupes le permet : les paysans d’une part, où l’instabilité fut la plus forte, presque chronique ; les radicaux d’autre part, qui connurent des ralliements significatifs pendant l’hiver 1948-1949 quand l’un des leurs, Henri Queuille, occupa l’hôtel Matignon.

  • 13 Oscillant entre huit et treize membres sur la période, il ne franchissait pas le seuil fatidique d (...)

15Le groupe dirigé par Paul Antier, en même temps président du Parti paysan d’union sociale, une formation directement issue du Parti agraire et paysan français d’avant-guerre, eut bien du mal à se stabiliser. Il changea trois fois d’intitulé en trois ans (« paysan » en octobre 1945, « républicain d’action paysanne et sociale » en juin 1946, « du Centre républicain d’union paysanne et sociale » en mars 1947) et pas moins de six fois d’apparentement13 : à l’ udsr en octobre 1945, aux RI en juin 1946, au mrp de novembre 1946 à mars 1947, aux gaullistes (Action républicaine) en janvier 1948, à l’ udi en septembre 1948 et de nouveau – et de façon désormais définitive – aux RI en janvier 1949, ce qui déboucha en février 1951 sur la fusion officielle avec les RI dans le Centre national des indépendants et paysans. On peut interpréter cette errance comme un symptôme des tares congénitales du « système » dénoncé par les gaullistes. Il semble cependant plus intéressant d’y voir un des signes des recompositions en cours à droite, des tâtonnements stratégiques et des modifications de tactique, mais cela toujours dans certaines limites : ni la sfio, ni le pcf n’étaient concernés par ces manœuvres.

  • 14 Éric Duhamel et Gilles Le Béguec (sous la direction de), La renaissance du parti radical, 1944-1 (...)
  • 15 Serge Berstein, Histoire du parti radical, tome 2, Crise du radicalisme, 1926-1939, Presses de la (...)
  • 16 Parti républicain et social de la réconciliation française (couramment appelé « Réconciliation fra (...)

16Présidé par Édouard Herriot et redevenu « républicain radical et radical-socialiste » en novembre 1946, le groupe radical eut en apparence une histoire beaucoup moins tourmentée dans les premières années de la IVe République, et marquée par un indéniable renouveau après son effondrement de 1945 : 28 députés en avril 1946 après la défection de Pierre Cot ; 58, apparentés compris, en janvier 1949. Une renaissance14. Mais aussi la poursuite d’une évolution engagée dans les années trente15. Principal parti des gauches avant 1914, le parti radical était entré dans une phase de mutation douloureuse entre les deux guerres, liée à la crise des classes moyennes propriétaires. Le printemps 1938 représenta un moment décisif : face au nouveau clivage droite-gauche s’imposant durablement sur la question sociale grâce à la victoire deux ans plus tôt du Front populaire, les radicaux choisirent finalement de faire alliance durablement avec l’Alliance républicaine démocratique de Pierre-Étienne Flandin. Ce virage à droite se trouva confirmé à la Libération par deux faits : en mars 1946 eut lieu le lancement du Rassemblement des gauches républicaines, associant radicaux, udsr, socialistes inéligibles, flandinistes et prsrf16 ; en janvier 1949, le groupe de l’ udi, composé pour l’essentiel des dissidents du mrp qui avaient d’abord refusé la stratégie de Troisième force et étaient passés un moment par le gaullisme, s’apparenta au groupe radical. Une udi ralliée deux ans plus tard au cnip et qui servit de trait d’union entre le rgr d’un côté, les modérés en plein essor de l’autre, pour constituer la « Quatrième Force » lors des élections législatives de juin 1951.

  • 17 Ce qui impliquait de fortes oppositions internes entre deux lignes politiques et deux tempéraments (...)

17Au terme de cette analyse, il semble possible de tracer précisément la ligne de clivage droite-gauche à la fin des années quarante au Parlement, le Conseil de la République présentant une situation directement calquée sur celle de l’Assemblée nationale. Elle passait à travers le groupe radical, devenu définitivement inclassable à gauche en tant que groupe pris dans son ensemble17. Une situation qui résultait avant tout des choix faits par les dirigeants radicaux depuis 1938 mais aussi des effets de la stratégie de Troisième force initiée par le mrp. Une situation qui fut apparemment favorable au parti : bien qu’en déclin électoral, il resta en effet encore représenté aux plus hauts niveaux de l’État jusqu’en 1958. Une situation qui se révéla cependant fatale à moyen terme, la division entre deux tendances inconciliables – les contours en furent à peu près fixés en 1951 lors du vote des lois Marie et Barangé – conduisant, après l’expérience mendésiste, à l’éclatement définitif du parti.

Le MRP : un parti de droite, une stratégie centriste ?

18Ce qui précède induit, on l’aura compris, le classement du mrp parmi les partis de droite. Cela mérite toutefois quelques explications. Elles seront apportées dans le cadre de l’analyse parlementaire développée jusque-là dans cette contribution.

19Rappelons d’abord l’enjeu du point de vue de l’interprétation générale de la Libération. Si le mrp était à droite, et cela dès l’origine, l’idée même de disparition des droites à cette époque n’a, alors, plus de sens puisque, avec 214 élus en octobre 1945 (en additionnant mrp et modérés, pour en rester à une définition étroite) sur 522 sièges métropolitains, elles regagnaient du terrain par rapport à 1936.

20Voici, pour commencer, la liste des éléments de nature parlementaire – au sens large – qui plaident en faveur de cette thèse, outre les transferts de groupe à groupe déjà mentionnés.

  • 18 Sept avaient voté « oui » le 10 juillet 1940.
  • 19 Outre Robert Schuman (Moselle), avaient siégé à la Chambre des députés, entre 1936 et 1940, Raymon (...)
  • 20 Finistère, Ille-et-Vilaine, Maine-et-Loire, Manche, Morbihan, Orne.
  • 21 Cela ne doit pas faire oublier que le monde catholique était profondément divisé jusqu’aux années (...)

21En octobre 1945, le mrp fit élire 146 candidats dans la seule métropole (150 inscrits au groupe au total). Sur 146, dix avaient déjà été parlementaires sous la IIIe République, dont huit entre 1936 et 1940 : aucun n’avait siégé à gauche ni soutenu le Front populaire18 ; parmi eux, Robert Schuman qui accéda à la présidence du conseil à l’automne 194719. Sur 146 députés, 34 – un quart du total – avaient été élus dans dix circonscriptions (sur les 102 existantes), bastions électoraux du Mouvement où il recueillit plus de 40 % des suffrages exprimés : autant de zones de force catholiques (six départements du Grand Ouest20, l’Alsace-Moselle concordataire et la Haute-Savoie). Un phénomène qui montrait l’ancrage de ce tout nouveau parti dans le très ancien conflit à la fois religieux, social et politique ouvert par l’adoption de la constitution civile du clergé en 1790, et qui expliquait la grande sensibilité du mrp à la question scolaire, réactivée par l’État français entre 1940 et 194421. Sur 146 élus enfin, douze l’avaient été sur des listes d’union, toujours constituées en alliance avec des candidats clairement rangés à droite : agrariens (Cantal, Haute-Loire, Morbihan), ard (Yonne), Fédération républicaine (Moselle), « indépendants de droite » – nouvelle terminologie des rapports préfectoraux pour désigner les anciens « conservateurs » – (Basses-Pyrénées). Dans les deux scrutins de 1946, le mrp conserva environ un quart des suffrages exprimés, montrant sa capacité à stabiliser un électorat considérable bien que tout nouveau. Il n’enregistra des gains ou des pertes en nombre de sièges que dans 37 circonscriptions sur 102. Dans presque tous les cas, ces fluctuations étaient à mettre en relation avec les évolutions survenues dans les autres formations de droite. Décisive de ce point de vue fut souvent l’existence d’une liste concurrente à droite, notamment du prl comme le montra l’exemple de la candidature de Raymond Marcellin dans le Morbihan en novembre 1946.

  • 22 Jean-Claude Delbreil, Centrisme et démocratie-chrétienne en France. Le pdp : des origines au mrp (...)
  • 23 Sauf André Lescorat, ouvrier imprimeur, député du Lot-et-Garonne.
  • 24 Dans l’Assemblée élue en novembre 1946, 57 députés se déclaraient ouvriers (44 pcf, 3 sfio, 10 (...)
  • 25 Bruno Béthouart, Jules Catoire (1899-1988), Arras, Artois Presses Université (collection Histoire (...)
  • 26 De ce processus inachevé, on peut trouver un symbole dans la mort de François de La Rocque en mars (...)

22Tout cela n’épuise pas – loin s’en faut – la réalité du mrp, et d’abord sa réalité militante, en liaison étroite avec les mouvements d’Action catholique et la Confédération française des travailleurs chrétiens, mais aussi sa réalité électorale, sans commune mesure avec celle de l’ancien Parti démocrate populaire22. La sociologie des députés républicains populaires, bien qu’en décalage avec celle des militants, révélait à sa façon une forte originalité du Mouvement au sein des droites françaises. Entre octobre 1945 et novembre 1946, il y eut 202 individus au total élus sous l’étiquette du mrp. Si l’appartenance aux classes moyennes supérieures – professions libérales, professeurs, ingénieurs – et aux classes moyennes propriétaires l’emportait très largement, il faut aussi souligner la présence de membres des classes dirigeantes – industriels et hauts fonctionnaires – et, à l’autre bout de l’échelle sociale, d’ouvriers. Des ouvriers certes jamais premiers sur les listes23 mais qui incarnaient une volonté politique forte, directement inspirée de la doctrine sociale de l’Église souhaitant œuvrer à la réconciliation de classes antagonistes24. L’existence de cette minorité non négligeable d’ouvriers (15 sur 202), flanqués d’un groupe aussi nombreux d’employés25, donnait sa « couleur » spécifique au mrp, très différente de celle des gaullistes ou de celle des modérés. Elle fut aussi la source d’une contradiction majeure du parti, écartelé entre deux pôles – une base militante réformiste, une base électorale conservatrice – et qui ne conquit une influence parlementaire considérable que dans une conjoncture particulière qu’on peut résumer ainsi : d’une part, la recomposition du système partisan entamée à droite depuis 1934-1936 – crise de l’ ard et de la Fédération républicaine, extraordinaire essor du psf – était restée inachevée à cause des événements de 194026 ; d’autre part, Charles de Gaulle, « homme providentiel » pour les droites à la Libération mais réticent face au système parlementaire, se marginalisa temporairement par sa démission en janvier 1946 avant de revenir sur la scène politique un an plus tard. Le mrp assuma cette situation de façon consciente et dynamique, ce qui explique au bout du compte sa stabilisation, sur des bases certes réduites, après le lancement du rpf en 1947. Reste à comprendre la logique d’ensemble à l’œuvre.

  • 27 Le mrp mit de nouveau en œuvre, bien que de façon beaucoup moins approfondie, une stratégie centr (...)

23Si l’enracinement social de chaque parti et la culture politique dont il est porteur, aident sans conteste à le situer à droite ou à gauche, il est nécessaire de prendre en compte un troisième élément, tout aussi important que les deux précédents : sa stratégie. À la Libération, la direction du mrp, inspirée par une sincère volonté de réconciliation sociale, se fixa comme objectif d’empêcher un nouveau Front populaire, souhaité à l’inverse par le pcf, devenu « premier parti de France », et alors que le déclin radical laissait socialistes et communistes en tête-à-tête à gauche. Par ce choix, fondamental et jamais remis en cause par la suite, le mrp se situa d’emblée à droite, même s’il ne le voulut pas. Prenant appui sur l’héritage démocrate-chrétien et l’expérience de la Résistance, servis par les évolutions propres à la sfio et les prémices de la guerre froide dans laquelle le pcf s’enferra presque tout de suite, les dirigeants républicains populaires choisirent de combattre la stratégie communiste de Front populaire en nouant au Parlement une alliance privilégiée avec les socialistes, cristallisée au printemps 1947 par l’éviction des ministres communistes, bientôt dénommée « Troisième force » mais scellée dès 1946 grâce aux concessions faites à la sfio sur les terrains institutionnel et social. En affichant une volonté de transcender le clivage droite-gauche instauré par la victoire du Front populaire en 1936, en refusant le projet gaulliste en partie marqué par l’héritage du psf, et en refusant – à la différence de ce qui s’était passé en 1938-1940 – de combattre frontalement le mouvement ouvrier, le mrp mit en œuvre une stratégie tout à fait originale et typiquement centriste, tant par le discours public que par les alliances conclues et l’action législative menée27. Une stratégie conçue dans le cadre d’une République parlementaire, et rendue possible par l’importance et la cohésion du groupe républicain populaire au Palais-Bourbon qui enrayèrent la stratégie gaulliste. Une stratégie qui, sur le plan électoral, coûta cher au Mouvement, mais aussi, de manière différente, à la sfio et au rpf. Une stratégie qui contribua à la crise du parti radical mais favorisa l’essor des modérés, organisés dans le cnri à partir de décembre 1948 28. Une stratégie enfin qui, pour l’essentiel, fut couronnée de succès puisqu’elle laissa le pcf puissant mais isolé, et repoussa à l’après-Mai 1968 le moment où il put relancer de façon crédible un projet d’union des gauches qu’il concevait toujours dans le droit fil de l’expérience de 1936.



24Au total, et malgré les apparences, loin d’avoir subi un déclin durable, les droites françaises à la Libération, sortant de l’impasse vichyste où elles s’étaient très majoritairement fourvoyées en 1940, menèrent à bien, en l’espace de trois années, leur recomposition amorcée dans les années trente. Elles surent – non sans soubresauts ni divisions, certes, qui laissèrent des traces profondes – endiguer efficacement la forte poussée électorale des gauches de 1945 qui rendait possible un nouveau Front populaire, mais elles le firent, à la différence de ce qui s’était passé en 1938-1940, en restant dans le cadre strict de la République parlementaire.

Notes

1 Gilles Le Béguec, « Naissance et développement des groupes parlementaires sous la IIIe République », dans Parlement[s] n° 1, printemps 2003, p. 68-83, et « La constitution des groupes parlementaires. Questions de méthode », dans Claire Andrieu, Gilles Le Béguec et Danielle Tartakowsky (sous la direction de), Associations et champ politique : la loi de 1901 à l’épreuve du siècle, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 183-210.

2 « En 1945, l’heure semble effectivement venue d’écrire sur l’histoire de la droite le mot fin », écrit René Rémond pour commencer son chapitre sur « La IVe République. Restauration des droites » dans Les droites en France, Aubier (collection historique), 1982, p. 239.

3 L’idée de continuité est au centre de l’ouvrage cité de René Rémond. Sa formule sur la « fin » de la droite en 1944 est avant tout rhétorique.

4 Gilles Richard, « Parti paysan et société rurale dans la France d’après-guerre. L’exemple du Cantal (1945-1962) », dans Histoire et Sociétés Rurales, n° 16, 2nd semestre 2001, p. 141-176.

5 Ainsi son père, Henry Roulleaux-Dugage, avait été député (groupe de la Fédération républicaine – urd) de l’Orne de 1910 à 1930. Son oncle lui avait succédé jusqu’en 1940 mais était inéligible en 1945. Éric Phélippeau, L’invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne et la République, Belin (Socio-histoires), 2002.

6 Les deux hommes, sénateurs en 1940, siégeaient au groupe de l’Union républicaine.

7 Jean-Paul Thomas, Droite et rassemblement du psf au rpf, 1936-1953. Hommes, réseaux, cultures. Rupture et continuités d’une histoire politique, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Serge Berstein, iep de Paris, 2002.

8 Gilles Richard, « Claude-Joseph Gignoux : une biographie exemplaire ? Réflexions sur les relations entre stratégies patronales et stratégies partisanes à droite, de 1936 à la Libération », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, tome 109, n° 3, 2002.

9 Source : les Feuilletons (Assemblée nationale et Conseil de la République), consultables aux archives de chacune de ces assemblées. Outre les ordres du jour de chaque assemblée et de leurs commissions, ils enregistrent au jour le jour les créations ou suppressions de groupes ainsi que les mutations individuelles qui les affectent.

10 Phénomène moins sensible au Conseil de la République élu en décembre 1946, où les enjeux étaient à la fois moindres et différents. Dix groupes déclarés : pcf, progressistes, sfio, rgr (regroupant radicaux et udsr, cette dernière inexistante en fait), mrp, ri, républicains d’action sociale et paysanne, prl et deux groupes algériens (Union démocratique pour le Manifeste algérien; Musulmans algériens indépendants). Écho atténué de la création du rpf, un petit groupe rpi fut créé en juillet 1948 (six sénateurs).

11 Confirmées par les résultats sénatoriaux : 99 élus métropolitains du rpf le 7 novembre 1948, lors du renouvellement complet du Conseil de la République élu deux ans plus tôt, mais seulement 49 inscrits au groupe d’Action démocratique et républicaine (gaullistes sans double appartenance) contre 50 dans les trois groupes modérés – aux ri étaient rattachés administrativement les groupes du prl et du Centre républicain d’action rurale et sociale (Parti paysan) – et au rgr.

12 Huit députés dont six élus de métropole.

13 Oscillant entre huit et treize membres sur la période, il ne franchissait pas le seuil fatidique de 14, nécessaire selon le règlement de l’Assemblée pour exister à part entière. D’où la nécessité de s’apparenter afin de participer notamment aux commissions.

14 Éric Duhamel et Gilles Le Béguec (sous la direction de), La renaissance du parti radical, 1944-1948, L’Harmattan, 1993.

15 Serge Berstein, Histoire du parti radical, tome 2, Crise du radicalisme, 1926-1939, Presses de la FNSP, 1982.

16 Parti républicain et social de la réconciliation française (couramment appelé « Réconciliation française »), lancé en 1946 par une petite minorité des fidèles de François de La Rocque.

17 Ce qui impliquait de fortes oppositions internes entre deux lignes politiques et deux tempéraments. Voir l’affrontement politique et personnel, tout au long des années cinquante, entre Pierre Mendès France et Léon Martinaud-Déplat.

18 Sept avaient voté « oui » le 10 juillet 1940.

19 Outre Robert Schuman (Moselle), avaient siégé à la Chambre des députés, entre 1936 et 1940, Raymond Laurent (Loire, réélu à la Libération dans la Manche), Ernest Pezet et Paul Ihuel (Morbihan), Henri Meck et Alfred Oberkirch (Bas-Rhin), Louis Martel (Haute-Savoie), François Reille-Soult (Tarn). Deux autres avaient siégé avant 1936: Joseph Aussel (Hérault) et Marc Sangnier (Seine-3e). Un député de la Jeune République de 1936, Paul Boulet, retrouva un siège en juin 1946 et s’inscrivit alors au groupe du mrp.

20 Finistère, Ille-et-Vilaine, Maine-et-Loire, Manche, Morbihan, Orne.

21 Cela ne doit pas faire oublier que le monde catholique était profondément divisé jusqu’aux années trente – cela s’atténua rapidement ensuite – entre « blancs » et « bleus », le mrp étant l’héritier direct des seconds. David Bensoussan, Les droites en Bretagne dans l’entre-deux-guerres. Tensions et déchirements dans un monde catholique et rural, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Serge Berstein, iep de Paris, 2002.

22 Jean-Claude Delbreil, Centrisme et démocratie-chrétienne en France. Le pdp : des origines au mrp (1919-1944), Publications de la Sorbonne, 1990.

23 Sauf André Lescorat, ouvrier imprimeur, député du Lot-et-Garonne.

24 Dans l’Assemblée élue en novembre 1946, 57 députés se déclaraient ouvriers (44 pcf, 3 sfio, 10 mrp) et 13 députés, industriels (7 mrp, 6 modérés). Élections et referendums des 13 octobre, 10 et 24 novembre et 8 décembre 1946, édité par Le Monde, 1947, p. XXX-XXXI. Exemple de cette volonté d’union des classes, les 3 élus du mrp dans Nord-2e en juin et novembre 1946: Maurice Schumann, journaliste ; Jules Duquesne, ouvrier apprêteur ; Jean Catrice, industriel du textile.

25 Bruno Béthouart, Jules Catoire (1899-1988), Arras, Artois Presses Université (collection Histoire), 1996.

26 De ce processus inachevé, on peut trouver un symbole dans la mort de François de La Rocque en mars 1946, très affaibli par sa captivité en Allemagne.

27 Le mrp mit de nouveau en œuvre, bien que de façon beaucoup moins approfondie, une stratégie centriste quand le Front républicain arriva au pouvoir en janvier 1956. Pour contrer un nouveau Front populaire, il vota l’investiture du gouvernement de Guy Mollet – à la différence du cnip, des gaullistes et des poujadistes – afin de ne pas laisser pcf et gauche non communiste en tête-à-tête. Interpellé assez violemment sur ce vote par ses électeurs au cours d’une réunion publique qu’il tenait à Dinard le 9 mars 1957 (soit plus d’un an après les faits), Pierre-Henri Teitgen revint sur les raisons de ce choix: face au « risque de nouveau Front populaire », première étape vers la « dictature communiste », il fallait voter pour un gouvernement dont la politique scolaire, familiale, agricole et sociale était pourtant marquée par « la démagogie » ; « grâce à nous, les communistes ont été relégués dans l’opposition et l’indépendance nationale a été assurée. […] À la séance de l’Assemblée nationale, quand le parti de Moscou constata qu’il perdait son emprise, les hurlements de fureur de ses leaders nous prouvèrent que nous avions eu raison » ( ad Ille-et-Vilaine, 1163 W 8, rapport du sous-préfet de Saint-Malo, 11 mars 1957).

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search