Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recomposition des droites

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Première partie. Mesures globales

La rupture entre De Gaulle et le MRP (Mouvement républicain populaire)

Bruno Béthouart

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Jean Charbonnel, Edmond Michelet, Beauchesne, 1987, 294p
  • 2 Claude Michelet, Mon père Edmond Michelet, Paris, Robert Laffont, 1981, p. 79. Voir les recherche (...)
  • 3 Propos tenus par le général de Gaulle à Pierre-Henri Teitgen et cité par l’intéressé lors de la so (...)

1« Un homme est venu, un homme qui appartenait à leur famille, et ils ne l’ont pas reconnu1 ». Paraphrasant l’Évangile de Jean qui évoque le Verbe et sa puissance, Edmond Michelet traduit le sentiment d’un grand nombre d’électeurs, d’une partie des militants républicains populaires qui n’ont pas compris et surtout pas accepté les choix des dirigeants du mrp, lui qui se présente à la Libération comme le « parti de la Fidélité ». La précocité de l’engagement commun dans la Résistance, le partage de valeurs patriotiques et religieuses, la lucidité sur les risques nouveaux qui menacent ce pays les poussent à s’entendre et à renouveler entièrement le paysage politique d’une France à recomposer. En effet la droite est disqualifiée de fait et la gauche, alors sous l’emprise marxiste, laisse un espace important pour une autre manière de faire de la politique. Les démocrates-chrétiens, rassemblant en France à peine 5 % des voix durant l’entre-deux-guerres, apparaissent alors en pleine lumière dans le sillage du « Connétable2 ». Alors que la raison, le cœur et les attentes de l’électorat les orientent l’un vers l’autre, les deux partenaires vont, durant la période cruciale des années qui suivent la Libération, s’évertuer à se séparer, se différencier et s’opposer dans un combat qui fait le bonheur de leurs concurrents de droite et de gauche. Pour comprendre l’enchaînement des faits et mesurer les conséquences d’une telle stratégie de rupture, il est nécessaire de saisir les évidentes parentés mais aussi les ambiguïtés des attentes des deux partenaires qui cherchent, pour l’un à mettre en place un « parti conservateur intelligent3 », pour l’autre à saisir l’opportunité d’une véritable entreprise de « révolution par la loi ».

Le profil des deux composantes à la Libération

  • 4 Charles de Gaulle, Lettres, Notes et Carnets, Plon, 1980, t. II, p. 471-473.
  • 5 Extrait du texte de l’appel du 18 juin 1940.

2Parmi les nombreux points communs qui rapprochent le Général et les républicains populaires au lendemain du « sacre des Champs-Élysées » figure un élément qui souvent soude à jamais des partenaires : la revanche sur la marginalité. Charles de Gaulle, depuis qu’il s’est engagé dans la carrière militaire n’a jamais réussi à persuader le haut commandement du bien-fondé de ses théories sur la place de l’armée dans la nation et de l’importance de la force mécanique dans les futurs conflits. Dans une lettre qu’il envoie au maréchal Pétain en 1938, il rappelle qu’il a « perdu des illusions, quitté des ambitions4 ». L’appel du 18 juin traduit et trahit ce besoin de prouver la justesse de ses vues : « foudroyés par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l’avenir par une force mécanique supérieure5 ». Cette même difficulté à se faire reconnaître se retrouve chez les démocrates-chrétiens de France qui, contrairement à leurs amis du Zentrum allemand, du parti social chrétien de Belgique et même du Parti populaire italien de Don Sturzo en Italie ne sont pas reconnus comme force majeure dans leur pays et, plus grave encore à leurs yeux, dans leur Église.

  • 6 André Frossard, La France en général, Plon, 1975, p. 31-39.
  • 7 Selon le témoignage de Louis Terrenoire cité dans Jean Charbonnel, op. cit. p. 130.
  • 8 Jean-Marie Mayeur, Des partis catholiques à la démocratie chrétienne, xixe-xxe siècles, A. Colin, (...)
  • 9 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, tome III, p. 647.
  • 10 Interview de Jules Catoire.

3Ces deux partenaires partagent également une même conviction de catholiques attachés à la pratique religieuse. Assumant l’héritage familial de sa grand-mère et de sa mère Jeanne Maillot qui « portait à la patrie une passion intransigeante, à l’égal de sa piété religieuse6 », de Gaulle s’intéresse à l’évolution de l’Église puisqu’il considère que « le concile est le plus grand événement du xxe siècle7 ». Les républicains populaires où sont présents quelques protestants, juifs et agnostiques, sont issus dans leurs cadres militants essentiellement de l’ acjf (Association catholique de la jeunesse française) ou de la joc (Jeunesse ouvrière chrétienne), jac (Jeunesse agricole chrétienne) et jec (Jeunesse étudiante chrétienne). En 1952, le mrp rassemble encore sur son nom 54 % des catholiques pratiquants8. Liée au désintéressement qui naît d’une conviction d’être « dans le monde mais non du monde », une disposition d’esprit chez le général est partagée par la plupart des dirigeants du mrp : le refus du carriérisme et une certaine indifférence pour ne pas dire plus devant l’argent. Lors de la régularisation du statut administratif et indiciaire du chef de la France libre, le général répond à Edmond Michelet, ministre en exercice, en avril 1946, que « la seule mesure qui soit à l’échelle est de laisser les choses en l’état. La mort se chargera, un jour, d’aplanir la difficulté, si tant est qu’il y en ait une9 ». Parmi les responsables mrp, Robert Schuman mène une vie d’ascète, Pierre-Henri Teitgen, ministre en exercice, tient à payer l’essence qu’il utilise pour se rendre à son domicile privé, Jules Catoire ne quitte son baraquement que lorsque la dernière des familles de sa commune a été relogée10.

  • 11 Claude Michelet, op. cit., p. 182. Extrait des carnets personnels de son père.
  • 12 Ibidem, p. 191.
  • 13 Yvonne Knibiehler, Germaine Poinso-Chapuis, femme d’État (1901-1981), Marseille, Edisud, p. 77.
  • 14 Robert Aron, Histoire de la libération de la France, Fayard, 1959, p. 57.
  • 15 Yves-Marie Hilaire, « La religion, la morale, la culture en France », dans Emiel Lamberts (dir.), (...)
  • 16 Claude Michelet, op. cit., p. 206, 214.

4De Gaulle est familier de la doctrine sociale de l’Église par l’intermédiaire d’un oncle, ami d’Eugène Duthoit, président des Semaines Sociales ; il est également proche de la Jeune République dont il apprécie le fondateur, Marc Sangnier. À la table de Daniel Rops, son directeur de collection chez Plon, il rencontre André Maurois et le père Ducatillon et s’inscrit en 1939 aux Amis de Temps présent, revue des Dominicains dont l’une des figures, le père Maydieu, est un interlocuteur apprécié par les uns et les autres. Le souci de la question sociale demeure jusqu’à la fin un objectif majeur du général de Gaulle ; le 5 novembre 1947, il confie à Michelet « qu’à tout prendre, c’est la doctrine du mrp qui était la sienne11 ». Tout net, le général confie le 13 novembre 1948, « Le christianisme social restera, je suis un chrétien social, mais les chrétiens sociaux doivent se rassembler, eux aussi : tous ensemble, on ménagera des transitions12 ». La défense de la liberté de l’enseignement qui leur est commune s’inscrit pour les républicains populaires dans une approche sociale : « la justice scolaire fait partie de la justice sociale » : ils sont soutenus par les gaullistes qui vont même pratiquer la surenchère en la matière13. Cette appartenance à l’Église n’exclut pas de la part de chacun, particulièrement dans le contexte français, une réelle méfiance devant le cléricalisme. De Gaulle a le souci de « rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » : il refuse la présence de l’archevêque de Paris, le cardinal Suhard au Te Deum du 26 août 194414. Mais les républicains populaires sont alors encore plus incisifs : Georges Bidault évoque une liste d’une trentaine de noms d’évêques restés trop longtemps pétainistes15. Le cardinal Tisserant affirme qu’à la Libération « Bidault, P.-H. Teitgen et de Menthon se montrèrent intraitables16 ».

  • 17 Avant-propos d’André Diligent, in Bruno Béthouart, Le mrp dans le Nord-Pas-de-Calais, 1944-1967, (...)
  • 18 Claude Michelet, op. cit., p. 52.
  • 19 Étienne Borne, extrait de son témoignage dans Cl. Michelet, op. cit., p. 275.
  • 20 Jean-Marie Mayeur, « Le mrp et le gaullisme », dans France Forum, n° 316, 2e trimestre 1997, p. (...)
  • 21 Jean-Claude Delbreil, Marc Sangnier. Entretien avec Maurice Schumann, Beauchesne, 1997, p. 259.
  • 22 Edmond Michelet, Sur la fidélité en politique, lettre à Monsieur l’abbé G…, cité par Claude Mich (...)

5Les deux partenaires possèdent une vision assez proche de leur patrie. Ils refusent tout d’abord une France coupée en deux, divisée par des concepts politiques de droite et de gauche. André Diligent traduit à sa façon le sentiment partagé par la plupart des républicains populaires en évoquant « ce manichéisme imbécile, qui, déjà, coupait la France en deux17 ». L’amour de la patrie réunit les deux composantes autour de la ferveur envers Charles Péguy. « Le gaullisme est un péguysme » selon Edmond Michelet. Les uns et les autres se refusent à censurer l’histoire de la France qui doit être acceptée et revendiquée intégralement de saint Louis à Napoléon en passant par Jeanne d’Arc et Danton. Les bases doctrinales sont communes : « Maritain fut mon docteur, Péguy mon prophète18 ». Le premier, en effet, avec Primauté du Spirituel, délivre bien des catholiques sociaux de l’attrait maurrassien du « politique d’abord » mais laisse subsister « une interrogation critique sur la démocratie des partis, capable de compromettre dans les mauvaises saisons l’unité nationale19 ». De Gaulle insiste pour qu’il soit après la Libération le premier ambassadeur de la République française auprès du Saint-Siège20. Une troisième personnalité les rassemble : Marc Sangnier qui considère que la France n’est pas antichrétienne mais anticléricale et à qui de Gaulle confie : « vous avez été le père spirituel de la démocratie chrétienne, j’en ai été le père nourricier21 ». Des adversaires communs les rassemblent également à la Libération. Georges Bidault, dans Aux hommes de notre esprit, rappelle que « ce n’est pas aux vieilles formules, aux vieux partis, aux vieux abus que nous pouvons faire confiance ». Pierre-Henri Teitgen et François de Menthon, dans Cahiers politiques en août 1943, considèrent que « les partis en France sont des clans lorsqu’ils ne sont pas des factions ». Francisque Gay émet le souhait durant la clandestinité d’un renforcement de l’exécutif22.

  • 23 P. Dournes, Terre humaine, février 1951, p. 36.

6Cependant les républicains populaires demeurent marqués, malgré leur volonté de ne pas apparaître comme un parti confessionnel, par une certaine forme d’intégralisme jadis formulé par la devise de Pie X Instaurare omnia in Christo. L’influence barrésienne se manifeste chez de Gaulle par l’intérêt pour une république autoritaire, voire césarienne. En bon militaire, il cultive l’art de la rupture, et n’hésite pas à se lancer dans l’épreuve de force. Une telle attitude diffère du souci du consensus, de l’apaisement, du compromis chez le démocrate chrétien qui « n’ose pas être celui qui rompt23 ». De Gaulle possède une « certaine idée de la France » qui pourrait entrer en concurrence avec la priorité que les républicains populaires souhaitent accorder à la reconstruction de la démocratie de groupes et à la réforme des structures socio-économiques.

  • 24 Henri Bergson, Les deux sources de la morale et de la religion, p. 306.

7Ces divergences ne correspondent pas à des convictions profondes mais plutôt à une approche pragmatique de la politique chez de Gaulle qui contraste avec le caractère « théologique » de la conviction démocrate chrétienne. Le mrp se sent investi d’une mission : Bidault reconnaît devant le chef de la France libre qu’il doit rester « pour porter témoignage, être ce sel de la terre ». Pour le Général, il s’agit prosaïquement de redonner à l’État des institutions solides. Considérant que « l’esprit de système masque le réel et endort la pensée », il n’hésite pas à confier, aveu inacceptable pour un démocrate-chrétien, que « l’homme d’action ne se conçoit pas sans une forte dose d’égoïsme, d’orgueil, de dureté et de ruse ». Ce machiavélisme choque l’esprit du républicain populaire qui, à la suite de Bergson, estime que « la démocratie exige un supplément d’âme24 ».

Le processus de rupture

  • 25 Laurent Ducerf, François de Menthon. Un catholique au service de la République (1900-1984), thèse (...)

8Dans une lettre envoyée à Georges Bidault le 16 mai 1944, François de Menthon estime que, parmi les atouts des démocrates-chrétiens, figure en bonne place « le Général qui est au fond avec nous intellectuellement et moralement et qui a besoin de nous25 ». L’affrontement se manifeste en plusieurs étapes sans qu’il y ait de caractère irrémédiable jusqu’à la fin du processus.

  • 26 Jacques Fauvet, La IVe République, Paris, Fayard, 1959, p. 80. Propos rapportés par Maurice Schum (...)
  • 27 André Frossard, op. cit., p. 174.
  • 28 Jean-Marie Mayeur, « La rupture entre le mrp et le rpf », dans Bernard Lachaise (dir.), De Gau (...)
  • 29 Jacques Vendroux, Cette chance que j’ai eue, p. 182.
  • 30 Jacques Fauvet, op. cit., Fayard, 1959, p. 86.

9Installés, sous la houlette du Général dans un tripartisme qui s’impose du fait des circonstances, les deux partenaires, lors de l’élaboration de la première constitution, se montrent unis dans leur opposition au projet défendu par les socialistes et les communistes. À la mi-décembre 1945, de Gaulle considère que « si le mrp n’avait pas existé […] la IVe République de la France libérée aurait été, il faut le dire, privée de la présidence de Charles de Gaulle26 ». Pourtant, le 20 janvier 1946, il quitte le pouvoir estimant que « le régime exclusif des partis a reparu ». Comment expliquer ce départ précipité sinon par des considérations de tempérament et d’impératifs politiques ? « Nous risquons de nous voir bientôt devant de nouvelles et immenses épreuves mondiales. Qui serait alors le recours si ce que je puis avoir de symbolique aux yeux du pays quant à l’indépendance et à l’unité nationale s’était par avance dégradé dans ce qui n’est encore que la lutte des partis ? » confie-t-il à un ami27. Il espère que le mrp va le suivre : celui-ci se contente de manifester un « immense regret28 » alors que Jacques Vendroux constate « le désarroi des députés de second rang29 ». Georges Bidault, soutenu par Maurice Schumann, insiste sur la nécessité de rester au gouvernement au nom du refus de la « politique du pire » : « il y a un grand homme impossible et plusieurs hommes moyens possibles30 ». Le mrp ne comprend pas ce départ qui ressemble pour lui à un abandon de poste et choisit « la présence » pour éviter le tête-à-tête marxiste. Bien lui en prend puisqu’il obtient, aux élections du 2 juin 1946, 28 % des suffrages exprimés et 166 députés. Signe qui ne trompe pas, dans le nouveau gouvernement dirigé pour la première fois depuis la Séparation de l’Église et de l’État par un catholique, Georges Bidault, les ministres non membres des partis installés dans le tripartisme tels que Malraux sont exclus.

  • 31 Jean-Marie Mayeur, op. cit., p. 604.
  • 32 Jacques Fauvet, op. cit., p. 101-102.
  • 33 Cette citation est tirée d’un projet de lettre rédigé par Jules Catoire et destiné au général de G (...)

10Cette rupture est accentuée par la ferme opposition du Général au projet de la seconde constitution notamment dans le discours de Bayeux du 16 juin, la note du 27 août et le discours d’Épinal du 29 septembre. Le 9 octobre, Charles de Gaulle appelle à voter non et s’en prend à ceux « qui seraient tentés par scepticisme ou résignation d’accepter des institutions mauvaises sous prétexte qu’on pourra les réviser plus tard31 ». Devant deux mille personnes à Bordeaux et en présence de Georges Bidault, Jacques Chaban-Delmas livre en novembre 1946 une confidence assassine du Général qui parle, à propos du mrp « d’hommes honnêtes et patriotes » mais qui « parce qu’ils sont incapables, sont dangereux32 ». Michelet, pourtant réélu député républicain populaire de la Corrèze en juin et novembre 1946, comprend que « des hommes comme MM. Bidault, Teitgen, Colin n’avaient nul désir de voir de Gaulle reprendre un jour les rênes de l’État ». Jules Catoire s’étonne, en novembre, de ces « listes “union gaulliste” constituées ou patronnées par des hommes de Vichy, des profiteurs, des antidémocrates, des réactionnaires sociaux condamnés par un jury d’honneur33 ».

  • 34 Voir l’article de Jean-Marie Mayeur, « La rupture entre le mrp et le rpf », op. cit.
  • 35 Pierre Leveque, Histoire des forces politiques en France de 1940 à nos jours, Paris, A. Colin, 19 (...)
  • 36 Jean-Marie Mayeur, « Le mrp et le gaullisme », op. cit., p. 30.
  • 37 Claude Michelet, op. cit., p. 182-183.

11L’acmé de la discorde paraît incontestablement se situer entre la création du RPF (Rassemblement du peuple français) le 7 avril 1947 et l’exclusion d’Edmond Michelet prononcée le 18 novembre de la même année34. Le mrp réagit en effet très mal à cette opération politique qui risque de casser la France en deux blocs et surtout qui entre en concurrence directe avec ce jeune parti comme le soulignent tous les observateurs politiques. De fait, 60 % de ses propres électeurs approuvent l’initiative gaullienne35. Cependant, de Gaulle souhaite établir le principe de la double appartenance. Une telle « double fidélité », quelque peu contradictoire au regard de la conception gaulliste d’assentiment au chef, est vaillamment défendue par le gendre de Francisque Gay, Louis Terrenoire. Cette position est condamnée par le Conseil national du mrp, au nom de l’article 7 des statuts du Mouvement, dès le 27 avril. Le Mouvement dénonce le côté réactionnaire du nouveau parti. Henri Amouroux écrit dans Le Soir, dès le 16 avril 1947, que « le RPF ne peut que dangereusement opposer les Français ». Des mesures sont prises à l’encontre des membres qui se proposent de pratiquer la double appartenance : Edmond Michelet est exclu le 18 novembre, Terrenoire et Henri Lespès démissionnent le 22 novembre : avec d’autres comme Palewski, Guillant puis Dusseaulx, ils forment, le 25 novembre, le groupe des Républicains populaires indépendants36. Un an plus tard, en novembre 1948, Pierre-Henri Teitgen est à la tête du camp du refus qui, selon Michelet, est prêt, pour certains militants résolus, à comparer de Gaulle à Hitler37. Il est soutenu par André Colin mais aussi Francisque Gay et Georges Bidault.

  • 38 Jean-Marie Mayeur, op. cit. p. 30-31
  • 39 Cl. Michelet, op. cit., p. 200-203.
  • 40 Ibidem, p. 208-210.

12Pourtant, de Gaulle confie à Michelet en novembre 1948 que son parti « ne peut s’achever sans eux » ; il parle d’« imposer la nécessité d’une réconciliation » à condition qu’ils demandent la dissolution : « Je leur en laisserai le mérite et en profiterai pour les dédouaner ». Des tentatives de rapprochement se traduisent par des rencontres du général de Gaulle avec Robert Schuman dès avril 1948, puis avec Maurice Schumann et Georges Bidault en novembre de la même année38. Il se montre alors particulièrement conciliant et amène : « Il n’y a que vous qui pouvez libérer la classe ouvrière ; vous et nous bien sûr ». Devant leur inertie, le Général, s’emporte et estime que « les mrp manquent de caractère », qu’« ils font semblant de ne pas comprendre ce qu’il convient de faire pour sauver le pays ». Conscients des risques encourus plutôt que des avantages d’un changement de stratégie, Bidault et ses amis préfèrent attendre une démarche du Général en janvier 1949 sans prendre l’initiative. Faute du « grand geste » qui ne vient pas, l’offensive redouble alors : « Ne me parlez plus jamais de Bidault, de Teitgen et de tous les leurs ! […] Contre ce régime, il n’y a qu’une attitude possible, la lutte à outrance ! », au grand désappointement de Michelet, « déconcerté de la pitoyable attitude des mrp39 ». Pourtant, en octobre 1949, de Gaulle demande à Michelet de « leur dire de tenir bon » afin de « renouer avec eux la chaîne des temps » et, en mars 1950, Bidault considère Michelet « toujours comme étant du mrp40 ».

  • 41 Odile Rudelle, op. cit., p. 296.
  • 42 Témoignage d’Étienne Borne, in Jean Charbonnel, op. cit., p. 277. « Si le mrp n’avait pas toujo (...)
  • 43 Yvon Tranvouez, in Serge Berstein, Jean-Marie Mayeur, Pierre Milza (sous la direction de), Le (...)
  • 44 Cl. Michelet, op. cit., p. 227.

13La dernière séquence de la rupture se déroule autour de la thématique atlantique et surtout européenne. Bien que de Gaulle ne réagisse pas devant le Plan Schuman41, Étienne Borne constate l’attitude rigide et unilatérale du Général lors d’une rencontre personnelle en 195342. L’affaire de la ced (Communauté européenne de défense) signe la fin de tout espoir de retour à de bonnes dispositions : face à la conviction européenne aux « vertus identitaires et intégratrices » au sein du mrp43, le général de Gaulle estime, dès novembre 1952, que ce projet fait de l’Europe « la Légion étrangère de l’Amérique ». En août 1954, la victoire rend le Général « pleinement, humainement heureux ». « La ced est morte, Te Deum ! » conclut Michelet44. La rupture est consommée, elle n’est que provisoire dans la mesure où les républicains populaires, excepté François de Menthon, renouent avec le général de Gaulle en mai et juin 1958.

Les enjeux et conséquences du drame

  • 45 René Rémond, « Conclusions », dans Serge Berstein, Jean-Marie Mayeur, Pierre Milza (dir.), Le (...)
  • 46 Laurent Ducerf, op. cit., p. 423-424.
  • 47 Ibidem, Papiers de Menthon, J 40.

14Pour bien saisir la complexité des relations entre les deux partenaires, il convient de mettre tout d’abord en exergue l’originalité de la situation française à la Libération. En Allemagne et en Italie, la démocratie chrétienne dispose d’un leader incontesté qui s’est imposé : ce n’est pas le cas du mrp qui, après Georges Bidault, se reconnaît davantage à partir de 1947, en Robert Schuman. La question de la laïcité pousse ce parti d’inspiration démocrate chrétienne à ne pas adopter de référence confessionnelle dans son appellation mais également dans ses prises de position, « contrairement à la Democrazia cristiana ou à la cdu45 ». François de Menthon, à Alger, imagine plusieurs solutions : soit un « grand parti travailliste dans lequel nous aurions notre place », soit un grand parti gaulliste issu de la Résistance autour de Pierre Brossolette, soit « un grand parti du centre dont nous serions socialement l’aile marchante46 ». Les deux dernières hypothèses rejoignent les espoirs du Général. Conscients d’être « les seuls capables de concilier un désir profond de réformes très sérieuses sur le plan social notamment, et le souci d’ordre et d’apaisement47 », les démocrates-chrétiens considèrent que de Gaulle n’est qu’un élément dans le cadre d’une mission décisive qui leur est impartie. D’autre part, l’osmose entre les dirigeants conservateurs, leurs militants, leurs électorats en Allemagne et en Italie ne se retrouve pas en France comme le souligne Pierre-Henri Teitgen :

« Les Paul Reynaud et les Antoine Pinay allemands, ils étaient tous dans la démocratie chrétienne allemande. Et avec eux les banquiers, les financiers, les industriels, toutes sortes de gens que je respecte mais qui auraient fait de nous un grand parti d’inspiration catholique, spiritualiste mais réunissant toutes les forces de droite : aucun des militants du mrp n’aurait pu l’accepter ».

  • 48 Propos tenus par le général de Gaulle à Pierre-Henri Teitgen et cité par l’intéressé lors de la so (...)
  • 49 Odile Rudelle, op. cit., p. 294.

15Un seul responsable, Georges Bidault, souhaite, selon lui, lancer un parti démocrate chrétien, mais l’ancien responsable du cnr (Conseil national de la Résistance) « avait dès le départ une stratégie, non pas une doctrine, non pas un programme et des idées48 ». L’approche doctrinale l’emporte à une large majorité sur la mise en œuvre d’une stratégie à la différence des autres partis démocrates chrétiens européens et en opposition avec le pragmatisme gaullien49.

  • 50 Pierre Avril, « Le mrp et les institutions », dans France Forum, n° 316, 2e trimestre 1997, p. 2 (...)
  • 51 Claude Michelet, op. cit., p. 188.
  • 52 Ibidem, p. 193.

16À cette disposition fondamentale différente s’ajoute rapidement une divergence entre le mrp et le Général au sujet de la question constitutionnelle. De Gaulle pose en préalable à toute renaissance la restauration de l’État. Son désaccord avec les républicains populaires s’enracine profondément dans une lecture différente de l’équilibre constitutionnel : un exécutif fort garanti par le consentement direct du peuple est préférable, selon lui, à une démocratie parlementaire appuyée sur les corps intermédiaires. La lecture constitutionnelle est différente même si le mrp, par la voix de François de Menthon et de Pierre-Henri Teitgen pour le premier projet, veut éviter une assemblée unique et souhaite des contrepoids de même que Paul Coste-Floret, favorable, dans le second projet, à la possibilité réelle d’une dissolution50. En lien avec sa volonté de reconstituer un « État qui en soit un », de Gaulle dénonce le régime des partis qui « sont dépourvus de patriotisme » et « pensent avant tout à leurs intérêts électoraux51 ». Au contraire, le mrp souhaite accorder un statut constitutionnel aux partis politiques mais, en même temps, revendique une seconde chambre « représentative » des forces vives de la Nation. De Gaulle pressent une certaine désaffection du sentiment populaire à l’égard des institutions, des rites et du jeu parlementaire. Cependant, il n’est pas hostile à la représentation proportionnelle ; il le confie à Bidault en novembre 1948 : « mes préférences vont au scrutin de liste majoritaire qui permet de présenter, bien rassemblées, toutes les familles spirituelles […] Et j’ai pris nettement position contre le scrutin d’arrondissement que voulaient nous imposer les rad-socs52 ».

  • 53 Étienne Borne, Terre Humaine, janvier 1953, p. 96.
  • 54 François Perroux, « La crise de l’État », dans La Vie Intellectuelle, juillet-août 1937, p. 219.
  • 55 Claude Michelet, op. cit., p. 192.
  • 56 Interview de Maurice Schumann, 23 avril 1972.

17Des divergences se manifestent entre les deux partenaires sur le rapport entre démocratie et État : Étienne Borne rappelle que « tout démocrate chrétien se reconnaît d’abord à ce trait, qu’il se refuse à tenir l’État pour absolu […] Il n’admet pas la raison d’État, le machiavélisme politique, le salut public comme loi suprême53 ». Cependant, contrairement aux libéraux, le mrp croit aux vertus de l’État considéré comme « une contrainte au service d’une communion54 ». Stratégiquement, les républicains populaires optent en faveur d’une troisième force associant modérés et socialistes également méfiants à l’égard d’un exécutif fort. Le général de Gaulle n’est pas tendre avec les socialistes qui « sont des fonctionnaires qui broutent à tous les râteliers !55 ». Maurice Schumann partage cette méfiance devant des hommes politiques « qui ne renvoient jamais l’ascenseur56 ». La conception européenne devient une pierre d’achoppement entre de Gaulle et les démocrates-chrétiens uniquement à partir de 1947-1948. En effet jusqu’à cette date, il y a unité de vue entre Charles de Gaulle et Georges Bidault, réservé devant toute perspective d’un rapprochement avec l’Allemagne.

  • 57 Claude Michelet, op. cit, p. 178, 185, 209, 212. Voir aussi France Forum, n° 316, op. cit., p. 36
  • 58 Jean Lacouture, op. cit., p. 327.
  • 59 Philippe Chenaux, « Le mrp face au projet de communauté politique européenne 1952-1954 », dans S (...)
  • 60 Interview de Maurice Schumann, déjà cité.
  • 61 Jean-Marie Mayeur, « La rupture entre le mrp et le rpf », op. cit., p. 608.
  • 62 Claude Michelet, op. cit., p. 159, 17.

18En sus des choix politiques, il est indéniable également que des affrontements de personnalités nuisent à une éventuelle entente des deux partenaires. Sensible aux qualités de l’éditorialiste de l’Aube, le Général, par la suite, tient Georges Bidault pour « un vaniteux qui ne songe qu’à son intérêt propre » et considère que « ce n’est pas un homme d’action ni de résolution57 ». Charles de Gaulle et Robert Schuman se croisent furtivement dans le cabinet Reynaud, le 6 mai58 et, à partir de 1947, le député mosellan se sent de plus en plus lié au mrp par son intuition européenne. Cependant les arguments présentés par le général de Gaulle en avril 1948 puis en octobre 1949, lors de rencontres, expliquent ses prises de position nuancées dans le débat sur la ced59. L’un des plus vindicatifs, Pierre-Henri Teitgen, s’interroge sur le personnage : « Saint Louis, l’incarnation du mythe platonicien, l’archange de la politique ou bien Louis XI et quelquefois Machiavel ? ». Au contraire, outre Maurice Schumann, partagé par sa « double fidélité60 », Marc Sangnier et Charles Flory sont favorables au dialogue : le premier considère qu’il faut le distinguer de son entourage factieux, le second souhaite la dissolution de l’Assemblée61. Edmond Michelet se sent « exclu pour crime de gaullisme62 ».

  • 63 Ibidem, p. 131.

19Les conséquences pour chacun sont durables : le général de Gaulle perd une composante importante de la France Libre, le parti de la Fidélité devenu parti de la IVe République. Il récupère assez rapidement, dès l’expérience du rpf, des éléments de la droite, de la gauche sociale et entre directement en contact avec la cdu et son animateur, Konrad Adenauer. De Gaulle retrouve, dès 1958 et plus encore à partir de 1962, l’électorat catholique parce que, selon Michelet, « aucune doctrine n’est plus proche de la doctrine de l’Église que le gaullisme63 ». Le parti républicain populaire connaît rapidement un effondrement électoral, perdant la moitié de ses voix en 1951. Le retour du mrp vers de Gaulle en 1958 lui redonne une certaine influence jusqu’en 1962. Trois ans plus tard, le général de Gaulle rassemble sur son nom 66 % des voix catholiques au premier tour : Jean Lecanuet n’en recueille que 20 %. Le gaullisme devient alors le pôle de référence d’un électorat catholique attiré, en 1944, par le parti démocrate d’inspiration chrétienne.



20Le « parti de la Fidélité » est porté à la Libération par sa connivence avec de Gaulle. Lors du premier congrès, le jeune parti « exprime son admiration, sa reconnaissance et sa confiance au général de Gaulle ». Les attaches spirituelles, philosophiques, la conviction sociale et surtout le combat commun dans la Résistance portent les deux partenaires à s’allier pour offrir à la France une véritable renaissance démocratique et pour opérer la réconciliation de la République avec la religion de la majorité des Français sans remettre en cause la séparation de l’Église et de l’État. « La lune de miel » gouvernementale écourtée par le départ du Général, dès janvier 1946, tourne à la séparation de fait à cause de l’enjeu constitutionnel et se transforme en divorce pour faute grave, selon le mrp, lors de la création du rpf, parti de rassemblement nécessaire pour de Gaulle face aux « séparatistes ». Refusant la coupure de la France en deux blocs qui les auraient conduits à s’en remettre à la direction du Connétable, les républicains populaires après avoir rêvé d’un travaillisme les unissant aux socialistes font le choix, dès 1947, d’une troisième force s’opposant aux « moscoutaires » comme aux « néo-boulangistes », par fidélité à leur doctrine. Porté par des militants en harmonie avec la majorité des responsables, ce choix stratégique n’est pas validé par une partie importante de l’électorat désorienté. Les divergences sur les questions européennes devenues un élément clé de la politique du mrp ne font qu’accentuer la rupture lors de l’affaire de la ced.

  • 64 Voir Marc Sadoun et alii (dir.), La politique sociale du général de Gaulle, Lille, 1990.

21Pourtant le général de Gaulle possède avec les démocrates-chrétiens sur la question sociale un point d’ancrage profond : « Je suis un chrétien social » déclare de Gaulle à Bidault en novembre 194864. Mais l’enjeu essentiel demeure le choix d’un concept constitutionnel précis et d’une claire stratégie politique. Lorsque dans l’hiver 1944-1945 le général de Gaulle fait venir Pierre-Henri Teitgen pour lui demander de devenir « un parti conservateur intelligent », et « ne pas regarder à gauche, […], occuper le terrain qu’occupait antérieurement la droite et […] regrouper toutes les forces d’origine catholique », le mrp choisit alors une autre voie contrairement à ses homologues allemands et italiens : le gaullisme, spécificité française, aura été, comme le rappelle Joseph Fontanet, cité par Jean-Marie Mayeur lors du colloque au Sénat sur le mrp en 1996, « un signe de contradiction » pour les républicains populaires.

Notes

1 Jean Charbonnel, Edmond Michelet, Beauchesne, 1987, 294p

2 Claude Michelet, Mon père Edmond Michelet, Paris, Robert Laffont, 1981, p. 79. Voir les recherches sur l’origine de l’expression dans Jean Lacouture, De Gaulle, Paris, Seuil, 1984, t. 1 « Le rebelle », p. 38.

3 Propos tenus par le général de Gaulle à Pierre-Henri Teitgen et cité par l’intéressé lors de la soutenance de thèse de B. Béthouart sur Le mrp dans le Nord-Pas-de-Calais, Lille III, novembre 1980.

4 Charles de Gaulle, Lettres, Notes et Carnets, Plon, 1980, t. II, p. 471-473.

5 Extrait du texte de l’appel du 18 juin 1940.

6 André Frossard, La France en général, Plon, 1975, p. 31-39.

7 Selon le témoignage de Louis Terrenoire cité dans Jean Charbonnel, op. cit. p. 130.

8 Jean-Marie Mayeur, Des partis catholiques à la démocratie chrétienne, xixe-xxe siècles, A. Colin, 1980, p. 168.

9 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, tome III, p. 647.

10 Interview de Jules Catoire.

11 Claude Michelet, op. cit., p. 182. Extrait des carnets personnels de son père.

12 Ibidem, p. 191.

13 Yvonne Knibiehler, Germaine Poinso-Chapuis, femme d’État (1901-1981), Marseille, Edisud, p. 77.

14 Robert Aron, Histoire de la libération de la France, Fayard, 1959, p. 57.

15 Yves-Marie Hilaire, « La religion, la morale, la culture en France », dans Emiel Lamberts (dir.), Christian Democracy in the European Union [1945-1995], Leuven University Press, 1997, p. 430.

16 Claude Michelet, op. cit., p. 206, 214.

17 Avant-propos d’André Diligent, in Bruno Béthouart, Le mrp dans le Nord-Pas-de-Calais, 1944-1967, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1984, p. 4.

18 Claude Michelet, op. cit., p. 52.

19 Étienne Borne, extrait de son témoignage dans Cl. Michelet, op. cit., p. 275.

20 Jean-Marie Mayeur, « Le mrp et le gaullisme », dans France Forum, n° 316, 2e trimestre 1997, p. 35

21 Jean-Claude Delbreil, Marc Sangnier. Entretien avec Maurice Schumann, Beauchesne, 1997, p. 259.

22 Edmond Michelet, Sur la fidélité en politique, lettre à Monsieur l’abbé G…, cité par Claude Michelet, op. cit., p. 162-164.

23 P. Dournes, Terre humaine, février 1951, p. 36.

24 Henri Bergson, Les deux sources de la morale et de la religion, p. 306.

25 Laurent Ducerf, François de Menthon. Un catholique au service de la République (1900-1984), thèse de doctorat, Lyon III, sous la direction de Jean-Dominique Durand, 2000, p. 428.

26 Jacques Fauvet, La IVe République, Paris, Fayard, 1959, p. 80. Propos rapportés par Maurice Schumann.

27 André Frossard, op. cit., p. 174.

28 Jean-Marie Mayeur, « La rupture entre le mrp et le rpf », dans Bernard Lachaise (dir.), De Gaulle et le rpf 1947-1955, Fondation Ch. de Gaulle/Université de Bordeaux III, A. Colin, 1998, p. 604.

29 Jacques Vendroux, Cette chance que j’ai eue, p. 182.

30 Jacques Fauvet, op. cit., Fayard, 1959, p. 86.

31 Jean-Marie Mayeur, op. cit., p. 604.

32 Jacques Fauvet, op. cit., p. 101-102.

33 Cette citation est tirée d’un projet de lettre rédigé par Jules Catoire et destiné au général de Gaulle lors de la campagne électorale qui précède les élections de novembre 1946. La dureté du ton de ce texte s’explique par la déception et la réaction du responsable mrp devant le départ de Jacques Vendroux, élu député mrp en octobre 1945 et en juin 1946 dans la 1re circonscription du Pas-de-Calais et qui forme une liste ads (Action Démocratique et Sociale) pour la première législature. Archives de Jules Catoire.

34 Voir l’article de Jean-Marie Mayeur, « La rupture entre le mrp et le rpf », op. cit.

35 Pierre Leveque, Histoire des forces politiques en France de 1940 à nos jours, Paris, A. Colin, 1997, p. 260.

36 Jean-Marie Mayeur, « Le mrp et le gaullisme », op. cit., p. 30.

37 Claude Michelet, op. cit., p. 182-183.

38 Jean-Marie Mayeur, op. cit. p. 30-31

39 Cl. Michelet, op. cit., p. 200-203.

40 Ibidem, p. 208-210.

41 Odile Rudelle, op. cit., p. 296.

42 Témoignage d’Étienne Borne, in Jean Charbonnel, op. cit., p. 277. « Si le mrp n’avait pas toujours bien compris le Général, celui-ci avait encore plus mal compris le mrp ».

43 Yvon Tranvouez, in Serge Berstein, Jean-Marie Mayeur, Pierre Milza (sous la direction de), Le mrp et la construction européenne, Bruxelles, Complexe, 1993, p. 89.

44 Cl. Michelet, op. cit., p. 227.

45 René Rémond, « Conclusions », dans Serge Berstein, Jean-Marie Mayeur, Pierre Milza (dir.), Le mrp et la construction européenne, Bruxelles, Complexe, 1993, p. 366. cdu : Christliche-Demokratische Union.

46 Laurent Ducerf, op. cit., p. 423-424.

47 Ibidem, Papiers de Menthon, J 40.

48 Propos tenus par le général de Gaulle à Pierre-Henri Teitgen et cité par l’intéressé lors de la soutenance de thèse de Bruno Béthouart sur Le mrp dans le Nord-Pas-de-Calais, Lille III, novembre 1980.

49 Odile Rudelle, op. cit., p. 294.

50 Pierre Avril, « Le mrp et les institutions », dans France Forum, n° 316, 2e trimestre 1997, p. 22-23.

51 Claude Michelet, op. cit., p. 188.

52 Ibidem, p. 193.

53 Étienne Borne, Terre Humaine, janvier 1953, p. 96.

54 François Perroux, « La crise de l’État », dans La Vie Intellectuelle, juillet-août 1937, p. 219.

55 Claude Michelet, op. cit., p. 192.

56 Interview de Maurice Schumann, 23 avril 1972.

57 Claude Michelet, op. cit, p. 178, 185, 209, 212. Voir aussi France Forum, n° 316, op. cit., p. 36.

58 Jean Lacouture, op. cit., p. 327.

59 Philippe Chenaux, « Le mrp face au projet de communauté politique européenne 1952-1954 », dans Serge Berstein, Jean-Marie Mayeur, Pierre Milza (dir.), Le mrp et la construction européenne, Bruxelles, Complexe, 1993, p. 175. Voir Claude Michelet, op. cit., p. 186.

60 Interview de Maurice Schumann, déjà cité.

61 Jean-Marie Mayeur, « La rupture entre le mrp et le rpf », op. cit., p. 608.

62 Claude Michelet, op. cit., p. 159, 17.

63 Ibidem, p. 131.

64 Voir Marc Sadoun et alii (dir.), La politique sociale du général de Gaulle, Lille, 1990.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540