Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ouest-Éclair

 | 
Michel Lagrée
, 
Patrick Harismendy
, 
Michel Denis

Troisième partie. Le journal et son contenu

Chapitre 14. L’Ouest-Éclair face à ses rivaux nantais

Claude Kahn, Jean Landais, Jacques Savayon et Marcel Rumin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Pour un exercice identique, concernant cette fois Ouest-France, cinquante ans après, voir : Beloei (...)

1Lorsque l’Ouest-Éclair paraît à Rennes le 2 août 1899, la presse nantaise est solide, importante et bien structurée. Ce nouveau quotidien, représentant de la sensibilité démocrate chrétienne, arrive en concurrent. Trouve-t-il une place à Nantes et dans le département de la Loire-Inférieure ? Traite-t-il l’information d’une nouvelle manière ? C’est à partir de trois exemples que nous essayerons de déterminer sa position et de voir ses réactions face à l’ensemble des journaux nantais, en choisissant deux moments hautement significatifs quant au contexte politique et religieux : août 1910 et la condamnation du Sillon ; décembre 1926 et l’interdiction de l’Action française. Ceci devrait permettre de faire entendre la musique propre à L’Ouest-Éclair dans le concert de la presse nantaise1. On essaiera d’autre part d’apprécier les conditions de l’implantation du journal dans le département de Loire-Inférieure.

La presse nantaise à la fin du 19e siècle2

  • 2 Sur le contexte nantais, voir BOIS Paul (dir.), Histoire de Nantes, Privat, Toulouse, 1977 ; Berna (...)

2En 1899, lorsque paraît L’Ouest-Éclair, la presse nantaise est dominée par Le Phare de la Loire. Le Phare de la Loire a été fondé en 1782 par Louis Victor Mangin sous le nom de Correspondance maritime de Nantes, puis en 1819 d’Ami de la Charte ; il prend le titre de National de l’Ouest en 1837. Suspendu à plusieurs reprises et frappé de lourdes amendes au début du Second Empire, il est menacé de disparition. L’imaginatif Charles Victor Mangin, dit « le bonhomme », le transforme alors, le 20 janvier 1852, en Le Phare de la Loire. En 1853, son fils Victor s’occupe du journal jusqu’à sa mort en 1867, relayé par son frère Évariste jusqu’en 1876, époque à laquelle Le Phare est vendu à la famille Schwob qui le conservera plus de cinquante ans. Georges puis Maurice avec la complicité de Marcel vont se battre pour toujours soutenir et faire triompher la République. Journal républicain modéré à fort tirage, dirigé en 1899 par Maurice Schwob, Le Phare de la Loire est lu par la bourgeoisie commerçante et industrielle, les fonctionnaires et une partie des ouvriers qui défendent le régime contre les attaques cléricales.

3Le Populaire, à sa gauche, est son principal concurrent. Fondé le 5 décembre 1874 par François Salières, né le 16 juillet 1843 à Coucilles, petit village de Haute-Garonne, Le Populaire est dirigé par Gaston Veil, premier adjoint du maire Paul-Émile Sarradin, donc dans la mouvance socialiste de la municipalité. Le Progrès de Nantes, quotidien fondé en 1881, est également un journal républicain.

4Face à cette presse républicaine, l’opposition de droite est représentée à Nantes par deux journaux. Le Nouvelliste de l’Ouest, fondé en 1891, est le journal d’un petit noyau de catholiques ralliés à un républicanisme modéré, dans un mouvement d’apaisement entre républicains, royalistes et monarchistes. Il a le soutien du clergé et de l’enseignement privé. L’Espérance du Peuple, journal royaliste nantais, fondé en 1866, est lu dans le quartier de la place Louis XVI et par une partie du clergé. Il dénonce l’action socialiste à laquelle s’ajoutent selon lui le complot maçonnique et la juiverie internationale. À côté de ces cinq quotidiens, il convient de citer L’Union bretonne, journal politique, commercial et littéraire de Nantes, devenu hebdomadaire en 1894 ; L’Hermine, revue littéraire et artistique de Bretagne ; ainsi que la Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou.

La condamnation du Sillon

5C’est dans ce contexte de l’après Rerum Novarum que Marc Sangnier, alors âgé de vingt ans, et quelques-uns de ses amis du collège Stanislas à Paris créent un centre de réflexion appelé « La Crypte », du nom d’un local du sous-sol du collège où ils tenaient réunion. Ce mouvement prend la dénomination de « Sillon » en 1899, organise des conférences, voire même des congrès. Le Sillon a le noble souci de la dignité humaine dont le premier élément est la liberté, entendue en ce sens que sauf en matière de religion, chaque homme est autonome.

6En Bretagne, le Sillon est officiellement fondé en 1904. Il a sa revue, L’Ajonc. Ses deux grands points d’appui sont Rennes et Brest. Les cercles sont particulièrement actifs dans le Finistère. Ceux-ci se retrouvent à Nantes avec un Institut populaire. Ils recrutent large parmi les artisans, les employés, les ouvriers, mais également les intellectuels, les bourgeois. Leurs liens avec le clergé sont étroits. De nombreux séminaristes et ecclésiastiques leur apportent leur appui. Le 25 août 1910, dans une lettre aux évêques et aux archevêques français que La Croix a été chargée de faire connaître au public, le pape Pie X condamne les théories du Sillon. L’Action française, qui n’est sans doute pas étrangère à cette condamnation, manifestera clairement sa satisfaction.

7Le Phare de la Loire du 11 août 1910, en première page sous le titre « Pie X contre la Démocratie », rappelle d’abord ce qu’est le Sillon. Puis il donne quelques extraits du texte de condamnation émaillés de menus commentaires critiques, comme : « Pie X commence par couvrir de fleurs les Sillonistes » ; « Mais cela est de l’eau bénite pour faire passer le reste » ; « Pie X accuse le Sillon d’encourager au nivellement des classes » ; « Le pape essaie de ramener le Sillon à sa politique rétrograde et convie les évêques à travailler à cette œuvre ». Le journal, enfin, publie des extraits de la presse parisienne, allant dans le même sens.

8Le Phare de la Loire du 31 août annonce la soumission de Marc Sangnier et celui du 1er septembre publie la lettre qu’il adresse au pape, « protestant contre l’intention qui lui est prêtée de fonder une Église plus universelle et espérant que sa soumission sera la preuve de l’inanité de ce reproche ». Le journal républicain publie également une interview de l’exabbé Dabry qui a quitté l’Église à la suite d’une condamnation par le souverain pontife des idées démocratiques qu’il professe, interview dans laquelle il attaque la décision du pape :

Entre Marc Sangnier qui croit au Christ en même temps qu’il est démocrate et L’Action française qui crie partout son athéisme, mais qui défend l’ordre social traditionnel, le capitalisme et la monarchie, le pape choisit L’Action française […]. Le document tout entier suinte la haine et l’horreur de la République et de la démocratie.

9Le Populaire n’est pas très bavard sur le sujet. Le 31 août, il parle de la lettre de Pie X aux évêques, précisant que « Le Sillon, dans sa forme actuelle, tend à l’établissement d’une religion catholique universelle entièrement séparée de l’autorité du pape et prêchée par les modernes évangélistes ». Le journal fait le même jour une revue de la presse parisienne.

L’Aurore ; « Malheur à celui qui veut marcher seul. C’est là le résumé de la lettre de Pie X adressée aux évêques ». Cette attitude, est-il besoin de le dire, ne nous étonne pas. « La lettre de Pie X montre toute l’intolérance du Vatican ». La Petite République conclut : « Il ne faut pas croire que nous allons plaindre M. Marc Sangnier et ses amis. Qu’ils s’arrangent avec l’Église comme bon leur semble ». […] « Il ne doit pas faire bon être catholique par le temps qui court ». Pour La Lanterne, « Avec le Sillon, c’est toute la démagogie chrétienne qui disparaît ».

10Le Populaire du 1er septembre transcrit la lettre de soumission de Marc Sangnier. Pendant tout le mois de septembre, la condamnation du Sillon va occuper une place importante dans les colonnes de L’Espérance du peuple. D’abord, le journal publie les 31 août et 1er septembre l’intégralité de la lettre de Pie X aux évêques condamnant Le Sillon. Il se réjouit de cette sentence « qui ne laisse place à aucune équivoque. Les évêques favorables au Sillon s’inclineront avec déférence ; les autres accueilleront avec une joie reconnaissante la parole libératrice ».

11Le journal rappelle qu’il avait combattu le sillonisme alors même que beaucoup hésitaient ou prenaient parti pour la nouvelle école. « Nous avons la consolation de n’avoir jamais été séduits par les « mots sonores » qui charmaient tant d’oreilles. Les ennemis de l’Église, eux non plus, ne s’étaient pas trompés et ils étaient favorables au Sillon en qui ils voyaient un allié inconscient. Aujourd’hui ils cachent mal leur dépit »

12L’Espérance du peuple, toujours le 1er septembre, commentant la lettre du pape sous la plume de H. A. Martin, montre son vrai visage.

Pie X condamne à plusieurs reprises les idées révolutionnaires, rend justice non seulement aux grands évêques, mais aussi aux grands monarques qui ont créé et si glorieusement gouverné la France. Nos rois sont donc bien vengés. […] Le programme social de Pie X est donc celui de Mgr le duc d’Orléans, représentant de la tradition française qui dit : « Conserver pour réformer, c’est tout mon programme ». […] Comment ne pas reconnaître que seule la doctrine royaliste répond aux conditions fixées par Pie X ? Comment ne pas mettre tout notre espoir dans l’accord de l’universelle vérité religieuse et de notre vérité politique pour le salut de la patrie ?

13Le Sillon était devenu le modèle et le symbole du « démocratisme pseudo-catholique » de plusieurs pays. Il encourageait, favorisait la tendance – déplorable selon L’Espérance du peuple – de certains prêtres, surtout des jeunes, à se lancer sans compétence et sans mission dans un démocratisme déclamatoire et convulsionnaire qui a répandu dans l’Église le trouble et la confusion. Les prêtres plus sages et plus expérimentés se sont vus bientôt méprisés et bafoués par de nouveaux venus qui, à vingt ans, prétendaient s’émanciper de toute direction, prétextant qu’ils se croyaient appelés à la mission de sauver l’Église. Ainsi, « L’encyclique détruit définitivement ces germes malsains. Le pape met la conscience des évêques à l’abri de tout scrupule puisque désormais les évêques choisiront les ecclésiastiques qui auront le droit de s’occuper des œuvres sociales ». Tout au long de la semaine, L’Espérance du peuple publie des lettres de soumission de Sillonistes à leurs évêques ou d’évêques acceptant le jugement de Pie X. Cette affaire sera encore reprise par le journal du 28 septembre sous un article intitulé « Le cas Trochu ».

14La Croix Nantaise, journal catholique paraissant le dimanche matin, traite bien sûr de la lettre du pape dans son édition du 4 septembre. « Le Saint-Père n’en veut pas aux personnes » écrit-il en substance, et « Sa lettre montre une grande affection pour les Sillonistes qui sont de bons pratiquants et montrent de la générosité envers la classe laborieuse. Pie X marche sur les traces de Léon XIII en ce qui concerne l’action sociale. Quant à la démocratie, l’Église laisse aux peuples la liberté de la choisir comme forme de gouvernement, mais elle ne jouit pas d’un privilège spécial ». Aussi le journal exhorte-t-il les évêques à s’intéresser aux souffrances de leurs ouailles et à l’action sociale et demande que des prêtres ayant une formation appropriée soient mis à la tête des œuvres d’action catholique. Le dimanche suivant, 11 septembre, La Croix Nantaise se réjouit de la soumission de Marc Sangnier.

15L’Express de l’Ouest, quotidien catholique fondé en 1906, rayonnant sur les départements de Loire-Inférieure et de Vendée et sur Cholet et Bressuire, publie le 31 août l’intégralité de la lettre du pape précédée d’une analyse dans laquelle il est montré que « Le Sillon tend à la propagation dans la démocratie des idées nocives des prétendus philosophes du xviiie siècle et propage de graves erreurs pouvant amener le renversement des bases naturelles et chrétiennes de la société, séparant l’Église de l’Évangile et alliant le démocratisme à l’établissement d’une Église libre selon le goût des évangélistes modernes ». Le journaliste termine son article en espérant que les chefs catholiques du Sillon et les membres catholiques de cette organisation sauront comprendre la grande leçon qui vient de leur être donnée et qu’ils se retrouveront unis désormais avec tous les catholiques, leurs frères, dans une filiale obéissance au pape et aux évêques.

16L’Express de l’Ouest des 1er et 11 septembre, dans des articles intitulés « Autour du Sillon », donne régulièrement les suites de cette affaire en publiant la lettre de soumission de Marc Sangnier, la dissolution du Sillon, la lettre de l’évêque de Nantes, la soumission des Sillonistes de Rennes, Brest, Vannes et Angers.

17L’Ouest-Éclair, dans son numéro du 30 août, reproduit le texte de la lettre du Saint Père publiée dans La Croix et, le lendemain, la déclaration faite par Marc Sangnier à un rédacteur des Débats dans laquelle il dit sa surprise et sa peine mais précise qu’en présence des injonctions formelles que l’Encyclique pontificale contient, il s’incline respectueusement. « Toutes les fois que le Pape donnera ainsi des ordres comme chef de la Religion, il sera obéi ». Le journal conclut ainsi son article : « L’heure est dure pour M. Marc Sangnier. Il ne cache pas l’amertume qu’il éprouve. Mais, catholique fervent, il est heureux d’avoir fait le sacrifice qu’il fait en se soumettant au Pape et qu’il offre au Christ ».

18Emmanuel Desgrées du Loû, dont on sait qu’il est proche des idées du Sillon, écrit dans l’éditorial du 2 septembre que Marc Sangnier a jeté dans son « admirable » lettre toute son âme « loyale, fervente et chrétienne », que son acte de soumission est en même temps un acte de foi agnifique. Le directeur politique de L’Ouest-Éclair termine ainsi son article, reprenant les idées sillonnistes :

Je ne pense pas qu’après quarante années de République et alors que la démocratie française a si souvent et si énergiquement affirmé sa volonté de rester républicaine, on puisse se bercer de l’illusion monarchiste et réactionnaire. Bon pour ces messieurs de l’Action française ce rêve ou, comme ils s’expriment, cette nuée. Les catholiques français seront, s’ils le veulent, démocrates et républicains et, puisque la religion leur en laisse le droit, je n’aperçois aucune puissance au monde qui puisse les en empêcher. J’ose même ajouter qu’ils seront d’autant moins molestés et d’autant plus libres qu’ils se montreront plus soucieux de s’accorder avec le sentiment national, avec les préférences républicaines de la quasi unanimité de leurs compatriotes. Ce sont là constatations de faits et vérités de bon sens.

L’interdiction de l’Action française en 19263

  • 3 Sur cet épisode, voir Faugeras Marius, Enquête sur la condamnation de l’Action Française par l’Égl (...)

19Mouvement politique fondé en 1899 et composé à l’origine de républicains antidreyfusards, l’Action Française représente le courant favorable à l’autorité, la hiérarchie, la discipline et se fait le champion du « nationalisme absolu et intégral ». Sous l’influence de Charles Maurras il évolue vers une monarchie « héréditaire, antiparlementaire et décentralisée ».

20Avec Maurras, ses chefs sont Léon Daudet et Jacques Bainville. Ils écrivent dans le journal quotidien L’Action française des articles contre le régime républicain et pour la défense de l’église catholique qui attirent la sympathie de nombreux intellectuels de l’époque : Paul Bourget, Pierre Gaxotte, Jacques Maritain, Georges Bernanos, ces deux derniers à leurs débuts. Après 1918, l’Action française combat la politique de réconciliation franco-allemande d’Aristide Briand.

21Pie X avait déjà condamné en 1914 les doctrines de l’Action française. Le 29 décembre 1926, la Sacrée Congrégation du Saint-Office condamne et met à l’Index les œuvres de Charles Maurras et interdit L’Action française. Pie XI précise que le journal royaliste entretient l’agitation dans les esprits en France et qu’il n’est pas permis aux catholiques d’adhérer ou de coopérer à des programmes ou à des écoles mettant la politique avant la religion. Il félicite le cardinal-archevêque de Bordeaux, Mgr Andrieu, qui, dans La Semaine religieuse du samedi 23 octobre 1926, avait répondu à une question posée sur l’Action française par un groupe de jeunes et donné entre autres raisons de sa position les arguments suivants :

Les dirigeants de l’Action française se sont occupés de l’Église. Quelle idée en ont-ils ? Ils repoussent tous les dogmes qu’elle enseigne. Elle enseigne l’existence de Dieu, et ils la nient, car ils sont athées. Elle enseigne la divinité de Jésus-Christ, et ils la nient, car ils sont anti-chrétiens. Elle enseigne qu’elle a été fondée elle-même par le Christ, Dieu et Homme, et ils nient son institution divine, car ils sont anti-catholiques, malgré les éloges parfois très éloquents qu’ils décernent à l’Église, dans un but qui n’est peut-être pas tout à fait désintéressé.

22Le Phare de la Loire ne prend pas position. Dans son éditorial du 1er janvier 1927, il relate la décision du Pape, conjure les condamnés de réfléchir et, connaissant leur foi et leur ardent désir de servir l’Église et la France, de ne pas persister dans la voie où ils se sont engagés. « Non possumus » ont-ils dit. Parole de révolte… Mais aussi, s’ils le veulent, parole de fierté et de soumission.

23L’Écho de la Loire, journal d’union nationale et catholique, apporte son soutien à la décision du Saint-Siège. Dès le 21 décembre 1926, en première page, il retranscrit une allocution du Saint Père parlant de l’Action française qui « entretient l’agitation dans les esprits en France » et précise qu’ » il n’est pas permis aux catholiques d’adhérer ou de coopérer à des programmes ou à des écoles mettant la politique avant la religion », pas plus que « de soutenir, de favoriser et de lire les journaux dirigés par des hommes dont les publications sont condamnables selon le dogme et la morale catholique ».

24Quelques jours plus tard, le 28 décembre 1926, également en première page, il donne un compte rendu de l’allocution du nonce apostolique, Mgr Maglione, au cours d’une réception en l’église de la rue de Sèvres, à Paris, sur le devoir d’obéissance : « devoir pour tous les catholiques sincères d’obéissance absolue et confiante au Pape, non seulement d’obéissance générale, mais d’obéissance particulière dans les circonstances présentes où le Pape, Docteur de la Foi, a parlé ». Dans son éditorial du mardi 18 janvier 1927, sous le titre « Politique catholique », l’Écho de la Loire précise clairement sa position : d’abord, « tous les catholiques ne peuvent accueillir cette condamnation et s’y soumettre qu’avec le respect filial dû à l’autorité dont elle émane », et surtout « maintenir au-dessus de la mêlée des partis le drapeau de la politique catholique ; faire en sorte qu’il ne reçoive aucune atteinte des luttes actuelles, le garder comme un emblème d’Union et de Victoire ».

25L’Ami de la Vérité, hebdomadaire royaliste fondé par Emerand de la Rochette, est encore plus net. Dans son éditorial du 23 janvier, Tony Catta n’hésite pas à apporter « sa sympathie émue » à l’Action française et à ses chefs « qui ont mené tant de belles campagnes pour l’Église et pour le Monarchie »Il conclut son article par une exhortation à l’obéissance :

S.S. Pie XI a pris soin, à plusieurs reprises, de bien spécifier que les catholiques français restaient libres dans leurs opinions politiques. S’il a condamné l’Action française pour certaines violences de langage et pour des erreurs philosophiques de certains de ses membres, il n’a en rien condamné le principe monarchiste qui reste pour notre France un principe de salut. Plus que jamais attaché à ce principe – mais également fidèle au sens catholique et à l’obéissance au Saint-Siège – l’Ami de la Vérité poursuivra donc son œuvre et son chemin qui l’a toujours conduit à l’Honneur et au Bon Droit. Catholiques et Royalistes, nous l’étions. Catholiques et Royalistes nous le demeurerons plus que jamais – pour le salut de la France – par l’accomplissement du Règne de Dieu dans notre Patrie !

26La Croix Nantaise, est un hebdomadaire politique, littéraire et agricole, qui porte comme en-tête « Dieu protège la France » et présente en haut de la première colonne un Christ en croix sur lequel est inscrit « Adveniat regnum tuum ». Il faut attendre le dimanche 16 janvier pour lire en première page dans la rubrique « Les faits de la semaine », sous le titre « Religieux » et le sous-titre « Décision de Rome » : « Le Souverain Pontife vient de promulguer la mise à l’Index du journal L’Action française et d’un certain nombre des ouvrages de son directeur politique, Charles Maurras ».

27En page 2, un article intitulé « Le pape et l’Action française » reproduit sans commentaire le texte du décret de la Suprême Congrégation et du Saint-Office tel qu’il est paru dans le journal La Croix. En revanche, Le Populaire, profitant de cette condamnation papale, attaque de plus belle Charles Maurras et l’Action française. Son rédacteur en chef, Gaston Veil, s’en donne à coeur joie et relate le refus de Charles Maurras de s’incliner devant la décision du Saint-Siège. Le lundi 27 décembre, dans son éditorial et sous le titre « Un nouveau pape », il ironise :

C’est le schisme dans toute son horreur. Il y a à Rome un pape pour les catholiques du monde entier. Mais il y a à Paris un autre pape, M. Charles Maurras, pour les catholiques français. Depuis longtemps je me doutais que M. Charles Maurras visait cette place. Il se croit appelé aux plus hautes destinées. Il ne pouvait s’agir pour lui de devenir Président de la République, ce qui est le mieux qu’on aurait pu lui offrir dans notre pays dans l’état actuel des choses. Mais M. Charles Maurras méprise tout ce qui est républicain. Il a donc entrepris de devenir pape, et le voilà sacré de ses propres mains. On n’est jamais si bien servi que par soi-même.

28Pour L’Ouest-Éclair, la condamnation de L’Action française est une victoire. Depuis vingt-cinq ans, s’appuyant sur la doctrine sociale de Léon XIII, le journal cherche à faire passer ses idées démocratiques, associant catholicisme et action sociale. Presque chaque jour à partir du lundi 27 décembre 1926, des articles évoquent la condamnation de L’Action française. Le jeudi 30 décembre, L.A. Pagès, dans son éditorial en première page, écrit :

Le pape Pie XI vient d’accomplir un acte historique. […] Il vient d’affranchir [les catholiques de France] d’un joug mortel sous lequel beaucoup s’étaient aveuglement précipité. Il vient de les arracher à l’atmosphère de sarcasmes, d’injures, de calomnies, de haine dans laquelle une secte de fanatiques les avaient entraînés, et pour ainsi dire plongés. Il semble qu’un concert de gratitude devrait s’élever de la presse catholique française à l’égard du « Père commun ». Nous constatons avec un profond étonnement qu’il n’en est pas ainsi.

29C’est dans les premières pages de tous les journaux que se trouvent ces articles et ces prises de position. La « Chronique locale » reste muette. L’Ouest-Éclair donne bien les réactions de l’évêque de Saint-Brieuc, puis de l’évêque de Sées, ou encore une adresse au pape des professeurs de l’Institut catholique de Toulouse qui, comme le nonce apostolique l’avait fait à Paris, insistent sur le devoir, pour tous les catholiques sincères, d’obéissance absolue. Mais aucun commentaire n’émane de l’évêque de Nantes. Celui-ci n’apparaît pas à l’Assemblée générale des Chefs de famille du diocèse de Nantes dont L’Ami de la Vérité, dans son numéro du 30 janvier 1927, fait une relation détaillée. Il est vrai que Mgr Le Fer de la Motte est connu pour ses idées proches de celles de l’Action française et qu’il doit être mal à l’aise face à cette condamnation romaine.

30Le seul communiqué en provenance de l’évêché, cité dans La Semaine Religieuse du 23 octobre 1926, avait été l’engagement donné par le capitaine de vaisseau de Kertanguy, au nom des sections Action française de la Loire-Inférieure, que ses membres :

ne suivront pas aveuglément les dirigeants de L’Action française dans les choses qui regarderaient la foi ou la morale. Ils auront, plus que jamais, le souci d’établir leur politique en conformité parfaite avec la doctrine de l’Église. Ils seront heureux de voir soumis au contrôle de l’autorité ecclésiastique qualifiée les principes directeurs de la politique de L’Action française dans leurs rapports avec le dogme et la morale catholique.

31Mgr Le Fer de la Motte précisait alors qu’il « a reçu avec plaisir, mais sans surprise, cette affirmation. Car, à Nantes, beaucoup de catholiques d’Action française comptent parmi les plus dévoués de nos diocésains »

L’implantation de L’Ouest-Éclair en Loire-Inférieure

32On rappellera d’abord que la première édition proprement nantaise ne paraît qu’en mars 1915. Une enquête sur les questionnaires des visites pastorales aux Archives diocésaines nous montre qu’en 1927, sous l’épiscopat de Mgr Le Fer de la Motte, L’Ouest-Éclair est classé dans la « mauvaise presse ». Ainsi, dans la paroisse de Guenrouët, la réponse à la question sur la presse est : « Près de 300 bons journaux sont vendus chaque dimanche ; L’Ouest-Éclair trouve encore un certain nombre de lecteurs ». Dans la paroisse Saint-Nicolas de Châteaubriant, la réponse est encore plus brutale : « La mauvaise presse est très répandue, depuis L’Ouest-Éclair jusqu’à L’Humanité. Elle est combattue fermement par une association de Bonne Presse et par Le Courrier de Châteaubriant, hebdomadaire franchement catholique et répandu dans la ville seule à près d’un millier d’exemplaires ». Dans la paroisse de Guérande : « La mauvaise presse quotidienne l’emporte sur la bonne ; mais la bonne presse hebdomadaire l’emporte de beaucoup sur la mauvaise. Je range Le Phare de la Loire dans la mauvaise presse. Chaque année, on fait une propagande sur la bonne presse en portant La Croix gratuitement à domicile dans toutes les familles pendant quinze jours ».

33En revanche, dans la paroisse de Blain, on nous dit que : « L’Ouest-Éclair est très répandu, que les mauvais journaux lus sont : Le Populaire, parmi les employés des chemins de fer, Le Phare, dans la société [ !] et Le Petit Parisien, en petit nombre ». Et à Saint-Etienne-de-Montluc : « Le Phare et L’Ouest-Éclair ont pas mal de lecteurs, Le Populaire, moins. Tous nos efforts sont faits pour répandre La Croix et L’Écho de la Loire ».

34Dix années plus tard, sans doute sous l’influence de Mgr Villepelet, Le Phare et L’Ouest-Éclair sont mis dans une catégorie intermédiaire : « la presse neutre ou soi-disant neutre ». Ainsi, la réponse au questionnaire sur la presse dans la paroisse de Saint-Gohard, canton de Saint-Nazaire : « La presse qui prétend être neutre, Le Phare et L’Ouest-Éclair, est celle qui a la vogue. Des efforts réels sont faits pour répandre la bonne presse. Ils n’ont pas tout le succès désirable ». Dans la paroisse de Bonnœuvre, canton de Saint-Mars-la-Jaille : « Le journal Le Phare de la Loire est lu chaque jour par une douzaine de personnes ; L’Ouest-Éclair, soi-disant neutre, est reçu dans quelques familles ; L’Écho de la Loire a peu de lecteurs quotidiens ». Dans la paroisse même de Saint-Mars-la-Jaille, « le journal quotidien le plus répandu est L’Ouest-Éclair […] Il ne semble pas que les familles pratiquantes reçoivent le mauvais journal ».

35On voit donc que L’Ouest-Éclair ne bénéficie pas, pour son implantation et sa diffusion, de l’aide et de l’appui du clergé du diocèse. Aux yeux des habitants de la Loire-Inférieure, L’Ouest-Éclair reste un journal rennais aux informations locales moins riches et moins détaillées que dans la presse nantaise. Il n’en est rien en réalité. Si l’on compare les nouvelles imprimées au jour le jour, on constate que L’Ouest-Éclair n’est pas en reste. Nous avons pris l’exemple de la période du 1er au 8 mai 1928 : L’Écho de la Loire, le Phare, aussi bien que L’Ouest-Éclair, consacrent chacun sept à huit colonnes aux informations locales. Si chacun de ces quotidiens réserve une place prioritaire à ses tendances spécifiques, l’actualité nantaise et régionale y est présente. Bien sûr, on peut lire dans les colonnes de L’Écho de la Loire, le grand quotidien clérical de la Loire-Inférieure, des articles sur la fête des saints Donatien et Rogatien à la cathédrale, la journée liturgique à Saint-Nicolas, les conférences du R.P. Coulet, ou encore le pèlerinage de Notre-Dame-du-Marillais, manifestations peu ou pas développées dans les autres journaux.

36De même, dans L’Ouest-Éclair, on peut constater que les nouvelles maritimes, qui ont fait en partie son succès en Bretagne, tiennent une place importante. Ainsi, le vendredi 4 mai 1928, le journal donne sous la rubrique « Marine de guerre », le nom de tous les officiers ou matelots qui font mouvement : embarquements, affectations, débarquements, spécialisations, etc. et traite des différentes activités maritimes : paquebots et vapeurs long-courriers, vapeurs et voiliers caboteurs, grande pêche, pêche hauturière, petite pêche et marchés au poisson.

37L’Ouest-Éclair s’intéresse également à la vie sportive. Mais toutes ces informations, les Nantais les trouvent dans leur Phare de la Loire qu’ils ont l’habitude de lire d’autant que, sous l’influence de Maurice Schwob, le Phare s’est transformé et la rédaction imaginative ne cesse d’évoluer. Ainsi, ce même lundi 7 mai 1928, la chronique locale s’étale sur neuf colonnes et leur apprend : la vie à Nantes, la température, les coups de couteau, l’effort charitable de chaque jour à l’Hôtel-Dieu, le cadavre d’une femme au fil de l’eau, les routes à éviter, le marin dévalisé par cinq individus, les vols de linge qui recommencent, la brute qui jette sa femme du premier étage, l’enquête sur le crime de La Ravaudière en Bouguenais, le palmarès et les récompenses aux meilleurs élèves des cours compagnonniques, la fête nationale de Jeanne d’Arc, deux collisions d’autos, le banquet de l’orphelinat des chemins de fer, le centenaire de la Société d’horticulture, ainsi que la revue des spectacles, des fêtes, concerts et bals. À la page sportive, le lecteur peut trouver tous les résultats concernant la fête d’éducation féminine (ignorée de L’Ouest-Éclair), le cyclotourisme, la raquette, la balle au panier, la Coupe de France de football, le championnat de France de rugby, l’automobile, le 34e Bordeaux-Paris, le ballon ovale, le hockey, la natation, la course à pied, la vie hippique, le ballon rond, la gymnastique et « Sur les vélodromes ». Ainsi les Nantais n’ont aucune raison de changer de quotidien et l’on comprend que L’Ouest-Éclair, qui n’est pas soutenu par le clergé, ait beaucoup de difficultés à s’implanter dans le département et ses ventes restent très faibles jusqu’à la Seconde Guerre mondiale : 8 000 exemplaires pour l’ensemble du département en 1912 et seulement 3 000 de plus en 1930 (soit 11 037 exemplaires). Dans le vignoble, comme dans le Maine-et- Loire, l’implantation d’Ouest-Éclair peut être considérée comme nulle. Les Nantais sont fidèles et demeurent très attachés à leurs journaux locaux, et plus particulièrement au Phare de la Loire.

Notes

1 Pour un exercice identique, concernant cette fois Ouest-France, cinquante ans après, voir : Beloeil Dominique, La réception du concile Vatican II dans les médias : l’exemple du diocèse de Nantes (1959- 1965), thèse de doctorat, Univ. de Nantes, 1998.

2 Sur le contexte nantais, voir BOIS Paul (dir.), Histoire de Nantes, Privat, Toulouse, 1977 ; Bernard Yveline, L’épiscopat de Mgr Rouard, évêque de Nantes de 1896 à 1914. Mémoire de maîtrise, Nantes, 1989.

3 Sur cet épisode, voir Faugeras Marius, Enquête sur la condamnation de l’Action Française par l’Église catholique au pays nantais, in Enquêtes et documents, Nantes, 1980 ; Hervy Michel, L’épiscopat de Mgr Le Fer de la Motte, évêque de Nantes de 1914 à 1935, Mémoire de maîtrise, Nantes, 1990 ; Paillat Claude, Dossiers secrets de la France contemporaine — tome II, La victoire perdue - 1920- 1929, Robert Laffont, Paris, 1980, chap. 32.

Auteurs

Université Permanente De Nantes, sous la direction de Marcel Launay
Université Permanente De Nantes, sous la direction de Marcel Launay
Université Permanente De Nantes, sous la direction de Marcel Launay
Université Permanente De Nantes, sous la direction de Marcel Launay

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540