Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ouest-Éclair

 | 
Michel Lagrée
, 
Patrick Harismendy
, 
Michel Denis

Troisième partie. Le journal et son contenu

Chapitre 12. La femme dans L’Ouest-Éclair entre les deux guerres

Virna Cogo-Sternberg

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Duby Georges, et Perrot Michelle, Histoire des femmes en Occident, t. 5, Paris, Plon, 1992, 644 p. (...)

1L’histoire des femmes est essentiellement faite de représentations1. C’est la raison pour laquelle son étude à travers un journal présente un intérêt essentiel ; L’Ouest-Éclair constitue un miroir – certes orienté – de la société. Le reflet de la femme à travers le quotidien offre ainsi une idée de la place et des rôles du sexe féminin dans la vie quotidienne.

2Cette étude devient de plus en plus captivante à mesure que l’on approche de la seconde guerre mondiale. Tandis qu’au début du xxe siècle la femme ne demeure que la pâle ombre de son époux, suite à la première guerre mondiale, dans les années vingt, Ève devient «  garçonne ». Une nouvelle vision de la femme apparaît. De la première guerre mondiale à nos jours, le statut de la femme aura évolué à une allure jamais égalée dans l’histoire occidentale.

3L’Ouest-Éclair contribue justement à éclairer les faits et causes qui, progressivement, feront que quelques années plus tard, la femme accèdera enfin à une reconnaissance des plus légitimes, puisque pilier de la démocratie : l’obtention du droit de vote.

Côté privé2

  • 2 Sohn Anne-Marie, Les rôles féminins dans la vie privée à l’époque de la Troisième république, rôle (...)

4De la jeune fille modèle à l’épouse, de la ménagère à l’élégante, L’Ouest-Éclair s’attarde longuement sur un modèle de femme idéale. C’est dans les rubriques féminines que sont surtout abordés ces thèmes de la vie privée du beau sexe.

La jeune fille modèle

5On la souhaite douce, ingénue et calme. Toutes sortes de conseils et de renseignements sont promulgués dans les rubriques féminines à l’adresse des mères soucieuses et des adolescentes. Concernant les études, on pousse de plus en plus les jeunes filles en fleur vers une formation professionnelle. C’est ce qu’affirme l’Oncle Louis, le 28 novembre 1930, donc au lendemain de la crise de 1929, dans la rubrique «  Professions et carrières féminines » :

Quoi qu’il en soit, un double fait s’impose : d’une part les jeunes filles doivent envisager l’éventualité de ne pas se marier et d’avoir à ne compter que sur elles-mêmes pour assurer leur existence matérielle ; d’autre part, elles doivent savoir que dans bien des foyers le salaire du chef de famille est insuffisant et la femme obligée, en conséquence, d’aller accroître le contingent des salariés.

6Mais il nuance un peu plus loin cette affirmation en précisant que le travail de la femme risque d’engendrer aussi des coûts et des ennuis pour le couple… Parmi les carrières féminines les plus conseillées : surintendante d’usine, dentiste, vendeuse, herboriste et photographe !

7Quant à l’éducation morale, c’est surtout Annie qui s’en charge. Sa perception des rôles de la femme demeure des plus traditionnelles. Dans les années trente, elle affirme qu’ » il est de l’essence féminine d’être une créature de complément », ou encore que « la femme, de par sa nature, son rôle, son infériorité de culture en général […] a quelque chose de passif qu’il lui faut secouer ». Annie se révolte contre le chemin qu’empruntent les demoiselles de l’entre-deux-guerres : « le type standard […], regardez, il est partout : cheveux platinés, sourcils peints, lèvres rouges, ongles sanglants, intonations vulgaires […] ». Bref, pour le quotidien breton, la jeune fille doit être simple, naturelle et fière sans être prétentieuse… afin de devenir une épouse parfaite.

Épouses soumises et insoumises

8Pendant l’entre-deux-guerres, c’est le libre choix du conjoint qui devient la règle. Les mariages arrangés se font de plus en plus rares face aux mariages d’inclinaison. Aussi le 6 février 1933, L’Ouest-Éclair publie un communiqué du gouvernement annonçant que les fiancés majeurs peuvent désormais se marier sans l’autorisation de leurs parents.

9Cependant, une fois mariée, la femme est considérée comme une mineure par le Code Civil de 1804, complètement dépendante de son époux. Sans son autorisation, elle ne peut pas s’inscrire à un barreau ni à une faculté, pas plus exercer une profession, obtenir son passeport ou son permis de conduire, etc. Sur ses biens, l’incapacité n’est pas moindre ; l’épouse ne peut ni donner, ni vendre, ni hypothéquer sans l’autorisation de son mari. Ce statut juridique posa d’ailleurs quelques problèmes durant la guerre 1914-1918. Les hommes étant au front, les femmes ne pouvaient bien évidemment pas obtenir des autorisations de leur mari. Aussi une loi fut promulguée en 1915 d’après laquelle en l’absence du mari la femme devait avoir l’autorisation de la justice pour agir.

10« Offrez un visage paisible, un front serein à celui qui rentre, le front soucieux […] Contez-lui les menus faits de la journée, le mot drôle de bébé […]. Mais s’il préfère le silence de son bureau, n’insistez pas, respectez ce besoin de l’homme fatigué » ; voici en quelques lignes le portrait de l’épouse idéale d’après un journaliste de L’Ouest-Éclair en 1935.

11Malgré ce modèle dominant de la bonne épouse, les femmes « en rupture » avec le cadre matrimonial traditionnel sont nombreuses dans la société française de l’époque : célibataires, veuves, divorcées, concubines apparaissent pourtant comme marginales dans le quotidien breton. Les veuves de la Première Guerre mondiale sont vite retombées dans l’oubli. Quant aux concubines, on en rencontre parfois dans les faits divers. Mais le journal demeure assez silencieux et porte peu de jugements. Pourtant, sous les plumes féminines, on remarque une évolution. En 1916, Marthe Dupuy écrit dans L’Ouest-Éclair :

Ce serait se leurrer de croire que la citadine d’aujourd’hui est attirée autant que celle d’autrefois vers la vie conjugale […] Plus apte à gagner sa propre existence que ne l’était la femme de jadis, la femme actuelle réfléchit plus avant de s’engager et cette réflexion se prolonge souvent jusqu’au jour du célibat irrémédiable. Célibat condamnable car il est la forme d’un concret et lucide égoïsme.

  • 3 Femmes de Bretagne, images et histoire, sous la direction d’Alain Croix et Christelle Douard, Renn (...)

12Mais c’est surtout la séparation de corps ou le divorce qui constitue le plus grand objet d’inquiétude de L’Ouest-Éclair. Pourtant la Bretagne fait partie des régions peu touchées, contrairement aux zones plus urbaines3. Alors que dans l’Aube, on compte en 1936-1938 plus de 45 divorcées pour 10 000 femmes mariées, elles sont moins de 15 en Bretagne… En 1939, on compte à Rennes 21 divorces pour 1 162 mariages.

13En 1930, notre chère Annie livre ses états d’âme dans les colonnes de L’Ouest-Éclair : « Il y a des scandales, des divorces, des remariages parfois à n’en plus finir. La grande vie des foyers s’en va, celle aussi des berceaux ; demain, ce sera celle des races familiales et peut-être celle du pays… »

Un rôle exclusif : la mère

  • 4 Thebaud Françoise, Quand nos grands-mères donnaient la vie, la maternité en France dans l’entredeu (...)

14L’entre-deux-guerres, suite à la crainte de la dénatalité résultant d’une fécondation de plus en plus contrôlée, connaît une large diffusion de la puériculture et un renforcement général de l’encadrement médical des nouveau- nés. L’instinct maternel et les traditions cèdent devant « l’élevage rationnel » des enfants4. Et L’Ouest-Éclair participe au mouvement.

15La maternité contrôlée, voire la maternité refusée, le journal la constate avec dépit à travers les faits divers et de multiples articles exprimant une inquiétude croissante face à la dénatalité de cette France malthusienne. Tandis qu’en 1928 le taux de natalité s’élève à 18,3 naissances pour 1 000 habitants, il est de 14,6 en 1938. La fécondité des Françaises n’est plus à même d’assurer le renouvellement des générations. Les éditorialistes s’alarment : « Si les berceaux continuent en France à baisser, notre pays, en 1960, aura perdu au moins le tiers de sa population ». En 1939, Paul Simon constate à la une : « La crise de dénatalité dont nous souffrons présentement est, pour une large part, l’inévitable rançon de tout ce qui a été tenté depuis 50 ans pour déchristianiser la France ».

16Les cas d’infanticides relatés dans le journal sont innombrables. Pourtant, en 1938, un auteur anonyme prend la défense de ces femmes en détresse dans les colonnes du quotidien :

Elles ont, dans un moment d’aberration et d’égarement, supprimé l’enfant né d’amours illégitimes. Devant la loi, elles sont seules responsables… Devant l’opinion publique et, quelquefois devant un jury, elles ne sont point seules coupables ; leur complice, souvent leur séducteur, si vil et si lâche soit-il, ne sera pas inquiété…

17L’Ouest-Éclair accorde une place essentielle à la mère et au nourrisson. Il rend compte aux lectrices des différentes lois d’assistance et d’encadrement, et surtout, il fournit d’innombrables conseils dans les rubriques féminines quant à l’hygiène et à l’alimentation des enfants. La peur de la dépopulation pousse à la politique hygiéniste et sociale à travers la formation et l’aide aux mères. Le quotidien breton prend la vague. Eugène le Breton se révolte dans un éditorial :

Il serait curieux de savoir combien de jeunes mères en France font de la « puériculture pratique » du docteur Variot leur livre de chevet. Très peu assurément, car dans le cas contraire, nous n’aurions pas à rougir, nous, Français, toutes les fois que nos yeux s’arrêtent sur les statistiques de la mortalité infantile.

18Les conseils prodigués dans L’Ouest-Éclair concernent avant tout les femmes enceintes. Puis l’hygiène de bébé, son alimentation, ses besoins vestimentaires, son sommeil ou encore des encouragements à la stérilisation des biberons. La mère et le nouveau-né acquièrent ainsi une place nouvelle, non seulement dans L’Ouest-Éclair, mais dans la société tout entière, à cause de cette crainte omniprésente du malthusianisme.

19Le journal s’intéresse aussi de très près à l’éducation des enfants, toujours principalement au travers des rubriques féminines. Les journalistes donnent aussi bien des directives en matière de santé que d’hygiène, de mode ou d’éducation scolaire ou morale. Des articles recommandent aux mères de ne pas laisser leurs chérubins tête nue, les guident sur les rations alimentaires nécessaires pour leur croissance, ou leur conseillent de les faire profiter du grand air. Pour les jeunes filles, les médecins éclairent même les mères dans les lignes du journal afin d’être les plus pédagogues possible lors de leur formation et de leur menstruation, l’âge moyen des premières règles se situant approximativement en 1900-1950 vers 13,9 ans.

20En matière d’éducation morale, il semble que nous assistons dans l’entre-deux-guerres au passage d’une éducation fondée sur l’autorité et l’obéissance indiscutée à des rapports privilégiant la discussion et le raisonnement. Ce bouleversement des pratiques éducatives est certainement lié à une nouvelle affection portée envers l’enfant, résultant d’une diminution de leur nombre au foyer.

La mode des coquettes5

  • 5 Delbourg-Delphis Marylène, Le chic et le look, histoire de la mode féminine et des mœurs de 1850 à (...)

21Le corps de la femme occupe également une très large place dans L’Ouest-Éclair, et plus spécialement la mode vestimentaire. La première guerre développa une certaine animosité de la gent masculine vis-à-vis de la mode féminine, qualifiée d’indécente. Les jupes courtes – au genou – étaient ainsi considérées de fort mauvais goût dans les colonnes de L’Ouest-Éclair, comme dans celles du Nouvelliste de Bretagne. Dans une rubrique de mode en 1920, une journaliste conseille aux lectrices des manteaux nantis de parements de fourrure pour l’hiver, et des robes évasées et « courtes », mais pas trop quand même ; « Les décolletés excessifs sont pour les mannequins de cire et non pour toute femme ayant le souci des convenances. Pour les femmes qui se parent ainsi, on change de sens : ce n’est plus s’habiller mais se déshabiller qu’il faut dire ».

22Puis le vent tourne. « Après avoir joué pendant quelques années aux jeunes garçons, il semble que les femmes redoublent actuellement de féminité » affirme une publicité de L’Ouest-Éclair en 1930. En effet, la crise consécutive au krach boursier de 1929 entraîne un retour aux valeurs traditionnelles, notamment celles de féminité. Les jupes rallongent, les cheveux aussi. Les couturiers jouent beaucoup sur les volumes et les transparences vaporeuses. Finie l’allure androgyne ! Le maître mot des années 1930 est l’élégance. Avec ce retour aux traditions, le corset fait sa réapparition – quel symbole ! Dans L’Ouest-Éclair, toutes les journalistes de mode le prônent, et les publicités sont innombrables, comme pour celui du fabricant Roussel, qui change « les lignes défectueuses » en « courbes gracieuses ». Le temps des années folles où l’on s’acharnait à escamoter les poitrines est bien révolu. Celle-ci est désormais relevée par un léger sous-vêtement : le soutien-gorge moderne. Par ailleurs, l’influence de la pratique du sport dans les années 1920-1930 amène la diffusion de trois nouvelles sortes de vêtements révolutionnaires : le maillot de bain, le short et le pantalon. Les rédactrices de mode de L’Ouest-Éclair ne sont pas emballées : « Laissons donc le pantalon à la chevalière Éon, à George Sand et à Marlène Dietrich ».

23Ainsi, les dix années qui précèdent la deuxième guerre mondiale voient la garçonne de Victor Margueritte bel et bien volatilisée au profit d’une féminité retrouvée dans toute sa splendeur. C’est alors un stéréotype de la femme idéale dans ses rôles privés qui triomphe dans les rubriques féminines de L’Ouest-Éclair, certainement très éloigné de la femme de l’entredeux- guerres en général, et encore plus de la femme bretonne. Il est possible que la lectrice d’alors – le schéma se retrouve aujourd’hui au travers de la presse féminine –, recherchait à s’évader de son quotidien routinier à travers ses lectures, contemplant comme une vitrine ces rêves tous plus raffinés les uns que les autres.

Côté public

24Ce chapitre nous ramène bien plus à la réalité que le précédent. La plupart des articles relatifs aux rôles féminins « publics » trouvent davantage leur place au sein des pages d’information de L’Ouest-Éclair, bien que la femme y soit numériquement moins présente que dans les rubriques féminines. À croire que ces rôles externes au foyer soient plutôt gênants, voire tabous pour les mentalités d’alors, puisqu’opposés à l’idéal féminin de l’époque.

La travailleuse

  • 6 Sullerot Évelyne, Histoire et sociologie du travail féminin, Paris, Gonthier, 1968, 397 p.

25« La guerre a eu raison des tapisseries interminables et des ouvrages inutiles » analyse Renée Jardin dans un éditorial de 1930 intitulé La Française au travail. Plus loin elle ajoute : « Le tableau de leur activité dans la société d’aujourd’hui est véritablement impressionnant ». Et elle a raison : la France est alors un des pays où les femmes sont les plus nombreuses sur le marché du travail6. De 1906 à 1946, les Françaises constituent 36,6 à 37,9 % de la population active. Ce qui leur sera d’ailleurs reproché au cœur de la crise économique, le travail féminin se faisant alors l’enjeu d’une réelle bataille idéologique.

26Bien que la femme ait acquis son statut de travailleuse lors de la révolution industrielle, ce n’est qu’en 1907 qu’une loi l’autorise à exercer une profession séparée de celle de son mari, et lui donne le droit de toucher et de disposer de son salaire. Les métiers qui ne « dérangent » pas sont alors ceux qui s’inscrivent dans le prolongement des fonctions naturelles de la femme, c’est-à-dire le travail à domicile, les fonctions maternelles et ménagères. Ce sont également ceux qui mettent en œuvre des qualités « innées », physiques et morales, attribuées à la femme : la souplesse du corps, l’agilité des doigts, la patience, la douceur, ou l’organisation. Aussi, ce sont elles qui s’essaieront les premières au taylorisme.

27L’Ouest-Éclair rentre dans ce schéma. On y recommande les fonctions de surintendante d’usine, d’infirmière (surtout suite à la première guerre mondiale), de sage-femme, de coiffeuse, de dentellière… Mais pas seulement. Suzanne Grinberg, vers 1930-1931, se montre bien plus audacieuse, étant elle-même avocate. Elle ose, et le journal publie. Doit-on y voir un signe d’approbation ? Sans aucun doute. Dans une rubrique intitulée « Les Nouvelles carrières féminines », elle conseille aux jeunes femmes la profession d’ingénieur : « Les femmes ingénieurs ne sont pas un mythe : elles sont entrées dans la réalité depuis une dizaine d’années déjà ». Ou encore dentiste : « Déjà avant la guerre nous avions entendu parler de ces jeunes filles qui avaient été assez courageuses et assez hardies pour se lancer dans une profession qui exige une bonne robustesse physique, une parfaite domination de ses sens et de la ténacité ».

28Quant au point de vue de la gent masculine concernant le travail féminin, il est relaté par Annie dans L’Ouest-Éclair : « Les hommes regrettent le bon vieux temps et ils regardent ces femmes nouvelles avec des lunettes vieilles de 30 ans au moins. Ils ne veulent pas les voir comme elles sont, idées longues et cheveux courts, n’ayant rien perdu de leurs qualités instinctives parce qu’elles ont acquis du savoir ».

Femme électrice ?

  • 7 Bard Christine, Les filles de Marianne, histoire des féminismes, 1914-1940, Paris, Fayard, 1995, 5 (...)

29Et pourtant, du savoir, elles en ont acquis. De la volonté aussi. L’attitude des femmes pendant la Première Guerre mondiale a surpris les Français. Elles ont su s’adapter aux circonstances, en faisant preuve de courage et d’héroïsme. Elles ont servi leur pays en travaillant pour la défense nationale et en se chargeant du labeur des hommes. Pourquoi ne participeraient-elles donc pas à l’avenir du pays qu’elles ont, elles aussi, défendu ? Dès lors, une polémique s’engage sur la dotation des droits politiques à la gent féminine7. Parfois même à la une des journaux, y compris L’Ouest-Éclair.

30Pour Marthe Dupuy, dès 1916, la femme n’a alors plus rien à voir avec celle de 1914. Selon elle, le vote des femmes paraissait puéril avant la guerre. Mais désormais, il était devenu une chose possible, équitable et sérieuse. Et en 1919, c’est Eugène le Breton qui affirme : « La femme de la guerre a égalé l’homme de la guerre. Faisons donc d’elle une électrice comme nous ».

31En 1918 – et plusieurs fois par la suite –, L’Ouest-Éclair décide de poser tout simplement la question aux principales concernées au travers d’une enquête auprès de ses lectrices. Les courriers abondent. Par souci d’objectivité, des lettres de partisanes comme d’opposantes sont publiées dans les pages du journal. À la veille de la deuxième guerre mondiale, les arguments en faveur du suffrage féminin développés dans ces lettres sont à peu près ceux-ci : la femme a autant de jugement que l’homme, elle a autant d’intérêts moraux et matériels à défendre, et elle possède une âme souvent plus généreuse. Les arguments contre sont d’un ordre différent : certains estiment que le suffrage féminin serait un danger pour la vie intime du foyer. D’autres pensent que « les femmes de France donneraient leurs voix aux partisans du fascisme hitlérien ». Une lectrice écrit même : « Vivent les sénateurs, vieux pères conscrits qui ne sont pas des pantins et résistent aux comédiennes que sont toutes les femmes ! Vivent les députés récalcitrants ! » Le droit de vote féminin n’est pas pour tout de suite. Il faut savoir qu’entre 1901 et 1937, les assemblées sont saisies à 60 reprises de projets ou propositions sur ce thème.

32Dans les années trente, le quotidien se radicalise pour nettement soutenir le suffrage des femmes. Pourquoi ? Certainement suite au ralliement de l’Église au suffragisme en 1919, considéré comme un barrage à la montée du laïcisme et du socialisme. En 1933, Paul Simon souligne en une : « Quand on songe que non seulement l’Allemande, l’Anglaise et l’Américaine, mais encore la Finlandaise et l’Estonienne possèdent le droit de vote, on est un peu humilié que la Française ne le possède pas ». Mais l’évolution du droit est lente, sa mise en application encore davantage. À la veille du second conflit mondial, les femmes ne sont toujours pas citoyennes. Les mouvements féministes s’essoufflent. L’effondrement de 1940 mettra un terme à leurs efforts. L’égalité n’est pas encore pour demain.

Notes

1 Duby Georges, et Perrot Michelle, Histoire des femmes en Occident, t. 5, Paris, Plon, 1992, 644 p. ; Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes, Paris, ENS Éditions, 1998, 277 p.

2 Sohn Anne-Marie, Les rôles féminins dans la vie privée à l’époque de la Troisième république, rôles théoriques et rôles vécus, thèse sous la direction de M. Agulhon, Université de Paris I, 1993.

3 Femmes de Bretagne, images et histoire, sous la direction d’Alain Croix et Christelle Douard, Rennes, Apogée, 1998.

4 Thebaud Françoise, Quand nos grands-mères donnaient la vie, la maternité en France dans l’entredeux- guerres, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1986, 315 p.

5 Delbourg-Delphis Marylène, Le chic et le look, histoire de la mode féminine et des mœurs de 1850 à nos jours, Paris, Hachette, 1981, 279 p.

6 Sullerot Évelyne, Histoire et sociologie du travail féminin, Paris, Gonthier, 1968, 397 p.

7 Bard Christine, Les filles de Marianne, histoire des féminismes, 1914-1940, Paris, Fayard, 1995, 528 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540