Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ouest-Éclair

 | 
Michel Lagrée
, 
Patrick Harismendy
, 
Michel Denis

Troisième partie. Le journal et son contenu

Chapitre 11. Une nouvelle actualité : le sport

Pierre-Yves Croix

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Phénomène incontournable de l’information, le sport s’octroie aujourd’hui une place prépondérante dans la totalité des médias. Un journalisme spécialisé s’est développé afin de le couvrir au mieux. La naissance d’un tel journalisme date du début du vingtième siècle, avec la prise en compte de l’existence d’une actualité sportive. L’Ouest-Éclair n’échappe pas au phénomène. Dès le début des années 1910, le sport fait régulièrement des apparitions dans les colonnes du journal. Étudier son traitement permet à la fois d’assister à la naissance d’un style journalistique, mais aussi de révéler les liens et les influences entre le monde du sport et la société dans son ensemble. Car le sport n’est pas seulement pour la presse une source de résultat, mais aussi un révélateur des problèmes ou des crises que rencontrent un pays ou une région.

  • 1 Dont l’étude minutieuse a donné lieu à un mémoire de maîtrise soutenu en juin 1996 ; Croix Pierre- (...)

2La période comprise entre 1914 et 19301 permet d’aborder les grandes évolutions de la rubrique sportive du journal, riche en actualité. L’étude de ces informations et de leur utilisation permet de dégager trois grands thèmes constitutifs du traitement de l’actualité sportive dans L’Ouest-Éclair : la place réservée aux sports dans le journal et le style journalistique utilisé, un panorama de la vie sportive en Bretagne telle qu’elle apparaît dans L’Ouest-Éclair et enfin les relations entre société et sport.

L’Ouest-Éclair : une politique sportive

3Le journal met en place très tôt une gestion de l’événement sportif, impliquant le quotidien dans le monde sportif en tant qu’acteur et non comme simple spectateur. Cette volonté permet à L’Ouest-Éclair de s’impliquer dans une activité sociale en plein développement et donc de participer à la vie de ses lecteurs. Le sport devient un vecteur de promotion. Dès 1914, L’Ouest-Éclair patronne une course cycliste. À la fin de la guerre, le journal concentre ses actions principales de parrainage sur une seule discipline : la course à pied. Le « Cross des Cinq provinces de l’Ouest », né en 1921, fait par exemple l’objet d’une grande promotion dans le journal :

  • 2 L’Ouest-Éclair, lundi 31 janvier 1921, p. 1.

Le Cross country des Cinq Provinces a connu pour ses débuts un succès triomphal […] Enthousiasmée comme elle le fut rarement, la population rennaise, échelonnée au bord des routes et sur les trottoirs, applaudit de tout cœur2.

4Les résultats sont détaillés plusieurs jours durant en première page, et le même dispositif est reproduit chaque année.

5Ce type de couverture médiatique excessive est également appliqué aux autres épreuves pédestres que L’Ouest-Éclair organise à partir de 1924. Ces épreuves sont organisées en majorité à Rennes, mais le journal s’attache à s’intéresser à la plus large partie de sa zone de diffusion : des courses partent de Loudéac, du Mont-Saint-Michel, ou de Saint-Malo.

  • 3 L’Ouest-Éclair, dimanche 30 mars 1924, p. 5.

L’épreuve de course à pied Saint-Malo-Rennes est une course tellement nouvelle que nous devons y consacrer de longues explications qui nous prennent une place considérable. Aussi sommes-nous dans l’obligation de réduire à son minimum, pour ne pas dire supprimer complètement notre chronique sportive habituelle3.

6Si la course à pied reste le vecteur de promotion principal, L’Ouest-Éclair reprend à partir de 1925 le parrainage d’épreuves cyclistes, telles que Rennes-Caen ou Rennes-Paris : papiers d’annonce quelques jours avant l’événement, couverture le jour même et retour sur les résultats quelques jours après. Le journal s’associe désormais aussi à des clubs ou à des fédérations pour certaines courses, et surtout le football est devenu l’objet des attentions de L’Ouest-Éclair, par l’intermédiaire de matches exhibition entre le Stade rennais et des équipes étrangères ou du meilleur niveau français. Au même rythme que la promotion fait des progrès, ceux qui sont d’écrire dans le journal prennent leurs marques. D’abord marginaux, les journalistes sportifs obtiennent peu à peu une place régulière et importante dans les colonnes de L’Ouest-Éclair.

Naissance du journalisme sportif

Une pagination en progrès constant

7Pour permettre l’écriture, il faut avant tout de la place, et en 1914, les pages sportives n’existent pas. Des rubriques apparaissent de manière irrégulière (Les « Dernières Nouvelles sportives », dès février 1914), et elles sont placées entre quelques informations régionales et le feuilleton du journal. Certains jours absente du journal, « La Vie sportive » (nom des actualités sportives à partir d’avril 1914), occupe parfois une pleine page, sans qu’aucun événement majeur ne justifie une telle place. Il faut attendre 1918 pour que les responsables de l’actualité sportive réclament d’eux-mêmes plus de considération :

  • 4 L’Ouest-Éclair, mardi 26 novembre 1918, p. 3.

Note de la Rédaction. Le peu de place dont nous disposons en « Vie sportive » ne nous permet pas d’insérer toutes les communications que nous recevons, entre autres P.V. d’assemblée générale, convocations, etc. Nous nous en excusons auprès de nos lecteurs avec l’espoir que des jours meilleurs nous donneront bientôt l’occasion de donner à la vie sportive toute l’ampleur qu’elle mérite4.

8Ce souhait est exaucé à partir de 1923, avec presque une page quotidienne consacrée à la « Vie sportive ». Cette pagination régulière s’accompagne de progrès dans la présentation, dont notamment des intertitres graphiques spécifiques à chacun des sports traités, des chroniques et des rubriques régulières et le recours plus fréquent au dessin et à la photographie. Ces changements correspondent d’ailleurs chronologiquement au développement de la presse sportive nationale. La pagination devient supérieure à une page à partir de 1927, avec un effort particulier dans l’édition du lundi, jour de parution des résultats sportifs du week-end. Cette page supplémentaire, nommée « Tous les sports », apparaît de façon régulière en page 8 du journal qui en comporte onze.

Les journalistes sportifs de L’Ouest-Éclair

9Peut-on parler de journalistes sportifs entre 1914 et 1930 ? Sans aucun doute : les rédacteurs de la « Vie sportive » ne se contentent pas de retranscrire des résultats, mais publient régulièrement des chroniques ou des billets d’humeur ; à ce titre, ils accèdent au statut de journaliste. Les rédacteurs sportifs de L’Ouest-Éclair utilisent leurs propres noms ou des pseudonymes parfois obscurs (« NIX », apparu en 1919 ou « one who knows », présent dès 1917). Tous ceux que leur nom permet d’identifier ont un passé d’athlète, ou ils prennent toujours part au monde sportif. Gabriel Breton (qui écrit dans L’Ouest-Éclair à partir de janvier 1920) est entraîneur de cross-country au SRUC (Stade Rennais Université Club) et Jehan Tholomé (apparu dans les colonnes en septembre 1922) fait partie de l’équipe première de ce même SRUC. Joseph Morin est nommé, en 1930, chef des services sportifs de L’Ouest-Éclair, mais il est par ailleurs secrétaire général de l’Union des sociétés françaises sportives et athlétiques (USFSA), et est l’un des hommes à l’origine de la création de la fédération international de football (FIFA), dont il est le premier président. Ces journalistes sont donc avant tout des sportifs, comme c’est le cas dans les autres quotidiens bretons, ce qui explique les bons rapports entre les différentes rédactions sportives :

  • 5 L’Ouest-Éclair, mercredi 6 novembre 1929, p. 8.

Les sportifs n’apprendront pas sans surprise le départ pour la Normandie de notre excellent camarade Théo Vallée, qui apportait à la chronique sportive de notre confrère « le Nouvelliste » sa précieuse collaboration et une parfaite connaissance des choses du football5.

10Certains rédacteurs occasionnels interviennent même en temps que sportifs à part entière. Le champion de saut en hauteur André Labat signe ainsi « Comment on devient champion national » en 1914. L’équipe éditoriale prend du volume à partir de 1928, avec trois signatures régulières, dont un correspondant permanent à Paris (Robert Guérin).

  • 6 L’Ouest-Éclair, jeudi 10 avril 1919, p. 3.

11Parmi les vingt-sept signatures apparues dans les colonnes sportives de L’Ouest-Éclair entre 1914 et 1930, deux noms retiennent particulièrement l’attention. Avant 1919, le seul véritable journaliste qui émerge de la « Vie sportive » s’appelle Ernest Folliard (qui signe aussi E-F ou E.-J.F.). Folliard, l’un des fondateurs du SRUC, règne entre 1914 et 1920 sur la chronique football du journal. Outre les comptes rendus de matches, il s’autorise également quelques articles polémiques, comme « les divagations de l’USFSA » (décembre 1916), dans lequel il critique les incohérences de la fédération concernant l’organisation de la Coupe de France. Il critique aussi régulièrement le favoritisme des fédérations pour les équipes parisiennes, un thème récurrent dans les pages sportives de L’Ouest-Éclair. Son double chapeau de journaliste et de dirigeant (qu’il revendique à partir de 1919 en signant « Ernest Folliard, président de la ligue de l’Ouest de football association »), lui permet quelques acrobaties journalistiques, mettant en lumière une impartialité plus que douteuse : « le vote du 7 avril consacre nos idées défendues avec brio par E.-J.F. dans ce journal […] [signé] Ernest Folliard6 ». Folliard meurt en février 1920, à l’âge de trente ans, et L’Ouest-Éclair, qui perd alors son seul journaliste sportif, lui consacre une longue nécrologie.

12Joseph Gémain, à l’origine de la création du Stade Vannetais (1898), se consacre essentiellement à l’athlétisme, et il est d’ailleurs sacré champion de Bretagne du 100 mètres en 1903. Vice-président de la Fédération française d’athlétisme (FFA), il s’investit, dans le cadre de L’Ouest-Éclair, dans l’organisation de courses pédestres. Son influence est bien moins importante que celle de Folliard, mais Gémain collabore aussi au Nouvelliste de Bretagne, et a fondé auparavant un petit journal : Semaine sportive bretonne. Gémain sera aussi l’envoyé spécial de L’Ouest-Éclair aux Jeux olympiques de Paris en 1924. L’existence de ces grandes figures de la rédaction sportive ne doit pas faire oublier l’existence d’un important réseau de correspondants qui alimentent les colonnes du journal. L’immense majorité d’entre eux appartient aux instances dirigeantes des clubs, qui informent L’Ouest-Éclair de leurs résultats par courrier.

  • 7 L’Ouest-Éclair, jeudi 6 décembre 1917, p. 3.

13Le style qu’emploient les journalistes sportifs reste simple, privilégiant une information aussi détaillée que possible. Jusqu’au début des années vingt, le rédacteur n’apporte sa touche personnelle que par l’intermédiaire d’adjectifs (exemple : « le temps fantastique de 47 »). Il n’y a pas d’analyse et très peu de commentaires. Seul Ernest Folliard utilise dans ses articles un style personnel, alerte, attractif et plein d’humour : « dans le Midi, il est prudent pour l’arbitre de posséder une pointe de vitesse dont il use immédiatement après le match pour échapper aux partisans du vaincu7 ». Folliard est le premier à intégrer dans ses articles une vision personnelle du monde sportif, pas seulement limitée au commentaire de la performance des athlètes. Il inaugure en quelque sorte la technique du billet d’humeur :

  • 8 L’Ouest-Éclair, mardi 1er janvier 1918, p. 3.

Il y a deux sortes de joueurs : le joueur premier et le joueur inférieur. Le joueur inférieur, comme son nom l’indique, fait partie des équipes inférieures. C’est le bon garçon qui joue au football pour son club, qui ne ratera pas un entraînement ou un championnat et dont le seul désir est d’être remarqué par son secrétaire […] Le joueur premier est au contraire la terreur des comitards, dont il met la philosophie à rude épreuve8.

14Ceux de Folliard mis à part, les articles des années 1914-1920 se ressemblent beaucoup, respectant un style propre à L’Ouest-Éclair et à la plupart des quotidiens locaux : presque exclusivement écrits à la première personne du singulier ou du pluriel, l’article généralise un point de vue : « Nous, les sportifs », « les sportsmen auxquels j’appartiens »… Les papiers rédigés dans un style impersonnel énoncent des résultats ou reproduisent des communiqués, la plupart du temps consacrés à l’actualité nationale ou internationale. Seules les informations régionales ou les grands événements tels que le Tour de France conduisent les journalistes à s’impliquer dans l’écriture.

15Après 1920, les rédacteurs sortent plus souvent du canevas traditionnel du compte rendu, et les auteurs d’articles de fond se reconnaissent aisément à leurs styles propres. Gabriel Breton (apparaît en janvier 1920) utilise un style « classique », et ces articles s’articulent autour de grandes questions : « Pouvait-on faire un meilleur choix ? Devait-il rechercher plus longtemps ? ». Le style de Joseph Morin est plus direct, et il va droit à l’essentiel. Morin possède de plus des talents de dessinateurs, et il croque lui-même les portraits de ceux dont il parle.

16L’utilisation de termes anglais dans les articles consacrés au sport est une constante au début des années vingt. Employé à l’origine pour le rugby et le football, l’anglais s’emploie aussi pour d’autres disciplines et c’est ainsi qu’une réunion d’athlétisme est qualifiée de « gros event sportif ». Pour le football, en plus des « corners » et « penalty », on parle de « freekicks », de « keepers », de « soccer », de « forward », de « passing » ou « dribbling game ». Cet excès de termes techniques rend parfois les articles incompréhensibles pour le lecteur non averti. Après 1920, L’Ouest-Éclair cet usage de l’anglais se réduit. Joseph Morin explique pourquoi dans les colonnes du journal :

  • 9 L’Ouest-Éclair, dimanche 14 décembre 1924, p. 6.

Pourquoi, alors que de plus en plus le football fait des adeptes, les décourager en leur servant des mots qu’ils ne comprennent pas ? N’est-il pas plus simple d’employer des mots français le plus souvent possible, réservant les termes anglais pour ceux qu’on ne peut remplacer. La lecture de la chronique sportive sera compréhensible à tous et le football n’y perdra rien9.

Le rôle de la photographie

17Pour n’importe quel journal, d’aujourd’hui ou d’hier, la place de la photographie est prépondérante. L’Ouest-Éclair l’utilise dès 1914, et le sport est l’actualité qui suscite le plus de parutions photographiques. D’abord limités aux seuls football et cyclisme, les clichés, très souvent retouchées au fusain, représentent majoritairement des scènes posées plutôt que des sportifs en action (pour des questions de technique, de temps de pose et pour éviter les flous). Séparées des textes, les photographies d’événements sportifs sont essentiellement publiées en première page. Il faut attendre 1919 pour que le journal commence à publier des photographies réalisées par ses propres employés. Auparavant limités à l’actualité nationale ou internationale, les clichés illustrent aussi dans les années vingt les épreuves régionales. Photos d’équipes, portraits de sportifs et même actions de matches apparaissent régulièrement. Ayant toujours recours aux agences, L’Ouest-Éclair développe la parution de clichés originaux, pris sur le vif comme par exemple lors d’étapes montagneuses du Tour de France cycliste. Après 1927, tous les événements d’importance du sport breton sont illustrés par des photos prises par le service photographique de L’Ouest-Éclair.

18Le dessin a sensiblement la même fonction que la photographie. Jusqu’aux années 1924-1925, il est étrangement peu utilisé dans la « Vie sportive ». C’est Joseph Morin, rédacteur mais aussi dessinateur de talent, qui l’impose pour illustrer ses papiers. Il se limite toutefois à des portraits réalistes des sportifs dont il parle. Après 1928, Gabriel Travers et un certain « P.H. » introduisent le portrait caricature. Essentiellement consacrées aux joueurs locaux de football, ces caricatures sont très occasionnellement empruntées à des agences internationales, pour illustrer des articles sur de grands champions tels que le boxeur américain Jack Dempsey.

Le football et le cyclisme, déjà numéros un

19L’Ouest-Éclair est une mine d’information sur le football breton. Sport favori du journal et de ses journalistes, mais aussi du public, le football s’est fait une place de choix dans les colonnes du quotidien. Le cyclisme, lui, ne vit presque qu’un seul mois dans l’année, lors du Tour de France. Les autres disciplines sportives, si elles ne sont pas délaissées, ont une fréquence d’apparition bien moins importante.

Une certaine image du football breton

20Des clubs de football se créent en Bretagne dès la fin du dix-neuvième siècle, par exemple le Drapeau de Fougères en 1893 ou le Stade vannetais dès 1898. Le Stade Rennais, fondé en 1901 (et devenu Stade Rennais université club, SRUC, en 1904), va très vite se révéler le club phare de la région, une équipe respectée au niveau national et surtout très soutenue par L’Ouest-Éclair. La vie du SRUC est suivie pas à pas par les journalistes sportifs de L’Ouest-Éclair, qui sont souvent impliqués personnellement dans la vie du club (Folliard président du SRUC de 1909 à 1916).

21À partir de 1920, le football bénéficie d’un traitement plus rigoureux, notamment concernant les comptes rendus de matches. Loin du folklore des premiers articles de la période d’après-guerre, le compte rendu devient standardisé : un petit chapeau commentant le résultat, la composition des équipes, le déroulé minuté de la partie et enfin une étude du comportement individuel de chaque joueur. Le procédé rappelle tout à fait la méthode utilisée de nos jours par le quotidien sportif L’Équipe. À la différence d’autres sports, les journalistes de L’Ouest-Éclair assistent à toutes les rencontres de football qu’ils commentent. Rappelons qu’ils sont souvent eux-mêmes impliqués dans l’action. Jehan Tholomé couvre ainsi régulièrement des matches auxquels il participe en tant que joueur du SRUC. Outre le championnat, L’Ouest-Éclair suit avec attention le parcours, souvent très court, des clubs bretons en Coupe de France. Meilleure performance d’un club de la région, la défaite du SRUC face au Red Star lors du 7 mai 1922 : « Le SRUC a réussi de fort belles choses et a porté haut les couleurs de la Bretagne, s’attirant les faveurs d’un public enthousiaste ». Le journal suit également les autres résultats nationaux, l’actualité de l’équipe de France – essentiellement traitée sous forme de photos – et épisodiquement les résultats internationaux. La Coupe du Monde n’est créée qu’en 1930 et le fait qu’elle se déroule en Uruguay, peut expliquer qu’on ne trouve que quatre articles qui lui soient véritablement consacrés. L’inconstance et le peu de logique qui gère le traitement du football national et international soulignent l’absence de choix éditoriaux et les limites du journalisme de l’époque.

Le cyclisme ou la passion du Tour de France

22La création de la course Paris-Brest, en 1891, marque les débuts du cyclisme en Bretagne. Néanmoins, la popularité de ce sports à ses débuts est surtout due aux épreuves sur piste. Dans la dernière décennie du dix-neuvième siècle, des vélodromes sont construits à Brest, Nantes et Rennes. Mais c’est le Tour de France, dès sa création en 1903, qui attire les foules. Chaque année, la « Grande Boucle » fait étape en Bretagne, à Brest ou à Rennes, et la réussite de quelques champions locaux, tels qu’Alfred Le Bars ou Lucien Petit-Breton, achève de conquérir un public enthousiaste.

23Alors que les informations régionales prennent le pas sur l’actualité nationale en football, l’événement majeur du cyclisme dans L’Ouest-Éclair est le Tour de France. La première information concernant le cyclisme qui paraît dans le journal en 1914 est d’ailleurs « l’annonce du tracé du douzième Tour de France ». Durant toute la durée de l’épreuve, L’Ouest-Éclair lui consacre des articles journaliers d’au moins deux colonnes. De plus, des photographies sont presque quotidiennement jointes à ces papiers. Les articles se cantonnent à des récits détaillés des étapes. Ils ne sont pas signés, et il n’a pas été possible d’établir si le journal utilisait un envoyé spécial sur le Tour, où s’il se contentait de reprendre les textes de confrères. Seule trace de personnalisation : lorsque l’étape du jour se situe dans la zone de diffusion de L’Ouest-Éclair. En 1929 et 1930, le journal indique dans ses pages que Joseph Morin suit le Tour de France en voiture, et cette période marque d’ailleurs de gros progrès dans la couverture de la compétition, avec des articles spécifiques consacrés aux coureurs bretons, que le journal encourage.

24À partir de 1921, L’Ouest-Éclair se met à parrainer des courses régionales et donc accorde un suivi plus régulier à l’actualité du cyclisme local, à grands renforts de photos. Toutefois, le Tour de France demeure l’épreuve numéro un, de loin, et suscite billets d’humeur et articles polémiques sur l’organisation ou le comportement de certains coureurs :

  • 10 L’Ouest-Éclair, vendredi 27 juin 1924, p. 1.

La conduite de l’aîné des Pélissier est blâmable et mérite une sanction sévère car, en agissant comme il l’a fait, il se moque des engagements qu’il a pris vis-à-vis d’une maison de cycles qui le paie grassement et qui, de fait, était en droit d’exiger de son coureur une meilleure figuration10.

25En 1930, les journalistes sportifs traitant du cyclisme marient souvent avec bonheur résultats, analyses de fond et articles anecdotiques.

Le reste de la « Vie sportive »

Des « coups » et des Coupes

26Bien moins traités, en quantités et en qualité, que le football et le cyclisme, les autres sports représentent pourtant une part considérable de la « Vie sportive ». Malgré le peu de pratiquants du ballon ovale dans l’Ouest, L’Ouest-Éclair consacre ainsi un nombre d’articles considérable au rugby international, avec les résultats de l’équipe de France et le « championnat international » lancé en 1921 (ancêtre des Cinq Nations). Le basket-ball, importé par les soldats américains de la Première Guerre mondiale, rencontre presque immédiatement un succès populaire et de nombreux clubs bretons se dotent d’une section spécifique. L’Ouest-Éclair encourage vivement le développement de ce type de sports :

  • 11 L’Ouest-Éclair, vendredi 25 avril 1919, p. 4.

Nous nous faisons un devoir de signaler à l’attention des clubs sportifs ces jeux américains : basket-ball et volley-ball qui sont à la portée des petites sociétés. Ils se jouent avec de petites équipes (5, 7 ou 9 joueurs), nécessitent très peu de matériel, un petit terrain, peuvent se pratiquer en été, et sont néanmoins d’une puissante valeur éducative parce qu’ils demandent beaucoup d’adresse et de souplesse, et se jouent constamment en extension11.

27Un championnat breton se crée en 1920, et L’Ouest-Éclair le couvre avec régularité, publiant les classements détaillés sous forme de tableaux. L’usage de la photographie pour ce sport reste cependant exceptionnel.

28L’athlétisme, assidûment pratiqué en Bretagne, est largement couvert par le journal, sous forme essentiellement de résultats de meetings locaux. Les rédacteurs n’interviennent que lors des championnats de France ou de Bretagne, patronnés à partir de 1928 par L’Ouest-Éclair. La photographie illustre régulièrement ces articles, et permet de suivre assez bien les meilleures performances internationales. Le tennis est le seul sport dont on parle régulièrement dans L’Ouest-Éclair, sans jamais qu’il y ait une actualité locale ou régionale. Le journal suit par exemple avec attention le parcours de la France en Coupe Davis, par l’intermédiaire de petits communiqués ou de grandes photographies. Grâce à L’Ouest-Éclair, le lecteur breton sait parfaitement à quoi ressemblent les quatre mousquetaires (Borotra, Brugnon, Lacoste et Cochet). Il connaît aussi bien de la boxe et suit grâce à son journal les péripéties de la carrière de Georges Carpentier, entre 1914 et 1924. Héros national, Carpentier l’est aussi pour L’Ouest-Éclair :

  • 12 L’Ouest-Éclair, lundi 21 juillet 1919, p. 1.

Sa volonté lucide et froide utilise instantanément les circonstances les plus fugitives, perçoit les mouvements de l’âme adverse […] Devant ce regard calme et sûr, que jamais n’aveugle l’éclair de la colère, l’opposant de Carpentier se sent lu comme un livre ouvert et il épuise en vain une force supérieure contre ce vouloir qui devine et déjoue toutes ses intentions12.

29Les succès de Carpentier engendrent un lyrisme journalistique inconnu dans les autres disciplines. Point culminant de la carrière de Carpentier, devenu champion du monde en octobre 1920, le match qui l’oppose à la légende de la boxe Jack Dempsey, le 2 juillet 1921 à Jersey-City (États- Unis). À cette occasion, L’Ouest-Éclair publie un article en première page presque chaque jour de la semaine précédant le combat, traitement illustré par de grandes photographies ou des dessins. La défaite du français est annoncée dès le lendemain du combat : « Notre fil spécial nous transmettait le résultat à 20 h 37 exactement. De sorte que la nouvelle a mis 6 minutes 34 secondes pour franchir l’Océan de New-Jersey aux bureaux de L’Ouest-Éclair ». Carpentier n’apparaîtra plus qu’une seule fois dans L’Ouest-Éclair, lors d’une nouvelle défaite en 1924. C’est toute la boxe qui souffre de cet échec, et les articles sur la discipline se font plus rares après ce combat perdu. Le journaliste De Velle donne une explication en 1926 :

  • 13 L’Ouest-Éclair, mercredi 15 septembre 1926, p. 6.

Bien que nous n’éprouvions aucun enthousiasme pour ce sport qu’est la boxe, il n’en est pas moins vrai qu’il a des fervents et qu’à ce titre il est de notre devoir d’en dire parfois deux mots, surtout au début d’une saison nouvelle qu’il convient d’ores et déjà de souhaiter plus fertile en bons combats que celle qui l’a précédée13.

30Les autres sports n’ont droit dans L’Ouest-Éclair qu’à un traitement superficiel. Certaines disciplines, par exemple le golf, n’apparaissent qu’à quelques reprises en l’espace de dix ans. En revanche, certaines activités rentrent dans la « Vie sportive » malgré leur caractère sportif contestable, comme la colombophilie.

Les Jeux Olympiques

31Dès 1914, le journal propose des informations consacrées aux J.O. censés se dérouler à Berlin en 1916. Après ce premier rendez-vous manqué, L’Ouest-Éclair fait l’impasse ou presque sur les Jeux d’Anvers en 1920, signalant seulement en première page la victoire du français Guillemot dans le 5 000 mètres. Les Jeux de 1924 se déroulent à Paris et le suivi qu’en fait L’Ouest-Éclair diffère radicalement de l’intérêt mesuré qu’a inspiré l’édition belge. Ces Jeux de Paris marquent l’installation des J.O. au sommet de la hiérarchie des événements sportifs. L’ampleur des moyens mis en œuvre par le journal pour suivre ces Jeux n’a aucun équivalent dans l’histoire de la « Vie sportive » : des articles presque quotidiens, de nombreuses photographies en première page et la plupart des résultats imprimés chaque jour. En nombre d’articles et de photos publiés, les J.O., l’espace d’un mois de compétition, font aussi bien que le cyclisme sur toute l’année 1924. L’ensemble de ce dispositif repose sur l’envoi à Paris de Joseph Gémain, qui signe un billet quotidien : « impressions d’un Breton ». L’Ouest-Éclair publie aussi plusieurs articles sur les à-côtés de l’événement. Le journal parvient à retranscrire les trois aspects des J.O., c’est-à-dire la manifestation sportive, le spectacle populaire et le brassage des cultures. Les Jeux de 1928, à Amsterdam, seront moins bien traités par L’Ouest-Éclair, du fait de l’éloignement et aussi du boycott de certaines disciplines (cyclisme, tennis ou gymnastique).

Sport et société

La femme, cette sportive

32Le sport féminin voit sa place dans L’Ouest-Éclair croître à mesure que la pratique féminine se développe en France et en Bretagne. Le journal ne semble pas faire de sectarisme et accorde au sport féminin la place qu’il mérite. Il ne faut pas pour autant en conclure que les journalistes sportifs ne sont pas misogynes :

  • 14 L’Ouest-Éclair, vendredi 3 mai 1918, p. 3.

Le sport féminin n’est plus un rêve […] Nous avions les « reines du volant », les « femmes oiseaux », « même lorsqu’elle marche on sent qu’elle a des ailes », nous avions en France les Crosswomen et Paris a applaudi, il y a quinze jours, deux gracieuses équipes de « soccer » en lever de rideau de France-Belgique. Bravo, Mesdemoiselles ! Le sport ne peut pas vous faire de mal, au contraire. Et ça vaut toujours mieux que d’aller… voter14.

33Si les rédacteurs encouragent la pratique, ils le font toujours avec une pointe d’ironie et de sexisme, du moins jusqu’au début des années vingt. L’Ouest-Éclair publie également de nombreuses photos de sportives en action en première page, faveur dont de nombreux sports ne bénéficient pas. Après 1924, le traitement s’intensifie encore et le sport féminin n’est plus classé à part dans la « Vie sportive ». L’Ouest-Éclair, qui suit régulièrement le développement du sport féminin, s’attache aussi au parcours de quelques championnes dont la joueuse de tennis Suzanne Lenglen. Entre 1928 et 1930, elle a régulièrement les honneurs de la Une, tant pour ses succès sportifs que pour les épisodes de sa vie privée (fiançailles, sorties mondaines). En 1930, le sport féminin semble rentré dans les mœurs. Si le machisme n’a pas disparu, il n’apparaît plus dans les colonnes du journal.

Les relations avec le public

34La lecture de L’Ouest-Éclair permet de recueillir assez peu d’indices sur son lectorat sportif. Les journalistes ont toutefois très tôt la volonté d’intéresser les réfractaires à l’exercice physique aux choses du sport, et encourageant régulièrement à la pratique d’une discipline. S’il n’existe pas de courriers des lecteurs, le journal publie épisodiquement des réactions – tantôt positives : « le sportif présent à un match a deux plaisirs : celui d’assister aux phases du match, puis celui d’en lire le récit dans votre journal » – tantôt négatives, quand les sportifs eux-mêmes se plaignent du travail des rédacteurs :

  • 15 L’Ouest-Éclair, samedi 21 janvier 1928, p. 8.

Lettre ouverte à Monsieur Esnoul, signataire du compte rendu du match USS-Drapeau de Fougères […] Dans votre article, je me permets de vous faire remarquer que vous entrez dans des considérations très personnelles : « Berthelot, irréprochable dans ses dix-huit mètres. Il gagnerait cependant à être plus modeste ». Vous voudrez bien me donner, par l’intermédiaire de votre journal, la signification exacte de ce passage [signé] Charles Berthelot15.

35Ce à quoi Esnoul répond cinq jours plus tard : « sachez monsieur, qu’il vous faut bien peu de choses pour tomber dans le chiqué ». Ce genre de polémiques reste très rare, probablement parce que le journal ne souhaite pas s’en faire l’écho. La seule véritable relation entre L’Ouest-Éclair et le public sportif se fera par l’intermédiaire d’un concours de pronostics, lancé en 1927, sur les vainqueurs des différents championnats régionaux.

36Le sport tel qu’il apparaît dans L’Ouest-Éclair reste avant tout une pratique physique, synonyme de passion et de résultats. C’est aussi un domaine de l’actualité grâce auquel les principales évolutions de la société sont palpables. Toutefois, de part la vision souvent partiale qu’en ont les rédacteurs de L’Ouest-Éclair, le sport n’apparaît dans le quotidien que sous une forme déformée et imparfaite. Entre 1914 et 1930, le sport breton subit de profondes mutations, tant dans son organisation que dans la perception qu’en ont les gens. La publicité à objet sportif fait son apparition, la politique s’en mêle parfois. Mais la principale information que nous fournit l’étude de L’Ouest-Éclair s’avère être l’existence déjà réelle d’un véritable journalisme sportif, avec de gros défauts mais aussi de réelles qualités. Les bases existent déjà, elles n’ont pas beaucoup bougé depuis.

Notes

1 Dont l’étude minutieuse a donné lieu à un mémoire de maîtrise soutenu en juin 1996 ; Croix Pierre-Yves, Du plomb et des jeux. Le traitement du sport dans L’Ouest-Éclair (1914-1930), sous la direction de Michel Lagrée, Université Rennes 2-Haute-Bretagne, 1996, 157 pages.

2 L’Ouest-Éclair, lundi 31 janvier 1921, p. 1.

3 L’Ouest-Éclair, dimanche 30 mars 1924, p. 5.

4 L’Ouest-Éclair, mardi 26 novembre 1918, p. 3.

5 L’Ouest-Éclair, mercredi 6 novembre 1929, p. 8.

6 L’Ouest-Éclair, jeudi 10 avril 1919, p. 3.

7 L’Ouest-Éclair, jeudi 6 décembre 1917, p. 3.

8 L’Ouest-Éclair, mardi 1er janvier 1918, p. 3.

9 L’Ouest-Éclair, dimanche 14 décembre 1924, p. 6.

10 L’Ouest-Éclair, vendredi 27 juin 1924, p. 1.

11 L’Ouest-Éclair, vendredi 25 avril 1919, p. 4.

12 L’Ouest-Éclair, lundi 21 juillet 1919, p. 1.

13 L’Ouest-Éclair, mercredi 15 septembre 1926, p. 6.

14 L’Ouest-Éclair, vendredi 3 mai 1918, p. 3.

15 L’Ouest-Éclair, samedi 21 janvier 1928, p. 8.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540