Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ouest-Éclair

 | 
Michel Lagrée
, 
Patrick Harismendy
, 
Michel Denis

Troisième partie. Le journal et son contenu

Chapitre 10. L’Ouest-Éclair et l’agriculture (1899-1914) : l’ordre éternel des champs ?

Michel Lagrée

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cf. Quéré Ronan, L’Agriculture à travers L’Ouest-Éclair : la construction d’un idéal entre rêve et (...)
  • 2 Canevet Corentin, Le Modèle agricole breton, Rennes, PUR, 1993, 397 p.

1L’Ouest-Éclair fut l’un de ces journaux marquant le passage de l’ancienne presse de type « censitaire », réservée à une petite minorité d’abonnés appartenant aux élites de la fortune et de la culture, à la presse moderne, démocratisée, ouverte à un lectorat de plus en plus large. Une bonne partie de son succès tint dans sa capacité à conquérir un lectorat encore majoritaire dans une région comme l’Ouest à l’époque : les ruraux. Il n’y avait en effet que 26 % de citadins en Bretagne en 1911, contre 54 % en moyenne en France. La question est donc de savoir ce que ces ruraux trouvaient dans les colonnes du journal1 : qui écrivait, et comment, sur l’agriculture ? Comment étaient perçues les difficultés propres du monde rural au début de ce siècle ? Quelles solutions étaient proposées ? De la vulgarisation technique à l’associationnisme, L’Ouest-Éclair entendait en effet amorcer la transformation d’une agriculture bretonne vouée à devenir, trois générations plus tard, un modèle de référence2.

Qui écrivait sur l’agriculture ?

  • 3 Fichou Anne, La Chronique hebdomadaire de Graindorge dans L’Ouest-Éclair de 1924 à 1937, Mémoire d (...)
  • 4 Sur les rapports entre l’abbé Lemire et L’Ouest-Éclair, voir Mayeur Jean-Marie, Un prêtre démocrat (...)

2La « chronique agricole » de rythme hebdomadaire, toujours en sixième page en fin de journal, devenue ensuite « la vie aux champs », ne constitue qu’environ le tiers du total des articles traitant de l’agriculture, parus durant les quinze premières années du journal, dont pas moins de 16 % étaient des éditoriaux. On ne s’étonnera pas de relever parmi les signatures deux prêtres ayant joué un rôle déterminant dans la fondation et le développement de L’Ouest-Éclair, l’abbé Trochu et surtout l’abbé Geffriaud, authentique vulgarisateur ayant acquis une réelle compétence en chimie agricole, mais également apôtre de la coopération et du syndicalisme. Il signait ses articles du pseudonyme de Jean Grindorge (avant 1914) puis Graindorge plus tard3. Un autre prêtre s’occupait d’enseignement agricole : l’abbé Vidélo. Les éditoriaux offraient également une tribune à des personnalités connues à l’époque : Jules Méline, ancien ministre de l’agriculture, l’abbé Lemire député d’Hazebourck4, l’économiste Charles Gide, Louis Durand, l’homme des caisses rurales et ouvrières. La chronique agricole s’ouvrait régulièrement à des professeurs d’agriculture ou des ingénieurs agronomes. Une absence notable est à signaler parmi ces collaborateurs, réguliers ou d’occasion : le monde des grands propriétaires fonciers, en général monarchistes et hostiles à la démocratie chrétienne et qu’on imagine plutôt lecteurs du Nouvelliste.

3L’Ouest-Éclair partageait les vues communes à l’époque, c’est-à-dire agrariennes : « l’agriculture est le fondement de la vie humaine et la source de tous les vrais biens » (26 déc. 1899). L’agriculture, à ses yeux, était concurrencée par une industrie qui à la fois absorbait les forces vives, en particulier démographiques, des campagnes et bénéficiait des faveurs déséquilibrées des pouvoirs publics. Choix significatif de vocabulaire, le mot « paysan », traditionnellement chargé de mépris citadin, était quasiment banni au profit des termes plus nobles : « agriculteur », « cultivateur », « exploitant ». Le journal ne tarissait pas d’éloges sur ces hommes qui « ne sont parvenus à posséder quelque chose qu’au prix d’un labeur opiniâtre » (25 août 1905). En un temps où l’agriculture ne courait pas après le productivisme à grand renfort d’inputs, l’agriculteur, à la différence de l’industriel, était comme « un prince sur son domaine d’émeraude qui l’enrichit lentement […] ne le poussant ni aux grandes fatigues, ni aux grandes consommations ». Voué à la défense des « petits », conformément à l’éthique républicaine de l’époque, le journal vouait une sorte de culte à la petite propriété et à la « petite culture » qui « exerce son influence la plus salutaire sur la dignité de l’homme et du chrétien, sur la vie de famille et la paix sociale » (21 déc. 1899). Cette petite propriété, attestée par l’extraordinaire atomisation des cotes foncières, lui paraissait doublement menacée : par les règles successorales ; par une fiscalité abusive, le prélèvement étant estimé à un huitième du revenu agricole brut.

La crise du monde rural

4Thème récurrent, sinon obsessionnel, à l’époque, des estrades électorales aux romans de René Bazin, la crise agricole au tournant des xixe et xxe siècles était clairement identifiée par L’Ouest-Éclair. Les exportations restaient encore marginales, vers l’Angleterre pour les légumes et les fleurs, vers l’Allemagne pour les pommes et le cidre : il est vrai que la tarification prohibitive des chemins de fer, ainsi que les insuffisances techniques à l’expédition, pénalisaient les producteurs bretons. Mieux valait, dans la France de 1900, être viticulteur que producteur de cidre. La quasi miraculeuse croissance agricole apportée à l’Ouest armoricain de 1850 à 1880, et qui avait valu au Second Empire une solide popularité chez les paysans bretons, n’était plus qu’un souvenir pour ceux-ci, encore en majorité voués à une céréaliculture de subsistance. La concurrence des nouveaux exportateurs sur le marché mondial, des États-Unis à l’Ukraine, en passant par l’Argentine, aboutissait à une baisse des prix sur le marché français, étranglait les producteurs français et conduisait aux mots d’ordre protectionnistes : « Défendons-nous ou nous sommes perdus ! » (14 oct. 1900). Il n’était pas jusqu’aux colonies, « qui nous coûtent si cher, [qui] ne font que très médiocrement vivre notre agriculture et notre meunerie » (8 déc. 1899). Pour autant, bien qu’ardemment protectionniste, L’Ouest-Éclair défendait la « loi du cadenas » (1897), outil de variation des droits protecteurs en fonction de l’évolution des prix, pour ne pas léser non plus à l’excès les consommateurs, les ouvriers des villes.

5Une autre menace pesait sur les campagnes, l’exode rural, en voie d’accentuation depuis 1860-1880. Volontiers un peu myope sur la misère rurale liée à la surpopulation, L’Ouest-Éclair dénonçait sans relâche le mirage de la vie urbaine, en particulier celui du travail salarié, mais grevé par des charges plus lourdes, car « au village, le jardin fournit les légumes, l’alimentation du lapin qu’on fricasse les jours de fête, de la chèvre qui nourrit de son lait les petits et les vieux, quelquefois du porc que l’on vend au marché, ou dont le saloir ménage à la famille pendant de longs mois l’élément de la soupe nourrissante » (23 avr. 1901). Le pire était que non seulement les jeunes hommes, mais de plus en plus les jeunes femmes partaient, préférant l’état de bonne en maison bourgeoise au travail de la ferme (13 fév. 1902). Comme cette émigration contribuait à décomprimer les populations d’ouvriers agricoles, les salaires de ces derniers, en augmentation, et leurs exigences nouvelles en matière de travail et de cadre de vie, accroissaient les charges des agriculteurs : « à la campagne, ce ne sont plus les patrons qui sont les maîtres, ce sont les domestiques » (23 déc. 1899).

Le remède : la pédagogie agraire

6L’Ouest-Éclair, qui ne faisait pas mystère de ses critiques à l’endroit de l’école publique de Jules Ferry, lui reprochait en particulier, comme l’écrivait l’abbé Vidélo, de « tout enseigner, excepté l’agriculture ». Tout enseigner, c’est-à-dire gorger les enfants des campagnes d’« un fardeau trop lourd pour leur âge et leur intelligence […] des chinoiseries qui leur seront partiellement inutiles plus tard » (23 déc. 1899) et ne pouvaient que leur donner l’idée de quitter l’agriculture. Seuls les Frères de l’Instruction chrétienne de Ploërmel avaient su donner sa place à un enseignement agricole primaire, à l’encontre de « cette malheureuse invention du certificat d’études ». Le journal soutenait également les cours agricoles secondaires, tels ceux de Saint-Méloir des Ondes (Ille-et-Vilaine) ou d’Hennebont (Morbihan). L’Ouest-Éclair décrivit de façon très détaillée les structures de l’établissement d’Hennebont, fondé en 1905 par l’Union des syndicats agricoles du Morbihan et le chanoine Le Moing, curé doyen d’Hennebont (10 sept. 1905). En revanche, l’école régionale d’agronomie, transférée en 1896 de Grandjouan, près de Nantes, à Rennes, institution officielle et républicaine, ne fut évoquée que lorsqu’on parla de la supprimer (3 avr. 1913). En tout état de cause, les divers niveaux de l’enseignement agricole ne touchaient qu’une infime minorité des jeunes ruraux.

7Le rôle des femmes sur les exploitations tendait à prendre de plus en plus d’importance, surtout avec le développement en Bretagne de la production beurrière, prérogative typiquement féminine s’ajoutant à la production de volailles et d’œufs. Dès lors la formation des jeunes rurales devenait à son tour un enjeu, d’autant que l’école primaire, toujours elle, « a visé […] à en faire bien plus des demoiselles que des paysannes » (26 déc. 1899). Les deux écoles pratiques de Coëlogon à Rennes (1886) et de Kerliver dans le Finistère (1896) ne recevaient elles aussi qu’un nombre infime d’élèves par rapport au public potentiel. La cause était entendue : puisque les institutions de formation agricole initiale ne parvenaient pas à embrayer sur la réalité socioéconomique bretonne et que l’agriculture, de ce fait, restait routinière, attachée à la reproduction des mêmes gestes et des mêmes pratiques de génération en génération, c’était à L’Ouest-Éclair d’assurer en quelque sorte une formation continue à ses lecteurs : « Voilà pourquoi nous nous proposons de publier des articles agricoles dans lesquels nous nous efforcerons d’être pratiques, c’est-à-dire paysans à notre manière. » (1er janv. 1905).

8Les progrès de l’industrie chimique, vers la fin du xixe siècle, mettaient à disposition des agriculteurs des engrais modernes, susceptibles d’améliorer considérablement les rendements : nitrate de soude, scories superphosphatées, potasse, permettaient d’envisager le doublement des récoltes et, expliquait Jean Grindorge, de tirer 300 F de bénéfice pour 50 F d’achat (19 mars 1905). Or les agriculteurs se montraient réticents devant leur usage, et L’Ouest-Éclair dénonçait sans relâche leurs préjugés : « J’estime que les vérités agronomiques doivent être répétées bien souvent et sous toutes les formes avant de se transformer en axiome pour la masse des cultivateurs. » (15 mars 1900). Parallèlement, le journal prônait le passage à une aviculture plus rationnelle : moins des œufs que de la volaille à viande, poulets de Janzé ou poulardes de Rennes, « car ainsi que disent les Anglais : produisons de la viande, encore de la viande, toujours de la viande » (22 nov. 1900).

9L’Ouest-Éclair incitait activement à de nouvelles pratiques, telle, pour la préparation des sols, le déchaumage, encore peu usité dans la région :

10« Si l’on donne un léger labour après la moisson, la graine tombée est enfouie, elle germe à la première averse, la mauvaise herbe pousse ainsi tout de suite et les grands labours d’automne ou d’hiver la détruisent, en font même de l’engrais » (21 août 1904). Alors que la crise frappait surtout la traditionnelle production céréalière, le développement de l’élevage, « à l’instar des Anglais et des Normands » (23 avr. 1905) pouvait être un efficace palliatif. À la condition bien entendu de recourir aux plantes fourragères modernes : trèfle, luzerne et surtout chou fourrager, bien adapté à l’environnement breton. Jean Grindorge s’étonnait que « cette quantité de nos landes sur lesquelles on s’entête à cultiver du blé, pour n’obtenir que des récoltes misérables, pourraient avec un grand avantage produire des choux » (19 juil. 1910). Et de décrire en détail la pratique, quasiment révolutionnaire à l’époque, de l’ensilage (27 déc. 1903, 18 oct. 1905).

11Le 4 janvier 1902, les lecteurs découvraient une ferme modèle près de Toulouse, avec ses 40 à 45 vaches, vivant dans des locaux propres et bien drainés, nourries de divers fourrages artificiels (trèfle, avoine, maïs, luzerne, betteraves). Les litières étaient changées deux fois par jour et l’on répandait du sulfate de fer contre les odeurs. La fièvre aphteuse, fortement épidémique durant les premières années du siècle, devait être combattue efficacement : interdiction des foires et marchés pour éviter la propagation de la maladie (28 mai 1900) ; lavage de la bouche, des mamelles et des pieds des animaux avec un antiseptique composé de sulfate de cuivre, d’alun, d’acide borique ; nettoyage des ulcères de la bouche avec un mélange de « 100 g de miel, 50 g d’acide chlorhydrique et un litre d’eau » (7 juin 1900). Et d’appeler par-dessus tout au civisme des éleveurs pour les déclarations en mairie et le respect des lois : « Que tous oublient un moment le vieil esprit individualiste et égoïste, pour coopérer à la défense générale ! » (10 juin 1900).

12À une époque où l’asphyxie de la viticulture par le phylloxéra semblait ouvrir un espace inattendu pour la production cidrière, bien adaptée aux conditions de la Normandie et de la Bretagne, celle-ci prit toute sa place dans les colonnes de L’Ouest-Éclair, qui rêvait manifestement d’en faire une boisson quotidienne pour les Français et « l’une des sources les plus fécondes de la richesse et de la prospérité du pays cidricole » (14 mai 1913). Mieux valait alors planter des pommiers que semer des céréales (10 nov. 1905), surtout que ceux-ci pouvaient se surajouter aux prairies dont le quotidien prônait l’extension. Encore fallait-il, là encore, ne pas procéder selon la routine. D’où de multiples conseils sur le choix des espèces, la préparation des plantations, la taille, les traitements par pulvérisation à la bouillie bordelaise, dont la recette était fournie (15 mai 1901). On buttait cependant à l’époque sur les problèmes de conservation du cidre, L’Ouest-Éclair allant jusqu’à suggérer des cuves de ciment, à revêtement interne de verre (18 déc. 1904) ou l’addition de formol, sur le conseil d’un professeur à la faculté des Sciences de Rennes (5 mars 1905). Beaucoup restait cependant à faire pour les progrès de l’agriculture bretonne, grevée par le manque de moyens financiers et l’excès d’individualisme

Hors de l’association, point de salut

  • 5 David Paul, Les origines du syndicalisme agricole en Ille-et-Vilaine, 1885-1918, mémoire de maîtri (...)
  • 6 Barral Pierre, « Les syndicats bretons de cultivateurs cultivant », Le Mouvement social, 1969, n° (...)

13La structure traditionnelle d’encadrement, depuis le milieu du xixe siècle, était les comices agricoles, mais ils paraissaient à L’Ouest-Éclair gangrenés par l’exploitation politique des questions agricoles : « dans tous les comices où il y a une soupe gouvernementale à manger, on peut être sûr de rencontrer un préfet, un secrétaire général, un sous-préfet, ou tout au moins un conseiller de préfecture » (30 sept. 1900). Les décorations étaient souvent remises à des personnalités n’appartenant pas au monde agricole (5 sept. 1904). La solution de l’avenir était en réalité l’entraide mutuelle, avec une connotation chrétienne à peine masquée : « il est nécessaire de s’associer pour triompher dans la vie et aussi pour se connaître, se soutenir et s’aimer entre frères » (21 févr. 1900). Rendus possibles, comme les syndicats ouvriers, par la loi Waldeck-Rousseau (député d’Ille-et- Vilaine) de 1884, les syndicats agricoles posaient un dilemme à L’Ouest-Éclair. Fallait-il soutenir ceux patronnés par la droite et les hobereaux de la Société des Agriculteurs de France, « la rue d’Athènes » comme on disait alors, ou ceux lancés en réaction, à l’initiative de Gambetta, par la Société nationale d’encouragement à l’agriculture, dite « le boulevard Saint-Germain »5 ? Bien conscient de l’hégémonie des premiers dans l’Ouest, le journal affichait une prudente neutralité, encourageant surtout, sur le modèle de l’Union de Craon vantée par Grindorge, l’union syndicale à petite échelle, mieux à même de garantir, contre les tentatives d’instrumentalisation politique, un véritable esprit social (22 mai 1910). C’est seulement durant les années 1920, avec les syndicats de « cultivateurs-cultivants », sorte de troisième voie imaginée par l’abbé Mancel, que L’Ouest-Éclair parut trouver, momentanément, l’organisation la plus proche de ses vues6.

14La forme la plus visible de l’activité syndicale était la coopérative d’achat, en particulier pour les engrais chimiques, permettant d’échapper à la domination des négociants, quitte à acheter directement les phosphates en Belgique, comme le syndicat de Plouagat dans le Finistère (6 févr. 1910). Il fallut d’ailleurs que l’économiste Charles Gide prît la défense de ces coopératives contre les récriminations de négociants s’estimant victimes d’une concurrence déloyale (18 oct. 1905). Les bienfaits de l’union pour l’achat de matériel et d’outillage étaient démontrés par l’exemple de Vay, cette commune de Loire-Inférieure avec ses deux paroisses et ses deux caisses rurales (13 déc. 1899). La beurrerie d’Echiré prouvait que la coopération pouvait s’étendre aussi à la production et à la commercialisation (13 août 1905), permettant aux petits agriculteurs de lutter à armes égales avec les plus gros. L’œuvre sociale par excellence était cependant la mutualité contre la mortalité des bêtes qui étaient pour l’agriculteur « à la fois les compagnons de sa vie et les instruments de sa fortune » (17 août 1899). Le système des Unions départementales permettait un efficace dispositif de réassurance et de mutualisation des risques (18 oct. 1899).

15Restait le nerf de la guerre, le crédit agricole, et la nécessité de faire disparaître l’usure, « moyen moyenâgeux et plaie de nos campagnes » (7 oct. 1899). Mais on retrouvait sur ce terrain le même dilemme, pour L’Ouest-Éclair, que devant les syndicats agricoles. D’un côté le crédit agricole mutuel promu par Méline, c’est-à-dire des caisses « républicaines » bénéficiant de subventions de l’État ; de l’autre les caisses rurales « libres » créées par Louis Durand, en général avec l’appui du clergé, des notables ruraux et de la Société des Agriculteurs de la « rue d’Athènes ». Là encore L’Ouest-Éclair, bien que l’abbé Trochu eût été un pionnier des caisses rurales libres, observa une prudente neutralité. Ce qui lui permettait de s’engager doublement. Le premier front était celui du principe même du crédit, à court ou à long terme, à l’encontre de toute une tradition rurale hostile à l’emprunt. « Ton refuge à porcs est vide. Pour 100 F que la caisse rurale te prêtera en plus de 200 F pour ta vache, tu auras bien trois petits porcs, avec tes pommes de terre […] ta femme les nourrira d’ici à la Toussaint ; alors tu en vendras deux dont le prix, versé à la caisse rurale, en s’ajoutant au prix de ton veau, remboursera la moitié de ton emprunt » (10 janv. 1904). Le second front était l’individualisme foncier propre aux régions de bocage. Bien que foncièrement chrétiennes, celles-ci paraissaient encore loin de l’application à l’agriculture des principes communautaires du catholicisme social, chers aux fondateurs du journal.

16Au total, L’Ouest-Éclair eut une attitude ambivalente face aux questions agricoles dans l’Ouest sous la Troisième République. Défenseur de la terre nourricière et des valeurs paysannes, partisan comme tant d’autres du protectionnisme – mais bien rares étaient à l’époque les non conformistes qui soutenaient le contraire –, le journal jouait en partie à l’encontre de la nécessaire modernisation et sa lecture nous restitue une agriculture d’hier, même si les problèmes d’importations et de soutien des cours n’ont rien perdu de leur actualité. Pour autant, l’appel à dépasser le cercle étroit de l’agriculture de subsistance et, plus encore, à constituer des organisations d’entraide professionnelle : syndicats, coopératives, caisses rurales, etc. avait valeur de pari sur l’avenir. Avec le recul du temps et en présence de l’agriculture bretonne d’aujourd’hui et de ses propres contradictions, il nous reste à apprécier la part d’utopie et la part de réalisme dans l’agriculture telle que voulue par L’Ouest-Éclair.

Notes

1 Cf. Quéré Ronan, L’Agriculture à travers L’Ouest-Éclair : la construction d’un idéal entre rêve et réalité, 1899-1914, Mémoire de maîtrise d’histoire, Univ. Rennes 2, 1997, 137 p.

2 Canevet Corentin, Le Modèle agricole breton, Rennes, PUR, 1993, 397 p.

3 Fichou Anne, La Chronique hebdomadaire de Graindorge dans L’Ouest-Éclair de 1924 à 1937, Mémoire de maîtrise, Univ. Rennes 2, 1977, 123 p.

4 Sur les rapports entre l’abbé Lemire et L’Ouest-Éclair, voir Mayeur Jean-Marie, Un prêtre démocrate, l’abbé Lemire, 1853-1928, Tournai, Casterman, 1968, 698 p.

5 David Paul, Les origines du syndicalisme agricole en Ille-et-Vilaine, 1885-1918, mémoire de maîtrise, Univ. Rennes 2, 1972.

6 Barral Pierre, « Les syndicats bretons de cultivateurs cultivant », Le Mouvement social, 1969, n° 67, p. 146-161 ; Guéguen Bernard, Les Associations agricoles en Ille-et-Vilaine d’après la presse paysanne, 1918-1939, mémoire de maîtrise, Univ. Rennes 2, 1968.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540