Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L'Ouest-Éclair

 | 
Michel Lagrée
, 
Patrick Harismendy
, 
Michel Denis

Troisième partie. Le journal et son contenu

Chapitre 9. L’évolution de la maquette de L’Ouest-Éclair

Patrick Harismendy

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

  • 1 Le propos de Georges Weill dans Le journal, origines, évolution et rôle de la presse quotidienne ( (...)
  • 2 Manevy Raymond, L’évolution des formules de présentation de la presse quotidienne, édit. Estienne, (...)
  • 3 Boutruche Bénédicte, De L’Ouest-Éclair à Ouest-France, continuités et discontinuités de la maquett (...)
  • 4 Lemariginier Nicolas, L’évolution de la maquette de L’Ouest-Éclair de 1899 à 1939, mémoire de maît (...)

1Jusqu’à une date récente, les études de journaux ont privilégié le contenu aux dépens du contenant1. Or, l’identité d’un titre tient à la conjonction d’une ligne éditoriale et d’un ensemble de données matérielles fédérées derrière la notion de « maquette »2. Celle-ci, fluctuante et dynamique dans le temps, traduit aussi bien les évolutions techniques auxquelles il faut se soumettre, que des orientations stratégiques destinées à l’agrément, à la recherche de lisibilité, à l’adéquation aux goûts changeants du public3. Moyen de conquête, de séduction ou de conservation, la maquette fournit de bonnes balises d’une sensibilité constante des dirigeants de L’Ouest-Éclair à rassurer un lectorat qui découvre la presse quotidienne, tout en intégrant des méthodes confirmées. Parler de « progrès » de la maquette serait donc un contresens, alors qu’il ne s’agit que d’expérimentations, dont certaines furent sans lendemains. L’anachronisme du terme de « packaging », que l’on aura garde d’employer, souligne pourtant l’importance des formes extérieures d’un produit dans sa relation avec le consommateur. La question est donc de savoir si l’on peut déceler au travers des changements de maquette – en la double absence des débats internes de la rédaction et d’enquêtes de réception auprès du public, – des indices du succès de L’Ouest-Éclair ou s’il faut ne les attribuer qu’à l’agressivité de la politique commerciale et à la fermeté de la ligne éditoriale4. Or, en 14 500 numéros environ, soit près de 200 000 pages publiées jusqu’en 1939, seuls une dizaine d’articles, mais toujours à des moments décisifs, ont abordé la question. Une enquête très méticuleuse a pourtant permis de comprendre mieux les six points d’inflexion semblant marquer les étapes essentielles.

Une astucieuse économie de moyens

  • 5 Diebolt Évelyne, Le « feuilleton » du Petit-Journal (1863-1914), thèse de 3e cycle, Paris VII, 197 (...)

2D’août 1899 à août 1903, L’Ouest-Éclair est imprimé sur quatre pages et six colonnes séparées par un simple filet noir. Format standard des « petits journaux », cette présentation n’innove pas, mais répond à des considérants techniques et commerciaux, alors que Le Figaro imprime sur 6 pages depuis le 1er décembre 1895. La composition, manuelle, et des machines n’imprimant que 3 000 exemplaires/heure – contre 15 000 pour les rotatives du Nouvelliste apparu en 1901 – interdisent toutes fioritures. Au demeurant, les colonnes s’identifient à des pages virtuelles. S’il le faut, leur nombre augmente ; ainsi en est-il des petites annonces, apparues le 9 avril 1902, et qui s’étalent sur neuf colonnes en dernière page. Seule dérogation à cette verticalité, mais que tous les journaux pratiquent depuis Émile de Girardin, le feuilleton en « rez-de-chaussée » qui préfigure les manchettes5. Les gravures, elles aussi, sont rarissimes. La carte publiée le 17 février 1904 en première page, pour illustrer la guerre russo-japonaise est accompagnée d’une solide recommandation : « Nos lecteurs sont priés de conserver cette carte, d’après laquelle nous donnerons désormais toutes les indications de lieu ».

3Le quotidien compense donc ce handicap d’une présentation peu soignée et étouffante par le choix délibéré d’un créneau porteur : l’information rapide. Le titre, mais surtout les « oreilles » encadrantes en forme de poteaux télégraphiques (agrandis en mars 1901 et supprimés en mai 1902) complètent la mention des « Derniers télégrammes de la nuit » qui positionne le journal à l’égal du Matin arborant, lui, des fils télégraphiques. Les évolutions même du titre de cette rubrique soulignent le besoin d’afficher la novation constante que recherche le journal : « Dernière heure » (dès août 1899), « Nouvelles de la nuit » (juillet 1901), puis de nouveau « Dernière heure ». Mais volume et position varient, jusqu’à l’obtention d’un « cartouche » identifiant bien ce champ. Cela répond au désir de concurrencer en Bretagne Le Petit Parisien et Le Petit Journal qui, pour arriver dans l’Ouest, doivent être imprimés à 6 heures du soir et livrés à Montparnasse à 8 heures. Pas étonnant donc, que rivalité se conjugue avec une certaine identification à la presse quotidienne parisienne dans le format (43 sur 60 cm) et le prix. Quatre pages, le grand format, un sou (soit cinq centimes) valent mieux que six pages à deux ou trois sous. Il y a bien, derrière l’économie de moyens, un choix stratégique.

4Le lectorat cultivé, plus vite et mieux informé, peut donc renoncer à ces sources parisiennes d’information dont, par ailleurs, les orientations idéologiques ne sont pas exactement celles de L’Ouest-Éclair. L’introduction, cette fois innovante et proclamée, d’un bulletin commercial et financier en janvier 1900 et surtout d’une « Revue financière » le 24 septembre 1906 participe du même désir. Quant aux lecteurs plus modestes, ils peuvent se détacher des hebdomadaires ruraux, alors aux mains du clergé, qui publiaient seulement l’état-civil ou certains faits divers locaux. De fait, cette captation des publics préexistants, mais souvent dispersés, est l’une des clés du succès de L’Ouest-Éclair. Par exemple, le feuilleton se fait l’écho de préoccupations agrariennes avec La Terre qui meurt de René Bazin, au menu du premier numéro, ou d’un féminisme latent, même si les historiettes sentimentales comme Le Roman de l’Ouvrière, sont de faible qualité littéraire.

5L’histoire de la rubrique maritime est encore plus exemplaire. En 1899, le marché de l’information maritime dans l’Ouest est partagé entre deux titres, acheminés bien lentement jusqu’aux ports, Le Phare de la Loire (Nantes), pour les terre-neuvas, et la Dépêche de Brest, pour la « Royale ». L’abbé Trochu reproduit d’abord les articles de ces confrères, leur soufflant d’emblée la primeur grâce à sa science de l’acheminement par chemin de fer. Puis apparaît une « chronique maritime très complète et très détaillée dont les éléments […] seront fournis par correspondances télégraphiques du ministère de la marine et des sports » (16 avril 1900), qui devient « Marine et colonies » le 1er juillet 1901. Le 1er janvier 1902, une étape supplémentaire, vrai coup de maître, est franchie : le tri-hebdomadaire brestois, L’Étoile de la Mer, dirigé par le rallié Henri de Trémaudan et acheté depuis 1901 fusionne. Le « nouveau » journal se présente donc comme : L’Ouest-Éclair & L’Étoile de la Mer, Quotidien Régional de la Bretagne et de l’Ouest. Derniers télégrammes de la Nuit. Les nouvelles maritimes, à l’honneur en page 2 au moment de la fusion, seront progressivement reléguées en page 3 puis 5 – prouvant ainsi que le marché captif est solidement acquis ; en contrepartie, la surface éditoriale croît d’une demi-colonne à plus de trois entre 1900 et 1909. L’apparition des pages agricoles participe du même procédé. En revanche la rubrique en langue bretonne annoncée par un long article du 11 janvier 1900 de Jean Delamothe (pseudonyme de Charles Bodin, chroniqueur artistique et mondain) et tenue chaque semaine par F. Jaffrenou (secrétaire de la section celtique de L’Union Régionaliste bretonne) qui présente tout de même EUN DRO. En bro Gerne-Izel’, le dimanche 13 janvier 1900, passe en perte et profits avec la circulaire Combes de 1902.

La modernisation de 1903

6Le 9 août 1903, « La rédaction » dresse un bilan des quatre années d’existence du quotidien et annonce son passage à six, voire huit pages. Une fois de plus, ce positionnement répond à un choix technologique et à une orientation stratégique. Pris entre la concurrence du Nouvelliste et celle des journaux parisiens ayant banalisé les six pages, L’Ouest-Éclair risque la marginalisation. L’achat des rotatives Dirrey, adaptées au sous-sol du 4 de la rue de la Chalotais, avant le transfert rue du Pré-Botté en 1904, pose pourtant, et en même temps, le problème de leur utilisation et de leur amortissement. Là aussi, une voie pragmatique et évolutive a été empruntée.

7Depuis le 5 octobre 1902, l’édition du dimanche comporte six pages. L’éditorial, remplacé par « Un conte », puis complété avec « Une chanson par semaine » (7 juin 1903), deux feuilletons, et une présentation plus aérée articule un heureux compromis entre édition du dimanche et périodique hebdomadaire en direction « des habitants des campagnes qui n’ont pas le loisir de lire un journal quotidien » (28 septembre 1902). L’expérience de près d’un an ayant été concluante, les éditions du mardi au samedi passent à six pages, celle du dimanche à huit (3 décembre 1903), le lundi demeure jusqu’en mars 1906 à quatre pages. Avec 42 pages par semaine L’Ouest-Éclair a ainsi rattrapé en quatre années d’existence son retard, la presse parisienne n’optant pour huit pages qu’en 1911.

8Mais six pages pour quoi faire ? Depuis 1899 et à mesure des acquisitions ou des fusions, L’Ouest-Éclair a été contraint de multiplier les éditions locales, coûteuses en moyens et surtout consommatrices de temps pour la fabrication. La mutation de 1903 inaugure donc la vie d’un journal authentiquement régional, donnant toute l’information d’un bout à l’autre de la Bretagne et des « départements circonvoisins » (9 août 1903). Une seule édition pour que le « Rennais habitant Brest et le Brestois habitant Lorient » sache ce qui se passe « chez lui », n’ait pas à acheter deux journaux, ce qui avait fait perdre à L’Ouest-Éclair « un nombre considérable de lecteurs ». Ne soyons cependant pas dupes des analyses de l’abbé Trochu. Si la maquette, « l’apparence et le classement auxquels [les] lecteurs sont habitués » sont préservés, les lecteurs passent après la rentabilisation des nouvelles machines qui peuvent donner toute leur mesure à condition de n’imprimer qu’un seul journal. En contrepartie, le public est assuré que les petites annonces – importante source de financement – seront mieux diffusées ; l’argument est spécieux, mais efficace.

  • 6 Kalifa Dominique, L’encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Fayard, 1995.

9Pour autant, l’information locale n’est guère plus nourrie qu’avant et la juxtaposition des anciennes éditions dicte la conduite à suivre, l’Ille-et- Vilaine et les Côtes-du-Nord couvrant 70 % de l’actualité bretonne en moyenne. La rubrique régionale se subdivise donc en cinq : « Rennes », « Autour de Rennes », « Région malouine et dinanaise », « Autres départements », « Brest ». Il n’est pas sûr que les lecteurs y trouvaient franchement leur compte. Sauf qu’à partir du 30 juillet 1906, apparaissent ponctuellement des photos. Justifiées sur deux colonnes d’abord, plus petites jusqu’en 1909, mais toujours en première page, elles valorisent les faits divers locaux (incendies, accidents agraires spectaculaires, affaires criminelles). La pente naturelle du public pour le sensationnel est satisfaite, sans pour autant tomber dans les dérives de la presse parisienne6.

Le faux départ de 1914

10Après le palier de 1903 qui illustre aussi un certain mode de fonctionnement à l’égard du public, les intentions présidant au grand changement du 26 janvier 1914 sont analogues, notamment pour les rubriques « plus développées et mieux classées ». Mais les arguments fonctionnent quasiment à l’inverse pour les petites annonces, puisqu’à la demande des commerçants, les prix d’insertion sont révisés à la baisse, la publicité régionale n’ayant, à leurs yeux, aucun intérêt. Leurs annonces figurent désormais dans les pages locales, c’est-à-dire commune par commune, et non plus par regroupement arbitraire en dernière page. Surtout, grâce aux « fameuses rotatives », ce sont huit éditions qui sont proposées, l’enchaînement de leur fabrication tenant encore aux connexions avec les départs des trains de Rennes.

11Ceci s’accompagne d’un passage à cinq colonnes, et surtout de l’adéquation rubrique-page. Le « rythme » du journal qui peut compter jusqu’à seize pages se fixe, avec l’identité propre des pages, aisément repérables par des cartouches – parfois de vrais « logos » tel le phare stylisé de la rubrique maritime, – eux-mêmes déclinés au besoin dans le cadre de sous-rubriques. La lisibilité accrue du journal, spécialement pour les lecteurs ruraux, est donc l’enjeu central. En somme, il devient possible de ne lire que ce l’on recherche, en s’épargnant de fastidieux dépouillements de tout le journal. L’ordre a remplacé l’anarchie. Cette souplesse et ce dynamisme des informations locales sont originaux pour l’époque et confèrent sa singularité à L’Ouest-Éclair, les réclames illustrées jouant en la matière un rôle central. L’image envahit, et agrémente toutes les pages.

12Le journal de 1914 se distribue donc page à page de la façon suivante : les deux premières sont consacrées à l’actualité générale ; la troisième est tout entière dévolue aux dernières nouvelles ; la quatrième contient deux feuilletons (mais l’expérience, peu concluante, les ramènera en rez-dechaussée au bout de quelques semaines). Puis viennent trois pages d’informations régionales, bien au-delà de la Haute-Bretagne longtemps hypertrophiée. Enfin, une page entière rassemble les « Nouvelles Maritimes ». Ce bel ordonnancement a pourtant ses limites.

13Limites dans la régularité d’abord. L’apparition d’une chronique sportive, justement réclamée, est un progrès. Les informations parviennent vite à Rennes grâce au réseau des correspondants locaux. Mais ceux-ci, pour l’essentiel, sont auteurs et acteurs ; l’impartialité en souffre. Surtout, le genre étant mal fixé, les comptes rendus sont très irréguliers et les jeunes, cible avouée de la rédaction, n’ont pas l’assurance de trouver du grain à moudre pour leur passion.

14Limites aussi pour le séquençage des rubriques. La dernière page, qui peut contenir notamment l’actualité sportive, est dominée par la rubrique « Armée et Administration ». Mixte de la page maritime qui indique, outre le mouvement des navires, « toutes les affectations, les mutations et les promotions », et d’un extrait régional de Journal Officiel signalant avancements et changements d’affectations « pour les officiers ou les sous-officiers […], les magistrats, les professeurs ou tous autres fonctionnaires », cette rubrique chapeaute en fait la vie artistique régionale. L’unité mondaine de ces thématiques très éclatées est discutable, sauf à considérer – comme le soulignent les maquettistes actuels – que, précisément, les informations « people » sont d’autant plus savoureuses qu’il faut les mériter, donc les rechercher un peu plus que les autres. En d’autres termes, cette apparence de cacophonie finale pourrait bien avoir été, non seulement voulue, mais savamment orchestrée. Perspective séduisante qui ne résiste pas à l’analyse. D’une part, la fort mondaine « Soirée rennaise » figure en page locale ; surtout le « Commerce » mélange les actualités boursières, industrielles et agricoles or les interrelations du troisième sujet sont quasi nulles avec les deux précédents, tout au moins dans la perspective adoptée par L’Ouest-Éclair.

15Quoi qu’il en soit, le journal a pris de la maturité. Ce n’est plus un titre se nourrissant d’un lectorat borné à deux ou trois départements, mais une entreprise qui pèse dans le paysage médiatique au point de devenir une sérieuse référence. La Première Guerre mondiale, pourtant, faillit bien annihiler quinze années d’efforts.

Un quotidien dans la guerre

16D’une part, comme la plupart de ses homologues L’Ouest-Éclair se fit surprendre par l’étroitesse de ses stocks de papier. Brutalement, le journal qui s’enorgueillissait de publier jusqu’à seize pages doit revenir à son point de 1899. Pire, du 5 au 15 août – exception faite du dimanche 9 août – il n’y a que deux pages. La reprise est lente et aléatoire : le dimanche 3 janvier 1915, on atteint six pages ; le 10 février 1916, les numéros de la semaine y parviennent. Mais le 7 février 1917, la « Commission interministérielle de la presse », constituée le 3 juin 1916 impose à tous les journaux de revenir à quatre pages, puis deux pages (quatre jours par semaine) le 30 avril 1917. L’Ouest-Éclair parvient à déroger régulièrement, mais la moyenne se situe bien autour de quatre pages durant le conflit. De ce point de vue, le titre a plutôt bien tiré son épingle du jeu.

17Plus complexe fut le maintien d’une identité fondée sur la qualité et la rapidité des nouvelles. Si le journal ne fut suspendu qu’à une reprise – le 5 mai 1915 pour avoir publié la liste des survivants du Léon Gambetta – la guerre tarit les sources traditionnelles d’information. La mobilisation démantèle le fleuron du titre : son réseau des 200 correspondants locaux estimés avant 1914 ; mécaniquement, l’actualité régionale en pâtit. Un semblant de passerelle se reconstitue cependant au printemps 1915 lorsque sont publiées en page trois des « questions-réponses », bien entendu anonymes, dans la rubrique « Poste militaire, maritime et coloniale », dont voici deux beaux exemples (5 mai 1915) :

Marie-Thérèse R… – Votre mari, appartenant au service armé, ne peut demander ce changement d’affectation.
L. B., 148e, Nantes – 1°) Adressez une demande au général commandant la subdivision, en relatant ces faits ; 2°) Non, vous n’avez droit à aucune indemnité.

18Surtout, le journal ne possédait pas de ligne télégraphique particulière, mais la sous-louait au Bulletin des Halles, revue commerciale parisienne. Une sévère mise au point, le 23 août 1914, rappelle nonobstant, qu’imprimé entre 1 heure et 5 heures du matin, le quotidien continue à surpasser ses concurrents parisiens, fabriqués la veille. Il s’agit là du seul élément de dialogue avec le public de tout le conflit, les modifications de maquette ou de rythme n’étant jamais justifiées. C’est tout aussi incidemment que disparaît en juin 1916 – « bourrage de crânes » oblige – la liste publiée depuis le 6 septembre 1914 des morts, et depuis le 28 septembre celle des blessés et prisonniers.

19La formule adoptée à la veille du conflit étant impraticable, celle de 1903 s’impose. Pour autant, l’esprit de janvier 1914 perdure en filigrane. En mars 1915, la rubrique maritime réapparaît, passant d’un quart de colonne à une colonne en 1918. Même chose pour les sports, souvent dominés par les rencontres d’équipes militaires de football à partir de 1916. Quant aux nouvelles de « Dernière heure », elles quittent la page trois, pour occuper toute la dernière page, en conservant chapeau et mise en forme.

  • 7 Faudouas Jean-Claude, Dictionnaire technique du papier et des encres, Eyrolles, 1990.

20Mais l’essentiel est ailleurs. Avec la guerre, L’Ouest-Éclair inaugure en effet un nouvel usage des titres. D’une part et progressivement, chaque article – du moins en première page – en est doté. La signalétique, fondée sur le choix de caractères plus ou moins gros, d’italiques, de gras, de majuscules, de « casses » différentes, donne ainsi plus de souplesse à la maquette7. Corrélativement à l’autonomisation croissante de chaque article, la sacrosainte colonne – on pourrait même dire la ligne – se désagrège. Un titre peut occuper l’espace imparti traditionnellement à deux voire trois ou quatre colonnes et le texte auquel il renvoie être décalé ; la composition « en rectangle » est introduite. Et surtout, on apprend à faire des titres qui ne sont pas de simples résumés de l’article, mais en orientent la lecture, annonçant le travail des secrétaires de rédaction modernes.

Décevant après-guerre ?

21La fin du premier conflit mondial est marquée par trois phénomènes : la maquette de 1914 n’est pas reprise ; la publicité couvre de 30 à 40 % de la surface totale ; la pagination remonte par paliers assez incohérents. Certes, des problèmes d’approvisionnement demeurent et l’administration est sourcilleuse, mais la dimension technique n’est pas à négliger. Annoncée le 16 octobre 1921, la troisième rotative n’est opérationnelle que le 13 novembre et n’autorise une publication sur dix pages que le 1er décembre. Le dimanche 9 avril, douze pages sont offertes. Enfin, de mars 1923 à 1925, l’équilibre est atteint : 8 pages les lundi, mercredi, vendredi ; 10 pages les autres jours et 12 le dimanche.

22Par contrecoup, le retour à une relative abondance sonne le glas de l’inventivité obtenue dans la maquette des années de guerre. Les titres se raccourcissent sans gagner en fermeté, la lisibilité des rubriques bien calées sur des pages ad hoc se brouille, surtout la grande vitrine du journal qu’était la « Dernière heure » est déchue de sa position de « première page bis » comme le souligne Nicolas Lemarignier. Reléguée en page trois, puis deux, dès 1921 elle ne représente plus qu’une colonne d’information. La photographie elle-même, qu’on imaginerait peut-être comme l’adjuvant nécessaire, est tout sauf sollicitée : un cliché en première page dès 1920, quelques-uns en 1921 et toujours deux thèmes privilégiés, l’actualité politique et les progrès de l’aviation. Avant 1923, la mode ou des portraits de « stars » naissantes du cinéma ne figurent pas encore. En fait, la seule nouveauté – nouveauté pour ce journal-ci, finalement très en retard par rapport aux autres quotidiens nationaux – est l’introduction de l’historiette imagée en bas de première page.

23À bien des égards, l’idée d’une crise d’identité du journal vient à l’esprit. En fait, les choses sont beaucoup plus complexes. Jusqu’à présent, la rédaction avait toujours prévenu son lectorat, sur le mode paternaliste et pédagogique, des changements. Or, le choc de la guerre et ses héritages interdisent de renouer avec des pratiques décalées. En somme, L’Ouest-Éclair évolue – simplement, il ne le dit pas. Les mutations de l’automne 1921, en lien naturellement avec l’arrivée de la troisième rotative, illustrent admirablement le phénomène. Le 26 octobre 1921 est inaugurée, par quinzaine, la page féminine, subdivisée en rubriques. Puis le 21 novembre, la chronique maritime se voit conférer un titre justifié à la colonne avec deux logos distincts ; le même jour un cartouche justifié à trois colonnes est attribué à la « Dernière heure » indiquant son retour ; le 4 décembre, c’est au tour des pages sportive et régionale de recevoir leur identité graphique ; le 26 décembre chaque grande ville a son logo. Le fait que ce système perdure jusqu’en 1935 en dit long sur l’importance de ces ajustements. En 1923, autres bouleversements silencieux : les chroniques agricoles de Jean Grindorge sont publiées en actualité générale ; la revue financière est de retour ; les anciens combattants ont leur tribune le lundi.

24Au bout du compte, ces années 1919-1925, années de transition ou de restauration – tant il est vrai qu’en 1925 on a finalement retrouvé la maquette de 1914 – comptent surtout pour les nouvelles rubriques, notamment féminines, comme la « Chronique de l’Éducation » d’Annie, la « Mode personnelle » ou « Les conseils de Maman Suzanne » et un net renforcement de la place consacrée, sinon aux loisirs, du moins à des préoccupations moins « sérieuses » qu’avant-guerre. Cette période charnière, aussi décisive que méconnue, illustre donc finalement l’aptitude du quotidien à relayer les bouleversements sociaux et culturels induits par le rouleau compresseur de la guerre. Mais les tensions sous-jacentes de cette modernité, en germe dès 1914, retinrent sans doute la rédaction de tout triomphalisme. Le monde avait changé, pouvait-on le dire ?

Les ultimes mutations

25En 1926, et après six années de transition en douceur, la dernière étape est franchie. Mais le retour à six colonnes s’accompagne-t-il de changements décisifs de maquette ? Non. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les éléments non textuels du journal sont fixés. Il ne sera plus question que d’aménagements isolés des rubriques, sans qu’une orientation stratégique, nettement perceptible et surtout datable, ait présidé à cette nouvelle expression graphique. En somme à partir de 1926, on ne doit plus faire l’histoire de « la » maquette, mais celle des différentes rubriques qui finissent, grâce ou à cause de leurs chroniqueurs attitrés, par conquérir leur indépendance. Indépendance consentie, naturellement, qui traduit les évolutions du lectorat. D’un journal unique, L’Ouest-Éclair s’apparente de plus en plus à un « quotidien-magazine », journal pour tous, où les « niveaux de lecture » ont remplacé les niveaux de compréhension.

26Outre les rubriques féminines, sportives et agricoles – examinées en détail dans ce volume – L’Ouest-Éclair évolue sur trois thématiques intéressantes : l’illustration pour les enfants ; la vie culturelle ; l’actualité régionale.

  • 8 Moliterni Claude, Mellot Philippe, Denni Michel, Les aventures de la BD, Gallimard, Découvertes, 1 (...)

27L’apparition, en 1927, d’une rubrique pour enfants est tardive pour le paysage médiatique français puisque depuis 1905 existe La semaine de Suzette, et, en 1908, L’Épatant, dont les Pieds-Nickelés de Louis Forton assurent le succès8. Mais sur le segment de l’édification de la jeunesse, Cœurs vaillants ou Ames vaillantes, publications catholiques, très bien diffusées en zone rurale par le clergé, exercent un monopole de fait. Pour arriver à s’imposer, le quotidien n’a pas droit à l’erreur : le coup d’essai doit être un succès. C’est chose faite avec les Mirifiques aventures d’Albert, Toto, Black et Jacquot (deux garçons, un chien, un perroquet) de Jean-Jacques Rousseau. Les 16 vignettes occupant la demi-page, à mi-chemin de Zig et Puce (1925) et du Journal de Mickey (1934) s’achèvent immanquablement sur l’étape annoncée, du jeudi suivant, des coups pendables dont le Capitaine en charge de leur tour du monde est la cible. Ce feuilleton en images, achevé le 18 décembre 1930, est alors publié en album, inaugurant ainsi les « produits dérivés » de L’Ouest-Éclair. Ensuite moins originale, la page entière dévolue à la jeunesse le jeudi minore la place de la bande-dessinée au profit de devinettes, de concours, de conseils de bricolages ou de découpages à réaliser. Chacun y trouve néanmoins son compte.

  • 9 Lagrée Michel, « Le cinéma de patro en Ille-et-Vilaine des origines à nos jours » Mémoires d’Ille- (...)

28La recherche de l’agrément transparaît aussi dans les diverses déclinaisons de la vie culturelle. Ainsi en est-il de la TSF, concurrente potentielle et dangereuse de la presse papier. L’Ouest-Éclair avait deux solutions : soit ignorer le phénomène et le combattre quand il était trop tard ; soit l’anticiper, à tout le moins l’accompagner. Cette dernière option est retenue le 1er avril 1926. Par une enquête qu’il lance, le journal se fait l’auxiliaire du développement, notamment technique (« Cours de TSF » à l’appui), de ce nouveau média et publie les programmes, très en avance sur la plupart de ses concurrents. La chronique voit son importance croître : le 27 février 1927 elle a son chapeau ; le 8 mars 1931, elle obtient 5 colonnes sur 6 dans sa page ; le 5 octobre 1932, « TSF Tribune » apparaît avec une belle antenne-relais sur toute la marge gauche. Sur le plan graphique la composition, soignée et aérée, de cette page est une réussite. Le 7 décembre 1932 est inaugurée la rubrique « Théâtre et cinéma ». Depuis sa création le journal rendait compte de l’actualité théâtrale rennaise. Mais le cinéma a suscité davantage de malaises, notamment dans les milieux catholiques9. De 1926 à 1932, le quotidien se contente donc de signaler – souvent par des insertions publicitaires – les programmes des salles. Ensuite, et à mesure que les salles s’équipent pour le parlant, le journal accompagne le phénomène, tout en se gardant des potinages autour des stars. La dissociation qui s’opère finalement avec l’actualité théâtrale, regroupée avec la « Vie littéraire » (apparue le 6 janvier 1931) indique quant à elle que les publics ne sont plus les mêmes, dès le milieu des années trente.

29Terminons par les pages locales, fonds de commerce par définition d’un quotidien régional. Jusqu’à la fin des années vingt, l’actualité locale conserve une présentation justifiée à la colonne. La seule innovation est introduite par le biais d’un cartouche de haut de page (carte de l’Ouest avec lignes rayonnantes depuis Rennes). Puis, dès 1930 s’insèrent les premières photos ; d’abord isolées, elles se banalisent dès 1932 où l’on peut en trouver jusqu’à 10 par page. Surtout, de simples vignettes on passe à des clichés sur deux colonnes, voire des rectangles qui rompent l’ordre rigide maintenu jusque-là, notamment grâce à la disparition des filets noirs, et aux publicités qui s’immiscent dans la partie rédactionnelle. Enfin, en 1935 pratiquement tous les articles locaux sont titrés sur deux colonnes, quitte à ne retenir que des informations plus significatives aux dépens des faits divers, passés de mode. La dimension locale est accentuée en 1938 avec la disparition du cartouche « Notre Région ». Désormais, chaque grande ville possède son cartouche de repérage. L’information locale l’a définitivement emporté sur la couverture régionale.

30Au total, l’histoire dynamique de la maquette souligne combien la réactivité aux goûts et aux besoins des lecteurs est nécessaire, mais aussi difficile à mesurer. Les premiers dialogues, explicatifs jusqu’en 1914, cèdent le pas à des inflexions plus lentes, mais non moins fondamentales. Prudence qui illustre combien l’art de la mise en page est une subtile alchimie, ménageant d’un côté le conservatisme du lecteur rétif aux modifications de « son » journal, mais attendant que celui-ci ne cesse de l’étonner. Dans la longue durée, l’étude matérielle d’un périodique confirme l’importance de cet aspect, d’autant plus décisif qu’il s’agit là, avant le contact charnel du papier, de l’affirmation d’un titre qui se « donne à voir ». On retiendra enfin l’interrelation quasi constante entre ordonnancement intérieur et changements techniques, induits ou suscités par de nouvelles machines, indiquant, là aussi, qu’histoire matérielle passe d’abord par histoire du matériel.

1. En-tête du 2 août 1899.

2. En-tête du 2 mars 1901.

3. En-tête du 5 octobre 1902.

4. En-tête et titres du 4 juin 1917.

5. Cinq colonnes à la Une (1er juin 1918).

6. Le titre page (1er janvier 1924).

7. Dépêches commerciales et agricoles (1er avril 1926).

8. L’apparition de la bande dessinée (21 février 1929).

Notas

1 Le propos de Georges Weill dans Le journal, origines, évolution et rôle de la presse quotidienne (1934) a mis 50 ans pour être compris. Même dans sa vigoureuse introduction générale aux cinq volumes de l’Histoire générale de la presse, Puf, 1969, Pierre Renouvin néglige cette dimension.

2 Manevy Raymond, L’évolution des formules de présentation de la presse quotidienne, édit. Estienne, 1956.

3 Boutruche Bénédicte, De L’Ouest-Éclair à Ouest-France, continuités et discontinuités de la maquette, mémoire de maîtrise d’Histoire, Rennes 2, 1997.

4 Lemariginier Nicolas, L’évolution de la maquette de L’Ouest-Éclair de 1899 à 1939, mémoire de maîtrise d’Histoire, Rennes 2, 1997.

5 Diebolt Évelyne, Le « feuilleton » du Petit-Journal (1863-1914), thèse de 3e cycle, Paris VII, 1975.

6 Kalifa Dominique, L’encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Fayard, 1995.

7 Faudouas Jean-Claude, Dictionnaire technique du papier et des encres, Eyrolles, 1990.

8 Moliterni Claude, Mellot Philippe, Denni Michel, Les aventures de la BD, Gallimard, Découvertes, 1996 et Fourment Alain, Histoire de la presse des jeunes et des journaux d’enfants, Éole, 1987.

9 Lagrée Michel, « Le cinéma de patro en Ille-et-Vilaine des origines à nos jours » Mémoires d’Ille-et- Vilaine, 1988, p. 2-6 ; « L’encyclique Vigilanti Cura sur le cinéma » (1936), in Achille Ratti. Pape Pie XI, coll. De l’École Française de Rome, n° 223, 1996, p. 839-853 et avec André Deniel, « Le cinéma en Bretagne rurale : esquisse pour une histoire », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1985, vol. 92, p. 257-288.

Índice de ilustraciones

Leyenda 1. En-tête du 2 août 1899.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16262/img-1.png
Archivo image/png, 4,6M
Leyenda 2. En-tête du 2 mars 1901.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16262/img-2.png
Archivo image/png, 4,0M
Leyenda 3. En-tête du 5 octobre 1902.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16262/img-3.png
Archivo image/png, 3,5M
Leyenda 4. En-tête et titres du 4 juin 1917.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16262/img-4.png
Archivo image/png, 2,9M
Leyenda 5. Cinq colonnes à la Une (1er juin 1918).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16262/img-5.png
Archivo image/png, 5,6M
Leyenda 6. Le titre page (1er janvier 1924).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16262/img-6.png
Archivo image/png, 3,3M
Leyenda 7. Dépêches commerciales et agricoles (1er avril 1926).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16262/img-7.png
Archivo image/png, 4,3M
Leyenda 8. L’apparition de la bande dessinée (21 février 1929).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16262/img-8.png
Archivo image/png, 2,8M

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540