Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ouest-Éclair

 | 
Michel Lagrée
, 
Patrick Harismendy
, 
Michel Denis

Deuxième partie. Le journal et ses acteurs

Chapitre 8. L’hôtel de L’Ouest-Éclair (1913) ou la discrète parabole Art nouveau des trois fonctions1

Jean-Yves Andrieux

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Dossiers :
  • 2 Veillard Jean-Yves, Rennes au xixè siècle : architectes, urbanisme et architecture, Rennes, Éd. du (...)

1En août 1899, lorsque paraît le premier numéro du journal L’Ouest-Éclair, les nombreuses querelles engendrées par la nouvelle topographie de Rennes sont à peine éteintes. Certes, la régularisation du cours de la Vilaine et la construction des quais – vieux projet du xviiie siècle puisqu’il figure déjà parmi les recommandations de l’ingénieur Robelin, mais jamais réalisé sous l’Ancien Régime – sont menées à bien entre 1841 et 18462. Il s’agit alors, dans un premier temps, d’améliorer la navigation avant de concourir à l’assainissement et à l’embellissement de la basse ville, périodiquement envahie par les crues et partiellement transformée en un marais insalubre. La ligne des quais, entre le pont Saint-Georges et le pont Napoléon III ne s’achève donc – laborieusement, car la dépense est de taille – qu’en 1861, en même temps que le conseil municipal se préoccupe de réaliser les premières rues parallèles et perpendiculaires au tracé de la rivière canalisée. Cet aménagement – aléatoire en raison d’une maîtrise trop incertaine de l’espace urbain ainsi ouvert à la spéculation, jointe à la difficulté des procédures d’expropriation et à la lourdeur des travaux de drainage dans un sous-sol demeuré fangeux – dure près de vingt ans.

Un quartier : le Pré-Botté

2Sous le Second Empire, le rythme des constructions neuves y est encore très lent, sans cesse retardé par les tergiversations préalables au choix d’un emplacement pour la gare qui, quoique bien modeste et peu novatrice dans sa version terminée en 1857, inaugure discrètement mais sûrement le renversement du centre de gravité de Rennes vers le sud. La magistrature d’Ange de Léon des Ormeaux (1855-1861), défenseur d’un essor économique soutenu par l’implantation d’entreprises autant (et peut-être même plutôt) que par le développement des garnisons, cherche en vain à concrétiser ce changement par l’organisation d’un réseau cohérent de voies autour du Champ de Mars. Après une déclaration d’utilité publique fixant, en août 1862, l’alignement des rues au sud des quais, c’est en 1880 seulement que le conseil municipal se décide à supprimer la cale du Pré-Botté et à la remplacer par un édifice monumental dédié aux Postes et Télégraphes ainsi qu’à divers autres services, le futur palais du Commerce.

  • 3 Ibid., p. 419-423.

3Défendu par un maire (Edgar Le Bastard) convaincu de la nécessité d’un grand geste architectural pour affirmer une politique au long cours, cet édifice majestueux, véritable articulation centrale d’une agglomération en plein remodelage, traduit l’apogée d’un éclectisme coûteux, dont on connaît les longues vicissitudes puisque, de l’avant-projet de l’architecte Jean-Baptiste Martenot (1881) – dont il constitue l’œuvre maîtresse ou, en tout cas, la plus ambitieuse – jusqu’à l’achèvement total des travaux, modifiés par Emmanuel Le Ray (1929), c’est presqu’un demi-siècle d’efforts qui s’offre au regard3. Après le palais universitaire érigé par Vincent Boullée au milieu du siècle (qui abrite aujourd’hui les musées des Beaux-Arts et de Bretagne) et l’important lycée bâti par le même Martenot (1859-1889), le long de la jeune avenue de la Gare (aujourd’hui avenue Janvier), on saisit pleinement le sens d’un embellissement qui – à l’instar de beaucoup d’autres villes françaises, mais ici avec constance et éclat – se donne les impératifs de commodité et l’habillage plastique comme doctrine, tout en cultivant à égalité le sens pratique et l’esprit positif.

4C’est dans ce quartier en cours de construction que les fondateurs de L’Ouest-Éclair, vite à l’étroit dans leurs locaux initiaux de la rue de La Chalotais (au bout des quais), acquièrent peu à peu les terrains indispensables à une stratégie d’agrandissement, à l’angle des rues du Pré-Botté et Saint- Benoît (actuelle rue Paul-Louis Courier), à proximité de l’ancien couvent des Ursulines et de l’église de Toussaints. Ces achats, effectués en l’étude de maître Bourgès, notaire à Rennes, débutent en 1903 et s’achèvent formellement en 1913, avec l’extinction des droits locatifs et le départ des derniers occupants qui permettent d’envisager la démolition des immeubles antérieurs et la préparation du terrain. Celui-ci couvre une parcelle confortable, puisque l’« hôtel » de L’Ouest-Éclair s’étend, à lui tout seul, sur une surface d’environ 450 mètres carrés. L’architecte a choisi d’installer la partie la moins prestigieuse – ou, si l’on préfère, la plus utilitaire : l’imprimerie – dans son prolongement, le long de l’étroite rue Saint-Benoît (façade : 34, 50 m, profondeur moyenne : 27, 40 m). Les bureaux s’affichent avec beaucoup plus d’ostentation sur la rue passante du Pré-Botté (façade : 41, 26 m), une ample rotule d’angle (façade : 14, 76 m) assurant la transition entre ces deux bâtiments d’inspiration très différente, bien que le tout compose un ensemble indissociable — reflet parfait de la structure de l’entreprise, miroir fidèle de son fonctionnement et, en même temps, image publicitaire sobre mais résolue d’un journal ambitieux.

Eugène Guillaume, disciple effacé de l’architecte Martenot

  • 4 Kerouanton Jean-Louis, LU : Une usine à Nantes, Nantes, Inventaire général, 1989, p. 26-29.

5L’hôtel de L’Ouest-Éclair s’affiche sans crainte et sans excès comme un jalon de la Belle-Époque dont les Rennais apprécient immédiatement la symbolique – mesurée parce que rigoureusement classique – sans que celle-ci tente de leur délivrer un message prosélytique, à la manière des tours nantaises, beaucoup plus expressives, de la biscuiterie Lefèvre-Utile (1899- 1909, arch. Auguste Bluyssen)4. Il apparaît, à ce titre, comme doublement estampillé par l’influence de Jean-Baptiste Martenot : seule partie largement exposée à la vue – son hall d’entrée sommé d’un dôme imposant, puisqu’élevé sur cinq niveaux (la surface globale du programme atteint par conséquent 2 260 mètres carrés, sans compter l’imprimerie), dialogue avec l’élévation occidentale, très décorée, du palais du Commerce, comme si l’élève s’adressait au maître, avec la distance qui sied au respect.

  • 5 Guéné Hélène, Loyer, François, L’Église, l’État et les architectes : Rennes, 1870-1940, Paris, Éd. (...)
  • 6 Ibid., p. 32-33.

6L’auteur du projet de L’Ouest-Éclair, Eugène Guillaume, architecte de formation purement locale, est en effet issu du cabinet de Martenot, où il a reçu son bagage professionnel, avant d’être recruté en 1886 par le service municipal d’architecture – sur la recommandation de son « patron » – et, enfin, d’ouvrir sa propre agence en 1894, au moment où Martenot quitte les fonctions d’architecte de la Ville qu’il occupe depuis 1858 (il meurt en 1906)5. Bien que devenu, pour peu de temps, son concurrent, Guillaume manifeste pleinement sa dette envers ce mentor incontesté, venu de l’École des Beaux-Arts de Paris, qui a tout – ou presque tout – transmis à sa localité d’adoption, depuis les remarquables pavillons métalliques des Lices à la manière de Baltard jusqu’au plus banal immeuble haussmannien à pan coupé, puis à rotonde, en passant par l’expérimentation industrielle (première halle de l’imprimerie Oberthür, 1869) où il affirme la prééminence du programme, dont le style n’est, à ses yeux, qu’une affirmation typologique, plus ou moins soignée et précieuse6.

Le programme, rien que le programme…

  • 7 Jones Anthony, Charles-Rennie Mackintosh, Londres, Studio Éd., 1990, p. 84, 88-122.

7L’immeuble de L’Ouest-Éclair a justement le mérite de conjuguer, voire d’associer sans aucune ambiguïté – presque à la manière didactique et indécise d’un « travail pratique » d’écolier – trois programmes pourtant bien distincts : l’immeuble de bureau, l’immeuble d’habitation et l’atelier de travail dont Eugène Guillaume choisit de singulariser beaucoup moins l’habillage que l’expression des masses. La loi inflexible du programme s’applique ainsi sans faiblesse : la disposition et la distribution des espaces s’enchaînent logiquement d’un étage à l’autre, à partir d’une structure porteuse de murs de long-pan et, surtout, de refend, empêchant toute variation. Il est clair que l’architecte ne vise pas la fantaisie, allant jusqu’à superposer automatiquement portes et fenêtres, en travées larges ou serrées. En dehors de l’aile de l’imprimerie proprement dite – en communication intérieure directe avec le reste du bâtiment – l’hôtel de L’Ouest-Éclair comprend, à chaque niveau, une dizaine de pièces, réparties de part et d’autre d’un long couloir en forme de « L » vers lequel converge la desserte des étages (par escaliers et ascenseurs). La distinction des fonctions correspond à un double principe horizontal et vertical, conforme au statut social de leurs titulaires dans l’entreprise et comparable, par exemple, à celle que respecte Charles-Rennie Mackintosh pour l’école des Beaux-Arts (1897- 1909) ou le siège social du Glasgow Herald (1893-1895), connu pour son donjon-campanile – également en angle – largement commenté par les revues spécialisées de l’époque7.

8Sur la rue Saint-Benoît sont concentrées (on oserait presque écrire : reléguées) les tâches d’exécution, assurant le lien avec l’imprimerie (dactylographie, prote, brochage et reliure). Sur la rue du Pré-Botté se succèdent les fonctions prestigieuses, car intellectuelles, dans l’ordre qui convient à leur influence (rédaction générale, dépêches et publicité à l’entresol ; bibliothèque, service politique et rédaction en chef au bel étage dont l’angle est, de surcroît, occupé par la salle du conseil ; photographie, gravure, documentation et dessin au second étage). Cette hiérarchie demeure, on le voit, absolument traditionnelle, quasi aristotélicienne, le politique surplombant le pragmatique, le national s’imposant au local et l’artistique (au sens du domaine déjà fortement différencié de l’image : Rennes n’est pas pour rien la capitale française de l’almanach des Postes !) dominant le tout, dans une position haute, à la fois intemporelle et intangible.

L’alliance éclectique des matériaux

  • 8 Delhumeau Gwenaël, Gubler Jacques, Simonnet Cyrille, Legault Réjean, Le béton en représentation : (...)

9On comprend aisément que, guidé par de tels principes affirmatifs sagement hérités de la lointaine doctrine architecturale du Grand Siècle, Eugène Guillaume ait tenu à noyer le tout dans une enveloppe commune, telle une bonbonnière plaquée d’un sucre glace dont l’imprimerie est toutefois curieusement – et avantageusement – exempte. Sous cette surface unie, l’architecte se révèle, en réalité, habile manieur de matériaux, la structure constructive s’accordant aux dogmes habituels du xixe siècle, sans être spécialement rétive aux évolutions assez récentes (rappelons que le brevet du système Hennebique est déposé en 18928). C’est pourquoi le matériau principal de l’hôtel, entièrement dissimulé, est le béton armé, utilisé pour les fondations et la trame des plateaux supérieurs, tandis que l’imprimerie fait davantage appel au métal.

10Dans ce second cas, la façade (dont l’ossature a été heureusement conservée lors de l’installation de la chaîne Mercure dans les lieux, même s’il ne s’agit que d’une énième version du façadisme à la bruxelloise) montre ses piles de brique jaune ponctuées d’ancres, ses allèges de grès et ses vastes baies vitrées, éclairant en abondance les divers ateliers (rotatives – les plus lourdes – au rez-de-chaussée, portées par un bâti au sous-sol, linotypes au premier étage, imprimerie au second). La charpente de l’ensemble est traitée en fer, avec comble à la Mansart. Constituée d’un assemblage très simple de fermes et de pannes tenues par des aiguilles, des cornières et rassemblées en bout par des goussets, au sommet par des poinçons, elle repose sur des consoles et des poutres en acier. La toiture allie, quant à elle, l’ardoise (à l’origine réduite aux quatre pans du dôme), le zinc et une grande verrière. Les menuiseries intérieures (portes à un battant ou deux vantaux ; chambranles ; huisseries ; parquets à compartiments ; escalier d’honneur d’un goût classique persistant, renforcé par la stylisation géométrique), de la main même de l’architecte, témoignent d’un soin minutieux accordé aux détails constructifs aussi bien qu’ornementaux, héritage d’un art de bâtir resté plutôt traditionnel.

L’unité démonstrative du décor

  • 9 Mérimée Prosper, Notes d’un voyage dans l’Ouest de la France (1836), Paris, Hachette, 1971 (rééd. (...)

11La façade de la rue du Pré-Botté repose sur un soubassement de granit gris local (extrait des carrières voisines de Louvigné-du-Désert, dans le pays de Fougères), accordé à cette ambiance sévère léguée à la ville par la reconstruction de Gabriel, consécutive au grand incendie de 1720, et regrettée avec force par l’inspecteur des Monuments historiques, Prosper Mérimée, lors de son passage en Bretagne (1836)9. Le décor en tuffeau, rythmé par des décrochements et des pilastres doriques à profondes cannelures, reprend la tonalité d’un xviiie siècle oscillant entre les manières Louis XV et Louis XVI. On sait que les entrelacs du style rocaille ont entre-temps été réhabilités par les tenants d’un Art nouveau préoccupé de renouer avec les fastes royaux de la grandeur française (les frères Goncourt, en particulier). Ponctuée de feuillages et de figures métaphoriques (par exemple, la lyre) en relief, soulignée par une épaisse frise abondamment chargée de ramures, de fruits et autres symboles ruraux (pommes de pin, épis de maïs), l’élévation est sommée d’une grande lucarne-fronton, à baie tripartite, entourée de volutes, portant fièrement en cartouche l’inscription : L’Ouest-Éclair. Le pavillon d’angle se signale par des lignes simplifiées, une corniche fortement saillante et soulignée de festons, une baie centrale en renfoncement sur laquelle on a ensuite posé une horloge. L’élévation proposée par Guillaume en août 1912 le montre encadré de deux avant-corps à double fronton emboîté dont la volute inférieure rentrante rappelle singulièrement la travée axiale des magasins Jacquard (1903, 6 place de Bretagne), autre édifice signé par le même maître d’œuvre (avec l’immeuble du 4 place Hoche datant, lui, de 1906 et d’une facture moins aisément identifiable).

  • 10 Roussel Francis, Nancy : Architecture 1900, Metz, Éd. Serpenoise, 1992, t. 2, p. 6-7, 26-41.

12Lorsque, après la Seconde Guerre mondiale, on a rénové l’édifice et décidé de lui faire porter le nouveau titre adopté par le journal Ouest- France, une élégante marquise en métal et en verre est venue barrer le portail principal d’entrée. On a, du même coup, renforcé son cachet Art nouveau, au détriment de sa connotation Louis XVI, et renforcé sa parenté avec l’immeuble de la chambre de Commerce et d’Industrie de Nancy (1908, arch. Émile Toussaint et Louis Marchal) – dont les ferronneries florales livrées par Louis Majorelle sont célèbres – plutôt qu’avec celui de L’Est Républicain (1912-1913), bâti dans la même ville par l’architecte Pierre Le Bourgeois10. L’analogie du programme est assez claire et celle des circonstances est tout à fait frappante. Fondé en 1889, L’Est Républicain a également besoin d’un nouvel « hôtel » pour faire face à son expansion. La parcelle choisie – irrégulière, en angle (500 mètres carrés au total) – est acquise en 1912 et l’architecte recourt en définitive aux mêmes artifices que son confrère breton (structure intérieure en béton armé, baies rectangulaires assez monumentales, ornements très ostensiblement stylisés en pierre d’Euville, corniche surdimensionnée). Il en exagère même l’effet au-delà du raisonnable en érigeant une véritable tour-phare, hissée comme un sémaphore commercial ou identitaire au-dessus du quartier de la gare.

13À Rennes, le modèle décoratif classique conserve par conséquent toutes ses vertus (et aussi toutes ses limites), aux yeux de créateurs et de commanditaires qui n’ont jamais vraiment adopté les fantaisies, trop débridées, de l’art « fin de siècle ». Ce n’est pas un hasard si la salle des dépêches de L’Ouest-Éclair est longtemps demeurée un point de ralliement familier pour les Rennais, accoutumés à y découvrir les nouvelles de Bretagne et du monde, avant l’explosion de l’actuelle société de communication. Son plafond caissonné, peint par Louis Garin (1924), porte un trompe-l’œil de danses paysannes vivement colorées, sur fond de ciel bleu clair, tandis qu’au bas de l’escalier d’honneur, une toile marouflée, signée du même artiste, décrit avec une effusion figurative l’adieu des marins à leurs familles avant le départ des cap-horniers. L’allégorie signifiée par cette mise en scène de l’architecture est plus que transparente : on ne saurait mieux affirmer le double enracinement d’un journal diffusé dans une province rurale et maritime, attachée à ses traditions.

L’abbé Félix Trochu (Coll. Ouest-France)

Emmanuel Desgrées du Loû (Coll. Ouest-France)

Les débuts, rue La Chalotais (Coll. Musée de Bretagne, Rennes)

L’Hôtel de la rue du Pré-Botté (Coll. Ouest-France)

Caricature hostile à L’Ouest-Éclair (Coll. Musée de Bretagne, Rennes)

Façade de l’imprimerie (Coll. Ouest-France)

Vue intérieure de l’imprimerie (Coll. Ouest-France)

L’atelier de clichage, avec les formes (Coll. Ouest-France)

Les rotatives (Coll. Ouest-France)

Une diffusion moderne, adaptée à un espace rural (Coll. Musée de Bretagne, Rennes)

Vers la diversification des activités à L’Ouest-Éclair (Coll. Ouest-France)

Une modernisation continuée (Coll. Musée de Bretagne, Rennes)

L’organe rival : Le Nouvelliste (Coll. Musée de Bretagne, Rennes)

Au Nouvelliste, trois vicaires généraux, entourant l’abbé Jallier, Directeur, et le Général de Castelnau (Coll. Musée de Bretagne, Rennes)

Notes

1 Dossiers :

  • Maisonneuve-Le Brec Tiphaine, dossier d’histoire de l’architecture, sous la dir. de Gwenaël Delhumeau, École d’architecture de Bretagne, 1998.
  • Roudeau Emmanuelle, dossier d’histoire de l’art, sous la dir. de Jean-Yves Andrieux, université de Rennes 2, 1991.
    Remerciements à Gwenaël Delhumeau et Catherine Réaudin (École d’architecture de Bretagne)

2 Veillard Jean-Yves, Rennes au xixè siècle : architectes, urbanisme et architecture, Rennes, Éd. du Thabor, 1978, p. 281-288.

3 Ibid., p. 419-423.

4 Kerouanton Jean-Louis, LU : Une usine à Nantes, Nantes, Inventaire général, 1989, p. 26-29.

5 Guéné Hélène, Loyer, François, L’Église, l’État et les architectes : Rennes, 1870-1940, Paris, Éd. Norma, 1995, p. 149.

6 Ibid., p. 32-33.

7 Jones Anthony, Charles-Rennie Mackintosh, Londres, Studio Éd., 1990, p. 84, 88-122.

8 Delhumeau Gwenaël, Gubler Jacques, Simonnet Cyrille, Legault Réjean, Le béton en représentation : La mémoire photographique de l’entreprise Hennebique, 1890-1930, Paris, Hazan, 1993.

9 Mérimée Prosper, Notes d’un voyage dans l’Ouest de la France (1836), Paris, Hachette, 1971 (rééd. du centenaire), p. 295.

10 Roussel Francis, Nancy : Architecture 1900, Metz, Éd. Serpenoise, 1992, t. 2, p. 6-7, 26-41.

Table des illustrations

Légende L’abbé Félix Trochu (Coll. Ouest-France)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16259/img-1.png
Fichier image/png, 722k
Légende Emmanuel Desgrées du Loû (Coll. Ouest-France)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16259/img-2.png
Fichier image/png, 180k
Légende Les débuts, rue La Chalotais (Coll. Musée de Bretagne, Rennes)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16259/img-3.png
Fichier image/png, 650k
Légende L’Hôtel de la rue du Pré-Botté (Coll. Ouest-France)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16259/img-4.png
Fichier image/png, 464k
Légende Caricature hostile à L’Ouest-Éclair (Coll. Musée de Bretagne, Rennes)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16259/img-5.png
Fichier image/png, 553k
Légende Façade de l’imprimerie (Coll. Ouest-France)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16259/img-6.png
Fichier image/png, 196k
Légende Vue intérieure de l’imprimerie (Coll. Ouest-France)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16259/img-7.png
Fichier image/png, 164k
Légende L’atelier de clichage, avec les formes (Coll. Ouest-France)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16259/img-8.png
Fichier image/png, 167k
Légende Les rotatives (Coll. Ouest-France)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16259/img-9.png
Fichier image/png, 246k
Légende Une diffusion moderne, adaptée à un espace rural (Coll. Musée de Bretagne, Rennes)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16259/img-10.png
Fichier image/png, 195k
Légende Vers la diversification des activités à L’Ouest-Éclair (Coll. Ouest-France)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16259/img-11.png
Fichier image/png, 129k
Légende Une modernisation continuée (Coll. Musée de Bretagne, Rennes)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16259/img-12.png
Fichier image/png, 112k
Légende L’organe rival : Le Nouvelliste (Coll. Musée de Bretagne, Rennes)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16259/img-13.png
Fichier image/png, 198k
Légende Au Nouvelliste, trois vicaires généraux, entourant l’abbé Jallier, Directeur, et le Général de Castelnau (Coll. Musée de Bretagne, Rennes)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16259/img-14.png
Fichier image/png, 158k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540