Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ouest-Éclair

 | 
Michel Lagrée
, 
Patrick Harismendy
, 
Michel Denis

Deuxième partie. Le journal et ses acteurs

Chapitre 7. Le développement de l’entreprise

Christian Hamon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Tout a commencé au 4, rue de la Chalotais à Rennes, dans ce qui est aujourd’hui un magasin de luminaires, et où sont encore visibles à la cave, les points d’ancrage de la rotative sur le carrelage d’origine du journal. C’est dans cet immeuble, que se déroule le 29 juin 1899, l’assemblée constitutive des actionnaires de la société en commandite par actions : la « Presse Régionale de l’Ouest » (la PRO) éditrice de L’Ouest-Éclair. Mais il fallut auparavant aux fondateurs du journal deux années d’un périple à bicyclette à travers la Bretagne des presbytères, pour réunir les 80 000 F du capital nécessaire au projet. Cette origine ecclésiastique des fonds collectés a longtemps valu à L’Ouest-Éclair la réputation tenace de « journal des curés ». Et si effectivement une bonne centaine de religieux souscrit au capital, il s’agit cependant plus de leur part d’un acte de foi dans l’œuvre entreprise que d’une volonté de contrôle de la société, chacun d’eux n’ayant guère plus d’une action de 100 F. Ces modestes souscripteurs seront d’ailleurs bien incapables de suivre les augmentations ultérieures du capital. Par contre, s’adjoignent à ceux-ci, et de façon plus déterminante, quelques aristocrates et bourgeois convaincus par le projet, comme le comte de Vulpian ou Émile Cary, un riche négociant de la rue Nantaise. Ce dernier ne ménagera ni ses conseils ni son soutien financier à l’ambitieux programme défini par Emmanuel Desgrées du Loû dans le premier numéro de L’Ouest-Éclair.

2D’ambitions en effet, le journal est mieux pourvu que de moyens, car l’affaire relève plus du militantisme que de l’entreprise de presse. La composition se fait manuellement, et la vieille presse à retiration (elle imprime successivement le recto et le verso de chaque feuille) est actionnée péniblement par un moteur poussif au gaz. Cela ne décourage en rien l’équipe d’à peine vingt personnes, et le mercredi 2 août 1899, sort sur quatre pages le premier numéro de L’Ouest-Éclair. Le prix de vente est de 5 centimes (1 sou), mais les 1 800 exemplaires sont distribués gratuitement. Quel fut l’accueil réservé au nouveau titre ? peu d’échos semble-t-il.

3Habituellement si tranquille et austère, Rennes est pourtant en pleine effervescence en ce mois d’août. La ville a été choisie en effet pour servir de cadre à la révision du procès d’Alfred Dreyfus. Or « l’Affaire » aurait dû servir de tremplin au lancement du journal. Il n’en est rien, car L’Ouest-Éclair ne publie aucun compte rendu des débats du 7 août, première journée du procès ! Premier ratage qui met en évidence la pauvreté des moyens du journal. Les débuts sont donc très difficiles, et l’objectif : « d’informateur rapide pour la région de l’Ouest » se résume pour l’heure à l’agglomération rennaise et une partie de l’Ille-et-Vilaine. Aussi ne faut-il pas s’étonner si, trois mois après son lancement, le journal ne peut honorer une échéance de 9 000 F. Étienne Isabelle, jeune silloniste et ami de Marc Sangnier, avance heureusement l’argent nécessaire. Comme pour la souscription, qui trouve bon accueil auprès des sympathisants du Sillon, c’est dans ce milieu qu’Emmanuel Desgrées du Loû recrute les premiers collaborateurs du journal. Ceux-ci donnent un caractère nettement rennais à L’Ouest-Éclair, ainsi Charles Fredouët et Francis Rallier – ouvriers du livre – mais aussi Jean Salmon faisaient partie d’un cercle d’études fondé autour de l’abbé Louvel de la paroisse Notre-Dame de Rennes.

4En ce premier mois de 1900, le journal ne compte cependant guère plus de 1 200 lecteurs et une grève est même décidée par les ouvriers typographes. L’entreprise est à deux doigts d’une disparition pure et simple. C’est alors qu’intervient l’abbé Félix Trochu. Véritable cheville ouvrière de l’installation rue de la Chalotais, l’abbé est dynamique car il est également vicaire de la paroisse Saint-Sulpice à Fougères. Enfin libéré de ses ouailles pour une sinécure d’aumônier à Rennes, l’abbé va pouvoir alors manifester ses remarquables talents d’organisateur et s’avérer, sans en avoir le titre, comme le véritable co-gérant de l’affaire, Emmanuel Desgrées du Loû assumant la direction politique du journal. Le conflit salarial promptement réglé, l’abbé reprend en main la gestion du journal, le sauvant ainsi d’une faillite prévisible. Commence alors l’élargissement de la zone de diffusion du journal à l’ensemble de l’Ille-et-Vilaine et aux départements limitrophes des Côtes-du-Nord et du Morbihan. Seul le train permet à l’époque une distribution rapide du journal, et Rennes a l’avantage d’être un important nœud ferroviaire. C’est à partir de ce réseau, géré par des compagnies privées, que L’Ouest-Éclair va assurer son essor. Il faut cependant tenir compte des contraintes horaires qui en retardent l’arrivée à l’est du département. C’est seulement en avril 1901 que le journal, avec la création d’une édition particulière et la mise à disposition par la Compagnie de l’Ouest, d’un train spécial « de petite vitesse » partant de Rennes à 1h55, arrive enfin à Vitré avant le départ des trains pour Fougères et Martigné-Ferchaud.

5L’année suivante, désirant améliorer la rapidité et la qualité d’impression du journal, l’abbé fait l’acquisition d’une rotative Derriey d’occasion auprès du Petit-Parisien. Son fonctionnement est mauvais – elle ne permet qu’un tirage sur quatre pages et l’accrochage d’une seule bobine – mais le progrès est considérable pour le journal. L’affaire semble donc bien engagée deux ans après son lancement.

  • 1 Delourme Paul, Trente-cinq années de politique religieuse ou l’histoire de l’Ouest-Éclair, préf. d (...)

6« Quand parut Le Nouvelliste de Bretagne, L’Ouest-Éclair put craindre que sa dernière heure eût sonné1 ». La menace est sérieuse en effet, car le 19 décembre 1901 est lancé à Rennes ce nouveau journal catholique et royaliste, émanation du quotidien Le Nouvelliste de Lyon, dont il bénéficie du soutien financier et technique. Ses moyens de lancement sont supérieurs à ceux de L’Ouest-Éclair deux ans auparavant et il affiche la même ambition régionale, il peut en outre compter sur l’appui de l’évêché qui ne voit pas d’un très bon œil l’essor du journal de ces abbés démocrates, poissons rouges dans un bénitier. Quoi qu’il en soit, l’arrivée de ce concurrent semble plutôt stimuler L’Ouest-Éclair car en janvier 1902 sa zone de diffusion s’étend à la Basse-Bretagne. Cette étape est très importante, car elle s’inscrit dans une stratégie de fusion amicale du journal avec un titre bien implanté localement, ce qui facilite d’autant la création d’éditions départementales. C’est à Brest que démarre ce processus, avec l’absorption de l’hebdomadaire L’Étoile de la Mer, de même sensibilité politique que L’Ouest-Éclair, qui vient ainsi concurrencer sérieusement La Dépêche de Brest – ancêtre de l’actuel Télégramme – laquelle tire déjà à 20 000 exemplaires et est bien implantée parmi les équipages de la flotte. Après Rennes, le Léon constitue donc le deuxième point d’appui du journal, ce qui n’est pas surprenant car les abbés démocrates sont nombreux au sein du bas clergé léonard, et le Sillon est très actif dans ce pays. L’opération se répète à Saint-Brieuc, où L’Avenir Républicain des Côtes-du-Nord devient à son tour une succursale de L’Ouest-Éclair. Peu de temps auparavant, l’abbé Trochu avait constaté l’importance des informations maritimes dans la région, aussi à l’instar de La Dépêche de Brest et du Phare de la Loire de Nantes, le journal lance-t-il sa propre rubrique sur la marche des bateaux (C’est la rubrique d’aujourd’hui : « Où sont nos navires ? »). Coup de maître qui fournit à L’Ouest-Éclair sa première clientèle, d’autant plus que la marche des trains lui permet d’arriver sur toute la côte jusqu’à Morlaix et Lorient avant La Dépêche de Brest. La même démarche se répétera plus tard avec l’idée, empruntée cette fois-ci au journal Le Réveil de Cherbourg, de chroniques agricoles des foires et marchés.

  • 2 Rapport mensuel du préfet au ministre de l’intérieur du 1er mars 1902, Archives départementales d’ (...)
  • 3 Rapport du commissaire central de Rennes au préfet du 17 avril 1902, A.D.I.V, 2 t.64.

7Rayonnant désormais sur la quasi-totalité de la Bretagne, L’Ouest-Éclair peut s’affirmer comme un véritable quotidien régional, mais si sa diffusion est en hausse, elle reste cependant modeste avec un tirage de 8 000 exemplaires dont 400 abonnés en mars 1902. C’est mieux que Le Nouvelliste qui tire à 2 000 exemplaires dont 250 abonnés2. Le mois suivant ont lieu les élections législatives, c’est la première occasion politique pour le journal d’accroître son influence. Les résultats sont remarquables avec un tirage de 30 000 exemplaires, dont 2 000 diffusés à Rennes, 10 000 en Ille-et-Vilaine et 18 000 en Basse-Bretagne3. Et chaque scrutin électoral sera désormais un marchepied dans l’essor du journal. La preuve est ainsi faite qu’un lectorat potentiel existe, et que le journal en fidélise une bonne partie puisque le tirage se maintient à 15 000 exemplaires au mois de juillet.

  • 4 Registre des patentes de 1904, Archives Municipales de Rennes.

8Ces hausses de tirage posent cependant d’énormes problèmes techniques. Composition manuelle et clicherie sont en effet des opérations lentes qui retardent d’autant la mise en route d’une rotative fatiguée… tout autant que la haridelle qui tire la voiture chargée de journaux jusqu’à la gare. L’augmentation du tirage et la multiplication des éditions nécessitent donc une modernisation des installations. La PRO ne disposant pas de l’argent nécessaire à de tels investissements, deux armateurs de Saint-Servan, amis du journal, apportent en 1904 la somme permettant l’acquisition de six machines linotypes. Le journal quitte alors le stade artisanal de la composition manuelle pour une composition mécanique plus rapide et une meilleure qualité d’impression. Ces machines sont installées non loin de la rue de la Chalotais, au 38, rue du Pré Botté, là ou était auparavant le magasin de beurre au détail de Mme Louise Bredoux4.

9Ces investissements entraînent la PRO dans une première augmentation de son capital social, qui est porté à 560 000 F en juin 1906. Le journal est donc complètement lancé, le registre des patentes indique d’ailleurs que 34 ouvriers travaillent rue du Pré Botté. Les bénéfices bruts atteignent 31 000 F en 1908, ils seront de 158 000 F en 1910, et pour la première fois depuis 11 ans, un dividende de 3 % est versé aux actionnaires.

  • 5 La Semaine Religieuse du diocèse de Rennes, 1902, n° 23.

10Cette réussite de L’Ouest-Éclair irrite d’autant plus les autorités religieuses que Le Nouvelliste a du mal à s’implanter hors des presbytères et des châteaux. Pourtant l’évêché ne lui ménage pas son soutien, ainsi avec l’« Œuvre de la diffusion de la presse ». Le but est d’envoyer « le bon journal donné » aux braves paysans du département, mais surtout de les mettre en garde contre : « toute feuille semant la division, attisant la discorde ». Jamais L’Ouest-Éclair n’est cité bien sûr, mais l’évêché précise que : « les catholiques nous comprendront5 ». Le signal est donné par le Vatican, avec la condamnation du Sillon en 1910. Dès lors, l’abbé Trochu, qui n’était déjà pas en odeur de sainteté auprès de sa hiérarchie ecclésiastique, se voit signifier l’ordre de quitter L’Ouest-Éclair par l’archevêque de Rennes, le très réactionnaire Mgr Dubourg. Il n’en continue pas moins de garder le contact téléphonique avec « son » journal depuis ses appartements de la rue de la Monnaie.

11Si l’extension de la zone de diffusion de L’Ouest-Éclair s’est appuyée jusqu’à présent sur le réseau ferroviaire, celui-ci n’en a pas moins ses limites. C’est l’automobile qui va désormais faciliter la pénétration du journal dans les zones rurales, et dès 1912, l’abbé veut en généraliser l’utilisation en achetant le garage du Champ de Mars à Rennes, cette opération s’avère cependant très coûteuse.

12Ainsi donc, à la veille de la Première Guerre mondiale et quinze années après sa fondation, L’Ouest-Éclair est sans conteste un quotidien régional en pleine expansion et qui se donne les moyens de son développement futur. L’essentiel des bénéfices, 190 000 F en 1911, est consacré aux amortissements et investissements nouveaux. Cette même année, le journal porte son effort vers la Normandie, région plus riche que la Bretagne et qui doit accroître le rendement de la publicité. En 1912, l’abbé se rend en Allemagne et y fait l’acquisition de rotatives des plus perfectionnées, identiques à celles du Vorwaerts, le grand quotidien socialiste qu’il visite. Ces rotatives Winkler sont montées début 1914 rue du Pré Botté, elles permettent 2 fois 4 sorties de 8 pages et autorisent à l’occasion (prémonitoire) un tirage de 400 000 exemplaires. Tirage qui a déjà franchi la barre symbolique des 100 000 en 1913 avec 5 éditions. À la veille du conflit, et selon L’Annuaire de la Presse, le tirage de L’Ouest-Éclair est de 150 000 exemplaires diffusés sur dix départements. Quatre d’entre-eux : l’Ille-et-Vilaine, les Côtes-du- Nord, le Morbihan, le Finistère, en absorbent 120 000. Ces chiffres sont probablement exagérés, mais ils confirment une évidence, le fief de L’Ouest-Éclair est bien la Bretagne.

13C’est donc un journal en plein développement que surprend le déclenchement des hostilités. La désorganisation est totale, plus de lignes téléphoniques et télégraphiques, plus de trains. Emmanuel Desgrées du Loû, officier de réserve, est mobilisé à Brest au commissariat de la marine, mais avant de quitter Rennes il donne une procuration générale à l’abbé Trochu, qui n’est pas mobilisé en raison de son âge. Ces circonstances exceptionnelles font que l’évêché ferme les yeux sur ce retour effectif de l’abbé aux affaires. Sa préoccupation première concerne les liaisons avec Paris, ou il se rend le 2 août en voiture, afin d’obtenir de l’administration centrale des PTT la concession d’une ligne au nom du journal. Il en profite également pour négocier un contrat d’informations générales avec l’agence Havas. Ces formalités réglées, le dynamisme de l’abbé ne s’arrête pas là, il se met aussitôt en quête d’automobiles, de pneus, d’essence et de chauffeurs, afin de pallier les désordres ferroviaires liés à la mobilisation. Le fait de pouvoir disposer d’un service de transport alors qu’éclate le conflit, est l’occasion d’un développement considérable du journal hors de Bretagne, dans des régions touchées faiblement jusqu’ici. L’Ouest-Éclair arrive en effet dès la première heure dans des départements surpeuplés de réfugiés et de réservistes, et où ne parvenait aucun autre journal, ni de Paris ni de la région.

  • 6 Amaury Francine, Histoire du plus grand quotidien de la IIIe République : Le Petit Parisien, 1876- (...)

14Le front est loin. Bien rares en sont les victimes enterrées au pays, rendant la mort encore plus irréelle. La population est d’autant plus avide de courir aux nouvelles que la région, essentiellement agricole, paye un lourd tribut de vies humaines à cette guerre. Que L’Ouest-Éclair profite de cette demande d’informations, pourtant censurées sévèrement par le ministère de la guerre, les chiffres sont là pour le prouver, mais c’est le cas de tous les journaux. Ainsi Le Petit Parisien voit son tirage, déjà considérable avec 1 453 243 exemplaires en 1914, atteindre un pic de 2 182 916 exemplaires en 19166. Quant à L’Ouest-Éclair, avec un tirage de 400 000 exemplaires au plus fort du conflit, ses rotatives tournent à plein régime. Mais cette supériorité technique du journal et son service de transport suscitent des réactions. En décembre 1915, Le Nouvelliste de Bretagne l’accuse en effet de commercer, rien de moins, avec un pays en guerre contre la France. Selon ce journal, six grandes caisses en provenance de Bade en Allemagne, sont débarquées à la gare de Rennes, une manifestation « spontanée » est même organisée rue du Pré Botté pour dénoncer : « le journal des boches » ! En fait ces machines provenaient de Suisse ou l’abbé s’était rendu pour acheter une clicherie moderne… La guerre n’empêche pas L’Ouest-Éclair de poursuivre son extension, et la Loire-Inférieure, peu touchée jusqu’à présent, fait l’objet d’une offensive commerciale, mais elle se heurte à la forte implantation du quotidien nantais Le Phare de la Loire, et ce qui vient de Rennes n’a pas bonne presse à Nantes… Deux ans plus tard, en octobre 1917, à partir de la gare de Martigné-Ferchaud dans le sud de l’Ille-et-Vilaine, le journal pénètre dans le Maine-et-Loire et se répand au nord de la Loire à partir d’Angers et Saumur. La forte demande d’informations militaires contribue au succès ligérien de L’Ouest-Éclair, qui vient ainsi concurrencer Le Petit Courrier d’Angers, lequel n’a pas les moyens télégraphiques nécessaires pour éditer le fameux « Bulletin de guerre ». De plus, les éditions de province des quotidiens nationaux, qui doivent quitter Paris vers 18 heures, partent trop tôt pour pouvoir l’insérer.

15Ces années sont donc celles de la prospérité pour L’Ouest-Éclair. Vendu 10 centimes depuis 1917, il rayonne sur onze départements et un contrat avec les Messageries Hachette lui assure une diffusion dans les bibliothèques de gare. La salle des dépêches, l’hôtel du journal et l’imprimerie sortent de terre rue du Pré Botté. Dès lors, la question n’est pas tant de connaître la tendance à la baisse, inévitable, de la courbe du tirage une fois la guerre terminée, mais bien d’en prévoir l’ampleur. Elle n’apparaît qu’en 1924, L’Ouest-Éclair annonçant un tirage de 250 000 exemplaires, soit une hausse de 100 % en 10 ans ! Cette fidélisation de nouveaux lecteurs acquis pendant la guerre n’est cependant pas propre à L’Ouest-Éclair. La tendance générale – perceptible dès avant la guerre – est à l’équilibre entre la presse quotidienne régionale et la presse quotidienne nationale, mais au détriment de cette dernière.

16La guerre terminée, le passant qui s’engage rue du Pré Botté peut voir les importants travaux engagés par L’Ouest-Éclair. Ceux-ci étaient déjà décidés avant le conflit, mais cela n’empêche pas ses adversaires d’ajouter à la réputation de « journal des curés » celle « d’enrichi de la guerre ». Pourtant le journal est bien l’un des seuls à mettre en place une politique sociale plutôt innovante pour l’époque. Une Caisse des œuvres sociales, alimentée par une participation aux bénéfices, vaut en effet à ses employés des avantages substantiels.

17Rennes peut s’enorgueillir d’être le siège d’un troisième quotidien en novembre 1919. La France de l’Ouest, journal de la gauche républicaine, lancé à l’initiative du député Yves Le Troquer s’installe au 16, rue de Penhoët. Malgré un capital initial d’un million, il ne peut cependant pas concurrencer la redoutable implantation de L’Ouest-Éclair. Mal fait, d’une lecture peu agréable, son tirage ne dépasse pas les 15 000 exemplaires, il cessera de paraître en mars 1922.

18Toujours aussi entreprenant, l’abbé Trochu se rend aux États-Unis en 1919, afin de prospecter le marché américain du papier journal, qui est en effet rationné en France depuis la guerre. L’idée de l’abbé est d’acheminer ce papier vers Saint-Malo puis, via le canal d’Ille-et-Rance, sur les quais de la Vilaine. Pour ce faire, la PRO devient armateur et propriétaire de deux navires nommés… le Félix et le Cary. L’affaire tourne court, et les deux bateaux se retrouvent armés pour la grande pêche sur les bancs de Terre Neuve ! L’aubaine est trop belle pour les adversaires de Trochu, qui « d’abbé-journaliste » devient du coup « l’abbé-morutier ». Mais cet échec est surtout l’occasion d’un premier signe de défiance du conseil de surveillance à l’égard des aventures financières de l’abbé. Ces déboires n’empêchent cependant pas le journal de faire l’acquisition d’immeubles bien situés en centre ville. Il s’agit de mieux affirmer la présence du titre dans les chefs-lieux en créant des succursales, mais aussi de regrouper sous l’enseigne de L’Ouest-Éclair les différents services du journal, voire une agence de voyage. Brest par exemple, qui bénéficie d’une véritable relance en 1925, face à la concurrence de La Dépêche de Brest. En Basse-Normandie aussi, un projet de développement autour des axes ferroviaires Avranches-Cherbourg, et Lison-Caen-Lisieux, vise à augmenter le taux de pénétration du journal qui reste encore faible dans cette région sous influence de la presse parisienne.

19Le 4 août 1924 est un grand jour pour les employés du journal, ce lundi paraît en effet un numéro spécial qui titre sur cinq colonnes en une : « Le 25e anniversaire de la fondation de L’Ouest-Éclair ». Ce numéro retrace l’historique du journal et rappelle que le tirage est passé de 1 800 exemplaires en 1899 à 250 000 aujourd’hui. Les festivités commencent le samedi 2 août, Emmanuel Desgrées du Loû recevant les nombreuses personnalités rennaises lors d’un grand banquet servi à l’Hôtel Duguesclin. Le dimanche soir, c’est au tour du personnel au complet de se voir offrir par la direction un banquet, servi par la Maison Gaze, sous les Halles des Lices. À l’heure des toasts, l’abbé Trochu annonce aux 400 personnes présentes la création d’une caisse de retraites. Le banquet s’achève par un embrasement général des Lices à l’aide de feux de Bengale et de… cierges lumineux, le tout sur les notes de l’orchestre Castel. Le lendemain midi, ce sont 700 dépositaires des douze départements ou rayonne L’Ouest-Éclair qui sont reçus aux Lices. Au banquet succède cette fois-ci « une représentation particulièrement brillante » du Cirque Mondial, puis la classique visite des installations du journal. Celles-ci sont remarquables, le pignon de style baroque de l’Hôtel du journal se prolonge en effet, rue Paul-Louis Courier, par l’imposante imprimerie. Aux rotatives allemandes s’ajoutent désormais deux groupes Vomag et deux rotatives Marinoni, qui portent la capacité de production horaire à 300 000 exemplaires. Ce qui n’est pas de trop pour un journal qui tire 12 éditions différentes, mais aussi les 6 hebdomadaires de la PRO dont le tirage est de 120 000 exemplaires, plus la confection d’autres journaux et revues.

20À l’occasion du 25e anniversaire, le numéro spécial de L’Ouest-Éclair mit spécialement en valeur l’ensemble de ses œuvres sociales, de manière à prouver que l’entreprise mettait ses actes en accord avec les principes qu’elle défendait, issus du catholicisme social. Il est vrai que par André Saucourt, membre du conseil de direction et petit fils de Léon Harmel, le célèbre filateur rémois, L’Ouest-Éclair se reliait à l’un des hommes les plus emblématiques du projet de l’entreprise chrétienne à la fin du xixe siècle.

21On sait qu’en 1925 encore, la France ne disposait pas encore d’un régime généralisé d’assurances sociales qui existait pourtant en Allemagne depuis près de deux générations. On avait beaucoup tardé dans ce pays à considérer les aléas de santé comme des risques comme les autres, susceptibles de mutualisation. Il fallut attendre les lois de 1928 et 1930 pour voir mettre en place des assurances sociales, au demeurant fort contestées. Jusqu’alors, seuls les salariés de certaines entreprises bénéficiaient d’une relative couverture et c’était le cas à L’Ouest-Éclair. Une « caisse des œuvres sociales », administrée par des délégués des différents services du journal, anticipait largement sur les futures assurances sociales qui suscitaient de si âpres débats au Parlement. La caisse garantissait le remboursement de 4/5 des frais médicaux et des indemnités de maladie (1/2 salaire). Le congé de maternité complet s’élevait à un mois. Un congé payé annuel d’une semaine était garanti à tous les employés, lesquels obtenaient en outre des aides pour envoyer leurs enfants en vacances. L’optique chrétienne était encore plus sensible dans les allocations familiales (0,75 F par jour et par enfant, 1 F à partir du troisième). En effet, la pratique du » sursalaire familial », comme on disait alors, était récusée en général par les syndicats traditionnels de sensibilité laïque, CGT en tête, attachés à la rétribution du seul travail fourni. L’Ouest-Éclair annonçait par là le développement ultérieur de la politique familiale, forme spécifique de la politique sociale à la française.

22L’abbé Trochu était particulièrement fier de la caisse de retraite créée à L’Ouest-Éclair, preuve de l’attachement au « dogme de la Fraternité, loi fondamentale de la civilisation chrétienne ». En ce domaine encore, la France peinait à mettre en un système général satisfaisant de protection vieillesse. Facultative, l’adhésion à la caisse, contre une cotisation ouvrière de 3,5 % (et une cotisation patronale équivalente) permettait d’accéder à la retraite à 55 ans – un âge bas dans l’industrie à l’époque – après 30 ans de service, au taux de 1/3 des derniers salaires. Ceci correspondait au modèle traditionnel de la retraite par capitalisation, le seul envisagé à l’époque – en dépit des aléas de l’inflation –, ainsi qu’à la volonté de fidéliser la main d’oeuvre du quotidien.

  • 7 Lebrun Bernard, Contribution à l’histoire économique et sociale de la « Presse Régionale de l’Oues (...)

23En affichant ainsi sa réussite, L’Ouest-Éclair, désormais premier quotidien régional de France, s’adresse aussi aux annonceurs. Les 800 000 lecteurs du journal sont en effet autant d’acheteurs potentiels. Installée rue Le Bastard à Rennes depuis le mois de juillet, l’agence Havas en a reçu l’exclusivité sauf pour l’extra-régionale (pour l’instant), la publicité financière restant l’affaire de la Banque Loyer de Rennes. Difficile de savoir la part des recettes publicitaires dans le bilan du journal, mais elle devait être importante car l’abbé Trochu indique un revenu net et annuel de 10 millions de publicité en 1929 (c’est la moitié de l’excédent d’actifs). En juillet 1925, le capital social de la PRO passe de 560 000 à 1 120 000 F. L’ensemble donne donc l’impression plutôt rassurante d’une solide entreprise de presse, pourtant le journal entre dans une période de fortes turbulences7.

  • 8 Delahaye Eugène, Quarante ans de journalisme 1906-1946, Rennes, Imprimerie provinciale de l’Ouest, (...)

24Le tirage accuse en effet une baisse de 50 000 exemplaires en deux ans. C’est beaucoup, et aucune cause n’explique à elle seule cette diminution. Elle ne vient pas de la concurrence, depuis la condamnation de l’Action Française par le pape en 1926, Le Nouvelliste est engagé dans un combat d’arrière-garde sans issue, l’éviction de son rédacteur en chef Eugène Delahaye n’arrangeant pas les choses. Celui-ci détestait pourtant cordialement l’abbé Trochu : « L’Ouest ne vous veut pas. Il a lu votre journal parce que mieux informé, mieux imprimé, mieux transporté, étant plus riche8 ». Le prix de vente du journal est bien passé à 25 centimes en juillet 1926, ce qui entraîne une baisse des ventes inévitable, mais pas aussi durable. Elle peut par contre se cumuler avec une gestion drastique du pourcentage d’invendus, probablement élevé dans les régions où le journal doit s’imposer face aux concurrents. La baisse du tirage ne signifie donc pas automatiquement une perte équivalente de lecteurs. Ce pourcentage d’invendus doit d’autant plus être maîtrisé que le cours des prix du papier journal s’envole (28 F le quintal en 1913, 350 F en 1920, 115 F en 1921, 300 F en 1926). Le moyen habituellement employé pour réaliser des économies de papier consiste bien sûr en une réduction de la pagination. Opération difficile pour L’Ouest-Éclair, qui avec son format « bâtard » de 36 x 51 cm est, avec L’Œuvre, le plus petit quotidien de France, ce qui l’oblige à avoir une pagination supérieure aux autres journaux.

  • 9 Demaison André, Les voix de la France. La presse de province au vingtième siècle, Paris, Hachette, (...)

25Avec 5 000 tonnes de papier absorbées chaque année, cette question de la fluctuation des prix et de l’approvisionnement de L’Ouest-Éclair est essentielle pour l’abbé Trochu. Sa solution est audacieuse puisqu’il s’agit de construire, ni plus ni moins, une usine à papier. C’est ainsi que « Les Papeteries de Bretagne » situées rue de Lorient à Rennes, sont mises en route en novembre 1927, la matière première provenant de la forêt de Brocéliande. La situation de la PRO est alors tout à fait inédite en France puisqu’elle maîtrise totalement son cycle de production : « Régionalistes à l’extrême, nous imprimons un journal breton sur du papier breton9 ». Si l’opération peut sembler justifiable avec un prix du papier à 300 F, cette concentration verticale devient néanmoins très risquée dès lors que les cours partent à la baisse comme c’est le cas à partir de 1928. Avec un prix qui tourne autour de 100 F le quintal, il devient en effet plus rentable d’acheter à l’extérieur et de constituer un stock de sécurité. Véritable échec financier, « Les Papeteries de Bretagne » seront vendues en 1929 à un groupe suisse. Dans cette affaire pour le moins démesurée, la PRO aurait englouti près de 22 millions de francs, mettant ainsi en difficulté L’Ouest-Éclair. Ce second investissement raté de l’abbé Trochu, ajouté à ses divergences politiques avec Emmanuel Desgrées du Loû et ses ennuis avec un évêché de plus en plus hostile à son égard, sonnent pour lui le glas de 30 années de présence au journal.

26Des 12 départements ou rayonne L’Ouest-Éclair, celui de la Vendée demeure le moins touché par le quotidien rennais, aussi un accord passé en 1925 avec l’hebdomadaire de La Roche-sur-Yon, L’Étoile de la Vendée lui permet de bénéficier du réseau de ses dépositaires. Mais c’est surtout à l’occasion des élections législatives de 1928 que le journal assure son implantation dans le pays chouan, non sans une lutte passionnée. Dans ce fief royaliste du marquis de Baudry d’Asson, on brûlait en effet L’Ouest-Éclair sur la place de l’église pendant la campagne !

  • 10 Le Relais, n° 23, févr.-mars 1992.

27La baisse du tirage atteint son étiage en cette année 1928, avec 183 000 exemplaires, mais plus que ce déficit – 70 000 en trois ans tout de même – c’est la tendance de la courbe qui importe le plus. Or, après 10 années de baisse, le tirage remonte à 192 916 exemplaires en 1929, et la tendance se confirme en 1930 avec une hausse de 7,6 % pour un tirage de 208 812 exemplaires. Le meilleur indicateur de confiance des lecteurs pour leur journal reste cependant les abonnements, et là aussi, leur nombre passe de 32 006 abonnés à 35 847 en 1930. Par contre, la diffusion sur la Bretagne reste stable avec 100 000 exemplaires, mais de 80 % en 1914, la part de celle-ci dans le tirage total descend à 65 % en 1930. C’est donc hors de Bretagne que s’effectue la progression du journal, et sa zone de diffusion tend de plus en plus à faire de lui le journal de la région qu’annonce son titre : l’Ouest. Cette conquête de l’Ouest intérieur est à l’actif de pionniers entreprenants, tels René Fève, envoyé successivement à Mayenne puis au Mans, à l’âge de 24 ans10. Ces rédactions locales, faiblement dotées à l’origine, reposaient sur la polyvalence de leurs animateurs. Un titre surtout, Le Petit Parisien, fait les frais de cette patiente implantation du quotidien régional hors de son berceau naturel.

28Alors que L’Ouest-Éclair renoue avec son essor d’avant-guerre, l’abbé Trochu quitte définitivement « son » journal en juillet 1930. Cette issue douloureuse d’un conflit latent avec le conseil de surveillance, présidé par Jean des Cognets, marque la fin d’une époque dans l’histoire du journal. Homme d’affaire averti, patron de presse – il dirige le Petit Écho de la Mode – Jean des Cognets apparaît dorénavant comme le pilote d’une entreprise de plus de 600 personnes en pleine mutation. Celle-ci est d’ailleurs perceptible avec un désengagement du journal du champ politique. L’Ouest-Éclair a atteint sa limite de diffusion méridionale avec une extension à Niort dans les Deux-Sèvres, et La Rochelle en Charente-Inférieure. Rayonnant désormais sur 14 départements avec 13 éditions, la puissance du journal inquiète, et suscite des réactions.

  • 11 Les Nouvelles Rennaises, 28 mai 1931

29Il n’est bruit en effet, dans les milieux de la presse, que du projet de lancement à Rennes d’un nouveau quotidien. C’est chose faite le 10 mars 1931, avec la parution sur 12 pages du premier numéro de L’Ouest-Journal : « Journal des républicains de l’Ouest ». Installé 9, rue Rallier-du-Batty à Rennes, il bénéficie de l’appui financier de Pierre Dupuy, le puissant patron du Petit Parisien, et des conseils de… l’abbé Trochu. Le tirage annoncé est de 120 000 exemplaires, avec une diffusion sur les cinq départements bretons plus la Mayenne et la Manche. Mieux fait que ses prédécesseurs, très bien fait même, L’Ouest-Journal représente un réel danger pour L’Ouest-Éclair. Ce qui ne déplaît pas à Étienne Nicol, le rédacteur du très jacobin et radical hebdomadaire Les Nouvelles Rennaises : « La lutte était ardente et noire mais silencieuse […] L’Ouest-Éclair en a pris un coup au point de vue ventes et […] reconnaît avoir perdu le monopole de fait qu’il détenait jadis11 ». L’Ouest-Éclair accuse le coup, son tirage stagne en effet à 225 000 exemplaires pendant quelques mois, et sans la catastrophe du Saint-Philibert, celui-ci n’aurait guère évolué. Le 14 juin 1931 en effet, ce bateau d’excursionnistes nantais coule au large de St-Gildas et le naufrage fait plus de 450 morts. L’émotion est d’autant plus intense dans la région qu’il s’agit d’ouvriers du mouvement syndical et coopératif. L’Ouest-Éclair consacre alors près de cinq pages de photos et d’enquêtes sur la catastrophe, et tire à 280 000 exemplaires pendant une semaine.

30C’est sur ce terrain de l’actualité que va se situer la contre-offensive de L’Ouest-Éclair face à L’Ouest-Journal, tout d’abord en augmentant sa pagination qui passe à 14 ou 16 pages le jour même de la sortie de ce dernier. En juin, L’Ouest-Éclair fait l’acquisition d’un « bélinographe », permettant ainsi la première transmission d’une photo (celle de Guernier, le ministre malouin des PTT) par téléphone de Paris à Rennes. Mais les lecteurs apprécient surtout les applications sportives du système. L’Ouest-Éclair illustre ainsi chaque jour sa page spéciale consacrée au Tour de France, par les photos des vainqueurs de l’étape. L’investissement est payant, le tirage augmente en effet de 10 % au mois de juillet, et cet engouement croissant du public pour le sport incite le journal à organiser une compétition cycliste au mois de septembre. Cette course, « Le Circuit de l’Ouest » obtient un succès considérable, elle est surtout l’occasion d’une formidable promotion pour le titre dans sa bataille commerciale contre L’Ouest-Journal. Bataille bien engagée, car avec un tirage moyen annuel de 228 650 exemplaires, soit une hausse de 9,5 % sur 1930, L’Ouest-Éclair ne perd pas un lecteur, mieux même il augmente sa diffusion.

31Les trains qui arrivent à l’heure font rarement la une des quotidiens, et à cet égard l’année 1932 s’annonce fertile en événements, ce qui n’empêche pas quelques ratages. Ainsi L’Ouest-Éclair, daté 6 mai 1932, annonce en Une l’attentat contre le président Doumer, et une deuxième édition précise : « Son état considéré comme désespéré ». Une autre édition spéciale titre : « Le Président de la République victime d’un attentat », mais : « Aux dernières nouvelles la vie du Président ne paraît pas en danger », le plus surprenant étant que le tirage reste inchangé. La rémission est brève, car le journal daté 7 mai, titre : « Le Président est mort assassiné », cette fois-ci la hausse du tirage est de 38 % avec 318 500 exemplaires. Le record est atteint le lendemain dimanche avec 366 800 exemplaires, et cela continue le lundi, jour de publication des résultats des législatives. Ce mois de mai est exceptionnel, car aux élections s’ajoutent les hausses dominicales du tirage, plus celles de l’Ascension et de la Pentecôte, soit sept jours ! Fêtes religieuses et devoir républicain s’associent donc pour le plus grand bénéfice de L’Ouest-Éclair, qui termine l’année avec un tirage moyen de 244 964 exemplaires.

32Paradoxalement donc, la présence de L’Ouest-Journal semble stimuler le dynamisme commercial de L’Ouest-Éclair, le meilleur exemple de cette bataille étant celui des concours. Le 13 septembre 1933, L’Ouest-Éclair annonce en une le lancement du « Concours des beaux costumes de chez nous », doté d’un premier prix de 100 000 F en espèces, d’un deuxième de 50 000 F, le troisième étant une voiture Rosengart, « la voiture qui ne dérape pas ». Quatre jours plus tard, L’Ouest-Journal annonce à son tour : « Le grand concours des mariages », avec les mêmes sommes et deux voitures, le journal se sent toutefois obligé de préciser que tout était prêt depuis des semaines. Ayant probablement raté son effet d’annonce, L’Ouest-Journal perd ainsi le précieux avantage de l’initiative au profit de son concurrent, qui semble très bien informé. Le principe du jeu est le même pour les deux journaux : classer par ordre de préférence des photos de costumes traditionnels pour l’un, et pour l’autre, faisant appel à la psychologie de ses lecteurs : « de marier selon ses goûts » les photos de candidat(e) s au mariage. L’intérêt de l’affaire étant que cela dure le plus longtemps possible, puisqu’il faut ensuite coller les vignettes de chaque journal acheté pendant deux mois sur le bulletin réponse. Il n’y a malheureusement aucun document quant aux résultats obtenus par L’Ouest-Journal, mais pour L’Ouest-Éclair c’est le grand succès, le journal annonce en effet avoir reçu 200 000 réponses ! Pendant les trois mois que dure cette opération commerciale, le journal tire à plus de 300 000 exemplaires par jour, ce qui lui permet de terminer l’année avec un tirage moyen de 272 980 exemplaires, et une très belle hausse de 11,4 %. L’année 1934, riche en actualité, confirme cette tendance à la hausse avec 11,2 % pour un tirage moyen de 303 535 exemplaires, dont 51 363 abonnés ; L’Ouest-Éclair réalise même deux records de tirage cette année-là, tout d’abord avec 409 200 exemplaires pour les émeutes de février 1934, et 406 800 le 14 octobre, lors de l’assassinat du roi Alexandre de Yougoslavie et de Barthou.

33Peu de journaux, hormis Paris-Soir, peuvent se flatter d’une progression de 100 000 exemplaires en quatre ans, et ce, dans un contexte de stagnation générale de la presse française. C’est pourtant ce que réalise L’Ouest-Éclair face à la concurrence de L’Ouest-Journal, et malgré ses efforts, c’est l’échec pour ce dernier qui cesse de paraître en 1936. Certes, l’émergence d’une nouvelle génération de lecteurs rendait inéluctable l’évolution de L’Ouest-Éclair, mais en l’absence de L’Ouest-Journal, eût-elle été aussi rapide ? eût-elle pris la même forme ? rien n’est moins sûr. Ainsi ce concours, dans l’air du temps puisque le premier tirage de la Loterie Nationale a lieu le 9 novembre 1933. Peut-être surprenant par rapport à l’austérité éditoriale de L’Ouest-Éclair des premières années, il attestait la volonté de produire un journal de caractère populaire, jouant sur les leviers attendus par le public. En février de cette année disparaît Emmanuel Desgrées du Loû. Mais L’Ouest-Éclair, fidèle à ses valeurs, peut heureusement titrer l’article consacré à la gagnante, Madame Bely (qui a désigné le costume de Bannalec), sur sa réaction quant à l’usage d’une telle somme : « Faire le bien ».

34Lors de sa création, L’Ouest-Éclair n’était qu’un titre de plus parmi les milliers d’autres de cet « âge d’or de la presse ». Pourtant, les convictions sociales – avancées pour l’époque – et religieuses de ses fondateurs, en font déjà un cas à part dans l’histoire de la presse française. Celle-ci, à l’aube du xxe siècle, est dominée par une puissante presse nationale – mais en fait parisienne – et de vieux journaux locaux, sclérosés dans leurs arrondissements. L’incapacité de cette presse à proposer dans un même journal, actualités nationales et informations locales, explique en partie le succès de L’Ouest-Éclair, les qualités intrinsèques du journal faisant le reste. L’émergence du régionalisme n’est bien sûr pas absente des colonnes du journal, et son thuriféraire, Charles-Brun, signe parfois un éditorial en une, mais L’Ouest-Éclair n’apparaît en fait que comme une juxtaposition d’éditions départementales. Avant l’apparition de la radio, le journal est alors le seul moyen d’information à l’époque, et pour réussir, il doit d’abord offrir à ses lecteurs les dernières nouvelles de la nuit et être en vente le premier à l’aube. Cette exigence se vérifie par la bonne implantation du titre en Bretagne, dans la Manche et la Mayenne. Mais dès que l’on s’éloigne du centre d’impression, le cadre régional est à géométrie variable et la diffusion tributaire des contraintes horaires de transport. Celles-ci conditionnent la progression de L’Ouest-Éclair hors de la péninsule armoricaine, aller au-delà de ces limites lui enlève tout avantage horaire face à la presse parisienne mais aussi des autres concurrents régionaux. Pourtant, le journal maintient dans ces départements situés sur les franges de cette région Ouest, des éditions très coûteuses et à faible tirage. Volonté d’affirmer une vocation régionale ? Ou stratégie commerciale prévoyant à long terme un développement qu’il sait inévitable ? Quoi qu’il en soit, L’Ouest-Éclair, en établissant cette sorte de « cordon sanitaire » face à la concurrence, délimite d’ores et déjà ce qui deviendra la zone d’influence du plus grand quotidien de France.

Notes

1 Delourme Paul, Trente-cinq années de politique religieuse ou l’histoire de l’Ouest-Éclair, préf. de l’abbé Trochu, Paris, Éditions Fustier, 1936, p. 30-31. (Delourme est le pseudonyme de l’abbé)

2 Rapport mensuel du préfet au ministre de l’intérieur du 1er mars 1902, Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 2 t 64.

3 Rapport du commissaire central de Rennes au préfet du 17 avril 1902, A.D.I.V, 2 t.64.

4 Registre des patentes de 1904, Archives Municipales de Rennes.

5 La Semaine Religieuse du diocèse de Rennes, 1902, n° 23.

6 Amaury Francine, Histoire du plus grand quotidien de la IIIe République : Le Petit Parisien, 1876- 1944, t.1, « La Société du Petit Parisien » : entreprise de presse, d’éditions et de messageries, Paris, PUF, 1972, p. 356-357.

7 Lebrun Bernard, Contribution à l’histoire économique et sociale de la « Presse Régionale de l’Ouest » éditrice de L’Ouest-Éclair 1930-1940, Mémoire de DEA (inédit), Université de Caen, 1981, 151 p.

8 Delahaye Eugène, Quarante ans de journalisme 1906-1946, Rennes, Imprimerie provinciale de l’Ouest, 1946, 400 p.

9 Demaison André, Les voix de la France. La presse de province au vingtième siècle, Paris, Hachette, 1932, p. 123-130.

10 Le Relais, n° 23, févr.-mars 1992.

11 Les Nouvelles Rennaises, 28 mai 1931

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16257/img-1.png
Fichier image/png, 3,2M

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540