Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ouest-Éclair

 | 
Michel Lagrée
, 
Patrick Harismendy
, 
Michel Denis

Deuxième partie. Le journal et ses acteurs

Chapitre 6. L’Ouest-Éclair et le parti démocrate populaire

Jean-Claude Delbreil

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L’histoire de l’Ouest-Éclair a été aussi, à côté de son succès dans l’histoire de la presse française, celle d’un rôle non négligeable sur le plan religieux et par ailleurs politique et idéologique. Un des principaux aspects est ici à rechercher du côté de ses relations avec la démocratie chrétienne au sens large du terme, dans l’Ouest mais également sur le plan national. Sa naissance s’est inscrite dans une phase importante du développement de cette dernière. L’extrême fin du xixe siècle et toute son histoire ont été marquées par ces liaisons et notamment dans l’entre-deux-guerres avec le parti démocrate populaire, que l’on peut considérer comme le premier parti d’inspiration démocrate chrétienne en France. La question des relations entre le PDP et L’Ouest-Éclair est en tout cas intéressante sur le terrain politico-religieux dans l’histoire générale du journal. Ce fut l’histoire de courtes relations puisque le parti démocrate populaire n’est apparu qu’en 1924 et elles ont été surtout vivaces dans la période allant jusqu’en 1930 avec le départ de l’Abbé Trochu ou jusqu’à la mort de Desgrées du Loû en 1933.

Débuts de L’Ouest-Éclair et démocratie chrétienne

2L’histoire de L’Ouest-Éclair avait commencé bien avant celle du parti démocrate populaire. Dans cette période d’un quart de siècle environ, bien des éléments permettent de mieux comprendre ce qui s’est passé par la suite. L’Ouest-Éclair a en effet été fondé en 1899 dans le cadre d’un mouvement journalistique qui s’inscrivait lui-même plus ou moins au sein de la seconde démocratie chrétienne de la fin du xixe et du début du xxe siècle, et non sans rapport avec l’action du Sillon de Marc Sangnier. C’est néanmoins autour des « abbés démocrates » Trochu et Crublet et d’un avocat, Emmanuel Desgrées du Loû, qu’avait été lancé L’Ouest-Éclair après la création de petits hebdomadaires. Dès cette période, les relations avaient commencé à être complexes entre le nouveau journal et les tendances de la démocratie chrétienne que l’on peut situer à gauche dans le catholicisme français. En février 1900 l’Abbé Trochu avait pris en main l’administration du journal, la direction politique étant assurée par Desgrées du Loû. Selon une présentation biographique de Desgrées du Loû dans Le Petit Démocrate, proche du PDP, un petit groupe de républicains catholiques qui cherchait à s’émanciper depuis quelque temps de la tutelle des anciens partis et se préoccupait de fonder un journal quotidien nettement républicain en dehors de toute ingérence conservatrice était allé chercher Desgrées du Loû, alors avocat à Brest, d’abord pour diriger des hebdomadaires. Les abbés Trochu et Crublet lui auraient ainsi exposé les grandes lignes de l’œuvre projetée. Desgrées du Loû, né en 1867, avait accueilli avec faveur l’encyclique Rerum Novarum de 1891 et fréquenté les premiers cercles d’études sociales et les congrès ouvriers de Léon Harmel. Il avait fait partie du conseil directeur de la démocratie chrétienne après son congrès de 1898. Il restera fidèle à une ligne à la fois démocrate chrétienne modérée et catholique sociale jusqu’à son adhésion au PDP dont il sera un des vice-présidents. Mais on ne doit dès le début pas se méprendre sur les conditions de la création de ce journal qui n’a pas été lié autant qu’on l’a parfois affirmé avec le courant qu’incarnaient les prêtres démocrates. D’autres tendances coexistaient, plus prudentes sur le plan idéologique. Le journal avait connu la première phase de son développement avant 1914. L’abbé Trochu, né en 1868 dans une famille de paysans pauvres n’avait pas tardé à s’affirmer comme un des « abbés démocrates » dans l’Ouest et il s’était déjà signalé par de nombreuses initiatives à la fois sociales et journalistiques. Il était également entré en contact, ainsi que Desgrées du Loû avec des prélats amis de L’Ouest-Éclair qui résidaient à Rome, les abbés Tiberghien, Glorieux et Vanneufville. C’est dans cette période qu’Henri Teitgen (1882- 1969) un des militants sillonnistes les plus actifs de la région de l’Est avait quitté la Lorraine pour la Bretagne où il allait être pendant sept ans le rédacteur en chef de L’Ouest-Éclair, de 1907 à 1914.

  • 1 Cadore Henri De, L’abbé Trochu, combats pour la démocratie dans l’Ouest, 1868-1950, inédit, p. 49.
  • 2 Caron Jeanne, Le Sillon et la démocratie chrétienne, Plon, 1967.
  • 3 ROGARD Vincent, Les catholiques et la question sociale. Morlaix 1840-1914. L’avènement des militan (...)
  • 4 Cornilleau Robert, De Waldeck-Rousseau à Poincaré. Chronique d’une génération. SPES, 1927, 352 p., (...)
  • 5 Laurent Raymond, Figures de militants. Les origines du M.R.P., 1947, 71 p., p. 16.

3L’abbé Trochu était devenu déjà une des cibles principales des adversaires de L’Ouest-Éclair et une série de péripéties s’étaient déroulées avant 1914. Après avoir dû quitter la direction administrative en 1910, l’abbé l’avait reprise en main en 1914 avec procuration de Desgrées du Loû qui avait été mobilisé1. Celui-ci avait par ailleurs consacré une série d’articles au Sillon dans l’été 1907. En 1900, Marc Sangnier avait été invité par un cercle d’études breton, en compagnie d’Étienne Isabelle, un des principaux actionnaires de L’Ouest-Éclair et de Desgrées du Loû. Le Sillon, pour son implantation en Bretagne, s’était appuyé nettement sur L’Ouest-Éclair et la sympathie de Desgrées du Loû2. Mais ce dernier allait témoigner aussi de la complexité de ces relations, car « s’il afficha des sympathies pour le Sillon, il conservera toujours une ligne modérée »3. Les prises de position de L’Ouest-Éclair en firent ainsi un des plus forts soutiens du Sillon, mais comme l’a souligné Michel Lagrée dans une parfaite fidélité aux directives romaines. Après la condamnation du Sillon en 1910, il se produit une division des sillonnistes entre deux grandes tendances, d’une part ceux qui vont suivre Marc Sangnier dans La Jeune République en 1912, représentant une aile gauche, et d’autre part ceux qui vont constituer les premières fédérations de républicains démocrates comme dans le Finistère, à l’origine du PDP Dès cette période a commencé l’histoire des relations entre la tendance des démocrates populaires qui incarnait une démocratie chrétienne modérée et le journal de Rennes, Desgrées du Loû et l’abbé Trochu. L’Ouest-Éclair était plus proche des républicains démocrates que de la Jeune République, à un moment où s’ébauchaient des relations entre les diverses fédérations de R.D. Robert Cornilleau saluera la rencontre providentielle entre Trochu et Desgrées du Loû. En tout cas pour lui leur collaboration a fait L’Ouest-Éclair qui est au service de la politique républicaine et démocratique dans les départements de l’Ouest comme une batterie d’artillerie lourde à grande puissance4. Cette appréciation qui date de 1927 correspond partiellement à la réalité des relations avec le futur PDP, même si elle est un peu idéalisée. Robert Cornilleau, né en mars 1888, s’était lancé dans le journalisme à L’Express de la Sarthe en 1904, au moment où L’Ouest-Éclair lui avait demandé d’être reporter, correspondant, et avant de partir un peu plus tard en région parisienne. Il y a contribué à la naissance de la fédération des républicains-démocrates, autour du Petit Démocrate de Saint Denis, lui aussi soutenu au départ par L’Ouest-Éclair. Dès cette période il y avait donc eu l’ébauche de certaines relations, tout d’abord du côté de certains sillonnistes, puis du côté des républicains-démocrates qui avaient été privilégiées. Raymond-Laurent, le futur secrétaire général du PDP pourra dire en 1947 qu’« avec une inébranlable fermeté, il poursuivit le combat pour nos idées pendant trente ans »5.

L’Ouest Éclair, origines immédiates et naissance du PDP

  • 6 Assemblée générale des actionnaires de la presse régionale de l’Ouest, 20 mars 1917.

4Pendant la guerre, Desgrées du Loû avait repris ses fonctions de directeur politique et de gérant statutaire et il s’était adjoint comme collaborateur l’abbé Trochu, mais en se réservant exclusivement la représentation de la société dans ses rapports avec les tiers et la signature sociale6. Dans ce contexte intervinrent les élections de novembre 1919. Le quotidien appelle alors au soutien d’une politique républicaine nationale contre l’ancienne politique de l’union des droites. Ces élections avaient vu le succès d’un certain nombre de républicains démocrates, en particulier dans le Finistère comme Paul Simon, Victor Balanant, Jean Jadé, Victor Inizan. Ce furent les seuls élus de cette tendance dans l’Ouest. Mais on avait aussi constaté le succès d’un certain nombre de catholiques sociaux de tendance démocratique et d’éléments proches de l’Action libérale, parti des catholiques ralliés à la république avant 1914. Dans ces conditions, certains avaient espéré pouvoir constituer à l’Assemblée un groupe d’inspiration démocrate chrétienne et catholique sociale qui aurait eu le soutien de L’Ouest-Éclair. Mais la formation de ce groupe de députés se révéla impossible, après l’échec d’un regroupement politique plus large autour de Marc Sangnier au printemps 1919.

5À un moment où se détendaient les relations entre l’Église et la République, le Cardinal Dubourg reçoit comme coadjuteur Mgr Charost, prélat de tendance conservatrice qui deviendra archevêque de Rennes en octobre 1921, tandis qu’à Rome Mgrs Tiberghien, Glorieux et Vanneufville s’emploient en faveur du journal. Du côté des républicains-démocrates, on s’était orienté d’abord vers un rapprochement partiel avec la Jeune république dans la Ligue nationale de la démocratie en 1920 qui avait abouti à un échec rapide dès 1922. Tenant compte de cet échec, ils s’étaient dirigés vers une autre formule, une entente avec certains éléments venus du catholicisme social, conduisant à la formation du bureau d’action civique ou B.A.C.

  • 7 Archives évêché de Lille. Archives Vanneufville. Lettre Desgrées du Lou à Vanneufville, 31 mai 192 (...)

6Dans l’immédiat, L’Ouest-Éclair n’a cependant pas parlé beaucoup d’organismes comme la L.N.D. ou le B.A.C. même si Desgrées du Loû se déclare en faveur d’un grand parti national qui préciserait ses frontières à droite et à gauche. On combat la politique du Nouvelliste d’union des droites jusqu’aux monarchistes. Cependant la liste des éditorialistes laisse apparaître une certaine ouverture au centre-droit, aux côtés des démocrates chrétiens. Malgré tout, si l’abbé Trochu connaît certains problèmes avec l’archevêché, il dispose toujours d’appuis comme celui de Mgr Vanneufville avec qui Desgrées du Loû entretient par ailleurs lui aussi une correspondance régulière7.

  • 8 Archives Desgrées du Loû.
  • 9 Laurent Raymond, Les origines du M.R.P., op. cit., p. 39.
  • 10 Delourme Paul, Trente-cinq années de politique religieuse ou l’histoire de L’Ouest-Éclair, Fustier (...)

7Mais, du côté de l’abbé Trochu, en dépit ou à cause du succès du journal, il semble bien que L’Ouest-Éclair tendait à lui apparaître de plus en plus comme un tremplin pour la formation d’un empire de presse. Cette ambition pouvait inclure un soutien aux tendances démocrates chrétiennes et notamment au PDP en formation. Ce soutien était d’ailleurs le fait non seulement de Trochu, mais aussi de Desgrées du Loû et du journal dans son ensemble. Trochu conduisait dans ce cadre sa stratégie personnelle. En 1923, le conseil de surveillance de L’Ouest-Éclair avait déclaré « nous nous sommes chargés d’imprimer directement Le Petit Démocrate » (organe de la fédération des R.D. de la région parisienne). Le conseil approuve cet accord8. Raymond-Laurent dira par la suite que ce journal avait pu devenir un organe national en novembre 1923 « grâce à l’abbé Trochu, administrateur de L’Ouest-Éclair9 » mais en fait, il aurait dû dire grâce au journal lui-même. De plus L’Ouest-Éclair avait accordé une subvention mensuelle de 1 500 francs à Robert Cornilleau, directeur du Petit Démocrate, de façon personnelle. Cette aide prend ensuite la forme d’une subvention de l’ordre de 42 000 francs par an. Face à une situation du Petit Démocrate semblant s’améliorer, on propose en 1932 une diminution à un niveau de 2 000 francs par mois, et on suggère au Petit Démocrate de prendre en charge une partie de la subvention à Cornilleau. Le Petit Démocrate demande que cette subvention soit maintenue à ce niveau jusqu’en juillet 1933. Elle est encore réduite dans les années suivantes. Le grand quotidien régional avait néanmoins soutenu en 1923 un hebdomadaire destiné à devenir l’organe d’un parti national et avait favorisé la naissance de ce parti. Ce soutien s’est également étendu à d’autres organes dans sa mouvance comme la revue Politique à laquelle il est accordé 20 000 francs en 1929, de même que 1 000 francs par mois à La Voix d’Alsace pour lui permettre de subsister. C’est également le cas pour le journal Le Nord Est avec Ernest Pezet dès avant la formation du parti, dans lequel L’Ouest-Éclair avait investi des fonds au départ ; c’est encore le cas pour un autre journal local dans l’Ouest, en Vendée où les futurs démocrates populaires avaient commencé une action autour de L’Étoile de la Vendée. On sollicite le concours de L’Ouest-Éclair. En septembre 1925, le soutien est accordé uniquement à la société d’imprimerie et non au journal, sous la forme de 30 000 francs d’actions et de 50 000 francs d’obligations. En tout cas, pour ce soutien au Petit Démocrate, l’abbé Trochu parlera des « accords de Saint Servan » qui, selon lui, avaient scellé un acte d’union étroite avec L’Ouest-Éclair10.

  • 11 Archives évêché de Lille. Archives Vanneufville. Lettre Desgrées du Lou à Vanneufville, 31 mai 192 (...)

8Dans la période immédiatement antérieure à la naissance du parti, Desgrées du Loû avait essayé de défendre la politique de L’Ouest-Éclair devant Mgr Vanneufville, par exemple à l’égard de Marc Sangnier « que nous ne pouvons pas combattre », et il avait défendu également la politique du « jeune parti démocratique » dans le Finistère. Pour Mgr Vanneufville, il ne faut en aucun cas se compromettre avec un « cartel des droites » où les monarchistes seraient admis11. Il serait aussi intéressant que Desgrées prenne contact avec l’abbé Renaud qui a été un autre représentant de ces soutiens discrets aux démocrates chrétiens. C’est en collaboration avec lui qu’il rédige le Mémoire confidentiel sur les élections de 1924, adressé à l’Episcopat français. Il est préconisé d’éviter les intransigeances, la politique d’union des droites. Cette politique a été en tout cas suivie par L’Ouest-Éclair aux élections de 1924 et à partir de sa fondation par le PDP lui-même. C’est dans ces conditions qu’à la fois les futurs démocrates populaires et L’Ouest-Éclair abordent les élections de 1924. Dans le Finistère, la F.R.D.F. présente les candidatures de Paul Simon, Victor Balanant, Jean Jadé et Pierre Tremintin sur la liste d’« union républicaine et de concorde nationale ». Mais le résultat reste en deçà des espoirs et Desgrées du Loû reconnaît que le scrutin est une déception. Malgré ce résultat, on aboutit d’abord à la formation du groupe des « démocrates » à la Chambre, de 14 députés, dont les 4 de la F.R.D.F. Sur ces bases, on peut s’orienter vers la formation du parti lui-même en novembre 1924. Dans cette période, des positions assez hostiles au cartel des gauches avaient été développées au Petit Démocrate et à L’Ouest-Éclair. Le Petit Démocrate fait écho au 25e anniversaire de la fondation de L’Ouest-Éclair où sont présents de nombreux « démocrates » de la région parisienne. Des campagnes dans la même tonalité sont menées dans les deux journaux. Des articles de Desgrées du Loû sont repris par Le Petit Démocrate. La symbiose relative entre les deux organes était donc déjà apparue.

L’Ouest-Éclair et PDP : problèmes généraux de relations

9Les relations entre le PDP et le quotidien ont été dès le départ assez importantes sur le plan humain. On retrouvait au conseil national et à la commission exécutive Emmanuel Desgrées du Loû qui en devient un des vice-présidents en 1929, Louis-Alfred Pagès, mais aussi Ernest Pezet. Après la mort de Desgrées du Loû, Paul Simon, président du groupe parlementaire démocrate deviendra directeur politique de L’Ouest-Éclair et on était ainsi parvenu à une imbrication complexe. Louis-Alfred Pagès (1882- 1946) a été une des personnalités les plus illustratives de ces liaisons entre le parti et le journal, en ayant joué un rôle important dans les deux à la fois. Avocat, il s’était d’abord consacré à l’A.C.J.F. Il fut un des cadres dirigeants de l’Association qui ont favorisé la formation du parti. Il avait aussi commencé une carrière journalistique, au Patriote des Pyrénées puis au Télégramme de Toulouse et c’est au lendemain de la guerre qu’il fut « conduit par les circonstances » à assurer la direction des services de L’Ouest-Éclair à Paris depuis le 1er mars 1922. Il a joué un rôle de liaison fondamental entre le parti, le quotidien et certains milieux journalistiques.

  • 12 Delbreil Jean-Claude, Le parti démocrate populaire, Des origines au M.R.P., thèse, Nanterre, 1998, (...)

10Paul Simon (1886-1956), avocat, avait été un des sillonnistes du Finistère qui n’avaient pas suivi Marc Sangnier à la J.-R. et il avait été élu en 1913 avec le soutien de L’Ouest-Éclair dans la 2e circonscription de Brest, plus jeune député de France. Réélu en 1914, 1919 et 1924, il devint le président du groupe démocrate, en même temps qu’un des vice-présidents du parti. En 1933 il sera appelé à la direction politique du journal. Ernest Pezet, lui aussi ancien sillonniste, avait été un des promoteurs de L’Âme française et avait eu une activité importante à l’Union nationale des combattants, à la Fédération nationale catholique, tout en assurant la direction du journal Le Nord Est. Il sera élu député du Morbihan en 1928 avec le soutien du quotidien breton. En tout cas la tenue du premier congrès national du PDP est relatée par L’Ouest-Éclair qui avait dans les mois précédents, salué « l’évolution vers le parti démocrate ». Robert Cornilleau y évoque ce qu’il appelle « l’originalité du parti démocrate populaire » dont le programme sauvegarde exactement la moyenne des sentiments et des opinions du public français. L’Ouest-Éclair commence à rendre compte des réunions du PDP, de la croissance de ses fédérations et sections. Car on a affaire à une aide multiforme qui a pu aller parfois jusqu’à combler de façon discrète le déficit du parti, en dehors du soutien direct au Petit Démocrate, à une presse liée au parti et au financement d’une partie de ses structures dans l’Ouest. Cependant, il convient de relativiser ce soutien parmi d’autres qui ont pu être apportés au PDP, comme celui de la banque Lazard. Pagès fait état d’un « dîner chez André Lazard avec Cornilleau » où la possibilité avait été évoquée de créer des quotidiens du type L’Ouest-Éclair à Paris, Toulouse, etc.12. Mais le PDP n’avait pas au début d’organe officiel central. Le Petit Démocrate ne devient qu’en 1926 et de fait l’organe hebdomadaire du parti. Une des vastes ambitions du PDP aurait été de doter chaque grande région d’un quotidien analogue à L’Ouest-Éclair et pouvant se créer avec son appui, ce qui d’ailleurs pouvait rejoindre certaines ambitions de l’abbé Trochu lui-même de développer un « empire de presse » dont les relations avec le PDP auraient été à définir. En tout cas, en dehors du problème du soutien matériel apporté au PDP, sur un autre plan et surtout jusqu’en 1933, le grand journal proche de la démocratie chrétienne dans l’Ouest a mené souvent les mêmes combats que le parti et a soutenu avec des nuances les mêmes positions sur les plans politiques, sociaux ou internationaux, contre l’influence de l’Action française et pour le soutien des candidats démocrates en 1928 et en 1932. D’autre part, de nombreux membres du PDP signaient aussi des articles dans L’Ouest-Éclair comme Cornilleau, Pagès et Simon et, beaucoup d’articles paraissaient en fait dans les deux journaux. Mais en dépit de ces liaisons indiscutables, l’histoire de ces relations a toujours été assez complexe.

L’abbé Trochu et le Parti Démocrate Populaire

  • 13 Delourme Paul, op. cit., p. 259.
  • 14 Fredouet Charles, 1880-1963. Ouvrier lithographe à Rennes, fondateur et directeur de l’hebdomadair (...)
  • 15 Delourme Paul, op. cit., p. 265, p. 375 et voir plus bas.

11L’abbé Trochu a en tout cas donné une version personnelle de ses rapports avec le parti dans son ouvrage Trente-cinq années de politique religieuse ou l’histoire de L’Ouest-Éclair publié sous le pseudonyme de Paul Delourme en 1936, et que nous utiliserons ici, mais avec toutes les réserves nécessaires à l’égard de ce que l’on doit appeler un plaidoyer. Selon Trochu il aurait revu Cornilleau, qu’il avait connu avant la guerre, en 1922 et c’est dans l’idée de faire du Petit Démocrate l’organe d’un grand parti qu’il leur serait apparu indispensable d’assurer d’abord l’existence du journal. Pour ce faire, ils songèrent à demander le patronage de L’Ouest-Éclair13. Trochu se serait dès lors résolu à se consacrer à sa propagande, aidé pour cela par Charles Fredouet14. Il est aussi intéressant de relever la position générale de l’abbé à l’égard de l’idéologie et du programme du PDP qui « lui paraissait, à lui comme à beaucoup d’autres, adapté aux besoins du temps et facile à acclimater dans une région où subsiste un fonds religieux ». Il incarnait « l’espoir de fonder un parti socialisant, à l’image du parti radical-socialiste ». On est en droit de se demander bien sûr si cette conception pouvait être celle de la majorité du PDP Mais ce sont les insuffisances supposées de ce parti après ce succès qu’il a aussi dénoncées, en s’appuyant notamment sur l’affaire de la publication du Pourquoi pas ? de Cornilleau en 192915.

  • 16 Delourme Paul, op. cit., p. 284-285.
  • 17 Archives évêché de Lille. Archives Vanneufville. Correspondances Vanneufville-Trochu 1925-1929.

12Dans ces conditions, l’abbé en arrivait à regretter en 1936 que L’Ouest-Éclair n’ait pas apporté à la Jeune république de Marc Sangnier et à L’Aube les concours financiers qu’il accordait au Petit Démocrate. Il approuvait ainsi de façon rétrospective contre l’action du PDP celle de la J.-R. « invariable dans sa ligne politique, hostile à l’impérialisme français… apportant en toutes circonstances une collaboration loyale, très nette aux républicains16 ». Tout cela prouvait donc que si l’abbé Trochu avait soutenu le PDP jusqu’en 1930, il le trouvait insuffisamment orienté vers les solutions qui avaient ses préférences sur tous les plans. Mais dans les débuts du moins de la vie du parti, Trochu avait semblé placer en lui de grands espoirs. Il avait dit à Mgr Vanneufville en 1924 : « Je considère de mon devoir de créer des groupes de militants dont nous avons besoin sur le terrain politique si nous voulons donner au PDP une vitalité efficace ». Au début de 1925 il lui affirme que « notre groupe prend corps et nous sommes en train de conquérir le pouvoir ». Un peu plus tard encore, il estime que le développement du PDP se fait avec rapidité, presque trop, la nécessité étant d’éviter tout ce qui pourrait sembler être une compromission avec la droite. Mgr Vanneufville continuait donc à donner des « conseils » sur les orientations de L’Ouest-Éclair. Pour les élections de 1928, il préconise comme stratégie à Desgrées du Loû de constituer « une large entente nationale des partis républicains ». Il dit regretter l’absence d’un grand quotidien du matin pour toute la France du type L’Ouest-Éclair et demande pourquoi celui-ci ne publierait pas à Paris un France-Eclair17.

  • 18 Delbreil Jean-Claude, Les Catholiques français et les tentatives de rapprochement franco-allemand (...)

13Dans ces années, L’Ouest-Éclair subit les attaques des nationalistes à propos de ses évolutions parallèles à celles du PDP en faveur de la politique de conciliation internationale de Briand qui continuait à faire l’objet de sévères critiques de la part de la Fédération républicaine ou de la Fédération nationale catholique du Général de Castelnau. L’Ouest-Éclair avec Pagès critique ici les catholiques français qui refusent d’entendre les messages de paix du Saint-Siège. Mais Castelnau avait répliqué dans L’Écho de Paris, tandis que Cornilleau voyait dans cette affaire un nouvel épisode de la lutte engagée par l’A.F. contre les catholiques démocrates18.

L’implantation du PDP dans l’Ouest et L’Ouest-Éclair

  • 19 Petit Démocrate, notices sur les fédérations du P.D.P.

14Dans ses premières années, L’Ouest-Éclair, Desgrées du Loû et Trochu ont soutenu assez nettement les débuts du développement du PDP dans l’Ouest d’une façon directe et aussi plus discrète. On fait état de ce que l’on appelle « l’activité du parti », et de la création de ses sections. Desgrées du Loû expose le programme et la doctrine du parti lors de la création de la section de Saint Quai Portrieux et c’est l’abbé Trochu qui le fait à l’occasion de la création d’une section à Saint Brieuc. Le Finistère avec la F.R.D.F. posait un problème spécifique du fait de l’existence d’un organe départemental, Le Petit Breton et d’une certaine indépendance. La fédération d’Ille-et-Vilaine tient son congrès constitutif le 15 mars 1925 et elle a alors comme président Emmanuel Desgrées du Loû lui-même, Charles Fredouet étant délégué général. On déclare d’ailleurs que le puissant quotidien régional L’Ouest-Éclair, de même que l’hebdomadaire départemental L’Ille et Vilaine assurent une large diffusion aux communiqués de la fédération et aux comptes rendus de ses réunions. Les statuts de la fédération du Morbihan ont été déposés dans une assemblée générale à laquelle participaient Cornilleau et Desgrées du Loû. On parle clairement d’un « Ouest-Éclair d’un appui précieux », à côté de l’hebdomadaire Le Morbihan et même la fédération du Finistère rappelle que « nous avons la bonne fortune d’avoir comme journal quotidien L’Ouest-Éclair que dirige notre excellent ami Desgrées du Loû ». Dans les autres fédérations de l’Ouest, pour celle de la Sarthe créée en 1924, on parle d’un « Ouest-Éclair très lu qui nous ouvre très largement ses colonnes », et pour celle de la Manche, constituée en 1925, on évoque un « Ouest-Éclair qui publie régulièrement ses comptes rendus19 ». En fait, en dehors de la fédération du Finistère, la plupart des fédérations bretonnes et une bonne partie de celles de l’Ouest furent mises en place avec le soutien direct de L’Ouest-Éclair. Le journal affirme d’ailleurs que le PDP est seul capable de créer une organisation de masse face aux partis de gauche. Robert Cornilleau vient y rappeler périodiquement « ce à quoi s’efforce le PDP ».

Desgrées du Loû, L’Ouest-Éclair et politique du PDP

  • 20 L’Ouest-Éclair, 22, 23 novembre 1926.
  • 21 L’Ouest-Éclair, 11 décembre 1927.

15Le journal continue de suivre de près les congrès nationaux du PDP On salue ainsi la déclaration du parti à l’issue de son congrès en 1926 sur le fait d’une « France qui est lasse des querelles du passé20 ». Mais on suit aussi ses congrès départementaux dans l’Ouest et notamment les « congrès démocratiques ». La Bretagne devrait être pour Desgrées « la terre privilégiée du PDP ». Les convergences avec le parti se manifestent encore davantage dans la conjoncture de l’union nationale sur la nécessité de « mettre en œuvre une politique nouvelle ». Ce soutien va même alors pour Desgrées du Loû jusqu’à défendre l’article de Cornilleau du « Pourquoi pas », en 1927 sur une collaboration éventuelle entre catholiques et socialistes21. Cornilleau n’y excluait pas cette collaboration pour l’avenir sur le plan parlementaire et gouvernemental, avec des objectifs précis, chacun gardant sa doctrine et sa personnalité, sur l’exemple notamment pour les socialistes des travaillistes britanniques. Il rappelle aussi les origines intellectuelles et doctrinales du parti démocrate. Desgrées du Loû montre toujours dans le journal que c’est l’honneur du PDP que de rappeler sa doctrine de justice sociale et il le défend contre les accusations des partis de droite. C’est également l’activité internationale du parti qui commence à y être soutenue en particulier par Pagès, pendant que Desgrées du Loû salue le lancement de la revue Politique en 1927 comme un événement important. Le congrès du PDP de 1927 est décrit comme « un frisson de vie extraordinaire ». Pagès estime que son programme réplique à certaines erreurs de la bourgeoisie conservatrice comme le nationalisme ou l’individualisme économique. Desgrées du Loû a, en tant que vice-président du parti, précisé à plusieurs reprises ses positions dans le journal contre des attaques qui le harcelaient, venant des monarchistes de l’Ouest, pendant que Pagès a informé les lecteurs des débuts de l’action internationale du parti.

Action française, L’Ouest-Éclair et Démocrates populaires

  • 22 Delbreil Jean-Claude, Le parti démocrate populaire, op. cit., p. 537 et Archives Ernest Pezet. Voi (...)
  • 23 Delbreil Jean-Claude, op. cit., p. 538.
  • 24 Archives évêché de Lille. Archives Vanneufville, lettres à l’abbé Trochu, 25 mars-2 juillet 1925.
  • 25 Delbreil Jean-Claude, op. cit., p. 530 et archives Vanneufville 15 janvier, 3 avril, 28 mai 1927.
  • 26 Archives évêché de Lille. Archives Vanneufville, Correspondance Pagès-Vanneufville, février-octobr (...)

16C’est également dans cette période que le PDP et L’Ouest-Éclair se sont trouvés engagés d’une façon plus ou moins parallèle dans les combats contre l’Action française et les polémiques autour de sa condamnation. Ce fut le cas dès 1925 avec l’affaire de l’élection sénatoriale du Maine-et- Loire. La candidature de Léon Daudet avait été annoncée dans des conditions que certains allaient juger bientôt irrégulières22. La F.N.C. décide de procéder à une enquête et envoie Pezet, membre du PDP, en Anjou. Face à Daudet, un « catholique rallié », Manceau, est candidat. L’Ouest-Éclair intervient avec Desgrées du Loû en y voyant l’occasion d’une campagne contre les royalistes. Plusieurs lettres de Léon Daudet sont envoyées à L’Ouest-Éclair auxquelles Desgrées répond. Pezet conclut son enquête en affirmant que Daudet ne passerait pas. Il est battu au deuxième tour. Mais l’A.F. avait entamé une violente campagne contre Pezet que Castelnau avait dû défendre, tout en essayant de maintenir la balance égale entre L’Ouest-Éclair et l’A.F. Après la mort mystérieuse du fils de Léon Daudet, l’A.F. avait parlé de « l’immonde abbé Trochu » et du « non moins immonde Ouest Éclair », ce qui peut contribuer à expliquer les réactions vigoureuses de Desgrées du Loû dans l’affaire du Maine-et-Loire. L’année suivante, Pezet se heurte à nouveau à l’Action française dans une élection partielle dans la Marne. Il est battu en mettant en cause des directives de l’A.F. et il conclut : « Si l’Action française continue de tels procédés, tant pis pour elle » (mars 1926)23. En Vendée, le PDP avait été engagé avec L’Étoile de la Vendée qui s’en était pris au monarchiste de Baudry d’Asson. Sur toutes ces affaires Mgr Vanneufville était là encore en contact avec les dirigeants de L’Ouest-Éclair, mais avait demandé au journal une certaine modération24. Et c’est malgré tout avec discrétion que la condamnation est accueillie, même si l’on parle d’un « document important » et si Pagès estime bientôt que « Pie XI vient d’accomplir un acte historique ». L’abbé Trochu regrette pour sa part qu’un grand nombre d’évêques n’aient pas encore publié la lettre au cardinal Andrieu, car « il faut rester forts et agressifs », L’Ouest-Éclair étant prêt à agir. Mais l’affaire de l’A.F. était loin d’être terminée. L’A.F. va faire de la condamnation une affaire politique, résultat d’un complot mêlé aux manœuvres internationalistes de Briand. Mgr Vanneufville à Rome, en relation avec Desgrées du Loû et Pagès parle ainsi en 1927 d’un Ouest-Éclair qui est « dans l’esprit de beaucoup le plus formidable adversaire de l’Action française », tout en rappelant qu’il ne faut à aucun prix jeter le journal dans une polémique politique pour éviter de donner prise aux accusations de l’adversaire. Cependant l’abbé Trochu demande pour sa part que l’on affirme ses positions avec davantage de force et il est un temps question d’un voyage de Cornilleau et Desgrées du Loû à Rome25. Vanneufville défend parallèlement les positions du PDP et des démocrates. Dans cette affaire L.-A. Pagès est constamment en relation avec celui-ci, et estime nécessaire qu’aucune appréciation publique de la situation en France ne soit faite par le Saint-Siège, car « l’ennemi est aux aguets ». Mgr Vanneufville pense de plus que « le voyage de nos amis à Rome ne se présente pas sous un jour très favorable ». Le Vatican doit se montrer distant à l’égard de ceux que l’on présente comme les animateurs de la prétendue cabale contre l’A.F. L’Ouest-Éclair et le PDP sont souvent considérés comme des obstacles à la subordination des partis politiques et l’union pour la défense de la religion26. Car, du côté de l’Action française, dès l’article « non possumus », on avait attaqué directement « la petite bande haineuse des démocrates chrétiens, les pèlerins équivoques et suspects de Bierville, un Trochu méprisé de tous », etc. Daudet affirme désormais qu’« il tient solidement les fils de l’intrigue », et situe au premier plan L’Ouest-Éclair, Trochu en tête, mais aussi « le triste Pagès », Cornilleau et Le Petit Démocrate directement mis en cause. L’Ouest-Éclair et le PDP sont les cibles principales aux côtés du briandisme et du « démocratisme chrétien ». Les heurts électoraux dans l’Ouest continuent, ainsi à l’élection sénatoriale de Vendée de 1927. Les monarchistes de Vendée s’en prennent désormais à L’Étoile de la Vendée, mais aussi au Petit Démocrate et à L’Ouest-Éclair qui soutient Gallet contre Baudry.

  • 27 Archives Fr. Gay. Lettre Desgrées du Loû à Fr. Gay, 11 juillet 1927.

17Desgrées du Loû vitupère constamment dans ses éditoriaux contre un parti royaliste qui dessert en fait la cause catholique. La politique de L’Ouest-Éclair, comme celle du Petit Démocrate, est fondée sur la constatation du fait que, dans l’Ouest comme ailleurs, il y a des républicains de gauche et des radicaux qui peuvent faire passer la république avant l’anticléricalisme. La campagne continue contre le journal aux sympathies monarchistes de Rennes, Le Nouvelliste, et on met en cause l’arrivée de Baudry d’Asson dans son conseil d’administration. L’Ouest-Éclair a donc été engagé aussi contre Le Nouvelliste fondé en 1901 en liaison avec « la presse régionale » et dont Eugène Delahaye était devenu directeur en 1919. Néanmoins Desgrées du Loû essaye aussi de modérer un homme comme Francisque Gay, à propos d’un projet de brochure suggéré par Trochu en 1927, la nécessité étant de ne pas donner l’impression d’une campagne orchestrée27. Les élections de 1928 conduisent à un changement d’orientation imposé au Nouvelliste après le départ de Delahaye. L’abbé Jallier lui succède à la tête du journal qui va prendre une autre orientation, pendant que Delahaye fonde un nouveau journal, La Province, avec l’appui de Baudry d’Asson. Desgrées du Loû exprime sa satisfaction du dénouement de l’affaire qui avait évité de faire paraître son journal comme le responsable de la retraite de Delahaye. Cette affaire avait tourné au bénéfice de L’Ouest-Éclair et des démocrates populaires, même s’il y avait eu déjà l’amorce de conflits entre Desgrées et Trochu.

Élections de 1928, L’Ouest-Éclair et PDP

18Les élections de 1928 marquent un succès relatif pour le PDP qui obtient 18 élus et pour sa politique plus ou moins commune avec L’Ouest-Éclair. C’est dans l’Ouest et en Bretagne que cette action électorale s’est manifestée avec le plus de résultats par l’élection de 8 députés. Ces élections ont eu le sens, particulièrement en Vendée, d’une lutte victorieuse contre les catholiques monarchistes et l’Action française, en faisant reculer une droite catholique traditionnelle. Elles ont eu une certaine signification historique dans l’Ouest, dans un mouvement où les tendances proches du PDP et le PDP lui-même ont joué un rôle direct, par une sorte de « basculement à gauche » d’une partie des masses catholiques, tout au moins vers les tendances républicaines et démocrates. Les démocrates populaires, soutenus par L’Ouest-Éclair ont été accusés d’avoir « fait ces élections » et contribué à la défaite des tendances conservatrices. À la veille du scrutin, Desgrées du Loû avait clairement affirmé que son action se ferait « en toute indépendance et en liaison étroite avec le PDP ». L’Ouest-Éclair a mené une campagne en faveur des candidats du parti et des « républicains » et s’est heurté en particulier au Nouvelliste. Des candidats « démocrates » se présentent face à des monarchistes et le ton était monté de plus en plus entre Le Nouvelliste et L’Ouest-Éclair.

19Dans le cadre de cette « conquête de l’Ouest », c’est la Bretagne qui est d’abord visée, 4 candidats étant ainsi soutenus par L’Ouest-Éclair et le PDP en Ille-et-Vilaine : Bellanger à Vitré, Pinault à Rennes-1, Deldon à Rennes- 2 et Le Douarec à Montfort. Le principal problème a été celui du soutien à Bellanger, classé comme « républicain de gauche » qui, élu, ne s’inscrira pas au groupe démocrate. Si Etienne Pinault est élu, Le Douarec ne l’est pas. Dans les Côtes du Nord, le PDP tente un effort unique mais sans succès à Guingamp-1. En revanche le Morbihan apporte plus de satisfactions. candidats sont soutenus par le PDP et L’Ouest-Éclair. Ernest Pezet est élu à Vannes-1 contre le conservateur De Chabannes avec le sens d’une candidature de combat contre l’A.F. et ses partisans plus ou moins camouflés. C’est aussi l’Élection de Bahier à Ploermel contre Du Plessis de Grenedan. Si le PDP avait connu des échecs à Lorient 1 et 2, il pouvait se targuer du succès de l’abbé Desgranges à Vannes-1, soutenu par L’Ouest-Éclair, même non directement démocrate populaire et de Cadic à Pontivy, également « soutenu ». Quand au Finistère, Le Petit Breton y avait demandé aussi « l’union des républicains ». Balanant est battu à Quimperlé, mais Jadé est réélu à Quimper-2, Paul Simon à Brest-2 et Pierre Tremintin à Morlaix-2, mais contre des concurrents de gauche. En Vendée, les tendances proches du PDP ont réalisé un effort couronné de succès et politiquement important par la conquête de deux sièges sur des sympathisants monarchistes. Le PDP a soutenu ces campagnes avec le concours de L’Ouest-Éclair et de L’Étoile de la Vendée. La décision avait été prise de présenter des candidats contre les monarchistes prenant l’étiquette de « conservateurs » ; c’est le cas pour Charles Gallet aux Sables-2 face au « conservateur » Biré et Auguste Durand à la Roche-sur-Yon-2 face au « conservateur » De Kervenoael. Les deux candidats « républicains » sont victorieux au second tour et L’Étoile de la Vendée parle d’une « Vendée libérée de l’Action française ». C’était un des meilleurs exemples, à côté d’un certain apport de voix « de gauche » d’une évolution des masses catholiques, encouragée et conduite par le PDP et L’Ouest-Éclair. Dans la Manche, Louis Colmant s’était retiré après le premier tour, de même que Saudubray dans la Sarthe. Il y avait eu un effort électoral d’ensemble lié au journal et au parti et des résultats non négligeables. Ces élections avaient marqué comme un apogée à la fois de l’action électorale du PDP et de la politique conduite par L’Ouest-Éclair et le tandem Trochu-Desgrées du Loû.

Début des discordes et PDP

  • 28 Delourme Paul, op. cit., p. 395.

20Si, dans cette période, L’Ouest-Éclair continue à soutenir le PDP, à l’intérieur du journal les dissensions latentes vont toutefois s’aggraver jusqu’à la rupture. C’est d’abord l’affaire du curé doyen de Bain de Bretagne, le chanoine Boué qui, dans un prône dominical, le 6 mai 1928, s’en était pris directement à L’Ouest-Éclair. Desgrées du Loû avait déposé une plainte contre lui devant l’officialité du diocèse. Mais la sentence rendue en janvier 1930 déboute L’Ouest-Éclair en des termes qui sont une véritable condamnation. C’est surtout ensuite avec l’entrée de Bellanger dans le cabinet Chautemps en février 1930 que la crise commence à s’aggraver. Desgrées avait rencontré le cardinal Charost et désavoué clairement la participation de Bellanger dans le ministère. Et c’est dès lors que le conflit avec l’abbé Trochu devient ouvert. Dans une lettre adressée à Desgrées du Loû de Montpellier où il essayait de mettre en place le journal Le Sud, l’abbé dit à Desgrées du Loû qu’il est en train d’opérer un coup de barre à droite28. Sur le fond, il commençait à se détacher du PDP dont il trouvait les orientations trop timides et dont il était relativement déçu des résultats. Il souhaitait aller plus loin vers la gauche où il pensait pouvoir conduire le journal et le parti. Dans sa lettre à Desgrées, il voulait rappeler à son ami « leur engagement de jeunesse au service d’une Église sans cesse prête pour de nouveaux départs » et il lui reprochait d’en être resté à la politique du Ralliement. En effet Desgrées était demeuré plus fidèle à la ligne « républicaine et modérée » de ses débuts et s’était reconnu dans la ligne prudente adoptée sur le plan politique et parlementaire par le PDP

  • 29 Cornilleau Robert, Pourquoi pas ? Une politique réaliste, Paris, 1929, 190 p.
  • 30 L’Ouest-Éclair, 4 janvier, 16 janvier 1930.
  • 31 Archives Pagès, L.-A., Lettre Trochu à Pagès, 5 juin 1928.

21Certaines affaires antérieures avaient aussi compté, comme celle de l’article de Cornilleau sur le Pourquoi pas. Cette affaire avait connu un rebondissement avec la publication du livre de Cornilleau en 1929. Il avait publié en effet un dossier complet sur ce problème chez Valois, un des représentants des « jeunes Équipes ». Cet ouvrage avait relancé la polémique avec une plus grande vigueur doctrinale29. Mais cette publication suscite à nouveau des réactions hostiles et notamment à L’Ouest-Éclair. Jean Des Cognets lui-même craint de voir « des esprits simples » considérer comme très mince la différence entre catholiques et socialistes. Certes Paul Archambault essaie quelques jours plus tard dans le journal de se porter un peu au secours du directeur du Petit Démocrate, en voyant surtout dans son ouvrage « la lucide méditation d’un homme libre qui regarde au loin dans l’histoire30 ». Mais c’était la direction de L’Ouest-Éclair qui s’était prononcée par Des Cognets contre cette « anticipation ». Cornilleau n’évoquera plus cette idée par la suite. Trochu mettra en cause cette attitude de soumission. Il avait par ailleurs essayé d’orienter le parti vers certains groupements politiques comme celui de Georges Valois et son journal Le Nouveau siècle. Dans une lettre à Pagès en 1928, il avait dit ainsi : « ce journal me donne l’impression d’être dirigé par des hommes qui ont des idées, un but… J’ai cru pouvoir conseiller à Robert Cornilleau de suivre ce mouvement et l’engager à ne rien publier ne serait-ce que par prudence contre le fascisme en général31 ». Effectivement les démocrates populaires ont rencontré dans leurs contacts avec les jeunes équipes le groupe de Georges Valois qui avait lui-même envisagé la possibilité de créer un « parti nouveau » où pourraient entrer Sangnier et Cornilleau.

Départ de l’abbé Trochu, Desgrées du Loû et Démocrates populaires

  • 32 De Cadore Henri, op. cit., p. 82 et archives lettre Des Cognets à Bodin, 1er décembre 1929.

22Le journal s’était plus ou moins accommodé de la collaboration de ces deux personnalités et d’un certain partage des tâches, Desgrées du Loû rédigeant les articles de politique générale. Mais Jean Des Cognets en était arrivé dès 1929 à envisager la possibilité d’une éviction de Trochu dans une correspondance avec Bodin et Pierre Artur32. Trochu, convoqué par Mgr Maglione à Paris le 5 avril 1930 reçoit le ferme conseil de s’abstenir de toute intervention politique dans le journal dont il conserve la direction administrative, en laissant à Desgrées du Loû la direction politique. Trochu, au départ, semble accepter plus ou moins cette situation, en particulier au cours d’un dîner à Neuilly chez Domenico Russo, un des correspondants à Paris des journaux « popularistes » italiens, le soir de son entrevue avec le nonce. Il en aurait résulté selon lui « les accords de Neuilly ». Des Cognets aurait convaincu l’abbé de la nécessité d’abandonner la direction exclusive de la politique à Desgrées. Mais celui-ci adresse le 30 mai une lettre à Des Cognets et aux membres du conseil de surveillance indiquant que, pour lui, dans le conflit avec l’abbé Trochu, il ne fallait plus se contenter de demi-mesures. Le 11 juin, pour le conseil de surveillance, les « accords de Neuilly » s’étant révélés impraticables, il ne restait plus aux dirigeants de L’Ouest-Éclair qu’à écarter définitivement l’abbé. Son départ annoncé le 12 juillet allait faire entrer le journal et ses relations avec les démocrates populaires dans une autre phase.

  • 33 Lettre de l’abbé Crublet à Mgr Vanneufville, 10 août 1930, conflit à L’Ouest-Éclair.

23Quant aux raisons profondes de ce départ, elles ont fait l’objet d’importantes divergences d’interprétation entre les principaux protagonistes. Desgrées du Loû, dans un mémoire intitulé « Pourquoi et dans quelles conditions l’abbé Trochu a quitté L’Ouest-Éclair », a affirmé qu’une entente à peu près complète avec l’abbé avait régné jusqu’en 1928 et que ce n’est pas lui qui avait suscité la candidature de Bellanger, même s’il l’avait acceptée. Mais c’est surtout dans les mois suivants que des relations plus étroites avaient commencé à s’établir entre Trochu, Bellanger et Guy la Chambre. Selon Desgrées « L’abbé désirait que la politique du journal évoluât de plus en plus vers la gauche au risque de briser les amitiés les plus anciennes, à commencer par celles des députés démocrates populaires ». Avec l’entrée de Bellanger dans le cabinet Chautemps, le désaccord devint un véritable conflit. Pour Desgrées en tout cas, ce départ fut un acte spontané du nonce. L’Ouest-Éclair avait bénéficié d’une bienveillance de la nonciature qui fut compromise quand on eut l’impression que l’abbé orientait ce journal trop à gauche. De plus Trochu était mêlé à diverses affaires… qui donnaient prise à certaines critiques. Mais le conflit entre deux lignes politiques avait joué un rôle essentiel. Cette interprétation n’allait pas être celle de l’abbé Crublet (1865-1955) qui avait participé à la fondation de L’Ouest-Éclair. Dans une longue lettre adressée à Mgr Vanneufville le 10 août 193033, il rend clairement responsable Desgrées du Loû et le PDP de ce départ forcé. L’abbé a empêché le développement d’un journal plus à gauche, et dans ce « scandale », il ne voit pas les torts de ce dernier. La raison profonde du conflit résiderait à son sens dans le fait que l’abbé voulait continuer la ligne du journal qui avait toujours été sa raison d’être : nettement républicaine, à tendance catholique et sociale, sans s’attacher à aucun parti politique. Pour lui, c’est Desgrées qui voulait rattacher L’Ouest-Éclair au PDP, mais il ne dit pas que Trochu avait essayé de le faire à sa manière. C’est aussi sur l’affaire des syndicats paysans qu’il met en cause l’attitude de Desgrées et des démocrates. Ceux-ci, tout en admettant en théorie les revendications des syndicats paysans constituent surtout « un État major brillant », implanté chez quelques bourgeois des villes. Pour les « grands chefs du parti », tout doit s’intégrer à la politique et il s’agissait donc d’intégrer L’Ouest-Éclair dans le PDP Selon lui, l’abbé avait compris la voie qu’il fallait suivre, ce qui n’était pas le cas ni de Desgrées, ni du PDP Cette réaction de l’abbé Crublet atteignait donc directement les démocrates populaires accusés de vouloir utiliser à la fois le journal, les syndicats paysans, etc.

  • 34 Archives Bour, Alfred, notes L.-A. Pagès, 3 novembre 1936.
  • 35 Archives évêché de Lille. Archives Vanneufville. Correspondance Trochu-Vanneufville, 10 janvier, 2 (...)

24Quant à l’abbé Trochu, dans son livre-plaidoyer il a affirmé qu’il n’y avait pas que les adversaires du journal à jeter de l’huile sur le feu, mais d’autres aussi dont il aurait pu attendre « plus de gratitude » comme Pagès qu’il « avait chargé » de représenter L’Ouest-Éclair auprès du parlement, du gouvernement et des autorités religieuses et qui s’était montré le plus ardent contre lui. Mais Pagès parlera à propos du livre de l’abbé Trochu d’un « lourd tissu de vérités, d’approximations et aussi d’inexactitudes graves », et dira avoir toujours essayé de jouer un rôle de conciliateur entre Desgrées et Trochu, tout en reconnaissant s’être éloigné des conceptions politiques de ce dernier qui s’orientait vers une gauche « individualiste et capitaliste » et vers « un affairisme politique radicalisant34 ». Car Paul Simon est aussi attaqué par Trochu pour avoir mis en cause son influence sur la direction politique de L’Ouest-Éclair. Il était un de ces « parlementaires bretons » qui seraient intervenus auprès de Mgr Maglione au printemps 1930. L’abbé est cependant resté en relation après son départ avec Mgr Vanneufville. Il lui dit que ce sont « les hommes de Tardieu » qui ont demandé sa tête au nonce, dans le cadre de sa théorie d’un « complot » contre lui qui a été sa ligne de défense, mais sans apporter de preuves35. Mgr Vanneufville avait déclaré ne pas être hostile à une éventuelle conciliation devant un « tribunal arbitral » qui déboutera l’abbé Trochu. Quant à Vanneufville, il admet dans une lettre à Des Cognets qu’il ne sait pas s’il a gardé la confiance de l’abbé. En tout cas si le PDP avait donc été accusé par Crublet de vouloir intégrer L’Ouest-Éclair, on peut aussi estimer qu’il y a eu une certaine volonté de la part de l’abbé de contrôler plus ou moins le parti par l’aide matérielle que le Journal lui apportait, pour le mettre au service d’ambitions politiques plus orientées vers les radicaux et c’est ici qu’il s’est heurté à la résistance inévitable de Desgrées du Loû, des principaux actionnaires du journal, et en dehors du journal, dans le PDP, à la résistance d’un homme comme Paul Simon.

25Le départ de l’abbé ne résout pas tous les problèmes, L’Ouest-Éclair se trouvant en situation difficile sur différents terrains. L’abbé et certains de ses amis tentent des manœuvres pour reprendre le contrôle du journal, mais la majeure partie des actionnaires soutient Desgrées du Loû. Ils résistent à la tentative de « rachat des titres » qui aurait pu se faire en particulier avec le soutien de Louis Loucheur. Mais la mort de ce dernier en novembre 1931 provoque la ruine de ce projet. L’abbé joue encore un rôle dans le lancement d’un journal qui s’est voulu un temps du moins le nouveau concurrent de L’Ouest-Éclair, plus à gauche et avec le concours de ce qu’il appelait « Le parti républicain ». En 1931, avec l’appui de Dupuy du Petit Parisien, de Loucheur là encore et de Bellanger est lancé L’Ouest Journal qui au début crée une certaine inquiétude du côté de L’Ouest-Éclair. La direction politique en est confiée à Charles Fredouet, ancien secrétaire général de L’Ouest-Éclair. Mais son exploitation devient vite difficile et il disparaît en 1936.

  • 36 Archives Pagès, L.-A., correspondance Champetier, 9 janvier 1931.

26Trochu avait joué aussi un autre rôle autour de la création d’un journal dont certains auraient souhaité qu’il devienne L’Ouest-Éclair du midi, c’està- dire Le Sud. Pagès avait affirmé dès 1928 qu’on avait besoin dans la région toulousaine d’un journal « sainement républicain, d’inspiration chrétienne, mais non confessionnel » et qui aurait pu se rattacher à une organisation existante comme celle de L’Ouest-Éclair. Le Père Merklen de La Croix s’étant enquis de ces projets, Pagès avait envisagé une intervention parallèle de La Croix et de L’Ouest-Éclair. Le nouveau journal est finalement lancé, non pas à Toulouse, mais à Montpellier, grâce à un certain soutien de L’Ouest-Éclair et de l’abbé Trochu. Le départ de l’abbé n’allait pas interrompre ce soutien et en mars 1931 M. Artur informe le conseil de surveillance de l’accord de principe qu’il a conclu avec le journal Le Sud dont la situation financière est précaire. Mais on doit rappeler à plusieurs reprises des promesses de remboursement au directeur du Sud qui demande un moratoire de deux ans. Le président du PDP, Champetier de Ribes, évoque bientôt avec satisfaction les résultats obtenus par le journal et reconnaît que s’il est accueillant à tous les partis « républicains nationaux », il est par ses origines « particulièrement favorable aux idées défendues par le PDP36 » Lors d’une augmentation de capital en janvier 1931, il évoque la possibilité d’acheter une partie des actions et aussi pour le parti « d’établir définitivement son influence sur la direction politique du journal ». Le Sud a donc été soutenu à la fois par L’Ouest-Éclair, l’abbé Trochu jusqu’en 1930 et le PDP qui a pu y voir l’occasion de créer un grand journal d’inspiration démocrate chrétienne dans la région. Mais des difficultés de tous ordres surgissent rapidement jusqu’à la disparition du journal en décembre 1933.

Cultivateurs-cultivants, L’Ouest-Éclair et PDP

  • 37 Petit Démocrate, 28 novembre 1926.
  • 38 Archives Desgrées du Loû. Note sur la fédération des syndicats paysans de l’Ouest.
  • 39 Archives Vanneufville. Lettre Vanneufville à Desgrées du Loû, 14 novembre 1927.

27Avant 1930, les dimensions des problèmes ruraux étaient apparues imbriquées avec la vie du journal et du parti de façon complexe, notamment autour des « cultivateurs-cultivants » de l’abbé Mancel. Le programme du PDP de 1924 avait consacré un titre spécifique à la « politique rurale » et c’était très tôt qu’était apparue au Petit Démocrate la signature de Grindorge, c’est-à-dire de l’abbé Geffriaud, appelé par l’abbé Trochu à collaborer avec L’Ouest-Éclair sur les problèmes ruraux. Dans le journal de Rennes et celui du PDP, il a défendu des thèses assez proches de celles des syndicats de « cultivateurs-cultivants » de l’abbé Mancel (1878-1954). Le mouvement remontait pour ses origines avant 1914, là encore autour de l’abbé Trochu et de L’Ouest-Éclair. Etaient alors apparus le mouvement et les idées de « l’émancipation paysanne » qui s’opposaient à l’idée jusqu’ici traditionnelle dans les milieux catholiques sociaux et les syndicats paysans de « l’unité de la classe paysanne ». Le mouvement avait surtout pris son essor après la guerre, autour de l’abbé Mancel, ancien sillonniste, de l’abbé Crublet et de Grindorge. Le journal Le Progrès rural avait été lancé à partir de 1921, avec le soutien de l’abbé Trochu et de L’Ouest-Éclair, tandis que Grindorge tenait aussi une chronique au Petit Démocrate. Dès le congrès du PDP de 1926, Desgrées du Loû avait attiré l’attention sur ce qu’il appelait « le mouvement extrêmement important tendant à l’organisation professionnelle paysanne ». Le problème peut être posé des relations exactes des syndicats avec le PDP, notamment par l’intermédiaire de l’abbé Trochu et de L’Ouest-Éclair, car au Progrès rural, on répète alors constamment qu’on ne veut pas faire de politique. Du côté démocrate, Trémintin avait répondu en 1927 au président de la ligue qu’il avait pris connaissance de ses revendications dont la plupart étaient inscrites dans le programme du parti. Il ne lui semblait pas nécessaire de donner une adhésion individuelle et il avait critiqué certaines formulations excessives37. Le mouvement s’était heurté à bien des obstacles. Le départ de l’abbé Trochu entraîne bientôt celui de l’abbé Mancel et il décline assez rapidement. Les critiques contre des syndicats qualifiés de « lutte des classes » avaient joué un rôle dans la crise du journal de Rennes. Sur cette affaire, le PDP s’était tenu dans une prudente réserve à l’égard des syndicats mancellistes. La connexion a surtout existé par l’intermédiaire de l’abbé Trochu et du soutien au journal du PDP où il a pu imposer Grindorge. Mais si une chronique agricole assez régulière est apparue au Petit Démocrate, où Grindorge a développé ses thèmes, on peut se demander si elle a représenté la tendance majoritaire du parti et il ne le semble pas, face à des positions plus traditionnelles. Quant à Desgrées du Loû, dans une « note sur la fédération des syndicats paysans de l’Ouest », il avait bien montré comment elle était l’objet d’accusations au sujet de son esprit révolutionnaire, ce qu’il trouvait injuste38. Mais Mgr Vanneufville avait reconnu que cette question finirait par aboutir à Rome et il estimait indispensable que « nos amis éliminent les sujets accidentels de reproches qu’on pourrait leur faire39 ». Au PDP, c’est bientôt une victoire des tendances « traditionnelles » sur le plan agraire et en 1929 apparaît dans Le Petit Démocrate la rubrique « Mon village » d’où disparaît en revanche Grindorge. La nouvelle mouture du programme rural de 1931 est cette fois directement influencée par la commission rurale et la thèse du caractère « professionnel » des organisations agricoles y triomphe. Il était évident que ce n’était plus la tendance de l’abbé Trochu, de l’abbé Mancel ou de l’abbé Crublet. Il est vrai aussi qui y a eu certaines équivoques dans l’attitude du PDP à l’égard de ce courant, rejoignant l’équivoque de ses relations avec l’abbé Trochu et la tendance de L’Ouest-Éclair qu’il y représentait.

Élections de 1932 et mort de Desgrées du Loû

  • 40 Lettre Jean Des Cognets à Francisque Gay, 28 avril 1953.

28Dans une lettre à Francisque Gay après la guerre, Jean Des Cognets lui expliquera que « contrairement à ce que tu pourrais croire, L’Ouest-Éclair a toujours été un organe de presse indépendant de tout système politique ». Selon lui, Trochu s’était intéressé au PDP en s’efforçant de le noyauter et de s’y créer une clientèle personnelle. Mais il s’était heurté à la méfiance de certains de « nos bons amis » comme Paul Simon. Dans la pensée de Desgrées, L’Ouest-Éclair n’a jamais été l’organe du Sillon, ni du PDP, « même s’il les a soutenus de toutes les façons comme déclarait un jour sans délicatesse l’abbé Trochu dans un toast que Paul Simon, offensé au plus vif de son honneur, ne lui a jamais pardonné. » En tout cas, selon Des Cognets, si un certain nombre de membres actifs du PDP étaient les amis de Desgrées, cela n’alla jamais jusqu’au mariage40. Sur le problème général des relations entre le journal et le PDP, du moins jusqu’en 1933, il faut donc distinguer plusieurs niveaux de relations, avec le journal lui-même, avec Desgrées et avec Trochu. Celui-ci semble avoir toujours témoigné de certaines maladresses à l’égard du parti. Dans ces conditions, dans le PDP, les préventions contre un prêtre un peu affairiste de surcroît n’ont pu que grandir. Le juste niveau des relations se situait à celui de Desgrées du Loû qui y représentait le mieux la ligne générale du parti, mais avec un souci apparent d’indépendance, aux côtés de Pagès et de Simon. Avec Desgrées, si L’Ouest-Éclair n’a jamais été un organe officiel du PDP, il en a été un organe plus ou moins officieux, jouant un rôle de démultiplicateur d’influence.

  • 41 Ibid.
  • 42 Archives diocésaines de Rennes. Sentence du tribunal collégial, 1934.

29Le PDP avait affronté dans l’Ouest et ailleurs la conjoncture des élections de 1932 qui avaient déjà manifesté une première concrétisation des évolutions. Le groupe démocrate s’était trouvé réduit à 14 membres. L’influence de L’Ouest-Éclair est encore restée importante, même après le départ de l’abbé Trochu et le journal a encore apporté un certain soutien aux campagnes des candidats démocrates. En tout cas le Finistère est resté un fief des démocrates. Paul Simon est réélu à Brest-2 et Pierre Trémintin à Morlaix-2. Dans le Morbihan, Pezet est réélu à Vannes-2 avec le soutien de L’Ouest-Éclair contre Delahaye dès le premier tour. À Vannes-1, l’abbé Desgranges est présenté comme « candidat indépendant » Il est élu dès le premier tour contre un candidat de gauche. Les deux candidats avaient bénéficié du soutien de L’Ouest-Éclair. Pezet avait reconnu son rôle décisif de par sa décision de prendre à sa charge une partie des frais de la campagne. Dans l’Ille-et-Vilaine, le démocrate sortant Pinault est réélu à Rennes, et a Vitré le radical indépendant Bellanger est battu par l’U.R.D. de Lyrot. En dehors de la Bretagne, un effort plus important qu’en 1928 a été tenté dans l’Ouest intérieur, comme par exemple dans le Maine-et- Loire avec Gaston Rosin à Angers-2 qui se retire après le premier tour, malgré le soutien de L’Ouest-Éclair. En Vendée, Durand et Gallet sont réélus dès le premier tour, mais dans des conditions bien différentes de celles de 1928 puisqu’en fait la droite conservatrice avait refusé de livrer le combat. Dans l’Orne à Alençon, c’est la candidature du directeur du Petit Démocrate, Robert Cornilleau, un journal, L’Orne étant lancé pour le soutenir, avec l’appui de L’Ouest-Éclair. Mais de ce côté on reconnaîtra bientôt que si le PDP avait décidé de créer cet hebdomadaire, le conseil n’était pas d’avis de poursuivre. Sans concurrent modéré, il est néanmoins battu au second tour par le radical indépendant Dariac. Toutefois, les relations PDP- L’Ouest-Éclair évoluent à nouveau après la mort de Desgrées du Loû en janvier 1933. Robert Cornilleau lui rend un vibrant hommage dans le Petit Démocrate et rappelle son rôle journalistique et politique. Il avait pris des dispositions pour sa succession, et notamment la présence de Paul Simon à la direction politique du journal, dans une lettre rendue publique et qui le désignait comme son successeur politique. Paul Simon avait d’abord refusé cette direction qu’il craignait de ne pouvoir assurer en toute indépendance. Mais il avait fini par accepter « non sans répugnance », sur l’insistance de Des Cognets41. À partir de 1933, on a affaire à un journal dont les relations avec la « démocratie chrétienne » et le PDP sont un peu plus complexes que dans la période précédente, même si un certain soutien continue à être accordé au parti. C’est le cas du moins de façon partielle aux élections de 1936 où L’Ouest-Éclair a plutôt de nouveau soutenu les campagnes des démocrates, comme celle d’Auguste Bastianelli, secrétaire du bureau d’études du PDP à Vitré, malgré des échecs en Vendée, celles de Georges Bidault et Robert Cornilleau dans l’Orne, et celle de Francisque Gay, le directeur de La Vie catholique et proche des démocrates chrétiens à Cholet, pour lequel le soutien de L’Ouest-Éclair a pu être mis en cause. Des contacts sont maintenus avec des démocrates populaires comme Robert Cornilleau, par exemple à propos de la publication du livre de l’abbé Trochu qui a de nouveau resserré les liens après 1936. Cependant des adversaires comme Delahaye parlent alors d’un « assagissement » du journal. Le PDP a pu néanmoins trouver un autre soutien journalistique dans Le Nouvelliste, devenu selon Delahaye « un journal démocrate populaire ». L’abbé Jallier avait répliqué et Mgr Mignen avait instauré un « Tribunal collégial », lequel avait débouté Delahaye qui avait déposé une plainte contre Jallier42. On avait ainsi alors une situation journalistique plus complexe pour le PDP dans l’Ouest. L’histoire des relations entre le premier parti démocrate d’inspiration chrétienne en France et le journal de Rennes devenu grand quotidien s’achève dans cette conjoncture un peu nouvelle, après une époque de relations plus étroites qui commençait à être dépassée.

Notes

1 Cadore Henri De, L’abbé Trochu, combats pour la démocratie dans l’Ouest, 1868-1950, inédit, p. 49.

2 Caron Jeanne, Le Sillon et la démocratie chrétienne, Plon, 1967.

3 ROGARD Vincent, Les catholiques et la question sociale. Morlaix 1840-1914. L’avènement des militants, Presses Universitaires de Rennes, 1997, p. 212-213.

4 Cornilleau Robert, De Waldeck-Rousseau à Poincaré. Chronique d’une génération. SPES, 1927, 352 p., p. 126.

5 Laurent Raymond, Figures de militants. Les origines du M.R.P., 1947, 71 p., p. 16.

6 Assemblée générale des actionnaires de la presse régionale de l’Ouest, 20 mars 1917.

7 Archives évêché de Lille. Archives Vanneufville. Lettre Desgrées du Lou à Vanneufville, 31 mai 1922.

8 Archives Desgrées du Loû.

9 Laurent Raymond, Les origines du M.R.P., op. cit., p. 39.

10 Delourme Paul, Trente-cinq années de politique religieuse ou l’histoire de L’Ouest-Éclair, Fustier, 1936, p. 258.

11 Archives évêché de Lille. Archives Vanneufville. Lettre Desgrées du Lou à Vanneufville, 31 mai 1922. Lettre Vanneufville à Desgrèes, 12 avril 1923. Sur le « Mémoire confidentiel », voir ci-dessus l’article de H. De Cadore.

12 Delbreil Jean-Claude, Le parti démocrate populaire, Des origines au M.R.P., thèse, Nanterre, 1998, p. 331.

13 Delourme Paul, op. cit., p. 259.

14 Fredouet Charles, 1880-1963. Ouvrier lithographe à Rennes, fondateur et directeur de l’hebdomadaire syndicaliste La Vie ouvrière. Entre à L’Ouest-Éclair en 1909, en est le secrétaire général lorsqu’il le quitte en 1929 pour L’Ouest Journal.

15 Delourme Paul, op. cit., p. 265, p. 375 et voir plus bas.

16 Delourme Paul, op. cit., p. 284-285.

17 Archives évêché de Lille. Archives Vanneufville. Correspondances Vanneufville-Trochu 1925-1929.

18 Delbreil Jean-Claude, Les Catholiques français et les tentatives de rapprochement franco-allemand dans l’entre-deux guerres, Metz, 1972, p. 220.

19 Petit Démocrate, notices sur les fédérations du P.D.P.

20 L’Ouest-Éclair, 22, 23 novembre 1926.

21 L’Ouest-Éclair, 11 décembre 1927.

22 Delbreil Jean-Claude, Le parti démocrate populaire, op. cit., p. 537 et Archives Ernest Pezet. Voir aussi article de H. de Cadore

23 Delbreil Jean-Claude, op. cit., p. 538.

24 Archives évêché de Lille. Archives Vanneufville, lettres à l’abbé Trochu, 25 mars-2 juillet 1925.

25 Delbreil Jean-Claude, op. cit., p. 530 et archives Vanneufville 15 janvier, 3 avril, 28 mai 1927.

26 Archives évêché de Lille. Archives Vanneufville, Correspondance Pagès-Vanneufville, février-octobre 1927.

27 Archives Fr. Gay. Lettre Desgrées du Loû à Fr. Gay, 11 juillet 1927.

28 Delourme Paul, op. cit., p. 395.

29 Cornilleau Robert, Pourquoi pas ? Une politique réaliste, Paris, 1929, 190 p.

30 L’Ouest-Éclair, 4 janvier, 16 janvier 1930.

31 Archives Pagès, L.-A., Lettre Trochu à Pagès, 5 juin 1928.

32 De Cadore Henri, op. cit., p. 82 et archives lettre Des Cognets à Bodin, 1er décembre 1929.

33 Lettre de l’abbé Crublet à Mgr Vanneufville, 10 août 1930, conflit à L’Ouest-Éclair.

34 Archives Bour, Alfred, notes L.-A. Pagès, 3 novembre 1936.

35 Archives évêché de Lille. Archives Vanneufville. Correspondance Trochu-Vanneufville, 10 janvier, 20 février, 17 mars 1931.

36 Archives Pagès, L.-A., correspondance Champetier, 9 janvier 1931.

37 Petit Démocrate, 28 novembre 1926.

38 Archives Desgrées du Loû. Note sur la fédération des syndicats paysans de l’Ouest.

39 Archives Vanneufville. Lettre Vanneufville à Desgrées du Loû, 14 novembre 1927.

40 Lettre Jean Des Cognets à Francisque Gay, 28 avril 1953.

41 Ibid.

42 Archives diocésaines de Rennes. Sentence du tribunal collégial, 1934.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540