Version classiqueVersion mobile

Les conflits d’archives

 | 
Stéphane Péquignot
, 
Yann Potin

Deuxième partie. Archives subalternes, archives militantes ?

Les archives Foucault, une histoire (presque) exemplaire

Philippe Artières

Texte intégral

  • 1 Weil Nicolas, « Une vive controverse divise les héritiers d’Emmanuel Levinas. La Bibliothèque de Fr (...)
  • 2 Corpet Olivier et Matheron François, « Remarques sur les archives Althusser de l’IMEC », Genesis (M (...)
  • 3 Cf. article L112-2 du Code de la propriété intellectuelle modifié par loi no 94-361 du 10 mai 1994 (...)

1Michel Foucault meurt brutalement du VIH, le 25 juin 1984, quelques semaines après son hospitalisation. Le philosophe reçoit juste avant de mourir à la Salpêtrière les premiers exemplaires imprimés des volumes II et III de son Histoire de la sexualité – L’usage des plaisirs et Le souci de soi – publiés chez Gallimard. S’ouvre alors une longue histoire d’archives, moins violente que celle des archives d’Emmanuel Lévinas1, moins médiatique que celle des archives Althusser2 mais habitée par des conflits de basse intensité, et qui éclaire notre rapport complexe aux archives des intellectuels en France. Si le cas Foucault est intéressant, c’est que sur un peu plus de trente ans, il déplie l’ensemble des questions spécifiques des archives des « œuvres de l’esprit3 » mais aussi les relations entre propriétés matérielles, intellectuelles, édition, recherches et institutions de conservation.

  • 4 Derrida Jacques, « Entre le corps écrivant et l’écriture… Entretien avec Daniel Ferrer », Genesis ( (...)

2Le « conflit » commence du vivant de Foucault : se refusant à devenir un « auteur » doté d’une œuvre, le philosophe dit ne conserver aucun manuscrit ; il les détruit et, selon ses biographes, Didier Eribon et David Macey, ne garde que peu de correspondances – à la différence de Jacques Derrida qui conservait, outre toutes les lettres reçues, un double de chacune de ses propres lettres envoyées4. À la différence d’un Sartre, il ne les offre pas non plus. Le philosophe déclare à plusieurs reprises être indifférent à sa postérité : « Je pense que Foucault ne voulait pas dévoiler les échafaudages de sa pensée, ses hésitations et repentirs » commente Daniel Defert dans un entretien avec Juliette Cerf en 2014. Le compagnon de Foucault de poursuivre :

  • 5 Cerf Juliette, « Trente ans après sa mort, la seconde vie de Michel Foucault », Télérama, 20 juin 2 (...)

« Je me souviens aussi d’une de ses discussions avec Marguerite Yourcenar : elle disait que si elle n’avait rien publié de son vivant, le fait d’avoir une œuvre posthume lui suffirait. Foucault avait rigolé et répondu que cela ne l’intéressait pas du tout d’écrire pour la postérité, puisqu’une fois disparu il n’y avait plus de dialogue possible5. »

  • 6 Balint Benjamin, Kafka’s Last Trial: The Case of a Literary Legacy, New York, W. W. Norton & Compan (...)

3À sa mort, cette indifférence est confirmée au point d’apparaître comme un refus de « faire le coup de Max Brod à Kafka6 ». Mathieu Lindon raconte ainsi son arrivée à l’hôpital :

  • 7 Lindon Mathieu, Ce qu’aimer veut dire, Paris, POL, 2011.

« Daniel vient m’accueillir pour m’annoncer le désastre. Il sort de sa poche une enveloppe qui contient le testament trouvé rue de Vaugirard qu’il me fait lire en vantant la générosité de Michel. Sa générosité envers Daniel me paraît la chose la plus naturelle du monde. Ce testament est d’une force sobre frappante mais, avec mon don pour l’angoisse, j’ai peur qu’il ne laisse certaines questions en suspens7. »

  • 8 Defert Daniel, Chronologie, Dits et écrits, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1994, t. 1, p. 90.

4Mathieu Lindon, fils de l’éditeur Jérôme Lindon, mais aussi exécuteur testamentaire d’Hervé Guibert, s’y connaît en matière de succession littéraire et intellectuelle et il n’a pas tort de s’inquiéter. Dix ans après la mort de Foucault, dans la chronologie des Dits et écrits qu’il a rédigée avec soin, Daniel Defert livre l’histoire et le contenu du testament : « Michel Foucault avait rédigé avant de partir pour la Pologne, en septembre 1982, un testament de vie à ouvrir “en cas d’accident” ne comportant que trois recommandations dont : “la mort, pas l’invalidité”, et : “pas de publication posthume”8. » La troisième volonté que n’indique pas dans ce texte Defert – elle relève de la sphère privée – et qui n’est pas anodine comme on le verra, désigne Defert comme héritier de l’appartement du 285 rue de Vaugirard et de son contenu.

5Maître de conférence à Paris 8 en sociologie, Daniel Defert se retrouve dans une situation paradoxale. Il n’a pas de droit intellectuel sur l’œuvre mais détient l’appartement et son contenu. Il ne peut payer les droits de succession, l’appartement est vaste et outre des tableaux de Maxime Defert, Pierre Soulages, Mark Tobey et Francis Picabia, il y a, on le saura vingt-sept ans plus tard, de nombreuses archives dans les placards qui forment les cloisons. Il demande à Roger Chartier de venir faire un rapide inventaire et entre dans un immense silence sur l’existence de ces milliers de pages.

  • 9 Defert Daniel, « Les archives de Foucault ont une histoire politique », L’Observateur, 8 novembre 2 (...)

« En 1984, à sa mort, Michel Foucault m’a légué son appartement de la rue de Vaugirard et tout ce qui s’y trouvait. J’ai dû faire évaluer ce bien pour déterminer combien je devais payer d’impôts. À l’époque, les couples homosexuels n’avaient aucune sorte de droits, je devais comme tout étranger payer 65 % de droits de succession, 60 % sur l’appartement et 5 % forfaitairement sur le contenu. Une dame est venue faire l’expertise. Elle regardait les livres dans la bibliothèque et tout ce qui n’avait pas de dédicace lui semblait sans valeur. Je me souviens qu’elle a pris un livre et dit : “Ce Barthèze (Barthes) est inconnu, aucune valeur”. En 1984, je suis allé au cabinet d’Henri Emmanuelli, au Budget, le ministère était encore au Louvre. Je voulais proposer une dation du montant de mon rappel fiscal. J’ai été reçu par deux conseillers dans le couloir, on ne m’a pas fait asseoir. Tout ce qu’ils voulaient savoir c’est si, comme dans le cas d’Aragon dont ils venaient de s’occuper, il y avait des correspondances avec des artistes, des tableaux, le reste ils s’en fichaient […]. » Defert ajoute : « Ils n’ont rien fait. Je me suis dit : “On règlera ça un jour, et pas dans la paix”. […] Ce n’est que plus tard que Jacques Toubon, ministre de la Culture d’Édouard Balladur, a trouvé un arrangement pour le rappel fiscal que j’ai eu trois ans après, et que j’ai cédé des premières archives à la BN9. »

  • 10 L’exposition aura lieu finalement au Palais de Tokyo en octobre 2004 prenant la forme d’une exposit (...)

6Ce sont d’abord une infime partie de l’ensemble des manuscrits qui est donnée à la Bibliothèque nationale, des dossiers relatifs aux deux derniers tomes de l’Histoire de la sexualité et un épais manuscrit d’une première version de l’Archéologie du savoir, rédigée juste après Les Mots et les choses et entièrement à la première personne du singulier. Pour une raison inconnue, le département des Manuscrits ne fait alors aucune publicité sur cette acquisition et son inventaire traîne en longueur plusieurs années. Le difficile accord avec le ministère des Finances, doublé de cet accueil glacial des conservateurs du département des Manuscrits de la BNF n’encouragent pas Defert à entreprendre des démarches. Et lorsqu’en 2004, pour les vingt ans de la disparition de Foucault, Jean-Noël Jeanneney le reçoit à sa demande avec Alain Crombecque, directeur du Festival d’Automne, pour imaginer un projet d’exposition10, le président de la Bibliothèque nationale de France se montre réservé, ne proposant que la crypte du site de Richelieu. « Il n’y a pas de guerre avec la famille Foucault mais avec l’État français qui a montré son désintérêt à un moment compliqué de deuil pour moi » confiera encore Daniel Defert en 2012 à L’Observateur.

  • 11 Association pour le Centre Michel-Foucault (éd.), Michel Foucault, philosophe. Rencontre internatio (...)

7Le respect des volontés du défunt – « pas de publication posthume » – tient jusqu’en 1994. En effet, refusant de se fédérer en disciples et de fonder une école foucaldienne, les chercheurs proches de Foucault décident de créer en 1986 l’Association pour le Centre Michel-Foucault. François Ewald, assistant de Foucault au Collège de France, en est le premier président. L’association de type « loi 1901 » est formée et parmi sa douzaine de membres, on compte Daniel Defert, Arlette Farge, Michelle Perrot, Pierre Lascoumes, Christian Revon, Sylvie d’Arvisenet, Paul Veyne… Ses statuts sont très clairs ; il ne s’agit pas de collecter les archives de Michel Foucault ni de publier d’éventuels inédits mais de « faciliter les recherches sur Michel Foucault ». En moins de huit ans, associant de nombreux chercheurs étrangers et des étudiants (dont Judith Revel et moi-même), l’association organise un grand colloque international11 et parvient à rassembler d’une part l’ensemble des articles, entretiens, préfaces, table-ronde que Foucault a publié de son vivant aux quatre coins du monde. Dans l’inventaire du fond Foucault qui est alors basé à la bibliothèque dominicaine parisienne du Saulchoir, dirigé par Michel Albaric, où Foucault travailla les dernières années de sa vie, se côtoient articles dans La cause du peuple/J’accuse, le journal maoïste, entretien dans une revue japonaise ou encore résumés des cours du Collège de France. François Ewald a une idée derrière la tête depuis la création de l’association, ayant la confiance des ayants droit, il a le projet de publier l’ensemble. À l’intérieur de l’association, certains protestent ; ils s’inquiètent de la dérive éditoriale contraire aux statuts. Ce travail collectif devient soudain celui d’un seul, François Ewald ; Yves Roussel qui est un des artisans du travail effectué voit rouge, d’autres souhaiteraient que l’Association pour le Centre Foucault soit mentionnée. L’édition est finalement préparée sous la direction de François Ewald, de Jacques Lagrange, professeur de psychologie à l’université Paris VII – fidèle auditeur de Foucault et compilateur invétéré – et enfin Daniel Defert, qui, bien que ne détenant pas le droit moral, est le seul capable de dresser la chronologie et de dater certains documents. Les ayants droit de Foucault, sa sœur Francine et son frère Denys, acceptent l’idée de publier ces textes (pour certains traduits pour la première fois en langue française) chez Gallimard avec comme interlocuteur l’éditeur historique de Foucault, Pierre Nora. Ce seront les quatre volumes des Dits et écrits. Les trois éditeurs versent leur droit à l’Association pour aider à son développement futur. Fin du conflit : désormais, les projets d’édition et ceux de l’Association seront distingués le plus clairement possible.

  • 12 Defert Daniel, Ewald François et Lagrange Jacques, présentation, Dits et écrits, op. cit., 1994, p. (...)
  • 13 Idem.

8Dans leur présentation en ouverture du premier volume, Daniel Defert, François Ewald et Jacques Lagrange, prennent soin de préciser que « [les Dits et écrits] prétendent à l’exhaustivité dans le respect de la prescription testamentaire laissée par Michel Foucault : “Pas de publication posthume”. Ce respect s’étend aux derniers textes, datés de 1985 et 1988 par suite des lenteurs de publication12 ». Ils ajoutent : « N’ont pas été inclus : […] – les cours au Collège de France, dans la mesure où ils n’ont pas fait l’objet d’une publication autorisée du vivant de Michel Foucault. N’apparaissent pas non plus les éditions pirates des cours publiées de son vivant13. » La précision est intéressante, car un an plus tard, sort un premier cours, Il faut défendre la société, dans la collection Hautes études de l’École des hautes études en sciences sociales coéditée par Le Seuil et Gallimard. L’éditeur est Alessandro Fontana, un chercheur italien, spécialiste de littérature qui a été très proche du philosophe. Il a suivi son enseignement au Collège de France et participé avec notamment Robert Castel, Jeanne Favret-Saada et Jean-Pierre Peter au travail sur Pierre Rivière, le parricide normand. Surtout, un conflit l’oppose aux ayants droit ; il publie en Italie des éditions pirates des cours. Ce n’est qu’en 2007 dans un entretien avec Guillaume Bellon que Defert raconte ce conflit qui prend une tournure judiciaire :

« L’édition des cours fut complexe. Elle fut évoquée très tôt après la mort de Foucault. Bourdieu, alors au Collège, avait été contacté par une assistante pour assurer la publication. Gilbert Burlet-Torvic avait déposé au Collège la totalité de ses enregistrements. S’est alors posé un cas qui n’avait connu aucun précédent au Collège : le Collège pouvait-il éditer des cours ? Il y eut une assemblée des professeurs, qui statua que la propriété des cours revient à leur auteur. La question des cours nous a pourtant échappé, même si, à partir du moment où il existait des enregistrements, elle nous pendait au nez. Il exista une édition d’une année en Italie, une édition annoncée à Hong Kong ainsi qu’au Brésil. Il était urgent d’avoir quand même une édition de référence : en laissant faire des éditions aussi aléatoires, on ne pouvait rien garantir de sérieux. Les cours sont aujourd’hui coédités par François Ewald et Alessandro Fontana, ce qui relève en fait d’une décision judiciaire. La famille de Foucault a souhaité en effet arrêter l’édition pirate. Stéphane Hessel, autrefois responsable des problèmes de propriété intellectuelle auprès des Nations Unies, fut nommé médiateur par un juge, et décida que Fontana (l’éditeur italien au sens anglais), que j’aime beaucoup, serait coéditeur de l’édition française : cela arrêtait l’édition italienne. Laquelle édition, Fontana l’a reconnu lui-même, comportait des erreurs. Nous avons pris comme principe, dans notre édition, l’enregistrement oral, c’est-à-dire ce qui avait été public, donc ne tombait pas sous le coup de la prescription testamentaire : “Pas d’édition posthume”. Mais nous avions quand même la trace écrite, et, comme les lecteurs qui ont accès au manuscrit peuvent s’en rendre compte, Foucault écrivait presque intégralement ses cours, ce qui constitue une garantie, une sécurité, et permet de constituer une édition de référence, avec un appareil critique […]14. »

  • 15 Ewald François et Fontana Alessandro, « Avertissement », in Cours de Michel Foucault au Collège de (...)

9Parfaitement conscient qu’ils transgressent l’interdit testamentaire, les éditeurs François Ewald et Alessandro Fontana prennent alors soin de préciser, dans un avertissement reproduit en ouverture de chaque nouveau volume : « avec cette édition des cours au Collège de France, c’est un nouveau pan de “l’œuvre” de Michel Foucault qui se trouve publié. Il ne s’agit pas, au sens propre, d’inédits puisque cette édition reproduit la parole proférée publiquement par Michel Foucault, à l’exclusion du support écrit qu’il utilisait et qui pouvait être très élaboré15 ».

10Le peu d’intérêt apparent des institutions de conservation facilite le travail. Daniel Defert – largement remercié par des éditeurs qui savent combien il fut dans un premier temps réticent à cet acte éditorial – met à disposition du chercheur responsable de l’édition de chaque cours les notes de Foucault. Cette révélation progressive indique donc bien qu’il existe des « archives » Foucault. Devant la masse de textes qui ne furent parfois pas prononcés, un nouveau degré dans la transgression du testament est franchi. Defert précise ainsi en 2007 :

« Progressivement, on s’est autorisé à inclure des fragments du manuscrit, parce qu’il y a souvent des écarts entre version orale et écrite ; on trouve même plus d’audace, je dirais, dans la version orale. Souvent, des analyses de concepts très détaillées à l’écrit sont estompées ou synthétisées oralement : on s’est trouvé quelquefois devant des passages à réintroduire, et ainsi, petit à petit, le corps manuscrit a commencé à émerger dans l’édition. Jacques Lagrange ouvre les marges du Pouvoir Psychiatrique [cours de 1973-1974] à de larges extraits du manuscrit, ainsi que Michel Senellart dans Sécurité, Territoire et Population et Naissance de la biopolitique [cours de 1977-1978 et 1978-1979]. Des éléments en effet n’apparaissaient pas dans les enregistrements, et méritaient cependant d’être conservés16. »

  • 17 Corpet Olivier, Pourquoi et comment, j’ai créé, puis dirigé l’IMEC pendant 25 années de 1988 à 2013(...)
  • 18 Artières Philippe, Quéro Laurent et Zancarini-Fournel Michelle, Le Groupe d’information sur les pri (...)
  • 19 Il s’agit d’un conflit autour de l’exercice du droit moral entre les héritiers, résolu par un tribu (...)

11En 1997, la documentation et les archives réunies par l’Association pour le Centre Michel-Foucault quittent la bibliothèque du Saulchoir à Paris ; en effet, la demande de consultation commençant à croître, notamment des enregistrements des cours, et les bénévoles de la bibliothèque dominicaine ne peuvent plus y répondre. L’Assemblée générale de l’Association vote cette même année le transfert à l’Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine, alors installé rue Bleue dans le 9e arrondissement de Paris. Fondé en 1989 à l’initiative d’Olivier Corpet et de plusieurs chercheurs spécialistes de l’histoire de l’édition (Pascal Fouché et Jean-Pierre Dauphin), l’Institut vient d’obtenir de la région Basse-Normandie l’Abbaye d’Ardenne à Caen pour y installer les fonds d’archives de plus en plus nombreux qu’il collecte17. L’abbatiale en sera le lieu de consultation et les collections de l’IMEC comptent alors déjà les archives de beaucoup écrivains et intellectuels dont Louis Althusser, Jean Genet, et celles de nombreux éditeurs et revues. La grande innovation de l’IMEC est alors de proposer des dépôts, qui permettent aux ayants droit de garder la propriété matérielle des archives, tout en favorisant l’accès aux chercheurs. À partir de 1999, le fonds de l’Association est enrichi d’un ensemble conséquent d’archives et de documents relatifs au Groupe Information Prison que Foucault a initié avec Jean-Marie Domenach et Pierre Vidal-Naquet en 1971-1973. Un livre est publié qui reproduit un certain nombre de ces archives18. Le succès de l’IMEC, présidé par l’éditeur Christian Bourgeois, attise les convoitises. La BNF voit d’un mauvais œil cette jeune institution qui fait main basse sur beaucoup d’archives d’écrivains et d’intellectuels. Le département des Manuscrits de la BNF contre-attaque et fait des propositions alléchantes de valorisation (expositions et colloques internationaux). L’Institut basé en Normandie traverse un moment critique : notamment avec l’affaire Levinas qui a vu la mise sous scellés des boîtes d’archives du philosophe déposés par son fils Emmanuel Levinas à l’Abbaye d’Ardenne19.

12La salle de lecture de l’Abbaye ne désemplit pas néanmoins ; Foucault attire. L’intérêt pour Michel Foucault ne croît pas seulement chez les chercheurs, les universités du monde entier se mettent à l’heure foucaldienne ; aux États-Unis où Foucault a beaucoup enseigné, certaines bibliothèques universitaires aimeraient pouvoir conserver des « archives Foucault ». Olivier Corpet le sait bien lorsque par l’intermédiaire de Benoît Forgeot, il met en relation Daniel Defert avec la célèbre Beinecke Rare Book and Manuscript Library de l’université de Yale. Très rapidement, après le long inventaire fait par l’expert, la Beinecke fait l’acquisition pour une somme de plusieurs centaines de milliers de dollars de près de 1 450 volumes composant la bibliothèque passive de Foucault. Il s’agit des ouvrages reçus par Foucault de son vivant et dédicacés par leur auteur. L’intérêt tient plus au panorama intellectuel que la bibliothèque compose qu’aux livres eux-mêmes. Mais qu’importe pour la Bibliothèque de Yale. Elle possède désormais une collection Foucault et celle-ci pourrait s’enrichir. Les archives Foucault vont devenir un conflit « silencieux » entre la France et les États-Unis.

  • 20 Mathieu Potte-Bonneville, Judith Revel, Frédéric Gos, Michel Senellart, notamment.
  • 21 Ce projet ANR Corpus donna lieu à une numérisation des fiches et à l’élaboration d’un site en ligne (...)

13Personne ne sait alors ce que sont ou pourraient être des « archives Foucault » à l’exception de Daniel Defert. Ni François Ewald ni Frédéric Gros (qui a assuré la publication de la plupart des cours et qui jouit auprès de la famille comme de Daniel Defert et François Ewald d’une grande estime) ne le savent. Quelques chercheurs subodorent que n’ont pas été seulement conservés les manuscrits des cours au Collège de France. Un projet de recherche sur les notes de lecture de Foucault pour Les Mots et les choses, projet coordonné par Jean-Claude Zancarini (ENS, Lyon) et moi-même, qui regroupe une grande part des chercheurs travaillant sur le philosophe20 et qui engage deux post-doctorants (Jean-François Bert et Luca Paltrinieri), révèle à partir de 2008 qu’il existe un ensemble très conséquent de notes de lecture du philosophe rédigées et accumulées lors de ses longues séances de travail à la Bibliothèque nationale, rue de Richelieu21. Daniel Defert nous fait apercevoir que ces fiches couvrent en réalité toute la vie de Foucault, de l’Histoire de la folie à L’usage des plaisirs.

  • 22 Collectif Maurice Florence, Archives de l’infamie, Paris, Les Prairies ordinaires, 2009.

14En 2009, une exposition à la Bibliothèque municipale de Lyon-La Part-Dieu, intitulée « Archives de l’infamie », organisée par le même groupe de travail et de recherche, offre en fait l’occasion du dévoilement de ce qui se révèle peu à peu comme un véritable gisement22. Intéressé par la thématique de l’exposition, Daniel Defert prête le manuscrit de « La vie des hommes infâmes », texte publié dans la revue les Cahiers du chemin en 1977 et que l’on croyait disparu et qui donne son nom et sa raison d’être à l’exposition. Il retrouve aussi à cette occasion un ensemble de coupures de presse collectionnées par Foucault sur des médecins assassinés par leur patient. Certains d’entre nous comprennent alors que les archives Foucault sont non seulement fort volumineuses, mais plutôt bien conservées. À l’occasion d’une visite dans l’appartement de la rue de Vaugirard, Daniel Defert laisse même entre-apercevoir de volumineuses piles de chemises en carton dont le désordre ne semble qu’apparent. À quelques exceptions près, rares sont les chercheurs qui y auront accès. Philippe Chevallier accède à un carnet de notes bibliographiques sur les Pères de l’Église ; à un étudiant américain de passage, Daniel Defert laisse feuilleter rapidement une trentaine de pages sur l’hermaphrodisme, et tel à un autre visiteur lointain et curieux, il montre brièvement quelques autres feuillets.

  • 23 Michel Foucault, dir. Philippe Artières, Frédéric Gros, Jean-François Bert et Judith Revel, Cahier (...)

15Plusieurs projets éditoriaux d’ampleur contribuent encore à lever le voile et à nourrir le désir. La décision d’entreprendre un Cahier de l’Herne Michel Foucault, sous la direction de Frédéric Gros, qui me demande ensuite de le codiriger avec lui – ce que j’accepte en y associant Judith Revel et Jean-François Bert – ayant été accepté par Daniel Defert et les ayants droit, d’autres manuscrits remontent alors à la surface. Le plus surprenant est un tapuscrit rédigé pour la galerie Maeght sur les Ménines de Picasso. De même, apparaissent des manuscrits et notes de Foucault sur Manet dont les biographes avaient révélé qu’il était l’objet d’un projet de livre de Foucault23.

16Le mystère Foucault commence donc à s’éclaircir à la fin des années 2000. Pierre Nora n’est pas non plus en reste. Lui, dont les relations ont été très complexes avec le philosophe – Foucault s’étant en partie « brouillé » avec lui de 1975 à 1983 – dit détenir un manuscrit achevé des Aveux de la chair, le quatrième tome de l’Histoire de la sexualité, texte qui fait « fantasmer » tous les chercheurs depuis la mort de Foucault. Une copie d’un tapuscrit incomplet et émaillé de « blancs » avait été certes placée dans le coffre-fort de l’IMEC, mais la consultation en était interdite. Son titre était inscrit en quatrième de couverture des deux derniers volumes parus aux lendemains de la mort de Foucault. Pierre Nora se dit prêt. Les ayants droit changent : à la sœur et au frère de Foucault succède son neveu, jeune retraité, énarque et banquier, qui compte s’occuper de plus près des affaires de son oncle. Les Aveux de la chair vont bénéficier de ce changement des détenteurs du droit moral. Mais Pierre Nora doit encore attendre son heure.

17Du côté des institutions d’archives et des bibliothèques, la situation est complexe. Les Archives nationales conservent depuis le début des années 2000 l’ensemble des archives de l’association AIDES que Daniel Defert a fondé à partir de la mort de Foucault. L’IMEC fort d’avoir contribué à rapprocher Yale de ce dernier, sans que le “trésor” ne soit vraiment amputé (la bibliothèque de travail de Foucault n’a pas été vendue), escompte. En parallèle, la Bibliothèque nationale dont le président est désormais Bruno Racine est en mauvaise position. Daniel Defert garde en mémoire le peu d’intérêt avec lequel quelques années plus tôt sa proposition d’exposition a été reçue.

  • 24 Assouline Pierre, « À qui les archives Foucault ? », Le Monde des Livres, le 26 avril 2012.

18Il déclare que « la famille de Michel Foucault et moi-même souhaitons que ces archives restent en France, d’autant que l’édition de ses cours n’est pas achevée. Mais si ce n’est pas possible, je n’ai pas de réticence a priori contre l’Amérique, qui a tant fait pour lui24 ». Au ministère de la Culture, on s’inquiète d’autant que Foucault est devenu un penseur « gay » et l’idée que ses archives quittent la France pourrait paraître d’autant plus étrange que la « diversité » est à l’ordre du jour. La solution est de lancer, à l’instar des archives de Guy Debord une procédure de classement des archives Foucault en « trésor national », au cas où une proposition d’acquisition étrangère aurait lieu. Pour cela tout est prêt : libraire et expert, Benoît Forgeot a passé de longues journées en 2010-2011, juste après la vente à la Beinecke Library, rue de Vaugirard à faire l’inventaire et l’estimation des archives. Dès l’été 2011, un inventaire provisoire circule et provoque un véritable choc dans la communauté des chercheurs et auprès des éditeurs : 37 000 feuillets, surgissent, émanant de la main de Foucault, dont une quarantaine de carnets non datés mais constituant, peut-être, un véritable journal intellectuel. Plusieurs manuscrits totalement inédits figurent aussi dans le lot.

19En avril 2012, un communiqué de l’AFP annonce que la commission consultative des Trésors nationaux a statué, après saisine du ministère de la Culture, et fait valoir que l’ensemble des 37 000 feuillets, manuscrits et dactylographiés par le philosophe durant 40 ans est « unique pour la compréhension et l’étude de l’œuvre de Michel Foucault ». Pour le ministère, il s’agit surtout d’une « mesure préventive » afin d’empêcher la vente de ces archives hors du territoire national. Il n’aura fallu qu’une trentaine d’années pour s’en rendre compte – Michel Foucault est mort en 1984. Et d’ajouter que ces archives sont « d’une très grande variété, d’une extraordinaire richesse et sans équivalent pour la connaissance de son œuvre, permettant d’appréhender les modalités d’élaboration de sa réflexion et de dresser un panorama très complet de l’évolution de la pensée, très liée à sa vie et à son militantisme ».

  • 25 Foucault Michel, Discours et vérité, édition et apparat critique établis par H.-P. Fruchaud et D. L (...)

20Les mots du ministre sont choisis : c’est bien Foucault – le philosophe, l’écrivain et le militant – qu’il s’agit de garder en France. Mais rien n’est gagné. Dans les milieux informés, on parle d’un montant de 4 millions d’Euros. Le ministère de la Culture n’en a pas les moyens… Ni l’IMEC, ni la Bibliothèque nationale n’ont cette somme et le temps presse désormais ; trente mois, qui est le délai courant à partir du classement comme trésor national, c’est peu. La famille reste très silencieuse ; elle semble néanmoins soulagée que potentiellement les archives ne partent pas en Nouvelle-Angleterre, en Californie ou au Japon… si loin de Poitiers dont est natif Foucault et dont la bibliothèque de l’Université a adopté le nom. Et si la France s’en porte acquéreuse, la publication sera plus facile. Déjà, le nouvel ayant droit, le neveu de Foucault, s’est lancé dans la publication aux éditions Vrin de plusieurs transcriptions de conférences aux États-Unis. Il s’entoure de la nouvelle génération de chercheurs pour imaginer une série d’autres publications25.

  • 26 Artières Philippe et Potte-Bonneville Mathieu, « Michel Foucault n’est pas un trésor … », Le Monde, (...)

21Finalement le chiffre tombe : et Foucault de valoir plus cher que Debord. Forgeot a estimé à un peu moins de 4 millions d’euros les archives du philosophe soit un million de plus que pour celles du Situationniste. Bruno Racine ne se démonte pas tandis qu’à l’IMEC, Nathalie Léger qui a succédé à Olivier Corpet jette l’éponge. Le président de la BNF utilise la loi relative au mécénat de 2003, dite « loi Aillagon », qui octroie une réduction d’impôt de 90 % aux donateurs lorsque l’objet en question est classé « trésor national ». Est organisé en 2013, un dîner de gala avec de potentiels donateurs. Sur le menu a été reproduit une page d’un manuscrit de Foucault. Pour les entreprises, c’est une bonne opération fiscale mais aussi de communication : sauver les archives Foucault ! Pour l’État, c’est une perte sèche car beaucoup de conservateurs et d’éditeurs savent que très rapidement la plupart des archives les plus intéressantes seront publiées ou numérisées, et donc ne seront plus consultées très rapidement. Certains, dont je suis, avec Mathieu Potte-Bonneville s’inquiètent de ce renfermement : pour consulter les archives Foucault, l’un des premiers chercheurs mondialisés, il faudra désormais obtenir des visas et seront pénalisés les chercheurs des pays pauvres26. Cette « nationalisation cachée » de Foucault irrite car pour les observateurs de la réception de l’œuvre, l’étranger a joué un rôle considérable. Malgré les débats et les difficultés, avant l’échéance des trente mois, Bruno Racine annonce avoir réuni la fameuse somme : le mécénat a financé 3 des 3,8 millions d’euros. Le ministère de la Culture va régler le reste.

22À peine acquises, les archives sont consultables au département des Manuscrits de la BNF, rue de Richelieu. Sur la page web dédiée à Michel Foucault et comportant un premier inventaire des « 117 boîtes », il est néanmoins précisé que « bien que le fonds soit en cours de traitement, la plus grande partie en est accessible sur demande motivée et après avis de l’ayant droit ».

23Cette ouverture provoque un conflit au sein de l’équipe des chercheurs qui travaillent depuis trois ans à l’édition d’un volume de la prestigieuse collection de la Pléiade, aux éditions Gallimard. Le projet en deux tomes ne comporte pas tous les livres de Foucault, choix qui ne fait pas l’unanimité au sein de l’équipe que Frédéric Gros a réunie autour de lui. L’arrivée de 37 000 folios est un cadeau empoisonné… Gallimard souhaite publier au plus vite ce coffret Pléiade, certains chercheurs dont je suis, estiment qu’il faut suspendre le projet et le repousser pour pouvoir livrer un apparat critique scientifique et conséquent basé sur la consultation des archives. Plusieurs éditions des ouvrages repris dans le Pléiade sont déjà achevées… Certains membres de l’équipe font l’effort d’aller rapidement à la BNF pour ajouter quelques notes, d’autres non. Chargé de l’Histoire de la folie et de Surveiller et punir, je quitte l’équipe éditoriale pour désaccord. Il me semble que l’édition des textes n’est pas homogène et produit des effets de lecture très problématiques. Frédéric Gros maintient son cap. La rupture est consommée. Je quitte du même coup l’Association dont j’estime le rôle désormais caduc.

24La Pléiade sort pour les fêtes de fin d’année 2015. L’ouvrage se vend cher et bien ; tout le monde est content ; l’accueil critique est très positif mais déjà les éditions Gallimard et les ayants droit sont sur un nouveau projet. Pierre Nora sent que l’heure est venue de publier Les Aveux de la chair dans la collection qu’il a fondée et là où Foucault a publié les trois premiers tomes de son Histoire de la sexualité. La famille a accepté, Daniel Defert qui n’a plus aucun droit se montre d’abord plus que réservé, et en 2017 paraît le volume. Frédéric Gros en est l’éditeur mais comme il le précise dans son avant-propos, il n’a pas procédé à une édition érudite ; il s’est contenté à la demande de l’éditeur d’établir le texte et de vérifier les références. Son avant-propos s’achève sur un hommage à Pierre Nora – que quelques-uns trouvent excessif. Le volume est très épais, parfois âpre ; l’ajout en annexe de textes trouvés dans les dossiers préparatoires donne à l’édition un curieux aspect, celui d’un objet fini dont toutes les coutures sont apparentes. Pour les spécialistes, c’est un nouvel opus foucaldien avec lequel il faudra penser, pour le plus large public, un livre très savant, une lecture de la pensée des Pères de l’Église entre les iie et ve siècles de notre ère ; Foucault y montre comment en quatre siècles, entre Clément d’Alexandrie et Saint Augustin, « dans ce laps de temps, des transformations capitales se produiront dans le système général des valeurs », autrement dit comment un autre type d’expérience peu à peu se forme autour de la sexualité. Et pour analyser cette transformation radicale, il s’agit pour Foucault de mettre en lumière les « pratiques » qui l’ont assurées. Foucault distingue ainsi une série de pratiques qu’il examine tour à tour avec l’érudition qu’on lui connaît mais aussi sa fulgurance. La réception dans la presse est colossale, jusqu’à plusieurs dizaines d’articles le jour de la publication. Chaque nouveau « livre » de Foucault est-il condamné à devenir un événement éditorial et critique ? Il importe peu désormais qu’il soit « posthume ». Pour Daniel Defert, l’important est qu’il soit accessible à tous et pour la BNF que le livre valorise l’énorme fonds d’archives acquis pour 3,8 millions d’euros et pour les ayant-droit qu’il constitue un précédent permettant dans les vingt ans qui viennent la publication de « nouveaux livres de Michel Foucault » édités par des chercheurs tout heureux de participer à l’édification de cette « œuvre ». Les conflits de faible intensité qui ont secoué le travail de Foucault depuis sa mort ont ainsi fait bouger les lignes entre tous les acteurs. Ils ont à leur manière inventé un nouveau Foucault. Désormais, il en sera pour tous ainsi.

Notes

1 Weil Nicolas, « Une vive controverse divise les héritiers d’Emmanuel Levinas. La Bibliothèque de France et l’IMEC s’opposent également pour obtenir les archives du philosophe », Le Monde, 20 juin 1997.

2 Corpet Olivier et Matheron François, « Remarques sur les archives Althusser de l’IMEC », Genesis (Manuscrits-Recherche-Invention), no 22, 2003, p. 185-187.

3 Cf. article L112-2 du Code de la propriété intellectuelle modifié par loi no 94-361 du 10 mai 1994 – art. 1 JORF 11 mai 1994 : Sont considérées notamment comme œuvres de l’esprit au sens du présent code : 1) Les livres, brochures et autres écrits littéraires, artistiques et scientifiques ; 2) Les conférences, allocutions, sermons, plaidoiries et autres œuvres de même nature ; 3) Les œuvres dramatiques ou dramatico-musicales ; 4) Les œuvres chorégraphiques, les numéros et tours de cirque, les pantomimes, dont la mise en œuvre est fixée par écrit ou autrement ; 5) Les compositions musicales avec ou sans paroles ; 6) Les œuvres cinématographiques et autres œuvres consistant dans des séquences animées d’images, sonorisées ou non, dénommées ensemble œuvres audiovisuelles ; 7) Les œuvres de dessin, de peinture, d’architecture, de sculpture, de gravure, de lithographie ; 8) Les œuvres graphiques et typographiques ; 9) Les œuvres photographiques et celles réalisées à l’aide de techniques analogues à la photographie ; 10) Les œuvres des arts appliqués ; 11) Les illustrations, les cartes géographiques ; 12) Les plans, croquis et ouvrages plastiques relatifs à la géographie, à la topographie, à l’architecture et aux sciences ; 13) Les logiciels, y compris le matériel de conception préparatoire ; 14) Les créations des industries saisonnières de l’habillement et de la parure. Sont réputées industries saisonnières de l’habillement et de la parure les industries qui, en raison des exigences de la mode, renouvellent fréquemment la forme de leurs produits, et notamment la couture, la fourrure, la lingerie, la broderie, la mode, la chaussure, la ganterie, la maroquinerie, la fabrique de tissus de haute nouveauté ou spéciaux à la haute couture, les productions des paruriers et des bottiers et les fabriques de tissus d’ameublement.

4 Derrida Jacques, « Entre le corps écrivant et l’écriture… Entretien avec Daniel Ferrer », Genesis (Manuscrits-Recherche-Invention), no 17, 2001, p. 59-72.

5 Cerf Juliette, « Trente ans après sa mort, la seconde vie de Michel Foucault », Télérama, 20 juin 2014.

6 Balint Benjamin, Kafka’s Last Trial: The Case of a Literary Legacy, New York, W. W. Norton & Company, 2018, trad. fr., Le dernier procès de Kafka : le sionisme et l’héritage de la diaspora, Paris, La Découverte, 2020.

7 Lindon Mathieu, Ce qu’aimer veut dire, Paris, POL, 2011.

8 Defert Daniel, Chronologie, Dits et écrits, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1994, t. 1, p. 90.

9 Defert Daniel, « Les archives de Foucault ont une histoire politique », L’Observateur, 8 novembre 2012.

10 L’exposition aura lieu finalement au Palais de Tokyo en octobre 2004 prenant la forme d’une exposition de Thomas Hirshhorn, 24H Foucault.

11 Association pour le Centre Michel-Foucault (éd.), Michel Foucault, philosophe. Rencontre internationale, Paris, 9-11 janvier 1988, Paris, Le Seuil, 1989.

12 Defert Daniel, Ewald François et Lagrange Jacques, présentation, Dits et écrits, op. cit., 1994, p. 9.

13 Idem.

14 Revue Recto/Verso no 1, juin 2007 © Guillaume Bellon, [http://www.revuerectoverso.com] 2 ISSN 1954-3174.

15 Ewald François et Fontana Alessandro, « Avertissement », in Cours de Michel Foucault au Collège de France, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1995, p. x.

16 Revue Recto/Verso, no 1, juin 2007 © Guillaume Bellon, [http://www.revuerectoverso.com], 2 ISSN 1954-3174.

17 Corpet Olivier, Pourquoi et comment, j’ai créé, puis dirigé l’IMEC pendant 25 années de 1988 à 2013 (Récit personnel), Paris, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, IMEC, 2014.

18 Artières Philippe, Quéro Laurent et Zancarini-Fournel Michelle, Le Groupe d’information sur les prisons, Archives d’une lutte, Caen, IMEC, 2003.

19 Il s’agit d’un conflit autour de l’exercice du droit moral entre les héritiers, résolu par un tribunal en 2009 : voir « Archives Levinas : le fils du philosophe gagne son procès », Le Monde, 26 mars 2009.

20 Mathieu Potte-Bonneville, Judith Revel, Frédéric Gos, Michel Senellart, notamment.

21 Ce projet ANR Corpus donna lieu à une numérisation des fiches et à l’élaboration d’un site en ligne : La Bibliothèque foucaldienne. Michel Foucault au travail [lbf-ehess.ens-lyon.fr] ; cette recherche fut par la suite poursuivie par un nouveau projet ANR sous la direction de Michel Senellart, associant la BNF, l’ENS-Lyon et l’université Paris-Sciences-Lettres sous l’intitulé « Foucault fiches de lecture » et visible en ligne à l’adresse, [https://ffl.hypotheses.org].

22 Collectif Maurice Florence, Archives de l’infamie, Paris, Les Prairies ordinaires, 2009.

23 Michel Foucault, dir. Philippe Artières, Frédéric Gros, Jean-François Bert et Judith Revel, Cahier de l’Herne no 95, Éditions de L’Herne, 2011.

24 Assouline Pierre, « À qui les archives Foucault ? », Le Monde des Livres, le 26 avril 2012.

25 Foucault Michel, Discours et vérité, édition et apparat critique établis par H.-P. Fruchaud et D. Lorenzini ; introduction par F. Gros, Paris, Vrin, Philosophie du présent, 2016 ; Foucault Michel, Dire vrai sur soi-même. Conférences prononcées à l’Université Victoria de Toronto 1982, Paris, Vrin, Philosophie du présent, 2017.

26 Artières Philippe et Potte-Bonneville Mathieu, « Michel Foucault n’est pas un trésor … », Le Monde, 17 mai 2012.

Auteur

Philippe Artières est historien, directeur de recherches au CNRS (IRIS/EHESS). Il a présidé l’association pour le Centre Michel-Foucault de 1994 à 2014 et publié avec Mathieu Potte-Bonneville D’après Foucault : gestes, luttes, programmes (Paris, 2012).

© Presses universitaires de Rennes, 2022

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search