Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ouest-Éclair

 | 
Michel Lagrée
, 
Patrick Harismendy
, 
Michel Denis

Deuxième partie. Le journal et ses acteurs

Chapitre 5. L’Ouest-Éclair et les deux Ralliements (1899-1930). Contribution à l’intégration des Catholiques de l’Ouest dans la République

Henri de Cadore

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

L’Ouest-Éclair a sauvé la Bretagne de la déchristianisation par la presse.

Sans l’abbé Trochu et Desgrées du Loû, c’est une autre Dépêche de Toulouse qui se serait installée à Rennes et la Bretagne, avec cette passion mystique et cette foi absolue que les Celtes transportent dans les luttes politiques, serait devenue bien pire que le Midi dont un certain scepticisme naturel tempère souvent les écarts. (Robert Cornilleau, Les Maîtres d’une génération)

1La Bretagne ne semblait pas se présenter comme une terre particulièrement favorable à la politique de Léon XIII. Les encycliques de 1892 Rerum novarum et de 1892 Au milieu des sollicitudes y animèrent cependant des vocations.

2Dans le Finistère, les Catholiques Républicains ne pouvaient encore opposer à la puissante Dépêche, anticléricale, rayonnant de Brest sur tout le département et au-delà, que de modestes feuilles locales, le Courrier Breton de Corentin Le Nours et L’Étoile de la Mer d’Henri de Tremaudan. Soutenus par l’Univers d’Eugène Veuillot, alors sincèrement rallié, ils parvinrent à faire élire le 24 janvier 1897, dans la troisième circonscription de Brest, contre le Comte de Blois, un prêtre républicain, l’abbé Gayraud. Invalidé à la Chambre par une coalition de monarchiste et de radicaux, réélu le 2 août, l’abbé Gayraud représenta cette circonscription du Léon jusqu’à sa mort en 1911. L’un des principaux artisans de son succès avait été Emmanuel Desgrées du Loû qui, depuis sa démission du Commissariat de la Marine en mai 1892 et son inscription au barreau de Brest, s’était engagé avec foi en faveur du Ralliement.

  • 1 Lettre de l’abbé Crublet à Mgr Vanneufville du 10 août 1930.

3Durant ces mêmes années où se développait la démocratie chrétienne dans le Finistère, des abbés démocrates menaient le même combat dans un environnement moins favorable dans l’Ille-et-Vilaine. Deux d’entre eux, en particulier, l’abbé Crublet et l’abbé Trochu, au hasard des fréquentes mutations que leur imposaient hiérarchie épiscopale et administration républicaine, avaient fondé des caisses rurales, des cercles d’études sociales, mais aussi des journaux résolument républicains. Un voyage à Brest leur permit de faire la connaissance d’Emmanuel Desgrées du Loû auquel ces prêtres, sans cesse menacés, proposèrent de venir prendre la direction de leurs journaux. « C’est parce que nous avions des soutanes que nous lui avions proposé de venir à Rennes pour les couvrir » écrira l’abbé Crublet au moment de l’éviction de l’abbé Trochu1. Arrivé à Rennes le 11 juillet 1897, Emmanuel Desgrées du Loû prit en main la direction des hebdomadaires. Conscients de ce que la position centrale de Rennes présentait un avantage, pour la transmission des nouvelles, sur les grands journaux parisiens, les partisans du Ralliement envisagèrent la création d’un quotidien breton. Les abbés démocrates caressaient déjà ce rêve depuis plusieurs années puisqu’en 1892, réunis au presbytère de la Guerche, où l’abbé Trochu était vicaire, ils avaient discuté entre eux du nom à donner au futur journal et s’étaient arrêtés sur ce titre « L’Ouest-Éclair ».

4Où trouver l’argent ? À la fin de l’année 1898 et durant les premiers mois de l’année 1899, Emmanuel Desgrées du Loû arpenta à bicyclette les routes du Morbihan, des Côtes du Nord et du Finistère, allant de presbytère en presbytère, tandis que de leur côté, l’abbé Crublet, l’abbé Trochu, M. Cary et Me Salmon frappaient aux portes des amis qu’ils possédaient dans le clergé et parmi les laïcs : 86 000 F avaient ainsi pu être rassemblés à la parution de L’Ouest-Éclair, bien faible capital initial qui ne put être porté à 586 000 F qu’en 1906.

Lorsque le caractère non confessionnel de L’Ouest-Éclair eut, quelques années plus tard, éloigné certains amis de la première heure, des adversaires parlèrent de la trahison du journal fondé avec l’argent des curés. Emmanuel Desgrées du Loû remit les choses au point : M. Monniot n’a pas tout à fait tort quand il dit que L’Ouest-Éclair a été fondé avec l’argent du clergé, puisque, à l’origine, ce sont surtout des prêtres qui souscrivent (en 1934 encore, 135 actionnaires sur 246, mais porteurs seulement de 138 sur 11 133 actions). Mais ce qui n’est pas contestable, c’est que si L’Ouest-Éclair a pu vivre et se développer, l’explication s’en trouve donc due à cette admirable générosité de nos amis : Cary, riche bonnetier de la rue Nantaise à Rennes, Bodin professeur à la Faculté de Droit de Rennes, Vulpian propriétaire à Lamballe et Salmon avocat à Rennes.

5Ceux-ci et quelques autres actionnaires étaient d’autant plus désintéressés que la Société « La Presse Régionale de l’Ouest » ne distribua pas de dividende avant 1911.

6Organe du ralliement, L’Ouest-Éclair parut à une date où celui-ci semblait avoir déjà échoué : aux élections législatives des 8 et 22 mai 1898, le catholique républicain Étienne Lamy, chargé d’organiser la propagande catholique, s’était laissé déborder par les réactionnaires. L’action de ceux-ci avait fait échouer à peu près une soixantaine de républicains modérés au profit de radicaux anticléricaux. C’en était fini de l’apaisement en même temps que du ministère Méline. L’agitation anti-dreyfusarde et nationaliste provoquait un réflexe de défense républicaine chez des modérés comme Poincaré et Barthou et se traduisait quelques semaines avant le procès en révision à Rennes du Capitaine Dreyfus et la parution dans la même ville de L’Ouest-Éclair, par la formation du Ministère Waldeck-Rousseau (22 juin 1899).

  • 2 Semaine religieuse de St Brieuc des 28 juillet, 4 et 11 août 1899.
  • 3 Glorieux Louis (abbé), (1867-1925) correspondant romain de La Croix et d’autres journaux.

Dans sa politique d’apaisement, le nouveau journal n’aurait donc pas la tâche facile, même s’il trouvait quelque soutien dans la région, dans le Finistère surtout où mourait l’accueillant Mgr Valleau (31 décembre 1898) remplacé par le conservateur Mgr Dubillard, dans les Côtes-du Nord avec l’appui de l’évêque de St Brieuc, Mgr Fallières2. Au Vatican surtout, la politique du Ralliement conservait encore des défenseurs autour du petit groupe qui de Rome soutint L’Ouest-Éclair jusqu’au succès final, après la guerre de 1914, de la politique initiée par Léon XIII, les abbés Glorieux, Vanneufville et Tiberghien. En témoigne cette lettre reçue peu après la parution de L’Ouest-Éclair : Rome, 10 décembre 1899. Oui, je reçois très régulièrement L’Ouest-Éclair et j’en admire l’allure à la fois batailleuse et sage. Il est évident qu’ici on proteste contre les actes de persécution dirigés par le ministère contre les congrégations religieuses. Mais on regretterait vivement que n’importe quelle fraction de catholiques ait donné prise aux rigueurs du gouvernement par un appui plus ou moins positif aux adversaires de la constitution. La ligne de conduite est toujours la même : se tenir loyalement et franchement, nettement sur le terrain républicain, afin d’être plus fort pour combattre les lois et manœuvres maçonniques. C’est bien votre attitude. J’attends l’occasion propice pour recommander L’Ouest-Éclair à la bienveillance du Cardinal Rampolla. Mais j’ai bien peur de n’en obtenir que des paroles d’encouragement. La presse italienne a, paraît-il, tant de besoins3 !

7Le premier numéro de L’Ouest-Éclair « journal quotidien d’information politique, littéraire, commercial » (la mention « catholique » n’y figura jamais, quoiqu’il fût prétendu par la suite, et l’adjectif « républicain » fut inséré dans le titre le 19 mars 1902) parut le 2 août 1899. L’Ouest-Éclair paraissant à la veille du deuxième procès Dreyfus (7 août- 8 septembre 1899) s’efforça de garder une certaine sérénité. Dans le deuxième numéro du journal, Emmanuel Desgrées du Loû annonce qu’il acceptera le jugement du tribunal militaire quel qu’il soit. Sans doute cette sérénité n’excluait pas une antipathie non dissimulée à l’égard de Dreyfus et surtout des dreyfusards, d’ailleurs partagée par la majorité de l’opinion rennaise. Emmanuel Desgrées du Loû s’inclina cependant devant le jugement rendu par le tribunal de Rennes le 14 septembre 1899, comme devant la grâce accordée par le Président Loubet. Après l’arrêt de la Cour de Cassation, le 12 juillet 1906, L’Ouest-Éclair s’inclina une fois encore :

Le Capitaine Dreyfus était un accusé et non un coupable […]. Sa qualité de juif n’impliquait pas plus sa culpabilité que son innocence […]. Pour nous, simples citoyens, nous n’avons aucun moyen de juger du fond de l’affaire ; nous devons nous en tenir en cette affaire, comme dans toutes les autres, à la vérité légale qui peut bien n’être pas la vérité vraie, mais qui est la vérité sociale. C’est à cette vérité qu’il convient de se ranger, quand on ne veut pas être un anarchiste.

8Toute la politique de L’Ouest-Éclair s’inspirait de deux constatations faites par Emmanuel Desgrées du Loû : la France, en général, et la Bretagne en particulier, n’était plus un pays catholique. La France, en général, et la Bretagne en particulier, tient de plus en plus à la République. La première évidence l’opposait à Édouard Drumont qui avait contribué à faire des catholiques français un troupeau d’illusionnistes en leur répétant que la France comptait 38 millions de catholiques.

  • 4 desgrées. du loû Emmanuel, « Les Illusionnistes » (21 août 1906).

La vérité, c’est que les catholiques – les seuls dignes de ce nom – ceux qui vivent leur foi et qui sont capables, le cas échéant, de se sacrifier pour elle, ne sont, en France, qu’une minorité. Quand dans un pays l’on ne dispose pas des gros bataillons, quand l’on n’a pas à son service la force des majorités, l’on ne possède plus qu’une ressource : c’est de remplacer ces majorités absentes par une force morale équivalente ; et puisqu’en fin de compte, c’est l’opinion qu’il faut gagner, il y a donc lieu de se demander comment l’on pourrait réussir à se la rendre sympathique, comment – pour tout dire d’un mot – l’on pourrait, si l’on a cessé de l’être, redevenir populaires, n’être plus considéré comme des émigrés par la nation républicaine4.

9Ces positions de principe affirmées, L’Ouest-Éclair eut bien du mal à se déterminer dans les compétitions électorales où il fut souvent contraint de choisir entre un conservateur, non ou à peine rallié, et un républicain anticlérical. Déjà, en 1898, le vieux républicain Émile Cary avait décidé ses amis à soutenir aux élections cantonales dans leurs hebdomadaires, un ancien maire de Rennes, républicain très modéré, A. Poulain, contre un jeune espoir du parti conservateur, M. Brager de La Villemoysan qui fut élu. À l’élection suivante, en juillet 1901, M. de la Villemoysan trouva cette fois en face de lui un des dirigeants de L’Ouest-Éclair, Charles Bodin et un républicain radical, le futur maire de Rennes, Jean Janvier. M. de La Villemoysan l’emporta encore. Enhardi par son second succès, M. de La Villemoysan obtint le concours de Joseph Rambaud, directeur du Nouvelliste de Lyon, pour fonder le 19 décembre 1901 Le Nouvelliste de Bretagne. L’Ouest-Éclair, après des débuts difficiles, sous l’administration d’Alfred Perrin, où il faillit périr, fut repris en mains par l’abbé Trochu, et son tirage, de 1 800 exemplaires en août 1899, de 12 000 en décembre 1901, crût désormais régulièrement. Aux élections législatives de 1902, contre M. de la Villemoysan, une fois de plus, L’Ouest-Éclair soutint le député sortant, qu’il avait parfois critiqué, René Félix Le Hérissé, républicain radical un peu atypique, puisqu’il fut successivement boulangiste, puis antidreyfusard, mais très populaire, constamment réélu pendant un quart de siècle. Incontestablement de gauche, il devait voter la loi de Séparation de l’Église et de l’État, mais sans approuver toutes les mesures du Ministère Combes. Au soir de sa victoire du 27 avril 1902, il harangua la foule depuis l’immeuble du journal. Les cris de « Vive L’Ouest-Éclair ! Vive la République ! » se mêlaient aux cris de « Vive Le Hérissé ! »

10Dans d’autres circonscriptions, en revanche, où les candidats républicains lui paraissaient trop violemment anticléricaux, L’Ouest-Éclair se résignait à soutenir ou à ne pas combattre des candidats conservateurs, voire royalistes. Aux élections municipales de mai 1904, L’Ouest-Éclair tenta vainement de persuader le maire de Rennes, Eugène Pinault, républicain très modéré, de s’affranchir de ses alliés conservateurs. Il l’emporta encore, mais pour la dernière fois, et, en mai 1908, L’Ouest-Éclair ne le soutint que mollement contre Jean Janvier, républicain radical. Celui-ci fut un maire très populaire, jusqu’à sa mort en 1923, et la gauche laïque conserva la mairie jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Le 15 juin 1904 eut lieu en Ille-et-Vilaine une élection sénatoriale à la suite du décès d’un républicain modéré, M. Guérin. L’opposition de droite, ralliés ou républicains modérés, comme M. de La Riboisière et Pinault, se mit d’accord, une fois de plus sur le nom de Brager de la Villemoysan. Les républicains du gouvernement lui opposèrent le Conseiller général d’Antrain, Martin-Métairie qui avait émis au Conseil Général un vote en faveur de la suppression de tout emblème religieux dans les prétoires, mais se prononçait en faveur de la liberté d’enseignement et réclamait une application libérale aux Congrégations religieuses de la loi sur les Associations. En prenant la décision de soutenir la candidature de Martin-Métairie, les dirigeants de L’Ouest-Éclair soulevèrent un tollé, non seulement chez leurs adversaires réactionnaires, mais aussi chez leurs amis du début. L’Amiral de Cuverville, Sénateur du Finistère, un rallié, ami de longue date, écrivait le 14 mai 1904 : « Mon cher Desgrés du Loû, ce n’est pas sans tristesse que je prends la plume pour vous crier : casse-cou ! Patronner un candidat Waldeckiste, c’est trop fort. Vous croyez que les opportunistes, qui ont été en grande partie la cause de la situation présente, sont les meilleurs soutiens de la République. Vous vous trompez et, en quittant l’Action Libérale Populaire pour passer dans le camp dit progressiste, vous faites fausse route ».

11Plus lourd de menaces, au début d’un nouveau pontificat, apparaissait cet avertissement d’un ami romain qui écrivait le 3 mai 1904 :

  • 5 En visite ad limina à Rome, le cardinal Labouré, archevêque de Rennes, demanda et obtint en janvie (...)

Je suis inquiet de l’effet que fera là-haut (au Vatican) l’attitude de L’Ouest-Éclair. Les services éminents que vous rendez à la cause des catholiques républicains et démocrates vous attirent beaucoup d’ennemis. Ils vont vous représenter comme des outranciers plus fanatiques républicains que les républicains eux-mêmes5.

12Le 15 mai 1904, de La Villemoysan fut élu sénateur par 625 voix contre 508 à Martin-Métairie. Le Nouvelliste de Bretagne fit mine de s’apitoyer : « Pour son excuse, il est vrai, on a dit que M. Martin-Métairie payait L’Ouest-Éclair ». Le Petit Bleu, organe radical de Dinan fut tout aussi cinglant : « Dimanche dernier, L’Ouest-Éclair a tenté sur le nom de M. Martin- Métairie, de prouver la sincérité de sa conviction républicaine. L’effet a été immédiat : le candidat de la gauche a été battu. Les recommandations de Tartuffe ne portent pas bonheur à ceux qui en sont l’objet ».

  • 6 Procès verbal de la séance du 5 nov. 1905 du Conseil de Surveillance de la Presse Régionale de l’O (...)

13L’Avenir de Rennes écrivit plus justement : « Le parti de L’Ouest-Éclair n’existe pas à Rennes. La démonstration est péremptoire. Le journal est lu parce qu’il est bien fait ; il n’a aucune influence politique ».C’est ce que reconnut un adversaire de l’autre bord, le bénédictin Dom Besse dans le quotidien royaliste, la Gazette de France, le 29 février 1908 : « L’Ouest-Éclair est le journal de Bretagne le mieux rédigé et le mieux informé ». Le Nouvelliste de Bretagne, au contraire, n’avait pas connu le succès et las de traîner ce boulet, M. Rambaud le vendit en 1905 à la Presse Régionale, l’agence créée par Paul Féron-Vrau avec l’appui d’industriels du Nord. Les nouveaux propriétaires du journal firent une tentative pour se rapprocher de L’Ouest-Éclair, mais celui-ci leur opposa une fin de non-recevoir6.

14C’est une attitude que ne pouvaient comprendre certains anciens amis du journal, à un moment où il leur paraissait inconcevable que toutes les forces catholiques ne s’unissent pas contre l’offensive anticléricale. Le journal gardait pourtant des sympathies chez certains prêtres bretons qui intervenaient en sa faveur auprès de leur hiérarchie tout en lui recommandant la prudence et le discernement. L’abbé Haouisée, de Dinan, écrivait le 9 janvier 1907 à Emmanuel Desgrées du Loû :

La semaine dernière, j’ai reçu de M. de la Villerabel, Vicaire général de St-Brieuc, une longue lettre où il me parle longuement de L’Ouest-Éclair. En voici (en toute discrétion, bien entendu) les passages essentiels : vous savez les paroles que Mgr a dites. Elles ont été provoquées par l’optimisme excessif dans les derniers temps, puis par des tendances dangereuses. Que M. Desgrées du Loû ne voie pas cependant dans l’évêché de St Brieuc un adversaire irréductible. Que L’Ouest-Éclair soit républicain, personne n’a le droit de lui contester cette opinion. Qu’il se défie des tendances religieuses qui trouvent leur expression dans la revue Demain, dans le Bulletin de la Semaine, dans tous les organes qui ont cru que pour être vraiment moderne en politique et en question sociales, il fallait être en même temps novateur en religion.

15Les recommandations de l’abbé Haouisée étaient sages, même si dans le modernisme dénoncé par l’encyclique Pascendi du 8 septembre 1907, il n’était pas toujours facile de distinguer le religieux du politique et du social. En janvier 1904, L’Ouest-Éclair avait rendu compte de la condamnation de Loisy d’une façon qui lui valut une semonce de la Semaine Religieuse de Quimper. Le journal, qui n’avait nullement la prétention d’être infaillible en des matières aussi délicates et aussi spéciales, s’excusa aussitôt et reproduisit « la lettre par laquelle Son Éminence le Cardinal Merry del Val a annoncé officiellement la condamnation des livres de M. l’abbé Loisy ».

16Pris entre la politique violemment anticléricale de Combes, « La Défroque » comme l’appelait le journal, et les assauts des intégristes maintenant tout puissants au Vatican, L’Ouest-Éclair maintint sa ligne républicaine et libérale : « notre manière de comprendre la politique religieuse n’était pas tout à fait celle qui a prévalu au Vatican : nous nous étions rangés dans le camp de M. Brunetière qui, au cours des polémiques relatives à l’acceptation ou à la non-acceptation de la Séparation, avait préconisé un « essai loyal ». Le Saint-Siège s’étant prononcé contre cette solution, nous ne pouvions que nous incliner devant la décision. C’est ce que je déclarai dès le lendemain de l’Encyclique qui refusait tout accommodement, en des termes tels que L’Osservatore Romano, organe officiel du Vatican, reproduisit une partie de mon article dans son numéro du 21 août 1906 ».

17Rédigé par des catholiques, mais pour des esprits indépendants aussi bien que pour des catholiques, L’Ouest-Éclair s’interdisait maintenant d’intervenir sur le terrain proprement religieux, mais il réclamait pour les catholiques les mêmes libertés que pour tous les autres citoyens. Défendant le principe de la liberté de l’enseignement, le journal eut toujours pour les instituteurs un respect qui contrastait avec les violences du Nouvelliste. Après avoir signalé le 4 juillet 1908 un certain nombre de manuels antireligieux utilisés par l’école laïque, Emmanuel Desgrées du Loû ajoutait : « Conclurons-nous de ces faits que l’école laïque est, dans son ensemble, une école d’irréligion ? Nous nous en garderons bien, car une telle généralisation constituerait une injustice ». Après la démission de Combes, le 24 janvier 1905, L’Ouest-Éclair émit sur ses successeurs, laïques sans sectarisme, des appréciations nuancées. Lors de la visite de Clémenceau à Rennes, en juin 1908, un article favorable de Desgrées du Loû lui valut un blâme du nouvel évêque de Quimper, Mgr Duparc.

  • 7 Un évêque breton, 18 janv.1908.

18L’Ouest-Éclair s’était pourtant félicité, après le départ du réactionnaire Mgr Dubillard pour Chambéry, de l’arrivée en 1908 de l’ancien curé de Lorient sur le siège de Quimper où, pendant près d’un demi-siècle, il devait apparaître de plus en plus comme la conscience morale de l’épiscopat breton : « Ce n’est pas seulement le Finistère qui se réjouira de cette nomination ; c’est toute la Bretagne qui se sentira fière de voir élever aux fonctions épiscopales, et sur son propre sol, l’un de ses fils les plus distingués, l’un de ceux dont la valeur intellectuelle et morale fait le plus honneur à notre vieille terre de granit, toujours féconde en homme de talent et, ce qui vaut mieux encore, en hommes de bien7 ».

19Cependant, préoccupé d’organiser tous les catholiques sous son autorité, Mgr Duparc appliqua comme les autres évêques de Bretagne, avec rigueur, les nouvelles consignes romaines, contenues dans le discours du colonel Keller du 11 mai 1909 et la lettre du Cardinal Secrétaire d’État Merry del Val du 19 juin, semblant lever les consignes du Ralliement. Ce fut le mérite de L’Ouest-Éclair de lutter pendant toutes ces années contre la constitution d’un parti catholique que Léon XIII avait déjà déconseillée en 1885 et qu’Emmanuel Desgrées du Loû qualifiait « d’idée malencontreuse » dans L’Ouest-Éclair du 24 février 1906. Le soin que mettait L’Ouest-Éclair à ne pas s’écarter du terrain politique lui évita les condamnations qui frappèrent la presque totalité des organes de sa tendance, rapidement qualifiés de modernistes.

20Cela n’empêcha pas les attaques des amis de Drumont ou de la jeune Action Française, comme le pamphlétaire Albert Monniot, qui, après s’être attaqué à l’évêque républicain de Laval, puis au Sillon, publia une violente brochure : « Bas les masques ! » L’Ouest-Éclair et ses dirigeants, annoncée en mars 1909 par la Semaine Religieuse de St Brieuc. L’abbé Trochu « descendant de guillotineurs de 1793 » y était encore plus malmené qu’Emmanuel Desgrées du Loû, gentilhomme déclassé. Traduit devant les tribunaux, Monniot fut condamné par le tribunal correctionnel en août, puis par la cour d’appel de Rennes en décembre, à de lourdes amendes, ses victimes n’hésitant pas à le menacer de la contrainte par corps au cas où il ne pourrait s’exécuter. L’Ouest-Éclair eut alors contre lui, non seulement les journaux réactionnaires, mais aussi l’ensemble de la presse parisienne, jalouse de son succès. Drumont en vint à sommer Mgr Dubourg, archevêque de Rennes depuis la mort du cardinal Labouré en 1906, d’intervenir. Le 8 août 1910, l’archevêché de Rennes faisait publier le communiqué suivant : « L’autorité épiscopale, à qui incombe la sollicitude du clergé diocésain, a considéré comme un devoir pour elle d’intervenir dans la question Monniot-Trochu, en tant qu’un prêtre y est mêlé et que ce prêtre a, de par son caractère sacré, des obligations spéciales d’indulgence, de bénignité, de pardon des offenses. Elle a demandé, en conséquence, à M. l’abbé Trochu de se désister personnellement de sa requête de contrainte par corps qui oblige M. Monniot à une année d’emprisonnement ». L’abbé Trochu ne put que s’incliner, mais Emmanuel Desgrées du Loû, commentant avec vivacité le communiqué épiscopal dans une lettre publiée par L’Ouest-Éclair du 9 août, releva le gant.

21En fin de compte, des notables bretons, Villiers, député du Finistère, Paul Caron, ancien député d’Ille-et-Vilaine, de la Chesnais, président de l’Action Française pour l’Ille-et-Vilaine, qui avaient lancé le pamphlétaire impécunieux contre L’Ouest-Éclair, firent parvenir la somme réclamée au directeur de La Patrie, Henri Rochefort. Ce héros de l’opposition à l’Empire, devenu une des gloires du nationalisme, tint à offrir l’argent au bout d’une pincette au représentant de L’Ouest-Éclair qui en fit bénéficier les bureaux de bienfaisance de la région.

22Les remous qui agitaient les catholiques de l’Ouest en cet été 1910 étaient pourtant de peu d’importance en comparaison de la bombe qui arriva de Rome avec la lettre de Pie X du 25 août condamnant le Sillon. Le coup ne pouvait manquer d’atteindre L’Ouest-Éclair, dont le directeur politique avait souvent accompagné Marc Sangnier dans ses campagnes de propagande en Bretagne et qui avait dédié à Marc Sangnier « au catholique sans peur, au républicain loyal, au vaillant chevalier de l’idée démocratique » une série d’articles parus l’été 1907 et réunis en une brochure : De Léon XIII au Sillon – une conjuration réactionnaire.

23La lettre du Pape fournissait une belle occasion d’attaquer un journal dont le rédacteur en chef depuis 1909, Henri Teitgen, était aussi un ardent silloniste. Le 11 septembre 1910, Le Courrier Morbihanais, Croix de l’Arvor précisa : « la lettre du Pape atteint surtout L’Ouest-Éclair, le grand organe silloniste de Rennes. L’Ouest-Éclair depuis longtemps soutenait la politique de Marc Sangnier, et il est donc condamné avec lui ». C’était aller un peu loin, confondre un grand journal d’information avec un organe militant. L’Ouest-Éclair, auquel les évêques de Bretagne interdisaient à leurs prêtres de s’abonner, devait être considéré, sinon comme un mauvais journal, du moins comme un journal neutre, et si l’on pouvait admettre que des laïques s’y fourvoyassent, il était inadmissible d’y tolérer la présence d’un prêtre. Déjà en 1909, l’archevêque Mgr Dubourg avait réuni une Commission ecclésiastique de 7 membres pour discuter du cas de l’Abbé Trochu. À la majorité de 6 voix contre 1 bulletin nul (celui du P. Hamard, un oratorien de Rennes) la Commission avait estimé que le départ de M. Trochu s’imposerait si le journal ne se montrait pas favorable aux candidats de la cause catholique.

24Mais Emmanuel Desgrées du Loû, le 7 avril 1910, se refusa à donner des consignes à ses lecteurs : « Le public de L’Ouest-Éclair qui, répétons-le, n’est pas un public de petits enfants, saura sans que nous ayons besoin de les lui désigner par leur nom, distinguer les républicains de bon aloi, les hommes de liberté, de tolérance et de justice vers qui devront aller les suffrages des vrais démocrates ». De ces élections, ouvertes le 10 avril par le discours du Président du Conseil, Briand, à St Chamond en faveur de l’apaisement, Jacques Chastenet a pu écrire : « Ces élections de 1910 sont intéressantes sur ce qu’elles marquent la fin du vieux clivage qui, depuis les débuts de la République, séparait devant le corps électoral les « républicains » des « réactionnaires ». Ce jugement vaut peut-être pour l’ensemble du pays, mais pas pour la Bretagne où la lutte n’est pas moins vive qu’en 1902 et en 1906. La gauche anticléricale continua à progresser, maintenant seulement ses positions en Ille-et-Vilaine, mais les améliorant dans le Finistère, et gagnant deux sièges dans chacun des départements des Côtes-du- Nord, du Morbihan et de la Loire-Inférieure. Emmanuel Desgrées du Loû dégagea les leçons de ce scrutin :

Les luttes électorales ne sont pas, en Bretagne, exactement la même chose qu’ailleurs. Chez nous, l’on plébiscite encore la République. Un courant démocratique, dont nous avons cent fois depuis que ce journal existe, signalé la force, entraîne sans cesse vers la gauche les populations. Et ces populations sont exigeantes. Il ne leur suffit pas qu’on se dise républicain, il leur faut aussi qu’on soit libre de toute attache avec ceux qui ne le sont pas. Le courant existe, il est général, on ne l’arrêtera pas. Tout ce que l’on peut faire, c’est empêcher qu’il n’anéantisse sur son passage un certain nombre de libertés contingentes de la politique et dont aucune société ne saurait se priver impunément.

25Nommé à la cure de St Domineuc, l’abbé Trochu reçut alors l’ordre de quitter L’Ouest-Éclair. Il s’inclina, invoquant des raisons de santé pour rester à Rennes. Alors que Pie X adressait une lettre personnelle de félicitations à l’Archevêque de Rennes, la presse française et même étrangère s’emparait de l’affaire. À côté de La Croix pour laquelle « la récente condamnation du Sillon par S.S. le Pape n’est pas étrangère à la rentrée de l’abbé Trochu dans le Ministère », de l’Univers pour lequel « la présence d’un prêtre à L’Ouest-Éclair devenait un réel scandale, attendu que ce journal était l’un des organes les plus ardents du Sillon » ou du Quotidien de Milan de tendance populariste, le Corriere della Sera notant que « cette décision de l’archevêque de Rennes a soulevé une grande émotion parmi les catholiques, parce qu’ils y ont vu un coup des réactionnaires contre les catholiques républicains de L’Ouest-Éclair », la radicale Dépêche de Toulouse se saisissait de l’incident pour dénoncer l’incompatibilité des principes régissant l’Église avec ceux de la société civile. Mais c’est l’abbé Trochu luimême qui, dans une déclaration faite à un envoyé du Matin le 26 septembre 1910, dégagea la raison profonde de la persécution dont il était l’objet : « À l’intérieur du catholicisme, il existe deux tendances : les uns rêvent de restaurer l’idée religieuse par la politique, la violence, par tous les moyens. Nous, nous croyons simplement à l’efficacité du vieil Évangile : modération dans nos idées comme dans nos habitudes. Quand nos adversaires disent une chose bonne, nous la disons bonne, quand elle est mauvaise, nous la disons mauvaise. En un mot, L’Ouest-Éclair n’est pas un journal catholique. C’est un journal républicain, démocratique et libéral rédigé par des catholiques. Il défend les droits des catholiques, quand ils sont violés, tout comme il serait prêt à défendre les droits des libres-penseurs contre les inquisiteurs quels qu’ils soient ». Pendant quatre ans, jusqu’à la déclaration de guerre, l’abbé Trochu vécut officiellement en marge de l’administration du journal, qui n’en continua pas moins à se développer.

  • 8 Desgranges (abbé), Carnets intimes, p. 362, 17 octobre 1913.

26Devant la tension internationale, les luttes religieuses semblaient perdre de l’importance. Raymond Poincaré, qui avait encore répondu le 6 mars 1912 au député catholique Charles Benoist : « Ce qui nous sépare, c’est toute l’étendue de la question religieuse », se fait élire moins d’un an plus tard, le 17 janvier 1913, Président de la République avec l’appui des voix catholiques. Emmanuel Desgrées du Loû s’en félicite : « Sa vive intelligence, son esprit si délié et si perspicace et ce mélange de prudence et de fermeté, de pondération et d’entrain que constitue sa physionomie morale nous induisent à penser que son septennat comptera parmi les périodes heureuses de notre histoire nationale ». L’épiscopat breton restait toujours aussi hostile au journal républicain catholique : « Mgr Gouraud, l’évêque de Vannes, me reçoit à déjeuner. Nous causons longtemps de la situation politique très menacée, déjà compromise, des catholiques du Morbihan et de l’influence déprimante de L’Ouest-Éclair. J’émets l’avis que ce journal, combattu par les bons catholiques, est désirable à gauche pour maintenir les mécréants dans des idées saines et tolérantes8 ». Il ne fallut pas moins qu’un changement de pontificat et une guerre mondiale pour faire du journal honni, l’organe d’un second Ralliement, accepté cette fois par à peu près tous.

27La veille même du drame, le premier août 1914, mourait dans sa soixante-dixième année le négociant Émile Cary, vieux républicain qui avait longtemps présidé le Conseil de Surveillance du journal, pour lequel il avait été un mentor bienveillant et vigilant. Au même moment, la mobilisation enlevait à L’Ouest-Éclair son directeur, Emmanuel Desgrées du Loû, mobilisé à Brest au Commissariat de la Marine (d’où il pouvait envoyer des articles sous le pseudonyme de St Léry), son rédacteur en chef, Henri Teitgen, qui ne réintégrerait pas le journal après la guerre, ainsi qu’un grand nombre de membres de la rédaction et de l’administration. Dans de telles circonstances, l’abbé Trochu, muni d’une procuration générale que lui avait donnée Emmanuel Desgrées du Loû en quittant Rennes, s’estima autorisé à reprendre en mains l’administration du journal, sans que son archevêque pût s’en offusquer. Grâce à lui, non seulement L’Ouest-Éclair ne souffrit pas de la guerre, mais, bien au contraire, put profiter de la soif de nouvelles de la population pour accroître considérablement sa diffusion. Les adversaires de L’Ouest-Éclair ne se firent pas faute d’ailleurs, par la suite, de souligner que la supériorité de L’Ouest-Éclair sur tous ses concurrents locaux datait des heures sombres du premier conflit mondial. « L’union sacrée » ne les avait d’ailleurs jamais fait désarmer, comme le montrèrent deux incidents survenus en 1915 et en 1916.

28Le mercredi 5 mai 1915, L’Ouest-Éclair ne parut point. Le lendemain, le journal reproduisant l’arrêté du général Vautier, suspendant L’Ouest-Éclair pour avoir publié la liste des survivants du Léon Gambetta, coulé au large de Brindisi avec à son bord de nombreux marins bretons, la fit suivre d’une protestation signée par : « En l’absence de M. Desgrées du Loû mobilisé, le directeur de L’Ouest-Éclair, Félix Trochu ». La réaction de l’Archevêque de Rennes fut immédiate : reprochant à l’abbé de ne s’être véritablement jamais soumis à son ordre de 1910 de quitter L’Ouest-Éclair, il alla jusqu’à lui retirer ses pouvoirs de confession et de prédication. Pourtant, à la suite d’une entrevue entre l’abbé Trochu et Mgr Dubourg, un modus vivendi provisoire fut proposé et accepté.

29Nouvel incident quelques mois plus tard, lors de cette affaire des machines où l’administrateur de L’Ouest-Éclair n’eut pas à se défendre seulement contre la hargne de ses adversaires, mais aussi contre la défiance de ses amis. Au cours d’un voyage à Berne, du 25 au 26 août 1915, l’abbé avait fait auprès de la maison Winckler et Fallert, l’achat d’un nouveau matériel de clicherie pour le journal. Ces machines parvinrent en gare de Rennes le 8 septembre, mais le général Vautier, gouverneur de Rennes, les soupçonnant d’origine allemande, les fit saisir tandis que, conformément aux prescriptions de la loi interdisant de faire du commerce avec les pays en guerre contre la France, il faisait ouvrir une information contre X et faisait procéder à une expertise. Beau scandale que s’empressa d’exploiter le Nouvelliste de Bretagne, qui ne se contenta pa d’exposer « l’étrange affaire » dans un article fielleux du 15 décembre 1915, mais tenta de se procurer les preuves de la collusion de son trop heureux concurrent avec l’ennemi en guerre. S’improvisant lui-même policier, Jules Dassonville directeur du Nouvelliste en même temps qu’administrateur délégué de l’agence catholique « La Presse Régionale » utilisa du papier à en-tête du Télégramme de Toulouse pour solliciter de l’Ambassade de Berne des renseignements sur la maison Winkler-Fallert. Celle-ci lui confirma, le 2 février 1916, que les dirigeants de l’entreprise installée en Suisse étaient bien sujets allemands, ce que le zélé patriote s’empressa de dénoncer à l’autorité militaire. On comprend, dans ces conditions, le trouble de l’opinion et la manifestation au cours de laquelle les glaces de la salle des dépêches de L’Ouest-Éclair furent brisées aux cris de : « À bas les boches », « À bas le journal vendu », « mort à Trochu ! ». On comprend aussi que les autres dirigeants de L’Ouest-Éclair, mobilisés, aient difficilement supporté que leur journal puisse seulement être suspecté. Pourtant le 25 janvier 1916, l’expert commis par l’autorité militaire rendit une sentence entièrement favorable à L’Ouest-Éclair : « Les machines en question étaient d’origine suisse, les moteurs électriques destinés à les actionner l’étaient aussi ».

30Sans même attendre le prononcé du jugement, l’abbé Trochu se déchaîna dans L’Ouest-Éclair du 24 janvier : « Quant à nos adversaires cléricaux et anticléricaux, ils ne perdront rien pour attendre. Ce n’est pas impunément que les auteurs et les inspirateurs de cette campagne de mensonges, gens qui se dérobent ou s’embusquent, auront essayé de porter atteinte à notre considération ». Pareille diatribe ne pouvait manquer de provoquer une nouvelle réaction de Mgr Dubourg qui écrivit sur le champ à l’abbé que « les agressions de ce genre lui paraissaient incompatibles avec la présence, même tolérée temporairement, d’un prêtre à la direction du journal » et le prévint que « si des faits analogues se produisaient, cette tolérance lui serait retirée », l’invitant enfin à renouveler « l’engagement de ne plus participer à la collaboration de L’Ouest-Éclair après la guerre. »

31Le 11 novembre 1918, celle-ci s’achevait par la victoire, une victoire dont, si nous en croyons Emmanuel Desgrées du Loû, l’abbé avait peut-être parfois douté. Les contacts à l’hôpital militaire de Rennes, la lecture de lettres de soldats envoyées à L’Ouest-Éclair avaient fortifié en lui un pacifisme qui ne devait plus se démentir. Pacifisme dont on chercherait en vain une manifestation dans le contenu de L’Ouest-Éclair en 1919. Au moment où se négociait le traité de Versailles, le journal rennais faisait au contraire vigoureusement campagne pour l’annexion de la Sarre, l’annexion ou au minimum la séparation de la Rhénanie, le paiement par l’Allemagne de très lourdes réparations.

32À la veille des élections législatives, Emmanuel Desgrées du Loû rédigea une brochure : La politique d’après-guerre, 1919 : un programme, dont les ambitions tranchaient avec ce que serait la politique quotidienne du journal au cours de la vingtaine d’années de l’entre-deux guerres. Partant du préalable que « fondée sur la victoire, la République n’est plus en question » le directeur de L’Ouest-Éclair réclamait un certain nombre de réformes qu’il n’attendait sans doute pas pour une date prochaine. Outre des revendications traditionnelles chez des chrétiens démocrates, la représentation proportionnelle et le vote familial, c’est à une complète révision de la Constitution de 1875 qu’appelait Emmanuel Desgrées du Loû : le renforcement de la stabilité gouvernementale par l’incompatibilité entre les fonctions de parlementaire et de ministre ; le renforcement des pouvoirs du Président de la République, élu par un corps électoral étendu aux conseillers généraux et pourvu d’un droit inconditionnel de dissolution de la Chambre ; la création d’un Sénat professionnel et d’assemblées régionales ; l’institution d’une Cour Suprême.

33Toutes ces anticipations avaient évidemment peu à voir avec la politique du moment. Les élections législatives du 16 novembre 1919 avaient vu la victoire des modérés rassemblés dans le Bloc National. Mais en Bretagne, la fracture entre les bleus et les blancs s’était rouverte, contraignant L’Ouest-Éclair à des choix difficiles. Seuls les résultats du Finistère, où une liste de catholiques républicains avait remporté six sièges sur onze, pouvaient vraiment satisfaire L’Ouest-Éclair. Dans l’Ille-et-Vilaine, la liste républicaine, appuyée par le journal, réunissant amis de longue date, comme Brice, et adversaires d’hier, comme Guernier et Deschamps, obtenait quatre sièges. Une liste conservatrice dite Nationale obtenait trois sièges, dont un pour le républicain modéré, de la Riboisière et un pour le royaliste Ruellan. Une liste socialiste obtenait un siège : Aubry. Dans les Côtes-du-Nord, le plus à gauche des départements bretons, une liste d’Union républicaine emportait les neuf sièges. Trois de ces élus seulement devaient voter le 20 novembre 1920 en faveur d’une des principales revendications des catholiques, le rétablissement de l’ambassade auprès du Vatican. Une liste de reconstitution nationale, où des républicains modérés s’étaient compromis avec des monarchistes plus ou moins camouflés, était écrasée. L’Ouest-Éclair s’était vainement prononcé en faveur d’un panachage entre les deux listes. Dans le Morbihan, la liste d’Union républicaine avait cinq élus dont aucun ne vota pour le rétablissement de l’ambassade auprès du Vatican ; la liste d’Union Nationale n’avait que trois élus.

34Pour Le Nouvelliste et son protecteur Mgr Dubourg, la défaite de nombreux catholiques était une fois de plus imputable au « journal neutre » et fournissait l’occasion de rappeler ses promesses à l’abbé Trochu, pourtant indispensable au moment où L’Ouest-Éclair devait affronter la concurrence sur sa gauche d’un quotidien radical : La France de l’Ouest (1919-1922). Le 10 janvier 1920, la Semaine Religieuse du diocèse de Rennes publia le communiqué suivant :

À maintes reprises, de divers points de l’horizon, des plaintes sont parvenues à l’archevêché sur la personne et sur l’activité souterraine et maîtresse d’un prêtre dans un journal de notre ville. Hier encore, M. Jean Guiraud parlait dans La Croix, de Paris, des « hommes néfastes qui ont semé la division au sein de la Bretagne ». L’autorité diocésaine qui partageait les mêmes sentiments, a tenu compte de ces avertissements, n’a pas ménagé les exhortations et allant plus loin, a demandé à ce prêtre la promesse formelle de sortir du journal en question et elle l’a même exigé par écrit. La prolongation de la guerre a retardé la mise à exécution de cet engagement. Mais la guerre est finie. En conséquence, à partir de ce jour, le prêtre en question cesse toute collaboration directe ou indirecte et d’une manière absolue, au journal dont il s’agit.

35Mgr Dubourg ne reçut pas toutefois, comme en 1910, une lettre de félicitations du Pape. Benoît XV, au lendemain d’un conflit où ses appels constants en faveur de la paix n’avaient pas été compris par l’opinion française, même catholique, voulait profiter des bonnes dispositions de notre gouvernement et de nos assemblées pour renouer avec la politique de Léon XIII. Les relations diplomatiques, rompues en 1904, furent rétablies : le gouvernement français nomma au Vatican un chargé d’affaires, Jean Doulcet, en mars 1920, puis un ambassadeur, Jonnart en mai 1921, tandis que Mgr Ceretti arrivait comme nonce à Paris le 20 mai 1921. Si, conformément à la loi de séparation, les évêques étaient nommés par Rome, il était admis que le Vatican s’enquît au préalable si le gouvernement français n’élevait pas d’objection d’ordre politique.

  • 9 Dansette Adrien, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. II, p. 507.

36Pour les associations cultuelles, on se trouvait devant une situation inédite : « tandis qu’en 1906, le Saint Siège a condamné la loi que l’épiscopat voulait appliquer, l’épiscopat ne veut pas appliquer la loi – améliorée par la jurisprudence – qu’accepterait le Saint-Siège9 ». « Il faut sauver la mémoire de Pie X » s’était écrié Mgr Gibier, de Versailles, pourtant un des évêques les plus ouverts. Les discussions devaient donc se poursuivre pendant plusieurs années, avant que Pie XI approuvât des Associations diocésaines assez proches des cultuelles par l’encyclique Maximam gravissimamque du 18 juin 1924.

37L’Ouest-Éclair profita tout de suite de la nouvelle politique romaine. Introduit par son ami Mgr Vanneufville, Emmanuel Desgrées du Loû accompagné du député démocrate du Finistère, Paul Simon, effectua en mars 1920, un premier voyage à Rome où il fut reçu par Benoît XV, le Cardinal Gasparri, secrétaire d’état, le futur nonce Mgr Ceretti, auprès desquels il plaida une cause maintenant favorablement écoutée.

38Dans une très longue lettre du 11 avril 1920 à Mgr Ceretti, Emmanuel Desgrées du Loû, le remerciant de l’encouragement donné à Rome à la politique de L’Ouest-Éclair, évoqua l’attitude toute différente de l’épiscopat breton :

Éminence. Quelques pénibles cependant qu’aient été ces épreuves, j’en suis toujours largement dédommagé par ma joie de savoir qu’à Rome nos efforts ont été compris, et que l’on y rend pleine justice à la droitesse de nos intentions. Dans l’accomplissement de la tâche que nous avons assumée, mes amis et moi, et qui nous oblige à lutter à la fois contre l’hostilité si bien avertie des ennemis de l’Église et contre l’esprit étroit du vieux monde conservateur, ce nous sera désormais une consolation et un réconfort de penser que les hommes éminents qui jouissent de la confiance du Saint Père nous font crédit. C’est cette conviction qui, jusqu’à ce jour, a soutenu nos volontés. C’est elle qui, en nous maintenant fermement sur le terrain républicain, nous a dissuadés de prêter notre concours à certaines combinaisons électorales où sous prétexte de réaliser l’union des catholiques, on voulait nous obliger à faire cause commune avec des monarchistes notoires. Encore que cette manière de voir ait prévalu dans l’ensemble du pays, elle s’est heurtée en Bretagne à une opposition passionnée. Dans le diocèse de Rennes en particulier et dans celui de Vannes, les contradictions qu’elle a soulevées ont été si vives que l’autorité épiscopale n’a pas cru pouvoir se soustraire aux protestations qui l’assiégeaient et que L’Ouest-Éclair, comme son Éminence le sait, en a supporté les pénibles conséquences

39Mgr Vanneufville, chanoine de St Jean de Latran, correspondant de La Croix mais aussi de L’Ouest-Éclair sous le pseudonyme de Félix Belval, s’employa cependant à l’amélioration des rapports entre l’archevêché et le grand journal rennais. La santé du cardinal Dubourg s’était altérée et Rome se préoccupait de lui choisir un coadjuteur avec droit de succession. Le 25 juin 1920, Mgr Vanneufville annonçait à Emmanuel Desgrées du Loû la nomination encore officieuse de Mgr Charost. Arrivé à Rennes en 1894 comme secrétaire de Mgr Labouré, il y avait été promu vicaire général avant d’être nommé évêque auxiliaire de Cambrai en février 1913, puis, quelques mois plus tard, évêque du nouveau diocèse de Lille. L’Ouest-Éclair ne pouvait que s’inquiéter de l’arrivée d’un prélat qui s’était toujours montré en Bretagne un adversaire de ce journal. Mgr Vanneufville rappelait pourtant que cet agrégé de lettres, de sympathie maurassienne, avait su faire preuve de souplesse. Après avoir sanctionné le député d’Hazebrouk, l’abbé Lemire en 1914, il lui avait rendu ses pouvoirs sacerdotaux en 1916. Sa conduite durant l’occupation de Lille par les Allemands, lui avait valu l’estime de la population, et plus particulièrement du milieu universitaire. Il avait été fait chevalier de la Légion d’Honneur par le gouvernement français. Mgr Vanneufville ne doutait pas qu’il saurait appliquer les consignes conciliantes reçues à Rome et conseillait au directeur de L’Ouest-Éclair de solliciter le plus tôt possible une audience du prélat.

40Le 2 octobre 1920, Emmanuel Desgrées du Loû était reçu par Mgr Charost qui déjà dans sa lettre du 30 septembre s’était montré compréhensif : « Tout mon désir serait de déterminer avec vous les points de conciliation, ce qui ne demande que du sens droit et de la bonne volonté ». À l’égard de l’abbé Trochu aussi, Mgr Charost, qui devait devenir archevêque de Rennes à la mort du Cardinal Dubourg le 20 octobre 1921, puis recevoir le chapeau de cardinal le 11 décembre 1922, appliqua loyalement les nouvelles consignes romaines. Loyalement, mais discrètement, ce qui explique que Léon Daudet ait pu s’étonner de la tolérance manifestée par l’archevêque de Rennes à l’égard d’un prêtre indiscipliné. Mgr Charost dut mettre les choses au point dans une lettre du 21 mai 1923 au directeur de l’Action Française : « Le numéro de l’Action Française du 20 mai présente d’une façon inexacte la situation actuelle de l’abbé Trochu. En cette même année 1921, à laquelle se réfère votre article, le cardinal-archevêque de Rennes, Mgr Dubourg fut amené à laisser tomber sa décision du 3 janvier, relatée par vous, à la suite de faits nouveaux que je n’ai pas à divulguer ».

41Les adversaires de la politique de L’Ouest-Éclair disposaient encore en Bretagne de l’appui constant de la hiérarchie ecclésiastique et de son journal, Le Nouvelliste, qui ne concevaient de défense religieuse que sous la forme d’une alliance des droites et d’un affrontement avec tout ce qui se réclamait d’une république laïque. Emmanuel Desgrées du Loû fut cependant encouragé par une seconde visite au Vatican, en février 1923, – où il fut reçu par le nouveau Pape Pie XI et le même secrétaire d’état le cardinal Gasparri – à poursuivre sa politique de pacification religieuse. À la veille de nouvelles élections législatives, on perçoit un renouveau de l’anticléricalisme aussi bien qu’une lassitude du pays devant les charges endossées par l’occupation de la Ruhr.

42Le directeur de L’Ouest-Éclair rédigea une nouvelle brochure : « La politique Religieuse et les élections en 1924 ». Quelque peu amendé par l’abbé Renaud, conseiller à la nonciature, cet écrit devait connaître, sous le nom de Mémoire Confidentiel, une grande fortune, tant auprès des artisans du Ralliement que de leurs adversaires de l’Action Française. Après avoir longuement évoqué les origines de la République, la lettre de Léon XIII du 16 février 1892 sur le ralliement et le Ministère Méline, le désastre électoral de 1898, l’évolution républicaine des catholiques, et cette idée de laïcité à laquelle les républicains les plus modérés étaient attachés – n’était-ce pas Millerand qui, au cours de la campagne de 1919 avait repris l’expression « lois intangibles » – Emmanuel Desgrées du Loû ne craignait pas de heurter une grande partie de l’électorat catholique :

  • 10 La répartition proportionnelle scolaire était une revendication des partisans de l’enseignement ca (...)

La répartition proportionnelle scolaire10 se fonde sur une idée de justice infiniment respectable. Malheureusement, en fait, cette conception s’inspire d’une conception directement contraire à celle qui a prévalu sous la Troisième République, en matière d’enseignement public. Alors que, de toute certitude, tous les partis de gauche, les modérés comme les avancés, s’y opposent obstinément et, à leur suite, l’immense majorité des électeurs, il est au moins prématuré d’engager à son sujet un débat.

43Voulant voir la France « telle qu’elle est : ni cléricale, ni anticléricale, mais lasse des querelles religieuses », Emmanuel Desgrées du Loû estimait « qu’il dépendait des catholiques et de leurs chefs religieux de rassurer l’opinion républicaine par la sagesse de leur programme et par leur esprit de conciliation à l’égard des représentants de la gauche modérée ». En conclusion : il serait impolitique et gros de conséquences antireligieuses de mettre son honneur électoral à présenter des candidatures idéales mais vouées à l’échec, alors qu’il serait possible de grouper la majorité sur un candidat de note moyenne et d’assurer à la Chambre, au cours de quatre années, les votes d’un député favorable, somme toute, malgré certains déficits, à la pacification religieuse.

44À l’issue de l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques de février 1924, le cardinal Andrieu obtint cependant qu’il fût prescrit aux catholiques de ne donner leurs voix qu’aux candidats résolus à condamner la laïcité. Mais, alors que le texte de la lettre était déjà confié à la poste, sa publication dans la forme adoptée par l’Assemblée fut interdite sur une intervention du Saint-Siège et la phrase due au cardinal archevêque de Bordeaux supprimée dans la version définitive.

45Dans son ardente campagne en faveur de la politique de Poincaré, L’Ouest-Éclair mit particulièrement en avant sa politique extérieure : « Le succès du bloc des gauches, c’est pour les Allemands le dernier espoir » écrivait E. Desgrées du Loû. « Voter pour le bloc des gauches, c’est faire le lit du bolchevisme », ajoutait Émile Le Breton. Les Français du Midi, comme le fit remarquer aigrement L’Ouest-Éclair, assurèrent la victoire en 1924 du Cartel des gauches. Les cinq départements bretons, au contraire, élurent trente-six partisans de la politique de Poincaré contre huit « blocards ». Emmanuel Desgrées du Loû s’en félicitait :

Les élections du 11 mai en Bretagne sont la récompense de vingt-cinq ans d’efforts pour désolidariser le catholicisme et la monarchie, la république et l’anticléricalisme. Dans la Mayenne, dans la Manche, l’Orne et le Calvados, la victoire est complète. Presque partout dans la région, la politique républicaine, de justice, de liberté et de démocratie, à laquelle depuis vingt-cinq ans, L’Ouest-Éclair a dévoué son effort, pour laquelle il a tant lutté, et souvent souffert, prouve son excellence par les victoires qu’elle remporte.

46Cependant, l’Ouest n’était pas la France, et après avoir acculé à la démission le Président de la République, Alexandre Millerand, (coup de force dénoncé dans L’Ouest-Éclair du 12 juin 1924) remplacé par Gaston Doumergue, le cartel des gauches fut appelé à former le nouveau gouvernement. Son chef, Édouard Herriot, dans sa déclaration ministérielle du 17 juillet, approuvée par 315 voix contre 230, se prononça pour une politique étrangère plus conciliante, appuyée sur une étroite entente avec l’Angleterre, une fiscalité plus démocratique, une politique scolaire progressiste (l’école unique), et la stricte application de la laïcité : dissolution des congrégations non autorisées, introduction de l’ensemble de la législation républicaine en Alsace-Lorraine, suppression de l’ambassade auprès du Vatican.

47Édouard Herriot se défendait d’ailleurs de tout anticléricalisme sommaire. Il se posait seulement en défenseur intransigeant des droits de l’État, successeur de Philippe Le Bel et des souverains gallicans. Sa déclaration déclencha cependant un vaste mouvement de protestation à Strasbourg dès le 20 juillet, où plus de 30 000 personnes acclamèrent l’abbé Bergey, ancien aumônier de la 36e division d’infanterie et nouveau député de la Gironde, suivi de manifestations semblables à la Roche-sur-Yon, Bayonne, Quimper, Le Folgoët : plus d’un million de personnes au total, entre juillet 1924 et avril 1925. 82 groupements diocésains se fédérèrent en une Fédération Nationale Catholique sous la direction d’un des grands chefs militaires, le Général de Castelnau. La Fédération Nationale Catholique constituée le 18 février 1925 rassembla jusqu’à 2 millions de membres. Faisant place dans sa direction aux diverses tendances de l’opinion catholique, du sympathisant d’Action Française, Xavier Vallat, au démocrate populaire, Ernest Pezet, elle ne parvint pas toujours à se cantonner dans son rôle de défense religieuse et, en politique extérieure notamment, adopta des positions nationalistes bien différentes de celles du Vatican.

  • 11 L’Ouest-Éclair des 2 et 6 novembre 1924, cité par Edouard Herriot dans Jadis, t. II.

48Le Cartel des Gauches suspendit d’ailleurs rapidement son offensive anticléricale. Herriot ayant dû démissionner, son successeur le grand savant Painlevé, dans sa déclaration ministérielle du 17 avril 1925, prit soin de rassurer les catholiques : « Il est apparu qu’il convenait de maintenir auprès du Vatican un représentant hautement qualifié. L’assimilation législative des provinces recouvrées ne saurait être poursuivie ». Ce ne fut cependant ni sa politique religieuse, ni sa politique internationale qui devait provoquer l’échec du Cartel des gauches, mais sa politique financière. Les modérés, entre 1920 et 1924, devant les lourdes charges héritées de la guerre, avaient voulu se bercer de l’illusion que « l’Allemagne paierait ». L’Allemagne ne voulant pas, ne pouvant pas payer, Raymond Poincaré, contre l’Angleterre et avec l’appui de la seule Belgique, avait fait occuper la Ruhr, le 11 janvier 1923. Après être venu à bout de la résistance allemande en septembre, Poincaré accepta cependant l’enquête internationale réclamée par l’Angleterre sur la capacité de paiement de l’Allemagne. Les gouvernements du Cartel des gauches héritaient donc en même temps la nécessité de réconcilier la France avec ses alliés et celle de résoudre la crise financière. Les socialistes qui appuyaient les autres groupes de gauche sans participer aux gouvernements préconisaient un impôt sur le capital auquel certains radicaux se refusaient. Les recours aux avances de la Banque de France se heurtaient au « mur d’argent ». Édouard Herriot, dans ses Mémoires, revient à plusieurs reprises sur les campagnes de L’Ouest-Éclair contre le Cartel, « L’Ouest-Éclair, qui a le souci de ménager ses réserves, ne souscrira pas cette fois, ne fût-ce que d’un centime à cet emprunt de M. le Ministre des Finances ». Ceci dit, il apparaît clairement qu’il ne peut conseiller à ses lecteurs de souscrire à une opération qu’il juge désavantageuse pour lui-même. « Nous consentirions à nouveau à donner notre argent à l’État, comme nous l’avons donné dans le passé, mais nous voulons savoir désormais en quelles mains il ira et quel usage en sera fait. Or, le gouvernement actuel nous inspire de très vives inquiétudes11 ».

49L’Ouest-Éclair ne fut rassuré que par la formation d’un quatrième ministère Poincaré, le 23 juillet 1926, où les radicaux acceptaient de se fondre – ou de se renier – dans une « Union Nationale ». Les capitaux rentrés, l’homme politique cher à Emmanuel Desgrées du Loû, mais beaucoup moins à l’abbé Trochu, gagna les élections d’avril 1928, et stabilisa le franc, le 24 juin 1928, au cinquième de sa valeur d’avant-guerre, ce qui ne satisfit peut-être pas tous les petits épargnants, lecteurs du grand quotidien breton.

50En même temps que L’Ouest-Éclair combattait le Cartel des gauches, il luttait contre un autre adversaire de toujours, l’Action Française. Une ténébreuse affaire, des affiches d’André Gaucher diffamant Léon Daudet imprimées par L’Ouest-Éclair, à l’insu peut-être de l’abbé Trochu et certainement d’Emmanuel Desgrées du Loû, avait entraîné, à partir du 5 mai 1923, polémique et procès entre les deux quotidiens. Très officiellement alors, l’imprimerie du journal imprima et diffusa auprès des autorités ecclésiastiques françaises et romaines une brochure de l’abbé Bricout : Un scandale, les romans de Léon Daudet qui dénonçait, textes à l’appui, l’immoralité de la littérature du « seul député qui se soit élevé à la tribune contre les lois laïques, expressément condamnées, qui ait dénoncé leur origine allemande et réclamé leur abrogation ». Lors d’une élection sénatoriale dans le Maine-et-Loire, en juin 1925, L’Ouest-Éclair, malgré sa faible diffusion dans le département, contribua beaucoup à faire battre le directeur de l’Action Française, pourtant soutenu par un Comité des catholiques de l’Anjou, par un républicain libéral, Anatole Manceau. Eugène Delahaye, dans Le Nouvelliste de Bretagne, stigmatisa « l’alliance honteuse des démocrates de L’Ouest-Éclair, des radicaux et des anticléricaux ». A la même époque, lors des fêtes du centenaire du Cardinal Lavigerie, il se garda de publier le passage d’une lettre où le Pape évoquait les « blâmes irréfléchis et inconsidérés » que le cardinal encourut des partis de droite pour avoir invité les catholiques français à se rallier au régime républicain.

51Le 27 août 1926, l’Aquitaine, bulletin religieux du diocèse de Bordeaux, publia une « réponse de son Éminence le Cardinal-Archevêque au sujet de l’Action Française ». Pie XI lui adressa le 5 septembre une lettre de félicitations. Parmi tous les reproches que faisait au mouvement royaliste le cardinal Andrieu, celui d’être « catholique par calcul et non par conviction » vengeait quelque peu les dirigeants de L’Ouest-Éclair, exposés depuis trente ans à la surenchère de leurs adversaires intransigeants. À vrai dire, un décret de la Congrégation de l’Index avait déjà condamné en janvier 1914, sept ouvrages de Maurras, mais Pie X avait décidé de surseoir à leur publication. Benoît XV, déjà si contesté en France pour ses tentatives de médiation durant la première guerre mondiale, n’avait pas rouvert le dossier. Pie XI n’avait pas les mêmes raisons de temporiser. Il aurait été alerté, s’il était nécessaire, par un référendum organisé en mai 1925 par les cahiers de la Jeunesse Catholique Belge. Le choix proposé était : « Parmi les écrivains des vingt-cinq dernières années, quels sont ceux que vous considérez comme vos maîtres » ? Maurras avait recueilli 174 voix, loin devant Barrès, Bourget, le Cardinal Mercier. À l’inquiétude d’une partie des milieux religieux belges devant cette emprise sur la jeunesse d’un philosophe athée, répondait celle d’une minorité de catholiques français. Le 24 août 1925 déjà, l’abbé Renaud bien renseigné par son travail à la nonciature, écrivit à Emmanuel Desgrées du Loû : « Vous ai-je dit que Rome avait demandé au cardinal Charost une intervention. La chose est certaine. Étant données sa dérobade et ses maladresses, on a renoncé à lui et retardé (jusqu’à quand ?) l’affaire ».

52Après le décret du Saint-Office, le 29 décembre 1926, publiant le texte même de la mise à l’index de sept livres de Maurras, de janvier 1914, et y ajoutant, de la main de Pie XI, la condamnation du journal L’Action Française, L’Ouest-Éclair publia les documents romains, mais montra une certaine retenue. Cela pouvait être dû, tant à la modération naturelle d’Emmanuel Desgrées du Loû, qu’au fait que, journal d’information, « L’Ouest-Éclair s’était interdit de faire irruption dans le domaine des discussions doctrinales, philosophiques ou théologiques qui n’étaient pas de sa compétence. » Les évêques bretons apposèrent leurs signatures le 8 mars 1927 au bas d’une déclaration de soumission au Pape de 148 cardinaux, archevêques et évêques de France et d’Algérie. Mais ils s’étaient auparavant efforcés de consoler les partisans du mouvement condamné, en soulignant plus fortement les mérites que les erreurs. Le cardinal Charost, dans La Semaine Religieuse du diocèse de Rennes rappela que l’Action Française « constitue le premier mouvement vaste et ordonné qui ait paru en France depuis l’Encyclopédie d’où sortit la Révolution, avec ses destructions immenses. L’Église n’oubliera pas cela, non plus que la courageuse et méritoire défense que Maurras fit d’elle et de son chef aux heures les plus troublantes de la conflagration mondiale ».

  • 12 L’Ouest-Éclair du 17 sept. 1928.

53L’évêque de St. Brieuc, Mgr Serrand, après s’être enfin décidé à publier l’allocution prononcée par Pie XI dans le Consistoire tenu le 20 décembre, y ajouta le commentaire suivant : « Nous ne doutons pas que sa parole ne soit accueillie dans le diocèse par les adhérents de l’Action Française dont, en toutes circonstances, il nous a été donné d’apprécier l’esprit de foi si profond, avec le respect filial et la pleine soumission qui lui sont dûs » avant de s’en prendre aux « mouvements et journaux qui sont, au contraire, tout à la joie des coups qui frappent l’adversaire ». Le 9 janvier 1928, La Gazette de l’Ouest, se félicitant du commentaire de l’évêque de St Brieuc, dénonça « les hurlements de joie poussés depuis plusieurs semaines par les démocrates de L’Ouest-Éclair ». Ce satellite de l’Action Française, après avoir accusé le journal de « démolir sans arrêt toutes les autorités sociales naturelles qui maintenaient dans nos campagnes (les villes sont perdues depuis longtemps) les anciennes traditions politiques de la Bretagne » allait jusqu’à prétendre « qu’Aristide Briand, l’homme de la Franc-Maçonnerie, est le véritable maître de L’Ouest-Éclair ». En réalité, si le directeur de la rédaction parisienne de L’Ouest-Éclair, L.A. Pagès, avait soutenu la politique locarnienne de Pie XI contre le général de Castelnau, Emmanuel Desgrées du Loû ne s’était rallié que tardivement et timidement à cette politique. Un autre rédacteur, René Pinon, s’était toujours montré réservé : « Les intentions de M. Briand et les objectifs de sa politique sont louables, mais il a, depuis le commencement, adopté une méthode de concession et d’indulgence qui ne réussit jamais avec les Allemands12 ».

54Dans une lettre à Pagès du 20 janvier 1927, l’abbé Trochu souligne parfaitement le bénéfice retiré par son journal de l’initiative du Vatican :

La condamnation de l’Action Française permettra aux catholiques, mais maintenant sur le terrain constitutionnel, de faire valoir utilement leurs droits au respect et à la liberté. Nous y travaillerons comme il convient à un journal que des catholiques inspirent, en employant des arguments bons à employer pour un organe républicain lu par des tas d’indifférents plus préoccupés de leurs intérêts que de croyance ou d’incroyance.

  • 13 Desgrées du Loû E. dans L’Ouest-Éclair des 6, 7 et 8 mai 1928.

55Cette politique de L’Ouest-Éclair reçut encore le renfort, peu avant les élections de 1928, du cardinal Gasparri : « L’Église a le droit de se défendre contre les partis qui réclament l’appui des catholiques dans l’intérêt – comme ils disent – de l’Église, et qui cherchent, en réalité, à s’appuyer sur l’Église pour le triomphe de leur cause. En outre, l’Église a le droit de demander aux catholiques, qui veulent l’être sincèrement, de mettre de côté leurs préférences personnelles pour telle ou telle forme de gouvernement ». Comme en 1924, l’Ouest élit une forte majorité de poincaristes. Par ailleurs, Emmanuel Desgrées du Loû11 put se féliciter de sa « campagne de libération » qui cinquante-trois ans après l’établissement du régime républicain avait conquis les « quelques circonscriptions que le vieux parti conservateur et les royalistes considéraient comme leur fief13 ».

56La droite catholique conservait encore en Bretagne une tribune. Le Nouvelliste n’avait cessé de dénoncer les trahisons de L’Ouest-Éclair, dont la plus grave était sa modération à l’égard de l’école laïque, « l’école du diable ». Sans avoir jamais appartenu à l’Action Française, son directeur, Eugène Delahaye, menait un combat parallèle au nom de « l’union des droites » contre la république franc-maçonne et la Société des Nations. Mais quelques jours après les élections, le 22 juin 1928, celui-ci était contraint de démissionner. Jules Dassonville, représentant dans le conseil d’administration du journal le groupe de la Presse Régionale, qui possédait la majorité des actions, s’opposa aux autres actionnaires, généralement des monarchistes bretons ou vendéens, et nomma un nouveau rédacteur en chef, l’abbé Jallier. Le compte rendu de l’Assemblée générale du 21 juin 1929 nota qu’à la demande des évêques de Bretagne, le Nouvelliste serait « rendu à son véritable rôle de journal catholique ». Il poursuivit dès lors une existence difficile, allant jusqu’à recevoir, à la demande du nouvel archevêque de Rennes, Mgr Mignen, une subvention de L’Ouest-Éclair. Le tournant du Nouvelliste, après la condamnation de l’Action Française et les élections législatives de 1928, assurait la victoire définitive de ce ralliement à la République pour lequel L’Ouest-Éclair avait combattu depuis sa fondation en 1899. Les évêques s’inclinèrent devant les directives romaines, plus aisément les nouveaux, soigneusement choisis par le nouveau nonce, Mgr Maglione, tel Mgr Mignen nommé archevêque de Rennes en juillet 1931, après la mort du cardinal Charost.

57Au même moment, l’union qui avait pu se maintenir, non sans tension, pendant trente ans à la direction de L’Ouest-Éclair, se lézardait. Le prétexte de la rupture fut la participation de Robert Bellanger comme secrétaire d’État à la Marine au Cabinet Chautemps, formé le 21 février 1930. L’entrée du député de Vitré, dont L’Ouest-Éclair venait d’assurer l’élection contre un conservateur catholique, dans un ministère présidé par un radical courtois et tolérant, mais membre éminent de la franc-maçonnerie, parut à ce point insupportable à Emmanuel Desgrées du Loû qu’il éleva une immédiate protestation : « Il reste de cette déplaisante aventure que nous avons été trompés. Il faut maintenant réparer l’erreur, ce sera la tâche de demain ». De Montpellier, le 27 février 1930, où il préparait la naissance d’un nouveau quotidien Sud, l’abbé Trochu défendit Robert Bellanger : « Pensez-vous qu’un catholique ou un libéral commette une faute en entrant dans un gouvernement radical ? Je suis persuadé au contraire qu’il n’est pas de moyen plus efficace pour détruire les préjugés qui ont survécu à nos luttes religieuses ».

58Au conflit de tempérament et d’idées entre les deux directeurs de L’Ouest-Éclair, s’ajoutait depuis quelque temps l’inquiétude des membres du Conseil de Surveillance devant les initiatives nombreuses et parfois imprudentes de l’Abbé Trochu. Après la perte de deux bateaux, consacrés sans succès à la pêche à la morue, l’abbé, voulant disposer de son papier, avait fondé les Papeteries de Bretagne dans lesquelles L’Ouest-Éclair engloutit vingt-six millions de francs.

59Saisissant l’occasion, Mgr Charost, après avoir reçu une lettre du nonce lui laissant la liberté d’agir comme il l’entendait, convoqua l’abbé Trochu. L’administrateur et cogérant (depuis le 20 mars 1917) de L’Ouest-Éclair refusa de paraître partir de son plein gré et écrivit le 24 juin 1930 à Emmanuel Desgrées du Loû : « Le cardinal Charost m’a donné l’ordre de quitter L’Ouest-Éclair, j’obéis. Veuillez en prendre acte ».

60La victoire des bourgeois républicains sur les abbés démocrates (Trochu, Crublet, Grindorge-Geffriau, Mancel) qui, avec leurs syndicats de cultivateurs cultivants, affranchis de la tutelle des propriétaires, rêvaient, à l’instar de Desgrées du Loû, de compléter la démocratie politique par une démocratie sociale, ne fut complète qu’après une sévère bataille à l’intérieur du journal. Le décès subit, le 22 novembre 1931, de l’industriel et homme politique Louis Loucheur, qui se proposait de prendre le contrôle de L’Ouest-Éclair pour l’orienter plus à gauche, amena les partisans de l’abbé Trochu à vendre leurs actions. Après la mort d’Emmanuel Desgrées du Loû, le 17 février 1933, l’administrateur et nouveau gérant, Pierre Artur, et le Président du Conseil de Surveillance, Jean des Cognets, appuyés sur un solide groupe d’actionnaires, anciens et nouveaux, parvinrent à redresser la situation morale et financière. Malgré la crise et la concurrence d’un quotidien de gauche, L’Ouest-Journal qui ne se maintint que de 1931 à 1936, L’Ouest-Éclair accrut sa diffusion quotidienne de 100 000 exemplaires, passant de 150 000 à 250 000. C’était à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le premier organe de la presse régionale française.

Notes

1 Lettre de l’abbé Crublet à Mgr Vanneufville du 10 août 1930.

2 Semaine religieuse de St Brieuc des 28 juillet, 4 et 11 août 1899.

3 Glorieux Louis (abbé), (1867-1925) correspondant romain de La Croix et d’autres journaux.

4 desgrées. du loû Emmanuel, « Les Illusionnistes » (21 août 1906).

5 En visite ad limina à Rome, le cardinal Labouré, archevêque de Rennes, demanda et obtint en janvier 1905 de la Secrétairerie d’État un démenti formel quant à une supposée lettre de soutien à l’abbé Trochu et à L’Ouest-Éclair. Archivio Segreto Vaticano, Segretaria di Stato/ep. mod./rubr. 283/fasc. 1.

6 Procès verbal de la séance du 5 nov. 1905 du Conseil de Surveillance de la Presse Régionale de l’Ouest.

7 Un évêque breton, 18 janv.1908.

8 Desgranges (abbé), Carnets intimes, p. 362, 17 octobre 1913.

9 Dansette Adrien, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. II, p. 507.

10 La répartition proportionnelle scolaire était une revendication des partisans de l’enseignement catholique : des subsides publics au prorata du nombre d’élèves.

11 L’Ouest-Éclair des 2 et 6 novembre 1924, cité par Edouard Herriot dans Jadis, t. II.

12 L’Ouest-Éclair du 17 sept. 1928.

13 Desgrées du Loû E. dans L’Ouest-Éclair des 6, 7 et 8 mai 1928.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540