Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L'Ouest-Éclair

 | 
Michel Lagrée
, 
Patrick Harismendy
, 
Michel Denis

Première partie. Le contexte

Chapitre 4. L’Ouest-Éclair et la vie politique du bassin rennais avant 1914

Patrick Harismendy

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

1Fondé financièrement grâce à un réseau de souscripteurs répartis surtout dans le Morbihan et les Côtes-du-Nord, L’Ouest-Éclair n’en demeure pas moins un périodique enraciné dans les réalités économiques et politiques de la métropole bretonne. La connexion avec cet espace de référence peut donc être d’autant moins occultée que les premiers pas du quotidien se sont produits dans un environnement hostile. La singularité des engagements du journal, dès ses débuts, se trouve en effet contrariée par le choc frontal entre, d’un côté l’archevêché – aidé du Journal de Rennes et du Nouvelliste de Bretagne – de l’autre la municipalité et ses Nouvelles Rennaises. De ce fait, le modérantisme d’Emmanuel Desgrées du Loû et de l’abbé Trochu s’accompagne, comme c’est souvent le cas pour des positions intermédiaires, d’une incompréhension des deux parties.

2Pour vivre, puis survivre, le journal fut donc amené, tout en respectant les impératifs de sa conscience, à développer une stratégie éditoriale lui assurant, au fil des années, une légitimité d’expression inconnue jusqu’alors. Or, cette mutation ne s’est pas accomplie sans douleurs ni renonciations, partielles, aux espoirs initiaux. Au reste, les inflexions du sous-titre arboré en disent long. « Journal quotidien d’informations politique, littéraire et commercial » jusqu’en 1900, « Journal quotidien d’information » en 1901, la fusion en 1902 avec L’Étoile de la Mer introduit le vocable de « Journal républicain de la Bretagne et de l’Ouest », complété de 1906 à 1908 de l’adjectif « quotidien ». Enfin, de 1908 à 1914 le sous-titre disparaît, pour renaître jusque 1926 sous la forme de « Journal républicain quotidien ». Ce balancement entre les deux missions que le quotidien s’est assigné – l’information et la promotion des idées démocrates chrétiennes – s’est-il pour autant traduit par une dépolitisation, tout du moins sur le terrain strictement électoral, comme on serait tenté de le penser avec l’accalmie des années 1908-1913 ? Rien n’est moins sûr, car c’est toute la singularité, humaine et politique rennaise qui se trouve en arrière-plan. Essayons d’en comprendre désormais le mécanisme au travers d’une chronique électorale qui, pour un peu fastidieuse qu’elle est, n’en demeure pas moins le meilleur baromètre qui soit.

Un premier test, les élections municipales de mai 1900

3La situation des forces politiques rennaises au début du xxe siècle est particulièrement complexe. En l’absence de partis officiels – situation commune à toute la France – seuls des comités électoraux, à la fois influents et difficiles à repérer, occupent le paysage et préparent les échéances électorales.

  • 1 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (abré. ADIV), 1 m 149. Prospère avoué vitréen, né en 18 (...)
  • 2 ADIV, 3 m 554 et Archives municipales de Rennes (abré. AMR), K 54.

4À gauche, existent deux réseaux avant l’émergence des mouvements radicaux-socialistes et socialistes. Le plus ancien, le « Comité progressiste », relais des efforts de la politique modérée de Méline au gouvernement, naît en juin 1896 à l’initiative de Poulain (maire de Rennes). Mais en 1899, son contrôle est passé aux mains de Le Hérissé assisté de Lajat. Organe essentiellement rennais et de couleur incertaine, il entre en concurrence avec le maillage des « comités républicains » de Vitré ou de Montfort, chapeautés par le « Comité républicain démocratique d’Ille-et-Vilaine », animé par le sénateur Garreau, par ailleurs maire de Vitré1. Au centre-droit, le « Comité des républicains libéraux et patriotes », est l’émanation d’une partie des anciens groupements républicains modérés, mais rejetés à droite par leur anti-dreyfusisme. Dirigé par Pinault, il bénéficie de l’appoint de cadres, souvent formés dans le républicanisme le plus authentique, qui illustrent l’opposition d’une part notable de la population rennaise au procès de Rennes. Quant aux forces conservatrices traditionnelles, la recomposition des avatars de « l’Union des droites » dans « l’Union nationaliste libérale » abrite aussi bien les libéraux indépendants emmenés par Brager de la Villemoysan, que les anti-dreyfusards se revendiquant tels comme Charles Oberthür2.

  • 3 ADIV, 1 m 142 C et 1 m 147, rapports du 27 mars et 4 avril 1899. On y évoque « M. Degrais-Duloup ( (...)
  • 4 Vadot Claude, Mes Mémoires, ms. 1643, bibliothèque municipale de Rennes, cahier 6 (à partir d’Anne (...)

5Or la stabilité des équipes dirigeantes, mais changeant souvent d’étiquettes, prolonge souvent des inimitiés nourries avec les dirigeants de L’Ouest-Éclair depuis le milieu des années 1890. Lors d’une cantonale partielle dans le Nord-ouest de Rennes en 1898, L’Écho de l’Ouest s’est fait un ennemi de taille en la personne de Brager de la Villemoysan, « ni républicain, ni rallié » (20 février 1898), combattu au profit de Poulin, républicain modéré. L’année suivante, l’engagement de l’abbé Trochu aux côtés des grévistes de la chaussure à Fougères provoque les craintes du républicain Garreau, combattu aux législatives de 1898, qui le fait surveiller par le sous-préfet3. Pour les municipales de 1900, Charles Bodin, professeur d’économie à la faculté de Rennes, gendre de Le Bastard et membre de l’équipe dirigeante de L’Ouest-Éclair, s’aliène tout à la fois Lajat et Pinault en les étrillant dans le quotidien4.

  • 5 Lanon Ronan, Les « Petits journaux » de l’abbé Trochu, mémoire de maîtrise, Rennes 2, 1999.

6Cette attitude d’opposition assez systématique aux forces en présence s’explique, pour partie, par l’illusion des dirigeants de L’Ouest-Éclair à pouvoir fédérer dans le bassin rennais les catholiques républicains. Pourtant, l’expérience de 1897-98 aurait dû servir de leçon. À cette date, en effet, Emmanuel Desgrées du Loû, Émile Cary, Jean Salmon et les abbés Naudet et Trochu avaient créé, à partir des conférences populaires, le noyau du « Comité de l’Union Nationale » – sur le modèle du « Comité national » de l’abbé Garnier, fondé en 1893 – puis le « Comité des catholiques constitutionnels d’Ille-et-Vilaine » investi le 4 novembre 1897. Or, les consignes de vote, en dépit de campagnes très ardentes du quotidien démocrate-chrétien, ne furent pas suivies5. Les dirigeants de L’Ouest-Éclair, manifestement désunis en 1900, soutinrent finalement Lajat – du bout des doigts – et non Pinault qui avait bénéficié de leur appoint aux législatives de mai 1898. Alors battu par Le Hérissé, il emporta les municipales de 1900. Par conséquent, la campagne de 1900, dominée par l’ombre portée de l’Affaire Dreyfus plus que par la question religieuse alors en sommeil, illustre l’évanescence d’une direction réellement politique du journal, pris en divers feux et conservant ses pratiques de tribune libre. Les disparités d’opinion, liées aux nuances de sensibilité de l’équipe dirigeante posent évidemment le problème du positionnement électoral, plus que politique, du quotidien à l’égard du public.

La confusion des années 1901-1903

7D’autres échéances électorales, avec pratiquement les mêmes acteurs, renforcent l’impression de décousu. La sénatoriale de janvier 1901 met en présence trois candidats. Maugère, déjà combattu aux législatives de 1898, maire de Bourgbarré, bénéficie non seulement du soutien des comités républicains, mais s’appuie avant tout sur le très puissant « Syndicat des agriculteurs d’Ille-et-Vilaine » dont il est à l’origine, tout comme Garreau. Pour ces raisons, L’Ouest-Éclair lui préfère la pâle figure du général de Saint-Germain, natif de Mordelles, conservateur, qui se présente sur un programme standard de défense des libertés religieuses et l’emporte par 585 voix contre 516 à Maugère. Quant au malheureux Pinault, parti dans la course avant les autres, le journal lui retire son soutien initial, preuve tout à la fois d’un certain gyrovaguisme des alliances et du rôle encore décisif à l’époque des confessions de foi qui, jusqu’au bout, sont soupesées par les électeurs d’une république encore très proclamatrice.

8Reste que la victoire du général de Saint-Germain peut être tenue comme un succès personnel de L’Ouest-Éclair, seul quotidien avec Le Journal de Rennes à l’avoir appuyé. Dans un éditorial du 10 janvier 1901, Emmanuel Desgrées du Loû justifie cette alliance avec la droite modérée à un moment où la fin de l’illusion monarchique, du boulangisme et de l’Affaire Dreyfus ne nécessite plus le recours à la vieille formule de « concentration républicaine ». Or, Maugère paraît incarner cet archaïsme d’un front large de défense républicaine allant des radicaux aux ex-boulangistes (dont Le Hérissé) en passant par les loges. En somme, l’absence d’un candidat républicain non radical conduit, par défaut, au choix du général de Saint-Germain. Car, pour autant, le journal de la rue de la Chalotais continue à en appeler aux « républicains libéraux », « aux hommes de droiture et de bon sens, à l’immense majorité des délégués républicains d’Ille-et-Vilaine » (11 janvier 1901). Et l’on peut mesurer l’écho national de telles déclarations lorsque Méline commet un long article louangeur des engagements rennais dans La République (15 janvier).

  • 6 AMR, K 33. Contrairement à ce qu’il laisse entendre dans ses Souvenirs (AMR, 9 Z, vol. dactyl., p. (...)
  • 7 Delourme, op. cit., p. 68-69.

9Est-ce à dire que L’Ouest-Éclair est devenu un organe progressiste teinté de catholicisme ? Les élections législatives de 1902 peuvent en donner l’illusion pour Rennes avec l’intervention décisive en faveur de Le Hérissé. Le bizarre de la situation s’explique par l’opposition assez irréductible que Le Hérissé avait menée contre le cabinet Waldeck-Rousseau et notamment la loi sur les associations. Mais, à fronts renversés par rapport à 1901, le désir de combattre encore une fois Brager de la Villemoysan ne peut être écarté. L’élection cantonale de 1901 avait stigmatisé la violence des oppositions d’hommes à hommes et de journal à journal. De fait, Brager de la Villemoysan, soutenu par le tout nouveau Nouvelliste de Rennes s’était imposé face à Bodin de L’Ouest-Éclair et à Jean Janvier6, investi par le Petit Rennais. Lors des législatives de 1902, ces deux titres rivaux nouent donc une alliance contre l’ennemi commun représenté par le courant du Nouvelliste. Le passage de Le Hérissé, escorté de Jean Janvier, au siège de L’Ouest-Éclair immédiatement après la proclamation des résultats (27 avril 1902) ne doit pourtant pas occulter que, partout ailleurs en Bretagne, le journal soutint des candidats monarchistes, à tout le moins conservateurs ; même chose lors de sénatoriales dans le Finistère en 1903 et 1904 où les républicains, même très modérés, ne sont pas soutenus7.

1904, l’année de tous les dangers

10La singularité du jeu électoral – et parfois si acrobatique, – de L’Ouest-Éclair à Rennes se retrouve aux consultations de 1904, notamment en raison des nouvelles formes d’organisation politique qui se font jour tant au plan local que national. À Rennes s’est constituée depuis 1904 une section de « L’Alliance libérale populaire », dirigée par Brager de la Villemoysan, Pinault ou Lejeune. Or, les premiers pas, en 1901, du mouvement de Jacques Piou avaient été célébrés par L’Ouest-Éclair et surtout par L’Écho de L’Ouest qui subsistait encore comme hebdomadaire, essentiellement politique. Face à la menace d’un tel recentrage d’anciens monarchistes, la direction de L’Ouest-Éclair réagit en deux temps.

  • 8 ADIV, 1 m 151 et AMR, K 54.

11À la veille des élections fut envisagée la création d’un « Comité républicain libéral », finalement mort-né le 17 mars 1904, qui devait faire barre à « L’Union républicaine et libérale » voulue par Pinault comme une plateforme possible des républicains libéraux et des conservateurs. Ne pouvant s’entendre avec Pinault sur ce point, Bodin et Cary parvinrent cependant à lui arracher, par l’entregent de Charles Oberthür, qu’en contrepartie du soutien de L’Ouest-Éclair, Brager de la Villemoysan soit écarté8. De fait, la liste des « républicains libéraux » l’emporta les 1er et 8 mai sur la « Concentration républicaine » de Lajat et Janvier soutenus sur leur gauche par « L’Union républicaine socialiste ».

12Entre temps avait inopinément disparu le sénateur de Rennes, Guérin, qu’il convenait de remplacer. L’Ouest-Éclair est alors pris au dépourvu. Car, cette fois, Brager de la Villemoysan, officiellement investi par « L’Alliance libérale populaire d’Ille-et-Vilaine », aidé des réseaux du Nouvelliste et de Pinault, ne peut plus faire l’objet d’un chantage à l’exclusion. Il s’impose donc sans mal le 15 mai 1904 par 627 voix contre 507 à Martin-Métairie, le candidat républicain. Ce revers du quotidien démocrate-chrétien, suivant d’aussi près l’illusoire victoire aux municipales, suscita le commentaire sévère, mais finalement juste, de L’Avenir de Rennes qui écrivait le 17 mai 1904 : « Le parti de L’Ouest-Éclair n’existe pas à Rennes. La démonstration est péremptoire. Le journal est lu parce qu’il est bien fait, mais il n’a aucune influence politique ».

  • 9 ADIV, 3 m 372.
  • 10 Vadot, Mes mémoires, cahier 12, p. 43-47 et 64.

13Le bilan du printemps 1904 est finalement multiple. Sur le plan politique, comme le note le préfet dans un rapport du 18 avril, « le comité de L’Ouest-Éclair continuant plus que jamais à se dire républicain s’est affilié au groupe de la » Fédération républicaine « fondé par M. Motte, député de Roubaix, en déclarant accepter le programme politique développé par M. Ribot »9. En d’autres termes, dès avant les élections, le quotidien avait définitivement rompu avec « L’Alliance libérale populaire » et s’était rattaché, sans ambiguïté, aux progressistes, ainsi qu’en témoignent divers articles ultérieurs en faveur de Ribot, opposant déterminé à la Séparation des Églises et de l’État (6 mai 1905). Cette évolution que l’on pressentait déjà vers le centre-gauche dès 1901 doit aussi beaucoup à la crise de la presse républicaine rennaise qui, entre février et mars 1904, perd coup sur coup Le Petit Rennais et Le Réveil breton, laissant ainsi le champ beaucoup plus libre au Nouvelliste et à L’Ouest-Éclair « qui disposent de capitaux plus importants »10, mais se retrouvent aussi au coude à coude sur un segment éditorial et politique voisin. On comprend mieux, alors, la victoire de Brager de la Villemoysan, paradoxalement préféré par un certain nombre d’électeurs sénatoriaux républicains, de crainte de laisser se constituer ce « parti de L’Ouest-Éclair » évoqué par L’Avenir. Par conséquent, c’est moins à la stratégie d’Emmanuel Desgrées du Loû et de l’abbé Trochu que doit être attribuée la défaite de Martin-Métairie qu’aux suspicions d’une frange influente du personnel républicain, culturellement incapable, ou tout du moins non préparé, à accueillir en son sein ces électrons libres de démocrates- chrétiens.

De la Séparation aux municipales de 1908

  • 11 Martineau Maud, Une crise à L’Ouest-Éclair : la Séparation des Églises et de l’État (janvier 1905 (...)

14En dépit de ces revers, ou peut-être grâce à eux, L’Ouest-Éclair inaugure dès l’été 1904 une lente dépolitisation de ses éditoriaux, se concentrant sur l’actualité locale qui lui va si bien. La menace de plus en plus précise de la Séparation, hors de toute échéance électorale, ramène toutefois les questions politiques sur le devant de la scène. L’attitude du journal fut dans un premier temps conforme à ses origines. De février à octobre 1905, la condamnation du projet de loi s’organisa autour des thèmes récurrents de la trahison aux engagements antérieurs, de la paupérisation des paroisses déjà fragiles, et de l’obéissance à l’autorité vaticane11. Mais par deux articles décisifs, l’un du 23 novembre, l’autre du 5 décembre 1905, Emmanuel Desgrées du Loû posait les nouveaux termes du débat. D’une part, les catholiques, fussent-ils profondément blessés, ne devaient pas retomber dans les bras de la réaction ; d’autre part, la loi étant votée, son « essai loyal » pouvait présenter, finalement, des avantages. Or, même durant la crise des inventaires – dont la maladresse et l’injustice furent évidemment critiquées, – L’Ouest-Éclair, très conscient des risques de retour à une guerre religieuse, conserva cette difficile, mais courageuse, attitude pédagogique d’appels incessants au calme tout en stigmatisant le « parti de l’agitation qui prétend imposer aux évêques et aux curés sa manière de voir » (1er février 1906). Et le lendemain, devant l’assaut de violences, Emmanuel Desgrées du Loû pouvait encore écrire : « Aujourd’hui, je me sens humilié dans ma fierté de catholique ».

  • 12 Méril Joseph, Les élections législatives en Ille-et-Vilaine (1898-1914), mémoire de maîtrise, Renn (...)
  • 13 Journal de Rennes, 7 mai 1906.

15Évidemment incomprise des états-majors conservateur et républicain – un peu moins toutefois – la position de L’Ouest-Éclair prend un autre sens lors des élections législatives de mai 1906. Pour Rennes, l’acceptation ou le rejet de la Séparation apparaît comme l’enjeu majeur de ces échéances12. Mais en pleine discussion de la loi, deux articles parus les 11 et 18 novembre, signés Jean Plémy, annonçaient la voie républicaine que suivrait le journal pour concilier « la conscience et la loi » (25 février 1906). Entre Le Hérissé, de nouveau candidat et qui a pourtant voté la Séparation, et Charles Oberthür, L’Ouest-Éclair soutient, très discrètement, le premier (6 mars 1906) qui l’emporte au second tour. Mais pour Le Nouvelliste ou Le Journal de Rennes, il ne fait aucun doute que la défaite de leur champion incombe à « ces jeunes catholiques subordonn[ant] l’intérêt de la religion à la rancune de leur parti, [à] ces étranges libéraux mesur[ant] la limite de leur concours à l’étroitesse de leur credo politique »13.

  • 14 ADIV, 4 m 51.

16La réaction de ce que l’on peut désormais appeler le « parti catholique » rennais devient alors d’autant plus naturelle avec l’arrivée de Mgr Dubourg. Cet épisode bien connu du conflit prenant l’abbé Trochu pour cible n’a pas à être ici rappelé. En revanche, il n’est pas insignifiant de noter que L’Ouest-Éclair n’avait pas recherché l’affrontement, comme en témoigne la présence – soulignée, dans tous les sens du terme, par le préfet dans un rapport au Ministre de l’Intérieur – d’Emmanuel Desgrées du Loû à l’intronisation du nouveau prélat rennais14. Mais signe annonciateur de la crise, seules les rotatives du Nouvelliste furent bénies par le vicaire général, Durusselle. Surtout, à partir de 1907 – la tension culminant avec l’interdiction faite au clergé d’assister au congrès rennais du « Sillon » du 1er au 3 avril – la radicalisation des positions s’exprime, notamment à droite, par le glissement d’une partie de l’état-major de l’ALP rennaise vers « l’Action Française », dont l’interface est La Lande d’Olce. De ce fait, Jean Salmon qui était sans doute le dernier point de passage entre Le Nouvelliste et L’Ouest-Éclair car, dans l’ardeur de sa foi, il continuait à côtoyer, par exemple lors des Fête-Dieu, le personnel de l’organe rival, se retrouve privé d’accès à l’évêché.

  • 15 ADIV, 1 m 142.

17Or, ce raidissement de la droite s’accompagne au même moment d’une réorganisation de la gauche. Le passage faussement inopiné à Rennes du sous-secrétaire d’État à la guerre, Chéron, en décembre 1906, donne l’occasion d’un grand banquet républicain qui scelle l’alliance électorale de toutes les formations allant des progressistes aux socialistes. Si le journal n’accorde qu’un discret écho à ces conciliabules, il est en revanche avéré qu’il épaule ce rassemblement. Dès octobre 1906, le préfet notait en effet dans un rapport que L’Ouest-Éclair semblait « depuis quelques semaines chercher une nouvelle voie et ne serait sans doute pas très éloigné de faire une conversion à gauche s’il était assuré d’y trouver une clientèle sérieuse »15. Justement, dans les mois qui suivent, si lors de deux sénatoriales partielles les candidats de l’ALP l’emportent, la défaite de Brager de la Villemoysan et d’Étienne Pinault (le fils du maire de Rennes, député de Montfort) aux cantonales du 28 juillet 1907 situe désormais la majorité du Conseil général à gauche. Ce mouvement qui se poursuit jusqu’en octobre démontre finalement tout le bien-fondé de l’attitude atypique de L’Ouest-Éclair, dont la modération depuis la crise des inventaires est justement célébrée par la préfecture, et donc l’État qui découvrent, enfin, qu’on peut être catholique et bon républicain. Le Congrès de la jeunesse catholique bretonne tenu à Rennes les 23 et 24 novembre 1907, animé par les ténors de la droite traditionnelle, fixe alors les grandes lignes du programme électoral, à forte connotation sociale, des municipales de 1908.

18Cette reconversion tardive sur les brisées de L’Ouest-Éclair ne suffit évidemment pas pour conférer aux anciens monarchistes une nouvelle légitimité. Mais aux lendemains des élections qui portent Jean Janvier à la mairie de Rennes grâce à la constitution d’une liste de « gauche plurielle », Emmanuel Desgrées du Loû observe avec finesse que 1908 marque la fin d’une époque. Car sortant « des luttes politiques et religieuses – des luttes religieuses envisagées d’un point de vue électoral [on entre] dans les luttes sociales », le suffrage universel a « clairement indiqué qu’il refusait désormais de se prêter à toute politique suspecte de compromission avec la Droite ». En somme, la légitimité du régime est enfin acquise. À cet égard, la contribution de L’Ouest-Éclair est certaine. Mais si l’on ne peut contester la justesse des analyses d’Emmanuel Desgrées du Loû à cet instant, la fin de son article démontre que les vieux démons des modérés, à savoir la constitution d’une troisième – et pourtant impossible – voie demeure comme l’objectif à atteindre : « Laissons les morts ensevelir leurs morts et de la bonne terre républicaine où la Providence nous appelle, continuons de creuser patiemment, joyeusement et avec confiance, le sillon de la justice et de l’humaine fraternité ».

Une dérive des modérés ?

  • 16 Le Metayer J., Jean Janvier, maire de Rennes de 1908 à 1923, mémoire de DES, Rennes, sd.

19Passés les premiers mois de polémique, courtoise mais réelle, avec le nouveau maire de Rennes dont le programme de modernisation urbanistique n’est pas sans éveiller ses inquiétudes, L’Ouest-Éclair cesse ses attaques16. Il ne s’agit pas d’un brusque désintérêt pour la vie politique de la métropole rennaise. Mais tout simplement l’aveu implicite que la dimension sociale, si présente dans l’action de Janvier, correspond bien aux attentes du journal de la rue du Pré-Botté. Jusqu’en 1913, L’Ouest-Éclair semble donc suivre une ligne éditoriale et politique assez cohérente. Ainsi, aux élections législatives de 1910 – élections certes très peu disputées dans tout le département – le journal apporte-t-il son soutien à Le Hérissé. Celui-ci ayant refusé d’appuyer au Parlement le projet de loi sur les retraites ouvrières en faveur desquelles il s’était pourtant engagé auprès des ouvriers rennais en 1906 lui aliène leurs voix ; mais c’est insuffisant pour le battre. Quant à la droite fédérée dans « L’Union des Catholiques d’Ille-et- Vilaine », l’atténuation de la politique anticléricale de l’État depuis 1906 la laisse sans ressource électorale.

20Or, avec l’entrée de Le Hérissé au Sénat en 1913, tout change. Girouette politique, mais manœuvrier hors pair, cet autoritaire bon enfant capable d’apprécier comme pas un les moindres inflexions de sa majorité électorale pouvait rechercher d’une consultation à l’autre des appuis décisifs, tantôt aux franges du socialisme, tantôt aux lisières du monde conservateur.

21Surtout, ses foucades périodiques et l’atavisme de ses engagements jamais tenus, le rendaient finalement assez inoffensif. Le dauphin qu’il investit, le jeune avocat rennais Deschamps, avait toutes chances d’être, par la modération de son profil, un successeur tout aussi acceptable pour L’Ouest-Éclair. Renouant alors avec ses pratiques du début du siècle, le quotidien préfère s’abstenir de toute intervention le 31 août 1913. De fait, le score obtenu par Deschamps, supérieur à ceux de Le Hérissé, démontre qu’une partie du prolétariat rennais l’a reconnu comme un des siens. Et à la Chambre, brutalement partagée autour des deux questions brûlantes de l’impôt sur le revenu et du service militaire de trois ans, Deschamps prend ostensiblement le parti des radicaux et des socialistes, derrière Caillaux et Jaurès, contre les progressistes de Barthou et Briand, faute majeure pour L’Ouest-Éclair (7 avril 1914).

22Les législatives de 1914, en divisant autant le paysage politique et donc l’opinion, deviennent des élections de combat. Candidat évidemment impossible pour le quotidien modéré – désormais bien implanté dans le dispositif de la « Fédération des gauches », – Deschamps se voit préférer Thuau, pâle décalque de Pinault, industriel tout comme lui. De la sorte L’Ouest-Éclair rappelle la vocation marchande de la métropole bretonne par le désir de soulever les commerçants contre les « partageux ». Par ailleurs, cléricaux et conservateurs finissent par donner leur crédit au candidat du « Comité républicain progressiste d’Ille-et-Vilaine » se présentant sous l’égide de « l’Alliance républicaine démocratique ». En un sens, le journal de la rue du Pré-Botté est parvenu à s’imposer comme vecteur de la seule alternative politique de l’avant-guerre en attirant à lui la droite traditionnelle. Le résultat des élections, à l’issue d’une campagne empreinte, de part et d’autre, de violences verbales, donne pourtant tort aux modérés. Certes, Thuau fait aussi bien que Deschamps au premier tour, mais le retrait du candidat socialiste – retrait que la direction du journal a essayé par tous les moyens d’empêcher, notamment par des négociations au plus haut niveau, c’est-à-dire à la direction de la SFIO – n’y change rien. Thuau est finalement battu, et L’Ouest-Éclair sort de cette consultation comme le grand perdant.

23De la perspective cavalière que l’on a tenté de dessiner ressort, en apparence, le caractère erratique des prises de position politique de L’Ouest-Éclair dont l’électoralisme serait la pierre angulaire des engagements. Ce serait pourtant méconnaître leur caractère profondément novateur. Pièce adventice d’un puzzle politique complexe et dominé par de puissantes personnalités rennaises au début du siècle, le journal a tenté, parfois avec succès, souvent dans l’échec, de donner sa marque au débat. Très isolé dans ses premiers cheminements, attaqué de part et d’autre, vu avec suspicion par tous, il aurait sans doute pu se contenter de n’être qu’un journal d’information, abstentionniste ou pratiquant la « neutralité bienveillante », que tous les observateurs gouvernementaux, conscients de sa qualité intrinsèque, auraient bien voulu lui assigner. Dans cette « aventure de presse », il y a donc eu des prises de risque, peut-être disproportionnées avec l’assise financière du titre, mais qui ont contribué à forger son ton. Surtout, le modérantisme qui s’est fait jour à la fin de 1905, dans le contexte troublé de la Séparation a finalement bien accompagné le ralliement massif de l’Ouest à la République. Que les législatives de 1914 se concluent par 50 un échec complet ne peut être récusé. Mais à la différence de la décennie précédente, L’Ouest-Éclair s’est bien affirmé comme le seul quotidien rennais susceptible de modérer le gauchissement de la vie politique locale. En fédérant derrière lui une part notable de la droite traditionnelle, il ne glisse pas, pour autant, de ce côté de l’échiquier. Il subit simplement, comme tous les modérés, un déplacement de la ligne de partage entre les partis.

Notas

1 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (abré. ADIV), 1 m 149. Prospère avoué vitréen, né en 1852, Garreau fut « dédommagé » du sacrifice qu’il consentit aux législatives de 1893 contre Le Gonidec de Traissan, en entrant au Sénat en 1897. Il y joua un rôle de tout premier plan comme secrétaire de « l’Union républicaine », et désigné à ce titre comme secrétaire du Sénat.

2 ADIV, 3 m 554 et Archives municipales de Rennes (abré. AMR), K 54.

3 ADIV, 1 m 142 C et 1 m 147, rapports du 27 mars et 4 avril 1899. On y évoque « M. Degrais-Duloup (sic), publiciste à Rennes ».

4 Vadot Claude, Mes Mémoires, ms. 1643, bibliothèque municipale de Rennes, cahier 6 (à partir d’Anne Le Paul, Un diariste catholique et républicain : Claude Vadot, secrétaire général de la mairie de Rennes, mémoire de maîtrise, Rennes 2, en cours).

5 Lanon Ronan, Les « Petits journaux » de l’abbé Trochu, mémoire de maîtrise, Rennes 2, 1999.

6 AMR, K 33. Contrairement à ce qu’il laisse entendre dans ses Souvenirs (AMR, 9 Z, vol. dactyl., p. 35 et sq.), ce n’est pas en 1905, au moment où il abandonne son entreprise de BTP, que Janvier s’engage en politique.

7 Delourme, op. cit., p. 68-69.

8 ADIV, 1 m 151 et AMR, K 54.

9 ADIV, 3 m 372.

10 Vadot, Mes mémoires, cahier 12, p. 43-47 et 64.

11 Martineau Maud, Une crise à L’Ouest-Éclair : la Séparation des Églises et de l’État (janvier 1905 – février 1906), mémoire de maîtrise, Rennes 2, 1998.

12 Méril Joseph, Les élections législatives en Ille-et-Vilaine (1898-1914), mémoire de maîtrise, Rennes 2, 1974.

13 Journal de Rennes, 7 mai 1906.

14 ADIV, 4 m 51.

15 ADIV, 1 m 142.

16 Le Metayer J., Jean Janvier, maire de Rennes de 1908 à 1923, mémoire de DES, Rennes, sd.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540