Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ouest-Éclair

 | 
Michel Lagrée
, 
Patrick Harismendy
, 
Michel Denis

Première partie. Le contexte

Chapitre 3. Le paysage de la presse rennaise en 1899

André Hélard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 cf. Cardot Charles A, « La presse rennaise sous la IIIe République », Le Mémorial des Bretons, tom (...)
  • 2 cf. Hélard André, « Tout est dans le plus grand calme », Les représentations de l’Affaire Dreyfus (...)

1Quatre quotidiens : Le Journal de Rennes, Le Patriote Breton, Le Petit Rennais, L’Avenir de Rennes, et huit hebdomadaires : Le Courrier de Rennes, Le Patriote hebdomadaire, Le Bonhomme Breton, La Dépêche Bretonne, L’Avenir hebdomadaire, L’Écho de l’Ouest, Le Courrier Breton, Les Nouvelles rennaises : à la veille de la naissance de L’Ouest-Éclair, le lecteur rennais a le choix entre quatre quotidiens et huit hebdomadaires1 ! Extraordinaire diversité ? Un peu moins qu’il ne le semble à première vue : les cinq premiers hebdomadaires ne sont que l’émanation (et/ou le résumé) des quotidiens, L’Écho de l’Ouest est la « préfiguration » hebdomadaire de L’Ouest-Éclair, enfin Le Courrier Breton (monarchiste) a une audience très réduite. Seules Les Nouvelles rennaises républicaines et anticléricales, justifieraient une analyse, par l’importance de leur tirage (13 000 exemplaires annoncés en 1899) et par leur position originale pendant le Procès Dreyfus2, mais pour respecter les limites de cette étude, il ne sera question ici que des quatre quotidiens.

  • 3 Pour une étude plus détaillée de la presse rennaise face au procès Dreyfus, voir Colette Cosnier e (...)

2Au premier coup d’œil tous ces journaux de quatre pages se ressemblent. À la une, à côté de l’éditorial, on trouve des extraits des principaux titres de la presse nationale offerts à l’approbation ou à la réprobation des lecteurs, et un feuilleton dont le style varie moins d’un journal à l’autre que la publicité qui occupe la quatrième page : les uns vantent telle bicyclette « spéciale pour ecclésiastiques » ou telle librairie « spécialisée dans les missels » que l’on chercherait vainement chez les autres. En page 2 ou 3, la chronique locale se réduit parfois à « un fou de Saint-Méen (qui) s’est baigné place du Palais » ou « une vache (qui) vagabonde place de Bretagne » : faute d’élections en 1899, il faut les répercussions sur Rennes de l’Affaire Dreyfus3 pour qu’elle se développe notablement. Plus que ces informations locales, ce sont les éditoriaux qui nous révèlent les partis pris politiques des « publicistes » qui les rédigent, et permettent de dessiner un tableau de la presse quotidienne rennaise.

3À première vue les choses sont aussi simples que contrastées, et montrent d’ailleurs toute la nouveauté (et la difficulté) du projet des fondateurs de L’Ouest-Éclair, qui veulent concilier, voire réconcilier, le Catholicisme et la République. Car il est à peine caricatural de dire qu’en 1899 la presse quotidienne rennaise est soit, comme Le Journal de Rennes et Le Patriote Breton, catholique et plus ou moins violemment hostile au régime, soit, comme Le Petit Rennais et L’Avenir de Rennes, républicaine et plus ou moins vivement anticléricale.

4Fondé en 1844, Le Journal de Rennes est le doyen de la presse rennaise. L’Annuaire de la Presse dit qu’il a « une grande influence dans la région » et que son hebdomadaire, Le Courrier de Rennes, est « très répandu dans les campagnes ». Il est resté le même à travers tous les changements de régimes. Ses rédacteurs Léon Philouze et Barthélémy Pocquet sont, selon l’abbé Trochu, « deux hommes distingués » et l’on s’en convainc sans peine à la lecture des informations locales qui montrent à quelle partie de la société s’adresse ce journal. C’est un véritable annuaire de la noblesse et du clergé, dont il rapporte les joies et les deuils avec un zèle inlassable. Ses lecteurs n’ignorent rien du mariage de Mlle la vicomtesse de Lantivy de Trédian ou de M. le vicomte du Pontavice. Ni de la fête du cher Frère Chrysogone à l’Institution du Thabor ou des quêtes de la marquise des Nétumières pour les Facultés catholiques d’Angers. C’est la vie d’une société qui semble être encore celle de l’Ancien Régime qui se lit dans ce quotidien dont la lecture eût inspiré Balzac et Proust.

5C’est bien d’ailleurs de l’Ancien Régime que le très légitimiste Journal de Rennes a la nostalgie. Un mot résume tout ce qu’il abhorre : la République, sur laquelle il porte (6 janvier) ce jugement sans nuances :

Il n’y a qu’une liberté que la République ait garantie et respectée : la liberté des cabarets. Le cabaret est l’institution fondamentale de la République, c’est l’usine électorale ; du cabaret sortent ces députés républicains qui se disputent et se battent au Palais-Bourbon comme des alcooliques. L’alcool est un fléau mortel pour la France, mais l’alcool fait vivre la République.

6Le 4 janvier il dénonce donc ces « trois Républiques qui ont passé depuis un siècle comme trois fléaux sur la France » et il stigmatise « les lois sectaires de la Franc-Maçonnerie » qui seraient le pendant « des lois sanguinaires de la Terreur ». Le 29 décembre il dresse un sombre bilan du xixe siècle, « siècle de révolutions, de douloureuses épreuves pour la France et l’Église », et de « cette République où un catholique est un paria, un être inférieur privé de liberté auquel on enlève même ses enfants » : c’est la même déploration tout au long de l’année. B. Pocquet parle même (16 juin) de « l’œuvre satanique » des républicains. Les innombrables informations concernant les ecclésiastiques prennent donc parfois donc l’aspect d’un martyrologe (la suspension de l’abbé X…, le martyre du Père Y… etc.).

7Face à l’Affaire Dreyfus la position du Journal de Rennes est simple : un catholique dreyfusard lui paraît encore plus contre-nature qu’un catholique républicain. Il est viscéralement antidreyfusard parce que, croit-il, « la cause de Dreyfus s’est identifiée avec la haine du catholicisme » et que « l’affaire Dreyfus a pris le caractère d’une coalition anticatholique » (9 janvier). Au nom de ces principes il a soutenu, voire encouragé, en janvier 1898, après le J’Accuse de Zola, les violentes manifestations des étudiants rennais contre les rares professeurs d’Université dreyfusards comme Andrade et Basch, et son hostilité à Victor Basch n’a pas désarmé en 1899, comme en témoigne la série d’articles qui le prennent à partie du 14 juillet au 9 août. Quand la Cour de Cassation renvoie Dreyfus devant le Conseil de guerre de Rennes il y voit simplement la preuve de ce que « les juifs, rois de l’or, sont les vrais maîtres de la République. Le gouvernement leur obéit et leur livre l’épargne française et l’honneur de l’Armée. » (5 juin).

8Du plus ancien au dernier-né de la presse rennaise, on pourrait croire qu’il n’y a que d’infimes nuances. Le Patriote Breton dont le premier numéro paraît le 2 janvier 1899 a pour devise « Dieu ! Patrie ! Liberté ! » et L’Avenir l’appelle « le clérical journal éclos à l’ombre de l’Église Toussaints ». En réalité ce sont plus que des nuances qui le distinguent du Journal de Rennes. Ses liens avec l’église Toussaints ne se limitent pas à un simple voisinage : les agents de la Sûreté qui enquêtent avant le procès Dreyfus sur les milieux rennais les plus antisémites, écrivent :

  • 4 A.D.I.V. 1 M 142 a. 31 juillet 1899.

Parmi les prêtres les plus militants en politique, on signale le curé de la paroisse de Toussaints. Ce prêtre est très riche et consacre une partie de sa fortune à la propagande cléricale et antisémitique. C’est lui qui héberge dans un de ses locaux le Patriote Breton4.

9Par ailleurs Le Patriote, qui s’intitule « journal catholique indépendant », ne cache pas son admiration pour l’ultra-conservateur Brager de la Villemoysan, élu au Conseil général d’Ille-et-Vilaine comme « catholique indépendant » et qui est un des principaux animateurs du Groupe Antisémite- Nationaliste Rennais, fondé en décembre 1898. De ces milieux dont l’Affaire Dreyfus a encore exacerbé les positions politiques et religieuses, Le Patriote Breton reflète les positions extrémistes avec une véhémence qu’illustre, entre mille autres, cette proclamation (20 juin) :

Le Salut public ne viendra qu’à condition que toutes les âmes vraiment françaises répètent à l’envi ce cri de pénitence et d’amour qui s’élève dans le bourg de Pontmain vers le Crucifix sanglant :
Enfin mon Dieu nous sommes à genoux
Pour vous prier de pardonner à tous
Pardonnez-nous ô Dieu clément
Lavez-nous de nos crimes dans votre sang.

10Le ton du Journal de Rennes paraît donc mesuré et « distingué » à côté de celui de son nouveau confrère que, dans un article intitulé La presse immonde (20 juillet), L’Avenir a, sans le nommer, très bien défini :

L’Intransigeant d’abord donna la note, il révéla au monde la puissance de l’insulte sur les foules grossières. La Libre Parole vint ensuite, mêlant le fiel jésuitique à la salissure nauséabonde du polémiste faubourien (…). Depuis l’exemple a été suivi. La chienne de Drumont (…) a laissé des petits, jeunes roquets plus sots que leur mère et d’autant plus aboyeurs, et de Vannes à Quimper, de Quimper à Rennes, ils vont partout salissant et bavant.

11Comme ses modèles parisiens, Le Patriote Breton (dont le directeur, Alphonse Orhand est, selon Les Nouvelles rennaises, le seul dans le journal à ne pas signer d’un pseudonyme) a l’obsession « d’épurer et de désenjuiver » la République :

On sait ce que veulent dire vos grandes tirades, MM. les sans-patrie, dans lesquelles vous proclamez l’immortalité des principes sublimes de 89, tandis qu’en réalité vous étouffez les cris de la justice sous le poids de l’or que vous avez volé. Les hommes de liberté ce n’est donc pas vous, vils pharisiens de la synagogue qui lècheriez la semelle d’un juif pour un peu d’argent, mais nous, francs patriotes qui vénérons la France et qui la voulons libre et dégagée de toute compromission avec l’étranger. (18 juin)

12Reprenant tous les fantasmes de Drumont qu’il appelle « cher et illustre maître », il n’a pas assez d’injures pour « l’odieuse racaille juive qui depuis trop longtemps hélas ! nous opprime et blesse notre fierté nationale » (9 juin). Il hait les « intellectuels », du « fécal Zola » (19 mai) aux « pédants universitaires » avec « leurs robes d’un autre âge (…) qui donnent à leurs porteurs l’aspect de polichinelle ou de guignols » (5 juin), et dont la plume n’exprime que « des élucubrations malsaines ». Les ouvriers socialistes, héritage de la Révolution qui « nous a assimilé tous les pouilleux de la Création » (9 juin) sont une « plèbe infecte », « des idiots et des ivrognes », et leurs propos « des baves et des morves ». Et les réunions de la section rennaise de la Ligue des Droits de l’Homme, à qui il reproche de s’inspirer « des youtres honnis et conspués Reinach et Pressensé », sont grossièrement caricaturées :

c’est un charivari indescriptible : le bruit des verres qui se choquent se mêle aux jurons et aux blasphèmes des buveurs ; des hommes à mines patibulaires se démènent en vociférant au sein d’épais nuages de fumée. (…) Sans cesser de boire, de triturer leur chique dans leur bouche, de fumer, les citoyens écoutent distraitement les balivernes qui leur sont débitées. (9 juin)

13L’arrivée de Dreyfus à Rennes fera encore monter d’un ton la violence de ce journal qui use sans cesse de la calomnie, de l’attaque personnelle contre Victor Basch ou les rares commerçants juifs rennais, sert de base aux distributions du Péril juif, et est capable d’écrire (20 juillet) à propos des mesures prises pour protéger Dreyfus : « À quoi bon ces mesures ? a-t-on peur que le Traître reçoive ce qu’il mérite : une ou deux balles dans la peau ? »

14Le Patriote Breton, dont l’impact doit sans doute plus à sa violence qu’à son tirage, disparaîtra brutalement, le 14 février 1900, dans des conditions qui restent à élucider : officiellement Orhand a des ennuis de santé, mais il a surtout de nombreux procès sur les bras, ses excès (selon Les Nouvelles rennaises) finissent par écarter la « réclame ». Mais surtout, une fois l’Affaire Dreyfus « classée », a-t-il encore une raison d’être ?

15Il est frappant pour un lecteur d’aujourd’hui de constater qu’à l’exception de L’Avenir et, sur le tard – janvier 1900 – des Nouvelles rennaises, la presse locale s’est accommodée de ce confrère. À son arrivée Le Journal de Rennes se confond en amabilités sur son « distingué confrère » : « N’est-il pas un ennemi implacable de la juiverie et de ses adeptes ? […] Nous compterons sur l’appui du Patriote Breton comme il peut compter sur le nôtre. » Et quand il disparaît L’Ouest-Éclair écrit :

C’est une perte pour la presse rennaise, où Le Patriote s’était acquis par son allure hardie et batailleuse une place à part. Nous ne partagions pas toutes les idées de notre confrère (…) mais sur les points essentiels nous étions d’accord. Dieu, la Patrie et la liberté, ainsi résumait-il son programme, ainsi pourrions-nous résumer le nôtre.

16N’est-ce pas pourtant la place laissée vacante par Le Patriote Breton que prendra bientôt Le Nouvelliste, qui, s’appuyant sur les mêmes milieux catholiques ultra-conservateurs, et toujours Brager de la Villemoysan, sera longtemps l’adversaire le plus farouche de L’Ouest-Éclair ?

17En fait cette tolérance à l’égard d’un journal qui nous paraît aujourd’hui intolérable montre bien à quel point, en cette année 1899, l’Affaire Dreyfus, et ses enjeux, réels ou supposés, est prépondérante. Ses effets se font sentir d’une autre manière dans le camp de la presse républicaine, qu’elle divise profondément.

  • 5 Ponty Janine, « La presse quotidienne et l’Affaire Dreyfus en 1898-1899 : essai de typologie », Re (...)
  • 6 Lettre au Grand Orient de France, 1902. Bibliothèque du Grand Orient, Dossier Loge « La Parfaite U (...)

18Le Petit Rennais, fondé en 1884, (et dont Le Bonhomme Breton est l’hebdomadaire) se dit radical et progressiste, mais n’est ni l’un ni l’autre. J. Ponty5 observe qu’il « domine les ventes » avec Le Journal de Rennes ; dans L’Annuaire de la presse il prétend être « le plus lu à Rennes et dans le département par toutes les classes de la société ». C’est peut-être parce que, selon Louveau, Vénérable de la Loge « La Parfaite Union »6, son inspirateur le député Le Hérissé, est à la fois « nationaliste clérical ancien boulangiste révolutionnaire » ! Et le militant socialiste Charles Bougot le dépeint comme « un homme qui a roulé dans tous les camps ».

19Il est difficile de donner une image simple du Petit Rennais, qui se réclame tantôt de Déroulède tantôt de Jules Guesde, rend compte favorablement du Congrès de la CGT à Rennes (novembre 1898) avant de s’enthousiasmer (janvier 1899) de la création de la Ligue de la Patrie Française à laquelle ses rédacteurs Eugène Cravoisier et Léon Berthault adhèrent immédiatement. Il incarne une particularité de la vie politique rennaise : l’influence posthume de l’ancien maire Le Bastard, et à travers lui une influence boulangiste si persistante que, selon L’Avenir, Le Hérissé et le maire, Lajat, sont encore parfois salués par d’ironiques « À bas la Boulange ! »

20Du boulangisme Le Petit Rennais a les principales composantes : nationalisme, militarisme, et un populisme qui s’accommode de l’antisémitisme. Quand Le Hérissé, (qui fut de l’État-major de Boulanger) reçoit la Légion d’Honneur le 1er janvier 99, sur proposition du Ministre de la Guerre, l’éloge qu’en fait Le Petit Rennais est significatif (18 janvier) : « M. Le Hérissé résume en sa personne les traits principaux d’une variété assez rare dans un Parlement où les avocats et les médecins commencent à devenir menaçants : le député militaire ». Ce journal à sa dévotion cite à tout propos cet ancien officier de cavalerie, reproduit in extenso ses discours, (ainsi le 14 juillet au banquet des Lices, ou les 19 et 26 septembre aux comices agricoles de Thorigné et de Chantepie), ou évoque en termes lyriques la visite amicale que le commandant Marchand, le héros de Fachoda, lui fait en son fief d’Antrain. Mais cela ne l’avait pas empêché d’être élu en 1898 avec les voix socialistes…

21Républicain, mais nationaliste, Le Petit Rennais ne profite pas de l’Affaire pour attaquer la République : il prêche sans cesse le calme et le respect de la légalité républicaine, et affiche le plus souvent un antidreyfusisme modéré, mais il révèle sa position profonde, moins soucieuse du Droit, en écrivant (4 juin)

Il ne faut pas se le dissimuler, la lutte s’est engagée moins entre les partisans de la culpabilité ou de la non-culpabilité de Dreyfus qu’entre les Cosmopolites qui veulent la mort de la France et les nationaux qui luttent précisément pour le salut de leur pays.

22Il oscille en fait de l’antidreyfusisme modéré à un antidreyfusisme plus extrémiste. Avant de venir à Rennes, son rédacteur en chef Eugène Cravoisier n’était-il pas à La Libre Parole où il rendra d’ailleurs compte du procès Dreyfus sous le pseudonyme de Lepont, et où il reprendra du service début 1900 ? Il se rapproche du Patriote Breton, quand il proclame (5 janvier) : « La Patrie française est dangereusement malade. Il importe au plus vite de lui rendre ses éléments de vitalité en éliminant sans pitié ses éléments de mort », quand il menace (2 juin) : « Le jour n’est pas éloigné où (la Nation) écrasera la vermine qui l’irrite, mais qui ne peut la faire mourir », ou s’emporte (13 septembre) contre « tous les cuistres universitaires, tous les ratés de la littérature, tous les cosmopolites plus ou moins dreyfusards dont se composent les phalanges dreyfusistes ». Dans un éditorial intitulé « Les deux compères » (4 mai), L’Avenir s’étonnera de cette convergence entre « l’organe de M. Le Hérissé » et « l’organe des sacristies » !

23Les véritables ennemis du Petit Rennais, en 1899, sont en effet les républicains dreyfusards. Quand se crée la section rennaise de la Ligue des Droits de l’Homme, il ouvre largement ses colonnes à un adhérent de la Ligue de la Patrie Française qui déclare : « Non l’heure n’est pas venue pour la France de se dissoudre dans une humanité vague et indivise, sans frontières, sans patrie ». Et il ne consacre pas moins de trois éditoriaux (20, 21, 22 juillet) à critiquer, en se réclamant de Guesde et Vaillant contre Jaurès, la présence de ses anciens alliés ouvriers et socialistes à côté des républicains dreyfusards, s’opposant ainsi à chaque fois à L’Avenir, sous les encouragements plus ou moins ironiques du Journal de Rennes et du Patriote Breton.

  • 7 P.V.Stock, Mémorandum d’un éditeur, 3e série, l’Affaire Dreyfus anecdotique, Paris, 1938.

24L’Avenir de Rennes (qui publie aussi L’Avenir hebdomadaire et a repris depuis peu la vieille Dépêche Bretonne hebdomadaire) est le journal sur lequel l’Affaire Dreyfus a eu le plus de répercussions, lui conférant pendant quelques mois une identité inhabituelle. Fondé en 1870, c’est avant tout l’organe des républicains opportunistes. Son tirage, « de bien moindre importance » que celui du Petit Rennais, selon Stock7, serait, d’après Le Patriote Breton (17 novembre) de 1 200 exemplaires. C’est le vieil adversaire du Journal de Rennes : République contre Monarchie, anticléricalisme virulent contre cléricalisme militant, enseignement public contre écoles congréganistes, tout les oppose. D’autant que L’Avenir serait « l’organe des francs-maçons » : Le Patriote Breton l’appelle (5 juin) « le champignon vénéneux qui croit sur les planches de la Loge du Mail d’Onges » mais Le Journal de Rennes et L’Ouest-Éclair le laissent aussi entendre, avec plus de nuances. Effectivement, L’Avenir a eu pour rédacteur en 1896-97 Louis Müller qui fut en même temps secrétaire de la Loge. En 1899 son fils, Valéry Müller, est, selon les témoignages de V. Basch et P.V.Stock, le principal, sinon l’unique rédacteur du journal depuis dix-huit mois.

25En tout cas L’Avenir, avant que le procès Dreyfus ne le métamorphose, et la Loge « La Parfaite Union » ont bien les mêmes préoccupations. Écrivant au Grand Orient, des Maçons rennais se désolent sur « les progrès constants de l’action cléricale », ou sur « la bande noire qui ne désarme jamais » (18 juillet 97) et affirment (24 juin 99) : « il n’est pas douteux que la grande majorité des FF de notre At est résolument anticléricale ». Quant à L’Avenir, s’il se défend (25 janvier) d’être un « mangeur de prêtres », il ajoute : « ce n’est pas la première fois qu’on nous applique cette formule. Ce n’est pas non plus la dernière sans doute. Quoi qu’il en soit, nous ne nous en portons pas plus mal… » L’affaire Flamidien (un religieux de Lille, accusé d’avoir violé puis tué un jeune élève) est un de ses chevaux de bataille début 99, et l’occasion de longues polémiques avec Le Journal de Rennes et surtout Le Patriote Breton, qui veulent en faire un pendant de l’Affaire Dreyfus. De façon plus ordinaire il s’indigne (16 mars) de ce que « les pauvres congrégations que la République pressure font construire de vastes et magnifiques établissements dans le faubourg de Redon, dans la rue de Paris, sur le boulevard de la Liberté ». Ou affirme, statistiques à l’appui (29 mai), que « deux fois et demi plus d’enfants criminels sortent des écoles congréganistes que des écoles laïques ». Lourdes est un de ses sujets de prédilection : s’il titre Encore une victime de Lourdes (9 juin) c’est pour annoncer que l’abbé R… a succombé « des suites d’un pèlerinage », et Encore un miracle (9 octobre) c’est pour révéler qu’un pèlerin du Loiret « en sortant de la piscine fut pris d’une syncope dont il ne revint pas »…

26Avec le procès Dreyfus cela passe au second plan, mais L’Avenir retrouve ensuite sa veine antérieure, comme en témoignent ces titres relevés entre le 2 et le 19 octobre : Les secrets des couvents, Les nonnes de Nancy, Manœuvres de prêtres, Les bagnes cléricaux, Le chantage clérical, Le clergé oppresseur, sans parler, le 5 janvier 1900, d’une sorte de palmarès, L’année cléricale, qui énumère avec une jubilation évidente tous les méfaits commis par des ecclésiastiques au cours de l’année 1899.

27Dans l’intervalle, il y a L’Avenir dreyfusiste, qu’Orhand appelle « L’Avenir de Francfort » ou « le journal des circoncis ». Antidreyfusard en 1898, L’Avenir, au début de 1899, souhaite surtout l’apaisement. Mais après la fondation, le 22 janvier 99, de la section rennaise de la Ligue des Droits de l’Homme, dont font partie quelques membres de la Loge, il affirme de plus en plus nettement que la défense de Dreyfus se confond avec celle de la République, menacée par la conjonction du « césarisme » et du cléricalisme. Le 5 juin un éditorial solennel affirme que « conformément aux immortels principes de la Déclaration des Droits de l’Homme » L’Avenir accomplira son « devoir de journal républicain ». Il sera en tout cas le seul journal rennais à publier les communiqués de la Ligue des Droits de l’Homme, et non ceux du Groupe Antisémite-Nationaliste.

28La visite, vers le 15 juin, de l’éditeur dreyfusard Stock, venu à Rennes avec Bernard Lazare pour chercher comment « y éclairer l’opinion », radicalise cette évolution. Stock affirme qu’il dut marchander pour obtenir que L’Avenir « devienne par échelons favorable au dreyfusisme ». Toujours est-il que fin juin débarque à Rennes Victor Barrucand, collaborateur de La Revue Blanche, surtout connu pour être auteur de la brochure anarchiste Le Pain pour tous. Il sera, non sans talent, l’éditorialiste de L’Avenir jusqu’aux lendemains du procès !

29À l’issue de celui-ci, Barrucand regagne Paris ; Valéry Müller quitte Rennes en novembre (pour devenir le secrétaire de Stock) et L’Avenir, avec désormais Henri Jaham-Desrivaux comme rédacteur en chef, redevient le petit journal provincial aux vues un peu étriquées qu’il était « avant ». Il polémiquera même pour la première fois avec L’Ouest-Éclair en janvier 1900, à propos… de la qualité de l’eau dans les bénitiers des églises !

30Reste que, sous les injures de ses confrères (« ce torchon », écrit Orhand, est rédigé par « les lâches et les vendus commandés par l’étranger et quelques énergumènes internationalistes »), il a, seul de la presse rennaise en cet été 1899, incarné les valeurs de l’humanisme, comme en témoigne la conclusion de cet article du 23 juin, intitulé Donnons l’exemple :

Il serait bientôt temps de faire appel aux sentiments d’humanité que les plus féroces adversaires n’ont pu complètement étouffer dans leur conscience. […] Que le cri des passions indécentes se taise. Laissons aux éternels insulteurs de l’idéal tout l’odieux de leur rôle sauvage et soyons des hommes humains.

31On voit à quel point, tout au long de 1899, ce que Victor Basch a appelé « le grand souffle de l’Affaire Dreyfus » influence profondément le contenu des quotidiens rennais et leurs rapports. S’il y a deux quotidiens catholiques hostiles au régime et deux quotidiens républicains plus ou moins anticléricaux, ce n’est pas ce qui dessine les lignes de force du paysage de la presse rennaise au moment de la naissance de L’Ouest-Éclair. Ce paysage (que les années à venir, sinon les mois, modifieront sensiblement) personne ne l’a finalement mieux peint qu’Emmanuel Desgrées du Loû, dans son éditorial du 11 août 1899 :

Sur le terrain du patriotisme et de la défense de notre armée, tous nos concitoyens se donneraient la main. Radicaux du Petit Rennais, monarchistes du Journal de Rennes, indépendants du Patriote, républicains catholiques et libéraux de L’Ouest-Eclair, se donneraient la main et les entrepreneurs du dreyfusisme verraient alors ce que vaut, comme effectif, le minuscule bataillon des francs-maçons et des révolutionnaires dont l’Avenir est l’organe.

Notes

1 cf. Cardot Charles A, « La presse rennaise sous la IIIe République », Le Mémorial des Bretons, tome V, Rennes, 1979 ; Denis Michel, « La diffusion de la presse dans les campagnes de l’Ouest au xixe siècle », Population et cultures. Études en l’honneur de F. Lebrun, 1989 ; et Lagrée Michel, Religion et culture en Bretagne, 1850-1950, Paris, Fayard, 1992.

2 cf. Hélard André, « Tout est dans le plus grand calme », Les représentations de l’Affaire Dreyfus dans la presse, Actes du Colloque de Saint-Cyr-sur-Loire, Université de Tours, 1997.

3 Pour une étude plus détaillée de la presse rennaise face au procès Dreyfus, voir Colette Cosnier et André Hélard, Rennes et Dreyfus en 1899, une ville, un procès, Paris, Horay, 1999.

4 A.D.I.V. 1 M 142 a. 31 juillet 1899.

5 Ponty Janine, « La presse quotidienne et l’Affaire Dreyfus en 1898-1899 : essai de typologie », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 1974, tome XXI.

6 Lettre au Grand Orient de France, 1902. Bibliothèque du Grand Orient, Dossier Loge « La Parfaite Union ».

7 P.V.Stock, Mémorandum d’un éditeur, 3e série, l’Affaire Dreyfus anecdotique, Paris, 1938.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540