Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ouest-Éclair

 | 
Michel Lagrée
, 
Patrick Harismendy
, 
Michel Denis

Première partie. Le contexte

Chapitre 2. Les premiers journaux de l’abbé Trochu

Michel Denis

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Comme tous les « abbés démocrates » de la fin du xixe siècle, et en particulier comme l’abbé Naudet dont il a découvert par hasard La Justice sociale lancée à Bordeaux en 1893, l’abbé Trochu estime que le clergé doit « sortir de la sacristie » pour exercer son apostolat. Le journal lui apparaît comme « une arme de guerre… pour prendre l’offensive contre les mécréants et les oppresseurs » (L’Écho du travail, 2-8-1896). Les masses auxquelles il s’agit finalement de transmettre le message évangélique ne peuvent en effet être atteintes ou protégées que si le prêtre a assis solidement son influence, par les œuvres et par l’action politique, que s’il a travaillé « à la réforme des abus sociaux » ; toute activité profane recèle ses propres valeurs chrétiennes.

  • 1 Cette contribution doit beaucoup à deux travaux d’étudiants : Le Roux Marie-Henriette, Les débuts (...)
  • 2 Launay Marcel, « Le clergé et la naissance des caisses rurales en Bretagne, 1893-1914 », Annales d (...)

2C’est cette voie que choisit le jeune Félix Trochu parce qu’il est détourné pour motif de santé d’une autre tentation, l’apprentissage de l’hébreu auquel l’avait initié son professeur au grand séminaire de Rennes, Joseph Turmel, en vue de mieux connaître la Bible et de défendre l’Église1. Vicaire à La Guerche-de-Bretagne en 1894, il fonde dans sa paroisse une caisse agricole rurale de type Raiffeisen comme – le premier dans l’Ouest2 – il l’avait fait l’année précédente à Saint Laurent de Rennes, afin de faciliter la modernisation des exploitations et l’émancipation des cultivateurs par rapport à leurs propriétaires. Grâce à son confrère Augustin Crublet, vicaire à Notre-Dame de Vitré, qui a créé une coopérative ouvrière de chaussonniers et qui partage ses vues, il réussit à placer, sous le pseudonyme d’Henry Tortelier, quelques articles vantant cette « institution utile » dans Le Journal de Vitré, mais il supporte mal les compromis auxquels le contraint l’appartenance de cet hebdomadaire à un groupe de notables conservateurs, propriétaire par ailleurs du Journal de Rennes. Aussi entreprend- il de se rendre maître du titre.

  • 3 Albert Pierre, Documents pour l’histoire de la presse de province dans la seconde moitié du xixe s (...)

3Le Journal de Vitré qui existe depuis 1837 est jusqu’alors une feuille d’annonces s’engageant peu hors des périodes électorales : s’il est considéré comme « influent » il n’est édité qu’à 500 exemplaires, selon les papiers Waldeck Rousseau3, et il ne rapporte guère. Aussi ceux qui le détiennent se laissent-ils aisément convaincre de le vendre pour 8 000 francs à son imprimeur vitréen, Hyacinthe Gaudichon, derrière lequel se cachent en fait les abbés Trochu et Crublet. Ce sont ces deux vicaires qui contrôlent le contenu du journal à partir du 26 janvier 1895.

4Persuadés que l’ordre voulu par Dieu implique la justice sociale avant même la charité, ils décrivent « la grande misère des ouvriers sous l’administration du comte Le Gonidec de Traissan », qui rémunère un franc par jour les employés de la mairie de Vitré (20-4-1895) ! En attaquant ainsi de front le châtelain paternaliste, royaliste et autoritaire, on veut dénoncer tous ceux qui « sacrifient les grands intérêts de la religion, de la famille et de la société à une restauration monarchique devenue impossible » (E.T., 15-9-1895), mais en même temps on inquiète les principaux curés de l’arrondissement (à l’exception de celui de La Guerche) qui obtiennent du cardinal Labouré la mutation de Trochu à Rennes dès l’été 1895, puis celle de Crublet à Dol l’année suivante.

  • 4 Arch. Dép. D’I.-et-V., 2 Z 124.

5Qu’à cela ne tienne, l’abbé Trochu lance immédiatement au chef-lieu du département L’Écho du travail, avec l’aide de deux laïcs, l’avocat Jean Salmon et le négociant Émile Cary, représentants locaux d’un groupement de défense religieuse et d’action politique et sociale, l’Union nationale de l’abbé Garnier, tandis que l’abbé Crublet prépare le lancement du Dolois (25 octobre 1896). L’archevêque, poussé à sévir, expédie Trochu à Tinténiac, dans l’arrondissement de Saint-Malo, et Crublet à Plélan-le-Grand, dans l’arrondissement de Montfort, ce qui permet au premier de créer à Saint-Servan L’Écho de la mer (21 mars 1897) et au second Le Montfortais (14 juin 1896). Notons que ce militantisme débridé inquiète au moins autant que l’Église les autorités républicaines : « L’abbé Crublet est un politicien intrigant peu scrupuleux et d’autant plus dangereux qu’il est remarquablement intelligent » écrit le sous-préfet de Montfort4.

6Pour couronner le tout, les patrons de ce mini-groupe de presse, conscients de la fragilité de leur situation et sensibles aux réussites des feuilles démocrates-chrétiennes du Finistère qui ont contribué à la fameuse élection de l’abbé Gayraud comme député du Léon en 1897 contre un châtelain royaliste, le comte de Blois, font venir à Rennes un jeune avocat brestois, Emmanuel Desgrées du Loû, pour prendre dans l’immédiat la direction de leurs hebdomadaires et tout particulièrement celle de L’Écho de l’Ouest qui à partir du 11 juillet 1897 fait suite à L’Écho du travail avec une ambition départementale, et pour préparer dans un second temps le lancement d’un quotidien qui lui devrait être régional. Dès lors la direction de l’entreprise sort du flou jusque-là volontairement entretenu.

  • 5 Robert Charles (abbé), Les catholiques constitutionnels, Rennes, 1898. — Il s’agit d’une brochure (...)

7Par ailleurs, au fil des mois, le groupe des sympathisants s’accroît. Le 4 novembre 1897 une réunion d’organisation des « catholiques constitutionnels » se tient à Rennes chez la belle-mère de Desgrées du Loû. Autour du nouveau directeur, des abbés Crublet et Trochu, de Cary et de Salmon, des permanents de l’entreprise de presse Anthony Laurent et François Jestin, on note la présence d’une dizaine d’ecclésiastiques, presque tous simples vicaires et au mieux desservants de campagne, et celle d’une douzaine de laïcs parmi lesquels on remarque un vétérinaire, un médecin, un pharmacien, un avocat aux côtés d’employés, de commerçants et d’artisans. Ajoutons que se sont excusés une vingtaine de prêtres dont les curés de Notre-Dame de Rennes, de La Guerche, de Montfort et l’archiprêtre de Dol, ainsi que quatre laïcs. Seul l’arrondissement de Redon est dépourvu de représentant5.

8L’œuvre ainsi engagée est d’autant plus intéressante que sur le plan technique on cherche d’emblée à innover par rapport aux habitudes journalistiques de province et que sur le plan politique on propose un message très original pour l’époque et pour la région.

Comment conquérir des lecteurs ?

  • 6 « Notre œuvre est une œuvre commune. Chacun doit y collaborer dans la mesure de son temps et de se (...)

9La multiplication des hebdomadaires ne doit pas faire illusion. Tous ces titres ont le même contenu intellectuel et souvent même une première page identique, afin de faciliter le tirage sur les presses vitréennes de Gaudichon qui centralise les textes. On ne relève de différences sensibles que pour les chroniques locales, conçues en relation avec les zones de diffusion : ainsi Le Dolois se présente comme « l’organe des intérêts des cantons de Dol, Châteauneuf, Combourg et Pleine-Fougères », tandis que Le Montfortais est le « journal catholique des cantons de Montfort, Bécherel, Plélan, Montauban et Saint-Méen-Le-Grand » et que la dimension locale de L’Écho de la mer est soulignée par deux gravures placées en oreilles, représentant l’entrée de Saint-Malo et une vue de Saint-Servan avec la tour Solidor. Ce n’est pas sans raison que l’abbé Charles Robert, si hostile aux « abbés socialistes », peut dénoncer ces « journaux siamois » qui, d’une façon longtemps voilée, entraînent vers un même courant de pensée des lecteurs initialement séduits par la qualité des informations locales. La mise en place progressive d’un réseau de correspondants, si essentielle pour le quotidien à venir, présente pour l’immédiat un double avantage : d’une part elle permet d’accrocher de nouveaux lecteurs, et d’autre part elle fait du journal une œuvre collective, en quelque sorte démocratique6.

10À cette initiative capitale il faut ajouter d’autres innovations également fructueuses : l’emploi de nouvelles presses, de la marque Marinoni, actionnées par un moteur mécanique, permet « de retarder la parution afin de pouvoir insérer les dernières nouvelles avant la réception des journaux de Paris » ; la multiplication des vendeurs ambulants chargés d’écouler les journaux à la criée et la densification des réseaux de dépositaires s’ajoutent au traditionnel recrutement d’abonnés et à la pratique vieillotte du retrait direct du journal au bureau de l’éditeur « par un domestique ». Dès 1895 on a là la préfiguration des éléments qui contribuent plus tard au succès de L’Ouest-Éclair.

11Par contre certains changements introduits d’emblée par des abbés qui manquent de professionnalisme et qui croient devoir décalquer la presse populaire parisienne sont abandonnés par Emmanuel Desgrées du Loû qui les juge sans doute racoleurs et démagogiques : c’est le cas des gros titres privilégiant le sensationnel (comme « Le crime de Pleine-Fougères » ou « empoisonné au laudanum »), et de la publication de feuilletons dépourvus de toute valeur littéraire et morale (comme les déambulations humoristiques du soldat Chapuzot).

12Au bout du compte les résultats commerciaux sont très positifs.

13En 1897 les cinq titres du groupe Trochu seraient tirés, selon le dépôt légal, à 13 700 exemplaires au total alors que Le Courrier breton, hebdomadaire « catholique et breton toujours », monarchiste par tradition, sortirait à 10 000. Dans ces conditions on ne s’étonnera pas que Le Journal de Vitré, en plein essor, puisse être revendu 30 000 francs à Le Gonidec de Traissan, afin d’alimenter le capital nécessaire au lancement d’un quotidien régional.

  • 7 Delahaye Eugène, Quarante ans de journalisme (1906-1946), Rennes, 1946, p. 160.

14Le principal artisan de cette première entreprise de presse est indubitablement l’abbé Trochu, dont la personnalité est complexe et difficile à apprécier objectivement. Comme l’écrit beaucoup plus tard l’un de ses plus fermes adversaires, « on ne pouvait s’empêcher d’éprouver pour lui quelque admiration […] ; il était très travailleur et aimait les difficultés pour le plaisir de les résoudre7 ». Mais c’est sans doute – en faisant la part des choses – à travers le portrait que l’un de ses confrères, qui ne l’aimait pas, brosse de lui vers 1918 dans ses Cahiers intimes qu’on peut le mieux découvrir les qualités et les travers de Félix Trochu ; l’abbé François Duine, qui est alors aumônier du Lycée de Rennes et qui se consacre avec talent aux études historiques, écrit ceci :

  • 8 Bibl. Nat., n.a.f., 1997-1999.

Il a vraiment une âme de despote et une self admiration de patron enrichi ; avec les sourires d’un commerçant fieffé, Trochu est un homme supérieur, doué d’une puissance d’action merveilleuse et capable de dévouement. Si l’évêché avait créé pour lui un ministère des finances, de la presse et des travaux publics, il aurait trouvé l’emploi de ses facultés essentielles […] et aurait fait une œuvre unique dans l’Église de France8.

Quel message diffuse-t-on ?

15Contrairement à ce que pourraient faire croire leurs articles les plus polémiques, les premiers journaux de l’abbé Trochu ne rompent pas d’emblée avec les fondements idéologiques du conservatisme catholique. Comme lui, ils vilipendent « l’égalité mensongère, boiteuse, sortie des flancs de cette marâtre qui a pour nom Révolution » (Crublet, E.T., 24-8- 1895) et « cette maudite organisation individualiste qui, en faisant le jeu de la juiverie cosmopolite et maçonnique, a porté les plus rudes dommages à tous les travailleurs » (Trochu, E.T., 31-5-1896) ; d’où une hostilité marquée à l’égard des principes de 1789 et un antisémitisme virulent prêt à se muer en antidreyfusisme. De même on rejette en bloc l’œuvre scolaire de Jules Ferry : « Nous combattrons toujours l’école sans Dieu sans jamais nous décourager » (J.V., 9-2-1895) ; « ... 90 % des criminels sortent des écoles laïques » (E.T., 6-10-1895). Et on ne croit guère aux avantages du progrès scientifique et technique : « on n’a pas construit un cuirassé de premier rang qu’il est démodé… et en voilà pour des millions » (E.T., 6-10-1895).

  • 9 Voir Mayeur Jean-Marie, Un prêtre démocrate, l’abbé Lemire, Paris, 1968, 698 p.

16Par contre, ce qui est vraiment original c’est la recherche d’une troisième voie entre libéralisme et socialisme, d’une voie fondée sur les valeurs chrétiennes. On exalte la pratique démocratique qui dans les œuvres se substitue progressivement à l’ancienne organisation paternaliste et hiérarchisée, qui rend au peuple son droit d’initiative au point d’en faire le levier de sa propre émancipation : ainsi c’est la question sociale qui est posée, avant même la question politique. Les travailleurs doivent s’organiser, se regrouper, s’entr’aider, imposer des réformes. En particulier, à l’encontre des agrariens, Trochu suggère aux fermiers et aux métayers de se syndiquer indépendamment de leurs propriétaires, ce qui aboutit à l’audacieux rapport présenté, sous le pseudonyme de Félix Moustier, par Desgrées du Loû au congrès de la démocratie chrétienne tenu à Lyon en 1897, puis à la publication du manuel Questions rurales l’année suivante. Notons aussi les campagnes menées en faveur de toutes les propositions susceptibles de consolider la famille, et en particulier de celles formulées par l’abbé Lemire, député d’Hazebrouck : « Travaillons à rendre exempt de tout impôt direct le bien de famille » (E.O., 24-7-1898) ; revendiquons « le salaire familial… car la société ne doit pas tolérer en son sein des mendiants forcés » (E.O., 10-10-1897) ; fixons « la famille au sol (par les jardins ouvriers) car l’homme qui ne possède rien est anarchiste en herbe9 » (E.T., 4-7-1897).

17Ce programme social conduit inévitablement, sur le plan politique, au rejet de la monarchie et à l’acceptation de la République, mais dans un premier temps cela se fait davantage par réalisme que par doctrine chez les deux abbés démocrates ; c’est seulement avec l’arrivée de Desgrées du Loû – qui coïncide il est vrai avec l’essor de « l’esprit nouveau » manifesté par le gouvernement Méline – que le Ralliement est clairement affirmé :

Nous respectons les institutions établies parce que la forme républicaine du pouvoir est celle qui se prête le mieux aux tendances légitimes de la nation française vers un idéal démocratique de sage liberté et d’égalité raisonnable, parce que nous sommes fidèles aux instructions réitérées du Saint-Siège, enfin parce que nous nous inclinons devant la volonté nationale (E.O., 11-7-1897).

18Au départ, alors que gouvernent les radicaux anticléricaux de Léon Bourgeois, on est plus à l’aise pour faire la critique des illusions royalistes que pour vanter les mérites du nouveau régime. Trochu se contente de souligner combien sont vaines les espérances des monarchistes « réduits à pleurer au bord d’une tombe que le temps a vidé » (E.T., 15-9-1895), alors qu’il est possible d’améliorer la République en formant intellectuellement les citoyens. Mais c’est seulement à partir de 1897 que les journaux en question se lancent dans l’arène électorale avec une tactique claire, qui consiste à soutenir des républicains modérés ou à susciter des candidatures de catholiques constitutionnels contre les conservateurs et contre les radicaux.

19Ainsi à Rennes, en 1898, les démocrates-chrétiens soutiennent-ils – comme le préfet, qui est loin de s’en réjouir ! – l’ancien député Eugène Pinault (l’un des 363) contre Grivart, fils d’un sénateur royaliste et contre Le Hérissé, plus nationaliste que radical, triomphalement réélu. Cette nouvelle configuration de la vie politique locale est largement incomprise :

20« Allons donc Pinault, ne vous voilez pas la face en vous agenouillant devant l’autel ecclésiastique après avoir caressé l’échine des frères trois points… » (Le Coq hardi, 4 mai 1898). Et surtout l’opération est loin d’être payante : « Pour avoir voulu nous apporter 400 à 500 voix réactionnaires, L’Écho de l’Ouest nous a fait perdre 2 000 voix de sincères et loyaux républicains », lit-on dans Les Nouvelles rennaises (11-5-1898).

21Dès lors se trouve posée une question essentielle pour l’avenir : comment peut-on concilier le développement d’une vaste entreprise de presse avec ce que l’abbé Trochu lui-même appelle, un quart de siècle plus tard, « l’intempérance juvénile avec laquelle [on soutenait], dans un milieu particulièrement réfractaire, des idées politiques et des théories sociales dont l’adaptation et la consécration devaient être l’œuvre du temps » (L’Ouest-Éclair, 4-8-1924). Comment élargir sans cesse l’audience d’un journal et sortir de la médiocrité dans laquelle végètent les concurrents d’alors, tout en ne renonçant pas aux convictions des fondateurs ? Bref, comment marier œuvre militante et réussite économique ?

Les exigences d’un grand quotidien régional

  • 10 L’Ouest-Éclair, 23-10-1900.

22C’est au cours des quatre ou cinq années qui précèdent le lancement de L’Ouest-Éclair que Trochu et ses amis découvrent progressivement les exigences et les contraintes d’une grande entreprise de presse. Il ne s’agit pas seulement de l’indépendance financière et du professionnalisme des acteurs sur la recherche desquels l’ouvrage signé Paul Delourme apporte des éclairages utiles, ou de la nécessité d’infrastructures matérielles adaptées à la modernité de l’affaire, qui sont bientôt mises en place à Rennes, 4 rue de la Chalotais, avec un sous-sol réservé aux machines à moteur à gaz, un rez-de-chaussée consacré à la salle des Dépêches, aux bureaux du directeur et de l’administrateur, et aux magasins à papier, puis un premier étage occupé par la salle de rédaction, la salle de réunion, les cabines téléphoniques et une salle d’expédition10.

23Mais il s’agit aussi d’exigences plus subtiles. Ainsi le choix d’un titre de journal et des formules qui l’entourent est bien loin d’être neutre. On découvre très vite que L’Écho du travail – sous-titré « Organe des intérêts ouvriers » – a l’inconvénient de sembler réduire le contenu de la feuille « à des questions d’ordre professionnel » (E.T., 4-7-1897) et de faire de l’hebdomadaire un journal de classe alors qu’on voulait seulement s’ouvrir au peuple, d’où sa transformation en Écho de l’Ouest, « revue de la semaine ». On découvre aussi que la formule « Union nationale » qui accompagne plusieurs titres, crée chez les lecteurs une confusion entre le programme de l’abbé Garnier dont on s’inspire ouvertement et le mouvement du même leader dont on ne peut pas prétendre être l’organe (E.T., 26-1-1896).

24Quant à la tonalité adoptée par les rédacteurs elle ne peut rester virulente et agressive comme elle l’est au départ si on veut convaincre un public élargi. Très tôt les abbés démocrates découvrent eux-mêmes les limites d’un style qui, par exemple, dénonce le chef du gouvernement, Alexandre Ribot, comme « affreux Ponce-Pilate » qui dans un « gouvernement franc-maçon fait la risette aux juifs milliardaires, pressure comme une pomme sous le pressoir le laboureur surtout, le petit commerçant et l’ouvrier de l’industrie » (25-5-1895). Dès 1896 le débat se substitue peu à peu au seul combat. Mais c’est surtout avec Emmanuel Desgrées du Loû que la maquette du journal se fait plus austère, que les feuilletons deviennent plus didactiques et que les commentaires substituent l’argument « à l’invective » ; ainsi le thème de l’indispensable « concentration nationale » est développé à l’aide d’un langage très consensuel : « … l’unité morale du pays est la condition nécessaire de notre puissance nationale… Si nous ne réalisons pas l’unité de gré ou de force, le partage du monde se fera contre nous ou sans nous… La division de partis doit se réduire puis disparaître » (E.M., 29-8-1897).

25Finalement les premiers journaux de Trochu auront constitué une sorte de banc d’essai, un laboratoire involontaire mais efficace au service d’un courant de pensée dépourvu jusque-là de tout moyen d’expression en Haute-Bretagne. Et c’est grâce à ce banc d’essai qu’on sort du dilemme dans lequel s’était enfermée la presse locale antérieure, de droite comme de gauche : ou bien on s’abritait derrière une fausse neutralité en recopiant machinalement des dépêches d’agence et en multipliant les emprunts à la presse parisienne si bien qu’on ennuyait le lecteur sans le motiver, ou bien on polémiquait à tout-va en prenant le risque d’endoctriner sans informer. L’Écho de l’Ouest, tirant profit de ce qui a été fait avant lui, amorce une voie nouvelle : il s’efforce d’éduquer en passant les informations au crible des valeurs qui sont les siennes et il réserve ses commentaires engagés aux questions qu’il juge fondamentales. Les amis de Trochu n’ont pas, à cette époque-là, une admiration de principe pour le suffrage universel dans lequel — tel qu’il fonctionne — ils voient même une vaste duperie (E.O., 12-12-1898), mais ils veulent améliorer les choses ; puisque « la République est le gouvernement de l’opinion », il est possible de « monter cette cavale pour la dompter et la diriger » (E.T., 12-1-1896). Pour Emmanuel Desgrées du Loû le bon sens populaire triomphera si on lui donne la possibilité de choisir (E.O., 15-8-1897).

Notes

1 Cette contribution doit beaucoup à deux travaux d’étudiants : Le Roux Marie-Henriette, Les débuts de la presse démocrate-chrétienne en Ille-et-Vilaine (1895-1901), DES d’histoire, Faculté des Lettres de Rennes, 1967 ; Lanon Ronan, Les petits journaux de l’abbé Trochu, maîtrise, Université Rennes 2, 1998.

2 Launay Marcel, « Le clergé et la naissance des caisses rurales en Bretagne, 1893-1914 », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1987, p. 556.

3 Albert Pierre, Documents pour l’histoire de la presse de province dans la seconde moitié du xixe siècle, Paris, CNRS, 1973, p. 157.

4 Arch. Dép. D’I.-et-V., 2 Z 124.

5 Robert Charles (abbé), Les catholiques constitutionnels, Rennes, 1898. — Il s’agit d’une brochure hostile au mouvement, comportant une liste de sympathisants faciles à identifier à l’aide de l’Ordo et de l’Almanach de Rennes et du département.

6 « Notre œuvre est une œuvre commune. Chacun doit y collaborer dans la mesure de son temps et de ses forces, et nous espérons qu’en ce qui concerne les correspondances locales les bonnes volontés ne nous feront pas défaut » (L’Écho de l’Ouest, 11-7-1897).

7 Delahaye Eugène, Quarante ans de journalisme (1906-1946), Rennes, 1946, p. 160.

8 Bibl. Nat., n.a.f., 1997-1999.

9 Voir Mayeur Jean-Marie, Un prêtre démocrate, l’abbé Lemire, Paris, 1968, 698 p.

10 L’Ouest-Éclair, 23-10-1900.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540