Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ouest-Éclair

 | 
Michel Lagrée
, 
Patrick Harismendy
, 
Michel Denis

Avant-propos

Michel Denis

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Lorsque le 2 août 1899 paraît à Rennes le premier numéro de L’Ouest-Éclair, « journal républicain du matin. Politique – Littéraire – Commercial », avec Emmanuel Desgrées du Loû comme directeur, qui aurait pu prévoir qu’on est là à l’origine d’une des plus rapides et des plus belles réussites du siècle suivant en matière de presse ? Bien sûr l’aventure est close depuis 1944 ; Ouest-France qui est aujourd’hui le premier quotidien français et qui est souvent perçu comme son continuateur relève d’une tout autre entreprise, née de la rupture de la Libération, et évolue dans un contexte politico-social très différent de ce qu’était la situation il y a cent ans. Il n’en reste pas moins cependant l’héritier des grands principes qui inspirèrent les fondateurs de 1899, aussi bien en ce qui concerne les valeurs à défendre ou à promouvoir que les contraintes à prendre en compte dans le métier, ou sur le plan de la modernisation technique à faire évoluer sans cesse.

2Il a donc semblé utile à une équipe d’historiens d’éclairer les débuts de l’entreprise L’Ouest-Éclair à l’occasion du centenaire de son lancement, en espérant amorcer ainsi la business history dont on peut rêver, celle qui allierait l’étude du message diffusé et de son impact à travers le temps et l’espace, l’étude des techniques de fabrication et de vente, et l’étude des personnels depuis les dirigeants jusqu’aux dépositaires. L’ouvrage publié en 1936 par la forte personnalité qui est à l’origine du quotidien, l’abbé Félix Trochu, sous le pseudonyme de Paul Delourme et le sous-titre Trente-cinq années de politique religieuse ou l’histoire de « L’Ouest-Éclair », est trop polémique et trop centré sur les dissensions d’ordre politico-religieux qui surgissent dans le premier tiers du xxe siècle pour répondre aux attentes actuelles du public.

3Ce qui aujourd’hui importe sans doute le plus à tous ceux qui travaillent au sein d’une grande entreprise de presse ou en relation avec elle c’est la connaissance des « chromosomes » du groupe afin de définir son identité, afin de préciser ce que dans la boîte à outils managériale des années quatre-vingt on appelait la « culture d’entreprise », indispensable à la cohésion du tout. Pendant les « trente glorieuses » qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale on a pu en effet constater que tous ceux qui au nom de l’innovation ont voulu faire table rase de leur héritage ont échoué tandis que ceux qui ont su procéder à une adaptation calculée de leurs valeurs traditionnelles ont réussi. Encore faut-il connaître cet héritage et le faire connaître aux nouveaux salariés ; c’est ce qu’ont compris des établissements aussi célèbres que Saint-Gobain-Pont-à-Mousson ou Peugeot en encourageant les recherches historiques les concernant, afin de déceler ce qui du passé reste pertinent et ce qui ne l’est plus, sans tomber pour autant dans les excès de certaines entreprises japonaises qui multiplient les stages de formation. L’histoire d’un groupe ne se confond pas avec l’élaboration d’une mythologie à résonance hagiographique mais elle doit répondre aux exigences habituelles de la discipline et aller s’il le faut jusqu’à l’impertinence, à l’encontre de l’image apaisée et linéaire proposée par les plaquettes publicitaires, afin de faciliter la prise de décision.

4Quant au grand public, ce qu’il est en droit d’attendre de l’histoire de l’entreprise c’est une explication de ce qui au départ fait l’originalité du produit auquel il est habitué et de ce qui au fil du temps conduit à l’excellence grâce à laquelle il est fidélisé. Dans le cas présent, et malgré l’importance de la rupture des années 1940-1944, ceux qui disent « le journal » pour désigner Ouest-France - lui conférant ainsi par l’anonymat du substantif une sorte de position institutionnelle - aimeraient sans doute comprendre les origines de la présence à Rennes d’un grand groupe de presse, et par conséquent les conditions dans lesquelles L’Ouest-Éclair a été créé puis s’est assuré une position de leader dès les débuts du xxe siècle. Les contributions qui sont ici réunies cherchent à répondre à quatre questions incontournables : quel est alors le climat politico-religieux qui incite les démocrates-chrétiens à vouloir utiliser l’arme de la presse pour sortir de l’antagonisme figé qui oppose le conservatisme monarchiste et le républicanisme anticlérical ? comment l’entreprise initiale est-elle conduite pendant les premières décennies, à la fois politiquement et matériellement ? comment le contenu du journal évolue-t-il au point de répondre mieux que ses rivaux rennais aux attentes d’un public sans cesse accru ? comment L’Ouest-Éclair est-il reçu sur sa périphérie géographique, là où existent de solides concurrents, Nantes et Brest notamment ?

Les deux ruptures

5À l’arrière-plan de ces questions il faut garder à l’esprit deux aspects de la révolution silencieuse qui marque en profondeur la société de l’Ouest armoricain à la fin du xixe siècle, d’une part la généralisation de l’enseignement primaire et ses conséquences sur l’évolution des pratiques citoyennes, d’autre part la crise du parti « blanc » à la suite de l’échec de la Restauration de 1873, bientôt suivi de l’effondrement du légitimisme puis du Ralliement de l’Église à la République.

  • 1 Lagrée Michel, Religion et cultures en Bretagne, 1850-1950, Paris, Fayard, 1992, p. 360-381.

6L’obligation scolaire instaurée par Jules Ferry entraîne ici des bouleversements d’autant plus spectaculaires qu’on part d’un taux d’alphabétisation presque toujours inférieur à la moyenne nationale et que la rivalité entre l’école laïque et l’école privée stimule activement la scolarisation1. Désormais les jeunes hommes en âge de voter savent tous non seulement reconnaître un bulletin mais aussi lire les affiches électorales et prendre connaissance eux-mêmes du matériel de propagande ; dans l’histoire de l’apprentissage de la démocratie une étape capitale est franchie : le recours à la médiation du notable, quel qu’il soit, n’est plus nécessaire à celui qui veut bien s’en dispenser. De ce fait la presse de province, telle qu’elle est conçue jusque-là, se révèle brusquement inadaptée ; si elle ne veut pas céder toute la place à la presse populaire parisienne en plein essor il lui faut cesser de privilégier une clientèle élitiste et souvent urbaine pour tenter de répondre aux attentes des masses, majoritairement rurales.

7Concrètement cela suppose une explosion quantitative du tirage, avec des implications à la fois techniques et qualitatives. Quand on ressent le besoin de passer de quelques centaines ou d’un millier d’exemplaires à quelques dizaines puis à quelques centaines de milliers pour répondre aux nouvelles attentes de la démocratie, il faut mettre en place un système de fabrication et des procédés de distribution qui n’ont rien de commun avec l’artisanat antérieur ; c’est le premier aspect de la révolution que représente L’Ouest-Éclair en matière de presse. Et quand on rêve d’élargir le monde des lecteurs, il faut prendre en compte l’extrême diversité des attentes, coller à l’évolution des curiosités et des centres d’intérêt, et ne plus s’en tenir aux rubriques traditionnelles ; c’est le second aspect de ce que L’Ouest-Éclair apporte de neuf. N’oublions pas que pendant le premier quart du xxe siècle la presse est la seule force qui forme et informe la masse en tant que telle.

  • 2 Denis Michel, « La Bretagne de 1889 contre la République ? », Annales de Bretagne et des pays de l (...)

8D’autre part l’enracinement progressif du régime républicain sur le plan national depuis la fin des années soixante-dix modifie fondamentalement le climat politique dans l’Ouest. Jusque-là la majeure partie de la population avait l’habitude de considérer comme normale la monarchie dite « légitime » et l’alliance du Trône et de l’Autel, ainsi que sur le plan local le patronage des notables – grands propriétaires en tête –, même s’il existait un courant « bleu » non négligeable, y compris chez les catholiques pratiquants. Or l’échec de la Restauration de 1873 puis la mort du comte de Chambord en 1883 font s’effondrer définitivement le rêve caressé depuis 1830. Si officiellement les leaders légitimistes se rallient presque tous à la famille d’Orléans et mettent leurs espoirs dans le comte de Paris, dans la réalité le ressort est brisé et la droite traditionnelle est désormais dépourvue de projet crédible. Dès lors l’important succès remporté en Bretagne aux élections législatives de 1889 – avec 30 députés contre 12 –, venant après celui de 1885, ne doit pas faire illusion ; on a seulement voté contre la politique des gouvernements opportunistes sans exprimer pour autant une préférence en matière de régime2. Bien des reclassements semblent donc possibles.

  • 3 Mayeur Jean-Marie, Catholicisme social et démocratie chrétienne, Paris, Éd. du Cerf, 1986, 287 p.

9En particulier des catholiques, jusque-là bridés dans leur recherche d’autonomie politique, prennent conscience de l’absolue nécessité d’agir sur des bases nouvelles s’ils ne veulent pas que les valeurs chrétiennes s’effondrent à la suite des espérances monarchiques. Bien sûr le diocèse de Rennes – au sein duquel naît l’entreprise L’Ouest-Éclair – n’est pas encore touché par la désaffection religieuse, mais n’est-ce pas préventivement qu’il faut enrayer celle-ci par des initiatives positives ? Et c’est ainsi que les catholiques sociaux et les démocrates chrétiens, dont les premiers pas sont loin d’avoir été toujours confondus3, tendent à se rapprocher et même à fusionner dans un seul courant de pensée et d’action, révélé d’abord par les abbés démocrates puis par le Sillon de Marc Sangnier dans les premières années du xxe siècle.

10Ici comme ailleurs l’enseignement du pape Léon XIII, avec les encycliques Rerum novarum (1891) et Au milieu des sollicitudes (1892), constitue un stimulant et fournit un cadrage. C’est une lutte sur deux fronts qui dans tous les cas semble s’imposer : contre les dangers du collectivisme et contre les abus du libéralisme économique, contre le radicalisme anticlérical et contre le conservatisme réactionnaire. Dans le cas précis de la Bretagne cela implique d’abord qu’on porte une attention particulière à l’émancipation sociale des paysans et des ouvriers avant que ne les séduise le mouvement social en cours d’organisation à partir de Nantes ; le clergé paroissial, issu des milieux populaires, est bien placé pour y contribuer et pour faire taire les réticences des couches aisées. D’autre part le rêve d’une république fondée sur le christianisme implique qu’on affronte prioritairement les héritiers de l’ancienne France.

11Le succès est possible, l’ouverture d’une voie nouvelle est d’autant plus envisageable que la vieille droite est décontenancée. Ainsi en 1893, à Saint-Malo, le député sortant Charles de Lorgeril, châtelain de la Bourbansais (en Pleugueneuc), président de la Société départementale d’agriculture, petit-fils d’un député-maire de Rennes de la Restauration et neveu d’un parlementaire « pointu » des Côtes-du-Nord, décide de ne pas se représenter : « Catholique, je ne dois pas désobéir au Pape, mais homme politique je constate l’impuissance du régime républicain à rendre notre pays libre et prospère… ». Derrière ce communiqué se cache en fait une déception amère à l’encontre du parti monarchiste, exprimé ainsi dans sa correspondance privée :

  • 4 Cité par Le Clerc de la Herverie Lionel, La droite en Ille-et-Vilaine, Histoire et évolution, 1870 (...)

Nous n’avons plus rien, aucune direction, un programme négatif, aucune action ; aucun sacrifice ni chez les princes ni chez leurs partisans. Que faites-vous pour la presse, pour les syndicats ? les œuvres sociales ? aussi que valez-vous pour la plupart ? vous comptez sur l’ambition des uns ou des autres pour passer, mais si vous manquez d’ambitieux ? Cet état d’esprit du parti monarchique conduit en fait à la débâcle d’influence4.

  • 5 Hoog Georges, IVe Congrès national des cercles d’études et des instituts populaires de France, Par (...)

12C’est dans ces conditions que l’abbé Trochu et Emmanuel Desgrées du Loû jugent possible et nécessaire la fondation d’un grand quotidien régional, résolument moderne, inspiré par le courant novateur dont ils se réclament, afin de couronner tout un ensemble d’initiatives et d’œuvres à la mise en place desquelles ils ont eux-mêmes contribué. L’innovation est suffisamment forte pour qu’on puisse comprendre la présence d’hésitations au cours des premières années, en particulier sur la façon d’articuler judicieusement motivations religieuses et motivations politiques. Comme tous les catholiques de leur temps les fondateurs de L’Ouest-Éclair ont d’abord tendance à se comporter en apôtres et à s’afficher comme tels : « La démocratie française ne doit pas exiler loin d’elle celui qui, cloué sur la croix, a laissé tomber de son cœur la vraie parole d’amour et d’affranchissement », écrit Desgrées du Loû à son arrivée (L’Écho de l’Ouest, 8-8-1897). C’est seulement avec l’expérience que, sans rien renier de ses convictions personnelles, le directeur découvre la supériorité de ce qu’il appelle « les journaux de pénétration chez les adversaires » sur les « journaux de formation et d’éducation catholiques » : « les journaux de pénétration s’adressent à tous et, à propos de tout, s’efforcent d’infiltrer dans l’esprit du lecteur les idées qui leur sont chères5 ». Ainsi L’Ouest-Éclair apporte-t-il bientôt une innovation supplémentaire au monde de la presse : à côté des organes ouvertement engagés et à l’écart des feuilles plus préoccupées de leur tirage que de leur message, il tend à la recherche de l’objectivité dans le respect des valeurs qu’il estime supérieures.

13Si les contributions qui sont ici réunies permettent d’illustrer, de préciser et de nuancer ces propos introductifs, c’est grâce à la collaboration de collègues universitaires et de chercheurs connus pour leur compétence, c’est grâce aussi à quelques étudiants qui dans le cadre de leur année de maîtrise ont accepté d’effectuer d’importants dépouillements. Que tous soient ici remerciés.

Notes

1 Lagrée Michel, Religion et cultures en Bretagne, 1850-1950, Paris, Fayard, 1992, p. 360-381.

2 Denis Michel, « La Bretagne de 1889 contre la République ? », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1984, n° 3, p. 279-285.

3 Mayeur Jean-Marie, Catholicisme social et démocratie chrétienne, Paris, Éd. du Cerf, 1986, 287 p.

4 Cité par Le Clerc de la Herverie Lionel, La droite en Ille-et-Vilaine, Histoire et évolution, 1870-1914, D.E.A., Université Rennes 2, 1982.

5 Hoog Georges, IVe Congrès national des cercles d’études et des instituts populaires de France, Paris, 1905, p. 12-13.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540