Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et justice pénale

 | 
Christine Bard
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Michelle Perrot
, 
et al.

Quatrième partie. Fonctionnement

La féminisation du barreau de Paris de 1900 à 1939

Anne Laure Catinat

Texte intégral

  • 1 Question étudiée pour ma maîtrise d’histoire sur Les Femmes du barreau parisien de l’entre-deux gu (...)

1L’année 1900 consacre l’accès au barreau pour les femmes et ainsi leur droit d’exercer une profession jusqu’alors réservée aux hommes : avocat. Jeanne Chauvin et Sophie Balachowsky-Petit ont été les premières à pouvoir prêter serment. Un petit noyau d’avocates s’est constitué que n’a pas épargné la médisance de leurs confrères. Nous allons tenter ici l’étude du parcours professionnel et féministe des femmes avocates à Paris de 1900 à 19251.

L’accès des femmes à la profession : un combat féministe

Jeanne Chauvin : la pionnière qui ouvre une voie

2La Première Guerre mondiale a marqué un tournant dans les possibilités d’accès aux professions pour les femmes :

  • 2 Thébaud (F.), « La Grande Guerre : le triomphe de la division sexuelle », in Perrot (M.) et Duby ( (...)

l’ouverture, dès la guerre, d’écoles commerciales et d’ingénieurs, et la création en 1919 d’un bac féminin qui permet l’accès à l’université2.

  • 3 Darric (J.), L’Activité professionnelle des femmes en France, Paris, PUF, 1947, p. 30.

3De 1911 à 1921, le nombre d’étudiantes progresse de 3 370 à 4 9103. La guerre n’a pas été le seul facteur d’émancipation et de changement dans la vie des femmes et dans leur rapport aux professions « masculines ».

4Avant l’arrivée massive des jeunes filles dans les universités de droit parisiennes et provinciales vers 1920, il avait fallu des combats acharnés pour « récupérer » le droit de prêter serment. « Récupérer », car ce droit n’avait jamais été officiellement interdit aux femmes depuis l’Antiquité. Cet argument a été employé maintes fois par celle qui voulait rouvrir la voie du droit aux femmes. « Celle », ou plutôt « celles », car si l’on dit :

  • 4 London (G.), « Les avocates aux deux robes », Le Journal, s.d.

Mme Balachowsky-Petit fut la première inscrite […] lorsqu’on parle de la première avocate, on évoque immanquablement la figure, récemment disparue, de Jeanne Chauvin4.

  • 5 Paris, Giard et Brière, 1892.

5La légende de Jeanne Chauvin est associée à la campagne qu’elle a menée pour l’accession des femmes au barreau. Son parcours sera un exemple à suivre pour de futures candidates avocates. Jeanne Chauvin est licenciée de philosophie et docteur en droit depuis 1892. Elle a soutenu une thèse dont le titre est déjà évocateur : Étude historique des professions accessibles aux femmes5. En 1897, elle dépose une proposition visant à accorder aux femmes l’accès au barreau, elle est refusée. Elle réussit à gagner à sa cause Léon Bourgeois, Paul Deschanel, Raymond Poincaré. Grâce à leur soutien et à celui de René Viviani, la loi est votée à la Chambre le 30 juin 1899. Le Sénat la ratifie le 13 novembre 1900. Jeanne Chauvin s’inscrit alors au barreau de Paris le 19 décembre 1900. Dans la voie ainsi ouverte, s’engouffrent à leur tour Suzanne Grinberg, Agathe Dyvrande-Thévenin, Maria Vérone. Jeanne Chauvin finit par se consacrer à l’enseignement dans une école de droit pour les filles. Grâce à elle et aux quelques autres qui l’ont suivie, le mot avocat a enfin pu être accordé au féminin.

6Malgré tout, les chiffres restent faibles avant-guerre. Il n’y eut que dix-huit avocates de 1900 à 1917. Cela se justifie par l’obligation de posséder le baccalauréat pour faire des études de droit.

Une vocation qui se révèle progressivement

7Malgré les difficultés inhérentes à la carrière, les bonnes volontés n’ont pas été découragées. Reste à comprendre les raisons d’un choix qui ne pouvait certes pas être guidé par des mécanismes de reproduction d’un modèle. Les étudiantes qui se sont lancées dans les études de droit n’avaient pas pour ambition première d’être avocate. C’était souvent loin d’être une vocation. La plupart de ces futures avocates témoignaient en revanche de l’intérêt pour les sciences humaines, les lettres, l’histoire, ce qui s’explique aisément quand on sait que le droit n’était jamais enseigné dans les collèges féminins et était en principe une discipline inconnue pour les candidates potentielles. Me Suzanne Dreyfus-David, par exemple, témoigne :

  • 6 Entretien Anne Laure Catinat avec Me Suzanne Dreyfus-David, mai 1996.

Moi, j’aimais l’histoire. Si vous prépariez le doctorat, c’était pour être professeur. Ce qui ne me tentait pas énormément. Finalement j’ai choisi le droit6.

8Les études y étaient plus courtes, ce qui pouvait aussi être un argument : après l’obtention du baccalauréat ou de la capacité en droit, le cursus s’effectue en trois ans jusqu’à la licence, complété par un stage chez un avocat. Yvonne Netter et Marcelle Kraemer-Bach avaient l’une et l’autre un enfant à charge et se trouvaient confrontées à une forme d’urgence. Yvonne Netter se destinait à l’enseignement, mais mère puis divorcée en 1918, elle a trouvé raisonnable de choisir le droit. Elle a obtenu sa licence en deux ans. Quant à Marcelle Kraemer-Bach, elle s’engage dans ses études de droit après son divorce. Elle ne semble pas regretter la voie choisie.

9Certaines de ces femmes mettent en avant leur attirance pour des professions « altruistes » – et le métier d’avocat leur paraît en être une – qui satisfassent aussi le désir d’indépendance financière et morale, qui s’affirme d’autant plus par le biais de la profession que les femmes n’ont pas le droit de vote :

  • 7 Déclaration de Maria Vérone in Prud’hon (P.), « Les enquêtes du Temps : impressions d’avocates », (...)

C’est le désir d’être utile et de rester indépendante, tout en gagnant sa vie et celle de ses enfants7.

  • 8 Razous (T.), Guide pratique des femmes et des jeunes filles dans le choix d’une profession, Paris, (...)

10En situation juridique d’incapacité civile, elles ne peuvent exercer que sous réserve d’accord parental ou marital. Le soutien du milieu familial et social est, dans ces conditions, décisif non seulement sur le plan des strictes motivations mais également à cause du coût relativement élevé des études de droit en 1910 : droits d’inscription 360 francs par an, 10 francs annuels de frais de bibliothèque, 1 150 francs de consignations pour les examens, 1 130 francs de droit d’examen8. Dans le cas d’Agathe Dyvrande-Thévenin, le soutien de son père a pu être décisif, ainsi que le rapporte le bâtonnier Gustave Mennesson :

  • 9 Mennesson (G.), « En passant Galerie Marchande : Madame Agathe Dyvrande-Thévenin », La Vie Judicia (...)

Si elle a suivi une carrière juridique, c’est pour déférer au désir de son père qui était magistrat9.

11Quant à Suzanne Grinberg, elle est l’épouse d’un chirurgien qui lui assure des revenus et une clientèle potentielle. Qu’elles qu’aient été les raisons concrètes qui ont permis à ces pionnières de forger leurs destinées – désir d’études plus courtes que celles offertes par les autres rares professions intellectuelles ouvertes aux femmes, impératif familial, déterminisme social ou professionnel – il ressort toujours la volonté plus ou moins clairement formulée de se démarquer du destin qu’on leur assignait : attendre patiemment qu’on les marie et être à la merci de la gestion de leur dot par leur époux. Après-guerre, les étudiantes en droit ont continué d’ouvrir la voie de cette profession. Ces nouvelles avocates n’ont pas manifesté de regret, malgré le risque impliqué pour une profession libérale où l’on est tributaire de la clientèle. Bien que l’accueil masculin fût parfois hostile aux étudiantes, puis aux avocates stagiaires, ces dernières ont su faire abstraction des railleries qui témoignaient tant d’une mentalité alors quasi générale, que d’une inquiétude face à des concurrentes potentiellement dangereuses.

Un accueil masculin réservé au début

  • 10 Kraemer-Bach (M.), « L’accession des femmes au Barreau », La Française, le 6 janvier 1923.

12La victoire remportée par Jeanne Chauvin ne serait point tant, d’après Marcelle Kraemer-Bach, celle du 1er décembre 1900, lorsque le Parlement ratifie le droit de prêter serment pour les femmes, qu’une victoire remportée au Palais grâce à « d’obscures et quotidiennes batailles »10. La manière dont Jeanne Chauvin raconte sa première plaidoirie, qui concernait la contrefaçon de corset (sa cliente était accusée par Me Allard, défenseur des brevets d’invention, d’avoir fabriqué trop fidèlement un corset) en dit long sur le regard que pouvait porter sur elle ses confères :

  • 11 Dyvrande-Thévenin (A.), « En passant Galerie Marchande : Mlle Jeanne Chauvin », Les Échos parisien (...)

les plaidoiries furent précédées d’un essayage de mannequins qui ne manquait pas de pittoresque, chacun put dire que j’étais bien à ma place11.

13Bien des hommes ont vu dans le désir d’être avocate une lubie. Ils s’amusaient de cet engouement « subi » par leur profession et beaucoup considéraient que les femmes n’en seraient pas capables.

  • 12 Kraemer-Bach (M.), La Longue Route, Paris, La Pensée universelle, 1988, p. 71.

Le bâtonnier Albert Salle m’apostropha rudement et me dit : « Que venez-vous faire ici ? Vous n’y réussirez jamais. Si vous avez besoin de gagner votre vie faites du commerce. Si vous êtes intellectuelle, entrez dans l’enseignement12.

14Jean Python, alors avocat-stagiaire, se souviendra de ces premiers et difficiles combats :

  • 13 Python (J.), « En passant Galerie Marchande : Me Nanine Morin-Blum », La Vie Judiciaire, 20 décemb (...)

Je me réjouis de voir le Palais, faire aux femmes la place qu’elles méritent. Au temps béni de mon stage, elles avaient de graves difficultés à vaincre : vous en souvient-il, Maria Vérone, Agathe Dyvrande, Suzanne Grinberg ?13

15« Vaincre », c’est évidemment dans les procès opposant ces femmes à une majorité d’hommes (avocat et magistrat), mais ce sont aussi les difficultés rencontrées pour se faire une place dans un milieu masculin. Maria Vérone a connu bien des détracteurs à ses débuts en 1907, mais elle a su s’imposer grâce à sa détermination et ses rapports avec ses collègues se sont vite améliorés :

  • 14 Déclaration citée par Prud’hon (P.), « Les enquêtes du Temps : impressions d’avocates », art. cit.

Je suis heureuse d’avoir l’occasion de témoigner ma reconnaissance à mes confrères qui m’ont toujours aidée de leurs conseils, aux magistrats qui se sont toujours montrés bienveillants, aux journalistes qui m’ont constamment soutenue dans la lutte que j’avais entreprise. J’ai eu la satisfaction de constater qu’au Palais, comme dans beaucoup d’autres milieux presque exclusivement masculins, une femme honnête et laborieuse pouvait vivre en toute confiance14.

16Après la Première Guerre mondiale, la situation avait changé. Les pionnières, par leur persévérance et leur travail, avaient balisé le terrain et conquis une légitimité.

17Les causes plaidées sont loin d’être des causes de « femmes », défense de la veuve et de l’orphelin, ou des causes de « pauvres » en commission d’office. Bien des exemples démontrent le contraire :

  • 15 Corcos (F.), Les Avocates, Paris, Montaigne, 1925, p. 147.

L’autre jour, je me trouvais en présence d’une femme à qui un dossier très suffisamment complexe avait été confié par un syndic de faillite, mon adversaire s’en est sortie à son honneur et son exposé était irréprochable. Vous me direz que cela faisait deux ans qu’elle le préparait, c’est possible, mais cela ne nous regarde pas15.

Les difficultés pour constituer sa clientèle

Gagner par ses compétences la confiance de la clientèle

18Les moyens de se constituer une clientèle peuvent être le bouche à oreille, un stage auprès d’un bon patron, les commissions d’office, ou les proches exerçant une profession libérale. Ce n’est pas facile et quand on est une femme, les difficultés ordinaires se doublent des préjugés souvent négatifs de la clientèle. La plupart préfère être défendue par des hommes. Cependant certaines femmes trouvent en ces nouvelles avocates une personne comprenant davantage leur condition féminine.

  • 16 Corcos F, Les Avocates, op. cit.

19Dans l’ouvrage de Fernand Corcos16, une avocate confie qu’elle a toujours rencontré de la courtoisie et de la bienveillance de la part de ses confrères, mais que ce n’est pas le cas de la part de la clientèle.

  • 17 Ibid.

Du côté de la clientèle, il y aurait certaines réserves à faire ; on n’est pas encore habitué à cette idée de la femme au Palais, mais c’est parce que la chose est nouvelle, et cela ne tient nullement à une infériorité de la femme17.

  • 18 Notes personnelles de Suzanne Grinberg, dossier presse (BMD).

20Pour la fidéliser, il ne suffit pas de se tisser un réseau de connaissances, mais il faut pouvoir attendre de gagner de l’argent et être sérieux. La clientèle se fie à l’apparence, et ne s’attache pas si facilement à un avocat18. Il serait intéressant d’établir une typologie des carrières d’après le type de procès plaidés. Bien qu’il n’y ait pas à cette époque la spécialisation en droit, il s’avère que certaines avocates vont davantage plaider des divorces, d’autres se retrouver en cour d’assises. Les avocats qui prétendent que l’avocate est faite pour la cause de « la veuve et de l’orphelin » s’appuient sur les dires de leurs consœurs elles-mêmes.

  • 19 Perrot (G.), « Les femmes au Palais », La Fronde, 8 juillet 1925.
  • 20 Bronne (C.), « La femme au barreau », Le Journal de Liège, 19 novembre 1927.

21Germaine Perrot, évoque la présence des femmes au tribunal pour enfants. Elles y sont appréciées par les magistrats et les familles. Elles possèdent des qualités psychologiques et savent allier à celles-ci une assurance dans la voix19. On voit dans l’avocate, défenseur des enfances malheureuses, des femmes battues, un dévouement conforme à sa nature20. On retrouve le choix d’un métier altruiste qui sied à une femme.

  • 21 Bard (C.), Les Filles de Marianne. Histoire des féminismes, Paris, Fayard, 1995, p. 159.

22Mais les avocates ne se sont pas cantonnées exclusivement à une clientèle féminine. Yvonne Netter reconnaît avoir eu à ses débuts une grosse clientèle féminine rare et peu fortunée21. Les choses peuvent évoluer rapidement avec la notoriété qui favorise une diversité de causes plaidées.

Quelques exemples de parcours professionnels

23On constate les effets produits sur une carrière après l’obtention du titre prestigieux de secrétaire de la Conférence. La Conférence de stage, obligation que doit remplir toute avocate stagiaire, est une joute oratoire. Après une sélection préalable, douze stagiaires sont nommées secrétaires de la Conférence, ce qui est une véritable consécration dans la profession. Dans les années vingt, Agathe Dyvrande-Thévenin provoque de vives réactions lors de sa candidature à la Cour de cassation.

  • 22 Mennesson (G.), « En passant Galerie Marchande », op. cit.

[Mais elle] prit vraiment possession de la barre et d’elle même ; plus tard elle eut le plaisir d’apprendre que deux de ses plaidoiries mentionnées par la presse avaient été connues à St-Quentin22.

  • 23 Simon (O.), « Jeanne Rospars : première avocate secrétaire de la Conférence », La Française, 29 se (...)

24De même, Jeanne Rospars prit la parole dans la bibliothèque et les phrases qu’elle prononçait étaient nettes. Odette Simon prétend qu’il n’était plus possible que l’on ne reconnaisse pas son talent23. Les féministes qui rédigent des articles dans La Française, voient en cette promotion une victoire féministe :

  • 24 Article non signé, « Une femme secrétaire de la Conférence », La Française, 15 septembre 1922.

Mlle Rospars, avocate à la cour de Paris vient d’être nommée secrétaire de la Conférence. C’est la première fois que ce titre envié est conféré à une femme, et c’est une grande victoire pour le féminisme24.

  • 25 Corcos (F.), Les Avocates, op. cit.
  • 26 La typologie des procès défendus a pu être faite à partir de coupures de presse présentes dans le (...)

25Pour Juliette Veillier-Duray, élue seconde secrétaire de la Conférence en 1925-1926, les retombées sur la carrière semblent très significatives. Elle peut se prévaloir de quatorze plaidoiries en assises. Posséder ce titre est donc un élément qui aide à plaider aux assises, sans en être la condition sine qua non. En effet, Georgie Myers, sans avoir jamais été secrétaire, a plaidé douze procès aux assises. Un avocat interrogé par Fernand Corcos25 prétend que les entreprises ne confient pas leurs intérêts à des femmes. Il y a des contre-exemples. Marcelle Kraemer-Bach a travaillé pour une compagnie maritime et a pu acquérir une solide réputation26. Agathe Dyvrande-Thévenin explique son itinéraire professionnel :

  • 27 Mennesson (G.), « En passant Galerie Marchande : Mme Agathe Dyvrande-Thévenin », art. cit.

Peu à peu la clientèle se forma : divorces, recherches de paternité, question d’État, l’acquittement d’un algérien poursuivi pour vol lui vaut même une clientèle africaine […]. Ce qui l’attire, ce sont surtout les procès aux assises. Ils mettent en jeu les questions psychologiques et les passions humaines27.

26Elle apparaît comme l’une des avocates les plus citées aux assises. Marcelle Kraemer-Bach confirme le prestige qui en découle :

  • 28 Kraemer-Bach (M.), La Longue Route, op. cit., p. 75.

Plaider aux assises est un grand honneur redoutable et envié, réservé aux avocats chevronnés, ou aux secrétaires de la Conférence de la promotion de l’année. Chance insolite28.

  • 29 Correspondance avec Pierre Veron, mai-juin 1996.

27Toutes les avocates ne se lancent pas dans le droit pénal, et ont pu mener une carrière non moins négligeable. Élise Veron a dirigé plusieurs cabinets aux côtés de son mari, Pierre Veron. Elle plaidait surtout au début des divorces29. De même Me Suzanne Dreyfus-David a occupé une bonne partie de sa carrière au droit à la propriété artistique. Yvonne Netter a plaidé des affaires dont certains de ses clients étaient connus : Marie Laparcerie et Victor Margueritte. La clientèle d’Yvonne Netter ainsi que d’autres avocates provenait d’un milieu relativement aisé.

L’engagement d’avocates pour la cause féministe

28La plupart des pionnières ont plaidé non seulement les causes mais aussi, bien que cela soit en dehors du Palais, leur cause, la cause des femmes et ont combattu pour l’élargissement des droits politiques (droit de vote) ou civils. L’avocate qui avait l’habitude de s’exprimer à la barre était incontestablement une recrue efficace pour le mouvement féministe.

  • 30 Lettre dactylographiée d’Andrée Lehmann, dossier personnel Andrée Lehmann, BMD.

À l’éloquence de la barre qu’elle emploie avec tant de talent et d’autorité pour défendre les intérêts de ses clients, Maria Vérone joint l’éloquence de la tribune qu’elle met au service de la revendication du droit des femmes30.

  • 31 Lettre datée du 21 janvier 1924, Paris, APP.

29Les avocates étaient à l’aise devant un auditoire, puisqu’elles étaient familiarisées au discours public. On les sollicitait pour donner des conférences. Elles avaient l’habitude de rédiger des plaidoiries. Les conférences qu’elles donnaient n’étaient pas écrites dans un style juridique, mais il subsistait des victimes (les femmes) et des accusés (le système législatif et ses représentants trop conservateurs). La démarche était similaire pour inciter les femmes à se mobiliser et convaincre les hommes de modifier leur point de vue (elles avaient des alliés au Palais, tels Me Cathala ou Me Moro-Giafferi)31.

30Le combat pour l’accession des femmes au barreau a été en lui-même une cause féministe. Maria Vérone par exemple est une figure célèbre, au palais d’une part mais aussi pour ses activités en faveur du droit des femmes, qu’elle mène de façon parfois spectaculaire. Une photographie célèbre la représente portant sa toque et une banderole : « La femme veut voter ». Collaboratrice de la revue Le Droit des femmes, elle organise nombre de conférences militantes. Elle participe aux activités du mouvement suffragiste, aux chahuts aux abords ou à l’intérieur même du Sénat qui diffère toujours la mise à l’ordre du jour du vote des femmes. À la préfecture, elle est connue pour sa participation aux manifestations féministes, comme pour ses fréquentes demandes d’autorisations qui tendent toutes à populariser la question des droits des femmes. Le 4 novembre 1922, elle demande la permission de traverser Paris dans un autocar portant le calicot : « Ligue des droits de la femme : la femme veut voter ». Cela ne lui a pas été accordé. Le cabinet du préfet se doute qu’elle contreviendra aux ordres. Mais Maria Vérone n’en fera rien, car elle ne souhaite pas mettre en cause le conducteur de l’autocar. Ce qu’il faudrait retenir de ses actions féministes, c’est une volonté de sensibiliser un large public.

  • 32 « Les Françaises les plus éminentes sont assimilées aux mineurs et aux incapables », La Française, (...)
  • 33 Bard (C.), « L’avocate Yvonne Netter (1886-1985), une militante féministe et sioniste de l’entrede (...)
  • 34 Par exemple Netter (Y.), Le Code de la femme, Paris, Éd. du progrès civique, s.d. ; Kraemer-Bach ( (...)

31Suzanne Grinberg est entrée au barreau au même moment que Maria Vérone. Elle a pris des engagements pour le droit de vote des femmes. Elle prend judicieusement appui sur sa profession. Une Française peut être avocate et mettre son talent au service de la défense de clients qui ne sont pas toujours des modèles de civisme. Pourtant, ils peuvent voter, ainsi que les étudiants de droit à qui elle dispense des cours en tant qu’agrégée de droit32. Tout comme Yvonne Netter, elle cherche la publicité pour la cause. L’engagement féministe d’Yvonne Netter, fondatrice du foyer guide féminin n’est plus à démontrer33. Marcelle Kraemer-Bach préside l’Œuvre générale de l’enfance. Tout comme Suzanne Grinberg, elle prend conscience des lacunes des femmes qui méconnaissent le Code civil. Elle tente d’y remédier en enseignant trois ans au foyer de l’union chrétienne des jeunes filles. Pour faire connaître aux femmes l’état du droit et, partant, les droits à conquérir, Suzanne Grinberg, Yvonne Netter, Marcelle Kramer-Bach publient des manuels destinés à un large public, dont les presses féminines et féministes se font l’écho34.

  • 35 Brunschvicg (C.), « Le parti et les femmes », La Française, 5 novembre 1927.

32Une autre forme d’engagement féministe qui semble très minoritaire chez les avocates est l’entrisme dans les partis politiques, y compris dans un parti radical dont on connaît la grande peur du vote des femmes. Sensibilité politique oblige bien sûr, mais aussi désir de participer à la vie politique et d’agir à l’intérieur des forteresses masculines, Marcelle Kraemer-Bach et Odette Simon rejoignent le parti radical, Betty Brunschvicg la SFIO. En matière de droit de vote, ces stratégies n’ont guère été payantes, l’histoire l’a prouvé, mais elles ont eu un impact dans d’autres domaines. Le parti radical, pour ne donner qu’un exemple, a voté à l’unanimité les propositions d’Odette Simon sur les droits de la femme mariée35. Ces femmes, et c’est d’ailleurs le cas dans l’ensemble du monde féministe, compartimentent leur domaine d’intervention et, si elles peuvent faire du féminisme en politique, elles récusent l’idée de politique en féminisme.

33Connaître et défendre les droits, quand on est femme et par conséquent privée de bien des droits dont jouissent les hommes, est peut-être le grand paradoxe des avocates du début du siècle. Quelques pionnières ont réussi, par leur ténacité, leur ardeur au travail, et leurs réelles capacités, à ouvrir largement cette profession à leurs consœurs. Cela explique aussi, que même si la conscience féministe a parfois précédé le choix du métier, le métier lui-même ne pouvait que sensibiliser à la cause des femmes. La plupart des pionnières se sont engagées dans le mouvement féministe, et cela n’est pas un hasard. Elles s’étaient heurtées au piège d’un monde « masculiniste » et elles connaissaient le droit. De là à défendre leurs droits…

Notes

1 Question étudiée pour ma maîtrise d’histoire sur Les Femmes du barreau parisien de l’entre-deux guerres.

2 Thébaud (F.), « La Grande Guerre : le triomphe de la division sexuelle », in Perrot (M.) et Duby (G.) (dir.), Histoire des femmes, t. 5, 1992, p. 71.

3 Darric (J.), L’Activité professionnelle des femmes en France, Paris, PUF, 1947, p. 30.

4 London (G.), « Les avocates aux deux robes », Le Journal, s.d.

5 Paris, Giard et Brière, 1892.

6 Entretien Anne Laure Catinat avec Me Suzanne Dreyfus-David, mai 1996.

7 Déclaration de Maria Vérone in Prud’hon (P.), « Les enquêtes du Temps : impressions d’avocates », Le Temps, 7 février 1914, p. 4.

8 Razous (T.), Guide pratique des femmes et des jeunes filles dans le choix d’une profession, Paris, Monroty et Brunet, 1910, p. 99-102. Le salaire annuel d’un ménage ouvrier étant alors approximativement de 1 550 francs.

9 Mennesson (G.), « En passant Galerie Marchande : Madame Agathe Dyvrande-Thévenin », La Vie Judiciaire, datée du 10-02-1928.

10 Kraemer-Bach (M.), « L’accession des femmes au Barreau », La Française, le 6 janvier 1923.

11 Dyvrande-Thévenin (A.), « En passant Galerie Marchande : Mlle Jeanne Chauvin », Les Échos parisiens, 10 décembre 1925, p. 1-2.

12 Kraemer-Bach (M.), La Longue Route, Paris, La Pensée universelle, 1988, p. 71.

13 Python (J.), « En passant Galerie Marchande : Me Nanine Morin-Blum », La Vie Judiciaire, 20 décembre 1933.

14 Déclaration citée par Prud’hon (P.), « Les enquêtes du Temps : impressions d’avocates », art. cit.

15 Corcos (F.), Les Avocates, Paris, Montaigne, 1925, p. 147.

16 Corcos F, Les Avocates, op. cit.

17 Ibid.

18 Notes personnelles de Suzanne Grinberg, dossier presse (BMD).

19 Perrot (G.), « Les femmes au Palais », La Fronde, 8 juillet 1925.

20 Bronne (C.), « La femme au barreau », Le Journal de Liège, 19 novembre 1927.

21 Bard (C.), Les Filles de Marianne. Histoire des féminismes, Paris, Fayard, 1995, p. 159.

22 Mennesson (G.), « En passant Galerie Marchande », op. cit.

23 Simon (O.), « Jeanne Rospars : première avocate secrétaire de la Conférence », La Française, 29 septembre 1922.

24 Article non signé, « Une femme secrétaire de la Conférence », La Française, 15 septembre 1922.

25 Corcos (F.), Les Avocates, op. cit.

26 La typologie des procès défendus a pu être faite à partir de coupures de presse présentes dans le dossier d’Yvonne Netter et de la rubrique « le rôle des assises de la Seine » dans La Vie judiciaire.

27 Mennesson (G.), « En passant Galerie Marchande : Mme Agathe Dyvrande-Thévenin », art. cit.

28 Kraemer-Bach (M.), La Longue Route, op. cit., p. 75.

29 Correspondance avec Pierre Veron, mai-juin 1996.

30 Lettre dactylographiée d’Andrée Lehmann, dossier personnel Andrée Lehmann, BMD.

31 Lettre datée du 21 janvier 1924, Paris, APP.

32 « Les Françaises les plus éminentes sont assimilées aux mineurs et aux incapables », La Française, avril 1936, p. 2.

33 Bard (C.), « L’avocate Yvonne Netter (1886-1985), une militante féministe et sioniste de l’entredeux- guerres », Sexe et race. Discours et formes nouvelles d’exclusion du xixe au xxe siècle, Paris VII, CERG, 1990, p. 143-172.

34 Par exemple Netter (Y.), Le Code de la femme, Paris, Éd. du progrès civique, s.d. ; Kraemer-Bach (M.), Les Inégalités légales entre l’homme et la femme, Paris, PUF, s.d. ; Grinberg (S.), La Condition de la femme en France, Paris, Sirey, 1938.

35 Brunschvicg (C.), « Le parti et les femmes », La Française, 5 novembre 1927.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540