Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et justice pénale

 | 
Christine Bard
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Michelle Perrot
, 
et al.

Quatrième partie. Fonctionnement

Le juge et la témoin. L’instruction judiciaire et les femmes dans la France des notables

Jean-Claude Caron

Texte intégral

1À une conception égalitaire de la loi, proclamée dans le premier article de la Charte, répond une pratique distinctive de la justice. Distinctions multiples : âge, origine sociale, niveau d’éducation et d’instruction, catégorie socioprofessionnelle interviennent dans le regard posé par le juge sur le justiciable. Et l’appartenance sexuelle ? Tout historien le sait : les femmes sont largement sous-représentées dans les procès, sauf pour certaines catégories où elles tendent alors à constituer la quasi-intégralité du corpus (ainsi pour les cas d’infanticides). Cette sous-représentation peut s’interpréter comme la conséquence de comportements beaucoup moins délinquants ou criminels, ce qui est globalement vrai. Mais dans le cas de violences sociales ou politiques, où les récits, de quelque producteur qu’ils émanent, soulignent la présence massive et parfois majoritaire de femmes dans certaines séquences de l’événement, leur absence ou leur faible proportion parmi les prévenu(e)s ou les inculpé(e)s pose problème. Le propos reste vrai pour le premier degré de la construction judiciaire : le témoignage. L’acte de témoigner suppose la reconnaissance d’une identité non seulement civique, mais aussi politique, sociale, culturelle, relevant de la capacité à raisonner et à exprimer une parole audible. Dans la France des notables, il n’est pas acquis que la femme-témoin participe à cette construction. Son rejet de la sphère politique ne la rejette-t-elle pas implicitement dans la sphère privée ? Dès lors, que peut-elle avoir à dire sur la scène judiciaire qui se situe à la croisée des champs du politique et du social ?

2Le cas ici traité est à la fois exemplaire et quelque peu hors normes. Exemplaire parce qu’il permet de donner une assise concrète à la réflexion sur la rencontre entre la pratique judiciaire et les femmes. Mais hors normes également, parce que les événements ayant donné lieu à une très lourde instruction sortent de l’ordinaire. La révolte de Clermont-Ferrand de septembre 1841 se rattache à la catégorie de l’insurrection, en précisant qu’il ne s’agit pas ici d’un acte prémédité. Pourtant, le terme de spontanéité ne convient pas non plus tout à fait : l’insurrection de Clermont-Ferrand des 9 et 10 septembre s’inscrit dans un mouvement protestataire d’ampleur nationale, jalonné par des révoltes tournantes particulièrement marquées à Toulouse en juillet, à Lille en août et, durant tout l’été, à travers toute la France, avec une prédilection pour un grand Sud-Ouest s’étendant de Bordeaux à Montpellier, en passant par de nombreuses petites et moyennes villes formant un dense réseau urbain dans le Midi. La conjonction d’une protestation urbaine et d’une protestation rurale (avec notamment l’appui des vignerons d’Aubière et de Beaumont aux insurgés de Clermont), mais aussi d’une protestation bourgeoise et d’une protestation populaire achève de donner à ce mouvement son caractère spécifique. L’épisode clermontois en marqua l’apogée en niveau de violence, puisqu’on dénombre entre 15 et 20 morts et des dizaines de blessés.

  • 1 A.D. du Puy-de-Dôme, U 10763/1 - U 10763/2 - U 10763/3 : Affaires de Chauriat et de Clermont- Ferr (...)
  • 2 Le volume est titré sur la reliure : Troubles de Clermont en septembre 1841. Interrogatoires. Dépo (...)

3Quelques questions simples peuvent être posées à la source. Celle-ci a été imprimée à partir d’un état manuscrit1 pour être distribuée aux magistrats et aux membres du jury, tant étaient volumineux les quelques 900 procès-verbaux d’interrogatoires de prévenus (143 au total représentant 118 individus différents) ou de dépositions de témoins (760 au total représentant 722 individus différents)2. Qu’en est-il de la pratique judiciaire dans l’interrogatoire des femmes ? Révèle-t-elle une perception, directe ou indirecte, de la différence des sexes dans la technique mise en œuvre pour « faire parler » ces femmes, depuis la déclinaison de leur identité jusqu’au rôle qu’on leur impute, en passant par la nature des questions posées, la longueur des interrogatoires, l’espace laissé – ou ce qui en est retranscrit – pour les réponses, les mots utilisés, les responsabilités supposées etc. ? En miroir, se dessine ainsi l’image de la femme sortant du silence. Il convient naturellement de faire la part des choses entre un comportement induit par la confrontation avec un système de gouvernementalité inhabituel – la justice –, relevant d’une volonté de génération de l’aveu et donc producteur de résistances globales, masculines et féminines, et un comportement spécifiquement féminin face à une justice dont tous les acteurs et toutes les références sont masculins, générant une stratégie sexuée : évitement, silence, soumission, aveu « spontané », rébellion ?

Identités féminines : des figures incomplètes

4L’insurrection clermontoise correspond à l’apogée de la résistance populaire au « recensement Humann ». Ce dernier, ministre des Finances, a couplé le recensement de 1841 avec des consignes données aux agents des contributions directes pour qu’ils comptent par eux-mêmes les portes et fenêtres, objets d’un impôt direct. Le souci énoncé par Humann de rendre la perception de l’impôt plus juste a été interprété par une partie de la population comme le désir de faire payer davantage les contribuables ; le rôle dévolu aux agents du fisc, quant à lui, a été perçu par les maires comme un empiètement sur le pouvoir municipal. On trouve donc un intérêt commun à des classes sociales différentes face à un pouvoir fiscal qui ressuscite des comportements de résistance comparables, sinon identiques, à ceux de l’Ancien Régime. Un peu partout, de juin à octobre, les portes se ferment, les insultes et les pierres fusent, et parfois les barricades s’érigent, y compris dans de petites localités dont la population est à la fois citadine par son type d’habitat et rurale par ses activités professionnelles. Les récits de ces affrontements témoignent de la présence des femmes dans la révolte populaire.

  • 3 La moyenne est calculée sur 117 cas, l’âge de l’un des prévenus n’étant pas indiqué, dont 112 homm (...)
  • 4 Moyenne calculée sur 142 cas, quatre de ces femmes-témoins n’indiquant pas leur âge.
  • 5 Moyenne calculée sur 572 cas, quatre de ces hommes-témoins n’indiquant pas leur âge.
  • 6 66 sur 113, soit 58,41 %.

5Dans le cas de Clermont-Ferrand, sur les 143 interrogatoires de prévenus correspondant à 118 individus différents, l’âge moyen des prévenus est de 34,5 ans, celui des seuls hommes de 34 ans, et celui des seules femmes de 46,4 ans3. Cette moyenne féminine largement supérieure à la moyenne générale n’est guère significative si l’on considère que le corpus féminin se compose de 5 personnes. Pour autant, le fait que l’âge de ces femmes varie entre 33 et 63 ans ne relève pas du seul hasard. Hormis une raison sociale, fondée sur la répartition des rôles, il apparaît probable que les arrestations opérées aient volontairement exclu de trop jeunes filles, dont on n’aurait su que faire. Concernant les femmes-témoins, au nombre de 146 (sur un total de 722 personnes interrogées), on constate qu’elles atteignent un âge moyen de 42,2 ans4. Il s’agit donc là encore d’une moyenne élevée, mais l’écart avec la moyenne masculine – 41,17 ans – apparaît infime5. Un indice permet de caractériser la situation sociale de ces femmes prévenues ou témoins : la signature au bas de leur interrogatoire ou de leur déposition. Là encore, avec les précautions d’usage relatives à l’analyse de ce marqueur social et sexuel, la disproportion est flagrante avec les hommes. Une seule des cinq prévenues signe son interrogatoire, alors que près de 60 % des hommes sont à même de le faire6. Mais les chiffres sont différents du côté des témoins : sur 146 femmes, 64 sont capables de signer, soit près de 44 %.

  • 7 Seule une des cinq prévenues est née à Clermont, les autres sont originaires de communes voisines. (...)

6Hormis la constatation du sexe et de l’âge, du lieu de naissance et de la domiciliation, ces femmes n’ont guère d’identité propre7. Sur cinq prévenues, deux seulement mentionnent une profession : blanchisseuse et domestique. De fait, ces femmes n’existent pas en tant qu’individu(e) autonome : pour les cinq, on rappelle qu’elles sont des épouses de maris dont on cite le nom et parfois même la profession. Concernant les 146 femmes-témoins, les constatations sont identiques, mais prennent d’autant plus de valeur que le corpus est important. L’absence de mention de la profession exercée est largement confirmée : 91 sur 146, alors que, par ailleurs, trois répondent clairement être « sans profession ». Lorsque la prévenue Adélaïde Gonichon décline son identité, elle n’indique pas de profession : elle se présente comme femme de Pierre Brousse, tueur de porcs ; mais, dans son récit des faits, elle révèle être employée au théâtre. Pour la cinquantaine de cas restants, la répartition est sans surprise : une bonne dizaine relèvent de la domesticité, et trois groupes de taille équivalente (sept à huit cas) du commerce de produits alimentaires, de la tenue d’une auberge ou d’un cabaret, et des métiers de la confection. Par ailleurs six femmes se présentent comme propriétaires.

Stratégies féminines : logiques de la représentation

7Face au juge d’instruction, la femme est confrontée à une logique et à un discours qui n’appartiennent pas à son quotidien. Dès lors, il s’agit d’élaborer une stratégie. La chose est davantage vraie pour la prévenue ; mais même la témoin se doit parfois de prouver son innocence face à d’autres témoignages accusateurs. Cela va d’autant moins de soi que la parole féminine est sinon exclue de l’espace public, du moins étalonnée – c’est-à-dire infériorisée – par rapport à la parole masculine. Ce qui est vrai en période « normale » est accentué en période de crise : les mots de l’homme ne sont pas les mots de la femme dans l’invective, l’insulte ou la menace, les actes de violence traduisent eux aussi la persistance d’un clivage, et cette différenciation sexuelle participe pleinement à l’édification de l’image de l’homme ou de la femme révolté(e). De même, dans la confrontation entre le juge d’instruction et la prévenue ou la témoin, l’autre est perçu(e) au miroir d’une représentation dans laquelle la part du sexuel s’affirme. Faut-il inclure dans cette représentation la brièveté notable de la plupart des interrogatoires comme des dépositions féminines ? Moins bavardes ou plus concises que les hommes, les femmes ? Ou leurs propos sont-ils volontairement plus concentrés dans leur transcription ? Toujours est-il que l’espace alloué à la parole féminine est nettement plus réduit que celui qui est accordé à la parole masculine.

8L’interrogatoire des cinq prévenues révèle les stratégies suivies pour échapper à l’accusation. Ainsi Marie Bourrand, femme Dozat, âgée de 63 ans et blanchisseuse de son état, est accusée d’avoir volé du bois dans le bureau d’octroi de la barrière de Fontgiève mis à sac par des jeunes gens, eux-mêmes accusés d’avoir volé de l’argent dans ces lieux. La défense de la prévenue concentre quatre éléments d’un discours type : l’aveu, la dénonciation d’auteurs de faits mineurs, l’incapacité d’identification d’auteurs de faits majeurs, l’argumentaire d’atténuation. L’aveu est franc, mais comporte déjà des aspects atténuants :

  • 8 Interrogatoire mené par Claude-Antoine Godemel (C.-A. G.), juge d’instruction, 22 septembre 1841.

quand ces jeunes gens ont eu quitté le bureau, je m’en suis rapprochée pour prendre quelques morceaux de planches qui brûlaient, j’en ai emporté un faix dans mon jupon, et j’ai prié les jeunes gens qui se trouvaient vers la barrière de ne plus jeter des pierres aux croisées de la caserne8.

9Les mots soulignés par nous participent déjà d’un énoncé atténuant. Mais la prévenue affirme aussi que, à la demande des militaires, elle a pris des registres et des papiers pour les sauver de la destruction et qu’elle les a ensuite restitués à leurs propriétaires. Du reste, elle n’était pas seule à avoir pris du bois : « La femme Rive a, comme moi, pris du papier et du bois » – petite dénonciation sans grande conséquence. En revanche,

  • 9 Ibid.

je ne reconnaîtrais pas les jeunes gens dont j’ai parlé, parce que je ne vois pas très clair9.

10La distance est de suite installée entre ce qui est avouable et ce qui ne l’est pas, eu égard aux conséquences d’un tel aveu. Il y a donc très clairement l’expression d’une connaissance des enjeux de l’interrogatoire. En regard, l’interrogatoire de la « femme Rive » – Catherine Marly, 53 ans – confirme la déclaration de Marie Bourrand : elle reconnaît bien avoir pris des papiers et du bois ; elle aussi a obéi à une injonction des forces de l’ordre, elle non plus n’a pas vu

  • 10 Interrogatoire mené par C.-A. G., juge d’instruction, 22 septembre 1841.

le jeune homme que vous me dites avoir été blessé dans cette circonstance10.

11La complémentarité parfaite entre les deux versions peut évidemment relever d’une passion commune pour la vérité, mais aussi de l’élaboration d’une stratégie commune de deux femmes incarcérées ensemble à la maison d’arrêt de Clermont-Ferrand.

  • 11 Déclaration à l’officier de gendarmerie Celcourt de Girard, visite domiciliaire du 15 septembre 18 (...)
  • 12 Interrogatoire mené par C.-A. G., juge d’instruction, 19 septembre 1841.

12Il reste naturellement à imaginer ce que le récit ainsi fabriqué ne nous dit pas. Se pose tout d’abord le problème de la langue. L’homogénéité du discours, en terme de vocabulaire et de syntaxe, de tous les interrogatoires est un indicateur de l’usage de multiples filtres du parler, féminin comme masculin du reste : pas un mot de patois ou de dialecte ne subsiste – sauf de très rares exceptions – ni même de localismes ; le filtre est également social, le discours de la paysanne, de l’aubergiste ou de la propriétaire étant formulé en des termes identiques ; enfin, le filtre est administratif, le discours devant entrer dans des normes d’énoncé qui le rendent compréhensible dans n’importe quel espace judiciaire. La continuité du discours – une trentaine de lignes dans le cas de Marie Bourrand – ne permet pas de prendre en compte le surgissement des questions, la relance effectuée par le magistrat, sa demande de précisions, les silences ou les difficultés d’énoncé de la prévenue, etc. Pourtant, la pratique peut varier, bien que l’interrogatoire soit mené par le même juge d’instruction et transcrit par le même greffier. Dans le cas d’Adélaïde Gonichon, il s’agit d’une affaire assez grave : trois pistolets appartenant à l’un des principaux armuriers de la ville ont été retrouvés chez elle. La série de questions vise à lui faire dire qu’elle a elle-même transporté ces pistolets – ce qu’elle avoue –, mais aussi pris des objets provenant du pillage de la maison du maire Conchon –, ce qu’elle nie avec force. Elle justifie la présence des pistolets en affirmant qu’ils ont été prêtés par l’armurier « pour l’exercice du théâtre » qui l’emploie11. L’armurier ayant certifié que les armes n’ont pas servi, la prévenue est mise en liberté provisoire, les faits n’étant pas jugés suffisamment établis12.

13Le cas de Marguerite Dautreix semble dans un premier temps plus grave : elle a été blessée à la main lors des combats. Mais l’explication qu’elle donne au magistrat convainc suffisamment ce dernier qui ne pousse pas plus avant l’interrogatoire :

  • 13 Interrogatoire mené par C.-A. G., juge d’instruction, 7 novembre 1841.

mon enfant, âgé de douze ans, était sorti ; je suis allé le chercher près de la rue Neuve, et je revenais chez moi avec lui, lorsqu’une balle m’a frappée13.

14C’est en définitive le cas d’Antoinette Monestier qui est le plus grave, ce que démontre son interrogatoire, de loin le plus long, avec trois pages. Sa maison est contiguë au bureau de l’octroi de la barrière d’Issoire, totalement dévasté durant les événements : elle est inculpée d’avoir enlevé une partie du mobilier. Sa défense consiste à affirmer qu’elle n’est pas sortie de chez elle, que ce sont d’autres femmes – dont elle donnent les noms – qui ont apporté effets et mobiliers chez elle afin de les soustraire au feu, mais qu’elle s’est ensuite empressée de rapporter tous ces objets à leurs propriétaires. Accusée par un employé de l’octroi de lui avoir dérobé son manteau, elle rétorque :

  • 14 Interrogatoire mené par C.-A. G., juge d’instruction, 20 septembre 1841.

je lui ouvris mon armoire en l’invitant à y chercher. Je vous fais part de cette circonstance, parce que je tiens à me laver de pareille inculpation14.

15L’intrusion du privé – symbolisé par l’ouverture de l’armoire – comme argument dénégateur ne paraissant pas suffisant, la prévenue joue alors son va-tout en indiquant qu’une autre détenue lui a confié

qu’elle savait qu’un manteau, des serviettes et des chemises avaient été volés au feu, et que s’il fallait indiquer la couleur du manteau elle le ferait.

16Le partage de l’information est donc ici utilisé comme gage de sa véracité. Mais la prévenue précise aussitôt que sa co-détenue « ne me désigna pas la personne qui aurait volé ces objets ».

17En outre, elle donne la liste de ce qu’elle détient encore chez elle :

un panier à salade, un grand panier de vendangeur, un chandelier, un morceau d’un autre chandelier de cuivre, un devant de commode cassé, un petit tabouret en paille, des demi-manches bleues, une grande banne en noisetier ; un rouleau de cartes géographiques, quelques gravures et un morceau de verre, un châssis recouvert de papier sur toile et des débris de meubles.

18La précision de l’énumération ne manque pas de surprendre : elle relève à l’évidence d’une précaution prise en prévision de l’interrogatoire, pour faire la preuve de sa bonne foi. Antoinette Monestier établit aussi une liste de personnes pouvant témoigner qu’elle n’a pas quitté son domicile, dont le directeur de la literie militaire. Mais lorsque le juge tente d’obtenir qu’elle lui confirme les noms de femmes ou d’hommes qui auraient transporté chez eux des objets pris dans le bureau d’octroi, elle s’y refuse absolument, affirmant ne pas les connaître ou n’avoir rien vu. De même, à une question plus traditionnelle et plus large : « Connaissez-vous ceux qui ont pris part à ces dévastations et pillage ? », la réponse se fait volontairement neutre et imprécise : « j’ai remarqué des bourgeois, des ouvriers et des paysans ; mais je n’ai reconnu personne ». Incidemment, dans son récit des dévastations, elle formule un argument généralement considéré comme facteur atténuant dans les révoltes populaires : « on criait : pas de pillage. Jetez tout dans les flammes », le non-respect de la propriété étant, de cette manière, largement minoré.

Femmes alibis, femmes accusatrices

  • 15 Déclaration à l’officier de gendarmerie Celcour de Girard, visite domiciliaire du 19 septembre 184 (...)

19Quand elles ne sont pas témoins ou prévenues, les femmes constituent souvent le premier intermédiaire avec la justice. Devant la fuite de leur mari, de leur compagnon, de leur frère etc., elles doivent faire face aux questions des maires, gendarmes ou policiers en charge de l’enquête. C’est ainsi que la femme et la sœur de Monteilhet, accusé d’être l’un des principaux chefs des insurgés d’Aubière et en fuite, doivent assister à la perquisition de leur domicile et répondre aux questions de l’officier de police judiciaire. La sœur de Monteilhet élabore un long récit de disculpation : la construction argumentée du discours, l’inscription des actes de son frère dans une chronologie précise, la stratégie adoptée qui vise à le présenter comme un modérateur, coupant la corde de la cloche de l’église pour qu’on cesse de sonner le tocsin, tout indique que la déclaration n’est pas improvisée. Il est vrai que la perquisition a mis en évidence la présence d’un fusil, de poudre et de plomb – ce qui peut toujours se justifier –, mais surtout d’un tambour de ville, pièce autrement accusatrice : elle signifie en effet la volonté d’en appeler à la révolte15.

  • 16 Déposition d’Antoinette Labarie, reçue par Jacques Maignol (J. M.), conseiller à la cour royale de (...)

20Souvent, ce sont aussi les paroles des femmes qui permettent l’établissement d’un premier récit des événements. Une formule, toutefois, résume assez bien les dépositions prudentes de ces femmes convoquées par la justice : « J’ai ouï dire dans le voisinage… »16, formule traduisant l’existence de réseaux d’interconnaissance, partageant l’information ou la rumeur. Dans le cas de Marie Gaubert, locataire de la maison Jaubert, située au-dessus du bureau d’octroi dévasté avec la barrière d’Issoire et pillée par les émeutiers, la déposition est nourrie de l’évocation d’autres témoins nommés ou identifiables :

  • 17 Déposition reçue par C.-A. G., 25 octobre 1841.

la femme Sauvade, aubergiste, pourrait donner des renseignements […] ; une nommée Marie, femme Murol, locataire de l’ancienne maison Roux, a dit à la femme Quillet… […] ; il m’a été dit aussi par le sieur Quillet […] ; le nommé Jean Grégoire m’a déclaré qu’on lui avait dit […] ; le cordier qui demeure près du Tir m’a raconté que des femmes […] ; un petit choriste des Carmes a déclaré à mon fils17.

  • 18 Déposition reçue par J. M., 6 octobre 1841.

21L’information ou la rumeur circulent par des réseaux essentiellement féminins : c’est ainsi que la cabaretière Anne Broche, une veuve, relate qu’une marchande de charbon lui a présenté l’un de ses clients comme l’un des pillards de la maison du maire ; celle-ci affirme tenir l’information de la sœur de Domitrand, l’un des principaux inculpés, qui aurait également rapporté ces propos à la femme Zo, empailleuse de chaises18. Une autre témoin, Marie Delarbre, dit avoir été informée par Françoise Chevalier et « d’autres femmes ». Magdeleine Devedeux tient des informations de madame Laroche et d’une « dame dont je ne sais pas le nom ». Quant à Marie Falateuf,

  • 19 Déposition reçue par J. M., 27 octobre 1841.

[elle a] entendu Marie Girard, femme Quillet, dire qu’elle avait vu la Farinade courir au-devant de ses frères qui sortaient de la maison Jaubert, et leur donner le bras pour les aider à cacher quelques objets qu’ils portaient dans leurs blouses19.

22Parfois, le propos se fait volontairement vague et assez général pour ne compromettre personne de manière trop grave, tout en désignant l’adversaire, voire l’ennemi. Ainsi de Catherine Perrin, 64 ans, femme d’un officier de santé habitant à Aubière :

Dans la soirée du 9 du présent mois, j’entendis crier : Aux armes, vengeance ; comme depuis 1830, et à chaque fois qu’il y a du désordre dans la commune, on se présente à notre domicile pour y commettre des dégâts, parce que mon mari, ayant été autrefois secrétaire de la mairie, avait rédigé des procès-verbaux contre les malfaiteurs de la commune.

  • 20 Déposition reçue par C.-A. G., 30 septembre 1841.
  • 21 Déposition reçue par J. M., 26 octobre 1841.

23Catherine Perrin fait alors sortir son mari de la maison pour le mettre en sûreté et c’est elle qui fait face aux émeutiers. De ceux-ci, nommés « on », « ils », « ces furieux », « ces forcenés », « la foule », elle ne nomme aucun, se contentant d’évoquer « un étranger » présenté comme le chef de la bande qui perquisitionne sa maison. Lorsqu’elle prononce les seuls noms de Tailhandier et de Pierre Murol, présents parmi les émeutiers, c’est en les associant à des actes bénins20. La mémoire des noms se fait volontiers défaillante pour ce qui relève de la destruction de biens publics, mais se révèle plus précise pour le vol d’objets. C’est ainsi que Marie Charpille dénonce sans hésiter Romeuf, accusé d’avoir volé de l’argent dans le bureau d’octroi de la barrière d’Issoire21. Un témoignage démontre a contrario le poids du respect de la propriété : Catherine Nodling, 48 ans, déclare qu’elle et son mari – un officier retraité que les émeutiers auraient pris pour un employé de l’octroi – doivent la vie aux « incroyables efforts » que firent deux hommes ; mais l’action de ces derniers est tout aussi appréciée

  • 22 Déposition reçue par J. M., 27 octobre 1841.

[parce qu’ils] firent également ce qu’ils purent pour préserver notre mobilier ; grâce à leur intervention nous en avons conservé une petite portion ; mais nous en avons perdu la majeure partie, principalement tout notre linge22.

24Il s’agit à l’évidence de prendre date pour un éventuel dédommagement…

25Beaucoup de témoignages portent sur le rôle des femmes dans la maîtrise du tocsin, la plupart s’opposant à ce que des hommes voulant en appeler au soulèvement pénètrent dans l’église. Souvent en possession des clefs, comme Marie Astier à Clermont ou Marguerite Boudal à Aubière, elles affirment avoir subi pressions et menaces pour en ouvrir les portes. Clotilde Montel, 40 ans, est ainsi confrontée à un groupe d’une centaine d’émeutiers qui veulent pénétrer de force dans l’église des Carmes :

  • 23 Déposition reçue par J. M., 29 octobre 1841.

je craignis qu’ils ne commissent dans l’intérieur de l’église des actes sacrilèges ; je me présentai à eux, et les engageai à se retirer ; il paraît qu’ils crurent que j’étais la femme du sacristain, et ils me dirent de leur remettre les clefs de l’église, sans quoi ils iraient tout casser et briser chez moi23.

  • 24 Dépositions reçues par C.-A. G. le 27 septembre et le 8 octobre 1841.

26La porte est finalement brisée et l’église envahie dans le seul but de sonner le tocsin. Ce récit d’interposition d’une femme contre la violation du lieu sacré qu’est l’église n’est pas unique : elle constitue même un topoï du récit judiciaire féminin, relevant à la fois du réel (présence physique) et du symbolique (rôle dévolu). Mais, précise la témoin, « répondant à votre interpellation, je déclare que je n’ai connu aucun de ces particuliers ». D’autres donnent en revanche sans hésitation les noms de ceux qui ont profané une église24.

  • 25 Déposition reçue par C.-A. G., 13 novembre 1841.

27Le silence reste toutefois la norme : on ne connaît pas les noms et on ne reconnaît pas les individus. On met en avant le bruit, la fumée, le fait de s’être sentie mal devant les scènes de violence25. Cependant, il arrive que les langues se délient et que l’accusation se fasse plus précise : l’hypothèse que les femmes donnent ou confirment plus facilement des noms, ou encore reconnaissent les inculpés qui leur sont présentés, est vérifiée par les faits. Ainsi Marguerite Fineyre, âgée de 21 ans et femme d’un courtier, n’hésite pas à accuser Monteilhet d’avoir soulevé les habitants d’Aubière. Elle déclare l’avoir interpellé ainsi :

  • 26 Déposition reçue par C.-A. G., 26 septembre 1841.

À qui pensez-vous en agissant comme vous le faites, la maison que vous habitez appartient à la commune, quand vous aurez fait des sottises, ça ne sera pas vous qui les paierez, mais bien ceux qui resteront ; vous prendrez votre paquet sous le bras et vous vous en irez, et puis l’on nous enverra de la troupe ; Monteilhet répondit : Ça ne vous regarde pas ! J’emm… le maire ! Ce fonctionnaire se retira, et Monteilhet dit alors à la foule : Si vous voulez me croire, dans un an vous ne paierez que la moitié de vos impositions26.

28Ce récit construit une représentation de l’inversion des rôles : c’est une femme qui s’oppose au chef des insurgés, de plus un notable au village, puisqu’il est officier de santé, et qui tente de compenser le déficit d’autorité du maire : ce dernier, insulté par Monteilhet, préfère se retirer. Il est vrai que les femmes « bénéficient » souvent, dans ce genre de conflit, d’une sorte d’immunité qui les met à l’abri de violences physiques. Tel n’est pas le cas, pourtant, dans le récit formulé par Marie Kriecq, 57 ans, jardinière de son état : essayant d’éteindre un incendie allumé près de la barrière des Jacobins, elle aperçoit Michel Boucheix

seul dans le bureau, qui cassait et brisait les meubles ; je lui fis quelques observations et je parvins à obtenir qu’il sortît.

29Ce dernier recommençant le lendemain, Marie Kriecq s’interpose de nouveau :

  • 27 Déposition reçue par C.-A. G., 22 octobre 1841.

mais je ne fus pas écoutée, et j’eus à soutenir contre lui une lutte, dans laquelle je fus maltraitée ; ce n’est qu’à l’arrivée des sieurs Brunette, teinturier, et Borne, charron, qu’il sortit du bureau27.

  • 28 Déposition reçue par C.-A. G., 7 novembre 1841.

30Certains de ces récits de femmes nourrissent le soupçon qu’un désir de vengeance a pu se substituer à un souci de justice, la scène judiciaire permettant alors une résolution provisoire de conflits antérieurs. Marie Leclerc, 33 ans, femme de plâtrier, dénonce un ouvrier plâtrier qui a successivement combattu avec une fourche, jeté des pierres aux dragons, construit une barricade, brûlé une guérite, et participé à la destruction du mobilier du maire : la présence concomitante du témoin sur tous les lieux où se trouve l’inculpé ne manque pas de laisser perplexe, surtout si l’on considère la profession qu’exerce le mari de la témoin28. Quant à Claudine Villatte, 45 ans, femme d’un scieur de long, ayant fait connaître dans son entourage son sentiment devant le pillage de la maison du maire, elle affirme avoir été interpellée par son voisin, dont elle donne le nom, qui lui aurait affirmé :

  • 29 Déposition reçue par C.-A. G., 9 novembre 1841.

oui, j’ai pillé et j’y pillerai encore ; et il me menaça en disant que s’il tenait ma tête au haut de son fourchat, il la ferait voir29.

31Plus grave, Philippe Tardif (il s’agit bien d’une femme, âgée de 48 ans, journalière), dénonce Guillaume Soulier, dit Pampouille

  • 30 Déposition reçue par J. M., 8 octobre 1841.

qui ajusta, avec un fusil dont il était armé, les militaires vers la Poterne ; j’entendis plusieurs personnes lui dire : Ne tire pas ; mais presque aussitôt la détonation se fit entendre ; […] il a tiré son coup de fusil du milieu de la route30.

32Confrontée à Pampouille, la journalière répond :

  • 31 Déposition reçue par C.-A. G., 19 octobre 1841.

Je déclare que c’est bien celui-là ; il était coiffé d’un bonnet blanc, il avait un gilet à manches bleues et portait une ceinture autour du corps31.

33Là encore, la précision du témoignage, révélateur d’un regard unique fixé en permanence sur l’insurgé, pose problème. S’agit-il d’une pratique vindicatoire, révélatrice d’un conflit antérieur, ou d’une volonté de démonstration de civisme, voire d’une position politique ?

  • 32 Chauvaud (F.), « La parole captive. L’interrogatoire judiciaire au xixe siècle », Histoire et arch (...)

34L’interprétation des procès-verbaux d’interrogatoires ou de dépositions reste un exercice délicat. Dans un article fondateur32, Frédéric Chauvaud a mis en évidence la part du visible et celle de l’invisible dans la scène qui se joue en présence d’acteurs au statut, au langage, à l’objectif opposés. Employant le mot de scène et d’acteur, nous ne voulons pas pour autant réduire cette confrontation judiciaire à une sorte de spectacle écrit d’avance où chacun des protagonistes serait en quelque sorte prédéterminé dans son comportement. Si l’apport du regard des sociologues, des ethnologues, des anthropologues est essentiel en terme d’« outillage » méthodologique permettant d’appréhender la scène judiciaire dans son déroulement, il n’en reste pas moins vrai que la dimension politique de la confrontation des discours doit rester au cœur de la réflexion de l’historien des pratiques judiciaires. Les récits féminins que nous avons utilisés sont l’objet d’une double construction : celle de leurs productrices et celle de leurs rédacteurs. L’écart entre le dit et l’écrit est impossible à restituer : on ne peut que le supposer. Mais tels quels, dans leur formulation normalisée, ces récits sont producteurs d’une image sexuée de la pratique judiciaire, entraînant de ce fait une lecture sexuée de l’enquête historienne. Au final, ils ont au moins le mérite de plaider pour une large inscription des femmes dans l’espace public et dans la sphère politique : par leurs actes et par leurs mots, celles-ci ont joué un rôle important dans ce mouvement de révolte populaire de l’année 1841.

Notes

1 A.D. du Puy-de-Dôme, U 10763/1 - U 10763/2 - U 10763/3 : Affaires de Chauriat et de Clermont- Ferrand ; U 10764/1 - 10764/2 - U 10764/3 : Affaire de Clermont-Ferrand.

2 Le volume est titré sur la reliure : Troubles de Clermont en septembre 1841. Interrogatoires. Dépositions. Il s’agit ici d’un exemplaire personnel. Sauf indication contraire, toutes les citations sont extraites de ce volume. Il se compose de deux parties. La première, intitulée « Interrogatoires », est constituée de 242 feuillets (dont trois blancs) non numérotés ; la seconde, intitulée « Copie de la procédure instruite à l’occasion des troubles de Clermont », se compose de 917 feuillets, numérotés par des chiffres imprimés de la page 1 à la page 7, puis par des chiffres manuscrits. Le volume comprend donc 1169 pages au total. On en trouve également un exemplaire à la BNF, sous le titre : Copie de la procédure instruite à l’occasion des troubles de Clermont. Procès verbaux (4 septembre - 6 décembre 1841), s.l., s.d. (Lk7-2105). La BMIU de Clermont-Ferrand, section Patrimoine, en conserve également un exemplaire sous le même titre, mais en deux tomes.

3 La moyenne est calculée sur 117 cas, l’âge de l’un des prévenus n’étant pas indiqué, dont 112 hommes.

4 Moyenne calculée sur 142 cas, quatre de ces femmes-témoins n’indiquant pas leur âge.

5 Moyenne calculée sur 572 cas, quatre de ces hommes-témoins n’indiquant pas leur âge.

6 66 sur 113, soit 58,41 %.

7 Seule une des cinq prévenues est née à Clermont, les autres sont originaires de communes voisines. On ne connaît pas le lieu de naissance des témoins. En revanche, la domiciliation est indiquée pour les deux catégories. Les cinq prévenues habitent à Clermont. Parmi les 146 femmes-témoins, 115 habitent Clermont intra muros, soit près de 80 % ; pour la trentaine de cas restants, 11 sont originaires d’Aubière et 3 de Beaumont, soit les deux communes dont sont venues des colonnes de paysans insurgés. Rares sont les femmes domiciliées dans des communes plus distantes comme Riom (2 cas) ou Cournon (1 cas).

8 Interrogatoire mené par Claude-Antoine Godemel (C.-A. G.), juge d’instruction, 22 septembre 1841.

9 Ibid.

10 Interrogatoire mené par C.-A. G., juge d’instruction, 22 septembre 1841.

11 Déclaration à l’officier de gendarmerie Celcourt de Girard, visite domiciliaire du 15 septembre 1841.

12 Interrogatoire mené par C.-A. G., juge d’instruction, 19 septembre 1841.

13 Interrogatoire mené par C.-A. G., juge d’instruction, 7 novembre 1841.

14 Interrogatoire mené par C.-A. G., juge d’instruction, 20 septembre 1841.

15 Déclaration à l’officier de gendarmerie Celcour de Girard, visite domiciliaire du 19 septembre 1841.

16 Déposition d’Antoinette Labarie, reçue par Jacques Maignol (J. M.), conseiller à la cour royale de Riom, 24 septembre 1841.

17 Déposition reçue par C.-A. G., 25 octobre 1841.

18 Déposition reçue par J. M., 6 octobre 1841.

19 Déposition reçue par J. M., 27 octobre 1841.

20 Déposition reçue par C.-A. G., 30 septembre 1841.

21 Déposition reçue par J. M., 26 octobre 1841.

22 Déposition reçue par J. M., 27 octobre 1841.

23 Déposition reçue par J. M., 29 octobre 1841.

24 Dépositions reçues par C.-A. G. le 27 septembre et le 8 octobre 1841.

25 Déposition reçue par C.-A. G., 13 novembre 1841.

26 Déposition reçue par C.-A. G., 26 septembre 1841.

27 Déposition reçue par C.-A. G., 22 octobre 1841.

28 Déposition reçue par C.-A. G., 7 novembre 1841.

29 Déposition reçue par C.-A. G., 9 novembre 1841.

30 Déposition reçue par J. M., 8 octobre 1841.

31 Déposition reçue par C.-A. G., 19 octobre 1841.

32 Chauvaud (F.), « La parole captive. L’interrogatoire judiciaire au xixe siècle », Histoire et archives, n° 1, 1997, p. 33-60.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540