Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Femmes et justice pénale

 | 
Christine Bard
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Michelle Perrot
, 
et al.

Quatrième partie. Fonctionnement

Les femmes, le crime et l’enquête en France à la fin du xixe siècle

Dominique Kalifa

Volltext

  • 1 J’emploie ce terme dans son sens commun, qui l’associe à l’homicide ou à la tentative d’homicide.

1À quelques exceptions près, le crime1 est un événement incompréhensible. Un fait opaque, dont le mobile ou les circonstances ne sont jamais transparents, une sorte de point aveugle, ou dont la brutalité aveugle, une histoire souvent indicible. D’où le flot de représentations qu’il ne cesse de produire. Car l’intelligibilité du crime ne semble passer que par sa représentation, que tous les acteurs du processus s’attachent à mettre en œuvre, depuis les premiers relevés topographiques qu’opèrent le policier ou le magistrat jusqu’aux innombrables reconstitutions, judiciaires, journalistiques, littéraires qui en prolongent la découverte, sans oublier ce paroxysme de la représentation que constitue la mise en scène des assises. Ce processus est l’œuvre de l’enquête, dont la fonction est précisément de rendre le crime représentable. C’est le rôle de l’enquête policière qui s’attache à repérer les indices et les traces, à signaler les témoins ou les auteurs présumés ; c’est le rôle de l’enquête judiciaire qui s’emploie à reconstituer les circonstances et les modalités du crime, à en cerner les mobiles, à confondre les coupables ; c’est le rôle de l’enquête médiatique qui révèle l’événement à la conscience publique, lui donne sa visibilité et le construit comme événement social. Sous ses diverses formes, l’enquête fait donc de cet événement a priori inintelligible une réalité socialement et institutionnellement maîtrisable.

2On conviendra évidemment que les diverses formes d’enquêtes (policière, judiciaire, expertale, journalistique, etc.) procèdent d’intentions, de procédures et d’enjeux spécifiques, et parfois même contradictoires. Chacune pourtant participe d’un même souci, donner à lire le crime, et partage sinon un même système d’appréciation, du moins des grilles compatibles ou articulables. On sait par exemple combien circulent, entre les représentations du policier, du magistrat, du savant, du reporter, des relations de validation réciproques. Tous travaillent à construire le crime comme un événement représentable, à accoucher peu à peu de cette figure du criminel autour de laquelle tout se joue, jusqu’au verdict de la Cour ou à celui de la mémoire sociale. C’est pourquoi il peut également se révéler profitable, en dépit de leurs disparités évidentes, d’envisager ces procédures ensemble, dans la dynamique conjointe qu’elles animent, dans leur dessein de donner forme, sens et visibilité aux réalités criminelles. Délaissant la figure par ailleurs centrale de la femme criminelle, on cherchera plutôt à éclairer ici quelques-unes des modalités de l’enquête qui la donnent à lire comme telle. Comment les femmes s’inscrivent-elles dans ces procédures, à quelle place et avec quel statut ? Quelle fonction surtout déceler, dans les partages sexués qui s’opèrent, des figures de l’enquête ?

Productions

  • 2 Sur ces points, voir Berlière (J.-M.), L’Institution policière en France sous la IIIe République, (...)
  • 3 Royer (J.-P.), Martinage (R.), Lecoq (P.), Juges et notables au xixe siècle, Paris, PUF, 1982 ; Lo (...)
  • 4 Martin (M.), Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 124.
  • 5 BIT, « Les conditions de travail et de vie des journa listes », Études et documents, n° 2, Les tra (...)
  • 6 Matériaux pour l’histoire du vocabulaire français, 2e série, vol. XVII, Paris, CNRS-Klincksieck, 1 (...)

3C’est par l’absence de tout rôle actif ou véritablement effectif que se signale d’abord la pratique féminine de l’enquête. Femmes enquêtrices ? Il est peu de dire qu’elles sont rares à la fin du xixe siècle. Qu’elle soit publique ou privée, l’investigation policière ne s’ouvre guère à l’initiative féminine2. Sans doute les agences de renseignements, qui se veulent plus attentives à la composition et aux aspirations du corps social, s’efforcent-elles de laisser une petite place aux femmes. Celles-ci constituent ainsi environ 10 % de l’ensemble du personnel des officines privées au début du xxe siècle. Mais à l’exception du petit nombre d’agences, d’ailleurs souvent très éphémères, dirigées par des femmes (Mme Gilbert, puis Mme Bertin à Paris, Mme Alix à Marseille), ces enquêtrices privées sont généralement réduites à des tâches subalternes ou strictement versées dans des questions relatives à leur sexe : « dames détectives », qu’on dit mieux à même d’assurer la filature d’autres femmes, de recevoir leurs confidences ou de gérer des situations « délicates ». Univers masculin et passablement conservateur, le monde de l’instruction judiciaire se fait alors sans les femmes3, et celles-ci ne contribuent guère plus à la poursuite des enquêtes journalistiques. Marc Martin évalue à 3 % la proportion de femmes dans les professions du journalisme au début du siècle, employées pour l’essentiel dans la presse féminine ou enfantine4. Dans son enquête de 1928, le BIT n’en recense que 2 %, cantonnées dans le secteur de la mode, de l’hygiène ou de l’économie domestique5. Bien que Jarry propose en 1898 de forger le néologisme « reporteresse »6, ce n’est donc guère dans ces fonctions que s’établissent les femmes. Impossible pour une « maison sérieuse » de dépêcher une « correspondante en jupons », assène à Louise Weiss le rédacteur en chef du Petit Parisien, Élie-Joseph Bois, en 1918 :

  • 7 Cité par Dupuy (M.), Le Petit Parisien. Le plus fort tirage des journaux du monde entier, Paris, P (...)

Vous me tenez des propos de fille malheureuse […] vous feriez mieux de chercher l’amour et de le trouver à votre âge7,

  • 8 Sur le milieu des grands reporters dans les années 1920, voir Naud (F.), Des envoyés spéciaux aux (...)

4poursuit-il en renvoyant la postulante à son identité « naturelle ». L’évolution des formes et des fonctions du journalisme ne modifie que fort peu les choses. En dépit de l’engouement pour le reportage qui saisit les journaux dans les années 1920, la place des femmes demeure très faible8. Les signatures de Louise Weiss au Parisien, de Marcelle Tynaire ou d’Alice Kuhn au Petit Journal, de Louise Faure-Favier ou de Lucie Delarus au Journal ne doivent pas faire illusion. Seule Andrée Viollis fait exception. Correspondante à Londres du Petit Parisien, en 1918-1919, elle rejoint effectivement le service du grand reportage de la rue d’Enghien en 1920, et figure dès lors au nombre des grands reporters de la maison, qui sillonnent le monde et publient leurs textes en volume. Elle disposait cependant, pour ce faire, d’un capital culturel et social assez exceptionnel : diplômée d’Oxford, elle maîtrisait parfaitement l’anglais et le russe, et avait épousé en premières noces Gustave Téry, le directeur de L’Œuvre. Et encore ses enquêtes criminelles demeurent-elles le plus souvent déterminées par son sexe, puisqu’on l’envoie surtout couvrir des affaires féminines : procès de la femme assassin du Dr Fortineau à Nantes en mars 1923, affaire Germaine Berton à Paris en juin, procès de la comtesse de Kerninon à Saint-Brieuc en mai 1925.

  • 9 Bernard (T.), Mathilde et ses mitaines, Paris, Olendorff, 1912
  • 10 Silva (R.), Le Crime du Val d’Amour, Paris, Gallimard, 1937, « Le Masque », puis La Mort aux deux (...)

5Ce tout petit nombre de femmes enquêtrices ne pouvait de surcroît compter sur aucune représentation valorisante. La littérature a beau multiplier alors les figures d’enquêteurs, leur sociologie demeure en France presque exclusivement masculine. Authentique investigatrice, la subtile Mathilde de Tristan Bernard est très isolée, et si elle aime à dire que les femmes excellent dans l’art de la filature, ce n’est que dans l’ombre de son mari, commissaire de police, qu’elle peut conduire son enquête9. Même scénario quelques années plus tard pour Edith Fox, qui mène « son passionnant métier de détective » dans l’orbite de son ami, l’inspecteur Jallabert de la police judiciaire10.

6Écartées de toute fonction effective dans la conduite de l’enquête, quelques femmes parvenaient cependant à vivoter dans ses marges, reléguées dans les tâches ou les rouages plus obscurs de son fonctionnement. Celles-ci ne concernent guère son écriture, opération noble et presque exclusivement masculine. Pas de femmes donc dans les services des Informations des quotidiens, même confinées à la rédaction des faits divers ou des nouvelles en trois lignes. Pas de femmes non plus, y compris dissimulées sous un pseudonyme masculin, engagées dans l’écriture d’investigations romanesques ou fictives. Au contraire du mouvement qui se dessine au même moment outre-Manche et outre-Atlantique, le petit nombre d’auteures de récits de grande diffusion sont refoulées vers les genres jugés plus conformes du roman sentimental ou du roman social. Les rares activités disponibles se limitent donc aux tâches subalternes de classement ou de secrétariat. Dans les agences de renseignements commerciaux, on employait quelques femmes aux sommiers ou aux « fiches », pour trier, actualiser ou mettre à jour les informations. Mêmes fonctions dans les agences de police privée ou dans les services officiels, réduites à l’enregistrement ou à la mise en forme passive des résultats de l’enquête.

  • 11 Thiesse (A.-M.), Le Roman du quotidien. Lectures et lecteurs populaires à la Belle Époque (1984), (...)
  • 12 « Le fait divers et les femmes », Le Gaulois, 7 octobre 1899.

7Ce déficit féminin dans les diverses formes de production de l’enquête criminelle pesait évidemment sur celles de sa consommation. Les entretiens réalisés naguère par Anne-Marie Thiesse auprès de lectrices populaires du début du xxe siècle convergent pour souligner le faible investissement des femmes dans la lecture des enquêtes criminelles ou des romans policiers, pensés et intériorisés comme des « lectures d’hommes »11. Rien ne prouve bien entendu qu’une telle récusation traduise des pratiques effectives. Tout est en effet mis en place à ce moment pour détacher les femmes de ce type de récits, et un lectorat stigmatisé comme fragile et vulnérable n’avoue pas souvent consommer des produits signalés comme dangereux et pernicieux. Cette question est sans cesse posée par les moralistes et les publicistes du tournant du siècle. « Il ne faut pas salir l’esprit d’une jeune femme de certains détails », note un éditorial du Gaulois explicitement consacré à la question des femmes et du fait divers12.

Mais, dira-t-on, que lire dans un journal ? Il faut bien que les femmes lisent quelque chose ? C’est l’honneur de ce journal où j’écris de ne l’oublier jamais. Mais oserai-je l’avouer ? Je n’aime guère voir crispées au bord de ces grandes feuilles tant de petites mains.
Pour quelques exceptions, les libertés dont jouit ce placard d’actualités diverses ne sont que des outrages, ce beau réceptacle n’est qu’une hotte. Et quand bien même, la pose seulement qu’est obligée de prendre la lectrice serait à son désavantage, la raison au connaisseur semblerait suffisante.
Ah ! madame, prenez plutôt un livre sur vos genoux, ou le mettez près du cœur, ce livre des poètes, qui vous parlera de ce qui mérite vraiment d’être aimé, chanté ou pleuré, le livre qui vous fera belle jusque dans les contours de l’âme, et nous heureux…

  • 13 Albin Michel, 1910 (vingt fascicules) ; Eichler, 1912-1914 (100 fascicules).
  • 14 Par exemple Richard (G.-Ch.), Elsa détective,Paris, Lemerre, 1932, qui met en scène une héroïne ho (...)

8Au-delà même de la lecture du crime et de ses effets sur la pureté présumée de l’âme féminine, ce qui est en jeu dans la lecture du journal, c’est le corps même de la femme, défini par son appréciation et ses usages masculins, et en lequel se résorbe toute l’identité féminine. On peut difficilement être plus clair. On comprend dans ces conditions que si les femmes ont pu lire des enquêtes criminelles, c’était le plus souvent de façon dérobée ou dissimulée. En tout état de cause, jamais les périodiques explicitement destinés à la lecture féminine ne bâtissent leurs stratégies sur de telles publications. À titre d’exemple, La Mode illustrée, l’un des plus anciens magazines féminins (fondé en 1860), dépouillé ici pour la séquence 1900–1909, témoigne bien des partages opérés. Sur un total de 225 romans, contes ou récits publiés dans la période, par ailleurs très riches en relations criminelles, 4 textes seulement sont construits sur le modèle de l’investigation (« Le feuilleton du substitut », 1907, 1-3 ; « Terrible énigme », 1903, 45-52 ; « Fleur de prison », 1904, 4-9 ; « Une mauvaise rencontre », 1904, 46-50), alors que prolifèrent les histoires sentimentales, familiales ou édifiantes à destination du lectorat féminin. Sans doute peut-on remarquer que la même période voit apparaître, dans la production imprimée de grande consommation, quelques figures romanesques d’enquêtrices, policières ou détectives, parmi lesquelles Miss Boston, la seule femme détective du monde et surtout Ethel King, le Nick Carter féminin13. La plupart de ces textes cependant, tout comme ceux qui les suivent dans l’entre-deux-guerres14, mettent en scène des héroïnes étrangères, américaines le plus souvent, étranges « créatures » dont on admet généralement qu’elles ont inventé un nouveau style de femme, inexportable en France. Au reste, ces récits ne connaissent en ce pays qu’une fortune relative. Entre l’immense succès des Nick Carter, figure clé de l’imaginaire des jeunes garçons, et la prodigieuse réussite de Comtesse et mendiante, l’autre série phare des fascicules Eichler (plus de 3 000 pages publiées), Ethel King fait finalement assez pâle figure.

  • 15 Sur ce point, voir Perrot (M.), Enquêtes sur la condition ouvrière en France au xixe siècle, Étude (...)
  • 16 Green (A. K.), The Leavenworth Case : A Lawyer’s Story, New York, Putnam, 1878. En 1895, elle lanc (...)

9Actrices, rédactrices ou lectrices de l’enquête, les femmes sont donc placées dans des situations plus que marginales. Les raisons de cet ostracisme sont diverses. Certaines sont objectives, liées aux permanentes difficultés rencontrées par les femmes dans l’ensemble de la vie professionnelle et sociale. La nécessaire indépendance requise par les pratiques de l’enquête, ses conditions matérielles d’exercice, ainsi que cette indéfinissable clôture de la vie publique que suscite généralement une intervention féminine constituent des écueils manifestes, qui rappellent ceux rencontrés par les quelques femmes (Flora Tristan, Bettina von Arnim, Julie Daubié), engagées dans la première moitié du xixe siècle dans la pratique des enquêtes sociales15. Mais les raisons sont aussi à chercher dans l’ordre symbolique. Qu’il traduise la libre initiative de l’individu doué de raison à débrouiller les dysfonctionnements sociaux qui troublent la civilisation moderne, ou qu’il alimente des lectures qui invitent en permanence le lecteur à la résolution de l’énigme, le principe de l’enquête criminelle est porteur d’une profonde aspiration démocratique. Il est ce lieu où se concilient le libre exercice de la raison critique (chacun est libre de produire son interprétation) et le nécessaire repliement sur une solution raisonnée et acceptée. Paradigme du consensus rationnel et négocié, l’enquête peut ainsi apparaître comme une métaphore ou une sorte de fiction politique de la démocratie, dont elle figure symboliquement le fonctionnement. Une démocratie qui, en France, s’astreint à penser la place des femmes dans un espace qui n’est pas celui de la sphère publique. Il est significatif de souligner que, dans les pays anglo-saxons où la question de la démocratisation féminine se pose en des termes moins crispés, apparaissent davantage de figures d’enquêtrices, ou de romancières exclusivement versées dans l’investigation criminelle. Introductrice du terme detective novel, l’Américaine Anna Katherine Green inaugure dès 1878 une prestigieuse lignée16.

Représentations

10Exclues de la production de l’enquête sous ses diverses formes, les femmes ne sont cependant pas absentes des représentations que celle-ci édifie, mais se trouvent de fait reléguées à une place et à des fonctions particulières, massées à distance, le plus souvent à la marge ou à la périphérie des lieux de la décision, et généralement dans une place toujours un peu suspecte. Posture passive et beaucoup plus conforme à sa nature présumée que celle de lectrice, la fonction de spectatrice lui est souvent dévolue. Une fonction d’ailleurs le plus souvent pensée au pluriel. Davantage qu’une spectatrice, c’est comme constituant anonyme et collectif d’une foule spectatrice que les femmes prennent place, massivement, dans les représentations de l’enquête criminelle. L’iconographie, encore très largement dominée par la gravure dans les publications de la fin du xixe siècle, rend compte de cette omniprésence. Si la femme criminelle y est assez fréquemment figurée, en pleine action ou le plus souvent confondue, si la victime féminine y est encore plus familière, c’est une autre image de femme qui hante l’imaginaire graphique de l’enquête criminelle. Ménagère ou mère de famille, souvent surprise d’ailleurs au détour de quelque tâche domestique, généralement accompagnée d’enfants, elle constitue la substance même de cette foule compacte et anonyme, qui assiste debout, impuissante, les bras ballants, à l’accomplissement de l’horreur, ou applaudit, soulagée à l’arrestation du malfaiteur. Souvent figurées dans des postures tronquées ou en amorce, les femmes semblent ainsi se fondre dans le cadrage assez large d’un arrière-plan indistinct, encore accentué par les effets d’ombre et de contraste qui évoquent les éclairages de théâtre. Imprécise, cette foule féminine n’est cependant ni anodine, ni innocente ; elle signale à l’inverse le danger récurrent de femmes qui ne sont pas ici à leur place, et s’exposent au spectacle de situations démoralisantes et coupables. Le phénomène se poursuit aux assises, où les femmes sont censées former le cœur même de ce public qui se déplace en nombre et dont on blâme le comportement voyeur :

  • 17 Le Journal, 4 novembre 1902.
  • 18 Le Matin, 5 novembre 1902.

Un public très nombreux, et où les dames sont en majorité, avait envahi la salle très exiguë des assises.17
En haut, dans la tribune du fond de la salle, c’est une corbeille fleurie et surabondante de femmes en toilettes de printemps18,

11se plaisent à signaler les chroniqueurs judiciaires. Le caractère volontaire et ostentatoire de cette présence féminine, qu’accusent parfois des réactions ou des commentaires intempestifs, vient ici accentuer sa culpabilité. Pas plus qu’aux devantures des kiosques, pensés comme des lieux de perdition pour des femmes et des enfants vulnérables (et généralement associés), les femmes n’ont leur place dans ce théâtre de la Justice qu’elles fréquentent pourtant assidûment. On comprend ainsi la fonction décisive qu’elles assument dans le système de la représentation criminelle. Si les chroniqueurs usent sans vergogne de leur capacité d’absorption, et du rôle effectif de relais qu’elles assurent dans la circulation de l’information, de la rumeur ou des diverses paroles sociales suscitées par l’enquête, ils se déchargent aussi sur elles de toute responsabilité. À la fois captif et coupable, le public féminin se voit ainsi doublement instrumentalisé, permettant aux enquêteurs ou aux rédacteurs de se disculper à bon compte de tout procès en termes de perversion ou de nocivité.

12À cette charge essentielle de spectatrice, les femmes associent également celle de témoin, qui leur est reconnue à la mesure de leur place dans la société. S’il n’est donc pas de discrimination à cet égard, et s’il est même admis dans les logiques de l’enquête que certaines femmes constituent des témoins privilégiés (les mères, les épouses, les fiancées), la suspicion demeure à l’encontre de la femme qui témoigne. Outre que celle-ci est généralement pensée dans un rapport de dépendance au masculin (le fils, le mari, le fiancé), qui oblitère la valeur propre du témoignage, l’idée domine qu’une femme n’est jamais à sa place en justice, que la transgression qu’implique toute relation, fût-elle de témoignage, dans une affaire criminelle rejaillit immanquablement sur celle qui témoigne, de fait toujours un peu suspecte de transgresser elle-même quelque norme sociale. À quelques exceptions près, une témoin en justice se retrouve toujours mal à l’aise, ayant quelque chose à cacher, dans une posture inconfortable. Celles qui ne souffrent pas d’une telle gêne sont plus suspectes encore, implicitement accusées de profiter de la situation.

  • 19 Le Journal, 4 novembre 1902.

Avec le sentiment mêlé du danger qu’elles ont couru et de l’intérêt relatif et momentané qu’elles inspirent, elles apportent à la barre l’expression d’une petite satisfaction vaniteuse à l’idée de jouer un rôle dans une affaire à sensation19,

13note un chroniqueur en 1902, à l’occasion du témoignage de plusieurs femmes au procès d’Henry Vidal.

  • 20 Paris, Tallandier, 1928.
  • 21 L’essentiel de l’information nécessaire pour comprendre cette « cause célèbre » est fournie par le (...)
  • 22 Vidal, le tueur de femmes, rapport d’expertise établi par MM. les DrLacassagne (A.), boyer (J.) et (...)
  • 23 Rapport du commissaire spécial en gare de Nice, 23 décembre 1901. AD Alpes-Maritimes, 2 U 75. Soul (...)

14Aucune place, au vrai, ne semble légitime pour les femmes en matière criminelle. Seule peut-être la fonction de victime peut constituer un rôle social acceptable. Tu souffriras, énonce en 1928 le titre d’un roman de René Vincy, clairement destiné à un lectorat féminin20. Face au pur actant qu’est censé incarner l’homme, il n’apparaît en tout cas pas scandaleux de penser la femme dans la position de victime. Encore l’innocence de cette dernière peut-elle prêter à discussion. Les affaires de « tueurs de femmes » signalent assez bien, comme par défaut et en négatif, celles des victimes qui se révèlent aussi être des coupables. C’est une demi-mondaine, Régine de Montille, sa femme de chambre Annette Gremeret, et la petite Marie, fille de la domestique, qu’assassine Henry Pranzini, le tueur de femmes de 1887. Des trois cadavres, seule la fillette peut apparaître comme une victime innocente, et encore certaines sources s’empressent-elles d’ajouter qu’elle était en fait l’enfant illégitime de la servante et d’un cocher, voire dans certaines versions la fille de la belle Régine21. Autre célèbre tueur de femmes, Henry Vidal est encore plus explicite, qui ne s’attaque qu’à des prostituées. C’est par haine de la femme, explique-t-il aux experts qui l’examinent, et faute de pouvoir s’en prendre à sa mère, la véritable coupable, qu’il tue celles qui incarnent au mieux cette nature détestée22. L’attitude des divers enquêteurs, policiers, juges, reporters, est tout à fait explicite durant l’instruction comme durant le procès. Si Vidal est évidemment un grand coupable, peut-on pleinement disculper des victimes qui appartiennent « à la classe des femmes galantes » ? Seule la dernière des 4 victimes du tueur de femmes, la Suissesse Gertrude Hirschbrünner, « jeune fille d’environ 20 ans et encore vierge » comme le certifie un procès-verbal23, acquiert le statut de victime innocente, et parvient à susciter compassion et émotion. Demi-mondaines ou prostituées, domestiques, femmes de chambre ou autres femmes « qui l’ont cherché » signalent à l’inverse la responsabilité de leur victimisation. Parce qu’elle occupe une place illégitime dans l’ordre des choses, une place souvent honteuse comme en témoignent ces corps nus exhibés dans les salles de la morgue ou aux dépositoires des cimetières, si fréquemment représentés par les graveurs, toute victime féminine est donc toujours un peu suspecte. Rare au demeurant, le seul rôle autorisé est donc celui de la jeune fille vertueuse, et qu’une abominable fatalité a poussée sur cette route. Elle n’est en fait qu’un cadavre, sans vie et sans voix, sans raison manifeste non plus d’occuper cette place. C’est donc comme négation de l’individu social que la femme peut occuper la seule place légitime que lui reconnaît la procédure de l’enquête. Et encore ce cadavre n’est-il jamais même bien entier. Fantasme de criminel ou obsession du corps social, en tout cas leitmotiv productif des enquêtes médiatiques, la figure du corps féminin dépecé, du cadavre disloqué et dispersé, de « la femme coupée en morceaux » pour reprendre l’expression usitée à la fin du xixe siècle, hante l’imaginaire criminel du temps. Idéal du cadavre morcelé, du corps défait, inidentifiable, qui dit assez bien quel non-rôle les logiques de l’enquête réservent alors aux femmes.

15Dans cette complexe intrigue que tissent au jour le jour les enquêtes criminelles, et dont l’importance s’avère décisive dans le jeu de production et de diffusion de la normativité sociale, les femmes occupent des places marginales, mais jamais insignifiantes. Niées comme actrices effectives, elles ne peuvent subsister que dans des rôles annexes, suspects, honteux, qui contestent en permanence la légitimité de leur présence. Omniprésentes, elles doivent cependant se contenter d’une figuration anonyme, muette, souvent collective, et ne trouvent vraiment leur place que comme négation de l’individu ou du sujet social. À la femme criminelle dès lors d’achever le tableau.

Anmerkungen

1 J’emploie ce terme dans son sens commun, qui l’associe à l’homicide ou à la tentative d’homicide.

2 Sur ces points, voir Berlière (J.-M.), L’Institution policière en France sous la IIIe République, thèse d’histoire, Université de Bourgogne, 1991, et Kalifa (D.), Naissance de la police privée. Détectives et agences de recherches en France 1832-1942, Paris, Plon, 2000.

3 Royer (J.-P.), Martinage (R.), Lecoq (P.), Juges et notables au xixe siècle, Paris, PUF, 1982 ; Lorgnier (J.), Martinage (R.) et Royer (J.-P.) (dir.), Justice et République(s), Lille, Ester Éd., 1992 ; Boigeol (A.), « Les femmes et les cours. La difficile mise en oeuvre de l’égalité des sexes dans la magistrature », Genèses, Sciences sociales et Histoire, n° 22, 1996, p. 107-129.

4 Martin (M.), Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 124.

5 BIT, « Les conditions de travail et de vie des journa listes », Études et documents, n° 2, Les travail leurs intellec tuels, Genève, 1928.

6 Matériaux pour l’histoire du vocabulaire français, 2e série, vol. XVII, Paris, CNRS-Klincksieck, 1980, p. 10.

7 Cité par Dupuy (M.), Le Petit Parisien. Le plus fort tirage des journaux du monde entier, Paris, Plon, 1989, p. 132.

8 Sur le milieu des grands reporters dans les années 1920, voir Naud (F.), Des envoyés spéciaux aux grands reporters (1920-1930). La reconnaissance d’une profession, thèse d’histoire, EHESS, 1996, 2 vol.

9 Bernard (T.), Mathilde et ses mitaines, Paris, Olendorff, 1912

10 Silva (R.), Le Crime du Val d’Amour, Paris, Gallimard, 1937, « Le Masque », puis La Mort aux deux visages et La Fièvre blanche en 1938.

11 Thiesse (A.-M.), Le Roman du quotidien. Lectures et lecteurs populaires à la Belle Époque (1984), Paris, Seuil, 2000, ainsi que Bellet (R.), « Le roman populaire d’aventures : une affaire d’hommes », in L’Aventure dans la littérature populaire au xixe siècle, Lyon, PUL, 1985, p. 199-207.

12 « Le fait divers et les femmes », Le Gaulois, 7 octobre 1899.

13 Albin Michel, 1910 (vingt fascicules) ; Eichler, 1912-1914 (100 fascicules).

14 Par exemple Richard (G.-Ch.), Elsa détective,Paris, Lemerre, 1932, qui met en scène une héroïne hollandaise.

15 Sur ce point, voir Perrot (M.), Enquêtes sur la condition ouvrière en France au xixe siècle, Étude, bibliographie, index, Paris, Microéditions Hachette, 1972, ainsi que, pour des exemples précis, Perrot (M.), « Flora Tristan, enquêtrice », et Hoock-Demarle (M.-Cl.), « Le langage littéraire des femmes enquêtrices », in Michaud (S.) (dir.), Un Fabuleux destin, Flora Tristan, Dijon, EUD, 1984, p. 82-94 et p. 95-106.

16 Green (A. K.), The Leavenworth Case : A Lawyer’s Story, New York, Putnam, 1878. En 1895, elle lance le personnage d’Amelia Butterworth, l’une des toutes premières détectives femmes (The Affair Next Door, New York, Putnam, 1895) rejointe en 1915 par Violet Strange (The Golden Slipper and Others Problems for Violet Strange, New York, Putnam, 1915). Sur ces points, voir Craig (P.) et Cadogan (M.), The Lady Investigates. Women Detectives and Spies in Fiction, New York, St. Martin’s Press, 1981, et Gregory Klein (K.), The Women Detective : Gender and Genre, Urbana, University of Chicago Press, 1988.

17 Le Journal, 4 novembre 1902.

18 Le Matin, 5 novembre 1902.

19 Le Journal, 4 novembre 1902.

20 Paris, Tallandier, 1928.

21 L’essentiel de l’information nécessaire pour comprendre cette « cause célèbre » est fournie par les deux ouvrages publiés par l’un des principaux journalistes enquêteurs de l’affaire Pranzini, Georges Grison, reporter au Figaro : L’Affaire de la rue Montaigne. Notes prises au jour le jour par un reporter, Paris, Librairie Illustrée, 1887 ; Les Grands procès. Le procès Pranzini, compte rendu complet des débats, Paris, Librairie Illustrée, 1887.

22 Vidal, le tueur de femmes, rapport d’expertise établi par MM. les Dr Lacassagne (A.), boyer (J.) et Rabatel (F.), Lyon, A. Storck, 1902. Sur cette affaire, voir Artières (Ph.) et Kalifa (D.), Vidal le tueur de femmes. Une biographie sociale, Paris, Perrin, 2001.

23 Rapport du commissaire spécial en gare de Nice, 23 décembre 1901. AD Alpes-Maritimes, 2 U 75. Souligné dans le texte.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540