Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Femmes et justice pénale

 | 
Christine Bard
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Michelle Perrot
, 
et al.

Troisième partie. Représentations

Non coupable… mais « folle » : le cas de Violet Gibson

Luc Nemeth

Full text

  • 1 La présente recherche s’appuie sur la fondamentale étude de Collin (R. O.) : La Donna che sparo a (...)

1Il y a maintenant soixante-quinze ans, le 7 avril 1926, Violet Gibson faisait la une des journaux : c’était elle, qui, la première, avait tiré sur Mussolini…1

2Aujourd’hui, lorsqu’il est question d’elle, c’est pour s’en débarrasser sous l’appellation de déséquilibrée. Une image, très courante, est celle de la « vieille Irlandaise ». Mais la facilité avec laquelle cette image a pu s’imposer est là pour suggérer qu’il nous faut entendre autre chose : « vieille fille »… « vieille folle »… Disons qu’elle avait souffert de troubles mais qui, même attestés, ne nous renseigneraient pas beaucoup plus : avait-elle agi parce que perturbée ? Ou bien vouloir supprimer Mussolini n’était-il pas plutôt le signe de ce qui lui restait de santé ?

3Cette affaire trouva son épilogue devant les tribunaux le 12 mai 1927. Apparemment certaines réactions n’avaient pas été du goût de Mussolini, à en juger par un passage de son discours du 26 mai 1927 dans lequel il fait le point sur le maintien de l’ordre durant les derniers mois :

  • 2 Mussolini (B.), Opera omnia, t. 22, p. 376.

Tous les journaux d’opposition ont été supprimés ; tous les partis antifascistes ont été dissous […] ; on a créé le Tribunal spécial, qui fonctionne à la notoriété publique et n’a pas donné lieu à inconvénients, et en donnera encore moins, surtout si on adopte la mesure d’exclure de ses murs l’élément féminin, lequel sexe porte dans les choses sérieuses le signe incorrigible de sa frivolité […]2.

4Mais revenons au 7 avril 1926. Alors que Son Excellence Mussolini – comme on l’appelait alors dans les journaux – quittait les lieux après avoir inauguré un congrès à Rome, un coup de feu partit de la foule. Mais la chance était alors de son côté : juste à ce moment une délégation d’étudiants roumains venait d’entonner l’hymne fasciste, Giovinezza ; machinalement il avait salué bras tendu ; d’où, un mouvement de recul du menton ; et il s’en était tiré avec une égratignure au nez.

5D’une manière générale, les attentats manqués sont toujours exploités par la propagande, et celui-ci ne dérogea pas à la règle. Mussolini prit soin de modifier aussi peu que possible son emploi du temps. Les journaux du lendemain, à côté d’une photo qui le montrait avec le nez barré d’un pansement, avaient insisté sur le rôle joué par la Divine Providence, in extremis ; et des offices religieux avaient été dits les jours suivants, jusque dans les églises des capitales étrangères. Mais en réalité cet attentat ne faisait pas l’affaire du régime : ce qu’on apprit très rapidement du « profil » de son auteur ne permettait pas de justifier des représailles massives contre ce qui restait d’antifascistes. Il y eut bien quelques dévastations de sièges de journaux modérés, qui n’y étaient pour rien, mais elles ne servirent qu’à détruire l’image de normalisation que le régime essayait de donner ; cet attentat venait de prouver que « c’était possible » – du moins, ce l’était encore à cette date –, pour qui était prêt à mettre sa liberté en jeu ; quelles qu’aient pu être les motivations de l’auteur, cet acte venait de placer au premier plan du débat la perspective de l’attentat politique – et elle allait ensuite y rester ; le procès allait forcément attirer l’attention de la presse internationale sur ce qui était alors un des hauts lieux de la dictature sur la planète ; quant à la peine de mort, seule concevable dans la logique du pouvoir, elle n’avait pas encore été rétablie en Italie, où elle était abolie depuis 1889 ; dès lors, un verdict de folie n’était pas fait pour déplaire au Duce ; mais dans un premier temps la parole était aux enquêteurs.

  • 3 Trevisan (L.), Il Naso di Mussolini, Milano, Mondadori, 1998, p. 85.

6Le chef de la police, Crispo Moncada, était un carriériste bien décidé à dire ce qu’on attendait de lui ; mais il aimait à constituer des dossiers, à toutes fins de pression ou de chantage ultérieurs. Aussi décida-t-il de découvrir si possible la vérité, quitte à la ranger ensuite dans un tiroir. Il confia donc l’enquête à un de ses plus fins limiers, Epifanio Pennetta, celui qui après l’assassinat de Matteotti avait fait « coffrer » presque toute la bande en quarante-huit heures. Un récent roman policier a pu dire de lui : « confier un cas au commissaire Epifanio Pennetta était facile. C’eût été bien plus difficile, de lui en enlever un qui lui avait été confié »3.

7De fait, l’enquête était déjà commencée, et l’étonnement n’avait pas été mince lorsqu’on s’était aperçu que l’auteur du coup de feu était une femme. Elle ne parlait pas l’italien mais griffonna sur un bout de papier une adresse où les policiers ne trouvèrent rien. Quelques heures plus tard, interrogée à la prison avec l’aide d’un interprète, elle indiqua s’appeler Violet Gibson. Née à Dalkey (Irlande), le 31 août 1876 – elle allait sur ses cinquante ans. Son arrivée à Rome datait de novembre 1924, soit un an et demi plus tôt ; les derniers temps elle habitait dans un couvent tenu par des religieuses.

8Assez curieusement, le procès-verbal d’interrogatoire est interrompu. En effet, interrogée sur les raisons de ce séjour prolongé, elle répondit :

  • 4 ACS, TSDS, b. 6, procès-verbal d’interrogatoire, 7/4/1926, 13 h 20.

Ma famille voulait m’enfermer dans un asile et prétendait que je retourne à Londres où se trouvait ma mère mourante. Je refusai de m’éloigner de l’Italie parce que j’étais sûre que la famille…4

9… et à ce moment précis, nous dit le procès-verbal, le procureur et le juge d’instruction ont ordonné au commissaire d’arrêter l’interrogatoire – le PV n’est donc pas même signé de Violet. En effet, son discours était totalement inaudible, du point de vue du pouvoir : ou bien, elle disait vrai, et dans ce cas on imagine le ridicule s’il était avéré que l’Italie fasciste avait accordé, même à son insu, l’asile, à une ressortissante britannique menacée d’internement dans son propre pays ; ou bien, elle disait faux, et en ce cas elle était donc en train de se fabriquer ses propres circonstances atténuantes.

10En fait elle avait souffert de troubles et avait même effectué deux séjours dans une maison de repos, à Rome – le premier, après une tentative de suicide. Mais il s’était agi d’un épisode passager, et le dossier médical ne signale pas de troubles du comportement ; elle avait été admise volontairement et elle était sortie à sa demande.

11La nationalité britannique de Violet était également une mauvaise affaire pour le régime. D’après Lussu, qui fut une des figures marquantes de l’antifascisme,

  • 5 Lussu (E.), La Catena, Roma, Éd. U, 1945, p. 16.

les intimes racontent que lorsque Mussolini apprit sa nationalité, il se donna un coup de poing sur la tête et jura, à deux reprises, dans le plus pur dialecte romagnol5.

12En effet à cette date la priorité de l’Italie fasciste était la signature d’un prêt-géant, obtenu l’année suivante, et qui aux côtés de la banque Morgan prévoyait une participation de la Bank of England. Or de nombreux britanniques, même parmi ceux qui n’étaient pas spécialement antifascistes ou même de gauche, n’auraient pas accepté de voir une de leurs concitoyennes moisir dans les prisons fascistes. Et en cas de conflit ouvert, Mussolini, même assuré du soutien des conservateurs britanniques, pouvait mettre une croix sur ce prêt…

13Catastrophe aussi, que la condition de femme de Violet, et qui laissait craindre qu’elle ne bénéficiât de soutiens au-delà du camp antifasciste. Si on en croit Lussu :

  • 6 Ibid..

les intellectuels faisaient des comparaisons entre l’Irlandaise et Charlotte Corday, et dans le menu peuple les femmes commencèrent à allumer de pieuses lumières sous l’image de la brave chrétienne6.

  • 7 Tribunale speciale per la difesa dello Stato, Decisioni emesse nel 1927, Roma, Ufficio Storico SME (...)

14Le même Lussu précise que les cortèges « spontanés » de protestation eurent peu de succès. On a pu aussi établir, depuis, qu’un certain nombre d’Italiens et d’Italiennes furent inquiétés par la justice, pour avoir un peu trop ouvertement exprimé leur approbation. Ainsi une certaine Maria Giovanna Francavilla, d’un an plus âgée que Violet, et qui ayant appris l’attentat avait déclaré : « qu’on lui donne la prime, à cette femme-là ! »7.

  • 8 Yourcenar (M.), Denier du rêve, Paris, Grasset, 1934.

15Enfin l’entrée en scène d’une femme contribuait à créer un climat très éloigné de la frivolité. Il semble même que Marguerite Yourcenar s’en soit souvenue au moment d’écrire son roman Denier du rêve (paru en 1934), qui a pour toile de fond un attentat manqué contre Mussolini, et pour protagoniste central une femme, Marcella8.

16Aussitôt, l’enquête de police se mit en route. Elle permit de recueillir plusieurs témoignages qui concordaient dans la description d’un homme d’une cinquantaine d’années, vêtu d’un costume gris foncé, corpulent, portant le bouc, et qui avait été vu discutant avec Violet, dans les minutes précédant l’attentat. Voilà qui commençait assez bien pour Pennetta, mais assez mal pour ses supérieurs : ainsi donc il y avait eu un complot, au nez et à la… barbe de la police fasciste, et elle n’en avait rien vu ?

17La perquisition menée le soir même dans la chambre de Violet permit de mettre la main sur son testament, rédigé six mois plus tôt en anglais, et sur l’enveloppe duquel était écrit : « en cas de décès ou d’incapacité de ma part, quelle qu’en soit la cause, à m’occuper de mes affaires personnelles, cette lettre est à adresser à Lord Ashbourne, 17 rue des Domeliers, Compiègne, Oise, France » :

  • 9 ACS, TSDS, b. 6, lettre du 9 septembre 1925.

Mon cher Willie, en cas de décès ou d’incapacité de ma part, quelle qu’en soit la cause, à m’occuper de mes propres affaires, sois gentil de faire en sorte que toutes mes lettres, papiers personnels et petits carnets soient remis à Miss Enid Dinnis [dont suivait l’adresse à Londres]. […] Bien des choses, de ta sœur qui t’aime. Violet Gibson9.

18On a bien lu : Violet était la sœur d’un Lord – il ne manquait plus que ça !

19Leur père à tous deux avait été un personnage très influent de la vie politique irlandaise, à la fin du xixe siècle, avant l’indépendance : Violet, quand elle était petite, était invitée à des fêtes à Buckingham Palace. Mais la révolte ne tarda pas, pour elle, comme pour une partie de ses frères et sœurs. Comme souvent dans ce genre de grandes familles, il y eut le clan des conformistes, et celui des rebelles. Mais la rébellion, sans aller jusqu’à rejoindre les rangs du prolétariat, prit pour William et pour Violet une forme très mal vue dans ces milieux : ils se convertirent au catholicisme ! Et pas à n’importe quel catholicisme : la carrière d’écrivain de William Gibson est jalonnée par un livre sur Lamennais, le père du catholicisme social, et par un livre sur l’abbé Grégoire. Il eut une forte influence sur l’itinéraire politique et spirituel de sa sœur. À la mort du père, il releva le titre de baron Ashbourne, alla siéger à la Chambre des Lords, fit un discours auquel personne ne comprit rien – car en soutien à la cause irlandaise il l’avait prononcé en langue gaélique. Puis il alla s’installer à Compiègne, un des hauts lieux de l’aristocratie britannique en France. Violet allait souvent lui rendre visite, mais leurs rapports se distendirent peu à peu car Violet n’appréciait pas sa belle-sœur, Marianne de Montbrison, une dame de la haute société. Puis le fossé se creusa avec l’intronisation de Pie XI, en 1922 : Willie avait beau être un « original » qui se promenait en kilt en plein Paris, il était respectueux de l’autorité et fut horrifié par la haine de Violet à l’égard du nouveau pape.

20En ce qui concerne la vie privée de Violet, on sait seulement qu’en 1908 elle s’était fiancée à un jeune artiste anglais, mais qui mourut soudainement l’année suivante. Au début des années 1910, on la retrouve habitant en Italie, puis en France. Mais elle eut des ennuis de santé qui l’amenèrent à rentrer en Angleterre et à subir des opérations chirurgicales invalidantes.

21On est en droit de lui attribuer deux chocs, de nature diverse, en janvier 1922. Le premier fut la mort subite de son frère Victor, auquel elle était très liée. Le second choc fut la désignation du réactionnaire Achille Ratti (Pie XI) : du même coup c’en était fini de l’espoir pour ceux qui espéraient voir l’Église des pauvres triompher de l’Église des riches.

22L’enquête de la police, au bout de trois jours, commença à marquer le pas. Pas moyen d’en savoir plus sur ce revolver que Violet prétendait avoir amené d’Angleterre avec elle. Pas moyen d’en savoir plus sur ses fréquentations romaines : en effet, pour se débarrasser de la dame de compagnie que sa famille lui avait imposée, elle l’envoyait le matin chercher le linge à la blanchisserie ou acheter le journal, et elle avait déjà disparu pour toute la journée, quand l’autre était de retour. Aussi, à tout hasard, le commissaire Pennetta retourna trois jours plus tard voir la Mère supérieure du couvent. La mère lui raconta qu’à l’époque des fêtes de Noël, soit trois mois environ avant l’attentat, Violet lui avait dit un jour qu’elle avait besoin de ses conseils. La mère avait répondu qu’elle se ferait un plaisir de les lui donner. Ce que lui raconta Violet, tel qu’elle le rapportait, orientait nettement vers la théorie du complot :

Je vous demanderai ce conseil […] mais je ne vous donnerai pas le nom des personnes car je n’ai pas le droit de donner de noms ni de préciser de quoi il s’agit.

23Mais la seconde phrase orientait vers le diagnostic médical :

Je suis appelée à accomplir une grande œuvre, très grande, de laquelle dépend le sort de très nombreuses âmes en peine.

24Et la troisième phrase conciliait les deux pistes :

  • 10 ACS, TSDS, b. 6, procès-verbal d’interrogatoire, 10/4/1926.

Je doute, que cela soit la volonté de Dieu, mais ils veulent que je l’accomplisse ; mais moi je sens que c’est au-delà de mes forces10.

25Et, ajoutait la mère :

Répétant un proverbe anglais, elle déclara : Ils me veulent trop grande pour mes chaussures.

26Violet avait dit qu’ils étaient quatre à vouloir qu’elle l’accomplisse, et qu’un seul était contre. Mais la mère était persuadée que la grande œuvre en question consistait à fonder un Institut pour les pauvres : elle avait répondu que Dieu désire des actions humbles, non des grandes œuvres, et que Violet devait se contenter de continuer à faire ce qu’elle faisait, en faisant la charité autour d’elle.

27Quant à la période ayant immédiatement précédé l’attentat, sœur Ricarda signala que la veille au soir elle avait porté un médicament à Violet, prise de maux d’estomac ; celle-ci lui indiqua que le lendemain elle serait absente assez longtemps, ayant beaucoup à faire, et avait ajouté :

  • 11 Ibid.

je ne savais pas que demain j’allais devoir rester dehors si longtemps11.

28Le commissaire repartit, non sans avoir houspillé les sœurs pour ne pas lui avoir dit tout ça plus tôt, et le même jour il informait le procureur :

  • 12 ACS, TSDS, b. 6, rapport du 10/4/1926.

les recherches se poursuivent activement […] pour savoir si quelqu’un n’aurait pas pu profiter de l’état d’âme dans lequel se trouvait la Gibson […]12.

  • 13 Cf. La Donna che sparo a Mussolini, op. cit., p. 53.

29En fait cet enquêteur ne faisait qu’anticiper une intuition qui est au centre de la biographie que Richard O. Collin a publiée en 1988. Sommairement résumé : a) compte tenu des contacts que cette prétendue folle, ayant agi prétendument seule, paraît avoir eu dans la capitale ; b) sachant que par ailleurs n’importe quel tribunal, au vu de ses antécédents, risquait de la reconnaître comme irresponsable ; c) n’était-elle pas l’instrument idéal, d’une conspiration ?13 Malheureusement pour lui Pennetta s’orienta ensuite vers ce qui était sans doute une fausse piste, celle des « sociétés secrètes irlandaises » – dont on voit mal pourquoi elles auraient voulu éliminer Mussolini. Ce n’étaient pas non plus les contacts de Violet avec des milieux pacifistes basés en Suisse, durant la Première Guerre mondiale, qui pouvaient lui être d’un grand secours. Et vers la fin du mois il ne put que faire savoir au juge d’instruction :

  • 14 ACS, TSDS, b. 6, rapport du 26/4/1926.

les enquêtes effectuées jusqu’ici activement dans tous les quartiers de la ville pour savoir si, et par qui, la Gibson s’est vue suggérer d’accomplir l’acte infâme ont eu un résultat négatif14.

30Dès lors, la thèse de la folie avait la voie plus libre, aidée en cela par la famille. Celle-ci s’était adressée au plus grand avocat du barreau, un des pères fondateurs de la criminologie, et un des plus célèbres socialistes ayant tourné leur veste – on aura reconnu Enrico Ferri. Moyennant la somme, fabuleuse pour l’époque, de mille livres sterling, il s’était engagé à « régler l’affaire ».

  • 15 Cf. notamment Séverine, « Marteau ? », La Fronde, 18/6/1926 ; consulté à la Bibliothèque Marguerit (...)

31La tâche de Ferri et de son adjoint Cassinelli n’était pas pour autant facile : dans sa prison, Violet s’obstinait non seulement à bien s’entendre avec les co-détenues, mais à ne donner aucun signe de folie. On trouve bien trace d’un incident, survenu le 21 mai, à l’atelier : un marteau qui servait d’ordinaire à fabriquer des fleurs artificielles fut utilisé par Violet pour asséner un bon coup sur la tête d’une co-détenue. Mais là encore, on aimerait bien connaître les tenants et les aboutissants – l’autre lui avait agité sous le nez un torchon sur lequel était écrit « vive Mussolini ». Cet épisode fit même un moment penser, à l’étranger, que le régime comptait régler l’affaire par un « suicide » en prison15.

32La tâche de Ferri se compliqua encore lorsqu’il apprit que lors d’un interrogatoire, le 16 juin, Violet avait admis – sans donner d’autres précisions – qu’il y avait bien eu complot. Mais il contre-attaqua très habilement : il contesta la validité des aveux de sa cliente, et exigea l’expertise psychiatrique de celle-ci. En date du 30 juin, le juge d’instruction accorda l’expertise, assortie d’un placement immédiat à l’asile.

33Violet vécut très mal ce changement, car à la compagnie des co-détenues, succédait maintenant l’isolement. On en sait un peu plus sur ses états d’âme, grâce aux lettres censurées sur ordre du juge. Quelques-unes sont adressées à Irene McComas, une autre Anglaise qui habitait en Italie, mais la plupart ont pour destinataire Enid Dinnis, une femme-écrivain dont on a vu qu’elle était son exécutrice testamentaire.

  • 16 ACS, TSDS, b. 6, lettre du 11/9/1926.
  • 17 ACS, TSDS, b. 6, lettre du 1/10/1926.

(11/9/1926) La pénitence d’être gardée et regardée continue toujours. On n’a jamais la reposante sensation de savoir que pour une heure entière on va être seul sans être interrompu. Une infirmière dans la chambre, c’est assez dur (pour les nerfs de chacun) mais une infirmière dans les parages c’est pire vu qu’on vous maintient dans un état continuel et fatigant de qui vive* et de pensée qu’ils seront sur vous à tout moment. Ce qui de fait survient invariablement16 (*en français dans le texte, NdA).
(1/10/1926) Les malades sont pathétiques. C’est comme si on avait planté des arbres et – juste alors qu’ils deviennent pleins de santé et de vitalité – si un filet serré avait été enroulé autour d’eux pour empêcher – au cas où ce soit possible – qu’ils portent des fruits. Et comme si, alors qu’ils sont assis patiemment, ils étaient en train de dire : « donnez-nous en les moyens, et nous porterons des fruits »17.

34Le 21 octobre, le juge ordonna la clôture de l’instruction, pour renvoi devant la Cour d’Assises de Rome. Quelques jours plus tard, et pour dissuader Pennetta de toute nouvelle curiosité intempestive, on l’envoya diriger un commissariat de quartier. Le 27 décembre, Enrico Ferri remit enfin son mémoire, de dix-huit pages, intitulé « En défense de Violet Gibson », mais qui aurait tout aussi bien pu s’intituler « En l’honneur d’Enrico Ferri ». Il citait même un de ses livres, en note de bas de page. Et bien entendu, il rapportait la soi-disant réaction de Mussolini, apprenant que c’était lui qui avait été choisi par la famille :

  • 18 Ibid., mémoire du 27/12/1926 (le passage souligné ici, l’est sur l’original). Rappelons que la cri (...)

Je le sais, et c’est bien : ainsi la Gibson sera défendue avec toute la sérénité de la science18.

35Dans ce mémoire, il était aussi question de sa cliente, en particulier dans la conclusion :

  • 19 Mémoire du 27/12/1926, op. cit.

pour Violet Gibson la justice exige qu’elle soit déclarée malade mentale, tandis que la nécessité de la défense sociale exige qu’elle ne soit, pour cette raison, remise en liberté19.

36C’est au début de l’année 1927 que semble avoir été prise la décision concernant la date de ce procès et de celui des auteurs de deux autres tentatives d’attentat.

37Dans le cas de Violet Gibson, l’audience eut lieu le 12 mai 1927 ; non pas, comme initialement prévu, devant la cour d’assises de Rome, mais devant le Tribunal spécial, créé entre-temps.

38L’accusée fut jugée en son absence car Enrico Ferri craignait qu’étant présente elle ne vînt contrarier, par une apparente normalité, le diagnostic de folie. Le non-lieu ayant été prononcé, elle fut remise à sa sœur Constance, venue accompagnée de trois infirmières ainsi que d’un employé de l’agence Cook, et prit le train pour Londres. Il y avait bien le risque, une fois passé la frontière, de la voir descendre du train et fausser compagnie à ses accompagnateurs : après tout la décision de « folie », rendue par un tribunal fasciste, n’avait aucune valeur légale en France.

39Mais de ce côté-là, aussi, le Foreign Office avait bien fait les choses : la police française, qui avait été prévenue, était là pour veiller à ce que Violet ne descendît pas du train. En revanche on se garda bien de lui administrer un somnifère car si elle dormait elle ne pouvait être reconnue folle à l’arrivée ; or, en Angleterre non plus, la décision rendue à Rome n’avait aucune valeur. Dès l’arrivée à Victoria Station, on l’amena chez deux psychiatres de Harley Street, les docteurs Maurice Craig et Bernard Hart, qui délivrèrent l’indispensable certificat. Elle put ainsi être internée à vie au St. Andrew’s Hospital de Northampton. Sa sœur Constance, à l’incitation des milieux diplomatiques britanniques, adressa alors une lettre publique de remerciements à Son Excellence Mussolini.

40Treize ans passèrent.

41En 1940, Violet semble avoir estimé que les données de l’actualité internationale rendaient encore un peu plus injustifiable la prolongation de son internement ; elle écrivit à Churchill, qui ne lui répondit évidemment pas.

42Sept ans plus tard encore, en 1947, elle apprit le mariage de la princesse Elizabeth avec le prince Philip ; elle lui adressa une lettre dans laquelle elle rappelait n’être plus dangereuse pour personne, et demandait à être remise en liberté ; mais la lettre ne fut pas même transmise par l’hôpital.

43Finalement, elle resta au St. Andrew’s Hospital et c’est là qu’elle mourut le 4 mai 1956.

44Trente ans plus tôt, le 7 avril 1926, cette soi-disant folle était passée à l’acte, là où beaucoup n’osaient déjà plus même y songer…

45Il y a dans le cas de Violet Gibson quelque chose de si typique – à la limite du caricatural –, que l’on hésite presque à l’évoquer : « tout », en effet, concourait à ce qu’elle fût déclarée folle. Mais c’est aussi dans ce qu’il contient de moins typique qu’il est le plus exemplaire. Il n’y a pas ici de moment précis où l’on puisse affirmer avec certitude : les choses ne se seraient pas passées ainsi s’il s’était agi d’un homme. Et pourtant on se trouve au total face à une réalité, dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle eût été difficilement concevable si Violet Gibson avait été un homme. On est même en droit de voir dans son cas le symétrique de celui de Schirru, dont je prépare la biographie, et qui en 1931 fut condamné à mort pour avoir eu l’intention de supprimer Mussolini.

46On peut ici mesurer à quel point l’irresponsabilité attribuée aux femmes, si elle est avant tout insultante dans son principe, constitue aussi parfois un cadeau empoisonné.

47Enfin, et si en théorie les tribunaux n’ont pas pour rôle d’écrire l’histoire, on peut noter à quel point leurs décisions conditionnent la mémoire collective : dépossédée du sens de son geste, de son vivant, Violet aura continué de l’être après sa mort.

Notes

1 La présente recherche s’appuie sur la fondamentale étude de Collin (R. O.) : La Donna che sparo a Mussolini, Milano, Rusconi, 1988. J’en ai complété l’apport par le contenu des archives, maintenant accessibles, du Tribunale speciale per la difesa dello Stato – en abrégé ACS, TSDS.

2 Mussolini (B.), Opera omnia, t. 22, p. 376.

3 Trevisan (L.), Il Naso di Mussolini, Milano, Mondadori, 1998, p. 85.

4 ACS, TSDS, b. 6, procès-verbal d’interrogatoire, 7/4/1926, 13 h 20.

5 Lussu (E.), La Catena, Roma, Éd. U, 1945, p. 16.

6 Ibid..

7 Tribunale speciale per la difesa dello Stato, Decisioni emesse nel 1927, Roma, Ufficio Storico SME, 1980, p. 306.

8 Yourcenar (M.), Denier du rêve, Paris, Grasset, 1934.

9 ACS, TSDS, b. 6, lettre du 9 septembre 1925.

10 ACS, TSDS, b. 6, procès-verbal d’interrogatoire, 10/4/1926.

11 Ibid.

12 ACS, TSDS, b. 6, rapport du 10/4/1926.

13 Cf. La Donna che sparo a Mussolini, op. cit., p. 53.

14 ACS, TSDS, b. 6, rapport du 26/4/1926.

15 Cf. notamment Séverine, « Marteau ? », La Fronde, 18/6/1926 ; consulté à la Bibliothèque Marguerite Durand (Paris), dossier Gibson Violet.

16 ACS, TSDS, b. 6, lettre du 11/9/1926.

17 ACS, TSDS, b. 6, lettre du 1/10/1926.

18 Ibid., mémoire du 27/12/1926 (le passage souligné ici, l’est sur l’original). Rappelons que la criminologie s’était présentée, en Italie, comme une science ; cf. Nemeth (L.), « Bulles de savon et peur du rouge : Lombroso, 1835-1909 », L’Homme et la Société, janv.-juin 1997, n° 123-124, p. 172-180.

19 Mémoire du 27/12/1926, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Terms of use: http://www.openedition.org/6540