Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et justice pénale

 | 
Christine Bard
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Michelle Perrot
, 
et al.

Troisième partie. Représentations

Introduction

Christine Bard

Texte intégral

1L’histoire des représentations des femmes en Justice est encore balbutiante. Cependant, sans en faire leur objet principal, de nombreux articles de ce livre prennent en compte l’image, le préjugé, le discours juridique, savant ou politique et le récit journalistique. Les cinq articles que réunit cette partie donnent un avant-goût de la variété des pistes possibles, à la mesure de la diversité des « criminelles » dont on retrouve la trace. Les procès donnent des sources précieuses (stratégies de défense et d’accusation renseignent sur un certain nombre de stéréotypes) et sont complétés par des études de presse et par des essais. Ces sources, pourtant disparates, ont un point commun fondamental : elles émanent d’hommes jugeant des femmes. Et ce qui frappe d’abord est qu’ils les jugent sévèrement. La peine de mort sanctionne les maricides du Canada et les avorteuses de la France de Vichy. La peine, lorsqu’elle est effective, est voulue exemplaire, dissuasive. « S’il fallait que les épouses mécontentes de leur sort assassinent leur mari, il n’y aurait plus d’hommes dans la colonie », explique [lucidement ?] le lieutenant-colonel qui vient d’envoyer au bûcher une maricide (Canada, xviiie siècle). Peu d’hommes se laissent attendrir par le mobile du crime qui est souvent simple légitime défense face à un mari violent. Les femmes battues n’échappent pas à la peine capitale. En revanche, leur statut de mère et l’intérêt de leurs enfants peuvent conduire à des peines moins lourdes. La rigueur de cette justice s’inscrit dans une longue tradition de domination masculine s’appuyant sur le droit et les institutions judiciaires. La sévérité est une constante ; elle est même renforcée dans le nouveau Code criminel canadien au début du xxe siècle, précise Sylvie Frigon. Il va de soi en tout cas que le meurtre du mari auquel l’épouse doit obéissance est un crime suprême de lèse-patriarcat.

2Sévérité de Vichy : les femmes sont bien entendu les premières et principales victimes du renforcement de la répression de l’avortement, devenu crime contre la « Race ». Une blanchisseuse de Cherbourg y laisse sa vie, en 1943. Contrairement à la punition du maricide, la répression effective de l’avortement est une invention « moderne ». L’État s’arroge le droit de contrôler le corps reproductif des femmes, en interdisant par ailleurs toute publicité pour les moyens contraceptifs : la France commence à céder à la pression nataliste sous la IIIe République, voit triompher cette politique pendant l’Occupation, et ne questionnera cet état des choses qu’à partir des années 1960.

3Le droit de disposer de son corps est le cri de rassemblement des féministes des années 1970 et le Planning familial y travaille dès 1956. Mais si l’opinion de certains juristes évolue vers plus de libéralisme, ce n’est pas particulièrement dans l’intention d’émanciper les femmes. On comprend, en lisant Dominique Budin, que le discours criminologique abandonne progressivement les explications naturalistes de la criminalité féminine. Cet agiornamento intellectuel est étudié dans un courant de pensée humaniste, celui de la Défense sociale nouvelle, qui partant à la recherche des causes de crimes dits familiaux (infanticide, avortement) est amené à voir la coupable comme une victime (isolement, pauvreté, réprobation morale). Ce courant se méfie cependant du « relâchement des mœurs », et, on ne s’étonnera pas de voir des femmes profiter de cette vague réformatrice pour pousser plus loin les transformations : juristes comme Simone Veil, qui, une fois ministre, autorisera l’IVG (1974) ou travailleuses sociales de l’administration pénitentiaire.

4Fruits de la pression directe et indirecte des féministes, les changements les plus fondamentaux sont très récents. Au Canada, c’est en 1990 que sera reconnu légalement le syndrome de la femme battue dans les cas de maricides. On sent dès le début du xxe siècle les prémices de cette remise en cause du pouvoir masculin. En 1911, des féministes, du Canada et de l’étranger, pétitionnent pour soutenir une femme maricide, Mme Napolitano, enceinte de son cinquième enfant, battue et obligée de se prostituer par son mari qui la menaçait de mort. Non sans efficacité puisqu’elle garde la vie sauve (mais reste 12 ans en prison). Entre les deux guerres, les surréalistes figurent aussi parmi les défenseurs des criminelles. Malgré leur idéalisation ambiguë de « la Femme », ils rejoignent, dans leur refus des rapports d’autorité, les anarchistes et les féministes les plus radicales. Violette Nozières, la parricide, a tout pour les séduire et devenir, entre autres grâce à eux, une figure emblématique de la liberté sexuelle. Ils voient en elle la victime (et la croient lorsqu’elle évoque l’inceste commis par son père alors qu’elle avait douze ans) mais aussi l’insoumise. L’affaire Violette Nozières se prêtera à d’autres lectures en cette année 1933 lourde de menaces. Anne-Emmanuelle Demartini et Agnès Fontvieille voient aussi combien la jeune criminelle active dans l’opinion les représentations misogynes les plus éculées, éventuellement modernisées par la psychiatrie (la mythomanie). Sur son cas s’accumulent les explications, biologisantes (elle tue le premier jour de ses règles) ou sociales (elle est le produit des Années folles et de la dégénérescence des mœurs). « Je voulais vivre ma vie », déclare-t-elle à la police, le féminisme pousse au crime, entendra-t-on ensuite. Avec, également en 1933, le crime des sœurs Papin (deux bonnes ayant sauvagement assassiné leurs patronnes, mère et fille), les femmes sont loin d’être marginales sur la scène des grandes affaires judiciaires. La postérité de ces deux affaires (théâtre, films, livres) est sans doute due à ce qu’elles dévoilent de la vie des femmes (tabous sexuels, violence des rapports sociaux). Leurs pauvres vies soudain livrées au regard des policiers, des juges et des journalistes prennent même valeur de symptôme social pour la France entière.

  • 1 Sowerwine (Ch.), Maignien (C.), Madeleine Pelletier, Une féministe dans l’arène politique, Paris, (...)
  • 2 Fauré (C.), Terre, terreur, liberté, Paris, Maspéro, 1979.

5Parricides, maricides, infanticides, avortées et avorteuses : toutes ressortissent du « crime du sexe », sur lequel le regard social se focalise, sans se lasser des explications contradictoires et confuses (tel le débat sur la campagne et la ville criminogènes). En revanche, les crimes et les délits politiques semblent être incongrus. Les femmes qui les commettent ne sont pourtant pas rares. Exemplaire, l’histoire de Violet Gibson, attentant à la vie de Mussolini en 1926, met en lumière trois caractéristiques fortes de l’histoire des femmes : l’accusation (fréquente) de folie, la mansuétude de la Justice (« cadeau empoisonné » comme le souligne justement Luc Nemeth), l’absence de postérité. Voilà au fond un exemple du déni de la citoyenneté des femmes. Après un geste dont on niera le sens politique et la dimension héroïque (ou du moins courageuse), Violet Gibson végétera jusqu’à sa mort dans un asile. Mansuétude ? Comment ne pas penser ici à la doctoresse féministe Madeleine Pelletier, arrêtée comme faiseuse d’anges à Paris en 1939, privée du procès où elle aurait pu défendre ses convictions néo-malthusiennes (elle publia en 1914 une brochure, Le Droit à l’avortement) et envoyée à l’asile du Perray-Vaucluse qui fit effectivement chanceler sa raison1. Derrière Violet Gibson surgissent encore bien d’autres ombres : Olympe de Gouges, rédactrice de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (« la femme a le droit de monter à l’échafaud, elle doit avoir celui de monter à la tribune »), les femmes terroristes espérant libérer la Russie du Tsar autour des années 18802, les militantes internationalistes et pacifistes de la Première Guerre mondiale passées en conseil de guerre, Germaine Berton, militante anarchiste ayant tué en 1923 le secrétaire de rédaction de L’Action française… La répression des délits et crimes politiques commis par des femmes, qui n’a pas encore été étudiée, serait une des pistes pour poursuivre la réflexion ouverte par ce colloque.

  • 3 Pour une analyse subtile de la « monstruosité », voir la thèse d’Anne-Emmanuelle Demartini, L’Affa (...)

6Crimes dits familiaux ou crimes politiques sont nécessairement vus à travers le prisme des représentations dominantes de « la femme » : ange et démon, maman et putain « monstrueuse3 ». La criminelle paie non seulement pour ses actes, mais pour la transgression qu’elle opère.

Notes

1 Sowerwine (Ch.), Maignien (C.), Madeleine Pelletier, Une féministe dans l’arène politique, Paris, Éditions ouvrières, 1992.

2 Fauré (C.), Terre, terreur, liberté, Paris, Maspéro, 1979.

3 Pour une analyse subtile de la « monstruosité », voir la thèse d’Anne-Emmanuelle Demartini, L’Affaire Lacenaire, Paris, Aubier, 2001.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540