Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et justice pénale

 | 
Christine Bard
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Michelle Perrot
, 
et al.

Deuxième partie. Violences

« Pour cause d’honneur » : violence interpersonnelle et rapports de genre en Grèce dans les années 1950-1960

Efi Avdela

Texte intégral

  • 1 Voir sur l’incident : Kathimerini (quotidien d’Athènes), 16.7.54, p. 6, 17.7.54, p. 5 ; sur le pro (...)

1Le soir du 15 juillet 1954, les frères Apostolos et Antonis Lakopoulos, habitants du village de Sellades près d’Arta, au centre ouest de la Grèce, guettaient sur la passerelle de la gare ferroviaire du Péloponnèse à Athènes Antonis Sismanis, vingt-huit ans, venant du même village qu’eux. Les deux frères – Apostolos, vingt-sept ans, conducteur et Antonis, vingt-deux ans, marin – avaient suivi Sismanis à Athènes dans le but de « laver l’ignominie faite à leur famille » : ils l’accusaient de refuser d’épouser leur sœur après l’avoir « déshonorée ». Dès que Sismanis, qui avait trouvé refuge chez un ami dans la capitale, apparut, les deux frères lui tombèrent dessus et le tuèrent à coups de couteau. Le lendemain, les journaux faisaient état d’un nouveau « crime pour cause d’honneur » (« englima dia logous timis »), lui accordant un peu plus de place que d’habitude puisqu’il s’était passé en plein centre de la capitale1.

2L’incident ci-dessus est typique d’un phénomène qui pour être souvent synonyme de Grèce « traditionnelle » n’est pas pour autant étudié dans son contexte historique : il s’agit en l’occurrence des « crimes pour cause d’honneur », c’est-à-dire d’une catégorie d’actes de violence interpersonnelle particulièrement floue, dont le motif communément avancé est celui du rétablissement de l’honneur familial ou personnel qui aurait été atteint par les actes de la victime. Dans la plupart des cas, lesdits actes impliquent, d’une façon ou d’une autre, les rapports sexuels d’une femme.

  • 2 Voir Peristiany (J. G.) (dir.), Honour and Shame. The Values of Mediterranean Society, Londres, We (...)
  • 3 Campbell (J. K.), Honour, Family, and Patronage. A Study of Institutions and Moral Values in a Gre (...)

3La Grèce constitue, on le sait, l’un des « terrains » d’étude sur lesquels se fonde l’élaboration anthropologique de la notion d’honneur en tant que principe organisateur des rapports sociaux, considéré pendant longtemps comme typique du « monde méditerranéen »2. C’est dans la même année 1954 que le jeune anthropologue John K. Campbell, ancien soldat de l’armée anglaise arrivée en Grèce après la retraite des Allemands, commençait sa fameuse recherche auprès des Saracatsanes, population pastorale nomade de la Grèce centrale. Centrée autour des valeurs morales, son étude, publiée dix ans plus tard et vite devenue classique, montre l’importance de la notion d’« honneur » non seulement chez les Saracatsanes, mais aussi dans la société grecque en général3. Selon Campbell, l’honneur est le lien qui unit les membres d’une famille face à un monde régi par la rivalité et l’hostilité entre entités familiales. En tant que qualité dont la valeur dépend aussi bien de l’image de soi que de sa reconnaissance publique et qui sert à mesurer le prestige d’une personne ou d’une famille, l’« honneur » prescrit des comportements différents pour les hommes et pour les femmes. Si pour une femme l’honneur est synonyme de discipline sexuelle, la féminité représentant alors la menace majeure pour l’honneur des hommes, la masculinité est identifiée à la capacité d’un homme à protéger l’honneur de sa famille, préservant ainsi sa réputation et son prestige. L’affront entraîne pour la partie lésée l’obligation de recouvrer son honneur, parfois même dans le sang, sinon la famille et ses représentants mâles risquent de « perdre la face pour toujours », à savoir leur honorable réputation et donc leur statut.

  • 4 Environ 340 cas pour la période 1949-1967, répartis dans l’ensemble du territoire, selon la recher (...)
  • 5 Gallant (Th.), « Murder in a Mediterranean City : Homicide Trends in Athens, 1850-1936 », Journal (...)

4Tout au long des années cinquante et soixante, c’est-à-dire pendant la période précédant et suivant l’étude de Campbell, un nombre important de crimes – homicides et blessures graves – commis « pour cause d’honneur », selon la formule consacrée, étaient recensés dans les journaux d’Athènes4. Le phénomène n’était pas nouveau : selon des études récentes, l’outrage à l’honneur constituait en Grèce le motif principal des crimes interpersonnels, au moins depuis le milieu du xixe siècle ; et, dans l’entre-deux-guerres, on enregistre les premières protestations contre une pratique qui commence alors à être perçue non seulement comme rétrograde et archaïque, mais aussi comme hypocrite5. Après la guerre civile, les crimes « pour cause d’honneur » vont se trouver au centre d’un débat public portant sur la gestion de la violence interpersonnelle, qui avait gravement marqué la société grecque pendant les dix années précédentes : guerre, occupation, résistance et guerre civile ont abouti pendant les années quarante à une banalisation de la violence qui devint manifeste dans plusieurs aspects de la vie quotidienne. Pendant la période suivant le rétablissement de l’ordre, et dans le cadre d’une inquiétude publique croissante au sujet de la « criminalité », au moment même où les anthropologues constataient l’importance du code de l’honneur dans la société grecque, on assistait à la mise en place d’un processus de redéfinition de la notion de l’« honneur » et de délégitimation de son contenu traditionnel, allant de pair avec une redétermination des modèles dominants de masculinité et de féminité.

5Nous pouvons suivre le processus en question à travers trois aspects essentiels de notre sujet : les fluctuations dans la fréquence et dans les circonstances des crimes interpersonnels « pour cause d’honneur » ; l’évolution en ce qui concerne l’accueil de ce type de crimes par la presse ; les changements concernant leur jugement et notamment l’attitude des jurés, les circonstances atténuantes reconnues et les peines imposées. Il est manifeste que ces trois aspects sont intimement liés et se définissent l’un en fonction de l’autre.

  • 6 Dans nombre de cas, il y a plus de personnes impliquées : soit l’attaque est collective, soit il y (...)

6Il n’est pas possible d’analyser ici tous les paramètres dont doit tenir compte une estimation de l’évolution des « crimes pour cause d’honneur » dans la période étudiée. Je dirai simplement que leur dispersion dans le temps peut être représentée par une courbe indiquant une augmentation croissante des cas au cours des années 50 et une nette déclinaison pendant la décennie suivante. Ces actes de violence interpersonnelle varient énormément entre eux sur une multitude d’aspects : le lieu et les circonstances, l’arme utilisée, l’âge, le genre et la profession des personnes impliquées, le motif, etc. Ceci dit, on peut néanmoins les classer selon le genre et selon la nature des relations entre l’auteur et la victime6.

7Présenté au début de cette communication comme typique de la version grecque des « crimes pour cause d’honneur », le cas des frères Lakopoulos représente la catégorie la plus importante, où auteur et victime sont tous deux des hommes. Sans lien de parenté, ils viennent cependant souvent du même village ou, s’ils habitent en ville, du même quartier ou du même milieu professionnel. La violence a alors pour but de rétablir l’honneur de l’un qui a été offensé par le « déshonneur » infligé par l’autre à une femme de sa famille : dans la plupart des cas, la violence est la réponse au refus d’un jeune homme d’épouser la femme avec laquelle il a été fiancé et/ou avec laquelle il a eu des rapports sexuels. L’auteur du crime, en général le frère célibataire de la femme, entreprend alors non seulement de défendre celle-ci, mais aussi de rétablir son propre honneur à la suite de l’affront qu’il a subi à travers elle, « en lavant la honte » de toute la famille. L’attaque est le plus souvent planifiée (l’embuscade est fréquente), le lieu choisi est en général public et le succès impressionnant : il s’agit dans la plupart des cas d’un homicide.

  • 7 Vradini, 28.10.57, p. 8 ; GAK, MOD d’Athènes, v. 65, 1958, n° 10-12, 10.2.1958.
  • 8 Relativement rares sont les cas où la violence du père est motivée par la grossesse illégitime de (...)

8Cependant, les hommes n’attaquent pas seulement d’autres hommes afin de rétablir leur honneur ; ils peuvent aussi « punir » les femmes de leur propre famille pour avoir été la cause du déshonneur. Tel est le cas de Charilaos Theofilou, 25 ans, garçon de café, marié, qui en octobre 1957 a tué sa sœur Despina Drakati, 20 ans, vivant séparée de son mari, et habitant chez ses parents. Pour justifier l’assassinat, Theofilou a invoqué l’emportement que lui a causé le refus répété de sa sœur de suivre ses conseils et de quitter la vie de « débauche » qu’elle menait7. Dans ces cas-là, typiques de la ville, le frère – et parfois aussi le père – attaque sa sœur – ou sa fille – dans son domicile, le plus souvent dans un accès de colère provoqué par l’incapacité de maîtriser le comportement insubordonné de sa parente : dans la plupart des cas, le motif du crime est « la vie débauchée » que la sœur ou la fille est accusée de mener. « Aveuglé » par l’« insolence » qui lui est adressée et exaspéré par l’atteinte renouvelée à son honneur, le frère (ou le père) réagit alors émotionnellement et rétablit l’ordre en punissant la femme « dépravée »8.

  • 9 Vakarelis a également coupé les oreilles de sa femme. Akropolis, 3.5.50, p. 6.
  • 10 Ainsi qu’il a été souligné par plusieurs travaux historiques récents, la violence du mari envers s (...)

9Si dans le code de l’honneur le frère représente la figure emblématique du gardien et protecteur de l’honneur de sa sœur, le cas du mari est plus complexe : le mari ayant tué ou blessé sa femme fait appel à son « honneur » pour justifier son acte tant lorsque celle-ci a été prise sur le fait avec son amant – qui est alors souvent également atteint – que lorsqu’elle n’a été que soupçonnée d’adultère. Le cas de Christos Vakarelis, 42 ans, ouvrier, qui en mai 1950 a blessé d’un couteau son épouse Sofia et son amant Petros Marelis, qu’il avait pris sur le fait dans son village, Agiassos, dans l’île de Lesvos, se révèle être un cas des plus typiques9. Il faut cependant noter que la violence du mari ne s’explique pas toujours d’une façon aussi claire. Étant la cause principale de l’assassinat d’une femme pendant cette période, la violence du mari n’a pas toujours besoin de motifs précis. La fluidité du vocabulaire utilisé par la presse afin de qualifier le motif censé être à la base de l’homicide ou de la blessure grave d’une femme par son mari en témoigne : « drame familial », « crime de jalousie », « crime passionnel », et évidemment « crime pour cause d’honneur » sont les qualifications interchangeables appliquées à des cas analogues10.

  • 11 Voir à titre indicatif : Goddard (V.), « Honour and shame : the control of women’s sexuality and g (...)
  • 12 La traduction exacte du mot grec employé le plus souvent pour les femmes ayant cédé à des relation (...)

10Selon les acceptations anthropologiques classiques de l’honneur, c’est l’apanage des hommes que d’avoir recours à la violence afin de réparer l’affront commis à leur égard par le biais de l’une des femmes de leur famille. En d’autres termes, si une femme n’a pas de protecteur pour la venger (de préférence un frère célibataire), elle est vulnérable et ne peut, en cas de déshonneur, que réagir passivement, à savoir par le suicide. Or, cette approche de l’honneur est contredite aussi bien par les études historiques et anthropologiques récentes11 que par les trouvailles de notre propre recherche : en témoignent les cas de femmes qui, pour avoir été abandonnées après une relation sexuelle basée sur une promesse de mariage, au lieu de se suicider, attaquent leur ex-amant, le plus souvent pour le blesser, en lui jetant du vitriol au visage. Si les « vitrioleuses », comme on les appelait, n’évoquaient pas souvent l’« honneur » en tant que motif formel de leur acte, l’explication qu’elles en donnaient ne correspondait pas moins au contenu des autres cas : la femme concernée se considérait comme déshonorée et trahie par celui à qui elle avait accordé sa confiance puisqu’il lui a promis de le lui restituer en l’épousant (« apokatastisei »). Vivant le plus souvent en ville et ayant un passé de relations sexuelles « illégitimes », à savoir d’une conduite qui les a privées du privilège de jouir de la protection des hommes de la famille, s’il y en avait, ces femmes commettaient le plus souvent leur acte en public après avoir guetté leur victime. C’est notamment le cas de Sofia Martinou, 25 ans, institutrice et caissière, qui en septembre 1949 a défiguré au vitriol Evangelos Markakis, 34 ans, peaussier à Athènes, parce qu’il refusait de l’épouser après l’avoir « déshonorée » quelques années plus tôt12.

11C’est d’abord à travers leur présentation dans la presse qu’on peut se pencher sur l’évolution des attitudes envers les « crimes pour cause d’honneur » dans le temps. Si leur présentation varie d’une manière significative selon le journal, chacun adoptant une stratégie narrative particulière pour le reportage de ce type de faits, laquelle fait partie de son profil général, elle participe dans tous les cas activement à la construction du « drame » dans ses deux moments publics : l’arrestation et le jugement. Les journaux matinaux sont plus parcimonieux dans leur présentation que ceux de l’après-midi où les reportages sont d’habitude signés et correspondent à de véritables récits, souvent accompagnés de photos.

12En étudiant les quotidiens principaux de la capitale parus dans les années cinquante et soixante, un certain nombre de constatations s’imposent. D’abord, il est rare que les affaires « d’honneur » fassent la une des journaux : plus que pour d’autres cas de violence interpersonnelle, l’information sur les « crimes pour l’honneur » dépasse rarement les quelques lignes, comme s’il s’agissait d’un phénomène non seulement banal, mais même, d’une certaine manière, embarrassant. Le procès attire plus l’attention, surtout si l’affaire a un aspect contestable quelconque. Dans ces cas-là, les journalistes prennent d’emblée une position de circonspection envers l’invocation de l’honneur comme motif « authentique » pour le crime en question. Il s’agit là d’un aspect important du processus de mise en question de la légitimité sociale du contenu traditionnel du code de l’honneur, dont il a été question plus haut. La presse suit en cela la magistrature, qui est en amont de la campagne contre l’indulgence juridique envers les crimes « pour cause d’honneur » et les types de rapports sociaux auxquels ils étaient censés correspondre. Des deux côtés, le but serait l’« éducation » de l’opinion publique contre une pratique considérée comme allant à l’encontre du dessein modernisateur de la société grecque.

  • 13 Varvaretos (G.), Poinikos Nomos [=Loi Pénale], Athènes 1956.
  • 14 GAK, MOD d’Athènes, v. 65, 1958, n° 10, 11, 12 / 10.2.1958.
  • 15 Kathimerini, 15.4.50 ; Akropolis, 14-15.4.50.
  • 16 L’abolition du système « pur » assermenté sera un des premiers actes du régime dictatorial des col (...)

13En effet, l’étude des décisions juridiques concernant les affaires « d’honneur » montre le problème auquel devaient faire face les autorités publiques : en somme, les jurés acquittaient les coupables contre l’avis des magistrats. Les jurés fondaient leur décision d’acquittement ou de peine réduite adjugée aux auteurs de « crimes pour l’honneur » sur les circonstances atténuantes prévues par la loi en cas d’homicide ou de tentative d’homicide : l’« état d’emportement », la « confusion modérée » ou « totale » de l’auteur, les « motivations non dégradantes » qui l’ont conduit au fait, le « comportement impropre » de la victime13. Ainsi, les assises d’Athènes où l’affaire Theophilou a été jugée en février 1958 ont conclu que l’auteur était coupable de l’assassinat de sa sœur, commis cependant « en état d’emportement », et lui ont reconnu des circonstances atténuantes d’« imputation réduite » et du « comportement impropre de la victime » ; en conséquence, ils l’ont condamné à quatre ans et un mois de réclusion. L’étude du dossier révèle l’unanimité avec laquelle parents, mari et voisins ont accusé Despina de « promiscuité et de débauche » aux fins d’alléger les charges à l’encontre du comportement de son frère : personne n’a prononcé de mot en faveur de la victime14. Par ailleurs, la seconde cour d’assises d’Athènes où a eu lieu le procès de Martinou en avril 1950 a reconnu que l’auteur était en « confusion totale » au moment de l’acte étant donné son état de grossesse, et l’a en conséquence acquittée, comme c’était alors souvent le cas avec les « vitrioleuses »15. Pareille « clémence » répétée de la part des jurés provoque, au cours de cette période, des commentaires négatifs concernant le fonctionnement des assises, lesquelles vont jusqu’à la remise en question du système des jurys en tant qu’inadaptés à la société grecque ; aussi les cas se multiplient où le procureur incite la cour à proclamer le verdict des jurés « erroné »16.

  • 17 Tousis (A. Ch.) et Georgiou (A. A.), Poinikos Kodix [=Code pénal], Athènes, éd. Frères Tziakas, 19 (...)

14La gestion institutionnelle des « crimes pour cause d’honneur » présente donc une contradiction majeure : d’un côté, tous les juristes ne cessent de répéter que le droit devait se fonder sur « l’éthique sociale objective prépondérante »17 ; de l’autre côté, cette même « éthique sociale prépondérante » conduit souvent les jurés à prononcer des verdicts qui acquittent ou infligent des peines réduites aux auteurs des crimes « pour cause d’honneur », en reconnaissant les circonstances atténuantes qu’ils invoquaient. Tout se passe comme si l’« opinion publique » que les jurés étaient censés représenter était « corrompue » par le code d’honneur que les autorités désiraient discréditer.

15En fait ce que les magistrats ainsi que la presse contestent, ce n’est pas le code moral en lui-même selon lequel l’honneur du frère, du père ou du mari dépend du comportement sexuel de sa fille, de sa sœur ou de sa femme, mais les conséquences dérivant de son interprétation traditionnelle, à savoir le recours à la violence interpersonnelle comme seul moyen de revanche. Plus encore, c’est le modèle culturel d’une masculinité agressive, perçu comme étant absurde et anachronique et même responsable du taux prétendu croissant de criminalité, qui est remis en question. La plaidoirie du procureur Rakopoulos lors du procès des deux frères Lakopoulos, en février 1955 en témoigne :

L’expansion de la criminalité est due à l’indulgence des verdicts […] Les motifs d’honneur qui sont toujours avancés « passent » facilement ici. Les cœurs de messieurs les jurés fondent comme du sucre chaque fois qu’ils jugent un crime pour cause d’honneur.

  • 18 Vradini, 18.2.55, p. 5, reportage signé Elias Malatos.
  • 19 GAK, MOD d’Athènes, v. 59, 1955, n° 17, 18, 19, 20, 20a, 22, 23, 24 / 16-18.2.1955.

16Pour le procureur, cette situation est d’autant plus inacceptable qu’il ne comprend pas où est l’« honneur » invoqué par les auteurs dans le cas précis des frères Lakopoulos, puisque la victime avait des relations sexuelles avec leur sœur célibataire, c’est-à-dire avec une femme dont l’honneur était déjà compromis18. Dans ce cas, la justice va trancher : si Antonis Lakopoulos a été acquitté pour le meurtre d’Antonis Sismanis, son frère Apostolos a été jugé « coupable d’assassinat prémédité en état de confusion limitée » et il a été condamné à treize ans de réclusion19.

17Ce n’est donc pas d’un point de vue libéral que le procureur conteste l’évocation de l’honneur en tant que motif d’homicide, mais plutôt en raison de sa conviction concernant la nécessité de la maîtrise des émotions par le biais des institutions et de la primauté de la loi sur la loyauté familiale. Il ne dispute pas les rapports hiérarchiques entre les sexes, mais il conteste la violence interpersonnelle comme moyen efficace pour les maintenir. Or, cette unanimité apparente en faveur d’une éthique morale se basant sur le contrôle de la sexualité féminine ne doit pas nous tromper. La deuxième constatation qui découle de la lecture des journaux est la distance qu’il y a entre les représentations dominantes de l’« honneur » et la variation des pratiques sociales. Dans une période d’urbanisation galopante, de mouvements importants de population et d’immigration grandissante, où le développement économique et la répression politique vont de pair, les pratiques sociales – infiniment variées – contredisent quotidiennement l’emprise de ce code moral dans la vie quotidienne : les gens, surtout dans les milieux populaires, organisent leur vie le mieux qu’ils peuvent, en adaptant en conséquence les critères sur lesquels reposent leur réputation et leur prestige, à savoir leur honneur. La fréquence du concubinage, les naissances hors mariage, le taux apparemment élevé de séparations inofficielles, et même la dérision avec laquelle est représentée la figure du « frère sévère » dans les premières comédies du cinéma grec de la période sont autant de manifestations qui en témoignent.

  • 20 Fronimos (E.), « Ta Kakourgiodikeia mas » [=Nos assises], Poinika Chronika [=Annales pénales], 10, (...)

18L’indulgence envers les auteurs de « crimes pour l’honneur » sera considérée comme dépassée au cours des années soixante. Selon les commentateurs des affaires juridiques et sociales, la situation s’est améliorée entre autres grâce à la participation des femmes aux jurys depuis 1954, qui auraient « limité l’esprit d’indulgence qui régnait jadis envers les soi-disant “ crimes pour cause d’honneur ” »20. Dorénavant, le code d’honneur sera représenté comme un vestige de « conceptions révolues », caractéristiques d’une société en phase « pré-civilisée », contre lesquelles l’éducation et le développement seraient les seuls remèdes.

  • 21 Papakonstandinou (Th.), « H Ellinida ginetai thytis apo “aionio thyma”. H anadiorganosi tis laïkis (...)

19Or, d’autres changements en ce qui concerne les formes de violence interpersonnelle dont les journaux font l’écho vont également apparaître au cours des années soixante. D’une part, les crimes entre personnes apparentées ou qui se connaissent, dont ceux « pour cause d’honneur », diminuent sensiblement, à l’exception des meurtres ou blessures d’hommes par leur épouse, développement dont la nouveauté ne reste pas inaperçue21. D’autre part, d’autres formes de violence interpersonnelle font la une des journaux : il s’agit de plus en plus de « crimes anonymes » c’est-à-dire d’actes de violence entre personnes inconnues, « sans raison apparente » comme on dit. Outre la fréquence croissante de vols meurtriers, deux autres types de crimes, bien que de gravité différentes, vont néanmoins capter pendant longtemps l’attention du public. Ils représentent cette transformation de la société d’une manière éloquente  : d’une part, les attaques contre des femmes dans la rue qui s’inscrivent dans le cadre du phénomène plus large appelé « tedyboïsme », c’est-à-dire un comportement juvénile provocateur et agressif ; et, d’autre part, les affaires répétées de « monstres », à savoir d’hommes qui attaquent des couples ou des femmes seules dans le but de voler, de violer ou d’assassiner. Signalant les contradictions d’une modernisation difficile de la société grecque, ces phénomènes représentent le transfert de la violence comme forme de communication, de l’espace restreint et connu du village ou du quartier, à l’espace anonyme de la capitale. En cela, ils constituent le revers complémentaire des « crimes pour cause d’honneur ».

Notes

1 Voir sur l’incident : Kathimerini (quotidien d’Athènes), 16.7.54, p. 6, 17.7.54, p. 5 ; sur le procès : Vradini (quotidien d’Athènes), 15.2.55, p. 6, 16.2.55, p. 5, 17.2.55, p. 5, 18.2.55, p. 5, Kathimirini, 16.2.1955, p. 5 et Archives générales de l’État, tribunal mixte de jury d’Athènes (GAK. Meiktov Orkwtov Dikasthvrio Aqhnwvn, ci-après GAK, MOD), v. 59, 1955, n° 17, 18, 19, 20, 20a, 22, 23, 24 / 16-18.2.1955. Les noms des personnes impliquées sont des pseudonymes, conformément aux consignes de l’autorité chargée de la protection des données personnelles.

2 Voir Peristiany (J. G.) (dir.), Honour and Shame. The Values of Mediterranean Society, Londres, Weidenfeld et Nicolson, 1965 ainsi que l’essai classique de Pitt-Rivers (J.), « Honour and Social Status », ibid., p. 19-77 ; voir aussi Pitt-Rivers (J.), The Fate of Shechem, or the Politics of Sex : Essaysin the Anthropology of the Mediterranean, Cambridge, Cambridge University Press, 1977 ; et Gilmore (D. D.), Honor and Shame and the Unity of the Mediterranean, Washington, American Anthropological Association, 1987.

3 Campbell (J. K.), Honour, Family, and Patronage. A Study of Institutions and Moral Values in a Greek Mountain Community, New York et Oxford, Oxford University Press, 1964.

4 Environ 340 cas pour la période 1949-1967, répartis dans l’ensemble du territoire, selon la recherche devenue possible grâce au financement du compte spécial des crédits pour la recherche de l’université d’Athènes.

5 Gallant (Th.), « Murder in a Mediterranean City : Homicide Trends in Athens, 1850-1936 », Journal of the Hellenic Diaspora, 23/2, 1997, p. 9-11. Voir aussi Th[éodoropoulou] (A.), « To epaghelma tous » [=Leur profession], O Agonas tis Gynaikas [=La Lutte de la Femme], 158, 1932, p. 1-2.

6 Dans nombre de cas, il y a plus de personnes impliquées : soit l’attaque est collective, soit il y a plus d’une victime. Je ne tiendrai pas compte de ce paramètre ici.

7 Vradini, 28.10.57, p. 8 ; GAK, MOD d’Athènes, v. 65, 1958, n° 10-12, 10.2.1958.

8 Relativement rares sont les cas où la violence du père est motivée par la grossesse illégitime de sa fille.

9 Vakarelis a également coupé les oreilles de sa femme. Akropolis, 3.5.50, p. 6.

10 Ainsi qu’il a été souligné par plusieurs travaux historiques récents, la violence du mari envers sa femme correspond à un type de masculinité qui se sent offensé par tout comportement féminin considéré comme hors du contrôle du mari en tant que chef de famille : la représentation constante de la « femme battue » en est le produit. Voir à titre indicatif : Hammerton (A. J.), Cruelty and Companionship. Conflict in Nineteenth-Century Married Life, Londres et New York, Routledge, 1992 ; D’cruze (S.), Crimes of Outrage. Sex, violence and Victorian working women, Londres, UCL Press/Taylor & Francis Group, 1998 ; Gleyses (C.), La Femme coupable. Petite histoire de l’épouse adultère au xixe siècle, Paris, Imago, 1994.

11 Voir à titre indicatif : Goddard (V.), « Honour and shame : the control of women’s sexuality and group identity in Naples », in Caplan (P.) (éd.), The Cultural Construction of Sexuality, Londres, Tavistock Publications, 1987, p. 166-192 ; Herzfeld (M.), « Honor and Shame : Problems in the comparative analysis of moral sysems », Man, 15, 1980, p. 339-351 ; Wikan (U.), « Shame and Honour : A Contestable pair », Man, 19, 1984, p. 635-52 ; et Johnson (L. L.) et Lipsett-Rivera (S.), « Introduction », in Johnson (L. L.) et Lipsett-Rivera (S.) (dir.), The Faces of Honor. Sex, Shame, and Violence in Colonial Latin America, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1998, p. 1-17.

12 La traduction exacte du mot grec employé le plus souvent pour les femmes ayant cédé à des relations sexuelles sans être mariées est « corrompue », « diefthari tin diefthire ». Akropolis, 30.9.49, p. 4.

13 Varvaretos (G.), Poinikos Nomos [=Loi Pénale], Athènes 1956.

14 GAK, MOD d’Athènes, v. 65, 1958, n° 10, 11, 12 / 10.2.1958.

15 Kathimerini, 15.4.50 ; Akropolis, 14-15.4.50.

16 L’abolition du système « pur » assermenté sera un des premiers actes du régime dictatorial des colonels en avril 1967, pour être remplacé par un système mixte. Voir Papagheorghiou (G. G.), Dikastiria Kakourgimaton. Meikta Orkota Dikastiria. Meikta Orkota Efeteia. Trimeli kai Pentameli Efeteia [=Cours d’assises. Tribunaux mixtes de jurys. Cours d’appel mixtes. Cours d’appel à compositiontripartite ou cinq-partite], Athènes et Komotini, éd. Ant. N. Sakkoulas, 1988, surtout p. 1-34.

17 Tousis (A. Ch.) et Georgiou (A. A.), Poinikos Kodix [=Code pénal], Athènes, éd. Frères Tziakas, 1967, p. 14.

18 Vradini, 18.2.55, p. 5, reportage signé Elias Malatos.

19 GAK, MOD d’Athènes, v. 59, 1955, n° 17, 18, 19, 20, 20a, 22, 23, 24 / 16-18.2.1955.

20 Fronimos (E.), « Ta Kakourgiodikeia mas » [=Nos assises], Poinika Chronika [=Annales pénales], 10, 1960, p. 62. Voir aussi Tsitoura (A. M.), « H symetochi ton gynaikon eis to Dikastirion ton enorkon » [=La participation des femmes dans le tribunal de jury], Egklimatologiki [=Revue criminologiste], I/3-4, 1954, p. 101-105.

21 Papakonstandinou (Th.), « H Ellinida ginetai thytis apo “aionio thyma”. H anadiorganosi tis laïkis oikogeneias » [=La femme grecque d’“ éternel victime ” devient fautive. La réorganisation de la famille populaire], Eikones [=Images], 435, 1964, p. 15.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540