Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et justice pénale

 | 
Christine Bard
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Michelle Perrot
, 
et al.

Première partie. Illégalismes

Prostitution, violences et justice au Maghreb à l’époque coloniale (1830-1960)

Christelle Taraud

Texte intégral

  • 1 Selon l’expression utilisée par André Adam, Casablanca. Essai sur la transformation sociale de la (...)
  • 2 Il est intéressant de voir que dans de nombreuses sources et de nombreux témoignages, criminalité (...)
  • 3 Parent-Duchâtelet (A.), De la prostitution dans la ville de Paris considérée sous le rapport de l’ (...)

1Penser l’étude des infractions et des illégalismes féminins, c’est faire la part belle à la question de la prostitution. Si le projet colonial au Maghreb est notamment un projet de « moralisation », un certain nombre de phénomènes (dont la prostitution) considérés par lui comme déviants doivent être organisés et réglementés. Pour les tenants de l’époque, il faut à tout prix endiguer les pathologies sociales1, et notamment la criminalité et la prostitution2, fléaux endémiques des villes modernes. Or, pour « moraliser » le Maghreb, il convient d’y réactualiser le projet réglementariste et hygiéniste de Parent-Dûchalelet3. La prostitution étant un mal nécessaire et dangereux :

les prostituées sont aussi inévitables, dans une agglomération d’hommes, que les égouts, les voiries et les dépôts d’immondices,

2il faut assurer sur elle un contrôle sérieux et efficace. Le discours réglementariste et hygiéniste s’inscrit d’ailleurs dans une terminologie précise et édifiante : cloisonnement, réserve, digue… On prend immédiatement conscience de ce fait en lisant les écrits des réglementaristes français de la seconde moitié du xixe siècle. Ainsi, dans l’ouvrage de A. Béraud, il est explicitement précisé qu’il faut

  • 4 Béraud (A.), Les Filles publiques de Paris et la police qui les régit, 1839, p. 10 et 17.

refouler la prostitution dans des limites telles que la pudeur n’ait plus à s’en émouvoir [… et] faire disparaître toute provocation sur la voie publique par l’enfermement obligatoire en maison4.

3Si l’on devait résumer ce système en une phrase, on dirait qu’il tend à

  • 5 Corbin (A.), Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au xixe siècle, Paris, Flammarion (...)

enfermer pour observer, observer pour connaître, connaître pour surveiller et tenir en son pouvoir5.

4Enfermer qui ? Observer quoi ? A priori, dans le contexte du Maghreb colonial, la première cible semble être la « société indigène » qui apparaît immédiatement ornée d’individus marginaux qu’il convient à tout prix de réduire. Et au milieu de ces individus dangereux, la figure de la « prostituée indigène » a évidemment une place de choix. Mais les prostituées européennes entrent aussi dans le système et sont aussi surveillées. Pour faire respecter la clôture, police et justice travaillent main dans la main. Enfermant les unes, refoulant les autres au « bled » ou en métropole, leurs actions coercitives et punitives constituent une typologie, nouvelle au Maghreb, de la « criminalité sexuelle ».

« Criminalité sexuelle » et politique d’enfermement

  • 6 Larguèche (A.), Les Ombres de Tunis, Paris, Arcantères Éditions, 2000.
  • 7 La maison d’origine était pourtant une propriété du Bey et a été constituée en h’abus par ses soin (...)
  • 8 Code pénal de 1861, article 320.

5La répression des délits féminins autres que ceux prévus par la Charia est un des problèmes les plus épineux de la science juridique coranique. D’autant que les femmes criminelles ne peuvent être enfermées dans les mêmes lieux de détention que les hommes. Les sociétés maghrébines pré-coloniales reposent en effet sur un principe de non-mixité. Ainsi en Tunisie, comme le précise Abdelhamid Larguèche6, jusqu’à la création du Dâr Adal par Ali Bey (1759-1782), les Tunisiennes ayant commis des délits étaient emprisonnées dans des maisons particulières (Dar joued), gardées par des gens de confiance choisis par la notabilité citadine. Avec la création du Dâr Adal, on pénètre dans un embryon de système carcéral public7. À l’intérieur de l’institution, les doléances des prisonnières sont reçues par le Bey via un groupe d’informatrices (mukhbirât) recrutées dans les milieux populaires de la cité. Entamée sous Ali Bey, cette réforme de l’institution carcérale sera affinée et prolongée par les textes judiciaires de 1861 qui instaurent l’obligation de consacrer des pavillons pour femmes dans les prisons et bagnes de la Régence8. Kheyreddîn, le grand ministre réformateur, parachèvera cette œuvre en faisant construire la première prison moderne pour femmes :

  • 9 Larguèche (A.), op. cit., p. 242.

Comme on en faisait dans les pays civilisés avec le respect des conditions de propreté, d’aération, de santé, et assurant le minimum de draps, le coin toilette, et l’espace de prière. Cette prison est divisée en compartiments selon les types de délits commis9.

  • 10 Certains témoignages font état de 600 exilées au début du xixe siècle. Ibid., p. 242.
  • 11 Archives diplomatiques de Nantes, Protectorat du Maroc, Direction Intérieure, RP, dossier N 620, c (...)

6Mais nous aurons l’occasion de montrer qu’une grande partie de la population féminine carcérale est composée de femmes suspectées de débauche et de prostitution. À noter cependant qu’il existait, à côté de ce système novateur en construction, une autre manière de régler la question des filles publiques accusées de débauche : l’exil aux îles Kerkenna10. Dans ces îles, les femmes vivaient dans un extrême dénuement pour des durées parfois indéterminées. Ces pratiques, bien que bannies officiellement dans les législations pénales, ont survécu jusqu’à la veille du Protectorat. L’avènement de l’État colonial français a peu changé le sort carcéral des femmes suspectées de débauche. Il a tenté, par contre, de modifier la mobilité de la prostitution officielle et de limiter le développement de la prostitution clandestine en créant des quartiers réservés qui avaient toutes les caractéristiques d’une prison. L’aménagement de Bousbir à Casablanca dans les années 1920 en est la plus parfaite illustration. Quasiment toutes les prostituées soumises « indigènes » y travaillaient et l’écrasante majorité des clandestines « indigènes » raflées plus de trois fois y étaient envoyées après la visite sanitaire d’usage. Conçu comme un modèle d’enfermement prostitutionnel urbain, Bousbir offrait le visage, sur 24 000 m2, d’un immense quartier entièrement clos. Une seule entrée sur sa face Est, gardée par un double poste, militaire et policier. Les prostituées soumises qui voulaient en sortir pour une permission devaient en demander l’autorisation aux policiers responsables du poste et au médecin du dispensaire prophylactique. Ce système, partout où il existait, tentait de réguler l’existence d’une population clandestine de « criminelles sexuelles » en perpétuelle croissance. Ainsi, le 3 septembre 193611, à Casablanca, le commissaire divisionnaire Ladeuil procède à une descente avec la brigade des mœurs. Il fait arrêter, avenue du Général Drude, Aurore Romano et quatre autres femmes européennes, suspectées de tenue de maison de prostitution clandestine. Après enquête et visite sanitaire, il les fait d’ailleurs « interner » au quartier réservé. L’aménagement de ces quartiers n’avait pourtant pas supprimé les prisons qui restaient, pour les prostituées, un élément fondamental du système réglementariste. On connaît mal cependant, pour le Maghreb colonial, la géographie et la typologie de cet univers carcéral prostitutionnel. Les archives policières et judiciaires sont étonnamment silencieuses à ce propos. Ce que l’on sait, par contre, c’est que l’on y retrouvait, bien que dans des espaces racialement ségrégués, aussi bien l’irrégulière européenne en attente de refoulement vers la métropole que la prostituée soumise « indigène » arrêtée sur la voie publique en état d’ivresse. On y retrouvait également des prostituées qui avaient commis un panel assez étendu de petits délits liés à leur état (insultes à agent, vol, rixe avec blessures légères…) et des femmes dont l’extrême état de détresse économique pouvait faire penser qu’elles seraient, dans un avenir très proche, les proies des patronnes de maisons (officielles et clandestines).

Les délits au féminin en lien avec la prostitution

  • 12 Échantillon prélevé dans les différents registres et rapports des services de police et des servic (...)

7Première constatation, les femmes sont souvent en prison pour des délits mineurs et ne commettent que rarement des crimes de sang. Abdelhamid Larguèche, travaillant sur un échantillon de 157 femmes incarcérées à Tunis entre 1861 et 186712, fait le constat suivant : 53 femmes (33,75 %) sur 157 sont en prison pour des raisons de débauche et de prostitution. H’alimâ bint Kbayar est condamnée par le conseil de la police à huit jours d’emprisonnement pour s’être livrée au racolage. Fât’ma bent Moh’ammed al-Gharbî est condamnée, la même année, à quatre jours d’emprisonnement pour ivresse et errance nocturne sans voile. Quant à Al-H’âjja Fât’ma Shûshâna et Amna bint Muh’ammad Fazzânî, elles sont respectivement condamnées à 22 jours d’emprisonnement pour avoir entraîné dans la débauche une fille vierge.

  • 13 Mathieu (J.) et Maury (P.-H.), La Prostitution surveillée de Casablanca, le quartier réservé, Casa (...)

8Le vol est la deuxième cause d’emprisonnement. 51 femmes (32,48 %) sont incarcérées pour avoir dérobé des bijoux ou des habits pendant leur travail. Le plus souvent, ces femmes pauvres sont domestiques (parfois ce sont d’anciennes esclaves noires affranchies). Or, on connaît depuis longtemps le rapport entre misère, condition de domestique et prostitution clandestine. Dans le quartier réservé de Casablanca, un siècle plus tard, 19,4 % des trente-deux prostituées interrogées sur cette question au cours d’une enquête de terrain disent encore avoir tentées préalablement de gagner leur vie comme « servante »13.

  • 14 D’une moyenne de 156 piastres, cet endettement concerne des frais de loyer, d’habits ou de produit (...)

9La troisième cause est l’endettement. Elle concerne 50 femmes (31,84 %) sur 15714. Enfin, trois femmes (1,9 %) sont en prison pour homicide.

  • 15 Des prostituées Ouled Naïls parlant de leur patronne : « – Pour sûr, approuvèrent-elles en choeur. (...)

10Cette première constatation en appelle évidemment une seconde : les femmes emprisonnées sont souvent pauvres et sans attaches familiales (orphelines) et/ou conjugales (veuvage, répudiation, fuite) ou en rupture avec elles. Sans protection et souvent sans ressources, elles sont plus facilement enclines à pratiquer la prostitution clandestine ou à céder au miroir aux alouettes15 des patronnes de maisons toujours à l’affût de nouvelles pensionnaires. La Fatouma de Lucienne Favre qui voulait se placer, dans les années 1930, comme domestique chez les Français riches de Birkadem, s’entend faire la réponse suivante par son père :

  • 16 Favre (L.), Orientale, Paris, Grasset, 1930, p. 25 et 26.

Mais alors mon père prit une grande colère disant que sa fille devait vivre de la façon dont avait vécu sa mère, qu’elle n’irait pas seule par les rues et ne travaillerait pas, visage dévoilé, chez des roumis qui étaient des débauchés avec un mauvais Dieu. Et il dit encore à ma mère que l’on voyait bien, pour qu’elle propose de laisser courir sa fille ainsi, qu’il y avait eu autrefois, dans sa famille une Naïlia et que toutes les Naïliates étaient des filles du péché et de la honte16.

  • 17 Archives diplomatiques de Nantes, Tanger, série E, n° 57, dossier filles soumises.
  • 18 Archives diplomatiques de Nantes, Protectorat du Maroc, Direction Intérieure, RP, dossier N 620, c (...)

11Troisième constatation, une part importante (1/3) de ces femmes miséreuses se retrouvent ensuite en prison pour des faits liés à la débauche et à la prostitution. Ce sont en effet des comportements (ivresse, racolage, scandale, incitation à la débauche) plus que l’état de prostituée qui les conduisent en prison. Suivons, pour nous en convaincre, le parcours judiciaire de Mina Bent Larbi Ben Thami dite El Goumia17, prostituée soumise inscrite en 1947 au contrôle des mœurs de la ville de Tanger (numéro matricule 1256). Entre 1948 et 1953, Mina a été condamnée à 9 reprises par la justice de la zone internationale de Tanger. Le 7 juillet 1948 pour ivresse, scandale et violences légères (15 jours de prison) ; le 24 avril 1948 pour racolage sur la voie publique (300 francs d’amende) ; le 2 février 1949 pour ivresse publique (15 jours de prison). Mina est alors refoulée dans son douar d’origine. De retour à Tanger, elle est de nouveau arrêtée le 26 mars 1949 et le 19 juillet 1949 pour racolage sur la voie publique (respectivement 500 francs et 600 francs d’amende). Le 16 septembre 1953, elle se retrouve un mois en prison pour violences contre un agent de police et ivresse publique. Le 3 octobre 1953 et le 31 octobre 1953, elle est condamnée à deux fois 300 francs d’amende pour violences légères. Et enfin, le 9 septembre 1953, nouveau séjour en prison de trois mois pour ivresse publique (2 mois) et scandale (1 mois). À chaque fois, on le voit, les délits sont peu importants, même si les peines vont en s’aggravant. Le parcours de Mina montre aussi la faillite d’un système réglementariste qui ne règle pas le problème des clandestines tout en ayant de plus en plus de mal à contrôler les régulières. La multiplication des condamnations pour racolage (alors que le système prône toujours l’enfermement en maisons pour les Européennes et en quartiers pour les « indigènes » puisque la loi Marthe Richard n’a jamais été appliquée au Maghreb) et l’inefficacité du refoulement au douar est à cet égard assez éclairante. Autre exemple du même type, en 1943, Georgette Breton18, domiciliée à la maison de tolérance « Au ballon vert » et inscrite au registre des mœurs (numéro matricule 1481), est arrêtée par la police au domicile privé d’un certain Cavasino, où elle s’adonnait à la prostitution clandestine (pour chaque client, elle donnait 30 francs à Cavasino). Elle est évidemment condamnée pour avoir contrevenu à l’article 43 de l’arrêté municipal permanent du 26 janvier 1932 qui interdit aux femmes de maisons de tolérance de se livrer à la prostitution en dehors de la maison dans laquelle elles sont pensionnaires. On le voit, de plus en plus au cours du siècle, les prostituées se révoltent contre la réglementation, cette « association de brigandage admirablement outillée ».

Les violences exercées par et contre les prostituées

  • 19 Mathieu (J.) et Maury (P.-H.), op. cit., p. 59.

12L’apparition de la violence est souvent liée à la débauche. On sait pourtant assez peu de choses de celle qui s’exerce entre prostituées : les insultes, les bagarres et les rixes (parfois à cause d’un amant de cœur) semblent pourtant avoir été assez courantes. En revanche, les incidents graves apparaissent rares. La violence des femmes se retourne d’abord contre elles-mêmes : automutilation (lacérations plus ou moins profondes au couteau, brûlures de cigarette), alcool (bière, anisette, absinthe) et kif entreprennent sur elles leur lente entreprise de destruction. En 1950, 20 % des internés de l’hôpital de neuropsychiatrie de Berrechid sont des prostituées victimes de l’association cannabis/syphilis19. Elle touche ensuite les agents de la force publique exécrés par les filles à cause de leur action coercitive de contrôle et de répression. En 1932, deux prostituées clandestines espagnoles de la Casbah d’Alger s’exclament ainsi :

  • 20 Bujema (M.), op. cit., p. 69.

Aïe ! Madona… Les cognes ont manqué de me pincer… Plus souvent que je les laisse faire… Une binette de mouchard ou de rôdeur ils avaient20.

13Pour les filles, en effet, les policiers sont

  • 21 Ibid., p. 77.

des personnages sévères, embossés dans un caban que relève, par le bord, le fourreau d’un sabre, qui se promènent deux par deux. [Et quand] la police veille… les filles saluent…21.

  • 22 Archives diplomatiques de Nantes, Protectorat du Maroc, Direction Intérieure, RP, dossier N 620,

14Détestés, les policiers sont aussi suspectés et accusés d’être des « proxénètes clandestins ». Dans les années 1930 éclate, à Casablanca, une « affaire » de ce genre. Dans une lettre datée du 25 juin 193622, le commissaire chef de la police administrative qui écrit au commissaire divisionnaire de Casablanca doit répondre à des accusations émanant d’un certain Goulven (avocat) concernant la police des mœurs :

L’opinion publique, dit-il [Goulven], accuse ouvertement le service des mœurs de ne pas faire son devoir parce qu’il est le premier à en profiter « pécuniairement ». On cite couramment les noms de deux agents qui s’enrichissent ainsi.

15Et Goulven encore, citant un ouvrage du Docteur Chic qui a fait grand bruit :

la réforme de la police serait urgente, car, dans cette police, on ne sait pas très souvent où commence le souteneur et où finit le policier.

16La réponse du commissaire chef de la police administrative est sans appel :

Cette phrase est une allusion à la police des mœurs du monde entier, mais du tout à la police de Casablanca. Je n’ai absolument rien à reprocher à celle-ci, notamment au service des mœurs.

17À chaque fois que cela est possible pourtant, les prostituées insultent, frappent et même volent les agents de l’ordre. Ainsi Shalbiyya Khyâriyya a été emprisonnée en juin 1861 pour le vol des habits d’un policier. Les filles publiques admirent par ailleurs l’art des tenancières de maison pour faire perdurer leur commerce et pour « rouler » les agents de l’ordre :

  • 23 Ce terme désigne le juge d’instruction.
  • 24 Bujema (M.), op. cit., p. 33.

Madame…, c’est Madame. Une maîtresse femme à faire la pige à plus d’un « curieux »23. […] Avec elle, la police fait toujours buisson creux. Pourtant les vols, les rixes, les batailles sont courants dans sa maison24.

18Le médecin, autre acteur du contrôle, est aussi unanimement détesté et suspecté de monnayer (en nature ou en argent), notamment dans les quartiers réservés, les autorisations de sortie des filles. Il est accusé de plus, de faire lourdement peser sur les prostituées la question de la prophylaxie des maladies vénériennes alors que le principal agent contaminateur (l’homme, le client) n’est jamais inquiété :

  • 25 Ibid., p. 43.

Avec nos numéros matricules, avec notre carte, nous formons un régiment de marche25,

19disent clairement les prostituées.

20De manière générale d’ailleurs, l’essentiel de la violence est exercée contre les prostituées qui en sont toujours victimes. Les cas de filles publiques battues, martyrisées, violées, assassinées… et vendues comme de vulgaires marchandises dans le cadre de la traite des femmes et des réseaux internationaux de proxénétisme sont légions. Les filles publiques sont inscrites dans une chaîne de violences qui est parfois à l’origine de leur entrée dans l’univers de la prostitution.

  • 26 Ces deux exemples sont cités par Mathieu (J.) et Maury (P.-H.), op. cit., p. 32 et 33.

21Deux exemples parmi d’autres. Zohra Bent Mohamed Bent Driss, prostituée de Bousbir, est née à Aïn Defali dans une famille de fellah. Orpheline, elle est mariée à 12 ans alors qu’elle est encore impubère. La brutale expérience de la défloration accompagnée des coups qu’elle reçoit fréquemment de son mari la conduisent à quitter la maison pour entrer directement dans une maison close de Rabat. Khadouj Bent Aomar a elle aussi une histoire semblable et un parcours exemplaire. Mariée à 16 ans, elle doit subir les sarcasmes d’une première épouse et les brutalités de son mari. Elle fuit le domicile conjugal et retourne chez sa mère à Rabat où elle tente de s’occuper avec des travaux de couture. L’hostilité de son frère l’oblige à quitter la maison pour se rendre à Casablanca où elle demande asile à la seconde épouse de son père. Rejetée, elle se retire au derb Carlotti où elle essaie de vivre seule en faisant des ménages chez des Européens. C’est au hammam qu’elle rencontre enfin une patronne de Bousbir qui n’a aucune difficulté à la convaincre d’intégrer sa maison26.

  • 27 Ibid., p. 59.
  • 28 Bujema (M.), op. cit., p. 74.

22Pour les prostituées « indigènes », la violence de la défloration (19 % des prostituées de Bousbir signalent qu’elles étaient encore impubères au moment de leur première relation sexuelle qui a eu lieu en moyenne entre 12 et 13 ans et insistent sur la brutalité de l’acte27), les violences conjugales (viol, mauvais traitement, coups, humiliation) et familiales (rôle de la belle-mère, pression du père ou des frères) s’ajoutent donc à un état de grande misère pour les conduire vers la prostitution. Elles sont cependant moins sujettes au proxénétisme que les Européennes. Donc moins présentes dans le trafic international, même si on retrouve des Maghrébines dans les maisons d’abattage des grandes villes françaises et notamment de Paris (Barbès). Les Européennes subissent par contre plus souvent la violence du rapt ou de l’amour déçu (traite des femmes). Ainsi, à Nice, une jeune nurse alsacienne Linette est corrompue par un certain Mac Liof qui tente de l’obliger à se prostituer. Linette s’enfuit à Alger où elle se place comme domestique et rencontre un autre homme, Malini Gaspard, avec lequel elle se met en ménage. Quand Mac Liof apprend qu’elle est en Algérie, il fait jouer ses relations pour la retrouver. Ses comparses Gaparède, Mirliflor et Lolo Mignon la localisent. Arrivé à Alger, Mac Liof menace Linette et exige 2 000 francs de son compagnon pour « abandonner son bien ». Gaspard prévient la police qui dresse une souricière permettant l’arrestation de la bande28.

23Ensuite, lorsqu’elles deviennent rouages du système, les prostituées soumises endurent évidemment, au moindre signe de contestation ou de rébellion, les violences du proxénète ou de la patronne de maison (privation de nourriture, coups, isolement, viol…).

24À cette violence inhérente au système réglementariste répondent de surcroît les multiples violences des clients (notamment des militaires dans les BMC). Ce qui fera dire, en 1959, au médecin du Bordel Militaire de Campagne de Colomb-Béchar (Algérie) :

  • 29 Entretien personnel avec le témoin.

Les petits gars étaient gentils, sauf quand ils avaient trop bu…29.

25À Tindouf (Algérie), le 15 octobre 1946, le capitaine Mac Carthy, commandant le Ier goum marocain écrit à au chef de poste de Fort Trinquet à propos des brutalités qui seraient commises sur les prostituées, au BMC de sa localité :

  • 30 Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT), cote 3H25 61, dossiers n° 4 et 5.

Le médecin chef de la Place vient de me rendre compte de ce que, à plusieurs reprises, des filles soumises du BMC de Fort Trinquet et celles rentrant à Tindouf après relève se plaignaient des mauvais traitements que leur infligeaient les goumiers de votre détachement. Le résultat est qu’il ne trouve plus à Tindouf de filles volontaires pour assurer la relève de votre BMC. Le BMC de Tindouf a déjà été très défavorablement impressionné par le retour d’une pensionnaire de Fort Trinquet, rentrée très malade il y a environ un mois, prétendant qu’un goumier lui avait « jeté un sort » (elle était en réalité gravement atteinte de tuberculose) et qui vient de mourir à l’infirmerie de Tindouf (Fathma Bent El Hadj). Je ne retiens pas l’affaire du « sort », je le signale seulement pour expliquer la mauvaise presse de votre détachement auprès des filles soumises. Celles qui ont adressé ces plaintes au médecin ont ajouté qu’elles n’avaient pas osé en parler au chef de poste par crainte de représailles, ce qui est très vraisemblable. Je vous demande de bien vouloir contrôler ces faits par une enquête discrète et de m’en rendre compte. Je vous signale à toutes fins utiles, et je vous demande de le faire comprendre à vos subordonnés en des termes qui ne risquent pas d’aggraver le mal, s’il existe, que les filles soumises de Tindouf n’appartiennent pas, à vrai dire, au BMC et qu’elles sont de ce fait parfaitement en droit de ne pas accepter d’être brutalisées par des militaires et de refuser d’aller au poste où elles sont maltraitées. Si ces plaintes sont fondées et que pareils agissements continuent, les goumiers seront les premiers à en pâtir car le médecin chef est décidé, dans ce cas, à supprimer le BMC de Fort Trinquet et je ne pourrais que l’approuver de prendre une telle mesure30.

26En 1932, des prostituées de la Casbah d’Alger résument dans une formule lapidaire leur vie quotidienne :

  • 31 Bujema (M.), op. cit., p. 32.

Pour nous les larmes et les affronts. Quand ce ne sont pas des estafilades de jaloux irascibles31.

27Cette formule condense assez bien la réalité d’un parcours « à risques » qui débouche parfois, dans sa forme la plus tragique, sur l’assassinat pur et simple. À Alger, dans les années 1930, Mahedia a rencontré « sa mort » rue Kataroudjil (une des rues chaudes de la Casbah) en la personne d’un vieux bonhomme, pas mal habillé qui lui propose une anisette. Elle est retrouvée, peu de temps après,

  • 32 Ibid., p. 71.

au fond d’un lugubre cul-de-sac où de belles toiles d’araignée font des roues dans les moucharabiehs, elle a fait couic !…32.

28À la suite de cet assassinat, une autre fille raconte à ses comparses comment elle a failli être poignardée par un « colosse » qui voulait l’attirer dans un guet-apens fomenté avec plusieurs comparses.

  • 33 Archives Diplomatiques Nantes, Protectorat. Maroc, Direction des Affaires Chérifiennes, carton n° (...)
  • 34 Des bombes explosaient aussi dans d’autres lieux symboliques de la « rencontre coloniale », les ci (...)
  • 35 C’était aussi le cas pour le « milieu » d’Alger. Qu’on pense à une figure comme celle d’Ali la poi (...)
  • 36 Les rares sources traitant de ce sujet n’ont évidemment pas gardé la trace de l’identité des femme (...)

29Enfin, et pour finir, une dernière forme de violence s’impose aux prostituées maghrébines au moment des guerres de libération. En avril 1956, une note33 interne émanant de la police de la médina de Khénitra (Maroc) se fait l’écho d’une campagne contre la prostitution qui serait menée par le caïd et le parti de l’Istiqlal. Cette campagne viserait à interdire aux prostituées l’entrée de la médina. Après les émeutes d’août 1955, celles-ci avaient d’ailleurs déjà été chassées et n’avaient pu rejoindre la ville, par petits groupes, qu’avec le retour du sultan. Plus grave encore, la même note signale que le 28 février 1956 un engin explosif de faible puissance a éclaté sur le seuil d’une maison de tolérance occupée par quatre prostituées indigènes34. Acte isolé qui s’accompagne cependant de démarches pressantes émanant des milieux nationalistes pour les convaincre de cesser leurs activités. Le motif avancé pour justifier un tel comportement est que les prostituées indigènes frayent avec les Européens (militaires ou civils). Les sources algériennes concernant le FLN parlent aussi de ces actions de « sabordage de bordels » en y adjoignant l’idée d’une « collaboration active » des prostituées au maintien de l’ordre colonial. La réglementation policière très contraignante en faisait souvent, il est vrai, des indicatrices de la police notamment dans les affaires de proxénétisme et de criminalité. Ce qui est loin d’être spécifique, on en conviendra, au contexte colonial. Ce qui l’était par contre, c’était leur utilisation dans le cadre de la lutte contre les nationalistes. Évidemment fragilisées par leur condition, les prostituées résistaient difficilement aux actions d’intimidation (parfois musclées) dont la provenance, pendant la guerre de libération, pouvait varier. C’est ainsi qu’on pouvait trouver, selon les endroits et les situations, aussi bien des filles renseignant les autorités françaises que des prostituées participant au financement du FLN. Mais aussi de belles figures de résistantes35 dont les actions ont permis de cacher, parfois de sauver des militants nationalistes blessés ou en cavale36. Djamila Amrane dans son livre sur les femmes algériennes dans la guerre fait mention d’un article de La Dépêche quotidienne d’Alger du 28 juin 1955 concernant la ville d’Aumale (Sour El Ghozlane) qui raconte l’anecdote suivante :

  • 37 Amrane (D.), Les Femmes algériennes dans la guerre, Paris, Plon, 1991, p. 220.

Selon les bruits qui circulent, des musulmans, sous le couvert d’un faux mariage organisé en accord avec une fille soumise, se livreraient à un trafic peu ordinaire. En effet, à l’occasion de la noce, un car est loué, et ce dernier se rend dans un lieu assez éloigné pour y transporter des suspects et les mettre ainsi à l’abri37.

30Ces actions de prostituées patriotes, probablement isolées d’ailleurs, ne remettaient pas en cause le hiatus entre nationalisme et prostitution qui tournait essentiellement autour de la question de la « collaboration charnelle » des prostituées « indigènes » avec les Européens.

31On le voit, la violence que les prostituées exercent et celle qu’elles subissent dépendent autant de leur état que d’un contexte politique, social et économique inédit, né de la colonisation. En ce sens, elle est symbolique d’une violence plus large qui s’exerce contre l’ensemble des femmes et qui témoigne de l’homogénéité de la domination masculine (européenne et maghrébine). Ayant rompu, volontairement ou involontairement, avec la tradition (caïda), mais aussi avec la morale coloniale, les prostituées « indigènes » subissent logiquement de plein fouet, la criminalisation sexuelle de la société coloniale dont elles sont, on s’en doute, les exutoires idéals.

Notes

1 Selon l’expression utilisée par André Adam, Casablanca. Essai sur la transformation sociale de la société marocaine au contact de l’Occident, t. II, Paris, CNRS Éditions, 1968.

2 Il est intéressant de voir que dans de nombreuses sources et de nombreux témoignages, criminalité et prostitution sont systématiquement associés.

3 Parent-Duchâtelet (A.), De la prostitution dans la ville de Paris considérée sous le rapport de l’hygiène publique, de la morale et de l’administration, 1836.

4 Béraud (A.), Les Filles publiques de Paris et la police qui les régit, 1839, p. 10 et 17.

5 Corbin (A.), Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au xixe siècle, Paris, Flammarion, 1982, p. 34.

6 Larguèche (A.), Les Ombres de Tunis, Paris, Arcantères Éditions, 2000.

7 La maison d’origine était pourtant une propriété du Bey et a été constituée en h’abus par ses soins. Ce qui en conserve en partie le caractère privé. Ibid., p. 241.

8 Code pénal de 1861, article 320.

9 Larguèche (A.), op. cit., p. 242.

10 Certains témoignages font état de 600 exilées au début du xixe siècle. Ibid., p. 242.

11 Archives diplomatiques de Nantes, Protectorat du Maroc, Direction Intérieure, RP, dossier N 620, cote 32.

12 Échantillon prélevé dans les différents registres et rapports des services de police et des services pénitentiaires de la ville de Tunis.

13 Mathieu (J.) et Maury (P.-H.), La Prostitution surveillée de Casablanca, le quartier réservé, Casablanca, CHEAAM, 1950, p. 31 et 32.

14 D’une moyenne de 156 piastres, cet endettement concerne des frais de loyer, d’habits ou de produits alimentaires.

15 Des prostituées Ouled Naïls parlant de leur patronne : « – Pour sûr, approuvèrent-elles en choeur. C’est elle l’excitatrice de la débauche. Son astuce a fait étinceler, à nos yeux, le miroir aux alouettes… – Alouettes naïves… – Ouled Naïls ne confond pas… – C’est tout comme. Naïves ne l’étions-nous pas à nos débuts ? », Bujema (M.), Du vice à la vertu. Roman d’une Naïla, Paris, Nouvelles Éditions Argo, 1932, p. 39.

16 Favre (L.), Orientale, Paris, Grasset, 1930, p. 25 et 26.

17 Archives diplomatiques de Nantes, Tanger, série E, n° 57, dossier filles soumises.

18 Archives diplomatiques de Nantes, Protectorat du Maroc, Direction Intérieure, RP, dossier N 620, cote 32.

19 Mathieu (J.) et Maury (P.-H.), op. cit., p. 59.

20 Bujema (M.), op. cit., p. 69.

21 Ibid., p. 77.

22 Archives diplomatiques de Nantes, Protectorat du Maroc, Direction Intérieure, RP, dossier N 620,

23 Ce terme désigne le juge d’instruction.

24 Bujema (M.), op. cit., p. 33.

25 Ibid., p. 43.

26 Ces deux exemples sont cités par Mathieu (J.) et Maury (P.-H.), op. cit., p. 32 et 33.

27 Ibid., p. 59.

28 Bujema (M.), op. cit., p. 74.

29 Entretien personnel avec le témoin.

30 Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT), cote 3H25 61, dossiers n° 4 et 5.

31 Bujema (M.), op. cit., p. 32.

32 Ibid., p. 71.

33 Archives Diplomatiques Nantes, Protectorat. Maroc, Direction des Affaires Chérifiennes, carton n° 84.

34 Des bombes explosaient aussi dans d’autres lieux symboliques de la « rencontre coloniale », les cinémas musulmans d’Alger notamment où l’on pouvait passer des films français ou américains.

35 C’était aussi le cas pour le « milieu » d’Alger. Qu’on pense à une figure comme celle d’Ali la pointe qui avait délogé Achiary de la Casbah et qui y faisait régner l’ordre du FLN à la mitraillette.

36 Les rares sources traitant de ce sujet n’ont évidemment pas gardé la trace de l’identité des femmes. Non plus qu’elles ne donnent une idée de la possible participation directe, comme combattantes, des prostituées à la guerre de libération nationale.

37 Amrane (D.), Les Femmes algériennes dans la guerre, Paris, Plon, 1991, p. 220.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540