Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et justice pénale

 | 
Christine Bard
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Michelle Perrot
, 
et al.

Première partie. Illégalismes

Le vol domestique et les stratégies de défense des servantes dans la première moitié du xixe siècle

Karine Lambert

Texte intégral

  • 1 Fraisse ( G . ) , Femmes toutes mains. Essai sur le service domestique, Paris, Seuil, 1979 ; Guira (...)

1Lorsqu'on s'intéresse à l'histoire des rapports entre les sexes, le thème de la domesticité nous est familier 1. Ici le choix a été fait de se placer du point de vue des servantes, des stratégies identitaires et des discours victimaires. Les femmes inculpées pour vol domestique par la cour d'assises du Var ne se trouvent que très rarement démunies d'explications et de justifications devant leurs juges. Elles tentent, durant les audiences et les interrogatoires, d'établir la démonstration de leur non-culpabilité et de leur non-responsabilité. Certes, elles avouent être les auteurs des « enlèvements  » de linge, vaisselle, nourriture ou argent appartenant à leur maître, mais elles ne se considèrent pas comme coupables du délit qui leur est reproché.

  • 2 Goffman (E.), La Mise en scène de la vie quotidienne, t. 1 : La présentation de soi, Paris, Éditio (...)

2L'analyse des procédures judiciaires pour vols domestiques recèle bien des surprises pour le lecteur attentif tant les domestiques indélicates font preuve d'une grande habileté de raisonnement. Elles développent des stratégies visant à renverser les rôles, les statuts, les responsabilités et la culpabilité. Les servantes se mettent en scène, dans un discours mâtiné de bon sens et de rouerie2 . Pour autant, elles n'obtiennent que rarement la clémence des juges, mais là n'est pas notre propos. En effet, ce qui paraît le plus révélateur d'une mentalité et d'une conscience de soi tient dans la manière même dont les servantes appréhendent leur identité et s'objectivent.

3Si l'on reprend l'analyse des procédures pour vols domestiques, nous pouvons mettre en évidence trois situations types. Dans le premier cas de figure, l'accusée fait état d'une rupture dans le contrat passé avec ses maîtres, de promesses de dons non honorées. Nous pouvons faire état d'une autre réaction : la reconnaissance immédiate d'une culpabilité alliée à des arguments visant à prouver l'irresponsabilité. Certes, l'accusée reconnaît s'être emparée de biens appartenant à ses employeurs mais elle allègue des excuses liées à sa nature féminine. Elle évoque des actes commis en dehors d'elle-même, dans un état second. Il n'en demeure pas moins que l'argument le plus fréquemment avancé dans le processus de défense des servantes renvoie à un abus de pouvoir commis par le maître à leur endroit. Victimes de complots assaillant leur vertu, en volant leur seigneur, elles affirment s'être contentées de lui arracher le prix de leur honneur déchu.

  • 3 . Procédures issues des tests opérés de cinq ans en cinq ans au sein de la série U des archives ju (...)

4Chacune de ces situations révèle la manière dont ces femmes analphabètes, souvent solitaires, non instruites du déroulement du rituel judiciaire, résistent et gèrent ce moment aigu de crise, cette rupture souvent déterminante dans « le cours ordinaire de leur vie  ». Notre approche se fonde essentiellement sur la confrontation entre les servantes et la justice ainsi que sur le développement de leur discours, les mots, images, sentiments et attitudes spécifiques qu'elles utilisent. Afin d'affiner notre analyse, nous avons privilégié quelques procédures révélatrices de ces stratégies 3 .

Une promesse non tenue, un contrat rompu

5L'un des fondements de l'argumentation développée par les accusées de vol domestique renvoie à un non-respect de la parole donnée, à une rupture du contrat dont la responsabilité, à leurs yeux, incombe aux seuls maîtres. Paradoxe puisque là où ces derniers dénoncent la félonie, le geste criminel, le vol domestique, les servantes se considèrent comme trompées. N'est-ce pas un abus de confiance que de trahir une promesse voire même de la renier ?

Servante infidèle ou servante flouée ?

  • 4 ADV, 2U6/59 (1810).

6Anne Philip, la trentaine, veuve et originaire des Basses-Alpes est employée aux Arcs-en-Provence depuis le premier janvier 1810 4 . Biaise Bertrand, cabaretier, l'accuse de lui avoir dérobé

des châtaignes, une bouteille de vin, un demi-pain, six coupons de toile blanchie provenant de différentes pièces, deux mauvais torchons sales, un coupon de toile blanchie, un mouchoir, une fourchette de fer, deux gobelets,quatre assiettes.

7Ces objets ont été découverts par le maître lui-même lorsqu'il prit l'initiative d'inspecter la paillasse de sa servante en son absence. N'y trouvant rien, il continua ses investigations dans la chambre voisine où il découvrit une partie des objets volés. Persuadé de la nature criminelle de sa domestique, il poursuivit ses recherches dans une chambre louée par Anne dans le centre des Arcs. Visite utile puisqu'il trouve le reste du butin dérobé.

8Entendue dès le lendemain par le maire, Anne avoue seulement le vol des six coupons de toile trouvés chez elle et affirme que les ustensiles de cuisine lui ont été donnés par l'épouse de son précédent maître. Quant aux châtaignes, sa fille de huit ans les lui apporta. Reste que l'affaire la plus importante est celle du vol du tissu puisque ce dernier était tenu dans une alcôve fermée à clef. Or, ce précieux sésame n'était confié à Anne que de façon temporaire. Très rapidement, elle avoue le vol.

9Point de trahison, point de vol stricto sensu pour Anne. Elle ne s'est déterminée à prendre ces morceaux de tissu que

parce que la demoiselle Bertrand m'avait dit qu'elle me donnerait de la toile pour mes gages.

10Désirant quitter ses maîtres, elle ne resta qu'en échange de cette promesse d'un don de toile. Elle avoue ses torts de s'être servie sans en prévenir ses maîtres. Il ne s'agit plus d'un vol mais d'une simple erreur de jugement. Anne se considère comme une ayant-droit sur ses gages en nature. Problème d'incivilité, geste insolent et irrespectueux, mais pas d'intention criminelle. Des regrets certainement, mais une ferme volonté d'insister sur le partage des torts, de prouver que le contrat passé entre eux avait été rompu dès lors que la promesse avait été rompue. Anne est condamnée à huit ans de réclusion dans une maison de force et à l'exposition au carcan.

Discours de déresponsabilisation

  • 5 ADV, 4U4/150 (1842).

11Les autres affaires de vol domestique qui font état de promesses de dons non tenues présentent un aspect différent du déroulement de la procédure judiciaire. En effet, il semble que l'argumentation développée dans le procès intenté contre Victorine Maurel55 soit moins spontanée qu'elle ne paraissait l'être dans le cas précédent. Il apporte un éclairage nouveau sur ces stratégies de défense. Vague intuition que la rupture unilatérale du contrat liant domesticité et maîtres, dénoncée lors des interrogatoires, pourrait appartenir en fait à la rhétorique basique qui court dans l'univers carcéral d'un(e) inculpé(e) à l'autre.

12Victorine Maurel est engagée en septembre 1841 par la dame Lalande, tenancière d'un hôtel. Celle-ci ne manifeste aucune défiance à l'égard de sa domestique, même lors du vol de deux cuillères en argent « car elle avait toute ma confiance et la clef de ma chambre  ». Quelques jours plus tard, croyant sa servante à la messe, la dame Lalande eut la surprise de la voir apparaître, encadrée par deux agents de police. Victorine avait commis l'erreur de se présenter chez un horloger tatillon afin de vendre les deux couverts en argent. Sa précipitation à accepter l'offre dérisoire de ce dernier l'amena devant le commissaire. Incarcérée puis présentée devant le juge d'instruction, Victorine essaie de donner le change en jouant sur les mots : elle n'a pas volé les couverts, mais se les est appropriés. Rhétorique empirique qui trouve rapidement ses limites à l'épreuve du flagrant délit et face à la démonstration argumentée du juge. L'embarras, masqué par un silence opiniâtre, répond dès lors aux questions.

13Le 11 janvier 1842, dernier tour de piste de Victorine dans l'arène de la cour d'assises. Dernière tentative pour se soustraire à la condamnation :

Je reconnais que j'ai soustrait aux Lalande deux cuillères d'argent. Il y avait deux mois que je réclamais mon paiement et comme je n'avais même pas des souliers, je pris ces deux cuillères pour me procurer de l'argent et en acheter.

14Ces quelques mots anodins révèlent une nouvelle orientation de défense. La jeune servante paraît avoir pris de la distance par rapport au déroulement de la procédure. Nier le vol est un non-sens en raison du flagrant délit. En revanche, transformer le larcin en moyen de paiement en nature d'un arriéré de gage demeure possible et dénote même une certaine habileté. Alors vient l'argument final : ce n'est point la cupidité qui la poussa à accepter le vil prix offert pour les cuillères par l'horloger mais le dénuement auquel ses mauvais maîtres l'ont condamnée. Réduite à allet nu-pieds en raison de leur ingratitude, seul le besoin la détermina à commettre ce geste. Les voleurs ne sont-ils pas plutôt ces hôteliers mesquins qui abusèrent de leur domestique ? Ils ont rompu le contrat pécuniaire et moral qui les liaient, et ces deux cuillères constituent seulement le remboursement, opéré d'autorité, d'un dû légitimement mérité. La nécessité préside dans cet acte et le misérabilisme dans les propos. Habileté, concision, logique du discours, semblent avoir été acquises en prison où l'expérience des uns, complétée par la rouerie des autres, tentent de suppléer vaillamment à l'absence d'avocats. Dans le cadre du dossier Maurel, ce fut avec un certain succès car elle bénéficia de circonstances atténuantes – du fait de son jeune âge, de sa misère... - et ne subit qu'une condamnation à deux ans d'emprisonnement.

Pitié pour une faible femme

15Si la première stratégie de défense évoquée renvoie au discours, au travestissement ou à une logique rhétorique, la seconde met en jeu la notion même de représentation de soi et d'identité féminine.

« Sorcières ... elles le sont toutes !  »

  • 6 Hypothèse déjà avancée par Roger Chartier lorsqu'il interroge : «  Quelle part faire dans la domin (...)
  • 7 Certains esprits éclairés du xviiie siècle, comme Diderot et son «  matérialisme biologique  », en (...)
  • 8 «  La femme est sorcière par nature. Le flux menstruel, le retour régulier de l'exaltation, la fai (...)

16Certaines domestiques expliquent leur geste délictueux par le besoin et la détresse dans lesquels elles se trouvent, mais affirment aussi avoir été séduites par le malin esprit. Ce type d'excuse renvoie à une faiblesse et à une inaptitude à résister à la tentation. Nous pouvons émettre l'hypothèse que cette argumentation prouve que les femmes ont intégré le discours masculin dominant quant à leur nature pécheresse 6 . Ce dernier a décliné sur de nombreux registres l'incapacité des femmes à utiliser leur raison pour lutter contre les mauvaises passions, comme la convoitise, qui les envahissent. A l'occasion de leur traduction devant la justice, elles se servent, à leur avantage, d'une caractéristique considérée comme innée du sexe féminin 7. La mention régulière du malin esprit tend d'ailleurs à accréditer cette thèse.« Sorcières, elles le sont toutes  » martèlent de nombreux textes de clercs8. La femme est sorcière en puissance à cause de sa nature étroitement liée à la Faute. Le deuxième sexe est considéré comme intimement lié au cycle naturel par le fonctionnement de la matrice. Et tous de se référer au péché originel commis par Ève et à la Chute du genre humain qui l'a suivi. Les élites civiles et religieuses les tiennent pour des proies facilement abusées et séduites par le Malin du fait de leur faible capacité de discernement. La part prééminente de la matrice amoindrit leur jugement.

  • 9 ADV, 2U6/18 (1800).

17Le système de défense de Marie Blanc9 peut se lire comme une stratégie pour appeler la compassion et la pitié des juges. En plaidant l'ensorcellement, cette jeune fille se déresponsabilise : elle n'a pas agi de son plein gré ni en toute conscience. Sa raison et son discernement ont été altérés par l'action du malin esprit. Dans le cas de Marie Blanc, cette ruse, si c'en est une, se révèle efficace puisqu'elle n'est condamnée qu'à six mois de détention dans une maison de correction. La clémence remarquable de ce jugement peut également s'expliquer par l'infortune de l'accusée et l'aveu spontané du vol.

Faiblesse de la raison et moeurs corrompues

  • 10 . ADV, 3U1/30 (1802).

18De même, son âge aurait pu constituer un élément d'explication si Julie Bernard10 , âgée de dix-sept ans, n'avait été condamnée à huit ans de réclusion criminelle dans une maison de force et à six heures d'exposition au carcan. Celle-ci a eu recours au même argumentaire que Marie Blanc.Mais en vain.

19L'échec de son système de défense s'explique néanmoins : elle n'est pas crédible aux yeux des juges qui décèlent immédiatement une volonté délibérée de les abuser et de jouer sur la supposée faiblesse féminine. Julie Bernard ne bénéficie pas du même capital de confiance que Marie Blanc. Son dossier et sa défense sont desservis ou contredits par un passé trouble. Elle avoue avoir été entretenue par un cuisinier dans un garni de Marseille. Lorsque son amant s'embarqua, elle quitta la ville de ses amours pour regagner son village natal. En chemin, Julie fut obligée de trouver une place afin de financer le reste de son périple.

  • 11 Communication intitulée «  Présentation de soi et portraits de groupe. Les identités sociales des (...)
  • 12 Arlette Farge dans son étude sur la violence féminine se réfère à l'interprétation originale de Na (...)

20Et même si elle ne cherche pas à nier son forfait, aux yeux des juges, sa parole ne jouit d'aucun crédit. Elle paraît même doublement coupable. Non seulement Julie Bernard a tenté de s'enfuir de Draguignan à cheval, emportant avec elle deux sacs d'argent et les quatre paires de bas volées à son maître, mais elle a également tenté de corrompre le valet qui la rattrapa. Ainsi, sa nature criminelle et sa mauvaise foi ne laissent plus aucun doute aux juges qui sanctionnent sévèrement son crime. Mais, au-delà de ces succès variables, demeure le sens profond de leurs discours. Comme Laurence Fontaine a pu le démontrer à propos des colporteurs du Haut- Dauphiné11, les individus jouent des représentations. Ainsi, ces deux jeunes femmes démontrent leur maturité à endosser une identité féminine, à consentir et à participer aux représentations édictées par le sexe dominant12 . Elles ont, semble-t-il, pleinement conscience des avantages que représente l'altérité féminine telle qu'elle est perçue par le pouvoir judiciaire. Les hommes les pensent faibles. Qu'à cela ne tienne, elles s'approprient, revendiquent ce caractère identitaire comme présidant à leurs gestes déviants et renversent ainsi l'ordre de la domination. L'effet d'ensorcellement renvoie

  • 13 Chartier (R.), op. cit., p. 1007.

à l'effet de beauté [qui] doit être entendu comme une tactique qui mobilise pour ses fins propres une représentation imposée - acceptée mais retournée contre l'ordre qui la produit13.

  • 14 . Dauphin ( C ) , Farge (A.), Fraisse (G.) et al., «  Culture et pouvoir des femmes : essai d'hist (...)

21L'identité féminine devient l'arme symbolique de la défense de ces jeunes servantes. Trop longtemps appréhendés sous le seul angle de l'impuissance et du dénuement, trop souvent analysés à travers le prisme de la soumission, ces itinéraires de vie qui paraissent soudain se briser contre l'opacité du rituel judiciaire révèlent finalement la finesse des réajustements dans les rapports de pouvoir et le jeu subtil des représentations14 . Le caractère opératoire de leur stratégie n'est nullement remis en cause par l'infortune de Julie. Seule l'incohérence née de la dualité identitaire l'amène au carcan : la faiblesse de la raison ne s'allie pas à l'indécence des moeurs.

Innocence proclamée, innocence revendiquée

22D'autres procédures mettent en scène de jeunes domestiques qui font l'économie de la pudeur et qui affirment clairement, parfois crûment, les violences sexuelles acceptées sous la contrainte du harcèlement.

Résister aux maîtres libidineux

  • 15 ADV, 4U4/16(1816).

23Françoise Carmagnole15, originaire de Cotignac, est depuis un an au service de François Gasquet, négociant-propriétaire de Cabasse, lorsque celui-ci la renvoie après lui avoir compté ses gages. Quelques jours plus tard, il porte plainte et l'accuse de lui avoir dérobé une robe de bazin, une paire de bas de coton à grandes raies pour homme, un mouchoir de nez ainsi qu'un mouchoir en mousseline pour femme. Dans le premier temps de la procédure, cette jeune fille de dix-huit ans avoue s'être rendue coupable de cet acte criminel et assure de ses regrets le juge d'instruction. Après un mois de réflexion dans les geôles dracénoises, elle maintient ses aveux mais varie sur ses motivations. Face au magistrat de Draguignan, elle s'empresse de préciser qu'elle a vraiment détenu ces linges puisqu'elle les a reçus de son maître « pour l'indemniser des faveurs accordées  ».

  • 16 Corbin (A.), Les Filles de noce, Paris, Flammarion, 1982, p. 81.

24Débute alors le récit d'un combat harassant où les assauts sans cesse repoussés renouvellent des ardeurs aiguillonnées par la résistance. Tentatives de médiation à l'amiable, de soudoiement, contraintes physiques alternent jusqu'à la capitulation finale. Les parties n'alignent pas des forces équivalentes et ne disposent pas des mêmes ressources pécuniaires et psychologiques. Elle résiste, ruse, refuse de se livrer, démontre qu'elle est victime d'un individu qui n'hésita pas à lui promettre de l'argent. Image du maître, proxénète et client de sa domestique  ; la mansarde de la bonne, « antichambre du bordel  »16 . Le désir assouvi, la promesse de l'argent s'évanouit. Le prix de la vertu d'une servante se compte en hardes non en sous. Aussi s'est-elle retrouvée en possession d'un déshabillé appartenant à la soeur de son maître. Cadeau éminemment obscène : la débauche sexuelle du frère dépossède la soeur au profit de la domestique, objet de plaisir du mari et de déshonneur de l'épouse.

25Le juge essaie alors de confondre cette version des faits en revenant sur les premiers aveux. Nullement désarçonnée, comme si l'estocade portée devenait prévisible, Françoise rétorque n'avoir fait que suivre les consignes de son maître qui lui avait assuré qu'en gardant le silence elle ne risquait que quelques jours de prison. Toutefois, l'indécence de ses accusations, ses contradictions, l'entraînent vers une plus grande sévérité de la sentence. Le juge dracénois traduit sa sensation d'être dupé en concluant :

Ce n'est donc que pour tâcher de vous justifier que vous avez imaginé un moyen de défense qui vous accuse plus que l'aveu naïf que vous aviez fait de votre faiblesse.

26Vol, infidélité, impudeur, parjure, tels sont les chefs d'accusation qui la mènent jusqu'au carcan.

27Rose Isard ne commet pas la même erreur1 7 . Point d'hésitations fatales : dès son premier face-à-face avec le juge d'instruction et avant même que ce dernier ne la sollicite, elle affirme que les effets que Durand, son ancien maître, prétend lui avoir été volés, sont en réalité des cadeaux qu'elle reçut de sa part. Avec aplomb et concision, elle évoque ses promesses et ses propositions de la mettre en chambre si elle acceptait de lui accorder ses faveurs. Seul son souci de protéger sa pudeur et son honneur l'amènent devant le juge. S'étant refusée à écouter son maître, par dépit et esprit de vengeance, celui-ci l'a fait saisir comme voleuse.

28Dans cette procédure comme dans d'autres, le juge n'écarte pas l'éventualité de pratiques sexuelles ancillaires contraintes :

  • 17 ADV, 2U6/10 (1800).

A observé qu'elle ne dit pas la vérité, attendu que le citoyen Durand lui aurait donné de l'argent et non des effets appartenant à son épouse.
Durand lui disait qu'il lui donnerait de l'argent ou des effets, enfin tout ce qu'elle demandait et il la persécutait partout où il la trouvait même quand il la rencontrait dans les rues17.

29Pour accréditer encore sa version des faits, la servante dit être fiancée et devoir se marier bientôt avec un jeune homme dont l'identité reste floue et se limite à un seul prénom, Antoine.

Paroles de servantes, paroles discréditées

  • 18 . Maza (S.), Vies publiques, affaires privées. Les causes célèbres de la France pré-révolutionnair (...)

30Il demeure remarquable que, pour cet homme de loi, le commerce de la chair doit uniquement être rétribué en argent. Serait-ce le signe de l'assimilation entre service domestique et prostitution, entre servante et objet sexuel et la reconnaissance du pouvoir discrétionnaire du chef de famille sur sa maisonnée ? Car, ce qui choque une fois encore tient à l'immixtion immorale et involontaire de l'épouse dans ces relations adultères. Là où les servantes dénoncent un abus de pouvoir qui légitime leur acte, la justice les condamne davantage pour le désordre qu'elles occasionnent au sein du couple fondateur. En acceptant des vêtements de l'épouse ou en s'en empatant, les domestiques sortent de leur condition subalterne et brouillent la hiérarchie de l'organisation sociale. En s'octroyant symboliquement la place de leur maîtresse, elles jettent le discrédit sur la cellule familiale et déshonorent la femme en lui déniant son statut de mère et d'épouse. De même, ce qui les conduit inexorablement vers une réclusion dévastatrice réside dans leur solitude et non dans leur soumission ou leur attitude désemparée face au rituel judiciaire. Leur discours est d'emblée discrédité car il n'est à aucun moment relayé par une autre voix, par la voix d'un avocat, comme cela est le cas dans les procédures étudiées par Sarah Maza et notamment dans l'affaire de Marie Cléreaux18 . Cette dernière doit à l'intervention salutaire d'un jeune avocat de ne point être condamnée à la peine capitale. Pour Françoise Carmagnole, pour Rose Isnard, point d'avocat impliqué, point d'homme de loi compétent pour les défendre. Aussi sont-elles condamnées à l'enfermement dans une maison de force.

31Et pourtant, la réalité des amours ancillaires n'est plus à prouver, et s'il fallait quand même le faire, il n'y aurait qu'à évoquer les légions de jeunes servantes allant déclarer leur grossesse et désigner leurs maîtres devant les lieutenants de la sénéchaussée ou les juges de paix, jusqu'en 1808, comme responsables de leur état.

  • 19 Boureau (A.), Le Droit de cuissage. La fabrication d'un mythe, xiiie-xxesiècles, Paris, Albin Mich (...)

32Parmi les éléments d'explication, Alain Boureau a analysé l'émergence d'une forme intermédiaire entre la sexualité vénale et l'utilisation privée des servantes pour le plaisir des maîtres19. Or, celle-ci n'est rendue possible que par la marginalisation de ces femmes venues le plus souvent de la campagne, célibataires, évoluant en rupture des solidarités.

33L'importance des tendrons parmi les bataillons des domestiques explique la prégnance du « fantasme du tablier  ». Leur fraîcheur et leur disponibilité apparente aiguillonnent certainement les sens et l'appétit de leurs maîtres qui trouvent sous leur toit et à bon compte le moyen d'épicer leur vie sexuelle. L'excitation d'une virginité à prendre, la naïveté ou la faiblesse de leurs proies, « une bouche et un nez bien faits  », les poussent à corrompre ces jeunesses.

34Ceci explique la similitude de condition entre les exposantes et les inculpées pour vol domestique. Elles appartiennent aux mêmes classes d'âge. Plus de 50 % des exposantes et des inculpées pour vol domestique ont moins de vingt-cinq ans. Cette jeunesse les rend certainement plus vulnétables, mais également plus réceptives aux promesses faites par des hommes d'âge mûr et expétimentés. Ils exploitent alors sans vergogne ces jeunes femmes souvent ingénues, bercées par la candeur et les illusions, qui rêvent d'un avenir fait de sécurité et d'aisance. Toutefois, on ne peut nier la collaboration intéressée de certaines servantes averties des bénéfices substantiels pour celles qui donnent leurs faveurs à des employeurs entreprenants. Déposséder sa maîtresse de l'exclusivité de la semence séminale de l'époux offre une occasion de se venger des humiliations de la condition de subordonnée. La mortifier aux yeux de tous permet de l'exclure symboliquement de la maisonnée par le rire et les quolibets. Pour d'autres, le célibat du maître représente l'occasion inespérée de tenter d'occuper la place enviée de maîtresse de maison.

35Un constat s'impose : les procédures de vol domestique ne mettent pas seulement en scène le désarroi, l'inexpérience ou la vulnérabilité de jeunes femmes sans appartenance, sans protection et parfois sans crédit. Certes, souvent écartée, voire repoussée, cette population féminine est jugée par ses contemporains comme un élément asocial sur lequel doit s'exercer le contrôle le plus sévère. Mais, en dépit de cet environnement mental hostile, demeure le discours de ces servantes dans leur refus de culpabilité. Le larcin domestique prend une nouvelle signification. Il apparaît imprégné par la volonté farouche et désespérée de ces femmes de se faire reconnaître par la justice et par la communauté comme victimes d'un abus de pouvoir. Cette exaction peut être assimilée à une révolte, certes vaine, mais marquée par la détermination de résister, de ne pas s'avouer vaincue. Voler son maître alors qu'il a abusé de l'autorité que lui confère la société revient à rétablir la balance en le touchant au coeur même de son pouvoir. L'accuser à son tour équivaut à récuser l'assujettissement, à refuser la servitude corporelle. Ces servantes ne peuvent accepter d'être dépossédées brutalement de leur ventte. Leur identité ne se limite pas à leur état de domestique. Elles refusent d'être ces corps offerts que d'aucuns convoitent. Et la société, par la voix de la justice, est consciente de la nécessité absolue de réprimer ces formes de subversion de l'autorité paternelle. Condamner ces servantes tevient à garantir la pérennité de l'ordre social, à protéger le statut magnifié de l'épouse, à leur dénier toute capacité à se révolter contre leur condition de domestique et de femme.

36En dépit de leur résistance désordonnée et parfois chaotique, ces domestiques acculées à subit le rituel judiciaire au fonctionnement implacable, promises à un avenir marginal après leur temps de réclusion, se révèlent au bout du compte des individus ingénieux. Grâce à leurs stratagèmes, elles crient une incertitude passagère faisant vaciller par leurs allégations la toute puissance du maître et l'organisation de la cellule matrimoniale. Ces femmes se refusent à admettre la réduction de leur identité à un lieu, à un objet de désir et d'agressions sexuelles et utilisent leur corps, outil de leur asservissement imposé, comme l'arme de leur riposte. Les servantes justifient leur rébellion contre le maître dans la recherche de la reconnaissance du statut de victime.

37L'historien, en plaçant son oreille au plus près du discours des domestiques, des maîtres, des juges, en tentant de considérer l'individu et non plus le fonctionnement d'une institution, donne un sens autre aux conflictualités de sexe telles qu'elles s'expriment dans les complexes rapports de pouvoir qui lient la domesticité à ses maîtres. « Femmes toutes mains  » mais femmes ni passives, ni soumises car leurs gestes, leurs mots et leurs silences disent autre chose que la sujétion, l'oppression, la résignation. Toutefois les vols domestiques se réduisent souvent au spectacle d'une révolte impuissante.

Notes

1 Fraisse ( G . ) , Femmes toutes mains. Essai sur le service domestique, Paris, Seuil, 1979 ; Guiral (P.), Thuillier ( G . ) , La Vie quotidienne des domestiques au xixe siècle, Paris, Hachette, 1985 ; Gutton (J.-P.), Domestiques et serviteurs dans la France d'Ancien Régime, Paris, Aubier, 1981 ; Maza (S.), Servants and Masters in Eighteenth Century France : The Uses of Loyalty, Princeton, Princeton University Press, 1983 ; Petitfrère (G), Figaro et son maître. Les domestiques au XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 1984.

2 Goffman (E.), La Mise en scène de la vie quotidienne, t. 1 : La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

3 . Procédures issues des tests opérés de cinq ans en cinq ans au sein de la série U des archives judiciaires conservées aux Archives départementales du Var (ADV).

4 ADV, 2U6/59 (1810).

5 ADV, 4U4/150 (1842).

6 Hypothèse déjà avancée par Roger Chartier lorsqu'il interroge : «  Quelle part faire dans la domination masculine à la domination symbolique, qui suppose l'adhésion des dominées elles-mêmes aux catégories et découpages qui fondent leur assujettissement ?  » dans son article «  Différences entre les sexes et domination symbolique  », Annales ESC, n° 4, juillet-août 1993, p. 1006 et suivantes.

7 Certains esprits éclairés du xviiie siècle, comme Diderot et son «  matérialisme biologique  », envisagent la femme comme une machine sexuée, comme «  un sexe parlant  ». Inconstante et machiavélique, telle la marquise de Merteuil, chacune d'elle abrite une bête au fond de sa matrice.

8 «  La femme est sorcière par nature. Le flux menstruel, le retour régulier de l'exaltation, la fait sybille  », telle est la citation de l'introduction de l'ouvrage de Michelet, La Sorcière, retenue par Alain Besançon, dans «  Le premier livre de La Sorcière  », Annales ESC, n° 1, 1971, p. 188 ; Muchembled (R.), Sorcières, justice et société aux xvie et xviie siècles, Paris, Imago, 1987.

9 ADV, 2U6/18 (1800).

10 . ADV, 3U1/30 (1802).

11 Communication intitulée «  Présentation de soi et portraits de groupe. Les identités sociales des marchands colporteurs  », présentée au séminaire du Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, Université de Nice, janvier 2000, non publiée.

12 Arlette Farge dans son étude sur la violence féminine se réfère à l'interprétation originale de Natalie Zemon Davis qui affirme que «  si les femmes sont si actives et présentes dans les émeutes religieuses du XVIe siècle, c'est parce que la culture de leur époque les présente comme le lieu du désordre par excellence. Traditionnellement perçues comme des êtres impulsifs, irrationnels et déréglés, elles «  entrent  » en émeute avec d'autant plus d'aisance qu'elles sont en conformité avec les modèles culturels véhiculés sur leur caractère et leur nature. Rebelles et émeutières, elles peuvent l'être, puisqu'il leur suffit de poser en actes ce que les écrits attestent d'elles  » dans «  La violence, les femmes et le sang au xviiie siècle  », Mentalités, histoire des cultures et des sociétés, n° 1, 1988, p. 97.

13 Chartier (R.), op. cit., p. 1007.

14 . Dauphin ( C ) , Farge (A.), Fraisse (G.) et al., «  Culture et pouvoir des femmes : essai d'historiographie  », Annales ESC, n° 2, mars-avril 1986, p. 271-293.

15 ADV, 4U4/16(1816).

16 Corbin (A.), Les Filles de noce, Paris, Flammarion, 1982, p. 81.

17 ADV, 2U6/10 (1800).

18 . Maza (S.), Vies publiques, affaires privées. Les causes célèbres de la France pré-révolutionnaire, Paris, Fayard, 1997, p. 201-204.

19 Boureau (A.), Le Droit de cuissage. La fabrication d'un mythe, xiiie-xxe siècles, Paris, Albin Michel, 1995, p. 38-50

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540