Version classiqueVersion mobile

Napoléon et l'Europe

 | 
Jean-Clément Martin

Débats historiographiques autour de la politique européenne de Napoléon

Natalie Petiteau

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Roger Caratini, Napoléon, une imposture, Paris, Michel Lafon, 1998, 525 p.

1Dans l’imaginaire de tout Européen, l’empire construit par Napoléon occupe une place importante : au souvenir d’un vaste empire unifié, annonciateur, pour certains, de l’Europe moderne s’oppose l’image d’un continent soumis à une dictature préfigurant celle de Hitler, polémique dont témoigne le récent ouvrage de Roger Caratini1. S’il est indéniable que l’Europe actuelle est encore porteuse d’héritages napoléoniens, il reste à en définir la nature et, pour ce faire, à aller au-delà de l’hagiographie comme du dénigrement que l’histoire napoléonienne ne parvient pas toujours à éviter.

2C’est en repartant de l’analyse de la production historique qu’il devient possible de mieux comprendre le sens de l’histoire de l’Europe des années 1800-1815. L’historiographie est pour l’historien l’occasion de prendre une distance nécessaire face aux débats en cours qui trouvent, en l’occurrence, leur origine dans des œuvres parues dès la Restauration. C’est d’une certaine façon Napoléon lui-même qui a ouvert ces débats ; la transcription des conversations de Sainte-Hélène par Las Cases, mais aussi par Gourgaud, Montholon ou Bertrand, a permis de connaître sa relecture de la politique qu’il a menée sur le plan international. Car Napoléon s’est bien évidemment montré soucieux de présenter les ennemis de la France comme seuls responsables des conflits. Il s’est également employé à présenter la carte du Grand Empire constituée par ses conquêtes comme celle d’une Europe fédérée sous des lois bénéfiques à tous. Il s’est enfin posé en défenseur du principe des nationalités, au risque, d’ailleurs, de contredire la précédente thèse. Il a donc semblé utile, pour éclairer la suite des communications de ce colloque, de revenir sur ces trois points.

Interprétations de l’enchaînement des conflits

  • 2 Emmanuel comte de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène. Première édition intégrale et critique (...)
  • 3 Ibidem, tome II, p. 285.
  • 4 Ibidem, tome II, p. 143.
  • 5 Antoine-Vincent Arnault, Vie politique et militaire de Napoléon, Paris, Émile Babeuf, 1822, 136 p. (...)
  • 6 Léonard Gallois, Histoire de Napoléon d’après lui-même, Paris, Béchet, 1825, 652 p.
  • 7 Achille Henri, Histoire de Napoléon offrant le tableau complet de sa vie civile, politique et mili (...)
  • 8 Prince Napoleon, Napoléon et ses détracteurs, Paris, Calmann-Lévy, 1887, p. 286-287.
  • 9 Georges Bordonove, Napoléon, Paris, Pygmalion, 1998 (1re édition en 1978), p. 367.
  • 10 Jacques-Olivier Boudon, Le Consulat et l’Empire, Paris, Montchrestien, Clefs-Histoire, 1997, p. 14 (...)

3De son exil hélénien, Napoléon a présenté les guerres qui ont marqué son règne comme une succession de conflits qui lui ont été imposés : on ne peut, selon lui, l’accuser d’avoir trop aimé la guerre car il a en fait toujours été attaqué2. « Toutes ces guerres […] étaient-elles donc de mon choix, insiste-t-il, n’étaient-elles pas toujours dans la nature et dans la force des choses, toujours dans cette lutte du passé et de l’avenir, dans cette coalition constante et permanente de nos ennemis, qui nous plaçaient dans l’obligation d’abattre, sous peine d’être abattus3 ? ». Le Mémorial vise donc, entre autres, à disculper Napoléon en indiquant que le but des coalitions a été « le démembrement de la nouvelle France et le rétablissement de l’ancien ordre de choses4 ». Les guerres de l’Empire s’inscrivent donc entièrement, selon lui, dans la continuité de celles de la Révolution, ce à quoi souscrivent Antoine-Vincent Arnault en 18225, ou Gallois6 en 1825. Sous la Monarchie de Juillet, ces idées sont reprises par Achille Henri7. Se fixe ainsi la thèse chère au courant bonapartiste et reprise encore sous la Troisième République : le prince Napoléon estime alors que les coalitions successives, jusqu’en 1815, ont été formées pour abattre en Napoléon la France révolutionnaire, son oncle n’ayant voulu aucune des guerres dans lesquelles il a été engagé8. Or, cette idée d’un Napoléon héritier des guerres de la Révolution demeure présente dans des publications du xxe siècle : pour se limiter à l’exemple de l’historiographie française, mentionnons par exemple Georges Bordonove qui, dans un ouvrage de 1978 destiné au grand public, réduit les causes des guerres de l’Empire au refus des monarques européens d’accepter dans le camp des souverains l’héritier de la Révolution9. Il existe en fait une plaidoirie continue en faveur de Napoléon, face à laquelle Jacques-Olivier Boudon a invité à faire la part des choses : Napoléon, dans le domaine des guerres, a certes hérité de la Révolution, mais il s’est également engagé dans une surenchère10.

  • 11 Louis-André Pichon, De l’état de la France sous la domination de Napoléon Bonaparte, Paris, Dentu, (...)
  • 12 Histoire de Napoléon Buonaparte depuis sa naissance en 1769 jusqu’à sa translation à l’île Sainte- (...)
  • 13 Antoine-Vincent Arnault, Vie politique et militaire de Napoléon, op. cit., volume 1, p. 128 et vol (...)
  • 14 G. Touchard-Lafosse, J. Saint-Amant, Précis de l’histoire de Napoléon, du Consulat et de l’Empire (...)
  • 15 Jacques Marquet de Montbreton de Norvins, Histoire de Napoléon, Paris, Furne, 1833 (4e édition) (1(...)
  • 16 Adolphe Thiers, Histoire du Consulat et de l’Empire, Paris, Paulin-Lheureux, 1845-1862, tome III, (...)
  • 17 Désiré Blanchet, Cours moyen d’histoire de France. Récits et entretiens, Paris, Belin, 1879, 230 p (...)

4Face à l’historiographie qui a tenté d’absoudre Napoléon de toute responsabilité dans les conflits, il convient de prendre en compte les discours sur le conflit franco-anglais. Car, en 1814, la volonté de Napoléon d’abattre la puissance anglaise est dénoncée comme la cause de tous les maux français depuis 179911. Il y a là un sujet de débat sur lequel s’opposent, dès lors, partisans et ennemis de Napoléon. Ainsi, en 1818, l’Histoire de Napoléon Buonaparte, publication anonyme, dénonce dans le système continental, source de toutes les guerres, « le produit de deux idées funestes que Bonaparte avait conçues et auxquelles il avait attaché son existence. Il s’était mis en tête d’abord que pour se rendre maître de l’univers il fallait commencer par soumettre l’Angleterre ; ensuite que pour soumettre l’Angleterre, il devait lui fermer tous les ports du continent12 ». Inversement, lorsqu’après la mort de l’empereur, les plaidoyers en sa faveur se multiplient, Antoine-Vincent Arnault s’emploie à démontrer que c’est l’Angleterre qui est seule responsable de la rupture de la paix d’Amiens, du déclenchement des hostilités et du soulèvement de tout le continent contre la France13, thèse reprise ensuite par divers auteurs, tels Touchard-Lafosse et Saint-Amant14 ou Montbreton de Norvins, en 182715. De même, Thiers fait de l’Angleterre des premières années du nouveau siècle une puissance jalouse de la réussite de sa rivale, et s’il reconnaît à Bonaparte quelques torts quant aux formes selon lesquelles s’est opérée la rupture de la paix d’Amiens, il estime que sur le fond, l’Angleterre porte toute la responsabilité d’un conflit voulu en définitive par l’aristocratie commerciale d’Outre-Manche, qui craignait la concurrence économique d’une France jouissant enfin de l’arrêt des combats16. Après la défaite de 1870, la Troisième République, qui n’a pourtant pas hésité à dénoncer le despotisme napoléonien, demeure prudente quant à l’interprétation de la politique étrangère de l’Empire. Reste que, à l’aube des violentes rivalités coloniales avec l’Angleterre, l’histoire officielle diffusée dans les manuels scolaires tient à pérenniser l’image d’une France napoléonienne agressée par les britanniques17.

  • 18 Georges Pariset, Le Consulat et l’Empire (1799-1815). Tome iii de Histoire de France contemporaine (...)
  • 19 Friedrich Max Kircheisen, Napoléon. Traduit de l’allemand par Jean-Gabriel Guidau, Paris, Plon, 19 (...)
  • 20 Georges Lefebvre, Napoléon, Paris, PUF, Peuples et Civilisations, 1969 (1re édition en 1936), p. 1 (...)

5Il faut attendre la publication de l’Histoire de la France contemporaine de Lavisse pour que le débat soit envisagé hors de toute passion idéologique : en 1921, Georges Pariset démontre en effet, à propos de la rupture de la paix d’Amiens, que les torts sont en fait partagés18. Dès lors, cette prudente interprétation est reprise par nombre d’historiens, tel Kircheisen, en 192719. Pour Georges Lefebvre également, chacun des deux camps est en partie responsable du déclenchement des hostilités20. Finalement Albert Soboul propose une synthèse qui mêle facteurs politiques et causes économiques et sociales :

  • 21 Albert Soboul, Le Premier Empire, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1973, p. 57.

« A considérer les causes de la troisième coalition, motivations politiques et intérêts économiques se mêlent : volonté de l’Angleterre de s’assurer la maîtrise des mers et la prépondérance économique, ambitions européennes d’Alexandre Ier, déceptions allemandes et italiennes de l’Autriche. Et aussi les mobiles d’ordre social : la haine tenace des puissances d’Ancien Régime et de l’aristocratie européenne contre la nation révolutionnaire. Mais Napoléon s’est gardé de ménager ses adversaires21 ».

  • 22 Histoire de Napoléon Buonaparte…, op. cit., volume 3, p. 220-221 et p. 354.
  • 23 J.-L., Vie civile, politique et militaire de Napoléon Bonaparte […], Paris, Locard et Davi, 1821, (...)
  • 24 P.-F. Tissot, Histoire de Napoléon rédigée d’après les papiers d’État, les documents officiels, le (...)
  • 25 A. Thiers, Histoire du Consulat et de l’Empire, op. cit., tome VIII, p. 657-658.
  • 26 Ibidem, tome xiv, p. 672.
  • 27 Antoine Guillois, Napoléon. L’homme, le politique, l’orateur d’après sa correspondance et ses œuvr (...)

6Si la guerre engagée à partir de 1803 avec l’Angleterre a suscité des interprétations diverses, les conflits noués après 1807 et la paix de Tilsit ont nourri moins de controverses. Les auteurs sont presque unanimes à dénoncer la lourde responsabilité de Napoléon, établissant généralement une distinction entre la politique menée jusqu’à Tilsit et celle qui la suivit. Bien évidemment, les condamnations sont sans retenue dans les ouvrages des débuts de la Restauration, où la guerre d’Espagne est jugée comme la plus criante des injustices commises par Napoléon, mais aussi comme sa plus grande erreur22. Si bien que l’on souligne déjà que le basculement de l’histoire de l’Empire se fait après 180723. Du reste, la Monarchie de Juillet et l’admiration alors officielle pour l’empereur ne privent pas les historiens d’insister encore sur le tournant de 180724. Et en 1849, Thiers n’hésite pas davantage à dénoncer la guerre d’Espagne comme une tâche ternissant la gloire de Napoléon25. Mais il condamne également l’intervention en Russie26. Et après 1870, la version de Thiers est reprise dans les ouvrages de vulgarisation27.

  • 28 G. Pariset, Le Consulat et l’Empire, op. cit., p. 400-403.
  • 29 Ibidem, p. 379.
  • 30 Ibidem, p. 427.
  • 31 Jean Tulard, Napoléon, ou le mythe du sauveur, Paris, Fayard, 1977, p. 210.
  • 32 Ibidem, p. 336. Voir également André Fugier, Napoléon et l’Espagne, 1799-1808, Paris, Alcan, 1930, (...)
  • 33 J. Tulard, Napoléon, ou le mythe du sauveur, op. cit., p. 387-390.

7Les analyses s’affinent toutefois avec l’essor d’une histoire napoléonienne universitaire : Georges Pariset note que, face au conflit dynastique espagnol, Napoléon n’a pas eu la sagesse d’être attentif au sentiment du peuple de ce pays et n’a vu que la couronne à ramasser, « il avait perdu le sens du réel28 ». Quant au conflit avec la Russie, Georges Pariset y voit la lutte entre deux volontés hégémoniques exercées sur un même espace, le continent européen29, lutte à laquelle Napoléon tente de mettre fin en allant chercher à Moscou « la gloire d’un succès éclatant30 ». Aujourd’hui, on peut considérer que Jean Tulard a clos le débat en relevant à son tour que c’est dans le but de fermer les côtes du Midi aux marchandises britanniques que les troupes françaises envahissent le Portugal en 180731, tandis que l’invasion de l’Espagne, « guêpier » dans lequel Napoléon s’engage imprudemment, doit permettre d’intégrer entièrement la péninsule au système continental. Pour la première fois, Napoléon mène une guerre qui ne relève pas de l’héritage révolutionnaire mais qui doit servir l’intérêt de sa dynastie. 1807 est donc bien le tournant majeur, le « dérapage » même, de la politique extérieure napoléonienne32. Quant au conflit franco-russe, il résulte à la fois des inquiétudes du tsar devant la formation du grand-duché de Varsovie et du coût économique du blocus que la Russie décide finalement d’appliquer avec peu de rigueur, ce qui suscite la rupture avec la France. Cette guerre est donc, elle aussi, « la conséquence logique du système continental33 ». Mais il reste à prendre en compte la volonté de puissance qui a pu animer Napoléon dans l’ensemble de sa politique européenne.

Discours d’historiens sur une politique européenne

  • 34 L. Goldsmith cité dans J. Tulard, L’Anti-Napoléon. La légende noire de l’empereur, Paris, Gallimar (...)
  • 35 François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe. Édition établie par Maurice Levaillant et (...)
  • 36 Antoine-Clair Thibaudeau, Histoire générale de Napoléon Bonaparte, de sa vie privée et de sa vie p (...)
  • 37 Walter Scott, Vie de Napoléon Buonaparte, empereur des Français, précédé d’un tableau préliminaire (...)
  • 38 Louis-Pierre-Édouard baron Bignon, Histoire de France depuis le 18 brumaire (novembre 1799) jusqu’ (...)
  • 39 A. Thiers, Histoire du Consulat et de l’Empire, op. cit., tome vii, p. 214-216.
  • 40 Ibidem, tome XII, p. XXIX et p. 73.
  • 41 Ibidem, tome XVII, p. 851-867.
  • 42 Alexandre-François-Joseph Martin de Gray, Histoire de Napoléon, Paris, Amyot, 1853-1854, tome II, (...)
  • 43 Jules Barni, Napoléon Ier, Paris, Germer Baillière, 1870, p. 51.

8Dès l’Empire, ses ennemis dénoncent en Napoléon un potentat dont le seul dessein est de dicter sa loi à tous les souverains et d’établir sa dynastie sur l’ensemble de l’Europe34. Chateaubriand conserve de ces années le sentiment que Napoléon « se trouve à l’étroit dans la vaste domination que la paix avec l’Angleterre lui avait laissée35 ». Sous la Monarchie de Juillet, Thibaudeau, tenant compte de l’air du temps qui est à l’admiration de l’empereur, évoque prudemment « la domination arbitraire que la France s’arroge sur toute l’Europe36 » mais, de façon plus percutante, Walter Scott ironise sur le plaisir que procura à Napoléon, aspirant à la domination universelle, le fait de dater un décret de Moscou37. Le baron Bignon n’hésite pas à regretter ouvertement que l’empereur ait eu dix fois l’occasion de faire la paix à des conditions avantageuses et qu’il s’y soit chaque fois refusé38. Bientôt, Thiers lui-même, en 1847, attribue à « sa gigantesque ambition » les positions qu’il adopte sur la scène diplomatique européenne39 et reconnaît, dès 1855, que l’ivresse du succès lui est montée à la tête au point de se jeter sur l’Europe pour l’accabler, la soumettre et l’opprimer, sacrifiant tout au titre envié d’« empereur d’Occident40 », refusant, après Austerlitz comme après Friedland, d’établir une paix durable41. Le règne de Napoléon III n’empêche pas non plus le baron Martin de Gray de donner pour explication principale à l’enchaînement des conflits la volonté de Napoléon d’étendre sa puissance sur toute l’Europe42. Et en 1870, la condamnation de Jules Barni est encore plus sévère43.

  • 44 G. Pariset, Le Consulat et l’Empire, op. cit., p. 379.
  • 45 G. Lefebvre, Napoléon, op. cit., p. 111.
  • 46 Ibidem, p. 153.
  • 47 Jacques Godechot, L’Europe et l’Amérique à l’époque napoléonienne (1800-1815), Paris, PUF, Nouvell (...)
  • 48 Albert Manfred, Napoléon Bonaparte, Moscou, Les Éditions du Progrès, 1980 (1re édition en URSS en (...)
  • 49 Ibidem, p. 498.
  • 50 A. Soboul, Le Premier Empire, op. cit., p. 61.
  • 51 André Latreille, L’ère napoléonienne, Paris, Armand Colin, collection U, 1974, p. 25.
  • 52 Stuart Woolf, Napoléon et la conquête de l’Europe, Paris, Flammarion, 1990, p. 40.

9En 1921, Georges Pariset, tout en reconnaissant, on l’a vu, le rôle essentiel de la politique de blocus dans l’enchaînement des conflits, conclut que ce système continental a lui-même une explication car « Napoléon est européen » et prétend organiser non seulement la France mais le continent tout entier44. De même, Georges Lefebvre relève que Napoléon était incapable de refréner sa volonté de puissance45, et s’il estime que la politique extérieure des années impériales ne peut se comprendre sans référence au blocus, il conclut sur la lourde responsabilité de l’empereur46. Jacques Godechot, en 1967, indique que Napoléon dépasse finalement de beaucoup le projet de Charlemagne et que son ambition était illimitée47. De l’autre côté du rideau de fer, Albert Manfred s’en tient lui aussi à la thèse de Georges Lefebvre pour relever la volonté napoléonienne de transformer l’Europe en un domaine familial48 et pour souligner que l’empereur, depuis le 2 décembre 1804, a vécu dans un étrange aveuglement « qui le conduit à penser qu’il va s’élever toujours plus haut vers la puissance et la gloire49 ». Albert Soboul souligne pour sa part que le système continental était voué à la guerre en raison de « l’excès même des ambitions de l’empereur50 ». De toute autre sensibilité idéologique, André Latreille accuse lui aussi l’ambition sans bornes de Napoléon51. Reste que ce sont en définitive les interprétations de Stuart Woolf qui sont désormais les plus convaincantes : il ne voit pas en effet, dans l’expansionnisme français des années 1799-1815, le fruit d’un vaste projet de conquête préparé à l’avance. Chaque étape de cette conquête a son objectif propre, mais « à mesure que croissent les ambitions de Napoléon et sa confiance en son étoile, la récurrence des guerres devient de plus en plus inévitable52 ».

  • 53 E. de Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène, op. cit., tome II, p. 232-233.
  • 54 Albert Vandal, Napoléon et Alexandre Ier. L’alliance russe sous le Premier Empire, Paris, Plon, 19 (...)
  • 55 Auguste Fournier, Napoléon Ier. Traduit par E. Jaegle, Paris, Émile Bouillon, 1891-1892, tome II, (...)
  • 56 Emil Ludwig, Napoléon, traduit par Alice Stern, présenté par Henry Bidou, Paris, Le Club des Libra (...)

10Mais Napoléon n’a pas hésité, à l’heure de l’exil, à réinterpréter le sens de son action en Europe, soutenant que s’il avait obtenu la paix à Moscou, il aurait alors eu la liberté d’organiser son « système européen » dans le cadre duquel les souverains auraient paisiblement « traité [des intérêts du continent] en famille » : en une véritable « Sainte-Alliance », il aurait pu travailler à la prospérité de « l’association européenne », et établir partout les mêmes principes, « un code européen », afin de ne faire de l’Europe qu’un même peuple de sorte que « chacun, en voyageant partout, se fût trouvé dans la patrie commune53 ». À lire Las Cases, il semblerait donc que Napoléon soit l’inventeur de l’Europe du début du xxie siècle… Il faut en fait attendre les lendemains du Second Empire et le renouvellement des débats portant sur le sens de la conquête napoléonienne pour que des historiens fassent réellement écho aux propos rapportés par Las Cases. Taine dénonce donc la volonté de Napoléon de reconstituer, sur les ruines de l’Europe qu’il soumet par les armes, l’Empire de Charlemagne. Albert Vandal, en 1891, présente l’entreprise de conquête napoléonienne comme mue entre autres par l’espoir impérial de bâtir une Europe sur un plan nouveau, qui n’est pas sans être inspiré de l’Empire carolingien, mais qui n’en annoncerait pas moins une Europe moderne54. À l’étranger, l’Autrichien Fournier rappelle alors également que le projet de Napoléon pour l’Europe est finalement de l’unir sous l’autorité d’un seul chef55. Quant à l’Allemand Emil Ludwig, il fait lui aussi référence à l’Europe de Charlemagne pour définir les réalisations de Napoléon, mais il mentionne les conquêtes d’Alexandre pour préciser la nature des rêves nourris par l’empereur56.

  • 57 Benno Menzel, Napoleons Politik in Oberitalie, Magdebourg, 1912, 87 p. Compte rendu dans Revue des (...)
  • 58 Édouard Driault, « Les enseignements de Napoléon : le système continental », Revue des Études napo (...)
  • 59 É. Driault, Revue des Études napoléoniennes, septembre 1930, p. 173.
  • 60 É. Driault, « Napoléon, le génie de l’ordre », Revue des Études napoléoniennes, janvier 1930, p. 8 (...)

11Cependant, c’est essentiellement la Revue des Études napoléoniennes, née en 1912, qui est le lieu de réflexion sur le sens qu’il est possible de donner à l’expansion française. Ainsi, dès le mois de novembre 1913, Raymond Guyot rend compte du petit livre que Benno Menzel consacre à la politique de Napoléon dans la Haute-Italie et relève que, dans son désir de fonder un grand empire romain, il ne nourrissait aucun sentiment national précis, pas plus italien que français57 : n’est-ce pas le meilleur moyen de le poser en Européen avant la lettre ? Et n’est-ce pas un hommage identique que lui rend Édouard Driault quand, en 1929, il met en évidence l’unité économique réalisée par Napoléon58 ? Driault n’hésite d’ailleurs pas à souligner, en septembre 1930, que Napoléon a été le précurseur d’une fédération européenne59. Il voit en Napoléon le génie de l’ordre européen, l’inventeur d’une Europe où, selon lui, régnerait une organisation parfaite60.

  • 61 G. Lefebvre, Napoléon, op. cit., p. 486.
  • 62 Jacques Lovie, André Palluel-Guillard, L’épisode napoléonien. Aspects extérieurs. Volume 5 de la N (...)
  • 63 A. Soboul, Le Premier Empire, op. cit., p. 68.
  • 64 Roger Dufraisse, « L’intégration hégémoniale de l’Europe sous Napoléon », Revue de l’Institut Napo (...)
  • 65 J. Godechot, L’Europe et l’Amérique à l’époque napoléonienne, op. cit., p. 202.
  • 66 J. Tulard, Le Grand Empire (1804-1815), Paris, Albin Michel, « L’Évolution de l’Humanité », 1982, (...)
  • 67 É. Driault, « La coalition de l’Europe contre Napoléon », Revue des Études napoléoniennes, octobre (...)
  • 68 Eugène Tarlé, Napoléon. Traduit du russe par Charles Steber, Paris, Payot, 1937 (1re édition en UR (...)
  • 69 G. Lefebvre, Napoléon, op. cit., p. 486.
  • 70 Voir notamment Giovanni Quarantotti, Trieste et l’Istria nell’eta napoleonica, Florence, Le Monnie (...)
  • 71 Marcel Dunan, « Napoléon et l’Allemagne », dans Commisssion Internationale pour l’Enseignement de (...)
  • 72 J. Godechot, « Sens et importance de la transformation des institutions révolutionnaires à l’époqu (...)

12Lorsqu’en 1936, Georges Lefebvre publie sa magistrale biographie de Napoléon, il tente d’opposer un démenti à de telles interprétations : Napoléon n’a nullement eu le dessein de constituer une société de nations souveraines et associées61. La leçon semble avoir porté puisque l’image d’un Napoléon précurseur de l’Europe du xxe siècle ne réapparaît guère dans les ouvrages publiés à l’heure même de la construction de la Communauté Économique Européenne62. Il n’en reste pas moins qu’il faut remarquer, avec Albert Soboul, que le système continental conduisait à l’unification politique et administrative, mais aussi sociale63. Il est possible, par ailleurs, de reconstituer, avec Roger Dufraisse, comment Napoléon organisait peu à peu une véritable « intégration hégémoniale » de l’Europe sous l’autorité française64. Par conséquent, ne faut-il donc pas reconnaître, avec Jacques Godechot, que le Grand Empire a été une véritable fédération plaçant, sous l’autorité de Napoléon, des princes vassaux, souverains et héréditaires, mais tenant en fief leur domaine65 ? Jean Tulard a pour sa part précisé que l’Empire « n’est ni fédératif ni fédéral […], il est tout simplement vassalique : l’empereur est le suzerain des rois de l’Europe66 ». Les années 1799-1815 n’ont donc pas été celles d’une Europe unie avant la lettre : toute lecture de la construction européenne d’alors renvoie à l’ambition personnelle de Napoléon. En revanche, les mots de Sainte-Hélène ont alimenté la légende et ont ainsi pu contribuer au cheminement de l’idée d’union. Cette légende d’un empereur rêvant de fonder l’unité européenne se double d’ailleurs de celle d’un conquérant soucieux d’exporter dans cette Europe en devenir les acquis de la Révolution. Certains historiens ont en effet vu en Napoléon le bras armé de la Révolution hors de la France. Édouard Driault se fait apologiste résolu en 1920, relevant que Napoléon a fait la guerre « aux rois défenseurs des privilèges féodaux » et soutenant que c’est contre l’héritier de la Révolution que l’Europe se coalise67. Eugène Tarlé estime lui aussi, en 1936, que Napoléon a été perçu en Europe comme un « Robespierre à cheval » et un héritier de la Révolution, abolissant le servage et les prérogatives féodales partout où pénètrent ses armées68. De même, Georges Lefebvre ne manque pas de remarquer que, en Italie et en Allemagne, Napoléon a aboli les autonomies provinciales, les privilèges et la féodalité, et leur a substitué la centralisation administrative, l’égalité civile, l’unité du marché intérieur, autant d’héritages de la Révolution69. Il faut par conséquent s’interroger aussi sur la perception de la conquête napoléonienne dans les pays concernés. En Italie, les historiens décèlent l’existence, à Trieste par exemple, de populations qui voient en Bonaparte l’incarnation de la Révolution française : jusqu’à ce que les conséquences néfastes du blocus se fassent sentir, la bourgeoisie commerçante est restée acquise aux idées françaises70. À propos de l’Allemagne, Marcel Dunan observe que c’est bien l’héritier de la Révolution qui, en 1803, est venu mettre fin à l’ancien morcellement territorial germanique et qui, en 1806, fait bénéficier cet espace des principales conquêtes politiques et sociales françaises71. De façon générale pourtant, le régime napoléonien serait resté lié, dans la mémoire des peuples, à l’abolition du régime féodal72.

  • 73 J. Godechot, L’Europe et l’Amérique à l’époque napoléonienne, op. cit., p. 209 ; J. Lovie, A. Pall (...)
  • 74 Guy Hermet, Histoire des nations et du nationalisme en Europe, Paris, Le Seuil, Points-Histoire, 1 (...)

13Et les synthèses de Jacques Godechot ou de Jacques Lovie et André Palluel-Guillard reconnaissent elles aussi que Napoléon a voulu étendre dans le Grand Empire les institutions révolutionnaires73. Mais il convient toutefois, avec les historiens qui envisagent les années napoléoniennes dans le cadre d’une histoire du nationalisme, de rester attentif aux inflexions chronologiques : jusqu’en 1806, Napoléon a bien été perçu comme un libérateur, selon Guy Hermet, c’est pourquoi Hegel voit en lui « l’âme du monde », mais cette flamme s’éteint lorsque l’impérialisme napoléonien devient incompatible avec les libertés des nations ainsi éveillées74.

Réflexions sur les nationalismes

  • 75 E. de Las Cases, op. cit., tome ii, p. 544.
  • 76 Germaine de Staël, Considérations sur la Révolution française. Introduction, bibliographie et note (...)
  • 77 É. Driault, « Napoléon et l’Europe. La politique extérieure de Napoléon Ier d’après les travaux ré (...)
  • 78 É. Driault, « Une conception nouvelle de la politique extérieure de Napoléon », Revue des Études n (...)
  • 79 G. Lefebvre, Napoléon, op. cit., p. 487.

14Selon Las Cases, Napoléon aurait prévu de forger l’unité des nations européennes avant de les fédérer sous la direction d’une sorte de congrès américain75. Il semble bien que les contemporains de Napoléon aient eu le sentiment, un temps du moins, que celui-ci défendait les droits des nations. Même Madame de Staël a reconnu que « les peuples [européens] s’obstinaient à le considérer comme le défenseur de leurs droits76 ». Lorsque les historiens ont commencé à s’intéresser à la politique européenne de Napoléon, Édouard Driault, dans un article daté de 1901, a précisément considéré que l’empereur « a comme matérialisé la secrète tendance qui poussait les peuples à l’indépendance » : son influence aurait été, selon lui, déterminante pour la pénétration de la doctrine des nationalités parmi les populations de l’Europe chrétienne77. Quatorze ans plus tard, Driault précise que Napoléon a préparé la formation de l’Allemagne et de l’Italie contemporaines, mais sans véritablement le vouloir78. Georges Lefebvre observe que Napoléon a su ménager les sentiments nationaux lorsqu’ils pouvaient servir sa cause : ainsi, en Pologne, il tira profit du patriotisme des habitants. Du reste, on ne peut nier, poursuit Georges Lefebvre, que Napoléon ait favorisé le progrès des nationalités en simplifiant prodigieusement la carte de l’Italie comme celle de l’Allemagne, plaçant ainsi ces nations sur la voie de leur unité. En y introduisant les instruments d’une centralisation et d’un égalitarisme révolutionnaires, il y a créé les conditions indispensables à l’épanouissement du nationalisme politique : c’est en ce sens qu’il peut-être reconnu comme le créateur de plusieurs nations du xxe siècle. « Mais ce sont là, précise Georges Lefebvre, des conséquences étrangères à sa volonté79 ». Mais au lendemain de la seconde Guerre Mondiale, aux paroles rapportées par Las Cases, Marcel Dunan oppose la réalité des actes du règne impérial. Napoléon n’a jamais songé à faire l’unité allemande, italienne ou espagnole, affirme-t-il dans les notes de son édition du Mémorial :

  • 80 Note de M. Dunan dans E. de Las Cases, op. cit., tome II, p. 544.

« Tout au contraire on l’avait vu : 1° en Allemagne instituer le trialisme rêvé par nos diplomates de l’Ancien régime en opposant la Confédération du Rhin, elle-même soigneusement morcelée en dynasties rivales, à l’Autriche et à la Prusse ; 2° en Italie, partager le nord entre empire français et royaume de Milan, maintenir au centre un grand-duché de Toscane, au sud un État napolitain ; 3° en Espagne détacher et annexer la Catalogne80 ! ».

  • 81 M. Dunan, « Napoléon, l’Italie et le système continental », Revue de l’Institut Napoléon, n° 96, j (...)
  • 82 Melchiore Roberti, Milano, capitale napoleonica. La formazione di uno stato moderno (1796-1814), M (...)
  • 83 M. Dunan, « Napoléon et l’Allemagne », op. cit., p. 78.
  • 84 J. Godechot, L’Europe et l’Amérique à l’époque napoléonienne, op. cit., p. 106. et Napoléon, op. c (...)
  • 85 Patrick Cabanel, La question nationale au xixe siècle, Paris, La Découverte, Repères, 1997, p. 11.

15Marcel Dunan reconnaît en revanche que Napoléon a beaucoup fait pour l’éveil ou le réveil des sentiments d’indépendance nationale. Selon lui, toute l’histoire des Italiens durant la première moitié du xixe siècle serait celle de leurs efforts pour retrouver l’idéal politique que Napoléon leur aurait proposé81. De fait, les historiens italiens, notamment, ont souligné l’importance du rôle de Napoléon dans l’édification de l’Italie moderne82. À propos de l’Allemagne, Marcel Dunan constate également que la simplification considérable d’une carte comprenant initialement près de 360 États a constitué une étape importante vers l’unité83. Et Jacques Godechot laisse entendre que l’œuvre napoléonienne a jeté les germes des unités allemande et italienne84. En définitive, si Napoléon a favorisé la diffusion des nationalismes, ce fut, du temps de son règne, généralement involontaire, mais dans le souci de ses propres intérêts. Ce n’est qu’à Sainte-Hélène qu’il est devenu un champion des nationalismes et c’est par là même qu’il a pu contribuer aux mouvements d’indépendance qui se manifestent au xixe siècle. Mais ces mouvements sont aussi les héritiers des « nationalismes du ressentiment85 » nés sous l’Empire.

  • 86 Johann Gottlieb Fichte, Treizième discours à la nation allemande, cité dans Martial Chaulanges, Te (...)
  • 87 Cité dans J. Tulard, Le mythe de Napoléon, Paris, Colin, Collection U 2, 1971, p. 140.
  • 88 J. Tulard, L’Anti-Napoléon, op. cit., p. 175-176.
  • 89 G. Pariset, Le Consulat et l’Empire, op. cit., p. 431.
  • 90 J. Godechot, L’Europe et l’Amérique à l’époque napoléonienne, op. cit., p. 181-197.
  • 91 A. Manfred, op. cit., p. 590.
  • 92 J. Tulard, Napoléon, op. cit., p. 353-361.
  • 93 J. Godechot, L’Europe et l’Amérique à l’époque napoléonienne, op. cit., p. 188.
  • 94 Ibidem, p. 196.
  • 95 A. Manfred, op. cit., p. 544.

16Par ses Discours à la nation allemande prononcés durant l’hiver 1807-1808, le philosophe Johann Gottlieb Fichte a vigoureusement invité ses compatriotes à se réfugier dans l’affirmation de leur identité nationale et à refuser toute acculturation française, ce qui serait la plus grave et la plus irrémédiable des défaites86. En 1815, le poète Léopardi procède de même, son Discours aux Italiens dénonce Napoléon comme l’oppresseur de l’Italie87. Ces prises de position illustrent comment l’occupation d’une partie de l’Europe par les troupes françaises, révolutionnaires puis impériales, a suscité, par un choc en retour, la diffusion des sentiments nationaux. En Russie, les poèmes de Pouchkine montrent, dès 1805, comment la guerre réveille le patriotisme russe88. En historien, Thiers insiste sur le développement d’un nationalisme de réaction à l’occupation française dans l’Europe bouleversée par les guerres. En fait, cette lecture du développement du nationalisme dans l’Europe napoléonienne a rapidement fait l’unanimité89. Napoléon fait donc figure d’apprenti sorcier qui, en modernisant les États européens, n’aurait fait que donner à ses ennemis des armes pour le combattre plus efficacement ! Finalement, nombreux sont les auteurs, de Jacques Godechot90 à Albert Manfred91 ou Jean Tulard92, pour qui Napoléon, refusant aux peuples le droit de disposer d’eux mêmes, a succombé aux résistances nationales. C’est en réaction à l’occupation que se forme en Allemagne, en 1808, le Tugenbund93 ; il en va de même des carbonari italiens94 tandis que la guérilla espagnole contribue largement à la défaite française95.

* * *

17Les pages d’histoire écrites en écho aux propos de Sainte-Hélène montrent combien le portrait reconstruit par Napoléon, mais aussi par Las Cases, n’a pas totalement convaincu les auteurs. À sa théorie de l’engrenage des conflits qui l’a privé d’une paix qu’il aurait très vivement désirée, les historiens répondent finalement en dénonçant son ambition qui l’a empêché de faire taire les armes lorsqu’a cessé la guerre réellement héritée de la Révolution. Quant au précurseur de l’Europe moderne, il n’a jamais existé que dans les conversations de Sainte-Hélène. En revanche, Napoléon a bien joué un rôle majeur, grâce à l’autorité dont il a fait preuve dans les pays qu’il a conquis et dans la naissance des mouvements nationaux, si déterminants pour le devenir de l’Europe.

Notes

1 Roger Caratini, Napoléon, une imposture, Paris, Michel Lafon, 1998, 525 p.

2 Emmanuel comte de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène. Première édition intégrale et critique établie par Marcel Dunan, Paris, Flammarion, 1951, tome I, p. 554.

3 Ibidem, tome II, p. 285.

4 Ibidem, tome II, p. 143.

5 Antoine-Vincent Arnault, Vie politique et militaire de Napoléon, Paris, Émile Babeuf, 1822, 136 p. et 173 p.

6 Léonard Gallois, Histoire de Napoléon d’après lui-même, Paris, Béchet, 1825, 652 p.

7 Achille Henri, Histoire de Napoléon offrant le tableau complet de sa vie civile, politique et militaire, de son élévation et de sa chute ; le récit de son exil, de sa mort à Sainte-Hélène suivi de détails sur la translation de ses cendres à Paris en 1840, Paris, Renault, 1845, 320 p.

8 Prince Napoleon, Napoléon et ses détracteurs, Paris, Calmann-Lévy, 1887, p. 286-287.

9 Georges Bordonove, Napoléon, Paris, Pygmalion, 1998 (1re édition en 1978), p. 367.

10 Jacques-Olivier Boudon, Le Consulat et l’Empire, Paris, Montchrestien, Clefs-Histoire, 1997, p. 149.

11 Louis-André Pichon, De l’état de la France sous la domination de Napoléon Bonaparte, Paris, Dentu, 1814, p. 147 ; Lewis Goldsmith, Histoire secrète du cabinet de Napoléon Buonaparté et de la cour de Saint-Cloud, Paris, Les Marchands de Nouveautés, 1814 (1re édition en Angleterre en 1810), p. 9-20 ; Charles D., Napoléon Bonaparte, sa vie civile et militaire réduite aux seuls faits depuis l’instant de sa naissance jusqu’à celui de sa retraite dans l’île d’Elbe avec une foule de détails intéressants et officiels sur les expéditions d’Égypte, d’Espagne et de Russie, Paris, L’écrivain, 1814, p. 63 et 95.

12 Histoire de Napoléon Buonaparte depuis sa naissance en 1769 jusqu’à sa translation à l’île Sainte-Hélène en 1815, par une société de gens de lettres, Paris, Michaud, 1817-1818, volume 3, p. 119.

13 Antoine-Vincent Arnault, Vie politique et militaire de Napoléon, op. cit., volume 1, p. 128 et volume 2, p. 13.

14 G. Touchard-Lafosse, J. Saint-Amant, Précis de l’histoire de Napoléon, du Consulat et de l’Empire avec les réflexions de Napoléon lui-même sur les événements et les personnages les plus importants de son époque suivi d’un examen politique et littéraire des ouvrages qui se rattachent le plus immédiatement à l’histoire de Napoléon, Paris, A. Thoisnier-Desplaces, 1825, p. 93-98.

15 Jacques Marquet de Montbreton de Norvins, Histoire de Napoléon, Paris, Furne, 1833 (4e édition) (1re édition : Paris, Ambroise Dupont, 1827-1828), tome II, p. 56, p. 207-209, p. 319.

16 Adolphe Thiers, Histoire du Consulat et de l’Empire, Paris, Paulin-Lheureux, 1845-1862, tome III, p. 338-342.

17 Désiré Blanchet, Cours moyen d’histoire de France. Récits et entretiens, Paris, Belin, 1879, 230 p. ; Gustave Ducoudray, Histoire de France et histoire contemporaine de 1789 à la constitution de 1875, rédigée conformément aux programmes de 1880 pour la classe de philosophie, Paris, Hachette, 1881, 888 p.

18 Georges Pariset, Le Consulat et l’Empire (1799-1815). Tome iii de Histoire de France contemporaine sous la direction d’Ernest Lavisse, Paris, Hachette, 1921, p. 193.

19 Friedrich Max Kircheisen, Napoléon. Traduit de l’allemand par Jean-Gabriel Guidau, Paris, Plon, 1934 (1re édition en allemand en 1927-1929), volume 1, p. 258.

20 Georges Lefebvre, Napoléon, Paris, PUF, Peuples et Civilisations, 1969 (1re édition en 1936), p. 167.

21 Albert Soboul, Le Premier Empire, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1973, p. 57.

22 Histoire de Napoléon Buonaparte…, op. cit., volume 3, p. 220-221 et p. 354.

23 J.-L., Vie civile, politique et militaire de Napoléon Bonaparte […], Paris, Locard et Davi, 1821, volume 2, p. 81.

24 P.-F. Tissot, Histoire de Napoléon rédigée d’après les papiers d’État, les documents officiels, les mémoires et les notes secrètes de ses contemporains suivi d’un précis sur la famille Bonaparte et précédée de réflexions générales sur Napoléon, Paris, Delange-Taffin, 1833, volume 1, p. XXXI

25 A. Thiers, Histoire du Consulat et de l’Empire, op. cit., tome VIII, p. 657-658.

26 Ibidem, tome xiv, p. 672.

27 Antoine Guillois, Napoléon. L’homme, le politique, l’orateur d’après sa correspondance et ses œuvres, Paris, Librairie Académique Didier, 1889, tome I, p. I-XV.

28 G. Pariset, Le Consulat et l’Empire, op. cit., p. 400-403.

29 Ibidem, p. 379.

30 Ibidem, p. 427.

31 Jean Tulard, Napoléon, ou le mythe du sauveur, Paris, Fayard, 1977, p. 210.

32 Ibidem, p. 336. Voir également André Fugier, Napoléon et l’Espagne, 1799-1808, Paris, Alcan, 1930, 2 volumes.

33 J. Tulard, Napoléon, ou le mythe du sauveur, op. cit., p. 387-390.

34 L. Goldsmith cité dans J. Tulard, L’Anti-Napoléon. La légende noire de l’empereur, Paris, Gallimard, Archives, 1965, p. 160.

35 François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe. Édition établie par Maurice Levaillant et Georges Moulinier, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 1951, tome I, p. 747.

36 Antoine-Clair Thibaudeau, Histoire générale de Napoléon Bonaparte, de sa vie privée et de sa vie publique, de sa carrière politique et militaire, de son administration et de son gouvernement, Paris, Ponthieu, 1827, 6 volumes puis Le Consulat et l’Empire ou histoire de la France et de Napoléon Bonaparte de 1799 à 1815, Paris, Renouard, 1834, tome IX, p. 5.

37 Walter Scott, Vie de Napoléon Buonaparte, empereur des Français, précédé d’un tableau préliminaire de la révolution française, Paris, Gosselin, 1827, tome V, p. 80 et tome VII, p. 162-165.

38 Louis-Pierre-Édouard baron Bignon, Histoire de France depuis le 18 brumaire (novembre 1799) jusqu’à la paix de Tilsitt (juillet 1807), Paris, Béchet, Firmin Didot, 1829-1850, tome I, p. XXIX.

39 A. Thiers, Histoire du Consulat et de l’Empire, op. cit., tome vii, p. 214-216.

40 Ibidem, tome XII, p. XXIX et p. 73.

41 Ibidem, tome XVII, p. 851-867.

42 Alexandre-François-Joseph Martin de Gray, Histoire de Napoléon, Paris, Amyot, 1853-1854, tome II, p. 71.

43 Jules Barni, Napoléon Ier, Paris, Germer Baillière, 1870, p. 51.

44 G. Pariset, Le Consulat et l’Empire, op. cit., p. 379.

45 G. Lefebvre, Napoléon, op. cit., p. 111.

46 Ibidem, p. 153.

47 Jacques Godechot, L’Europe et l’Amérique à l’époque napoléonienne (1800-1815), Paris, PUF, Nouvelle Clio, 1967, p. 207.

48 Albert Manfred, Napoléon Bonaparte, Moscou, Les Éditions du Progrès, 1980 (1re édition en URSS en 1971), p. 400.

49 Ibidem, p. 498.

50 A. Soboul, Le Premier Empire, op. cit., p. 61.

51 André Latreille, L’ère napoléonienne, Paris, Armand Colin, collection U, 1974, p. 25.

52 Stuart Woolf, Napoléon et la conquête de l’Europe, Paris, Flammarion, 1990, p. 40.

53 E. de Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène, op. cit., tome II, p. 232-233.

54 Albert Vandal, Napoléon et Alexandre Ier. L’alliance russe sous le Premier Empire, Paris, Plon, 1906-1908 (6e édition ; 1re en 1891-1896), tome I, p. VIII-IX.

55 Auguste Fournier, Napoléon Ier. Traduit par E. Jaegle, Paris, Émile Bouillon, 1891-1892, tome II, p. 11.

56 Emil Ludwig, Napoléon, traduit par Alice Stern, présenté par Henry Bidou, Paris, Le Club des Libraires de France-Payot, 1960 (1re édition en 1925), p. 241.

57 Benno Menzel, Napoleons Politik in Oberitalie, Magdebourg, 1912, 87 p. Compte rendu dans Revue des Études napoléoniennes, novembre 1913, p. 452-465.

58 Édouard Driault, « Les enseignements de Napoléon : le système continental », Revue des Études napoléoniennes, mai 1929, p. 281.

59 É. Driault, Revue des Études napoléoniennes, septembre 1930, p. 173.

60 É. Driault, « Napoléon, le génie de l’ordre », Revue des Études napoléoniennes, janvier 1930, p. 8-25.

61 G. Lefebvre, Napoléon, op. cit., p. 486.

62 Jacques Lovie, André Palluel-Guillard, L’épisode napoléonien. Aspects extérieurs. Volume 5 de la Nouvelle Histoire de la France contemporaine, Paris, Le Seuil, Points-Histoire, 1972, p. 172-174 et p. 210.

63 A. Soboul, Le Premier Empire, op. cit., p. 68.

64 Roger Dufraisse, « L’intégration hégémoniale de l’Europe sous Napoléon », Revue de l’Institut Napoléon, 1984, n° 142, p. 11-41.

65 J. Godechot, L’Europe et l’Amérique à l’époque napoléonienne, op. cit., p. 202.

66 J. Tulard, Le Grand Empire (1804-1815), Paris, Albin Michel, « L’Évolution de l’Humanité », 1982, p. 189.

67 É. Driault, « La coalition de l’Europe contre Napoléon », Revue des Études napoléoniennes, octobre 1920, p. 118-142.

68 Eugène Tarlé, Napoléon. Traduit du russe par Charles Steber, Paris, Payot, 1937 (1re édition en URSS en 1936), p. 162.

69 G. Lefebvre, Napoléon, op. cit., p. 486.

70 Voir notamment Giovanni Quarantotti, Trieste et l’Istria nell’eta napoleonica, Florence, Le Monnier, 1954, 359 p.

71 Marcel Dunan, « Napoléon et l’Allemagne », dans Commisssion Internationale pour l’Enseignement de l’Histoire, Napoléon et l’Europe, op. cit., p. 66-76.

72 J. Godechot, « Sens et importance de la transformation des institutions révolutionnaires à l’époque napoléonienne », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, juillet-septembre 1970, p. 812.

73 J. Godechot, L’Europe et l’Amérique à l’époque napoléonienne, op. cit., p. 209 ; J. Lovie, A. Palluel-Guillard, op. cit., p. 176.

74 Guy Hermet, Histoire des nations et du nationalisme en Europe, Paris, Le Seuil, Points-Histoire, 1996, p. 117-118.

75 E. de Las Cases, op. cit., tome ii, p. 544.

76 Germaine de Staël, Considérations sur la Révolution française. Introduction, bibliographie et notes par J. Godechot, Paris, Tallandier, 1983, p. 425.

77 É. Driault, « Napoléon et l’Europe. La politique extérieure de Napoléon Ier d’après les travaux récents », Annales révolutionnaires, juillet-septembre 1911, p. 378-379.

78 É. Driault, « Une conception nouvelle de la politique extérieure de Napoléon », Revue des Études napoléoniennes, janvier-février 1915, p. 5-38.

79 G. Lefebvre, Napoléon, op. cit., p. 487.

80 Note de M. Dunan dans E. de Las Cases, op. cit., tome II, p. 544.

81 M. Dunan, « Napoléon, l’Italie et le système continental », Revue de l’Institut Napoléon, n° 96, juillet 1965, p. 181.

82 Melchiore Roberti, Milano, capitale napoleonica. La formazione di uno stato moderno (1796-1814), Milan, Fondation Traccani, 1946-1947, 3 volumes ; Franco Valsecchi, « Vers le Risorgimento », dans Milano Napoleonica, Milan, Amici del Museo del Risorgimento, 1950, cité dans Revue de l’Institut Napoléon, 1956, p. 131-135 ; Article de L’œuvres sociale et humaine de Napoléon, Bruxelles, Brepols, 1958, cité dans Revue des Études napoléoniennes, 1959, p. 32-33.

83 M. Dunan, « Napoléon et l’Allemagne », op. cit., p. 78.

84 J. Godechot, L’Europe et l’Amérique à l’époque napoléonienne, op. cit., p. 106. et Napoléon, op. cit., p. 221-222.

85 Patrick Cabanel, La question nationale au xixe siècle, Paris, La Découverte, Repères, 1997, p. 11.

86 Johann Gottlieb Fichte, Treizième discours à la nation allemande, cité dans Martial Chaulanges, Textes historiques, 1799-1815 : l’époque de Napoléon, Paris, Delagrave, 1960, p. 140.

87 Cité dans J. Tulard, Le mythe de Napoléon, Paris, Colin, Collection U 2, 1971, p. 140.

88 J. Tulard, L’Anti-Napoléon, op. cit., p. 175-176.

89 G. Pariset, Le Consulat et l’Empire, op. cit., p. 431.

90 J. Godechot, L’Europe et l’Amérique à l’époque napoléonienne, op. cit., p. 181-197.

91 A. Manfred, op. cit., p. 590.

92 J. Tulard, Napoléon, op. cit., p. 353-361.

93 J. Godechot, L’Europe et l’Amérique à l’époque napoléonienne, op. cit., p. 188.

94 Ibidem, p. 196.

95 A. Manfred, op. cit., p. 544.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search