Version classiqueVersion mobile

La Révolution à l'œuvre

 | 
Jean-Clément Martin

Quatrième partie. Domaines artistiques et intellectuels

Nouvelles lectures de l’histoire des sciences et des techniques sous la Révolution

Patrice Bret

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Patrice Bret, « L’émergence d’une histoire des sciences du moment révolutionnaire », dans Michel V (...)
  • 2 Roger Hahn, Le système du monde. Pierre-Simon Laplace. Un itinéraire dans la science, Paris, Galli (...)

1Le bicentenaire a vu les historiens des sciences s’emparer de la Révolution française comme d’une Bastille enfermée entre les inébranlables mythes antagonistes de la mobilisation des savants et du vandalisme révolutionnaire1. Jusqu’alors, ils y voyaient souvent un contexte trop complexe et mouvant ou un domaine réservé trop polémique pour s’y aventurer. Leur soudaine audace est venue du développement d’une histoire sociale des sciences, qui ouvrait d’autres objets à leur investigation. Leurs prédécesseurs, préoccupés d’abord de grandes révolutions scientifiques, concevaient mal les liens que la marche de la science entretient avec le siècle et ne pouvaient guère voir dans la Révolution qu’une situation instable peu propice, voire néfaste, à l’avancement des sciences : en fait, une « période glorieuse mais sereine dans les annales de la science2 ».

  • 3 Paris, Marcel Rivière, 1960.
  • 4 Janis Langins, La République avait besoin de savants. Les débuts de l’École polytechnique : l’Écol (...)
  • 5 Nicole Dhombres, Jean Dhombres, Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France, 17 (...)

2Pendant longtemps, le seul ouvrage général sur le sujet fut La Révolution française et la science, 1789-1795 de Joseph Fayet3. L’auteur avait d’abord envisagé d’arrêter son étude avec la suppression des académies, en août 1793, et la mort de Lavoisier, en mai 1794 ; par le simple déplacement des bornes chronologiques concédé à son maître René Taton, il donna finalement une image plus équilibrée de l’œuvre révolutionnaire, ajoutant les créations de la Convention thermidorienne, avec leurs expérimentations faites de succès et d’échecs, de difficultés et d’adaptation, de disparition et de résurgence parfois. Trente ans plus tard, en inversant la déclaration apocryphe, prêtée à Fouquier-Tinville, Coffinhal ou Dumas pour le titre d’un ouvrage sur les premiers pas de l’école polytechnique, Janis Langins renversait en même temps l’image négative assez communément admise par une mémoire collective focalisée sur le cas Lavoisier4. L’image s’est atténuée plus largement encore avec l’exposition Les savants et la Révolution à la Cité des sciences en 1989 : inaugurée par le Président de la République, François Mitterrand, et largement médiatisée, celle-ci a eu un impact plus important que tous les travaux d’historiens. Parallèlement, Nicole et Jean Dhombres saluaient l’œuvre d’un « lobby scientifique » s’organisant en « nouveau pouvoir », dont la mise en place devait se lire jusqu’à la fin du règne de Louis XVIII, et tentaient d’inscrire les contenus scientifiques dans l’événement et le champ institutionnel et social, avec le « laboratoire d’Égypte », largement étudié depuis5. Le bicentenaire s’est ensuite longuement décliné de commémoration de travaux majeurs – du Traité élémentaire de chimie de Lavoisier en 1989 à la pile de Volta en 2000 – en célébration de la création d’institutions ou de l’émergence de pratiques nouvelles. Par-delà ces manifestations légitimes ou à leur occasion, les mythes fondateurs des relations entre la science et la Révolution ont été largement revisités.

  • 6 Patrice Bret, Marcel Dorigny (éd.), « Sciences et techniques autour de la Révolution française. Ap (...)

3L’histoire des sciences et des techniques aurait-elle ainsi bénéficié du déplacement des études révolutionnaires « vers des méthodes et des objets moins chargés de symbolique politique » ? Serait-elle justement un domaine privilégié pour les expérimenter et les développer ? Même dans un champ bien étroit au regard de l’histoire sociale ou politique, il est impossible d’en donner ici le tableau circonstancié du formidable développement des études sur la période révolutionnaire entendue dans sa plus vaste extension. Par l’enthousiasme avec lequel des chercheurs de divers horizons disciplinaires et géographiques ont répondu à l’appel de la Société des études robespierristes, les seules journées d’études de 1999, organisées et publiées en moins d’un an, suffiraient à donner la mesure de la vitalité de la recherche dans ce domaine et de l’attrait particulier d’une période riche d’imagination6. Renvoyant à leurs actes pour illustrer et compléter notre propos, nous les recouperons ou les prolongerons en dessinant les nouvelles tendances historiographiques, autour des hommes, des sociabilités et des savoirs, puis les grands programmes de recherche et d’établissement de corpus. Enfin, nous nous interrogerons sur la place effective de la Révolution dans l’histoire des sciences et des techniques durant la période.

L’homme dans l’événement :du parcours individuel aux sociabilités

4À l’évidence, les commémorations successives du bicentenaire ont mis l’accent, comme lors du Centenaire, sur les hommes et les fondations d’institutions. Le domaine des sciences et des techniques n’échappe pas au renouveau des genres qui touche l’histoire de la Révolution et l’Histoire en général : biographie et prosopographie.

  • 7 Olivier Coquard, Marat, Paris, Fayard, 1993 ; Nicole Dhombres, Jean Dhombres, Lazare Carnot, Paris (...)
  • 8 Voir les travaux de Pascale Maffarette-Dayries sur Bailly ; Bernadette Bensaude-Vincent, Lavoisier (...)
  • 9 Par exemple, « René-Just Haüy (1743-1822), physicien », Revue d’histoire des sciences, L/3 (1997)  (...)

5Les années 1990 ont surtout été marquées par un retour à la biographie. La vraie nouveauté provient de ce que désormais l’histoire des sciences ne rebute plus les historiens de la Révolution, ni l’histoire de la Révolution les historiens des sciences. La fécondité de cette rencontre engendre une image plus complète et plus complexe des hommes politiques qui ont été aussi des hommes de science et des savants qui ont vécu les bouleversements de la Révolution – et ces catégories s’entremêlent parfois. Venus, l’un des études révolutionnaires, l’autre de l’histoire des mathématiques, Olivier Coquard et Jean Dhombres ont montré que Marat et Carnot sont aussi des hommes de sciences, le premier avec une vraie ambition, le second avec un vrai talent, tous deux sans véritable reconnaissance sous l’Ancien Régime, malgré leurs jeux académiques de province7. Moins schizophrénique, le nouveau regard tente d’envisager l’homme dans sa globalité et de mieux concilier sa vie et son œuvre, la science et le politique, pour analyser des parcours individuels, des itinéraires intellectuels, des stratégies de carrière qui interagissent avec l’événement. La grande biographie de Bailly que l’on attend sera particulièrement éclairante à cet égard, comme le sont déjà celles de Lavoisier ou de Monge8. Ces regards n’excluent pas la poursuite d’interrogations plus scientifiques sur les savants et leurs travaux9.

  • 10 Voir encore, par exemple, la relecture des mythes fondateurs d’une profession, la chirurgie (Jean (...)
  • 11 Emmanuel Grison, Du faubourg Montmartre au corps des Mines. L’étonnant parcours du Républicain J.- (...)
  • 12 Dominique Margairaz, « Du lieu commun à l’esprit public : François de Neufchâteau. Essai de biogra (...)

6Ni les enjeux intellectuels, ni les enjeux éditoriaux de la démarche biographique ne sont négligeables, car le succès du genre tend à combler les vides par des ouvrages qui ne répondent guère aux exigences de la recherche. Si de grandes figures ont été revisitées10, le genre devient plus utile encore lorsqu’il aborde des acteurs plus souvent dans l’ombre que sur le devant de la scène, tels Hassenfratz, Cadet de Gassicourt ou l’obscur capitaine Fabre du Commissariat de Meudon11. On touche parfois à ses limites, avec des travaux d’amateurs plus ou moins éclairés, voire d’universitaires moins inspirés. On touche aussi à l’excellence par le renouvellement du genre avec la « biographie intellectuelle » de François de Neufchâteau ou celle de Coquebert de Montbret, qui inscrivent délibérément l’homme dans des contextes intellectuels et sociaux, dont Bruno Belhoste analyse également, dans le cas de Monge, l’évolution – des « sociabilités de réseaux » aux « sociabilités d’appareil » – dans cette période de mise en place de nouvelles structures pérennes12.

  • 13 La biographie de référence sur Guyton (1938) est largement dépassée à tous points de vue ; la réce (...)
  • 14 Charles Coulston Gillispie, avec la collaboration de Robert Fox et Ivor Grattan-Guinness, Pierre-S (...)

7Le courant biographique n’est pas tari : la personnalité et le parcours scientifique et politique de Guyton, ceux de Conté ou de Thenard, qui articulent sciences, techniques et enseignement dans les sphères du pouvoir, sont l’objet de travaux qui devraient aboutir dans les prochaines années13. Il n’est pas spécifique à la production française : Laplace, l’un des savants les plus influents – et les moins engagés – de son temps, a fait récemment l’objet de deux biographies américaines de nature fort différente. Celle de Charles Gillispie est la réactualisation du long article qu’il avait dirigé et rédigé pour l’essentiel pour son indispensable Dictionary of Scientific Biography (t. 15) en 1978. Aussi, malgré une division initiale en quatre phases chronologiques, constitue-t-elle avant tout une biographie parsemée d’équations et essentiellement structurée par les travaux du mathématicien. Celle de Roger Hahn, à l’inverse, a pour principaux objectifs de « comprendre les enjeux et les circonstances qui ont guidé sa carrière, présenter l’homme dans son contexte historique », depuis son enfance normande jusqu’aux honneurs sénatoriaux et académiques. Resté volontairement à l’écart de la politique des clubs révolutionnaires comme naguère des salons des Lumières, à la différence de la plupart de ses confrères les plus proches, le futur marquis de Laplace doit pourtant à la Révolution des changements remarquables de son parcours et notamment d’être devenu « concepteur des grandes politiques scientifiques en France14 ».

  • 15 Patrice Bret, « Une administration non révolutionnée ? Prosopographie des commissaires des poudres (...)
  • 16 Travaux en cours de Christiane Demeulenaere-Douyère, Philippe Coepel, Joost Mertens. Voir aussi Pa (...)

8Au carrefour de la biographie et de l’institution, et même bien au-delà, avec l’étude des sociabilités, le genre le plus prometteur est sans doute la prosopographie. Des résultats notables ont éclairé les processus de transformation scientifique et administrative d’un secteur de production monopolistique de l’état (entre Ferme, Régie, Agence et Administration des poudres) ou la fréquentation des cours publics du Muséum (Lamarck, de 1795 à 1823) et du Collège de France (Thenard, sous l’Empire et la Restauration)15. Des études en cours commencent à préciser l’image des sociétés intéressées par le progrès technique et le champ technologique, telles que la Société des inventions et découvertes, la Société d’encouragement pour l’industrie nationale ou la Société académique des sciences de Paris. Elles soulignent ainsi la pratique courante de l’appartenance multiple et les stratégies personnelles, professionnelles, sociales et institutionnelles mises en œuvre dans les sociabilités savantes et industrielles16.

  • 17 Jean-Luc Chappey, La Société des Observateurs de l’Homme (1799-1804). Des anthropologues au temps (...)
  • 18 Jérôme Laurentin, Fidélités et reconstructions. L’exemple de l’école géométrique française de Gasp (...)
  • 19 Patrice Bret, L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France, 1763-18 (...)
  • 20 Notamment Liliane Hilaire-Pérez et Marie Thébaud-Sorger.

9L’approche prosopographique permet encore d’appréhender les sociabilités, dans lesquelles s’inscrivent les parcours individuels. En la matière, le travail de Jean-Luc Chappey sur la Société des observateurs de l’Homme est exemplaire à plus d’un titre17. De même, non sans hardiesse dans un monde académique aux cloisons étanches, que l’histoire des sciences et des techniques elle-même n’envisage qu’avec frilosité, les travaux de Jérôme Laurentin s’essaient à une approche « psychosociologique », voire psychanalytique de l’école de Monge18. De façon moins novatrice sans doute, la mobilisation des savants en l’an II peut aussi se lire comme l’activation d’un ensemble de réseaux mêlant sociabilité scientifique et politique, échelle nationale et locale : ceux de Guyton-Morveau s’appuient sur l’académie de Dijon, dont il fut le chancelier et l’animateur, le Club patriotique de la ville, qu’il fonda en août 1789, et les Annales de chimie, organisées quelques mois plus tôt avec Lavoisier et Berthollet19. L’approche anthropologique de la culture de guerre permet d’ailleurs de porter un regard comparatif avec la Grande Guerre qui dépasse utilement le seul mythe de la mobilisation. De même, les réseaux d’»artistes » liés à Monge et Conté donnent à voir les savants à l’œuvre, de l’école de Mézières sous l’Ancien Régime à l’Atelier de Perfectionnement en l’an II, puis l’école polytechnique et l’expédition d’Égypte sous le Directoire ou les écoles d’arts et métiers du Consulat à la Restauration. Ces réseaux peuvent rendre compte des modes d’acculturation technique qui empruntent aussi d’autres voies, comme celle du marché, par le biais des annonces, thème particulièrement développé par les historiens de l’innovation20.

De l’institution au contenu scientifique :la rénovation des savoirs

  • 21 Claude Blanckaert et al. (dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris, Muséum nation (...)
  • 22 Antoine Picon, L’invention de l’ingénieur moderne. L’École des Ponts et Chaussées, 1747-1851, Pari (...)

10Quant au renouveau de l’histoire des institutions savantes, il a été impulsé par la perspective du bicentenaire de leur création respective. Muséum d’histoire naturelle, école polytechnique, école normale de l’an III, Conservatoire des arts et métiers, ont fait l’objet d’études détaillées portant souvent sur leur évolution autant que sur leur naissance21. Avec un accent fort mis sur l’enseignement, ces travaux rejoignent un champ d’étude plus large en amont et en aval, depuis L’invention de l’ingénieur moderne d’Antoine Picon, jusqu’à La formation d’une technocratie de Bruno Belhoste. Au-delà des institutions concernées, tous deux dessinent la mise en place d’une administration technique de l’état sur le long terme, des réseaux à l’œuvre, dans les origines et les développements des établissements22.

  • 23 Renaud D’enfert, L’enseignement du dessin en France. Figure humaine et dessin géométrique (1750- 1 (...)
  • 24 Kenneth L. Alder, Engineering the Revolution : Arms and Enlightenment in France, 1763-1815, Prince (...)

11Les regards les plus novateurs en la matière dépassent l’institution stricto sensu. Renaud d’Enfert a analysé non seulement la place du dessin dans l’enseignement, qui était déjà connue, mais ses ressorts et son évolution, démontrant ainsi pour la première fois son rôle majeur dans l’acculturation technique23. Par ailleurs, l’interrogation portée par Ken Alder sur l’artillerie et par Janis Langins sur la fortification : le premier entend démontrer que, au-delà du champ politique, l’Artillerie est révolutionnaire au sens où elle a façonné l’État-Nation par l’application concrète de la rationalité et de la méritocratie ; le second atteste, avec le corps du Génie, que Lumières et conservatisme ne sont pas nécessairement incompatibles en matière technique. Dans les deux cas, comme pour les Poudres, la question de la novation et de la réforme se pose avec ses impasses, ses blocages, ses succès ; elle intéresse la doctrine militaire et la gestion administrative autant que les procédés industriels. L’ensemble permet une mise en perspective des procédés révolutionnaires, que l’événement inscrit avec force dans ce contexte général qui ébranle les dogmes tactiques et manufacturiers depuis la Guerre de Sept Ans24.

  • 25 Claude Blanckaert, Michel Porret (dir.), L’Encyclopédie méthodique (1782-1832) : des Lumières au p (...)

12Sur un point au moins, l’histoire des sciences a nécessairement un objet qui lui est propre : l’étude des contenus scientifiques et leur articulation avec les structures institutionnelles conduit à souligner l’autonomisation des disciplines. Phénomène majeur de la période, assurément, qu’il est impossible de développer ici. La question se pose sans doute en termes « internalistes » avec la dynamique propre des disciplines. Mais les travaux sur l’Encyclopédie méthodique montrent bien comment la classification « par ordre de matières » posa des problèmes qui n’étaient pas seulement d’ordre de contenu, au moment où se structuraient de nouveaux savoirs25. L’autonomisation est aussi une construction sociale que d’autres indicateurs permettent d’appréhender. Elle s’accompagne de la professionnalisation des sciences, par la création de revues spécialisées (Annales de chimie, 1789 ; Journal des mines, 1795 ; Annales des mathématiques, 1810), de chaires (anatomie comparée) et d’écoles spécialisées (géographes), par la formation d’une terminologie classificatoire nouvelle du savoir, empruntée à l’étranger (technologie, 1793) ou créée de toutes pièces sur des racines grecques, à l’instar de la nomenclature chimique de 1787, avec une postérité diverse – sidérotechnie (1811) n’a pas connu le succès de biologie (1802).

  • 26 Colloques organisés par Claude Blanckaert et Pietro Corsi (octobre 1999), et par Marie-Noëlle Bour (...)

13Constructions pérennes ou éphémères, ces questions ont donné lieu, de façon significative, à deux colloques sur le « moment 1800 », marqué par l’émergence « naturaliste » des sciences de l’homme. Car les disciplines issues des classes de l’Académie des sciences ne sont pas seules touchées. Les sciences médicales et les sciences humaines participent à cette rénovation des savoirs : l’histoire, où le doute systématique de Volney réduit l’érudition traditionnelle au milieu académique, l’orientalisme, qui se construit en liaison avec l’ouverture du monde, comme la géographie et l’ethnographie26

  • 27 Daniel Nordman (dir.), L’École normale de l’an III, leçons d’histoire, de géographie et d’économie (...)

14L’exposition La boussole et l’orchidée au musée des Arts et métiers, commémorant le voyage de Humboldt dans l’Amérique espagnole, pourrait illustrer la formation des disciplines. Pratiques et contenus s’y rejoignent par le biais des instruments scientifiques pour donner naissance à la géographie botanique. La période s’inscrit dans la grande vague de découvertes et d’expéditions scientifiques maritimes ou terrestres, articulant des intérêts commerciaux privés et nationaux, mais transcendant parfois les rivalités. Discipline-clé entre enjeux de savoir et enjeux de contrôle et de domination, la géographie se construit sur le terrain, dans le cabinet ou dans les livres et les cartes, comme catégorie du savoir entre compilation et mathématique, entre voyages et exploration, entre encyclopédisme et sciences de l’homme27.

Entre tradition et expérimentation :de nouveaux corpus pour de nouvelles approches

15La constitution de corpus participe de la dynamique de ces travaux et contribue à leur avancement. Empruntant les voies complémentaires que permettent les nouveaux modes d’édition, elle s’accompagne parfois de vastes programmes de recherche collective qui reflètent des tendances historiographiques esquissées.

  • 28 Par exemple un ouvrage posthume de Lavoisier, publié par sa veuve en 1805 et réédité en fac-similé (...)
  • 29 Monique Pouliquen, Les voyages de Jean-Baptiste Leblond, médecin naturaliste du roi, 1767-1802. An (...)
  • 30 Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts depuis 1789, Paris, Bel (...)

16En tout premier lieu, le domaine est marqué par un effort de mise à disposition de textes. Plus encore que les grandes œuvres des auteurs, le phénomène porte particulièrement sur des textes scientifiques inédits, rares ou moins connus28. Aucun genre, aucun type de document n’est exclu : aux frontières de la biographie ou de l’histoire naturelle, les formes du voyage et de ses productions ne sont pas en reste avec les mémoires de Leblond sur la Guyane, le journal de la circumnavigation de Marchand ou les vélins de l’expédition Baudin en Australie29… Mais il porte surtout sur des œuvres à caractère collectif de nature très différente, qui, à l’image de l’Institut national, dépassent le cadre scientifique pour couvrir tous les champs ouverts à l’esprit humain. Après celle des Rapports à l’empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts, s’achève l’édition critique des leçons de l’école normale de l’an III, tandis qu’une édition raisonnée de la Décade philosophique vient d’être donnée30.

  • 31 Patrice Bret, « Formes et fonctions de la correspondance scientifique autour de la Révolution : La (...)
  • 32 Œuvres de Lavoisier – Correspondance, P. Bret (éd.), vol. 6 (1789-1791) et 7 (1792-1794), Paris, A (...)

17Le phénomène porte encore sur les correspondances. Utiles pour saisir l’existence et les modes de fonctionnement des réseaux personnels, bien sûr, elles se révèlent indispensables pour la diffusion des idées et constituent surtout le premier lieu du débat scientifique, avant même les journaux et périodiques spécialisés31. Elles dévoilent l’homme dans ses stratégies et ses contradictions : Lavoisier, producteur de poudre de traite pour le compte de la Régie, actionnaire de la Compagnie de Guyane et membre de la Société des amis des noirs, ou premier acquéreur de biens nationaux de l’Aisne, s’entendant avec son collègue Clouet pour ne pas élever les enchères. Elles renseignent encore sur l’étendue des activités du savant : Académie des sciences, Régie des poudres, Caisse d’escompte, Commission des poids et mesures, divers comités de l’Assemblée nationale, Trésorerie nationale, etc.32.

  • 33 Christine Blondel, « L’électricité et le magnétisme au xviiie siècle à travers la bibliothèque vir (...)
  • 34 Portail d’histoire des sciences et des techniques du CRHST (http ://histsciences.univ-paris1.fr).

18La réhabilitation du document s’étend à l’édition électronique. Si les grands projets en ignorent les bornes chronologiques, ils recouvrent la période révolutionnaire, plus ou moins souvent selon les objets : cartographie de l’Italie par les ingénieurs géographes militaires, études sur l’électricité et le magnétisme jusqu’en 1820, Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale33. Le plus généralement, ces projets se construisent autour de la figure d’un savant, Lamarck, Lavoisier, Ampère34. Permettant seuls d’associer aux œuvres imprimées, des manuscrits, parfois inédits, et des objets (herbiers, instruments, etc.) – ou au moins leur inventaire – ainsi qu’une bibliographie secondaire, ils peuvent devenir un instrument de recherche sans égal. Malheureusement, s’écartant de la tradition érudite de l’édition critique, la mise en ligne de textes bruts ne prête pas toujours assez d’attention au choix des éditions reproduites et omet trop souvent de fournir les clés de lecture nécessaires. Le risque est alors à la hauteur du formidable potentiel de diffusion qu’offre un accès facile à l’information.

19Un autre usage du numérique est la constitution de bases de données en ligne, conçues à la fois comme des outils de recherche prosopographique et des inventaires de sources trans-institutionnels destinés à favoriser à terme l’étude des sociabilités et réseaux. Deux projets de grande envergure, encore en phase de développement, forment le cœur de programmes de recherche à long terme et à géométrie variable. Le but explicite n’est plus la simple mise en ligne de corpus existants, mais la constitution de nouveaux corpus. Cette valorisation des archives – négligées par certaines tendances de l’histoire des sciences et des techniques – doit ouvrir l’accès à des pans entiers de la vie scientifique et technique, dont une infime surface a émergé, hier comme aujourd’hui. Si ces projets dépassent largement le cadre de la période, celle-ci doit y figurer en bonne place.

  • 35 Responsables : Liliane Hilaire-Pérez (CDHT), Patrice Bret (CRHST/CNRS), Valérie Marchal (INPI), Ch (...)
  • 36 Seules les lettres B et M sont traitées systématiquement dans cette première phase pour les invent (...)

20Le premier, intitulé Dictionnaire prosopographique des inventeurs en France, est issu des travaux sur l’histoire de l’innovation qui s’est développée autour du Centre d’histoire des techniques du Conservatoire national des arts et métiers et du Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques de la Villette, en étroite liaison avec l’Institut national de la propriété industrielle et le Centre historique des Archives nationales35. Son ambition est de constituer, par inventeur et invention, un inventaire des sources et bibliographies disponibles, afin de rendre compte à terme, des modes intellectuels et institutionnels de l’invention en France, notamment entre le xviiie et le milieu du xxe siècle. Les premiers corpus traités concernent surtout la Société libre d’émulation de l’abbé Baudeau, dans les premières années du règne de Louis XVI, et les premières décennies de l’Institut de France (1795-1835)36.

  • 37 Responsables : Patrice Bret, Bruno Delmas, Jean-Louis Fischer, Martine François, Thérèse Charmasso (...)
  • 38 Jean-Luc Chappey, « Les sociétés savantes à l’époque consulaire », AHRF, n° 309 (1997), 451-472.

21Sous le nom La France savante, le second projet porte sur les membres des sociétés savantes, vivantes ou disparues, du xviie siècle à 1940. Le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) entend ainsi fédérer les ressources, les compétences et les intérêts de ces sociétés, qui ont un immense patrimoine dormant en la matière, et des historiens37. Les premiers corpus traités reposent sur des travaux en cours, mais tous les historiens intéressés sont invités à y participer en fournissant des éléments biographiques et des références archivistiques ou bibliographiques. Les sociétés qui se multiplient de 1788 à 1793, celles du Consulat, analysées finement par Jean-Luc Chappey, celles qui fleurissent à partir de 1815 devraient y tenir une place privilégiée38.

  • 39 La saisie en ligne est possible, en création ou modification, sous certaines conditions ; les aute (...)
  • 40 Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel (L’Évolut (...)

22À l’évidence, ces deux programmes parallèles portent sur des objets qui se recouvrent partiellement ; ils sont fondés sur des principes communs et ont des procédures proches39. Aussi est-il déjà patent que leur synergie permettra la mise au jour de nouvelles formes de sociabilités par la prise en compte de tous les acteurs (savants, entrepreneurs, financiers, administrateurs), éclairera la variété des processus d’innovation et précisera les modes d’interaction entre les inventeurs et les institutions ou entre eux-mêmes. Cela devrait souligner la capacité d’innovation de l’artisanat, qui remet en cause la vision classique et la notion même de révolution industrielle, pour dépasser cet écran symbolique et démystifier la grande invention et l’inventeur héroïque en abordant l’analyse fine des forces à l’œuvre sur le terrain et des micro-innovations, terreau dont se nourrissent les grandes manufactures40. Cette nouvelle image de l’artisanat devrait non seulement fournir une meilleure lecture du développement des sociétés savantes techniques et industrielles, mais constituer une grille de lecture susceptible de renouveler les schémas interprétatifs des forces révolutionnaires en son sein. L’histoire sociale pourrait bénéficier de l’étude de ces communautés parfois informelles de savants et artistes, acteurs de la Révolution à leur manière.

De l’influence de la Révolution sur le développement des sciences et des techniques

  • 41 AHRF, n° 320, p. 4.
  • 42 Yves Noël, René Taton, « La réforme des poids-et-mesures : I. Origines et premières étapes, 1789- (...)

23« Y eut-il une influence quelconque de la Révolution sur la poursuite et les résultats des recherches en mathématiques, physique, sciences naturelles, géographie, histoire, etc. ? » : la question a été clairement posée dans les débats des journées d’études de 199941. C’était le 10 décembre, deux cents ans jour pour jour après la proclamation du système métrique, la création révolutionnaire la plus symbolique et la plus porteuse des valeurs d’universalité, de rationalité et de précision en matière scientifique. Clairement inscrite dans les aspirations et les préoccupations de la communauté scientifique internationale, la préparation en a traversé la décennie révolutionnaire, de la commission académique à la mesure de la Méridienne et à l’adoption du mètre par le premier congrès scientifique international réuni à Paris. Son influence sur le monde moderne a été déterminante, articulant science et vie quotidienne42.

  • 43 Charles C. Gillispie, Science and Polity in France : the Revolutionary and Napoleonic Years, Princ (...)

24La réponse à la question posée, classique dans l’historiographie depuis l’ouvrage de Biot (1803) jusqu’à celui de Gillispie (2004)43, n’est pas vide de sens en termes institutionnels. La Révolution fournit au moins un contexte, dont témoignent ses nombreuses créations, notamment en matière de formation scientifique et technique. Il est clair qu’elle a ainsi pu avoir une influence sur la marche de la science, constituant en quelque sorte un cadre heuristique : le transformisme de Lamarck n’est-il pas issu de l’abandon forcé de ses études botaniques, lorsque lui fut attribuée une chaire de zoologie à la création du Muséum en 1793 ? L’événement a donc parfois toute sa place dans l’évolution des parcours scientifiques, partant des contenus scientifiques.

  • 44 Sur ce dernier point : Patrice BRET, « La Méditerranée médiatrice des techniques : regards et tran (...)

25Par les interrogations que le terrain a posées, par exemple, l’expédition d’Égypte a fait naître des travaux ponctuels, comme la fameuse étude du mirage par Monge. Elle a aussi réorienté les travaux de Geoffroy Saint-Hilaire et surtout, profondément, ceux de Berthollet, puisque ce dernier découvre aux Lacs Natron l’influence des « circonstances » sur les réactions chimiques : ainsi, des circonstances issues de la Révolution le conduisent à cette découverte, à l’origine de sa théorie de l’équilibre, développée dans son Essai de statique chimique (1803). Il en est de même pour l’histoire des techniques, non seulement par le choc culturel que constitue l’arrivée des techniques européennes en Égypte, préparant à leur réception ultérieure sous Mehemet Ali, mais aussi, en sens inverse, l’introduction de techniques égyptiennes en France, réinvesties et revisitées par la science de l’ingénieur et adaptées au marché européen44.

  • 45 Betancourt. Los inicios de la ingenieria moderna in Europa, Madrid, Cehopu-Cedex, 1996. Catalogue (...)

26La place du fait révolutionnaire se mesure bien avec les circulations scientifiques et techniques à l’échelle de l’Europe et de ses extensions. En témoignent les parcours des Espagnols Bétancourt et Lanz, auteurs d’un Essai sur la composition des machines publié pour l’école polytechnique (1808). L’un voyage entre son pays, où il crée le cabinet royal des machines et l’École des ponts et chaussées (Escuela de caminos y canales), l’Angleterre, d’où il importe la machine de Watt, et la France, où il invente un télégraphe et qu’il quitte pour fonder en Russie, avec des ingénieurs français, le corps des Voies de communications, son institut de formation et son journal. Le second, qui choisit la France et la Révolution au cours d’une mission scientifique pour le roi d’Espagne en 1792-1793, est calculateur au Cadastre, professeur à l’école des géographes à Paris et à celle des ponts et chaussées de Madrid, préfet du roi Joseph, avant de développer une activité scientifique fondatrice à Buenos Aires puis en Colombie avec Bolivar45. Certes, de telles circulations d’hommes et de modèles existent avant et après la Révolution, mais ces itinéraires de vie sont intimement liés au moins au modèle polytechnicien auquel elle a donné naissance.

27Sans doute, pourtant, n’y a-t-il pas globalement de lien direct, pas plus que de nos jours entre recherche fondamentale et industrie. Il convient toujours de souligner les liens indirects, qui replacent au centre le pouvoir politique comme initiateur, étant entendu que ce pouvoir est lui-même largement investi par ces savants républicains dont la stratégie de participation à la défense nationale et au patriotisme s’est soldée par la mise en place d’une politique scientifique.

28La création de l’école polytechnique en particulier ne fut pas sans incidence, ne fût-ce que par l’instauration des conditions d’une professionnalisation et d’un espace public de la science. Là encore, la notion d’expérimentation est opérante : le système d’enseignement se pérennise après quelques tentatives éphémères (école normale, école des géographes, école nationale aérostatique), comme le système de la recherche et développement dans le domaine de la défense (Meudon, Ateliers de perfectionnement et de précision). Entre expérimentation et pérennisation, la Révolution invente, ici aussi, la France moderne des xixe et xxe siècles.

  • 46 P. Bret, M. Goupil et E. Grison, op. cit. ; Patrice Bret, « Un bateleur de la science. Le “machini (...)

29L’échelle nationale ne suffit d’ailleurs pas, puisque la France exporte avec la Révolution, non seulement le système métrique, mais plus encore la géométrie descriptive. Créée par Monge à l’école du génie de Mézières et confinée dans son enseignement à une poignée d’ingénieurs militaires avant 1789, celle-ci n’est diffusée qu’en 1795 avec l’école normale, avant de gagner les écoles de l’Europe entière sous l’Empire, sa maîtrise devenant nécessaire, à Cracovie comme à Naples, pour l’entrée dans les corps techniques des états concernés. Mais il faut se garder d’établir des liens trop simplistes entre novation scientifique et politique : en pleine guerre, la nouvelle nomenclature chimique et la doctrine de Lavoisier, antérieures à la Révolution se diffusent plus vite encore jusqu’en Angleterre par les voies les plus diverses46.

  • 47 João Rui Pita, Farmácia, medicina e saúde pública em Portugal (1772-1836), Coimbra, Minerva Histór (...)

30La prise en compte de l’espace international permet de mesurer mieux l’impact (ou le non-impact) de l’événement – fait révolutionnaire ou guerre – notamment sur le cadre institutionnel de la science, et son caractère contingent, éphémère et superficiel, ou négatif dans un processus lent comme à Coimbra et Madrid, ou durable, par réaction avec la création de l’université de Berlin ou par volontarisme dans certains États satellites. Seule une perspective plus longue permet, par exemple, d’attester l’appropriation de l’influence française par la monarchie napolitaine pour ses structures administratives, particulièrement sensible dans le cas des ponts et chaussées. Certes, ces recherches intéressent davantage les réformes de Pombal et de Charles III ou l’histoire du Risorgimento italien que la Révolution française, mais le choix des limites chronologiques est significatif47.

  • 48 Voir la thèse d’Elizabeth Denton en préparation.
  • 49 Sur ce dernier, voir les travaux de Liliana Schifter et Patricia Aceves Pastrana à Mexico.

31Il reste que, grands ou petits, les savants ont aussi des convictions et que le fait révolutionnaire les rejoint partout, directement ou indirectement. Sans parler de Lavoisier sur l’échafaud, Laplace rédige l’Exposition du système du monde dans son exil interne durant la Terreur, ou Condorcet l’Esquisse d’un tableau des progrès de l’esprit humain dans la clandestinité avant son arrestation et son suicide. Si certains tentent d’échapper à l’événement, d’autres se mettent en situation de l’observer scientifiquement sur le terrain, comme le chimiste écossais James Hall48. D’autres encore sont rattrapés par l’événement, tels le chimiste Joseph Priestley, dont la foule de Birmingham incendie la maison et le laboratoire le 14 juillet 1791, ou le médecin français de Mexico Esteban Morel, défenseur de la théorie de la Terre de Buffon contre la Bible, convaincu de liens avec la France révolutionnaire et d’influence néfaste sur les milieux savants locaux, retrouvé « suicidé » dans les geôles de l’Inquisition au cours de son procès en 179549.

Conclusion

  • 50 Hugues Chabot, Enquête historique sur les savoirs scientifiques rejetés à l’aube du positivisme (1 (...)

32L’intérêt nouveau que l’histoire des sciences et des techniques porte à l’épisode révolutionnaire en fait souvent exploser le cadre chronologique traditionnel pour envisager l’amont et l’aval, voire la longue durée. Le genre biographique l’impose, au moins en amont, mais le phénomène est plus général50.

  • 51 Patrice Bret, L’État, l’armée, la science, op. cit.

33Loin de noyer la Révolution française dans un ensemble plus vaste, cette approche n’en souligne que mieux l’originalité des apports. Événement et processus long font bon ménage : en créant, le 9 avril 1793, une commission de savants « chargés spécialement de rechercher et d’éprouver les nouveaux moyens de défense », le premier arrêté du comité de Salut public amorce non seulement la mobilisation des savants, mais aussi un mouvement d’institutionnalisation de la recherche dans le domaine de la défense qui s’achève sous la Restauration et en fixe le cadre pour cent cinquante ans. Il ne s’agit pas de nier la symbolique politique de l’éphémère action révolutionnaire. Mais, dans ce domaine étroit comme dans celui de l’organisation scientifique en général et de l’enseignement en particulier, c’est en la traitant en objet historique et en la dépassant que l’originalité de la Révolution prend tout son sens, si l’on porte le regard, à la jonction des réseaux scientifiques et techniques et du politique, sur les réformes des années 1770-1780 et sur les développements du Consulat, de l’Empire et de la Restauration. Ici encore, les bases de la France contemporaine sont issues de la richesse de l’expérimentation révolutionnaire51. Les lectures amont et aval sont toutes deux légitimes et utiles pour en mesurer l’ampleur.

  • 52 Charles C. Gillispie, Science and Polity… the Revolutionary… Years, Introduction, p. 1-6.

34Ainsi, l’ouvrage que Charles Gillispie vient de consacrer à la période révolutionnaire et impériale se présente explicitement comme le second volet de son Science and Polity in France at the End of the Old Regime (1980). « La période moderne dans l’histoire de la politique et celle des sciences s’ouvre avec le quart de siècle de la Révolution française et sa conséquence napoléonienne » : maniant la métaphore tectonique, Gillispie voit dans la Révolution la manifestation de surface d’un brusque mouvement sismique dû aux tensions accumulées par le lent glissement de la « plaque philosophique » porteuse de la structure des valeurs universelles de 1789 sur celle de la structure sociale et juridique. Ce mouvement profond induit aussi le passage entre la génération de la science encyclopédique, issue des collèges et de l’Académie royale, et celle de la science positiviste, formée dans les institutions professionnelles nées du mouvement de surface révolutionnaire. Même sans liens directs, science et politique, alors à leur acmé en France, s’entremêlent et se renforcent réciproquement sans qu’aucune ne soit réductible à l’autre52.

Notes

1 Patrice Bret, « L’émergence d’une histoire des sciences du moment révolutionnaire », dans Michel Vovelle, Antoine De Baecque (dir.), Recherches sur la Révolution, Paris, La Découverte/IHRF-SER, 1991, p. 169-176.

2 Roger Hahn, Le système du monde. Pierre-Simon Laplace. Un itinéraire dans la science, Paris, Gallimard, 2004, p. 9.

3 Paris, Marcel Rivière, 1960.

4 Janis Langins, La République avait besoin de savants. Les débuts de l’École polytechnique : l’École centrale des travaux publics et les cours révolutionnaires de l’an III, Paris, Belin, 1987.

5 Nicole Dhombres, Jean Dhombres, Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France, 1793-1824, Paris, Payot, 1989. Sur l’Égypte, voir aussi Marie-Noëlle Bourguet, Bernard Lepetit, Daniel Nordman, Maroula Sinarellis, L’invention scientifique de la Méditerranée. Égypte, Morée, Algérie, Paris, EHESS, 1998 ; Marie-Noëlle Bourguet, Daniel Nordman, Vassilis Panayotopoulos, Maroula Sinarellis (dir.), Enquêtes en Méditerranée. Les expéditions françaises d’Égypte, de Morée et d’Algérie, Athènes, IRNH/FNRS, 1999. Sur l’expédition elle-même, voir Patrice Bret, L’Égypte au temps de l’expédition de Bonaparte (1798-1801), Paris, Hachette Littératures, 1998 ; Yves Laissus, L’Égypte, une aventure savante 1798-1801, Paris, Fayard, 1998 ; Patrice Bret (dir.), L’expédition d’Égypte, une entreprise des Lumières, 1798-1801, Paris, Tec & Doc, 1999.

6 Patrice Bret, Marcel Dorigny (éd.), « Sciences et techniques autour de la Révolution française. Approche interdisciplinaire », AHRF, n° 320 (avril-juin 2000) (édition séparée : Paris, Société des études robespierristes, 2000).

7 Olivier Coquard, Marat, Paris, Fayard, 1993 ; Nicole Dhombres, Jean Dhombres, Lazare Carnot, Paris, Fayard, 1997.

8 Voir les travaux de Pascale Maffarette-Dayries sur Bailly ; Bernadette Bensaude-Vincent, Lavoisier. Mémoires d’une révolution, Paris, Flammarion, 1993 ; Jean-Pierre Poirier, Lavoisier, Paris, Pygmalion/Gérard Watelet, 1993 ; Arthur Donovan, Antoine Lavoisier. Science, Administration and Revolution, Oxford/Cambridge (Mass.), Blackwell, 1993 ; François Pairault, Gaspard Monge. Le fondateur de Polytechnique, Paris, Tallandier, 2000.

9 Par exemple, « René-Just Haüy (1743-1822), physicien », Revue d’histoire des sciences, L/3 (1997) ; Hervé Le Guyader, Etienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844), un naturaliste visionnaire, Paris, Belin, 1998.

10 Voir encore, par exemple, la relecture des mythes fondateurs d’une profession, la chirurgie (Jean Marchioni, Place à Monsieur Larrey, chirurgien de la garde impériale, Arles, Actes Sud, 2003), ou d’une théorie, le transformisme (Pietro Corsi, Lamarck. Genèse et enjeux du transformisme, 1770- 1830, Paris, CNRS Éditions, 2001 – traduction et révision d’un ouvrage de 1983 ; Goulven Laurent (dir.), Jean-Baptiste Lamarck (1744-1829), Paris, CTHS, 1997).

11 Emmanuel Grison, Du faubourg Montmartre au corps des Mines. L’étonnant parcours du Républicain J.-H. Hassenfratz (1755-1827), Paris, Presses de l’École des Mines, 1997 ; Jean Flahaut, Charles- Louis Cadet de Gassicourt (1769-1821), bâtard royal, pharmacien de l’empereur, Paris, Éditions historiques Teissèdre, 2001 ; Chantal Hélain, La volonté d’être ou la vie du général baron François Fabre, 1754-1828, Paris, chez l’auteur, 2003.

12 Dominique Margairaz, « Du lieu commun à l’esprit public : François de Neufchâteau. Essai de biographie intellectuelle », thèse d’État, université Paris I, 2001 ; Isabelle Laboulais-Lesage, Lectures et pratiques de l’espace. L’itinéraire de Coquebert de Montbret, savant et grand commis d’État (1755- 1831), Paris, Honoré Champion, 1999 ; colloque « Un savant en son temps : Gaspard Monge » (Paris, 2 juin 2004).

13 La biographie de référence sur Guyton (1938) est largement dépassée à tous points de vue ; la récente biographie de Conté (2004) n’est qu’une compilation superficielle ; celle de Paul Thenard sur son ancêtre sera aisément supplantée par les travaux d’Anne-Claire Déré et Gérard Emptoz.

14 Charles Coulston Gillispie, avec la collaboration de Robert Fox et Ivor Grattan-Guinness, Pierre-Simon Laplace, 1749-1827. A life in exact science, Princeton, Princeton University Press, 1997 ; Hahn, op. cit., p. 11, 10.

15 Patrice Bret, « Une administration non révolutionnée ? Prosopographie des commissaires des poudres (1775-1817) », dans 1789-1799 : Nouveaux chantiers d’histoire révolutionnaire. Les institutions et les hommes, Paris, CTHS, 1995, p. 49-67 ; site Lamarck de Pietro Corsi ; travaux en cours d’Antonio García Belmar et José Ramón Bertomeu Sánchez sur les cours de Thenard.

16 Travaux en cours de Christiane Demeulenaere-Douyère, Philippe Coepel, Joost Mertens. Voir aussi Patrice BRET, « Power, Sociability and Dissemination of Science : Lavoisier and the Learned Societies, 1761-1793 », dans Marco Beretta (éd.), Lavoisier in Perspective, sous presse (colloque de Munich, septembre 2003).

17 Jean-Luc Chappey, La Société des Observateurs de l’Homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte, Paris, Société des études robespierristes, 2002.

18 Jérôme Laurentin, Fidélités et reconstructions. L’exemple de l’école géométrique française de Gaspard Monge (1771-1816), thèse de doctorat, EHESS, 2000, 3 vol.

19 Patrice Bret, L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France, 1763-1830, Rennes, PUR, coll. « Carnot », 2002.

20 Notamment Liliane Hilaire-Pérez et Marie Thébaud-Sorger.

21 Claude Blanckaert et al. (dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris, Muséum national d’histoire naturelle (Archives), 1997 ; Bruno Belhoste, Amy Dahan Dalmedico, Antoine Picon (dir.), La formation polytechnicienne, 1794-1994, Paris, Dunod, 1994 ; Bruno Belhoste, Amy Dahan Dalmedico, Dominique Pestre, Antoine Picon (dir.), La France des X : deux siècles d’histoire, Paris, Économica, 1995.

22 Antoine Picon, L’invention de l’ingénieur moderne. L’École des Ponts et Chaussées, 1747-1851, Paris, Presses de l’école nationale des Ponts et Chaussées, 1992 ; Bruno Belhoste, La formation d’une technocratie. L’École polytechnique et les polytechniciens, 1794-1870, Paris, Belin, 2003.

23 Renaud D’enfert, L’enseignement du dessin en France. Figure humaine et dessin géométrique (1750- 1850), Paris, Belin, 2003.

24 Kenneth L. Alder, Engineering the Revolution : Arms and Enlightenment in France, 1763-1815, Princeton, Princeton University Press, 1997 ; Janis Langins, Conserving the Enlightenment. French military engineering from Vauban to the Revolution, Cambridge (Mass.)/Londres, MIT Press, 2004 ; Patrice Bret, L’État, l’armée, la science, op. cit.

25 Claude Blanckaert, Michel Porret (dir.), L’Encyclopédie méthodique (1782-1832) : des Lumières au positivisme, Genève, Droz, sous presse.

26 Colloques organisés par Claude Blanckaert et Pietro Corsi (octobre 1999), et par Marie-Noëlle Bourguet et Dominique Kalifa (mai 2003). Voir Claude Blanckaert, « 1800. Le moment “naturaliste” des sciences de l’homme », Revue d’histoire des sciences humaines, 3, 2000, p. 117-160. Voir aussi les contributions de Jean-Luc Chappey, Christian Décobert, Mariana Saad et Sophie-Anne Leterrier aux journées de 1999 (AHRF, n° 320).

27 Daniel Nordman (dir.), L’École normale de l’an III, leçons d’histoire, de géographie et d’économie politique, Paris, Dunod, 1994 (2 vol.) ; Bourguet, Lepetit et al., op. cit. ; Anne Godlewska, Geography Unbound. French Geographic Science from Cassini to Humboldt, Chicago, University of Chicago Press, 1999 ; Hélène Blais, Isabelle Laboulais-Lesage (dir.), Visages et usages de la géographie française au moment de l’émergence des sciences humaines (fin xviiie-début xixe siècle), colloque de la SFHSH (Paris, janvier 2003), à paraître. Sur les ingénieurs géographes, voir Patrice Bret, « Le Dépôt général de la Guerre et la formation scientifique des ingénieurs-géographes militaires en France (1789- 1830) », Annals of Science, 48 : 2 (1991), 113-157 ; Anne Godlewska, « Napoleon’s Geographers (1797-1815) : Imperialists and Soldiers of Modernity », dans Anne Godlewska, Neil Smith (eds.), Geography and Empire, Oxford(GB)/Cambridge (Mas), Blackwell, 1994, p. 31-53 ; Ghislaine Alleaume, « Entre l’inventaire du territoire et la construction de la mémoire : l’oeuvre cartographique de l’expédition d’Égypte », dans Patrice Bret (dir.), L’expédition d’Égypte…, op. cit., p. 279- 294 ; Valeria Pansini, « L’œil du topographe et la science de la guerre : travail scientifique et perception militaire, 1760-1820 », thèse de l’EHESS, 2002.

28 Par exemple un ouvrage posthume de Lavoisier, publié par sa veuve en 1805 et réédité en fac-similé par Marco Beretta (Lavoisier, Mémoires de physique et de chimie, Bristol, Thoemmes continuum, 2004, 2 vol.). C’est aussi le cas des manuels ou traités, tels que la Géométrie de Sylvestre-François Lacroix (1805), dont Jean Dhombres prépare une édition critique.

29 Monique Pouliquen, Les voyages de Jean-Baptiste Leblond, médecin naturaliste du roi, 1767-1802. Antilles, Amérique espagnole, Guyane, Paris, CTHS, 2001 ; Odile Gannier, Cécile Picquoin, Le voyage du capitaine Marchand (1791), les Marquises et les îles de la Révolution, Tahiti, Au vent des îles, 2003 ; Jacqueline Goy, Les méduses de François Péron et Charles Lesueur, Paris, CTHS, 1995.

30 Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts depuis 1789, Paris, Belin, 1989, 5 vol. ; L’École normale de l’an III, op. cit., et Presses de l’École normale, sous presse (3 vol.) ; Josiane Boulad-Ayoub (éd.), La Décade philosophique comme système, 1794-1807, Rennes, PUR, 2003, 9 vol.

31 Patrice Bret, « Formes et fonctions de la correspondance scientifique autour de la Révolution : Lavoisier, Guyton de Morveau et Berthollet, chimistes et épistoliers (1772-1822) », dans Thérèse Charmasson (dir.), « Les archives scientifiques. Préservation, typologie et utilisations », Gazette des Archives, n° 179 (1997), 355-379 ; Patrice Bret, Michelle Goupil, Emmanuel Grison (eds), A scientific Correspondence during the Chemical Revolution : Louis-Bernard Guyton de Morveau and Richard Kirwan (1782-1802), Berkeley, OHST/University of California, 1994

32 Œuvres de Lavoisier – Correspondance, P. Bret (éd.), vol. 6 (1789-1791) et 7 (1792-1794), Paris, Académie des sciences, 1997 et 2005.

33 Christine Blondel, « L’électricité et le magnétisme au xviiie siècle à travers la bibliothèque virtuelle du CNUM (http ://cnum.cnam.fr) », AHRF, n° 320 (2000), 213-218 ; Anne Godlewska, « Dresser la cartographie napoléonienne de l’Italie : comment et pourquoi ? », ibid., 197-204.

34 Portail d’histoire des sciences et des techniques du CRHST (http ://histsciences.univ-paris1.fr).

35 Responsables : Liliane Hilaire-Pérez (CDHT), Patrice Bret (CRHST/CNRS), Valérie Marchal (INPI), Christiane Demeulenaere-Douyère (CHAN). Ce projet a également reçu le soutien de l’ACI « Histoire des savoirs » (CNRS/ministère de la Recherche).

36 Seules les lettres B et M sont traitées systématiquement dans cette première phase pour les inventeurs. Elles doivent être complétées à partir des projets soumis à l’Académie des sciences et la Société royale de médecine à la même période.

37 Responsables : Patrice Bret, Bruno Delmas, Jean-Louis Fischer, Martine François, Thérèse Charmasson (www.cths.fr).

38 Jean-Luc Chappey, « Les sociétés savantes à l’époque consulaire », AHRF, n° 309 (1997), 451-472.

39 La saisie en ligne est possible, en création ou modification, sous certaines conditions ; les auteurs sont identifiés et les informations validées avant d’être affichées.

40 Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel (L’Évolution de l’humanité), 2000 ; Liliane Hilaire-Pérez, Anne-Françoise Garçon (dir.), Les chemins de la nouveauté : inventer, innover au regard de l’histoire, Paris, CTHS, 2003.

41 AHRF, n° 320, p. 4.

42 Yves Noël, René Taton, « La réforme des poids-et-mesures : I. Origines et premières étapes, 1789- 1791 », dans Œuvres de Lavoisier – Correspondance, op. cit., t. 6 (1997), p. 439-465 (suite à paraître en 2005) ; Ken Alder, The Measure of All Things. The Seven year Odyssey That Transformed the World, New York, Free Press, 2002.

43 Charles C. Gillispie, Science and Polity in France : the Revolutionary and Napoleonic Years, Princeton, Princeton University Press, 2004.

44 Sur ce dernier point : Patrice BRET, « La Méditerranée médiatrice des techniques : regards et transferts croisés durant l’expédition d’Égypte (1798-1801) », dans Bourguet, Nordman et al., op. cit., p. 79-101.

45 Betancourt. Los inicios de la ingenieria moderna in Europa, Madrid, Cehopu-Cedex, 1996. Catalogue d’exposition sous la direction d’Ignacio González Tascón ; Patrice Bret et Eduardo L. Ortiz, « José María de Lanz and the Paris-Cadiz axis to South America », dans Patrice Bret et Irina Gouzévitch (dir.), La mise en place de la communauté internationale d’ingénieurs dans la première moitié du xixe siècle, Paris, CRHST/CSI, 1997, p. 56-77.

46 P. Bret, M. Goupil et E. Grison, op. cit. ; Patrice Bret, « Un bateleur de la science. Le “machinistephysicien” François Bienvenu et la diffusion de Franklin et Lavoisier », AHRF, 2004, n° 1, p. 97-127.

47 João Rui Pita, Farmácia, medicina e saúde pública em Portugal (1772-1836), Coimbra, Minerva História, 1996 ; Víctor Guijarro Mora, Los instrumentos de la ciencia ilustrada. Física experimental en los Reales Estudios de San Isidro de Madrid (1770-1835), Madrid, Uned, 2002 ; Aldo di Biasio, Ingegneri e territorio nel Regno di Napoli, 1800-1860. Carlo Afan De Rivera e il Corpo di Ponti e Strade, Latina, Amministrazione provinciale, 1993.

48 Voir la thèse d’Elizabeth Denton en préparation.

49 Sur ce dernier, voir les travaux de Liliana Schifter et Patricia Aceves Pastrana à Mexico.

50 Hugues Chabot, Enquête historique sur les savoirs scientifiques rejetés à l’aube du positivisme (1750- 1835), Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2002.

51 Patrice Bret, L’État, l’armée, la science, op. cit.

52 Charles C. Gillispie, Science and Polity… the Revolutionary… Years, Introduction, p. 1-6.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search