Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution à l'œuvre

 | 
Jean-Clément Martin

Quatrième partie. Domaines artistiques et intellectuels

Iconographie historique : une approche nouvelle ?

Annie Duprat

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cité par Francis Haskell, L’historien et les images, Gallimard, 1995, p. 185.
  • 2 André Sagnac, Jean Robiquet, La Révolution de 1789, Paris, éditions Nationales, 1939.
  • 3 Marcel Reinhard, La chute de la monarchie, Paris, Gallimard, 1969 ; François Furet, Histoire de Fr (...)
  • 4 Albert Soboul, Pierre Vilar, « la Révolution française vue à travers les expositions historiques » (...)
  • 5 Cité par Mazauric, ibidem, p. 250.

1L’iconographie historique de la Révolution française a une histoire déjà longue, et pourtant méconnue. En effet, tandis que les commémorations successives ont vu se multiplier expositions, livres ou colloques prenant appui, pour tout ou partie, sur des sources figurées, on observe que les historiens donnent le sentiment de les redécouvrir sans cesse, d’en faire la critique scientifique et d’en montrer à la fois l’intérêt et l’originalité, en d’autres termes d’en défendre la position épistémologique. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir constaté l’importance de ces documents aux yeux des contemporains, comme en témoignent les injonctions de Camille Desmoulins à son graveur chargé des illustrations des Révolutions de France et de Brabant ou encore l’œuvre de Boyer de Nîmes, Histoire des caricatures de la révolte des Français, pour ne citer que deux exemples issus de factions opposées. Au cours du xixe siècle, les travaux de Champfleury, d’Augustin Challamel, d’Armand Dayot, des frères Goncourt, de Jules Renouvier, ou de Taine lui-même dans ses Origines de la France contemporaine, ont accordé une grande importance aux productions iconographiques révolutionnaires, suivant les préceptes exposés par l’abbé Bernard de Montfaucon dans l’Antiquité expliquée et représentée en figures : « Souvent, ces estampes nous apprennent bien des particularités que les historiens ne disent pas1. » Enfin, tous les historiens habitués des fonds de la Bibliothèque nationale de France ou du musée Carnavalet à Paris savent reconnaître leur dette envers les grands collectionneurs du xixe siècle, de Michel Hennin au baron de Vinck, en passant par le comte Arthur de Liesville. Dès le début du xxe siècle, André Blum, conservateur au musée du Louvre, soutient une thèse de doctorat portant sur la caricature révolutionnaire et participe à la mise en place d’une exposition au musée de l’Orangerie, La Révolution française d’après les estampes et les dessins de la collection Rothschild en 1939, à l’occasion du cent-cinquantenaire de la Révolution. C’est à la même date que paraît l’ouvrage magistral en deux volumes rédigé par Philippe Sagnac, avec une abondante iconographie réunie par Jean Robiquet2 ; mis à part Marcel Reinhard, très attentif au commentaire des images, et François Furet qui a profité de l’aide de Yann Fauchois pour réaliser l’iconographie, la plupart des ouvrages illustrés publiés au cours des années suivantes, tels ceux d’Albert Soboul ou de Georges Soria, utilisent l’image comme un simple contrepoint illustratif au texte3. Les expositions du cent-cinquantenaire qui se sont déroulées, soit à Paris (musées de l’Orangerie et Carnavalet), soit à Versailles, soit au musée d’histoire de Montreuil ont suscité l’intérêt du jeune Albert Soboul, âgé d’à peine 25 ans, et de Pierre Vilar, qui commentent cette histoire de la Révolution par les images dans un article publié par la Pensée, en juillet 19394. On peut y lire une brève leçon de méthodologie en iconographie historique : « Neuf fois sur dix, le document peint, dessiné ou gravé a une valeur d’anecdote. La valeur historique ne peut donc ressortir que d’une juxtaposition systématique et réfléchie des pièces de ce genre5. »

  • 6 Michel Vovelle (dir.), Iconographie et histoire des mentalités, Paris, CNRS, 1979 ; idem, « La dem (...)
  • 7 Antoine de Baecque, Le corps de l’histoire. Métaphore et politique (1770-1800), Paris, Calmann- Lé (...)
  • 8 Michel Vovelle, op. cit., 1981, p. 20.
  • 9 Bernard Cousin, « La Révolution donnée à voir », dans Martine Lapied, Christine Peyrard (dir.), La (...)
  • 10 Annie Duprat, « Le roi, la chasse et le parapluie, ou comment l’historien fait parler les images » (...)

2Autour du bicentenaire, la réflexion a été reprise, essentiellement sous l’impulsion de Michel Vovelle. En effet, historien pionnier de l’histoire des sensibilités religieuses et des mentalités, il avait déjà interpellé l’ensemble des historiens sur le traitement des sources figurées en histoire de la Révolution, d’abord lors du colloque d’Aix-en-Provence en 1976, puis en 1981 lors de la table ronde organisée par le CNRS, enfin dans son bilan des Recherches sur la Révolution en 1991, et encore à nouveau en 2001 dans la revue Sociétés et représentations6. Dans un constat désabusé, il observe que la réflexion méthodologique sur le traitement de ces sources a été défaillante ; il regrette, sans toutefois les nommer, les travaux qui se seraient enfermés dans la recherche d’un corpus cohérent, et/ou qui auraient été trop marqués par la mode d’un « tout sémiologique » qui n’a pourtant guère eu les faveurs des historiens. Michel Vovelle semble préférer « la stratégie de l’araignée » à partir d’une « source touffue », méthode mise en œuvre par Antoine de Baecque, dans son ouvrage Le corps de l’histoire ; justifiant la sélection et la mise en rapport de sources a priori disparates (textes anonymes et romans, tableaux du grand genre et caricatures par exemple) dans la quête de son objet qui est une histoire des métaphores corporelles pour dire l’histoire politique de la Révolution, A. de Baecque poursuit effectivement un projet original, mais son propos s’éloigne de la source iconographique7. Dans chacune de ses interventions, Michel Vovelle dénonce l’inflation des études de cas, l’obsession de la constitution d’un corpus (à cause de la massivité des sources qui rend les études sérielles absolument nécessaires). En 1981, il posait aussi la question des événements oubliés par l’image (la Grande Peur, mais on peut aussi rajouter les guerres de Vendée : une réflexion conceptuelle sur cette question n’a toujours pas été entreprise). Inventant le terme de « source électroscope8 » pour qualifier l’image, il pose ensuite la question du décryptage du contenu culturel de l’image, qui est plus aisé dans la longue durée que dans le temps court de l’événement révolutionnaire. Mais le bilan rétrospectif qu’il dresse en 2001 est bien pessimiste ; après l’épuisement de l’histoire des mentalités, on constaterait la fragilité d’une histoire des représentations qui ne serait faite que par la mise bout à bout de séries d’études de cas, mais aussi au rejet des méthodes de traitement de l’iconographie qui, je cite, « risquaient de l’enfermer là encore dans une démarche strictement descriptive ». Les critiques de Michel Vovelle sont trop sévères car, comme l’a récemment souligné Bernard Cousin : « Dans les années 1970, par des voies quelque peu détournées des études sur la fête révolutionnaire et sur la symbolique républicaine, l’image se constitue en document9. » Dans les années 1990 encore, Pascal Dupuy, spécialiste de la gravure et de la caricature anglaises, et moi-même, pour les images françaises, avons multiplié des études de cas, mais toujours dans la perspective d’un travail de synthèse ; par ailleurs, nous avons posé des jalons théoriques d’une réflexion méthodologique sur l’utilisation de l’iconographie révolutionnaire10. Cette abondance de points de vue divergents révèle la complexité de la source iconographique et de son traitement.

La production du bicentenaire : directions de recherche

  • 11 Jean-François Heim, Claire Béraud, Philippe Heim, Les salons de la Révolution, Paris, CAC Éditions (...)
  • 12 Annie Duprat, « La construction de la mémoire par les gravures. Carle Vernet et les Tableaux histo (...)
  • 13 Claudette Hould, Annie Jourdan, Rolf Reichardt, Stéphane ROY, La Révolution par la gravure. Les Ta (...)
  • 14 Jean-Charles Benzaken, « De l’effigie de Louis XVI à celle de la République. Iconographie numismat (...)

3La source est abondante car les contemporains de la Révolution ont constamment eu le souci de fixer les événements dont ils étaient les acteurs ou les spectateurs, ce dont témoignent les programmes assignés aux artistes pour le concours de l’an II, ou encore pour les Salons révolutionnaires (même s’ils ne donnent pas les résultats escomptés et si la figure de David ne doit pas cacher la forêt des peintres traditionnels11). Il faut compter encore avec les multiples estampes vendues à la pièce, qui ont servi de support à la plupart des travaux réalisés depuis le bicentenaire comme on le verra plus loin, ou avec les illustrations insérées dans certains périodiques, ou encore les nombreuses séries gravées, des Tableaux historiques de Prieur et Berthault aux Principales journées de la Révolution de Monnet et Helman, en passant par les Gravures historiques de Janinet, ou enfin aux Tableaux historiques des campagnes d’Italie réalisés sur commande officielle par Carle Vernet à partir de 1798, ceci mesure la permanence, entre mécénat et obligation, entre inspiration artistique personnelle et cahier des charges de la commande, des liens entre le pouvoir exécutif et les artistes12. L’étude minutieuse du groupe international réuni autour de Claudette Hould et des Tableaux historiques de la Révolution française a permis de relier la genèse du projet aux travaux d’une « Société d’artistes » autour de L’épine et Niquet, dès l’été 1789, et de confronter les variantes des textes et des images, édition par édition jusqu’en 1817, ainsi que leurs adaptations allemandes ou hollandaises13. Hormis les tableaux et les gravures, il faut mentionner les objets décorés, tissus ou faïences, qui contribuent à créer un nouvel environnement culturel révolutionnaire, mais les études ponctuelles n’ont encore donné ni synthèse, ni résultats globaux satisfaisants. Jean-Charles Benzaken, en étudiant les monnaies et les médailles, a mis en évidence la pérennité de la figure traditionnelle d’Hercule et montré l’ambiguïté de ses rapports avec celle du colosse, censé représenter le peuple, que David voulait faire ériger sur le Pont-Neuf, en brumaire an II ; il montre aussi que le passage de la monarchie à la République s’est fait sans que les monnaies en rendent compte, pour des raisons de résistance de l’objet et de sa technique de fabrication, puisque Louis XVI continue à figurer sur les pièces frappées même après le 10 août 179214. Tandis que les historiennes du Gender, comme Lynn Hunt ont repensé la question du sens politique à donner à la figure d’Hercule (symbole d’une Révolution radicale), J.-C. Benzaken montre que les Hercule ne cèdent guère de terrain à l’image féminine de la Liberté, future figure de la République.

  • 15 Antoine de Baecque La caricature révolutionnaire, Paris, CNRS, 1988 ; Claude Langlois, La caricatu (...)
  • 16 Annie Duprat, Le roi décapité, essais sur les imaginaires politiques, Paris, Cerf, 1992.
  • 17 Pascal Dupuy, L’Angleterre face à la Révolution : la représentation de la France et des Français à (...)
  • 18 Annie Duprat, Les rois de papier. La caricature de Henri III à Louis XVI, Paris, Belin, 2002.
  • 19 Claude Langlois, Les sept morts du roi, Paris, Anthropos-Économica, 1992.

4Le bicentenaire a vu la publication des deux livres parallèles d’Antoine de Baecque et de Claude Langlois sur la caricature, dans son versant révolutionnaire et contre-révolutionnaire15 ; bien que très différentes dans leur approche du même sujet, ces deux études marquent une inflexion dans le traitement des sources iconographiques en histoire. En effet, Claude Langlois fait de la source figurée le corps même de son travail, en prenant successivement et individuellement l’histoire des trois acteurs de l’offensive de propagande royaliste par l’image dont il repère la mise en place au cours de l’année 1791 (Boyer-Brun, Gauthier de Syonnest et Michel Wébert) tandis qu’Antoine de Baecque, dans la lignée de Champfleury, étudie les conditions matérielles du commerce de l’estampe et passe en revue les principales thématiques à l’œuvre (la scatologie, le bestiaire, la monstruosité, le roman familial, etc.). Livres scientifiques autant que recueils illustrés magnifiquement édités, ces deux ouvrages s’inscrivaient alors dans un sujet en plein renouvellement, comme a pu en témoigner la publication d’une version abrégée de ma thèse, Le roi décapité, en 1992, dont le projet était de saisir l’émergence d’une opinion publique façonnée par les pamphlets et par les caricatures16. Quinze années après, le chantier s’est ouvert à d’autres horizons géographiques, avec les travaux de Pascal Dupuy sur l’image de la Révolution française dans la gravure anglaise17, et à d’autres siècles avec mon étude comparée de deux rois, Henri III et Louis XVI, qui déplace le dossier de la critique de la personne royale du temps court de Varennes au temps long d’un essai d’histoire de la propagande par l’image18. Les caricatures, presque toujours anonymes, largement diffusées et à bas prix, comportent une charge de dénigrement et de violence qui leur ont donné le statut d’arme politique de propagande aux yeux de leurs historiens, comme en témoigne le livre de Claude Langlois, Les sept morts du roi, étude réalisée à partir de la caricature contre-révolutionnaire, qui a pu montrer que les « amis du roi » étaient en fait ses meilleurs ennemis19.

Des études de cas à la synthèse

  • 20 Michel Vovelle (dir.), L’image de la Révolution française, Oxford, Pergamon Press, 1989, 4 volumes
  • 21 Voir les contributions de Robert Chagny, Marie-Valérie Poinsot, Gérard Sabatier, Elizabeth Liris, (...)

5Les études de cas se sont multipliées à l’occasion du Congrès mondial de 1989 dont l’une des cinq sections thématiques, « diffusion et propagation de l’image de la révolution » portait peu ou prou sur l’iconographie20 ; dès 1985, lors du premier colloque du bicentenaire, plusieurs études ont porté en particulier sur la représentation des trois ordres, sur l’utilisation des différentes figures de l’allégorie et des thématiques révolutionnaires (comme le triangle), sur toute une iconographie variée, des sabres patriotiques au bonnet phrygien dans les vignettes révolutionnaires et autres « Hercule », sans oublier les caricatures, françaises, anglaises ou italiennes21. Nombre de ces dossiers, que l’on aurait pu considérer a priori comme pointillistes, ont conduit à des synthèses conduites par des historiens travaillant prioritairement à partir des sources iconographiques. Tel est le cas du bonnet rouge. La question de la signification et du port du bonnet rouge est centrale dans les études révolutionnaires. Un nom se détache parmi les historiens ayant traité de cette question : Richard Wrigley. En 1986, partant d’une interrogation sur la signification de ce bonnet, « entre culture classique et culture populaire », où il cherche à repérer les inflexions (dans le visuel comme dans le discours) entre le bonnet phrygien, le bonnet de la liberté et le bonnet rouge, Richard Wrigley observe que :

  • 22 Richard Wrigley, « Le bonnet de la liberté : culture classique et culture populaire », Les droits (...)

« Le bonnet tricolore remplaçait le bonnet rouge au moment où l’usage du bonnet phrygien devenait plus répandu. Rien ne paraît signaler une décision prise au niveau gouvernemental en faveur de la normalisation de la forme phrygienne du bonnet de la liberté. Mais il ne faudrait pas pour autant nier l’importance de cette transformation comme facteur favorable à la création d’un emblème qui, tout en unissant les couleurs nationales à la forme classique évitait les associations populaires et radicales du bonnet rouge et donc convenait précisément aux aspirations post-thermidoriennes vers la consolidation d’un régime qui soit à la fois républicain et bourgeois22. »

  • 23 Richard Wrigley, « Transformations of a revolutionary emblem : the liberty cap in the French Revol (...)
  • 24 Richard Wrigley, « Revolutionary relics : on the history of French revolutionary dress », Renaissa (...)
  • 25 Nicole Pellegrin, Les vêtements de la Liberté abécédaire des pratiques vestimentaires en France de (...)
  • 26 Richard Wrigley, The Politics of Appearances. Representations of Dress in Revolutionary France, Ox (...)

6Préoccupé par la mise en évidence de la terminologie la plus précise possible concernant toutes les sortes de bonnet, Richard Wrigley poursuit son travail dans deux directions : un approfondissement de la question du bonnet23 et en une extension à l’ensemble des costumes révolutionnaires dans un article publié en 198924, dans la lignée de l’ouvrage de Nicole Pellegrin sur les vêtements de la liberté25. Chemin faisant, Wrigley construit son objet jusqu’à l’ouvrage de synthèse, La politique des apparences, étude d’histoire culturelle qui réunit des considérations sur les sensibilités de l’époque grâce à une soigneuse mise en relation de différents langages, celui du costume et celui de la parole d’assemblée avec celui de la rue ou des feuilles de presse, celui des textes normatifs concernant en particulier les avatars du port du bonnet de la liberté et les témoignages des mémorialistes ou les évidences de la représentation figurée, ces deux dernières sources étant traitées avec la prudence qui convient26. Cet ouvrage de synthèse est très convaincant, tant par la minutie dans le traitement de sources variées que dans les problématiques qui sont à l’œuvre.

  • 27 Rolf Reichardt, « Light against darkness », Representations, n° 61, winter 1998, p. 95-148 ; idem, (...)
  • 28 Rolf Reichardt, « Visuelle mnemotechniken und satirische Vergegenwärtigungen in der europäischen D (...)
  • 29 Jean-Charles Benzaken, « Hercule dans la Révolution française ou les “nouveaux travaux d’Hercule”, (...)
  • 30 Antoine de Baecque, « Iscariote, géant aristocrate ou l’image-monstre de la Révolution », AHRF, n° (...)
  • 31 Annie Duprat, « L’affaire du collier de la reine », dans Christian Delporte, Annie Duprat (dir.), (...)
  • 32 Rolf Reichardt, Hans-Jürgen Lüsebrink, Die Bastille : zur Symbolgeschichte von Herrschaft und Frei (...)

7La démarche de Rolf Reichardt est à la fois proche et radicalement différente de celle de Richard Wrigley : proche parce que Reichardt part toujours de la source iconographique, différente parce que les sources qu’il a choisi d’étudier sont beaucoup plus diverses (leur point commun étant de se situer toujours dans l’imagerie), et parce que les thématiques croisées sont très disparates. Un premier champ d’études de R. Reichardt peut être grossièrement rappelé sous le terme englobant de la thématique de l’ombre et de la lumière : R. Reichardt recherche la représentation iconographique du concept de lumières, au cours d’un long xviiie siècle, englobant les Cent-Jours. Ce travail, publié d’abord en 1998 ne cesse d’être repris et développé par son auteur ; notons ici le croisement avec les écrits de Werner Schneiders, spécialiste d’histoire littéraire27. Par ailleurs, en examinant les sources iconographiques les plus nombreuses sur la durée la plus longue28, R. Reichardt revisite la question de la politisation de l’iconographie, en particulier l’imagerie populaire, en présentant différents thèmes constamment à l’œuvre : la procession funèbre, le pressoir patriotique, et surtout les Hercule de toutes formes, ce qui le conduit, comme souvent lorsque l’on travaille dans la longue durée, à minorer l’idée d’une éventuelle radicalité révolutionnaire en ce domaine, comme l’avait déjà constaté Jean-Charles Benzaken dans un article très érudit29. La mise en perspective des images sur une durée assez longue montre que les monstres de l’iconographie révolutionnaire, avec de nouvelles identités (comme le géant Iscariote, naguère étudié par Antoine de Baecque comme une nouvelle figure de l’aristocrate honni30) appartiennent à une thématique médiévale, comme en témoigne aussi la réapparition de la figure de la reine/harpie Marie-Antoinette, deux siècles après le roi/chimère Henri III31. R. Reichardt s’est également intéressé aux figures (images et représentations) de la Bastille afin de déterminer, selon ses propres termes, les phases de la construction de « l’imaginaire social d’un mythe fondateur national ». Nous nous trouvons ici à la croisée des chemins entre l’événement et son image, entre son histoire factuelle, sa représentation immédiate et sa mémoire dans les décennies à suivre. R. Reichardt dépasse l’objet strictement révolutionnaire pour aller étudier des textes et des images à la fois antérieurs et postérieurs au 14 juillet 1789. Ce travail minutieux a été décliné en plusieurs articles et un livre de synthèse réalisé avec la collaboration de Hans-Jürgen Lüsebrink en 1990, Die Bastille32. Grâce à cet exemple, on peut mesurer combien l’étude de cas, qui doit être érudite mais aussi replacée dans une perspective ample, permet d’aboutir à des conclusions de synthèse du plus grand intérêt.

  • 33 Annie Jourdan, « L’allégorie révolutionnaire. De la Liberté à la République », xviiie siècle, n° 3 (...)
  • 34 Antoine De Baecque, « The allegorical image of France, 1750-1800 : a political crisis of represent (...)

8Comme Hercule, l’iconographie de la Liberté, figure en gestation de la République, ne cesse d’interpeller les historiens, de Jean-Charles Benzaken à Rolf Reichardt, d’Annie Jourdan à Antoine de Baecque et à Lynn Hunt. Annie Jourdan a développé quelques études de cas en les insérant dans une réflexion plus large fondée sur la lecture des livres d’iconologie et des philosophes du xviiie siècle dans deux articles et un livre importants33. S’attachant aux allégories féminines de la Liberté, puis de la République, elle en montre l’ancienneté et les multiples variations à la marge, dans les attributs (comme la place du bonnet ou du chapeau, ce qui lui permet un détour comparatiste avec les Pays-Bas) ou dans les mises en scène. Lorsque Antoine de Baecque reprend à son tour le dossier de l’image allégorique de la France, il l’étend dans un champ chronologique englobant l’Ancien Régime (1750-1800), ce qui, d’emblée, minore le regard de rupture posé sur la Révolution ; ses perspectives méthodologiques croisant celles de Maurice Agulhon et de Walter Benjamin, il dispose d’un corpus (la « source touffue ») qui est homogène dans les sous-groupes mais hétérogène dans son ensemble, puisqu’il choisit à la fois des tableaux, des allégories tirées des livres d’iconologie figurant sur les en-têtes de lettres, des statues (réalisées ou projetées, comme la statue du peuple français que David voulait faire placer sur toutes les frontières du royaume) et toutes sortes d’images plus grossières. Dérogeant avec ses propres présupposés méthodologiques d’une histoire non quantitative, il procède à un décompte et à une description des figures de Liberté (qu’il identifie comme des figures de la République) qui confirme l’exemplarité du choix fait par Grégoire et Camus pour le sceau des Archives nationales car les deux tiers de ces allégories sont debout, de face, avec pique et bonnet34.

  • 35 Politics, Culture and Class in the French Revolution, Berkeley, University of California Press, 19 (...)
  • 36 Lynn Hunt, « Pourquoi la République est-elle une femme ? La symbolique républicaine et l’oppositio (...)
  • 37 Joan Landes, Women and the Public Sphere in the Age of a Democratic Revolution, Ithaca (New York)/ (...)
  • 38 Joan Landes, Visualizing the Nation. Gender, Representation and Revolution in eighteenth-century F (...)

9Lynn Hunt utilise l’iconographie de façon très différente quand elle interroge les questions symboliques en faisant, selon ses propres termes « l’épistémologie et la psychologie du signe », car elle ouvre la question de la représentation de la Liberté vers le débat de l’opposition des genres dans la figuration de la République, entre Hercule et « Marianne » ; depuis son ouvrage classique35 de 1984, elle a continué à ouvrir le champ de l’histoire aux interrogations plus psychanalytiques sur ce qui se joue pendant la Révolution, en particulier dans « le roman familial36 ». Autre historienne du « Gender », Joan Landes37, s’empare des sources iconographiques pour ses recherches, en reprenant de façon très serrée le dossier de l’iconographie féminine, tout particulièrement celui du corps de la femme dans ses différents rôles, la Liberté bien sûr, parfois la République, qui devient parfois encore la Nation, mais aussi les mères et les courtisanes, les institutrices et les tricoteuses, les modèles de vertu révolutionnaire et les monstres, avec encore une fois Marie-Antoinette transformée en harpie38. Elle montre comment la politisation se fait par les sentiments et les émotions et, malgré la relégation de la position de la femme à l’écart de l’événement révolutionnaire et du droit de citoyenneté, la figuration de la Nation sous des traits féminins a rendu plus affective la relation des citoyens à la France nouvelle.

  • 39 Valérie Mainz, Women at Work, Men in Labour. Work and Image in the French Revolution, Leeds, Unive (...)

10Hommes et femmes en Révolution sont des citoyens, mais sont aussi des travailleurs. Une seule recherche iconographique sur ce sujet a été entreprise, qu’il est difficile de classer car il s’agit du catalogue d’une exposition qui s’est déroulée à Leeds puis à Vizille en 1998. Le travail de Valérie Mainz est tout à fait remarquable39, et son propos est de repérer, de collationner et de commenter 80 gravures portant sur le monde du travail pendant la Révolution, thème exceptionnel dans les études iconographiques, largement dominées par l’histoire politique et/ou culturelle de la période.

Du discontinu au tout

  • 40 Claudette Hould, « La construction de la mémoire de l’événement à travers les estampes : le cas du (...)
  • 41 James Leith, Space and Revolution, Projects for Monuments, Squares and Public Buildings in France, (...)

11Ainsi, la relecture dans la continuité de ces travaux permet d’y voir un renouvellement ou, au moins, un enrichissement de l’écriture de l’histoire. Rappelons par exemple l’article de Claudette Hould présentant les différentes phases de la construction de la mémoire du serment du Jeu de Paume qui s’inscrit dans l’ensemble de ses travaux sur le fonctionnement de l’iconographie dans une société en Révolution, et renvoie à la recherche collective sur les Tableaux Historiques de la Révolution Française qu’elle a dirigée40. Lorsque James Leith s’intéresse de près aux métamorphoses du triangle en Révolution, c’est parce qu’il a entrepris un grand ouvrage sur l’architecture révolutionnaire, Space and Revolution, ce qui lui permet de présenter ensuite une réflexion sur la dimension du visuel dans l’histoire culturelle de la Révolution française41. Par ailleurs, le rôle de la gravure dans les transferts culturels européens aux xviiie et xixe siècles a retenu l’attention conjointe d’historiens et d’historiens d’art réunis au printemps 2002 à Ascona (Suisse) autour de Rolf Reichardt et de Philippe Kaenel. J’ai présenté à cette occasion les conditions méthodologiques d’élaboration d’un dictionnaire européen du bestiaire politique à l’époque moderne, dans lequel la Révolution tiendra une large place. La rencontre d’Ascona montre que le rapprochement entre les historiens et les historiens de l’art est possible quand leurs perspectives sont identiques et qu’ils acceptent, les uns de consacrer une partie de leurs travaux aux sources iconographiques, les autres de ne pas se laisser enfermer dans des questions d’attribution et de techniques. Les historiens de l’art continuent à progresser dans leurs recherches en histoire de la Révolution comme en témoignent deux livres remarquables, dus à Thomas Crow et à Warren Roberts.

  • 42 Thomas Crow, L’atelier de David. Émulation et Révolution, Paris, Gallimard, 1997.

12Le premier, traduit en français dès 1997 sous le titre L’atelier de David. Émulation et Révolution42 reconstitue les sociabilités entretenues à l’intérieur d’un réseau constitué des élèves et des amis de David, pendant une période assez longue, des années 1770 à la mort de David, qui joue dans ce livre un rôle du père, du transmetteur à la fois des inspirations artistiques et des idéaux de la Révolution. L’apport majeur du travail de Thomas Crow est de réévaluer deux figures, celle de Jean-Germain Drouais, en qui David plaçait beaucoup d’espérances, mort trop jeune en 1788, et celle d’Anne-Louis Girodet-Trioson. Dans un monde de la révolution qui serait un « monde sans pères », comme l’écrivent nombre d’historiens d’Outre-atlantique, la figure de David s’impose ici comme une figure tutélaire, paternelle et inspirante.

  • 43 Warren Roberts, The Public, the Populace and Images of the French Revolution. Jacques-Louis David (...)
  • 44 Warren Roberts, Jacques-Louis David Revolutionary Artist. Art, Politics and the French, Chapel Hil (...)

13Le second ouvrage qu’il convient de saluer est celui que Warren Roberts, a consacré à l’étude de deux figures bien différentes, David et Prieur43. Les deux artistes ont cheminé en parallèle pendant la Terreur, même si le second a été guillotiné après Thermidor en raison de son action au tribunal révolutionnaire entre autres, tandis que la position artistique du premier n’a guère été mise en péril. Warren Roberts, bon connaisseur de David à qui il avait déjà consacré un ouvrage en 199244 a eu le mérite de s’attacher à étudier la figure beaucoup plus sombre de Jean-Louis Prieur, le pivot de l’entreprise des Tableaux historiques de la Révolution, dont on ne savait pas grand chose ! L’objet du livre de W. Roberts est d’étudier les œuvres de Prieur et de David comme si elles étaient des témoignages de la Révolution, des documents à replacer dans leur contexte afin de comprendre l’événement, en employant un concept post-marxiste, c’est-à-dire, en évaluant la part relative de l’opinion publique et celle des forces populaires (ce dont rend compte l’intégralité du titre : « public and populace ») au centre de l’explication, à la place du concept de « bourgeoisie ». Il montre aussi que l’irruption de la violence dans les rues et dans le déroulement des journées révolutionnaires ne peut pas toujours être lue sous la grille d’une opinion publique à l’œuvre mais doit parfois être considérée sous l’angle de la psychanalyse.

  • 45 Lynn Hunt, Le roman familial de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1995.
  • 46 Jacques André, La Révolution fratricide. Essai de psychanalyse du lien social, Paris, PUF, 1993, p (...)

14Cette perspective est également celle qu’a développé l’historienne Lynn Hunt dans un ouvrage publié aux États-Unis en 1992 et traduit en français dès 1995 sous le titre Le roman familial de la Révolution française45, tandis qu’en 1993 paraissait l’étude de Jacques André, La révolution fratricide46. Ce dernier recherche les invariants du lien social en se posant la question « à quelles sources pulsionnelles les hommes puisent-ils ce qui les rassemble et ce qui les divise ? » et montre que le régicide, « sacrifice fondateur raté » ne permet pas à la République de s’établir parce qu’il introduit un déséquilibre dans la horde primitive dont la République ne se remettra pas de sitôt. À partir de différentes études des tableaux de David, Jacques André montre donc la Révolution comme une lutte constante des frères entre eux, la Terreur pouvant être résumée sous le vocable « la fraternité ou la mort ». Lynn Hunt, utilisant une iconographie plus diverse qu’elle croise avec des références littéraires (théâtre, nouvelles et romans), montre aussi l’éclatement de la famille, mais en la replaçant dans la longue durée du xviiie siècle dont les romans montrent l’affaiblissement de la figure du père ; mais, pour elle, les frères ne peuvent pas jouer le rôle du père absent, et la révolution entérine la constitution de l’individu isolé, par l’arsenal législatif en particulier et par les procédures de la démocratie en marche.

  • 47 Annie Duprat, « Autour de Villeneuve, le mystérieux auteur de la gravure La contre-révolution », A (...)

15Ce survol de l’iconographie historique révolutionnaire permet de constater que la diversité de ses approches, et in fine, de ses acquis, ne tient pas tant à la formation initiale des chercheurs qu’au projet thématique poursuivi : une histoire culturelle des représentations, une histoire politique des opinions, une histoire symbolique du lien social, une histoire matérielle de l’objet et de ses conditions de fabrication, etc. Mais quelques interrogations formulées au moment du bicentenaire demeurent en l’état : pourquoi certains événements ont-ils été davantage célébrés par l’image tandis que d’autres sont tout simplement oubliés ? Quel rapport entretient l’image avec l’événement, quand on sait qu’il est très difficile de dater la publication d’estampes ? L’iconographie historique requiert, comme toutes les autres sources, minutie, lenteur et érudition, au risque de construire de belles synthèses sur des données erronées. Le second regret tient à l’absence d’un travail de synthèse reliant diverses études de cas portant sur les artistes de second ordre, auteurs de ces estampes populaires qui peuplent l’univers visuel des hommes et des femmes de la Révolution tout en assumant leur statut de citoyen, comme Bance, Louvion ou Villeneuve47.

Notes

1 Cité par Francis Haskell, L’historien et les images, Gallimard, 1995, p. 185.

2 André Sagnac, Jean Robiquet, La Révolution de 1789, Paris, éditions Nationales, 1939.

3 Marcel Reinhard, La chute de la monarchie, Paris, Gallimard, 1969 ; François Furet, Histoire de France, la Révolution, 1770-1880, Paris, Hachette, 1988 ; Albert Soboul, La civilisation de la Révolution, Paris, Arthaud, vol. 1, 1970, vol 2, 1982, vol. 3, 1983 ; Georges Soria, Grande histoire de la Révolution, Paris, Bordas, 1987.

4 Albert Soboul, Pierre Vilar, « la Révolution française vue à travers les expositions historiques », La Pensée, n° 2, juil-sept. 1939, cité par Claude Mazauric, Soboul, un historien en son temps, Éditions d’Albret, 2004, p. 233-250.

5 Cité par Mazauric, ibidem, p. 250.

6 Michel Vovelle (dir.), Iconographie et histoire des mentalités, Paris, CNRS, 1979 ; idem, « La demande de l’histoire dans le champ de l’iconographie », dans Jean-Marie Mayeur (dir.), Les historiens et les sources iconographiques, CNRS/IHMC, 1981, p. 11-20 ; idem, « L’iconographie : une approche de la mentalité révolutionnaire », dans Antoine de Baecque, Michel Vovelle (dir.), Recherches sur la Révolution, Paris, IHRF/La Découverte, 1991, p. 148-163 ; id., « Des mentalités aux représentation », entretien avec Christian-Marc Bosséno, Sociétés et représentations, n° 12, oct. 2001, p. 17-28.

7 Antoine de Baecque, Le corps de l’histoire. Métaphore et politique (1770-1800), Paris, Calmann- Lévy, 1993. La gravure du Serment du Jeu de Paume y est reproduite à l’envers.

8 Michel Vovelle, op. cit., 1981, p. 20.

9 Bernard Cousin, « La Révolution donnée à voir », dans Martine Lapied, Christine Peyrard (dir.), La Révolution française au carrefour des recherches, Aix-en-Provence, PUP, coll. « Le temps de l’histoire », 2003, p. 325-338.

10 Annie Duprat, « Le roi, la chasse et le parapluie, ou comment l’historien fait parler les images », Genèses, n° 27, 1997, p. 109-124 ; Pascal Dupuy, « Iconographie, iconophilie et Révolution française », Trames, n° 3-4, 1998, p. 253-262.

11 Jean-François Heim, Claire Béraud, Philippe Heim, Les salons de la Révolution, Paris, CAC Éditions, 1989 ; Thomas Crow, L’atelier de David, Paris, Gallimard, 1997.

12 Annie Duprat, « La construction de la mémoire par les gravures. Carle Vernet et les Tableaux historiques des campagnes d’Italie », dans Les intellectuels européens et la campagne d’Italie (1796-1798), Münster, Nodus Publikationen, 1999, p. 199-208 ; Pascal Dupuy, « La campagne d’Italie dans les gravures anglaises sous le Directoire : diffusion et interprétation (1796-1798) », dans ibidem, p. 209-231.

13 Claudette Hould, Annie Jourdan, Rolf Reichardt, Stéphane ROY, La Révolution par la gravure. Les Tableaux historiques de la Révolution française, une entreprise éditoriale d’information et sa diffusion en Europe (1791-1817), catalogue d’exposition, RMN et Musée de la Révolution française à Vizille, 2002.

14 Jean-Charles Benzaken, « De l’effigie de Louis XVI à celle de la République. Iconographie numismatique du passage de la monarchie constitutionnelle à la République (août 1792-avril 1793) », dans Ian Germani, Robin Swales (dir.), Symbols, myths and images of the French Revolution, University of Regina, Canada, 1998.

15 Antoine de Baecque La caricature révolutionnaire, Paris, CNRS, 1988 ; Claude Langlois, La caricature contre-révolutionnaire, Paris, CNRS, 1988.

16 Annie Duprat, Le roi décapité, essais sur les imaginaires politiques, Paris, Cerf, 1992.

17 Pascal Dupuy, L’Angleterre face à la Révolution : la représentation de la France et des Français à travers la caricature (1789-1802), thèse de doctorat d’histoire, Claude Mazauric (dir.), Rouen, 1998.

18 Annie Duprat, Les rois de papier. La caricature de Henri III à Louis XVI, Paris, Belin, 2002.

19 Claude Langlois, Les sept morts du roi, Paris, Anthropos-Économica, 1992.

20 Michel Vovelle (dir.), L’image de la Révolution française, Oxford, Pergamon Press, 1989, 4 volumes.

21 Voir les contributions de Robert Chagny, Marie-Valérie Poinsot, Gérard Sabatier, Elizabeth Liris, Christian-Marc Bosséno, Antoine de Baecque, Michel Jouve, Annie Duprat, dans Michel Vovelle (dir.), Les images de la Révolution, Publications de la Sorbonne, 1988.

22 Richard Wrigley, « Le bonnet de la liberté : culture classique et culture populaire », Les droits de l’homme et la conquête des libertés, Grenoble-Vizille, 1986, p. 349-355.

23 Richard Wrigley, « Transformations of a revolutionary emblem : the liberty cap in the French Revolution », French History, 1997, vol. 11, n° 2, p. 131-169.

24 Richard Wrigley, « Revolutionary relics : on the history of French revolutionary dress », Renaissance and Modern Studies, 1989, vol. 30, p. 79-88.

25 Nicole Pellegrin, Les vêtements de la Liberté abécédaire des pratiques vestimentaires en France de 1780 à 1800, Aix-en-provence, Alinéa, 1989.

26 Richard Wrigley, The Politics of Appearances. Representations of Dress in Revolutionary France, Oxford, Berg, 2002.

27 Rolf Reichardt, « Light against darkness », Representations, n° 61, winter 1998, p. 95-148 ; idem, « Visualiser la logomachie entre Lumières et Ténèbres. Les étranges métamorphoses de l’éteignoir dans les estampes (1789-1830) », Des notions-concepts en Révolution autour de la liberté politique à la fin du xviiie siècle, Société des études robespierristes, 2003, p. 15-38 ; Werner Schneiders, « Images of light before, during and after the Age of Enlightenment », Visualisation, dans Roland Mortier (dir.), European Science foundation, Berlin, Verlag Arno Spitz, 1999, p. 1-11 ; idem, « Is there such a thing as Enlightenment art », dans ibidem, p. 31-38.

28 Rolf Reichardt, « Visuelle mnemotechniken und satirische Vergegenwärtigungen in der europäischen Druckgraphik des 18. Jahrhunderts », dans Christoph Danelzik-Brüggemann, Rolf Reichardt (dir.), Déjà-vu in Literatur und Bildender kunst, Munich, 2003, p. 327-350.

29 Jean-Charles Benzaken, « Hercule dans la Révolution française ou les “nouveaux travaux d’Hercule”, 1789-1799 », dans Michel Vovelle (dir.), Les images de la Révolution française, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988, p. 203-214.

30 Antoine de Baecque, « Iscariote, géant aristocrate ou l’image-monstre de la Révolution », AHRF, n° 289, 1992/3, p. 322-332.

31 Annie Duprat, « L’affaire du collier de la reine », dans Christian Delporte, Annie Duprat (dir.), L’événement, images, représentation, mémoire, Paris, Créaphis, 2003, p. 13-31.

32 Rolf Reichardt, Hans-Jürgen Lüsebrink, Die Bastille : zur Symbolgeschichte von Herrschaft und Freiheit, Fischer Taschenbuch Verlag 1990, traduction The Bastille a History of a Symbol of Despotism and Freedom, Duke University Press, 1997 ; idem, « La construction d’un événement-clé historique par l’image : le cas du 14 juillet 1789 », dans Annie Duprat, Michèle Ménard (dir.), Histoire, images, imaginaires, Le Mans, 1998, p. 353-364 ; id., « L’imaginaire social d’un mythe fondateur national : le cas de la Bastille et du patriote Palloy », Nouvelles de l’estampe, n° 154-155, oct. 1997, p. 3-24.

33 Annie Jourdan, « L’allégorie révolutionnaire. De la Liberté à la République », xviiie siècle, n° 37, 1995, p. 503-532 ; idem, « Libertés du xviiie siècle, concepts et images », Visualisation, op. cit., p. 39-58 ; id., Les monuments de la Révolution. Une histoire de représentation, Paris, Champion, 1997.

34 Antoine De Baecque, « The allegorical image of France, 1750-1800 : a political crisis of representation », Representations, 47, summer 1994, p. 111-145.

35 Politics, Culture and Class in the French Revolution, Berkeley, University of California Press, 1984.

36 Lynn Hunt, « Pourquoi la République est-elle une femme ? La symbolique républicaine et l’opposition des genres », dans Révolution et République. L’exception française, Paris, Kimé, 1994, p. 358-365 ; point de vue très différent d’Elizabeth Liris, « De la république officieuse aux républiques officielles », dans ibidem, p. 366-375.

37 Joan Landes, Women and the Public Sphere in the Age of a Democratic Revolution, Ithaca (New York)/London, Cornell University Press, 1988.

38 Joan Landes, Visualizing the Nation. Gender, Representation and Revolution in eighteenth-century France, Ithaca (New-York)/London, Cornell University Press, 2001.

39 Valérie Mainz, Women at Work, Men in Labour. Work and Image in the French Revolution, Leeds, University Gallery, 1998.

40 Claudette Hould, « La construction de la mémoire de l’événement à travers les estampes : le cas du Serment du Jeu de Paume », Histoire, images, op. cit., p. 341-352 ; idem, « La propagande d’État pendant la Terreur », Les images de la Révolution, op. cit., p. 29-38.

41 James Leith, Space and Revolution, Projects for Monuments, Squares and Public Buildings in France, 1789-1799, Kingston, Mc Gill-Queen’s University Press, 1991 ; idem, « The Terror : adding the cultural dimension », Symbols, Myths and Images, op. cit., p. 3-16 ; id., « Les étranges métamorphoses du triangle pendant la Révolution française », Les images de la Révolution, op. cit., p. 351-359.

42 Thomas Crow, L’atelier de David. Émulation et Révolution, Paris, Gallimard, 1997.

43 Warren Roberts, The Public, the Populace and Images of the French Revolution. Jacques-Louis David and Jean-Louis Prieur, Revolutionary Artists, New York, State University of New York Press, 2000.

44 Warren Roberts, Jacques-Louis David Revolutionary Artist. Art, Politics and the French, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1992.

45 Lynn Hunt, Le roman familial de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1995.

46 Jacques André, La Révolution fratricide. Essai de psychanalyse du lien social, Paris, PUF, 1993, p. 43.

47 Annie Duprat, « Autour de Villeneuve, le mystérieux auteur de la gravure La contre-révolution », AHRF, 1997, n° 3, p. 423-439.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540