Version classiqueVersion mobile

La Révolution à l'œuvre

 | 
Jean-Clément Martin

Première partie. Société et institutions

Histoire du genre en Révolution

Martine Lapied

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Sans entrer dans les débats autour de l’utilisation du terme même de Genre, cette étude cherche en priorité à évoquer les interactions entre Histoire du Genre et Histoire de la Révolution. Si l’histoire du Genre peut bien être qualifiée d’histoire sociale puisqu’elle s’attache à l’histoire de la construction sociale des catégories liées au masculin et au féminin, son champ d’analyse englobe l’histoire culturelle et politique et, en ce qui concerne la période révolutionnaire, les questions posées sont, naturellement, éminemment politiques.

2Pour une histoire qui travaille à sortir les femmes de la relative invisibilité dans laquelle elles ont longtemps été reléguées, la Révolution offre un moment d’observation privilégié. C’est, en effet, lorsque la norme sociale est remise en cause que les femmes peuvent apparaître dans l’espace public. Les périodes de crise qui dérèglent à un moment donné l’ordre établi permettent aux femmes de devenir sujets de leur propre histoire, actrices du changement. La revendication en situation de crise et l’action violente leur ouvrent le champ du politique. La période révolutionnaire, en tant que remise en cause des modèles traditionnels, est donc une période privilégiée pour l’analyse des comportements politiques féminins. L’historiographie traditionnelle, elle-même, les présente ramenant le roi à Paris en octobre 1789, tricotant à l’Assemblée ou au pied de l’échafaud.

  • 1 Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou, Martine Lapied (dir.), Femmes entre ombre et lumière. Re (...)

3Mais, pour l’histoire du Genre, donner de la visibilité aux femmes dépasse le simple fait de les faire apparaître dans le tissu social, de leur redonner dans le tableau une place qu’elles avaient occupée mais qui avait été plus ou moins occultée par l’histoire. Il s’agit là d’une visibilité additive qui est déjà une étape importante puisqu’elle permet de montrer qu’il y a des femmes actrices de la Révolution. Un autre type de réflexion, plus radical, essaie de faire apparaître les femmes comme centre, comme lieu où se structure le champ problématique ; l’histoire des femmes participe ainsi à une démarche véritablement scientifique qui interroge, soumet l’objet à une expérimentation nouvelle et aboutit à la production d’un objet nouveau.1

Les débats

Le refus des droits politiques

4Dans un premier temps, la question posée, essentiellement par les historiennes anglo-saxonnes de la Gender History, a été celle du refus des droits politiques, entraînant une vision négative de la Révolution, considérée comme la défaite historique des femmes. L’accent a été mis sur le paradoxe d’une nation qui proclame le droit naturel, et donc l’universalité des droits de l’être humain, et qui exclut la moitié de la population de la citoyenneté, en violation du principe de l’égalité des droits.

5Une part importante des travaux de ces historiennes s’interroge sur les refus qui vont de la privation du droit de vote à l’interdiction de défendre la nation dans l’armée le 30 avril 1793 et à la fermeture des clubs féminins le 30 octobre 1793, sur le fait qu’à aucun moment, les femmes n’ont pu exercer des fonctions officielles de responsabilité, même locales. Dès le début de la Révolution, de rares voix considèrent que les femmes ont été privées de leurs droits par un acte de tyrannie, tel Condorcet dans « Sur l’admission des femmes au droit de Cité » dans Le Journal de la Société de 1789. Par la suite, dans un discours du 29 avril 1793, Guyomar argumente « qu’exclure les femmes c’est détruire la démocratie » et il les qualifie « d’îlotes de la République ».

  • 2 C. Capitan, La nature à l’ordre du jour (1789-1793), Paris, Kimé, 1993.
  • 3 J. Landes, Women in the Public Sphere in the Age of French Revolution, Ithaca/New York/London, Cor (...)
  • 4 D. Outram, The Body and the French Revolution ; sex, class and political culture, New Haven (Conne (...)
  • 5 L. Hunt, The Family Romance of French Revolution, Berkeley, University of California Press, 1992 ; (...)
  • 6 60 femmes sur 517 députés, 19 femmes sur 301 sénateurs en 2000, soit 9,6 % du corps législatif.

6C’est au nom de la nature que les femmes sont exclues de l’espace public, comme le soutient Colette Capitan2, à tel point que certaines historiennes comme Joan Landes3 ont cru pouvoir affirmer que « la République a été construite contre les femmes et pas seulement sans elles ». Dorinda Outram4 assimile la politique culturelle révolutionnaire à une politique de développement du rationalisme mâle contre la sensibilité féminine. La constitution de la « communauté des frères5 », après le meurtre du père, s’accompagnerait de l’exclusion politique des femmes. Ces analyses ont conduit, dans certains travaux anglo-saxons, à un questionnement sur la démocratie en tant que régime d’accomplissement des droits puisque les femmes ont été exclues de sa fondation, qu’il s’agisse de la démocratie grecque antique ou des démocraties modernes française ou américaine et que le rattrapage semble demeurer incomplet au point que lorsque l’on parle de discrimination positive pour les minorités, les lois sur la parité sont évoquées et qu’aux États Unis, féminisme et multiculturalisme ethnique sont liés dans la volonté d’affirmer les droits des minorités… En France, le débat sur la parité a mis en lumière la faible participation des femmes à la vie politique dont témoignait leur nombre réduit dans les deux chambres législatives6.

  • 7 D. Goodman, The Republic of Letters : a Cultural History of the French Enlightenment, Ithaca, Corn (...)
  • 8 O. H. Hufton, Women and the Limits of Citizenship in the French Revolution, Toronto, University of (...)
  • 9 G. Fraisse, Les deux gouvernements : la famille et la Cité, Paris Gallimard, 2000.
  • 10 J. Guilhaumou, « L’exclusion des femmes du savoir politique pendant la Révolution française » dans (...)
  • 11 M. Ozouf, Les mots des femmes. Essai sur la singularité française, Paris, Fayard, 1995.

7Mais ces thèses ont été discutées par d’autres historiennes du Gender, telles Dena Goodman7 et Lynn Hunt. Ainsi, la signification à donner à la fermeture des clubs féminins a-t-elle provoqué un débat entre les historiennes qui, à l’exemple de Joan Landes, y voient une véritable volonté d’interdire la politique aux femmes et celles qui, comme Olwen Hufton8, estiment qu’elle a été contingente aux événements et qu’elle visait avant tout à réduire les tensions sur les marchés et briser le pouvoir des Enragés. Pour Geneviève Fraisse, la république aurait été discriminante mais non excluante, car elle n’énonce pas les règles de l’exclusion9. Dans un texte récent10, Jacques Guilhaumou a montré comment, malgré les interdits, de multiples formes de mixité politique apparaissent au sein de la société civile, tandis que se met en place la dissociation entre une « école d’intelligence et de mœurs » à laquelle participaient les femmes dans les salons11 et le savoir politique de la société des hommes dont elle sont exclues.

  • 12 En particulier D. Godineau, « “Qu’y a-t-il de commun entre vous et nous ?” Enjeux et discours oppo (...)
  • 13 L. Hunt, « L’histoire des femmes : accomplissements et ouvertures », dans Martine Lapied, Christin (...)

8Sur les débats, multiples, engendrés par le refus du droit de cité aux femmes, je renvoie aux travaux de Dominique Godineau12 et à la belle synthèse présentée par Lynn Hunt au colloque aixois, La Révolution française au carrefour des recherches13 où elle s’affirme « pour la Révolution et pour les Lumières ». Elle analyse l’historiographie française et l’historiographie américaine des femmes pendant la Révolution sous le signe de Marx pour les travaux français et de Jürgen Habermas et Michel Foucault pour les travaux américains, s’affirmant elle-même plus influencée par la psychanalyse.

La place des femmes dans la Révolution

  • 14 D. Godineau, « Histoire sociale, histoire culturelle, histoire politique : la question du droit de (...)
  • 15 Voir en particulier l’ouvrage fondamental de Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses. Les femme (...)
  • 16 D. Godineau, « Fonction maternelle et engagement révolutionnaire féminin », dans L’enfant, la fami (...)
  • 17 D. Godineau, « Le rapport masculin/féminin dans l’espace urbain », dans les actes du colloque de M (...)
  • 18 M. Lapied, « Conflictualité urbaine et mise en visibilité des femmes dans l’espace public de l’Anc (...)

9En France, les travaux de Dominique Godineau14 ont montré la richesse des actions concrètes et spécifiques menées par des femmes. Ces recherches ont mis en valeur l’engagement des Parisiennes qui les place au cœur de certains des événements fondamentaux de la Révolution et montrent comment ces femmes se sont voulues membres du souverain malgré les exclusions qui les frappaient15 et sans renier leurs fonctions maternelles16. En effet, dans le nouvel espace public qui s’élabore pendant la crise révolutionnaire, les pratiques politiques ne peuvent être restreintes à l’exercice du droit de vote ; la sociabilité et la parole publique deviennent politiques17, les femmes peuvent avoir une influence dans la constitution de l’opinion publique, dans les stratégies et les luttes pour le pouvoir. Selon les périodes, les femmes disposent de certaines possibilités, telles le droit de pétition, le droit de se réunir en société. De plus, comme sous l’Ancien Régime, l’action violente peut être utilisée par celles et ceux qui n’ont pas d’autres possibilités d’action contestataire18.

  • 19 M.-F. Brive (éd.), Les femmes et la Révolution française, Actes du Colloque international des 12, (...)
  • 20 Telles celle de Christine Peyrard, Les jacobins de l’Ouest. Formes de politisation dans l’Ouest in (...)
  • 21 Le point avait été fait à l’occasion de la synthèse rédigée pour l’Encyclopédie politique et histo (...)

10Le colloque international qui avait été organisé à Toulouse en 1989 par Marie-France Brive avait montré, avec ses 116 communications et ses trois volumes d’actes, l’intérêt porté à la question19. L’ensemble des secteurs de la recherche sur ce thème était couvert : les modes d’action et d’expression avec l’action féminine révolutionnaire à Paris, en province et à l’étranger, mais aussi les résistances à la Révolution, le discours, les réponses juridiques, les représentations. Il regroupait spécialistes du Genre et historiens travaillant sur la Révolution dans une optique classique qui, pour la circonstance, faisaient part de ce que leurs recherches pouvaient apporter à l’histoire des femmes. Depuis cette date, en plus des recherches qui leur sont spécifiquement consacrées, les femmes apparaissent de plus en plus dans l’ensemble des travaux portant sur la Révolution, en particulier dans les thèses soutenues ces dernières années qui, prenant en compte la dimension féminine, nous apportent bien des renseignements20. Il semble que, dorénavant, il ne soit plus possible d’occulter la présence des femmes dans les études sur la Révolution française21.

Pratiques et représentations

Des approches diversifiées

  • 22 L. Dicaprio, « Women Workers, States ponsored Work, and the Right to Subsistence during the French (...)
  • 23 L. Hunt, « Male Virtue and Republican Motherhood », dans K. M. Baker (éd.), The French
  • 24 A. Verjus, Le cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848, Paris, Belin, 2002 ; J. Heuer, (...)

11Parallèlement, les interrogations sur la question des femmes se sont étendues aux différents champs de la Révolution qu’il s’agisse des réformes dans le domaine civil, favorables aux femmes, mais remises en cause par Bonaparte, du domaine social avec, par exemple, les travaux de Lisa DiCaprio22. La politique jacobine de la famille est revisitée avec profit par des historiennes du Genre23. Par ailleurs, dans ses travaux sur la sphère domestique, Anne Verjus avance l’hypothèse selon laquelle les femmes sont mises à l’écart de la participation politique sans être exclues de la sphère de la Cité24.

  • 25 Travaux d’abord menés par le Groupe de Recherches Femmes-Méditerranée, programme transversal de la (...)
  • 26 J. Guilhaumou, « Conduites politiques des Marseillaises pendant la Révolution française », dans «  (...)

12Les recherches actuelles voient se côtoyer, avec profit, démarches théoriques et empiriques, dans un espace d’expérimentation ouvert où l’on ne discerne plus de modèles dominants. C’est dans cet esprit que travaille le groupe aixois25 : la question des femmes y est envisagée comme une grille de lecture parmi d’autres. En effet, les schémas issus de la construction socio-historique du Genre ne doivent pas éloigner des faits concrets d’une réalité où hommes et femmes se côtoient, échangent, agissent le plus souvent les uns avec les autres. Les femmes qui luttent pendant la Révolution ne le font pas seulement, ni même essentiellement, en tant que femmes. Elles participent aux constructions imaginaires qui sous-tendent les mouvements révolutionnaires et contre-révolutionnaires. C’est, en général, aux côtés des hommes qu’elles se mobilisent pour la construction d’un monde nouveau ou la défense d’un monde perdu. Dans ce cadre, l’approche comparative hommes/femmes apparaît essentielle pour les interprétations. Elle permet de comprendre l’action féminine intégrée dans le mouvement général et de s’interroger sur d’éventuelles voies féminines de pratiques politiques26. L’approche empirique qui a été utilisée se distingue d’une recherche qui ne serait qu’érudite ou qui s’appuierait sur une modélisation a priori. Elle repose sur des faits historiques dont la complexité révèle la réalité sociale. La prise en compte du symbolique par l’analyse des discours des acteurs individuels et collectifs, des documents et des textes littéraires et artistiques fait également partie d’une démarche définie dans l’ouvrage collectif Femmes entre ombre et lumière. Recherches sur la visibilité sociale (xvie-xxe siècles).

  • 27 Voir les travaux d’Olwen H. Hufton, en particulier Women and the Limits of Citizenship in the Fren (...)
  • 28 S. Desan, « The family as cultural Battleground : Religion vs Republic under the Terror », dans Th (...)

13Au-delà de la nécessaire interrogation sur le refus du droit de cité, les engagements politiques des femmes doivent, en effet, être analysés en profondeur, en particulier pour essayer de comprendre pourquoi les images qui s’imposent, à l’issue de la période, sont celle de la dévote contre-révolutionnaire, de la femme attachée à la religion traditionnelle et aux prêtres telle que l’a décrite Michelet27. En effet, adoptée par la tradition républicaine du xixe siècle, cette représentation qui véhiculait la crainte d’un vote massif en faveur du « parti clérical » contribua à empêcher l’accession des femmes aux droits politiques, renforçant la volonté de les tenir à l’écart de l’espace public. Suzanne Desan montre comment les déchristianisateurs, eux-mêmes, dévaluèrent les pratiques catholiques en associant femmes et fanatisme, en opposition aux valeurs de républicanisme, rationalisme, vertu masculine28. Ainsi, la Révolution aurait-elle marqué le tournant critique dans les rapports entre la République et les femmes dans un pays où elles n’obtiennent le droit de vote qu’en 1945.

Une histoire de terrain

  • 29 S. Desan, «“Constitutional Amazons” : Jacobin Women’s Clubs in the French Revolution », dans B. T. (...)
  • 30 Ainsi, le colloque de Rennes sur Le genre face aux mutations consacrait-il une partie à « Pouvoirs (...)

14Or, les archives montrent, comme pour les hommes, une diversité de l’engagement des femmes pendant les différentes phases de la période révolutionnaire, y compris du côté de la déchristianisation radicale. L’action militante révolutionnaire, mise en valeur par les travaux de Dominique Godineau, ne se limite pas à la capitale et les recherches qui se développent actuellement permettent de découvrir dans les provinces une composante féminine des options collectives plus importante qu’on ne l’attendait et une multiplicité des pratiques politiques féminines correspondant aux différents moments révolutionnaires. Suzanne Desan a recensé 56 clubs féminins29, mais ce chiffre n’est pas limitatif et les recherches actuelles continuent de l’enrichir. L’ensemble de ces travaux montre l’intérêt des études de terrain, pour faire progresser des problématiques générales. Ce questionnement des archives permet de mettre en visibilité des modes d’action politique des femmes, d’étudier le sens de leurs engagements. Ces actions peuvent être analysées de façon processuelle, dans leur déroulement, leur temporalité propre et leurs interactions. On saisit mieux pourquoi et comment se font les mutations qui dérèglent l’ordre établi à un moment donné30. Plusieurs étapes peuvent être distinguées qui correspondent à différents moments révolutionnaires.

  • 31 M. Lapied, « Les femmes entre espace privé et espace public pendant la Révolution française », dan (...)

15La phase d’affaiblissement des normes qui marque les débuts de la Révolution permet aux femmes de s’exprimer, de développer une créativité politique. Des préoccupations considérées comme privées et donc légitimes pour les femmes peuvent prendre alors une connotation politique, tels les problèmes de subsistances, l’éducation, les activités religieuses, la surveillance morale de la communauté. Des espaces de sociabilité féminine comme le marché, le lavoir, la fontaine et, dans une certaine mesure l’église, deviennent des lieux d’expression politique. Ce serait donc, dans bien des cas, une sorte de transfert du domaine privé vers le domaine public, avec la politisation de la société, qui permettrait aux femmes d’accéder ponctuellement à l’espace public31. L’étude du point de clivage ou moment critique est essentielle pour penser ce qui change, ce qui dérègle le rapport de force et en construit un autre.

  • 32 Pour Paris, voir R. Monnier, « L’invention de la république et la dynamique culturelle », History (...)

16Les femmes participent alors à la construction de l’opinion publique. Le développement d’une culture politique fondée sur les principes de la souveraineté du peuple et les droits naturels rencontre des aspirations diffuses et des thèmes de la culture populaire dont les femmes n’étaient pas exclues. Elles participent à cette communauté d’idées réalisées à travers l’expérience physiquement éprouvée de l’unité, les échanges de vive voix dans les réunions publiques telle qu’elle est décrite par Raymonde Monnier32. Jusqu’à la chute de la monarchie, les femmes révolutionnaires peuvent lutter aux côtés de ceux qui, comme elles, n’ont pas le droit de s’exprimer par le vote : les citoyens passifs. De la chute de la monarchie au 30 octobre 1793, les femmes peuvent militer au sein de sociétés « mixtes » ou dans des clubs féminins.

17Les études de terrain montrent comment les femmes agissent pour pénétrer dans le nouvel espace qu’on répugne à leur ouvrir. L’accès des femmes à la souveraineté populaire ne peut s’exprimer que de façon concrète puisqu’elles en sont exclues au niveau constitutionnel. Ne possédant aucun des attributs de la puissance politique, les femmes doivent utiliser d’autres voies pour se faire entendre ; l’action, et éventuellement l’action violente leur permet de s’exprimer. Par exemple, ne pouvant être ni députées ni contribuer à les désigner, les femmes occupent les tribunes où elles s’expriment ; de même, elles interviennent parfois bruyamment dans le processus électoral auquel elles essaient de participer malgré leur exclusion officielle.

  • 33 Des travaux sur le thème des Minorités politiques en Révolution sont actuellement menés par le gro (...)
  • 34 M. Lapied, « Les Provençales actrices de la Révolution ? L’exemple des Arlésiennes », dans Pour la (...)

18Du fait de la privation des droits, c’est au sein des minorités que les femmes ont le plus de possibilité de contestation, ainsi avec le mouvement cordelier, les Enragés, les Hébertistes33. Les moments de radicalité sont des moments privilégiés pour elles : leur présence est alors reconnue, souhaitée. Quand la situation politique évolue par l’action de la rue, les femmes sont de puissantes alliées, mais, si elles y jouent un rôle particulier, comme l’ont montré les travaux de Dominique Godineau sur les « boute-feux », elles ne sont pas une composante isolée de ces mouvements. Dans les provinces également, des femmes participent à la mise en acte de la souveraineté par leur présence dans les mouvements revendicatifs et insurrectionnels là où les antagonismes sont violents. Ainsi, à Arles, des « Monnaidières », armées de fusils et de sabres, sont aux côtés des révolutionnaires dans toutes leurs actions. Elles participent aux expéditions punitives menées par les jacobins arlésiens contre les modérés des communes des alentours, essaient d’empêcher la rébellion fédéraliste. Après la reconquête de la Provence par les armées de la Convention, ces Arlésiennes réclament avec virulence la mise en place d’une politique de Terreur, se déplaçant dans la ville avec une guillotine, proclamant leur volonté d’anéantissement de l’ennemi34.

  • 35 Voir l’étude du cas des femmes contre-révolutionnaires en Haute Loire par Olwen H. Hufton dans Wom (...)

19La contestation des révolutionnaires radicales peut rarement être qualifiée de féministe, sauf en ce qui concerne les demandes pour porter les armes. Par exemple, en prairial an III, elles demandent la Constitution de 1793 qui ne leur accorde pas plus de droits politiques que la précédente et la suivante. Le problème des subsistances a souvent été mis en avant comme moteur des actions d’opposition des femmes, mais on peut aussi mettre l’accent sur une forte sensibilité à l’injustice qui les conduit à la résistance et les place facilement dans le camp des minorités opprimées. Cette image de la résistance féminine à la loi injuste s’est perpétuée depuis le modèle d’Antigone qui paie de sa vie sa résistance aux ordres du tyran Créon au nom de ses valeurs, de ce qu’elle estime être juste. Ce type d’héroïsme féminin de résistance a été valorisé par Michelet, à l’exemple des protestantes au moment des dragonnades. Il peut également être appliqué aux contre-révolutionnaires luttant contre la déchristianisation35.

  • 36 J. Guilhaumou, M. Lapied, « Les femmes dans les archives des comités de surveillance », dans Femme (...)

20Un premier retour à une norme sociale prive les femmes de possibilités d’expression en tant que femmes avec la suppression des clubs féminins et en tant que militantes populaires avec la répression contre les Enragés et les Hébertistes. Une mise en visibilité symbolique est alors proposée comme le pendant de l’éviction progressive de la scène politique. Mais les femmes ne sont pas complètement privées de parole. Elles peuvent toujours participer aux sociétés « mixtes » et, dans une certaine mesure, à la vie politique locale, en particulier par l’intermédiaire des dénonciations devant les comités de surveillance36.

  • 37 Ibidem.

21Elles ont, en effet, une certaine habitude des pratiques de contournement d’une norme qui les exclut de l’espace politique et peuvent passer de la contestation ouverte à l’adaptation aux circonstances. Dans certains cas, elles jouent de leur absence de reconnaissance officielle dans le nouvel espace public, tout en faisant preuve d’une culture politique issue de l’expérience. Les femmes utilisent leur invisibilité qui permet une action clandestine ; elles donnent alors à leurs actes une allure d’activités féminines naturelles. À l’inverse, elles peuvent faire preuve d’ostentation, exprimant leurs opinions en les donnant à voir, en particulier par leur habillement. Le souci de la parole féminine revient souvent dans les rapports des autorités, dans les accusations de leurs adversaires. Les femmes se servent de leur « mauvaise langue » à des fins politiques37. Pendant la Révolution la parole publique devient politique et permet de travailler pour son camp dans les lieux de sociabilité féminine.

  • 38 D. Godineau, « Pratiques politiques féminines et masculines et lignes de partage sexuel au sein du (...)

22La réaction politique, à partir de Thermidor, ne laisse plus aux femmes que la violence comme forme d’expression. Elles se mobilisent avec une énergie qui est peut-être celle du désespoir au moment des émeutes de prairial38 et leur échec les réduit au silence pour longtemps. Il est alors interdit aux femmes sous peine d’arrestation de s’attrouper à plus de cinq dans les rues. Cette mesure semble marquer la reconnaissance des autorités de l’efficacité d’un des modes d’action féminins et achève la progressive limitation de leurs possibilités d’expression. Les « événements rupture », s’ils sont l’occasion d’une mise en visibilité des femmes ne sont pas toujours des événements fondateurs pour la reconnaissance des femmes comme sujets visibles et sujets voyants puisque le retour à la norme les plonge à nouveau dans l’invisibilité ou dans une forme de visibilité ou elles ne sont plus actrices.

Un espace d’expérimentation

  • 39 M. Lapied, « La visibilité des femmes dans la Révolution française », dans La Révolution française (...)
  • 40 D. Godineau, « Histoire d’un mot : “tricoteuse”, de la Révolution française à nos jours », dans Ac (...)
  • 41 M. Lapied, « Les Provençales actrices de la Révolution ? L’exemple des Arlésiennes », dans Pour la (...)
  • 42 M. Lapied, « La fanatique contre-révolutionnaire, réalité ou représentation ? », dans Le genre fac (...)

23Les éléments issus de ces enquêtes peuvent être confrontés aux représentations telles quelles se manifestent dans les témoignages des contemporains, l’historiographie, la littérature, l’art. Ces représentations ne laissent guère de place à la mise en valeur d’héroïnes révolutionnaires. Si l’image de la femme est utilisée comme symbole, il ne s’agit pas d’héroïsation d’actes féminins, sauf collectivement comme pour les dames de Versailles39. Les femmes qui veulent prendre les armes « sortent de leur sexe ». Comme plus tard, au xixe siècle, celui des féministes, le militantisme des femmes révolutionnaires a été tourné en dérision, haï. L’image de la révolutionnaire radicale, qu’il s’agisse des tricoteuses40, des furies de guillotine parisiennes ou des égorgeuses d’Arles41 ne correspond pas aux stéréotypes sur la femme, si ce n’est aux réactions violentes attribuées à la faiblesse d’êtres incapables de raison. Elle est utilisée par l’historiographie conservatrice pour mettre en évidence la violence révolutionnaire et le monde « à l’envers » qui est issu de sa radicalité. Les citoyennes engagées disparaissent donc progressivement de la mémoire, y compris de celle de leur camp et la scène est progressivement dominée par les martyres de la Révolution : c’est l’image de la femme victime de la répression qui domine les représentations. Cette image a d’abord été utilisée par les contre-révolutionaires et les historiens conservateurs, mettant en valeur le courage des martyres de la foi42.

  • 43 G. Dermenjian, J. Guilhaumou, M. Lapied (dir.), Le Panthéon des femmes. Figures et représentations (...)

24Seule une réflexion problématisée en fonction de la question du genre permet de comprendre comment à partir d’une diversité des engagements des femmes, les représentations passent de l’occultation des militantes révolutionnaires à l’héroïsation de la « sainte » contre-révolutionnaire, pour aboutir à l’apitoiement sur d’innocentes victimes apolitiques correspondant parfaitement aux stéréotypes passés (dès le retour « à la normale », on a essayé de nier tout aspect politique à l’action des femmes contre-révolutionnaires) et actuels dans une époque où la mise en visibilité de faibles femmes et d’enfants en tant que victimes forcément innocentes est une constante des images destinées à provoquer l’émotion43.

  • 44 S. Desan, « What’s after Political Culture ? Recent French Revolutionary Historiography », French (...)

25La rencontre entre histoire du Genre et histoire de la Révolution s’insère dans le mouvement d’élargissement des champs de réflexion sur la Révolution, élargissement nécessaire si son histoire veut rester au carrefour des recherches. Dans une mise au point sur les récents travaux sur la Révolution française, Suzanne Desan qui y discerne un abandon des schémas d’analyse de classes, du structuralisme, montre combien, aux États-Unis, la réflexion sur le social est stimulée par le féminisme, le multiculturalisme et le débat sur la construction culturelle des identités sociales. Dans l’historiographie révolutionnaire, le champ de l’histoire du Gender est devenu un champ crucial du questionnement méthodologique sur le nœud politique, société, culture44.

Notes

1 Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou, Martine Lapied (dir.), Femmes entre ombre et lumière. Recherches sur la visibilité sociale (xvie-xxe siècle), Aix-en-Provence, Publisud, 2000.

2 C. Capitan, La nature à l’ordre du jour (1789-1793), Paris, Kimé, 1993.

3 J. Landes, Women in the Public Sphere in the Age of French Revolution, Ithaca/New York/London, Cornell University Press, 1988.

4 D. Outram, The Body and the French Revolution ; sex, class and political culture, New Haven (Connecticut), Yale University Press, 1989.

5 L. Hunt, The Family Romance of French Revolution, Berkeley, University of California Press, 1992 ; traduction française : Le roman familial de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1995.

6 60 femmes sur 517 députés, 19 femmes sur 301 sénateurs en 2000, soit 9,6 % du corps législatif.

7 D. Goodman, The Republic of Letters : a Cultural History of the French Enlightenment, Ithaca, Cornell University Press, 1994.

8 O. H. Hufton, Women and the Limits of Citizenship in the French Revolution, Toronto, University of Toronto Press, 1992.

9 G. Fraisse, Les deux gouvernements : la famille et la Cité, Paris Gallimard, 2000.

10 J. Guilhaumou, « L’exclusion des femmes du savoir politique pendant la Révolution française » dans Luc Capdevila, Sophie Cassagnes, Martine Cocaud, Dominique Godineau, François Rouquet, Jacqueline Sainclivier (dir.), Le genre face aux mutations. Masculin et féminin du Moyen Âge à nos jours, PUR, 2003.

11 M. Ozouf, Les mots des femmes. Essai sur la singularité française, Paris, Fayard, 1995.

12 En particulier D. Godineau, « “Qu’y a-t-il de commun entre vous et nous ?” Enjeux et discours opposés de la différence des sexes pendant la Révolution française, 1789-1793 », dans La famille, la Loi, l’État, de la Révolution au code civil, Paris, CNRS, 1989 ; D. Godineau, «“Privées par notre sexe du droit honorable de donner notre suffrage”. Le vote des femmes pendant la Révolution française  », dans La démocratie à la française ou les femmes indésirables 1793-1993, Paris, Plon, 1994.

13 L. Hunt, « L’histoire des femmes : accomplissements et ouvertures », dans Martine Lapied, Christine Peyrard (dir.), La Révolution française au carrefour des recherches, Publications de l’Université de Provence, 2003.

14 D. Godineau, « Histoire sociale, histoire culturelle, histoire politique : la question du droit de cité des femmes », dans La Révolution française au carrefour des recherches, op. cit.

15 Voir en particulier l’ouvrage fondamental de Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Arles, Alinéa, 1988.

16 D. Godineau, « Fonction maternelle et engagement révolutionnaire féminin », dans L’enfant, la famille et la Révolution française, Paris, Olivier Orban, 1989.

17 D. Godineau, « Le rapport masculin/féminin dans l’espace urbain », dans les actes du colloque de Marseille Les femmes et la ville, Paris, Côté-femmes, 1992.

18 M. Lapied, « Conflictualité urbaine et mise en visibilité des femmes dans l’espace public de l’Ancien Régime à la Révolution, en Provence et dans le Comtat Venaissin », Provence Historique, n° 202, 2001.

19 M.-F. Brive (éd.), Les femmes et la Révolution française, Actes du Colloque international des 12, 13, 14 avril 1989, t. 1 : Modes d’action et d’expressions, nouveaux droits, nouveaux devoirs ; t. 2 : L’individuel et le social, apparitions et représentations, t. 3 : L’effet 1989, Toulouse, PUM, 1989, 1990, 1991.

20 Telles celle de Christine Peyrard, Les jacobins de l’Ouest. Formes de politisation dans l’Ouest intérieur pendant la Révolution française, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996 ou de Danièle Pingué, Les mouvements jacobins en Normandie orientale, Paris, Éditions du CTHS, 2001.

21 Le point avait été fait à l’occasion de la synthèse rédigée pour l’Encyclopédie politique et historique des femmes : J. Guilhaumou, M. Lapied, « L’action politique des femmes pendant la Révolution française », dans C. Fauré (dir.), Encyclopédie politique et historique des femmes, Paris, PUF, 1997 ; la poursuite des recherches permettra d’enrichir encore ce tableau.

22 L. Dicaprio, « Women Workers, States ponsored Work, and the Right to Subsistence during the French Revolution », Journal of Modern History, 71, 1999, p. 519-551.

23 L. Hunt, « Male Virtue and Republican Motherhood », dans K. M. Baker (éd.), The French

Revolution and the Creation of Modern Political Culture, New-York, Oxford, Pergamon, 1994.

24 A. Verjus, Le cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848, Paris, Belin, 2002 ; J. Heuer, A. Verjus, « L’invention de la sphère domestique au sortir de la Révolution », AHRF, n° 327, 2002.

25 Travaux d’abord menés par le Groupe de Recherches Femmes-Méditerranée, programme transversal de la MMSH, et depuis 2004 au sein de l’UMR TELEMME, qui ont abouti à la publication d’ouvrages collectifs où la réflexion sur la Révolution participe de la problématique. Ces réflexions ont été brièvement présentées par M. Lapied, « La visibilité des femmes dans la Révolution française », dans La Révolution française au carrefour des recherches, op. cit.

26 J. Guilhaumou, « Conduites politiques des Marseillaises pendant la Révolution française », dans « Femmes et politiques en Provence (xviiie-xxe siècles) » sous la direction de M. Lapied et E. Richard, Provence Historique, n° 186, 1996.

27 Voir les travaux d’Olwen H. Hufton, en particulier Women and the Limits of Citizenship in the French Revolution, Toronto, University of Toronto Press, 1992.

28 S. Desan, « The family as cultural Battleground : Religion vs Republic under the Terror », dans The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, op. cit.

29 S. Desan, «“Constitutional Amazons” : Jacobin Women’s Clubs in the French Revolution », dans B. T. Ragan, E. A. Williams, Re-creating Authority in Revolutionary France, New Brunswick (N.J.), Rutgers University Press, 1992.

30 Ainsi, le colloque de Rennes sur Le genre face aux mutations consacrait-il une partie à « Pouvoirs et Révolution » où 5 communications portaient sur la Révolution française.

31 M. Lapied, « Les femmes entre espace privé et espace public pendant la Révolution française », dans A. Bleton-Ruget, M. Pacaut, M. Rubellin (dir.), Georges Duby, regards croisés sur l’œuvre. Femmes et Féodalité, Lyon, PUL, 2000.

32 Pour Paris, voir R. Monnier, « L’invention de la république et la dynamique culturelle », History of Europeans Ideas, Pergamon, 1995.

33 Des travaux sur le thème des Minorités politiques en Révolution sont actuellement menés par le groupe « Lumières, Révolution française et mouvements libéraux en Europe » coordonné par Christine Peyrard dans le cadre du programme n° 3 de l’UMR TELEMME « Pouvoir et société en Europe méridionale du Moyen Âge à nos jours ».

34 M. Lapied, « Les Provençales actrices de la Révolution ? L’exemple des Arlésiennes », dans Pour la Révolution française, recueil d’études en hommage à Claude Mazauric réunies par C. Le Bozec, E.Wauters, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1998.

35 Voir l’étude du cas des femmes contre-révolutionnaires en Haute Loire par Olwen H. Hufton dans Women and the Limits of Citizenship in the French Revolution, op. cit., celui des Comtadines par Martine Lapied : « Les Comtadines et la Révolution française : une défense prioritaire de l’identité religieuse ? », dans Gabriel Audisio (dir.), Religion et identité, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1998.

36 J. Guilhaumou, M. Lapied, « Les femmes dans les archives des comités de surveillance », dans Femmes entre ombre et lumière. Recherches sur la visibilité sociale (xvie-xxe siècles), op. cit.

37 Ibidem.

38 D. Godineau, « Pratiques politiques féminines et masculines et lignes de partage sexuel au sein du mouvement populaire parisien pendant la Révolution française (1793-an III) », History of europeans Ideas, vol. 10, n° 3, 1989.

39 M. Lapied, « La visibilité des femmes dans la Révolution française », dans La Révolution française au carrefour des recherches, op. cit.

40 D. Godineau, « Histoire d’un mot : “tricoteuse”, de la Révolution française à nos jours », dans Actes du colloque Langages de la Révolution, Paris, INLF/Klincksiek, 1992.

41 M. Lapied, « Les Provençales actrices de la Révolution ? L’exemple des Arlésiennes », dans Pour la Révolution française, op. cit.

42 M. Lapied, « La fanatique contre-révolutionnaire, réalité ou représentation ? », dans Le genre face aux mutations. Masculin et féminin du Moyen Âge à nos jours, op. cit.

43 G. Dermenjian, J. Guilhaumou, M. Lapied (dir.), Le Panthéon des femmes. Figures et représentations des héroïnes, Aix, Publisud, 2004.

44 S. Desan, « What’s after Political Culture ? Recent French Revolutionary Historiography », French Historical Studies, vol. 23, n° 1, 2000.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search