Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution à l'œuvre

 | 
Jean-Clément Martin

Première partie. Société et institutions

L’histoire sociale de la révolution française : entre doute et renouvellement

Jean-Pierre Jessenne

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Michel Vovelle, « Du tout social au tout politique », AHRF, n° 310, oct. déc. 1997, p. 545-555.

1C’est un poncif de l’historiographie des vingt dernières années que de diagnostiquer l’effacement de l’histoire sociale en général, de celle de la Révolution française en particulier. Des indicateurs nombreux viennent rapidement à l’esprit : primat du tout politique, selon la formule du diagnostic de référence que constitue l’article de Michel Vovelle de 19971, rejet dans les ringardises surannées des interprétations de la Révolution française comme révolution bourgeoise, inclusion de l’étude du changement social et économique à la fin du xviiie siècle dans des perspectives de longue durée, où la singularité du moment révolutionnaire se trouve fortement diluée. Pourtant à considérer les recherches de ces deux dernières décennies sur les conditions, les relations et les identités sociales en France, ainsi définirai-je simplement l’histoire sociale, entre fin de l’Ancien Régime et Premier Empire, on ne peut qu’être frappé par le nombre des travaux et par la multiplicité des approches. Cette richesse invite donc à ré-interroger la nature du doute : quelles parts faut-il faire à la prétendue stérilité de l’histoire sociale et aux difficultés, largement liées à nos perplexités contemporaines, de proposer une lecture globale de la Révolution et de lui donner sens ?

2Un aperçu des travaux sur l’évolution des conditions et des stratégies des individus et des groupes confirme d’abord l’approfondissement et la diversification de ce chantier classique de l’histoire sociale ; par ailleurs, les recherches sur les changements des règles du « vivre ensemble » témoignent d’un indéniable élargissement du champ des études sociales ; le rapprochement de ces observations invite à reformuler les termes d’une possible lecture d’ensemble du changement social et de la Révolution.

Les évolutions des conditions et des stratégies sociales

  • 2 Georges Dupeux, La société française (1789-1960), Paris, A. Colin, coll. « U », 1964. Depuis, la d (...)

3L’étude des modalités selon lesquelles des personnalités, des familles, des groupes professionnels ou des classes sociales traversent leur époque en maintenant ou en transformant leur situation constitue une perspective classique de l’histoire sociale. Applicable à toutes les périodes, la démarche est forcément singularisée par l’épisode révolutionnaire, marqué à la fois par un temps court, alors que cette histoire préfère souvent la durée, et par la multiplication tant des changements des critères de différenciation sociale que des circonstances qui affectent les situations des uns et des autres. Il fut donc courant d’aborder ces études en termes de gagnants et de perdants, à la manière significative dont le fit Georges Dupeux dans son manuel devenu un classique2, ou selon le paradigme de la Révolution française comme révolution bourgeoise sur lequel je reviendrai in fine. Moins soucieux de bilan d’ensemble, les travaux des deux dernières décennies ont plutôt pris la voie des études de cas à diverses échelles. La première, sans doute inspirée par l’enrichissement de la pratique biographique – que je n’évoquerai pas en tant que telle même si la dimension sociale est évidemment présente dans les ouvrages sérieux – nous confronte aux cheminements des cellules élémentaires de la vie sociale.

Les itinéraires familiaux ou dynastiques

  • 3 Jean-Marc Moriceau, Gilles Postel-Vinay, Ferme, entreprise et famille, Paris, EHESS, 1992.

4Deux exemples, pris dans des milieux différents, illustrent les apports de ces reconstitutions qui n’ont pas la Révolution comme objet principal mais qui la croisent de façon éclairante. Le premier de ces exemples est celui des Chartier qui sont au cœur de l’ouvrage de Jean-Marc Moriceau et de Gilles Postel-Vinay, au titre très parlant Ferme, entreprise, famille3. Les auteurs adoptent une chronologie longue, xvie-xixe siècle, au fil de laquelle ils examinent les multiples moyens mis en œuvre par cette dynastie de grands fermiers pour pérenniser ses atouts économiques, notamment l’exploitation d’une grande ferme, qui atteint quelque 200 ha à la veille de la Révolution, dont 166 en location. Une focale resserrée sur le temps court révolutionnaire amène évidemment à se demander si la Révolution change la donne. En fait, oui et non : dès le milieu du xviiie siècle, ces fermiers locataires avaient déjà commencé à acheter des terres, à continuer moins longuement leur activité pour devenir plus tôt rentiers ; la Révolution accélère ce processus avec des achats importants de biens nationaux. La conversion en grands propriétaires se trouve donc accélérée et la conformité au schéma convenu de la bourgeoisie rurale accentuée. Mais du coup, l’ouvrage pose les questions, inhérentes à toute étude de cas, sur la validité sociale de l’exemple : en l’occurrence, dans quelle mesure ce schéma de la conversion propriétaire constitue-t-il un cheminement social transposable à tous les paysans ? Cette histoire d’un type d’acteur, le grand exploitant, n’est-elle pas biaisée par la tendance à l’isolement des autres villageois, journaliers, artisans et autres ?

  • 4 Michel Zylberberg, Capitalisme et catholicisme dans la France moderne. La dynastie Le Couteulx, Pa (...)

5Dans une autre sphère, les entrepreneurs de l’industrie, du commerce et de la finance, Michel Zylberberg a proposé une étude du même genre dans Capitalisme et catholicisme dans la France moderne, consacré à la famille Le Couteulx4. Là aussi la perspective est celle de la longue durée, avec l’histoire d’une famille de laboureurs du pays de Caux, passés au commerce du drap à Rouen et à Paris au xviie siècle ; ils élargissent leur activité à l’Europe, à la banque, puis aux finances publiques sous Louis XVI. À la fin de l’Ancien Régime, ils sont de grands bourgeois et notables, en particulier à Rouen. Trois traits ressortent de leur traversée de la Révolution : ils sont favorables aux changements, pourvu que ceux-ci ne perturbent pas, ou pas trop, leurs affaires, mais ils ne semblent attachés à aucun régime en particulier si bien que leur appui à Bonaparte apparaît comme un aboutissement logique ; l’un de leur credo est l’attachement à une saine politique monétaire qui les conduit à dénoncer la multiplication des assignats et bien sûr, à s’engager dans la création de la Banque de France ; quoi qu’il en soit, les intérêts familiaux et l’enrichissement restent toujours au premier rang de leurs préoccupations, qui prennent la forme de spéculations immobilières et foncières, mais aussi de modifications des statuts de leurs sociétés. En un mot, chez ces figures de la classe dirigeante, qui ne sont ni aventuriers, ni engagés de premier plan, prime une grande capacité d’adaptation aux circonstances, tant politiques qu’économiques.

  • 5 Frédérique Pitou, « Aristocrate malgré lui ou les mésaventures d’un père d’émigré (1792-1805) », A (...)

6On pourrait évidemment citer de nombreuses autres études de ce type, y compris de personnalités plus ordinaires qui ne sont pas les moins intéressantes. Citons par exemple le cas de l’émigré Hardy restitué par Frédérique Pitou ou de la famille Lacombe, suivie par Joël Cornette5. Cette démarche qui permet de recomposer le tissu social comme en patchwork, peut en recouper une autre qui s’attache à des groupes centrés sur des métiers ou des secteurs d’activité.

Les évolutions de groupes socio-professionnels

7Les études d’histoire économique et sociale, portant notamment sur les conditions du changement économique et du passage à l’ère industrielle, se sont logiquement intéressées à l’effet Révolution sur certains secteurs d’activités. Mais ce qui est remarquable dans les travaux de ces dernières années, c’est l’élargissement de la palette des milieux concernés.

  • 6 Parmi les travaux pionniers en ce domaine on peut citer Denis Woronoff, L’industrie sidérurgique e (...)
  • 7 Synthèse de ces travaux dans Christine Velut, « L’industrie dans la ville (faubourg Saint-Antoine, (...)

8On observe d’abord un enrichissement de nos connaissances sur les milieux entrepreneuriaux. Une première vague de thèses devenues classiques a montré comment des fabricants de secteurs traditionnels, transformés ou neufs, mais en tout cas massifs comme ceux du drap sedanais, du coton normand ou de la sidérurgie6 ont traversé la période tantôt en s’adaptant avec peine, tantôt en en profitant soit par le jeu sur les frontières nouvelles, soit par les opportunités immobilières, ou encore par l’effet de demandes extraordinaires liées à la guerre notamment. Mais ces dernières années, l’approfondissement des connaissances de ces milieux passe aussi par l’intérêt pour des milieux entrepreneuriaux peut-être moins « lourds », mais très significatifs des changements du temps. C’est le cas par exemple des tapissiers parisiens étudiés par Christine Velut. Celle-ci montre comment ce milieu, connu par l’émeute qui prit pour cible l’un de ses membres les plus connus, Réveillon, prospère malgré quelques accidents, en s’efforçant de maîtriser trois éléments : les évolutions techniques, les investissements et l’évolution des modes, liées aux aspirations croissantes au confort7.

  • 8 Catherine Kawa, Les Ronds-de-Cuir en Révolution, Paris, CTHS, 1996.

9Dans une sphère sociale très différente, celle des personnels de l’état, il est étonnant d’observer que l’évidence d’un lien étroit entre développement de l’administration publique et Révolution n’avait pas suscité de recherche spécifique sur les « employés ». La thèse de Catherine Kawa a comblé cette lacune8. L’auteure développe deux thèmes principaux. Elle montre d’abord la place équivoque de ces employés dans la Nation, puisqu’ils sont victimes du tiraillement entre la méfiance de nombreux révolutionnaires à l’égard du pouvoir exécutif et de l’administration, suspects de vouloir confisquer la souveraineté nationale d’une part, et d’autre part le souci d’améliorer la gestion des affaires publiques en développant les services. Ce tiraillement se traduit par l’absence de franche reconnaissance d’une fonction publique malgré la croissance des effectifs. Par ailleurs, le personnel d’état garde des conditions de rétribution et de carrière très diverses ; il n’est pas encore question de corps des fonctionnaires, même si le regard social tend déjà à faire émerger la figure médiocre du rond-de-cuir.

  • 9 Par exemple et successivement : Jean Duma, Les Bourbon-Penthièvre, 1678-1793, Paris, 1992 ; Michel (...)

10Pour varier les configurations des milieux évoqués dans cet aperçu catégoriel, j’évoquerai le cas de la noblesse qui a donné lieu à un nombre important de recherches à la fois spécifiques et complémentaires. Elles adoptent notamment des perspectives chronologiques différentes : certaines sont plutôt enracinées dans l’amont de l’Ancien Régime, d’autres traversent la Révolution, tandis que plusieurs mettent l’accent sur la noblesse après la Révolution et pendant l’Empire9. Ainsi dans le second cas de figure, Michel Figeac étudie quelque 824 nobles du Bordelais. Il montre leur puissance avant 1789, fondée à la fois sur l’assise foncière et sur les charges parlementaires. Il examine l’ampleur des pertes subies pendant la Révolution qui provoque l’émigration de près du tiers des nobles et l’abandon de quelque 35 % des terres qu’ils possédaient. Ces aléas n’ont pas empêché le maintien d’une indéniable primauté économique et sociale au début du xixe siècle, si bien que les nobles constituent par exemple 42 % du collège électoral départemental en 1807. Au-delà de ce bilan indispensable des trajectoires, Michel Figeac insiste sur l’absence d’unification des comportements sociaux et culturels de cette noblesse.

11Nous sommes ainsi confrontés à un trait commun à beaucoup de ces travaux : ils reposent sur l’étude d’une catégorie a priori spécifiée et constituée, mais ils aboutissent souvent à démembrer le tout dans l’étude même. Le rapprochement des diverses figures ne peut que produire une mosaïque sociale émiettée, qui pose des problèmes d’interprétation sur lesquels nous reviendrons. En tout cas, ils croisent forcément d’autres approches, celles qui mettent l’accent sur des facteurs majeurs de changement social lié à des décisions exceptionnelles prises dans le contexte révolutionnaire.

Des chocs sociaux

12Il faut effectivement y insister, la Révolution est fondamentalement la conjonction de deux processus, d’une part l’irruption de forces qui agissent en vue du pouvoir, selon des modalités nouvelles, d’autre part la mise en œuvre d’une série de mesures qui bouleversent complètement les données sociales, de l’abolition des privilèges à celle des corporations, en passant par les décisions monétaires, la vente des biens nationaux, l’économie de guerre, etc. Chacun de ces chocs a plus ou moins fait l’objet de travaux ou mériterait d’être repris. J’en évoquerai certains plus loin et j’en retiendrai deux à ce stade : la vente des biens nationaux et le blocus.

  • 10 Anne Jollet, Terre et société en Révolution, Paris, CTHS, 2000.

13L’étude de la vente des biens nationaux constitue un passage obligé de l‘histoire sociale révolutionnaire depuis la fin du xixe siècle et plus encore depuis les incomparables travaux de Georges Lefebvre. L’historiographie récente a pour originalité de conjuguer deux démarches : les études à grande échelle de micro-territoires et l’essai de synthèse à l’échelle de la France. Un territoire limité, deux cantons autour d’Amboise, une population et l’enjeu foncier, c’est le champ de l’étude significative du premier type, proposée par Anne Jollet dans son ouvrage au titre, Terre et société en révolution10, à la fois très extensif, compte tenu de l’aire géographique, et juste. Anne Jollet met effectivement l’accent sur les relations entre l’accès à la terre et les dynamiques sociales : cette société passablement contrastée s’avère pourtant très concurrentielle en matière d’appétit foncier ; une étude fine révèle en effet que les candidats aux acquisitions sont très nombreux – ce que ne révèlent pas forcément les bilans habituellement dressés ; la petite et la moyenne paysanneries sont très offensives et consolident leurs positions ; la bourgeoisie locale s’intéresse beaucoup à la terre mais en étant sélective, avec par exemple un intérêt particulier pour la vigne ; la noblesse elle, peut se maintenir sur quelques grandes propriétés. Il en résulte évidemment une société rurale complexe et irréductible à des lignes de clivage schématiques.

  • 11 Bernard Bodinier, Eric Teyssier, L’événement le plus important de la Révolution, la vente des bien (...)

14Très différente est l’entreprise courageuse qu’ont conduite Eric Teyssier et Bernard Bodinier : dresser un bilan statistique national des ventes11. Ils appuient leur comptabilité sur un large inventaire bibliographique, incluant de nombreuses maîtrises, ce qui leur permet de rassembler des données sur quelques 226 districts pour les biens du clergé et sur 150 pour ceux de seconde origine. La démarche n’est pas sans poser quelques questions, mais remarquons que l’enquête, si elle ne bouleverse pas les interprétations, permet de réviser quelques données, par exemple en révisant à la baisse l’ampleur des mutations qui concerneraient environ 10 % des terres françaises. Par ailleurs, la pesée d’ensemble est utilement associée à trois autres composantes : l’observation de considérables variations locales du phénomène, le bilan financier – indéniablement l’opération est favorable aux acquéreurs dans la mesure où elle s’accompagne d’une dépréciation de l’ordre de 50 % des prix de vente par rapport à la valeur ordinaire des terres – ; le fait que la liquidation de ce patrimoine a participé à la résorption de la dette publique et surtout au financement de la guerre. Enfin l’ouvrage ouvre sur des perspectives moins étudiées qui devraient faire l’objet de travaux à venir sur l’animation des marchés non fonciers (immeubles, meubles, œuvres d’art…) et les répercussions du phénomène à moyen terme, par les reventes, etc. J’y ajouterai volontiers l’évolution des relations sociales dans la société rurale en particulier, dans la France post-révolutionnaire en général.

  • 12 Silvia Marzagalli, Les boulevards de la fraude. Le négoce maritime et le blocus continental, Lille (...)

15C’est l’originalité de l’ouvrage de Silvia Marzagalli12 que de mettre l’accent sur les stratégies des acteurs sociaux. Dépassant les habituelles observations politiques ou commerciales, l’auteure étudie trois places marchandes, Bordeaux, Hambourg et Livourne pour saisir comment ces trois ports, contraints par le même carcan impérial, s’adaptent différemment à la situation. Elle montre, et dans ce sens c’est de la pleine histoire sociale, les moyens développés par les entrepreneurs pour s’accommoder des directives, pour jouer avec la contrebande, voire même s’acoquiner avec les corsaires anglais.

16Ce dernier exemple illustre parfaitement la densité et la variété des études de groupes sociaux par-delà la Révolution française. Les domaines socio-professionnels différents, les changements d’échelles, les entrées multiples dessinent une dynamique sociale rien moins que linéaire et réductible à un changement simple de passage d’un système à un autre. L’effet de fragmentation du social en un kaléidoscope de figures pouvant aller jusqu’à la juxtaposition d’itinéraires individuels est saisissant. La question se pose donc de savoir si on retrouve cet effet dans un autre champ de l’histoire sociale peut-être moins classique mais fortement développé ces dernières années, l’étude des comportements et des normes qui organisent la vie collective.

La Révolution, les individus
et la construction d’un nouvel ordre collectif

17La construction multiforme des relations complexes entre individus, l’appartenance à des groupes divers (familles, communautés) et l’établissement, notamment par le législateur, de nouvelles règles régissant la vie collective en matière de relations de travail, d’ordre public et de police des marchés ont été au centre du renouvellement récent des recherches. On peut tenter de rapprocher quelques-unes de ces études souvent envisagées séparément, en commençant, là encore, par une question essentielle pour une révolution souvent présentée comme l’avènement de l’individu, le rapport entre celui-ci et le collectif envisagé à différents niveaux du système social.

Individus et normes collectives

18Il est en effet banal mais nécessaire de rappeler que la Révolution française est d’abord le moment décisif du passage en droit d’une société de corps à une société d’individus autonomes. Des travaux divers ont permis d’explorer les manifestations précises, aussi bien juridiques que comportementales, de cette transformation.

  • 13 N° 322, oct. déc. 2000, 3, « Les prénoms révolutionnaires », contributions de Raphaël Bange, Alain (...)
  • 14 Idéologie et mentalités : l’essor de l’individualisme en Basse-Normandie, 1650-1850, Thèse, Univer (...)
  • 15 Tableau n° 1, p. 92.

19Les modes de désignation et d’identification des individus constituent un des symptômes du diagnostic. Un numéro spécial des Annales historiques de la Révolution française a rendu accessible les acquis de l’analyse des prénoms13, je m’arrêterai donc à deux thèses qui proposent d’autres investigations. Jean-Pierre Lethuillier14 étudie les témoins dans les archives judiciaires de Basse-Normandie sur deux siècles et conjugue l’analyse des changements dans les noms, les prénoms et les désignations professionnelles. Il discerne ainsi des dérives lentes, mais aussi des tournants plus marqués sur un temps court, notamment les années 1750-1760 et, dans une moindre mesure, la décennie révolutionnaire ; il retrouve des changements nets : moindre référence au père et au lignage, effacement des prénoms composés et de grands classiques presque obligés comme Joseph ou Jean ; mais, et peut-être surtout, il insiste sur les transformations du vocabulaire socio-professionnel. En ce domaine, les modifications sont sensibles aussi bien dans les métiers de l’artisanat que dans le travail de la terre. L’exemple le plus significatif est dans ce cas l’extension de l’usage du terme cultivateur : 90 % des paysans se déclarent laboureurs en 1788, 0,2 % cultivateurs ; tandis qu’en 1817, les proportions sont respectivement 14 % et 82 %15. Suivant un mouvement lancé par les économistes post-physiocratiques le vocabulaire social usuel, remanié par la Révolution, valorise un terme cultivateur qui se veut plutôt technique, unificateur et mélioratif ; cette valorisation peut sans doute s’interpréter comme une célébration de l’entrepreneur indépendant y compris en agriculture.

  • 16 Individu, identité et identification en France de 1715 à 1815, Université de Paris I, dir. A.Caban (...)

20Dans une thèse récente, Vincent Denis16, quant à lui, montre comment, entre 1789 et 1815, sous le Directoire et au début de l’Empire notamment, l’état standardise les modalités d’identification des individus, contribuant ainsi à les singulariser. Nous sommes là évidemment dans une dynamique du rapport entre l’individu et le collectif qui met surtout l’accent sur le renforcement des normes publiques, tandis que l’exemple précédent accordait une place essentielle à l’évolution de la médiation familiale dans les transformations de ce rapport. Or la famille en révolution a justement fait l’objet de recherches récentes et largement novatrices.

La famille dans le système social révolutionné

21En simplifiant, on peut considérer que ces recherches suivent deux voies l’une plutôt orientée vers les pratiques familiales, l’autre vers l’élaboration des lois et des normes sur la famille.

  • 17 Philippe Daumas, Familles en Révolution (1775-1825), Rennes, PUR, 2003.

22Sur le premier registre la thèse, désormais publiée, de Philippe Daumas constitue un bon exemple17. En fait, l’étude porte sur un nombre limité de villages d’Île-de-France, mais la démarche méthodique permet un dosage convaincant des permanences et des changements qui affectent les comportements familiaux par-delà la Révolution. Par exemple, en ce qui concerne les mariages, l’étude écarte les hypothèses de la dissociation des liens matrimoniaux parfois associée à la Révolution, mais souligne trois changements sensibles : l’abaissement de l’âge moyen au mariage, la multiplication des unions entre conjoints jeunes, l’accroissement du nombre de celles où la femme est plus âgée. Philippe Daumas y voit une prise d’autonomie des individus à l’égard du contrôle familial, avec l’affirmation de comportements davantage liés à des motivations personnelles ou conjoncturelles qu’à un conformisme social.

  • 18 Pour de pratiques résumés voir Jennifer Heuer et Anne Verjus, « L’invention de la sphère domestiqu (...)

23Sur le versant plus juridique des normes et des lois familiales, il était d’usage de surtout prêter attention au monument que constitue le Code civil, le plus souvent pour insister sur sa dimension fondatrice. Des contributions récentes, comme celles de Jennifer Heuer, Anne Verjus ou Jean-Louis Halpérin18 donnent à la fois plus d’étendue à l’œuvre révolutionnaire et plus de nuances à son interprétation. Sur des modes différents, ces contributions convergent sur le schéma du compromis multiforme auquel aboutissent les initiatives législatives de la période : côté changement, la dimension contractuelle de la famille, le mariage civil, l’égalité successorale et plus largement la liberté des personnes ; côté conservation, surtout après l’an III, la réaffirmation du pater familias, la reconnaissance de la citoyenneté pour le seul chef de famille, etc. Le Code civil, montre Jean-Louis Halpérin, consacre finalement l’ambivalence de la Révolution qui n’est ni une parenthèse ni une fondation totale.

24Cette idée d’une Révolution aboutissant à des formules sociales mitigées plus qu’à une rupture radicale de cadres sociaux paraît être démentie sur un terrain où se retrouvent des historiographies d’inspirations très différentes, celui de l’évolution des communautés, prétendument dissoutes par le triomphe de l’individu.

La dissolution des communautés

25La formule énoncée par Camille Desmoulins dans le Journal de Paris après la nuit du 4 août et l’abolition des corps privilégiés, claque comme un étendard de la libéralisation des rapports sociaux : « Ira commercer aux Indes qui voudra, aura une boutique qui pourra. Le maître tailleur, le maître cordonnier, le maître perruquier plaideront mais les garçons se réjouiront et il y aura illumination dans les mansardes. » En fait, là encore en des sphères socio-économiques très différentes, des publications récentes proposent une histoire du rapport Révolution/libertés d’entreprendre/liens communautaires moins simple qu’on ne l’a prétendu.

  • 19 Jean-Pierre Jessenne, « Le changement rural, l’État et l’adaptation des communautés villageoises e (...)

26Dans plusieurs textes, j’ai moi-même montré que la communauté villageoise non seulement résistait à l’individualisme promu par la Révolution mais continuait de constituer un cadre nécessaire aux exigences particulières du travail agricole et ses fortes variations19.

  • 20 Paris, Fayard, 2001.
  • 21 Haim Burstin, Le faubourg Saint-Marcel à l’époque révolutionnaire. Structure économique et composi (...)

27Dans le domaine des communautés de métiers artisanaux, le livre récent de Steven Kaplan, La fin des corporations20, montre que la suppression des corporations par la loi d’Allarde du 2 mars 1791 ne s’est pas imposée comme une évidence. La crainte du désordre économique et social explique que les Constituants aient hésité à confirmer la suppression entre l’été 1789 et le printemps 1791 et, la décident finalement surtout pour des raisons financières. La mesure laisse un vide indéniable dans l’organisation du travail, de la commercialisation et de la vie sociale, vide plus ou moins comblé par diverses formes associatives, professionnelles et politiques. Sur ce plan, les thèses de Haïm Burstin confirment un acquis fondamental de l’étude révolutionnaire : l’étroitesse de la conjonction du social et du politique21.

  • 22 Sur les formes corporatives et associatives maintenues et adaptées par-delà la Révolution, voir le (...)

28Ces exemples et d’autres recherches convergentes invitent donc non à dissocier Révolution, libéralisme économique et individualisation des relations sociales, mais à nuancer les conceptions et les pratiques de cette transformation, qui ne signifie pas effacement de l’état, du règlement et de formes diverses de communautés22 D’ailleurs, on retrouve ces formules mitigées dans les manières dont l’état intervient sur la question sociale, et c’est là un autre domaine où nous disposons d’importants travaux qui ont renouvelé les interprétations.

Les politiques de régulation sociale
entre Ancien Régime et Consulat

  • 23 Notamment par les travaux de Catherine Denys, Police et sécurité au xviiie siècle dans les villes (...)
  • 24 Judith Miller, Mastering the Market, The State and the Grain Trade in Northern France, 1700-1860, (...)
  • 25 Pour une vue d’ensemble sur ce thème Isser Woloch, The New Regime, New York, Norton, 1994 ; sur le (...)
  • 26 Catherine Duprat, Pour l’Amour de L’Humanité, le temps des philanthropes, Paris, CTHS, 1993 ; Jean (...)

29Il est impossible dans le format de cette contribution d’envisager tous les secteurs où ont été réexaminés les ajustements des interventions sociales de l’état pendant la Révolution, je me bornerai donc à les énumérer d’abord, à développer un exemple ensuite. Plusieurs recherches ont montré les hésitations et les confirmations des fonctions de police générale exercées par l’état. Il s’agit bien là d’un champ d’intervention constant, évidemment marqué par le souci du maintien de l’ordre, qui revêt des formes très variées, de la lutte contre les désordres publics, dont l’étude a été largement renouvelée23, à la police des subsistances, par exemple suivie dans le livre de Judith Miller au titre significatif, Mastering the Market [maîtriser le marché]24. Par ailleurs, le regain des travaux sur la justice, en particulier sur le sens de la création et les pratiques des justices de paix permet de mieux appréhender les modalités de surimposition des normes et des exigences collectives sur les comportements ordinaires des Français25. Le deuxième champ d’étude des interventions sociales de l’état est celui de la bienfaisance et de l’assistance : les travaux de Catherine Duprat, Jean-Pierre Gross, Yannick Marec, etc. ont montré les constances, les atermoiements, mais aussi les anticipations importantes dans cette politique26. Reste un troisième type d’intervention, à la fois décisif et forcément affecté par la redéfinition des relations entre les différents partenaires économiques et sociaux, liée à la fin de la société de privilèges, la régulation socio-économique.

  • 27 Jean-Louis Rosenthal, The Fruit of Revolution : Property Rights, Litigation, and French Revolution(...)
  • 28 Voir par exemple, G. Gayot et J.-P. Hirsch (éd.), La Révolution française et le développement du c (...)
  • 29 Gérard Gayot, « Quand les chefs de manufacture et les gens de travail retrouvèrent leur place natu (...)
  • 30 Cité par Nathalie Alzas, L’effort de guerre dans l’Hérault (1789-1799), Thèse, Université d’Aix-Ma (...)

30Plusieurs travaux ont contribué à beaucoup nuancer les bilans révolutionnaires à cet égard. Par exemple, dans un ouvrage stimulant27, Jean-Louis Rosenthal croise les interrogations, sur les facteurs, l’ampleur et le rythme des mutations techniques agricoles avec l’analyse de l’impact de la Révolution française sur la réglementation des usages ruraux. Aux thèses classiques des effets négatifs de la Révolution sur le développement agricole français, Jean-Louis Rosenthal oppose l’idée d’une transformation, fondamentale et à effets prolongés, liée d’une part à la clarification du droit de propriété, d’autre part à une efficacité nouvelle de l’État dans le traitement des litiges agro-économiques. Par exemple, les opérations d’irrigation en Provence se sont considérablement intensifiées entre 1815 et 1860, en même temps que les inévitables transactions que suppose ce genre d’opération ont trouvé des solutions plus rapides. Plus globalement, les travaux, notamment ceux des chercheurs lillois28, sur le fonctionnement de l’économie de marché soulignent l’ambivalence des attentes des classes dirigeantes françaises, patrons et négociants en particulier, à l’égard de l’état et des réglementations. D’un côté, ils revendiquent la liberté d’entreprendre mais de l’autre ils aspirent à une intervention de l’état qui permette d’organiser les relations sociales et les échanges, de protéger des concurrences extérieures, etc. Cette recherche d’une solution socio-économique mitigée, Gérard Gayot en a résumé la mise en œuvre dans la France révolutionnée du Consulat, en montrant comment celui-ci pratique la « chaptalisation des institutions du commerce et de l’industrie », c’est-à-dire crée des lieux et organismes, comme le Conseil d’agriculture, des arts et du commerce d’abord, les chambres de commerce ensuite, où peut se régler par la transaction entre l’état et les entrepreneurs, la question de la reconnaissance mutuelle de l’autorité et de la compétence29. Ainsi sont en partie satisfaites les demandes des marchands de drap de l’Hérault qui proclament dans leur observation sur le commerce de 1797 : « Le gouvernement s’identifie avec le commerce et le commerce seul le tirera de cet état de dépérissement où il languit depuis trop longtemps. Parmi les encouragements qui doivent vivifier les branches du commerce, nous pouvons comprendre des règlements qui soustraient l’entrepreneur au caprice et à la dépendance de l’ouvrier qu’il emploie30. » Dans ce sens aussi, le bilan de la Révolution nous éloigne de l’interprétation univoque : ni libéralisme compris comme le règlement exclusivement inter-individuel des relations sociales, ni dirigisme de l’économie de guerre en l’an II.

31Ce bilan en forme de plaidoyer pour prendre en compte l’ampleur mais aussi la complexité du changement nous ramène à l’observation initiale du décalage entre la fécondité indéniable de l’histoire sociale et l’impression commune de sa crise.

L’histoire sociale de la Révolution entre fécondité, doute et recomposition

32Face au paradoxe ainsi relevé, il convient d’abord de mieux cerner la nature des doutes. Il importe en effet de distinguer l’insuffisance des recherches dans certains domaines de l’évolution sociale et les difficultés à faire converger des travaux nombreux et fructueux dans une lecture d’ensemble de celle-ci.

Des zones d’ombres

33En parcourant les différents genres d’études évoqués plus haut, à commencer par celles des groupes sociaux, il apparaît clairement que les milieux populaires au sens large, à la campagne comme à la ville, demeurent mal connus et devraient susciter des approches, selon les diverses échelles évoquées à propos d’autres catégories. De même, au-delà d’une histoire du religieux en Révolution centrée sur le rapport entre l’église et la politique, une histoire sociale des clercs par-delà le choc révolutionnaire reste à entreprendre.

  • 31 Hubert Delpont, La victoire des croquants. Les révoltes paysannes du grand Sud-Ouest pendant la Ré (...)

34Par ailleurs, les stratégies sociales en rapport avec la guerre et son économie spécifique restent largement à explorer à la fois dans la voie ouverte par Michel Bruguière et dans celle tracée par Jean-Paul Bertaud sur la société militaire. En ce qui concerne les règles du jeu social, on ignore presque tout de l’impact effectif des modifications des usages communautaires et du rôle des municipalités dans l’organisation de la vie rurale. En outre, l’ouvrage récent d’Hubert Delpont sur les révoltes du Sud-Ouest venant après celui de Jean Nicolas sur la rébellion française de 1660 à 178931, montre, qu’au-delà des thèses et synthèses classiques sur les révoltes et les contestations populaires, il faut faire appel à une étude méthodique des synergies entre questions sociales, mouvements collectifs et dynamiques politiques révolutionnaires.

35La liste des « creux » historiographiques pourrait évidemment être allongée, ce n’est pas un indice de crise, mais au contraire celui de la fécondité d’approches de plus en plus diverses. Il faut donc chercher ailleurs les raisons qui fondent l’impression de repli de l’histoire sociale.

La fragmentation des lectures sociales de la France en révolution

  • 32 Je reprends ici les premiers éléments d’une réflexion collective préparatoire au colloque prévu à (...)

36Il est évident que l’histoire sociale se dérobe à toute interprétation globale de la Révolution, comme si elle était paralysée par la conjonction des controverses historiographiques et des évolutions du monde contemporain. Un retour sur l’histoire de la mise à l’encan du concept de révolution bourgeoise peut éclairer les logiques à l’œuvre dans cette évolution32.

37En effet, c’est une évidence que longtemps l’histoire sociale s’est arc-boutée sur une conviction posée par Barnave dès 1790, reprise par les historiens libéraux de la Restauration : la Révolution française fut une « révolution bourgeoise ». Jusqu’au milieu du xxe siècle, malgré des différences de signification, l’évidence est demeurée largement partagée par des auteurs pourtant violemment opposés sur le plan politique, de droite comme de gauche. Après 1950, autour de la Société des études Robespierristes et de personnalités comme Georges Lefebvre ou Albert Soboul, et dans le contexte international de l’opposition des blocs, l’interprétation sociale de la Révolution comme révolution bourgeoise s’est durcie autour des deux thèmes indissociables du rôle dirigeant de la bourgeoisie et de la transition du féodalisme au capitalisme. A contrario, la mise en cause de cette « orthodoxie » interprétative par les historiens anglo-saxons, bientôt relayés par François Furet et les historiens qui se sont inscrits dans sa démarche, ont visé plus particulièrement cette interprétation sociale de la Révolution et ont discrédité une lecture mécaniste du rapport entre le social et le politique. Si bien que depuis les années 1980, envisager les enjeux sociaux de la Révolution et a fortiori leur donner une signification sociale est devenu d’autant plus suspect que l’effondrement des « sociétés-états » communistes et le primat des modèles libéraux ont donné plus de force à cette disqualification.

  • 33 Pour un aperçu de ces réflexions, on pourra se reporter à Bernard Lepetit (dir.), Les formes de l’ (...)
  • 34 Voir notamment L’homme pluriel, Paris, Nathan, 1998.
  • 35 Timothy Tackett, Par la volonté du peuple, (1996), Paris, Albin Michel, 1997.
  • 36 Haim Burstin, op. cit., 1999 ; Steven Kaplan, op. cit., 2001.
  • 37 Roger Dupuy, De la révolution à la chouannerie, Paris, Flammarion, 1988.

38D’autres facteurs, notamment scientifiques, ont aussi joué. En particulier, les réflexions sur la construction des catégories sociales ou sur la complexité des identités individuelles et collectives, initiés à la fois par des historiens comme Bernard Lepetit ou Jacques Revel33 et par des sociologues comme Bernard Lahire34, qui ont incité à une attitude critique à l’égard du risque de réification de catégories sociales abusivement posées comme allant de soi, notamment celle de bourgeoisie, alors que bizarrement celle tout aussi simplificatrice de paysannerie reste davantage en usage. D’ailleurs, les nombreux et fructueux travaux d’histoire sociale dont nous avons donné un aperçu, confirment cet éclatement interprétatif, en mettant en exergue l’émiettement des comportements sociaux et politiques, en insistant sur le façonnement des attitudes collectives par les événements eux-mêmes, à la manière dont Timothy Tackett le démontre pour les députés de la Constituante35, Haïm Burstin et Steven Kaplan pour les sans-culottes parisiens36, Roger Dupuy pour les chouans37. Ainsi en cette charnière des xxe et xxie siècles, où toute lecture politique et sociale globale du devenir collectif semble se dérober, est-il tentant d’en rester à une lecture éclatée de la Révolution comme juxtaposition d’expériences multiples et contradictoires. Est-ce à dire qu’il faille renoncer à toute recomposition et surtout à toute interprétation sociale d’ensemble de la Révolution, malgré la fécondité des recherches ?

Possibles recompositions ?

  • 38 Ce n’est pas mon propos d’argumenter plus avant sur ce thème dans cette contribution, mais l’obser (...)

39Observons d’abord que l’histoire de la culture politique n’hésite pas à risquer des interprétations globalisantes de la « logique révolutionnaire38 », souvent en faisant largement abstraction de la complexité des enjeux, des événements et des comportements collectifs ; pour ma part, je ne saurai avoir la prétention de proposer une relecture d’ensemble, peut-être prématurée. En revanche, il est possible de préciser ce qu’elle ne saurait être et d’esquisser quelques orientations pour les réflexions à venir.

40Avant toute proposition, il me paraît essentiel d’abord de souligner que la recomposition ne devrait être ni un retour à un schéma unilinéaire organisé selon l’idée du passage inévitable d’un mode de production à un autre, du féodalisme au capitalisme par exemple ou construit autour d’un agent unique fut-il la bourgeoisie ou le prolétariat. Il importe au contraire de considérer d’abord que la configuration des groupes et des classes dans la société est le résultat de processus multiples où interviennent des composantes diverses, socio-économiques mais aussi culturelles et politiques. De même, peut-on considérer que l’une des dimensions des transformations liées à la Révolution française est le développement du capitalisme, sans pour autant penser un schéma uniforme de développement. Deux exemples m’aideront à préciser le sens du propos.

  • 39 Je reprends ici en les synthétisant les suggestions présentées dans plusieurs contributions spécif (...)

41Dans le domaine du changement agricole et de la société rurale, il est acquis que la Révolution n’est réductible ni au triomphe de la grande propriété associée à la grande exploitation, ni à celui du petit propriétaire exploitant39. C’est bien plutôt une paysannerie composite qui se dessine au début du xixe siècle. Par ailleurs, on le sait, ces changements s’accompagnent de la confirmation de profils régionaux diversifiés plus ou moins orientés vers des vocations agricoles différentes. Ainsi la perpétuation d’une formation sociale associant des exploitants en situations très diverses, dans le cadre de systèmes agricoles variés, rend possible le maintien d’une population rurale nombreuse dans un pays densément peuplé ; une intégration économique et sociale lente mais profonde est finalement possible sans rupture sociale majeure après l’abolition du complexe féodal. La régulation socio-économique, les logiques identitaires, à ne pas confondre avec les mythologies de la « paysannerie-une », sont des ressorts d’une pérennisation communautaire qui coexiste avec l’individualisation des normes et des rapports sociaux par-delà la Révolution, pendant au moins une bonne partie du xixe siècle. Ces permanences n’enlèvent rien au fait que la Révolution occupe, dans la transition rurale française, une place centrale qui n’est réductible ni aux seules questions foncières, ni aux seuls mouvements de contestation, aussi puissants soient-ils. Elle met plutôt en jeu un processus d’ajustement général des relations sociales, de l’organisation de l’état et de l’intégration des communautés rurales à l’état, associé à une mutation capitaliste lente et modulée. C’est ce processus multiforme d’ajustement qui devrait faire l’objet d’études convergentes.

42Le deuxième exemple me conduit à revenir sur l’interprétation de la Révolution française comme révolution bourgeoise. Dans le projet lillois de colloque déjà cité, si nous entendons lier évolution et changement social et si nous parlons d’ordre bourgeois, c’est que nous pensons que, sans reprendre l’antienne de la révolution bourgeoise comme une donnée sans problème, c’est au contraire un sujet de questionnements multiples, qui conjugue en tout cas au moins trois registres : l’interrogation sur les définitions des bourgeois, de la ou des bourgeoisie(s) entre fin de la société de corps et temps de l’industrie ; l’examen d’éventuels engagements spécifiques des bourgeois dans les luttes pour le pouvoir dans la France en Révolution enfin, et nous touchons là bien sûr à la dimension la plus ambitieuse d’une conception renouvelée de l’interprétation sociale de la Révolution, les réflexions sur les convergences dans les transformations des institutions, des règles sociales, des modes de vie que l’on peut résumer en une question : dans quelle mesure relèvent-elles d’un « embourgeoisement » de la société française et de l’état-Nation ? Question de nature à faire converger et à approfondir plusieurs diagnostics bien posés par plusieurs des recherches évoquées plus haut sur l’individualisation des rapports sociaux, du rapport à la propriété, mais aussi ouverture sur une démarche qui reprendrait à neuf la recherche autour du thème de l’éventuelle originalité des modes de vivre, de penser ou de croire bourgeoisement. Ainsi me semble se dessiner la voie d’une histoire sociale qui conjugue la double exigence de l’analyse de la diversité des faits sociaux, surtout en révolution, et la mise en relation des transformations autour de lignes de force du changement.

  • 40 Bernard Lepetit (dir.), op. cit., 1995, p. 295.

43Pour terminer, gageons en effet que si l’histoire sociale en général, celle de la Révolution en particulier, se résout à une modestie trop restrictive, qui consisterait à décrire la complexité et la variété des cas, sans synthèse interprétative, elle ferait courir deux risques à la science historique : d’une part elle laisserait le champ libre à la vision exclusive des dynamiques révolutionnaires comme un « jeu politique », d’autre part et plus gravement encore, elle pourrait diluer l’utilité collective de l’Histoire dans le monde contemporain, notamment celle que rappelait Bernard Lepetit en conclusion de l’ouvrage Les formes de l’expérience40 : établir le lien entre passé, présent et avenir.

Notes

1 Michel Vovelle, « Du tout social au tout politique », AHRF, n° 310, oct. déc. 1997, p. 545-555.

2 Georges Dupeux, La société française (1789-1960), Paris, A. Colin, coll. « U », 1964. Depuis, la démarche a surtout été mise en œuvre pour certains secteurs de la société, par exemple par Donald Sutherland, « Peasants, Lords and Leviathan : Winners and Losers from the Abolition of French Feudalism, 1780-1820 », Journal of Economic History, v. 62, mars 2002, p. 1-24.

3 Jean-Marc Moriceau, Gilles Postel-Vinay, Ferme, entreprise et famille, Paris, EHESS, 1992.

4 Michel Zylberberg, Capitalisme et catholicisme dans la France moderne. La dynastie Le Couteulx, Paris, Éd. de la Sorbonne, 2001.

5 Frédérique Pitou, « Aristocrate malgré lui ou les mésaventures d’un père d’émigré (1792-1805) », AHRF, n° 323, 2001, p. 35-57 ; Joël Cornette, Un révolutionnaire ordinaire, Benoît Lacombe, négociant, Paris, Champvallon, 1986.

6 Parmi les travaux pionniers en ce domaine on peut citer Denis Woronoff, L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, EHESS, 1984 ; vinrent ensuite Serge Chassagne, Le coton et ses patrons, France, 1760-1840, Paris, EHESS, 1991 et Gérard Gayot, Les draps de Sedan (1646-1870), Paris, EHESS, 1998.

7 Synthèse de ces travaux dans Christine Velut, « L’industrie dans la ville (faubourg Saint-Antoine, 1750-1820) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 49/1, 2002, p. 115-138.

8 Catherine Kawa, Les Ronds-de-Cuir en Révolution, Paris, CTHS, 1996.

9 Par exemple et successivement : Jean Duma, Les Bourbon-Penthièvre, 1678-1793, Paris, 1992 ; Michel Figeac, Destins de la noblesse bordelaise, 1770-1830, Bordeaux, 2 t., 1996 ; Natalie Petiteau, Élites et mobilités : la noblesse d’Empire au xixe siècle, Paris, La Boutique de l’Histoire, 1997.

10 Anne Jollet, Terre et société en Révolution, Paris, CTHS, 2000.

11 Bernard Bodinier, Eric Teyssier, L’événement le plus important de la Révolution, la vente des biens nationaux, Paris, SER et CTHS, 2000.

12 Silvia Marzagalli, Les boulevards de la fraude. Le négoce maritime et le blocus continental, Lille, Septentrion, 1999.

13 N° 322, oct. déc. 2000, 3, « Les prénoms révolutionnaires », contributions de Raphaël Bange, Alain Croix, Dominique Julia, Serge Bianchi, Pierre-Henri Billy, Jean-Pierre Lethuillier, Philippe Daumas.

14 Idéologie et mentalités : l’essor de l’individualisme en Basse-Normandie, 1650-1850, Thèse, Université de Paris I, dir. M. Vovelle, 1993.

15 Tableau n° 1, p. 92.

16 Individu, identité et identification en France de 1715 à 1815, Université de Paris I, dir. A.Cabantous, 2003.

17 Philippe Daumas, Familles en Révolution (1775-1825), Rennes, PUR, 2003.

18 Pour de pratiques résumés voir Jennifer Heuer et Anne Verjus, « L’invention de la sphère domestique au sortir de la Révolution », AHRF, n° 327, 2002, p. 1-29 et Halpérin Jean-Louis, « Le droit privé de la Révolution : héritages législatif et idéologique », AHRF, n° 328, 2002, p. 135-153.

19 Jean-Pierre Jessenne, « Le changement rural, l’État et l’adaptation des communautés villageoises en France et en Europe du Nord-Ouest à la fin du xviiie siècle », AHRF, n° 315, 1999, p. 127-163 et « Synergie nationale et dynamique communautaire dans l’évolution politique rurale par-delà la Révolution française », La politisation des campagnes au xixe siècle, École Française de Rome, 2000, p. 57-79.

20 Paris, Fayard, 2001.

21 Haim Burstin, Le faubourg Saint-Marcel à l’époque révolutionnaire. Structure économique et composition sociale, Paris, SER, 1983 ; et surtout Une révolution à l’œuvre, le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), Thèse Paris I, dir. M. Vovelle, 1999

22 Sur les formes corporatives et associatives maintenues et adaptées par-delà la Révolution, voir les contributions diverses et significatives dans Steven Kaplan et Philippe Minard. La France malade du corporatisme ? (xviiie-xxe siècles), Paris, Belin, 2004.

23 Notamment par les travaux de Catherine Denys, Police et sécurité au xviiie siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, L’Harmattan, 2002 ; Vincent Milliot, « Gouverner les hommes et leur faire du bien », La police de Paris au siècle des Lumières, Mémoire d’habilitation, Paris I, 2002. Une esquisse de bilan sur ces thèmes est fourni par la Revue d’Histoire moderne et contemporaine, n° 50-1, 2003.

24 Judith Miller, Mastering the Market, The State and the Grain Trade in Northern France, 1700-1860, Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

25 Pour une vue d’ensemble sur ce thème Isser Woloch, The New Regime, New York, Norton, 1994 ; sur les justices de paix : Claude et Claudine Coquard, Société et justice de paix, deux cantons de l’Allier, Presses Universitaires de Clermont-Ferrand, 2001 ; Anthony Crubaugh, Balancing the Scales of Justice. Local Courts and Rural Society in Southwest France (1750-1800), Pensylvania State University, 2001.

26 Catherine Duprat, Pour l’Amour de L’Humanité, le temps des philanthropes, Paris, CTHS, 1993 ; Jean-Pierre Gross, Fair Shares for All, Jacobin Egalitarism in Practice, Cambridge, Cambridge University Press, 1997 ; Yannick Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927), Paris, La Documentation française, 2002.

27 Jean-Louis Rosenthal, The Fruit of Revolution : Property Rights, Litigation, and French Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

28 Voir par exemple, G. Gayot et J.-P. Hirsch (éd.), La Révolution française et le développement du capitalisme, Lille, n° spécial, Revue du Nord, 1989 ; Jean-Pierre HIRSCH, Les deux rêves du commerce, Paris, EHESS, 1991 ; Philippe Minard, « État et économie en France après la Révolution : quel libéralisme ? », dans Michel Biard (éd.), Terminée la Révolution, Calais, Economica, 2002, p. 203-213.

29 Gérard Gayot, « Quand les chefs de manufacture et les gens de travail retrouvèrent leur place naturelle dans la société après Brumaire », dans J.-P. Jessenne (éd.), Du Directoire au Consulat : 3) Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’État-Nation, Lille III, CHRENO, 2001, p. 217-243.

30 Cité par Nathalie Alzas, L’effort de guerre dans l’Hérault (1789-1799), Thèse, Université d’Aix-Marseille, dir. C. Peyrard, 2002.

31 Hubert Delpont, La victoire des croquants. Les révoltes paysannes du grand Sud-Ouest pendant la Révolution, Nérac, 2002 ; Jean Nicolas, La Rébellion française, Paris, Seuil, 2002.

32 Je reprends ici les premiers éléments d’une réflexion collective préparatoire au colloque prévu à Lille (Centre de recherche Cersates et Crheno) en janvier 2006 sur le thème Révolution française et changement social : vers un ordre bourgeois ? (Initiateurs : G. Gayot, J.-P. Jessenne, P. Guignet, H. Leuwers, P. Minard, M. de Olivera…).

33 Pour un aperçu de ces réflexions, on pourra se reporter à Bernard Lepetit (dir.), Les formes de l’expérience, une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995.

34 Voir notamment L’homme pluriel, Paris, Nathan, 1998.

35 Timothy Tackett, Par la volonté du peuple, (1996), Paris, Albin Michel, 1997.

36 Haim Burstin, op. cit., 1999 ; Steven Kaplan, op. cit., 2001.

37 Roger Dupuy, De la révolution à la chouannerie, Paris, Flammarion, 1988.

38 Ce n’est pas mon propos d’argumenter plus avant sur ce thème dans cette contribution, mais l’observation vaut aussi bien pour les interprétations classiques ouvertes par François Furet qui ramènent l’enjeu révolutionnaire à la question de la souveraineté absolue que pour l’essai récent d’Annie Jourdan, La Révolution, une exception française, Paris, Flammarion, 2003 ; l’auteur y pense la Révolution, notamment la Terreur, exclusivement comme une question d’irréductibilité des oppositions politiques et culturelles.

39 Je reprends ici en les synthétisant les suggestions présentées dans plusieurs contributions spécifiques, notamment celles citées à la note 19.

40 Bernard Lepetit (dir.), op. cit., 1995, p. 295.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540