Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Les avatars du phénicisme

p. 13-26

Note de l’auteur

Cette communication s’appuie beaucoup sur Quinn Joséphine, In Search of the Phoenicians, Princeton University Press, 2018, Kaufman Asher, Reviving Phoenicia, The Search for Identity in Lebanon, I. B. Tauris, 2014.


Texte intégral

Le portrait des Phéniciens

1Si la mission en Phénicie de Renan occupe une place essentielle dans l’histoire de la connaissance du monde phénicien, elle s’inscrit néanmoins dans toute une tradition historique héritée de l’Antiquité gréco-romaine et de la Bible qui s’est régulièrement renouvelée en fonction des intérêts du moment. Il serait fastidieux d’énumérer un long catalogue des ouvrages consacrés à ce sujet depuis l’invention de l’imprimerie. On se contentera ici, pour la période antérieure à Renan de trois grands écrivains français : Fénelon, Voltaire et évidemment Flaubert.

2Chez Fénelon, dans les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, publié en 1694-1696, les Phéniciens sont présentés avant tout comme des commerçants. Le commerce est le fondement de leur puissance :

« Vous voyez, Télémaque, la puissance des Phéniciens : ils sont redoutables à toutes les nations voisines par leurs innombrables vaisseaux ; le commerce, qu’ils font jusques aux colonnes d’Hercule, leur donne des richesses qui surpassent celles des peuples les plus florissants. »

3Ils ont ainsi résisté à Sésostris, le puissant roi égyptien. La ville de Tyr est « la reine de toutes les mers », « ville commune de tous les peuples et le centre de leur commerce ». Son peuple est travailleur et accueillant aux étrangers. Il en ressort un véritable panégyrique des peuples commerçants et du laissez-faire économique :

« Le vrai moyen de gagner beaucoup est de ne vouloir jamais trop gagner et de savoir perdre à propos. Faites-vous aimer par tous les étrangers ; souffrez même quelque chose d’eux ; craignez d’exciter leur jalousie par votre hauteur. Soyez constant dans les règles du commerce ; qu’elles soient simples et faciles ; accoutumez vos peuples à les suivre inviolablement : punissez sévèrement la fraude et même la négligence ou le faste des marchands, qui ruine le commerce en ruinant les hommes qui le font. Surtout n’entreprenez jamais de gêner le commerce pour le tourner selon vos vues. Il faut que le prince ne s’en mêle point, de peur de le gêner, et qu’il en laisse tout le profit à ses sujets, qui en ont la peine ; autrement il les découragera : il en tirera assez d’avantages par les grandes richesses qui entreront dans ses États. »

4Ce critique de la monarchie de Louis XIV (Sésostris) doit aussi probablement penser à la Hollande de son temps. Il considérait que tous les maux de la France de son temps viennent de la guerre de Hollande de 1672.

5Voltaire a traité surtout des Phéniciens dans L’Essai sur les mœurs de 1756. Leur penchant pour le commerce maritime est le produit du manque de terres, donc du besoin :

« Les Phéniciens furent dans l’antiquité ce qu’étaient les Vénitiens au xve siècle, et ce que sont devenus depuis les Hollandais, forcés de s’enrichir par leur industrie. Le commerce exigeait nécessairement qu’on eût des registres qui tinssent lieu de nos livres de compte, avec des signes aisés et durables pour établir ces registres. L’opinion qui fait les Phéniciens auteurs de l’écriture alphabétique est donc très vraisemblable. »

6Le philosophe est surtout intéressé par la polémique contre la Bible. S’il y a quelques exagérations de sa part, la critique moderne pencherait plutôt de son côté :

« La Phénicie était appelée le pays des lettres, Kirjath Sepher. Quand les Hébreux vinrent s’établir dans une partie de cette contrée, ils brûlèrent la ville des lettres, comme on le voit dans Josué et dans les Juges. Jérombal, consulté par Sanchoniathon, était prêtre du Dieu suprême, que les Phéniciens nommaient Iao, Jeova, nom réputé sacré, adopté chez les Égyptiens et ensuite chez les Juifs. On voit, par les fragments de ce monument si antique, que Tyr existait depuis très longtemps, quoiqu’elle ne fût pas encore parvenue à être une ville puissante. Ce mot El, qui désignait Dieu chez les premiers Phéniciens, a quelque rapport à l’Alla des Arabes ; et il est probable que de ce monosyllabe El les Grecs composèrent leur Élios. Mais ce qui est plus remarquable, c’est qu’on trouve chez les anciens Phéniciens le mot Éloa, Éloin, dont les Hébreux se servirent très longtemps après, quand ils s’établirent dans le Canaan. C’est de la Phénicie que les Juifs prirent tous les noms qu’ils donnèrent à Dieu, Éloa, Lao, Adonaï ; cela ne peut être autrement, puisque les Juifs ne parlèrent longtemps en Canaan que la langue phénicienne. »

7Salammbô de Flaubert (1862) est contemporain de La Mission de Phénicie. De ce grand succès de librairie, la postérité a souvent retenu la description du sacrifice des enfants au dieu Moloch :

« Peu à peu, des gens entrèrent jusqu’au fond des allées ; ils lançaient dans la flamme des perles, des vases d’or, des coupes, des flambeaux, toutes leurs richesses ; les offrandes, de plus en plus, devenaient splendides et multipliées. Enfin un homme qui chancelait, un homme pâle et hideux de terreur, poussa un enfant ; puis on aperçut entre les mains du colosse une petite masse noire ; elle s’enfonça dans l’ouverture ténébreuse. Les prêtres se penchèrent au bord de la grande dalle ; – et un chant nouveau éclata, célébrant les joies de la mort et les renaissances de l’éternité. Ils montaient lentement, et, comme la fumée en s’envolant faisait de hauts tourbillons, ils semblaient de loin disparaître dans un nuage. Pas un ne bougeait. Ils étaient liés aux poignets et aux chevilles ; et la sombre draperie les empêchait de rien voir et d’être reconnus. […] Chaque fois que l’on y posait un enfant, les prêtres de Moloch étendaient la main sur lui, pour le charger des crimes du peuple, en vociférant : “Ce ne sont pas des hommes, mais des bœufs !” et la multitude à l’entour répétait : “Des bœufs ! Des bœufs !” Les dévots criaient : “Seigneur ! Mange !” et les prêtres de Proserpine, se conformant par la terreur au besoin de Carthage, marmottaient la formule éleusiaque : “Verse la pluie ! Enfante !” Les victimes à peine au bord de l’ouverture disparaissaient comme une goutte d’eau sur une plaque rougie ; et une fumée blanche montait dans la grande couleur écarlate. Cependant l’appétit du Dieu ne s’apaisait pas. Il en voulait toujours. »

8Renan s’est intéressé très tôt à la Phénicie1. Il a dû admettre que le phénicien était une langue sémitique alors que la civilisation phénicienne est complètement opposée à l’esprit sémitique du fait du commerce, de la mer, de la mythologie. Le polythéisme des Phéniciens laisse supposer une origine non sémitique. La Mission en Phénicie dont la publication commence en 1864 va à la fois insister sur la différence entre les Hébreux et les Phéniciens et marquer la possibilité d’une certaine continuité entre les Phéniciens de jadis et les habitants d’aujourd’hui :

« En général, la race actuelle du pays de Byblos est vive, éveillée, bonne, sensuelle. Bien que très mêlée par suite des accidents historiques, cette race présente encore parfois des types, surtout des femmes, qu’on dirait des revenants d’un autre monde. J’ai vu une de ces femmes appartenant à une ancienne famille de la montagne ; on eût dit Jézabel ressuscitée. Quoique jeune, elle était arrivée à une taille colossale. La beauté de ces femmes, incomparable durant un an ou deux, tourne très vite à l’obésité et à un développement de la gorge presque monstrueux.
Le Liban est vraiment le tombeau d’un vieux monde à part, qui a disparu corps et biens. Une totale substitution de race, langues et de religions a eu lieu. Maronites, Grecs, Metualis, Druzes, Musulmans, Arabes et Turcomans, y sont de fraîche date ; mais l’ancienne race libaniote ou giblite y vit encore sous terre, à l’état virtuel, si j’ose le dire, et fait sa réapparition, comme la vieille race en Égypte, par ces « types revenants”, qui sont un des phénomènes les plus frappants de l’anthropologie. »

9Les fouilles montrent le manque d’originalité de l’esprit phénicien : tout est emprunté à l’Égypte puis au gréco-romain. Les petits objets phéniciens sont de goût contestable, cela fait songer aux États-Unis et même à l’Angleterre de nos jours. Avec justice, Renan marque la résistance des « républiques phéniciennes » à la domination étrangère :

« Tyr fut la première ville qui défendit sa liberté contre ces redoutables monarchies qui, des bords du Tigre et de l’Euphrate menaçaient d’éteindre la vie de la Méditerranée. Quand toute la Phénicie avait plié, ce rocher tint seul en échec l’énorme machine assyrienne, supporta pendant des années la faim et la soif, et finit par voir décamper de la plaine voisine Salmanazar et Nabuchodonosor. On ne traverse pas sans émotion ce détroit devenu un isthme, qui, en son temps, a été le boulevard de la liberté. Cent et deux cents ans avant les victoires de la Grèce, il y eut là des “guerres médiques”, presque aussi glorieuses que celles du ve siècle et dont Tyr supporta l’effort. Tyr représenta ainsi la première lutte des républiques municipales contre le despotisme oriental. »

10Renan est un homme de paradoxes. Ses fouilles sont un modèle du genre pour cette période de l’histoire de l’archéologie et le lancement du Corpus inscriptionum semiticarum en 1867 permettra d’établir les études sémitiques comme champ scientifique. En même temps, les Phéniciens perdent de leur importance dans son œuvre, pris qu’ils sont dans l’Athènes de la Prière sur l’Acropole et la Jérusalem des Origines du christianisme.

11La reprise de l’archéologie phénicienne devra attendre l’époque du Mandat français. Ce qui est étudié dans cette période est plutôt le monde de Carthage. Pourtant les grandes synthèses historiques de la fin du xixe siècle vont donner aux Phéniciens une place particulière dans l’histoire. Il en est ainsi de François Lenormant (1837-1883) donc un contemporain de Renan2. On lui doit une monumentale Histoire ancienne de l’Orient ancien jusqu’aux guerres médiques publiée de 1881 à 1888. Le dernier tome, publié de façon posthume porte en particulier sur les Phéniciens. Ils ont été acculés par leurs rivaux sur le littoral d’où la nécessité pour eux de se lancer dans le commerce maritime qui a fini par faire de la Méditerranée un « lac phénicien ». Ils ont ainsi civilisé les peuples barbares de la Méditerranée. Leur place dans l’histoire et leur identité sont contrastées. D’un côté, ils avaient une religion dépravée avec des orgies, de la prostitution sacrée et les terribles sacrifices humains, en particulier d’enfants :

« On nous les peint à la fois durs et serviles, tristes et cruels, corrompus et sanguinaires, égoïstes et cupides, inexorables et sans foi ; il semble que l’esprit de leur culte ait conspiré, avec leur existence toute commerciale et industrielle, à fermer leurs cœurs aux émotions généreuses, aux besoins d’un ordre élevé, d’un idéal supérieur aux choses d’ici-bas. Quelque habiles et savants qu’ils se montrassent dans les œuvres matérielles, ils étaient bien, dans l’ordre moral, les descendants du fils particulièrement maudit dans la malédiction générale des fils de Cham. »

12Néanmoins par leur œuvre civilisatrice, ils peuvent être considérés comme les précepteurs des peuples de la Méditerranée.

13Un portrait assez proche se retrouve dans le livre de l’historien anglais George Rawlinson, Phoenicia publié dans une série consacrée à l’histoire des nations en 1889. Les Phéniciens sont un peuple sémitique. Ils ont un caractère avant tout pratique, persévérant et énergique. Ils ont su maintenir leur prospérité commerciale et leurs richesses pendant des siècles, sans s’amollir. En revanche, il leur manque l’amour de la pensée abstraite que l’on retrouve chez les Hébreux et les Arabes. Ils ont pu avoir à l’origine une esquisse de monothéisme, puis ils ont élaboré un polythéisme syncrétique avec une tendance à la licence et aux sacrifices humains. Leur religion ne les poussait donc pas à la moralité. Dans l’histoire, ils ressemblent aux peuples commerçants comme ceux de Milet, de Corinthe, de Gênes, Venise, du Portugal, de la Hollande et dans une certaine mesure de l’Angleterre. Donc finalement un bon exemple à suivre, celui des peuples commerçants qui, aujourd’hui, contre le militarisme rejettent les comportements guerriers avec la sanction de la civilisation et du christianisme.

14En 1897, c’est la publication du tome II de l’Histoire ancienne des peuples de l’Orient classique de Gaston Maspero, Les premières mêlées des peuples. L’originalité du fondateur de la dynastie des Maspero est de placer la Phénicie dans un cadre syrien. Le début du livre est particulièrement célèbre :

« Certaines contrées semblent prédestinées dès l’origine à n’être que des champs de disputés sans cesse entre les nations. C’est chez elles et à leurs dépens que leurs voisins viennent vider, de siècle en siècle, les querelles et les questions de primauté qui agitent leurs coins du monde. On s’en jalouse la possession, on se les arrache lambeau en lambeau, la guerre les foule et les démembre : tout au plus leurs peuples peuvent-ils prendre parti, se joindre à l’un des ennemis qui les écrasent, l’aidant à triompher des autres, rendre du même coup leur servitude assurée pour longtemps. Un hasard inespéré oblige-t-il enfin leur seigneur étranger à les délivrer de sa présence, ils se montrent incapables de mettre à profit le répit que la fortune leur accorde, et de s’organiser efficacement en vue des attaques futures. Ils se divisent en cent communautés rivales dont la moindre prétend demeurer autonome, et entretient une guerre perpétuelle sur ses frontières, pour conquérir ou pour conserver la souveraineté glorieuse de quelques arpents de blé dans la plaine ou de quelques ravins boisés dans la montagne. C’est, pendant des années, une mêlée sanglante, où de petites armées se livrent de petits combats pour la défense de petits intérêts, mais si rudement et d’un acharnement si furieux, que le pays en souffre autant et plus que d’une invasion. Ils ne font trêve à leurs luttes que sous un maître venu du dehors, et ils ne vivent une vie personnelle que dans l’intervalle de deux conquêtes : leur histoire s’absorbe presque entière dans celle de plusieurs autres peuples. »

15Dans ce cadre, les cités phéniciennes se sont tournées vers la mer :

« Étaient-ils plus marchands que pirates ou plus pirates que marchands ? Ils n’en savaient trop rien eux-mêmes, et leur conduite vis-à-vis des bateaux qu’ils rencontraient en mer ou des tribus qu’ils fréquentaient se règle sur les circonstances du moment. Lorsqu’en abordant ils ne se sentaient point les plus forts, le marchand aussitôt et il imposait silence aux instincts du pirate3. »

16Le dernier mais pas le moindre des historiens des Phéniciens d’avant 1914 est le jeune Victor Bérard (1864-1931) Les Phéniciens et l’Odyssée publiés en deux volumes en 1902-1903. Sa grande thèse était qu’Homère était phénicien :

« Ce chef-d’œuvre apparut au “recoupement”, si je puis dire, de la tradition grecque et de l’influence sémitique : ainsi, dans presque tous les pays et presque tous les temps, les grandes œuvres d’art sont le double produit d’une tradition nationale et d’une influence étrangère. Les Hellènes avaient leurs nostoi [récits des retours de la guerre de Troie] ; les Sémites avaient leurs périples et, peut-être, leurs contes, romans ou poèmes de navigation : l’Odyssée homérique est le résultat d’un habile mélange ou croisement. Je la définirais volontiers “l’intégration dans un nostos grec d’un périple ou d’un poème sémitique”. »

Le phénicisme ou la quête des origines

17Le phénicisme est à l’origine un terme linguistique : l’existence d’une tournure « phénicienne » dans un texte non phénicien. Il peut aussi signifier la thèse d’une présence phénicienne dans telle ou telle région, ce qui peut être combattu par d’autres historiens généralement défenseur de l’hellénisme. On ne trouve apparemment en philosophie qu’une mention particulière du phénicisme, c’est dans le Nietzsche de Par-delà le bien et le mal :

« La foi chrétienne est dès l’origine un sacrifice : sacrifice de toute indépendance, de toute fierté, de toute liberté de l’esprit, en même temps servilité, insulte à soi-même, mutilation de soi. Il y a de la cruauté et du phénicisme religieux dans cette croyance, imposée à une conscience tendre, compliquée et très délicate : elle suppose que la soumission de l’esprit fait infiniment mal, que tout le passé et les habitudes d’un tel esprit se révoltent contre l’absurdissimum que représente, pour lui, une telle “foi”. Les hommes modernes, sur lesquels s’est usée la nomenclature chrétienne, ne ressentent plus ce qu’il y avait de terrible et de superlatif, pour le goût antique, dans le paradoxe de la formule “Dieu en croix”. Jamais et nulle part il n’y a plus eu jusqu’à présent une telle audace dans le renversement des idées, quelque chose d’aussi terrible, d’aussi angoissant et d’aussi problématique que cette formule : elle promettait une transmutation de toutes les valeurs antiques. »

18Selon Alain de Libera, interrogé à ce sujet, ce passage renverrait à Schelling qui évoque la relation entre Héraklés, Melkart et le Christ. Il définit un état d’oppression religieuse. La suite du texte évoque la révolte de l’esclave oriental contre l’aristocratisme romain. Ici, le mot phénicisme sera pris comme une revendication d’origine phénicienne, qui, implique, dans une certaine mesure une parenté entre le portrait des Phéniciens et les attitudes contemporaines du groupe humain qui s’en revendique.

19À dire vrai, les Européens de l’Ouest ont passé leur temps à se revendiquer des origines orientales. Dès les temps mérovingiens, la dynastie régnante s’est revendiquée d’un Troyen nommé Francus ou Francion qui se serait réfugié en Germanie, son cousin Turcus s’installant en Scythie. Brutus, un autre Troyen, a lui fondé le peuple breton, de Petite et de Grande-Bretagne. Ce serait un arrière-petit-fils de Priam. Au xvie siècle, certains auteurs britanniques vont faire des Phéniciens des ancêtres des Britanniques. Faute de mention documentaire ou de trace archéologique, ils font référence à la présence ancienne de mines en Cornouailles. Cette origine phénicienne a été reprise au xviie siècle avec l’identification des explorations phéniciennes dans l’Océan, mentionnées par les sources antiques, aux îles Britanniques. Une des preuves avancées de la parenté entre Phéniciens et Britanniques est le même esprit de commerce et de colonisation. Pour Daniel Defoes en 1725, les Phéniciens étaient les Britanniques de leurs temps.

20Dans la seconde moitié du xviiie siècle, l’identification se fait de plus en plus avec Carthage (le protestantisme en plus, les sacrifices humains en moins). Durant les guerres de la Révolution et de l’Empire, la France se prenant pour Rome, l’identification est complète. Barère pouvait dire, le 1er août 1793 : « la Carthage moderne sera détruite ». Cette formule sera ensuite attribuée à Hoche et finira chez Harold-Paquis, éditorialiste collaborationniste avec la formule « l’Angleterre comme Carthage sera détruite ». Au xixe siècle, la France coloniale continuera à s’identifier à une mission civilisatrice romaine appuyée par les armes tandis que la Grande-Bretagne se verra plutôt en Phéniciens ou Carthaginois civilisant le monde par le commerce.

21Dans la seconde moitié du xviie siècle, à une époque où la référence généalogique reste la dispersion des fils de Noé et où l’on ne connaît pas la parenté des langues indo-européennes, certains Irlandais, rejetant la domination britannique, posent que le phénicien est à l’origine des langues celtiques. Des Scythes (fils de Japhet) auraient migré en Irlande par l’intermédiaire des Carthaginois dont ils auraient emprunté la langue. Ce thème est particulièrement populaire à la fin du xviiie siècle avant que les progrès de la linguistique comparative en démontrent l’inanité. Néanmoins des historiens du xixe et du début du xxe siècle insistent sur une présence phénicienne en Irlande dans des temps très reculés, ce qui ne semble pas attesté par l’archéologie. Il faut ajouter que certains celtisants ont aussi trouvé une parenté entre les Phéniciens et les (petits) Bretons4. En particulier, les Venètes auraient été des Phéniciens ou se seraient instruits auprès des Phéniciens. Pendant longtemps, on a ainsi attribué aux Phéniciens les mégalithes de l’Ouest européen et l’on a fait, dans la foulée, des Phéniciens les fondateurs de la religion druide. Le tout a été balayé quand on a montré qu’il existait plusieurs millénaires d’écart entre les mégalithes et les Celtes. Néanmoins, certains auteurs bretons continuent de revendiquer une origine, ou au moins, une influence phénicienne sur les Celtes.

22Plus vraisemblable, mais non attestée, sauf le passage de l’armée d’Hannibal, serait une présence phénicienne en Languedoc. Néanmoins, il y a aujourd’hui dans cette région, une revendication phénicienne que l’on trouve par exemple dans des noms de rue dans certaines agglomérations du Midi.

Sémitisme et arianisme

23Cette phénicomanie s’est néanmoins heurtée à la mauvaise réputation que la Bible accorde aux sectateurs des dieux Baal qui ont trouvé des derniers avatars dans la démonologie. La parenté des langues sémitiques entre elles avait été reconnue dans la première moitié du xviiie siècle et ne posait pas de problèmes particuliers puisqu’elle était compatible avec la généalogie des descendants de Noé. Le sémitisme proprement dit ne s’est vraiment construit que dans la seconde moitié du xixe siècle avec un rôle central que l’on doit accorder à Renan. Dans la mesure où ce sémitisme était posé comme inférieur à l’aryanisme, il en est résulté une certaine dévalorisation, nette chez Renan, par rapport au miracle grec.

24Mais les terres dites phéniciennes de l’Antiquité vont produire, à partir de la fin du xixe siècle, une revendication phénicienne qui va s’appuyer sur les écrits des orientalistes occidentaux. Le processus s’appuie sur la convergence de plusieurs phénomènes différents. La fin du petit âge glaciaire aux alentours de 1850 accélère la remise en valeur des espaces littoraux commencée durant les décennies précédentes. Les ports prennent une importance nouvelle avec l’intégration à l’économie de l’Europe de la révolution industrielle. La population du Mont Liban, en pleine croissance démographique se déverse dans les régions littorales, provoquant ainsi un dédoublement entre la Montagne et le littoral. Cette émigration s’accélère et s’étend à des pays proches comme l’Égypte dans la seconde moitié du xixe siècle. À partir de 1880, elle prend une dimension mondiale à destination de l’Europe de l’Ouest, des Amériques, de l’Afrique et un peu plus tard de l’Australie.

25Cette dispersion transforme un peuple de paysans montagnards en commerçants, en membres des professions libérales et en intellectuels. En même temps, dans l’Empire ottoman finissant, de nouvelles identités sont en train de surgir. Elles peuvent aussi avoir comme volonté de dépasser les clivages confessionnels. Avant 1914, elles ne sont que des faits d’opinion puisque l’État s’en tient officiellement au projet ottomaniste. Si les intellectuels de la renaissance arabe se nourrissent des écrits des auteurs européens et américains, les évolutions peuvent avoir aussi des mécanismes plus concrets. Il en est ainsi de la nomenclature de l’immigration américaine.

26Comme on le sait, l’immigration aux États-Unis a changé de nature aux alentours de 1880. Auparavant elle venait de la façade atlantique de l’Europe (îles Britanniques, Allemagne, Scandinavie). À partir de cette date, elle se caractérise par l’arrivée massive de populations venant de l’arc Baltique-mer Noire-Méditerranée orientale-Italie. Ces nouvelles populations suscitent une forte inquiétude sur le maintien d’une identité américaine anglo-saxonne. Les autorités sont conduites à chercher à mieux les connaître en imposant une nomenclature dans laquelle elles doivent se définir. Or les intéressés ont surtout une vision localiste d’eux-mêmes en termes de familles, de lignages, de villages. En un sens, une partie d’entre eux sont partis par rejet de la mise en place d’identité nationale ou étatique dans leurs pays d’origine.

27Les originaires de l’Empire ottoman sont définis jusqu’en 1899 de « Turcs venant d’Asie » ou d’« autres Asiatiques » (par rapport aux Chinois et aux Japonais). Or, dans la perception raciale du temps, « Turc » est largement dévalorisant. En revanche, les missionnaires protestants au Proche-Orient construisent leur prédication autour de l’idée syrienne. À partir de 1911, les autorités douanières modifient la nomenclature en utilisant cette référence. Les Syriens ne sont pas des Arabes, même s’ils parlent l’arabe. Ce sont des Araméens. Ils descendent des Phéniciens et sont majoritairement chrétiens. Il s’ensuit qu’en Amérique du Nord les immigrants en question sont définis globalement comme des Syriens descendants de Phéniciens alors que dans l’Amérique hispanique ils sont traités de « Turcos » sans conséquence particulière.

28Une fois, l’origine syrienne affirmée il a fallu aux États-Unis en définir l’appartenance raciale, c’est-à-dire savoir s’ils étaient ou non des Caucasiens, donc des Blancs5. Devant la contestation portée par certains Anglo-Saxons, ils ont eu recours à leur origine phénicienne pour marquer l’importance de leur apport à la civilisation mondiale. L’Amérique s’est couverte de clubs phéniciens et syriens, termes considérés comme synonymes. La question était de savoir si la naturalisation américaine, réservée aux « Blancs libres » depuis 1790, était limitée aux Blancs d’origine européenne ou non. L’argument avancé était que la race sémitique était la race civilisatrice par excellence, de l’invention de l’alphabet à Jésus-Christ. Une série de décisions de justice s’échelonnant de 1909 à 1915 consacrent l’appartenance des Syriens à la race blanche, la plus importante étant celle de « Dow v. United States » de 1915. L’argument avancé est que les Syriens appartiennent à la race sémitique qui est une branche de la race blanche. Les Juifs, qui étaient des sémites résidents en Europe, bénéficiaient déjà de cette possibilité de naturalisation. En revanche, un peu plus tard, les Hindous sont considérés comme des Asiatiques même s’ils peuvent être caucasiens et donc se voient refuser la nationalité et l’émigration. En quelque sorte, les Sémites sont les seuls Asiatiques acceptés comme caucasiens.

29Aujourd’hui, l’appartenance caucasienne ne fait plus prime et des courants d’immigrés récents ont demandé l’établissement d’une catégorie « moyen-orientale », dans les recensements américains, ce qui a été refusé. Mais la référence phénicienne reste active. Les descendants des Syriens invoquent aujourd’hui une découverte de l’Amérique par les Phéniciens bien avant Colomb. Ils auraient appris aux Mayas à construire des Pyramides. L’épisode américain n’est pas à négliger. Il a largement contribué à diffuser les idées phénicistes, syrianistes et sémitistes dans la culture arabe du début du xxe siècle. Dans cette période, le phénicisme ne s’oppose pas au syrianisme, les Phéniciens étant une composante du syrianisme.

Phénicisme, syrianisme et arabisme

30À cette époque, la France s’extasie devant une France du Levant d’expression francophone largement mais non exclusivement chrétienne qui s’étend à toute la Méditerranée orientale. Durant la Grande Guerre, elle identifie son projet levantin à une Grande Syrie sous tutelle française et elle encourage la diffusion des thèses syrianistes. Les Britanniques lui opposent une « Arabie » qui suivrait leurs conseils. Les accords dits « Sykes-Picot » étaient censés fixer les limites entre la « Syrie » et l’« Arabie ». À ce moment-là, les phénicisme, syrianisme et arabisme deviennent des projets politiques opposés. Il ne peut être question ici de résumer un ensemble de péripéties particulièrement complexes.

31Ce qui compte est que le phénicisme est utilisé par les partisans d’un « Grand Liban » séparé de la Syrie. Une étape essentielle a été la publication en 1919 de la Revue phénicienne. Comme chez les Syrianistes, le rejet du projet politique arabe est total. On peut dire que chez ces intellectuels pétris de culture française le discours est clairement « nos ancêtres les Phéniciens ». Le phénicisme de ce moment historique est étroitement identifié à un levantinisme chrétien francophone étroitement lié à la politique française. Il assimile l’arabisme à l’islam sunnite, ce qui a sa validité dans le contexte libanais. Il est amusant de constater que la formule du vilayet de Beyrouth correspond beaucoup plus géographiquement à ce qui a été défini par les historiens de l’Antiquité comme étant la Phénicie que le Grand Liban de 1920. La proclamation de l’État du Grand Liban par le général Gouraud le 1er septembre 1920 associe la Montagne, la Phénicie et la France :

« Au pied de ces montagnes majestueuses qui ont fait la force de votre pays, en demeurant le rempart inexpugnable de sa foi et de sa liberté ;
« Au bord de la mer légendaire qui vit les trirèmes de la Phénicie, de la Grèce et de Rome, qui porta par le monde vos pères à l’esprit subtil, habiles au négoce et à l’éloquence, et qui, par un heureux retour, vous apporte la consécration d’une grande et vieille amitié, et le bienfait de la paix française. »

32Le nouvel État libanais va faire de la Phénicie un symbole national : Par la suite, le phénicisme libanais prend deux aspects majeurs. D’un côté, il correspond à un refus de l’arabisme : être phénicien ce n’est pas être arabe ou éventuellement syrien. Il pose là la question de la relation entre une identité ethnique originelle et un projet politique. Dans les trois cas, phénicisme, syrianisme et arabisme, la définition d’une identité implique implicitement l’appartenance à une expression politique. Mais il existe dans le monde bien des appartenances communes qui n’engendrent pas un projet politique impératif : les différents États hispanophones n’ont pas un projet d’union et il en est de même pour les anglophones.

33De l’autre côté, le phénicisme se veut un projet d’un Liban cosmopolite, ouvert aux différentes cultures du monde et en relation avec une diaspora pluricontinentale. C’est le projet d’une « république marchande » fondée sur le libéralisme économique qui s’est renouvelé avec la relation économique avec les pays du Golfe. En ce sens, Rafic al-Hariri voulait continuer un projet phénicien. Le phénicisme libanais s’est élaboré dans un contexte pluriconfessionnel. Il est peut-être vu, au moins au départ, comme un mythe d’origine de certaines communautés destinées éventuellement à être accepté par d’autres.

34Dans les autres pays arabes, la question du passé antéislamique a pesé lourd dans les définitions modernes de l’identité. Dans la culture classique arabe, ce passé était largement légendaire, dominé par la figure repoussante du Pharaon et peu attractif. L’essentiel était de se référencier, en particulier par la généalogie, aux Arabes du viie siècle. Les transformations sociales du xixe siècle sont accompagnées par l’assimilation de tout un passé nouveau, tel qu’il était en train d’être défini par les historiens européens de l’Antiquité.

35Cette histoire nouvelle aussi du fait de l’action conjuguée de l’archéologie et de la philologie va servir aussi de répertoires pour les nouvelles définitions identitaires. De ce point, l’affirmation coloniale, chez les Français et chez les Italiens, de se définir comme les continuateurs des Romains a conduit de l’autre côté à privilégier les résistances à la romanisation : c’est le mythe de « l’éternel berbère ». En Tunisie, la composante berbère étant pratiquement inexistante, c’est Carthage qui a joué ce rôle, avec, en particulier l’insistance sur la personnalité d’Hannibal. Les armoiries de la Tunisie jusqu’en 2014 comprennent ainsi un navire punique. Après l’indépendance, l’hostilité à Rome a décliné du fait que son utilisation n’était plus nécessaire tandis que les vestiges romains étaient des facteurs d’attraction touristique important. Il n’en reste pas moins que la revendication carthaginoise reste un élément important dans l’identité tunisienne.

36Comme pour le Liban, le phénicisme est synonyme d’ouverture sur l’extérieur et de libéralisme économique. Dans les deux cas, il s’agit d’une affirmation méditerranéenne implicitement ou explicitement invoquée face à une fermeture arabo-islamique, en tout cas revendiqué comme tel. Le phénicisme est alors une revendication d’appartenance à un monde plus large et à une certaine forme de modernité.

Athènes noire et ADN

37Les dernières expressions de ce phénicisme se retrouvent dans le livre célèbre de Martin Bernal, Black Athena, dont la publication commence en 1976. Il y affirme que la civilisation grecque était le produit du mélange des influences égyptiennes et phéniciennes. Son « afro-asiatisme » aurait été nié tardivement par l’élaboration du mythe aryen. Par antisémitisme, au sens propre du terme, les véritables origines auraient été cachées. Cette thèse a été surtout adoptée par les théoriciens d’une identité noire qui annexerait l’Égypte antique. Du coup, les intéressés passaient sous silence la part asiatico-phénicienne du projet. Outre que Bernal semble ignorer Victor Bérard qui avait déjà fait des Phéniciens des précepteurs des Grecs et le récit du parcours des sciences et des arts du xviiie siècle qui faisait de l’Égypte la terre d’origine de la civilisation humaine, son discours n’est que l’inversion du discours sur l’aryanisme supposé des anciens Grecs. Il en utilise les mêmes catégories.

38Aujourd’hui, la recherche marque l’absence de références ethniques précises à des ensembles linguistiques (position déjà affirmée, mais minoritaire du temps de Renan). Clairement, il existe des langues indo-européennes, mais pas d’Indo-Européens. De même, il existe des langues sémitiques mais pas de peuples sémitiques. Pourtant le recours aux analyses de l’ADN fait rage, en reprenant les catégories anciennes de la philologie. L’analyse de quelques squelettes antiques permet ainsi de définir l’existence d’un « ADN » phénicien ou éventuellement « cananéen ». L’inconvénient de cette démarche c’est que personne ne se définissait comme phénicien ou cananéen à l’époque en question. Du coup, le « phénicien » analysé en Espagne serait plus proche des Portugais actuels que des habitants du Levant…

39De façon générale, on ne se rappelle plus que les dits Phéniciens étaient des marins, donc une population pour le moins variée, et qu’ils étaient réputés pour le commerce des esclaves. Les échanges de population ont été constants sur des millénaires entre les différentes rives de la Méditerranée.

La Bande dessinée d’aujourd’hui

40La bande dessinée francophone a largement maintenu les portraits des Phéniciens tels qu’ils existaient au xixe siècle et avant. Ainsi chez Astérix, les Phéniciens sont avant tout des commerçants. Ils sont assez sympathiques et Goscinny avec son merveilleux humour fait du mot « solde » le pavillon phénicien. En revanche, dans Alix de Lefranc, le sacrifice des enfants au Dieu Moloch revient comme une obsession dans plusieurs de ses albums. L’auteur a régulièrement expliqué qu’il avait été très influencé par la lecture de Salammbô, qui a toujours été une source d’inspiration pour lui. Dans la bande dessinée Papyrus, on notera que les Phéniciens ont la peau plus foncée que les Égyptiens.

Notes de bas de page

1 Sur la mission en Phénicie, Laurens Henry, La mission en Phénicie d’Ernest Renan, in Orientales IV, Paris, Éd. CNRS, 2017, p. 107-125. Bonnet Corinne, « Ernest Renan et les paradoxes de La Mission de Phénicie », in Laurens Henry (éd.), Ernest Renan, La science, la religion, la république, Paris, Odile Jacob, 2013.

2 Sur Lenormant et Bérard, voir Laurens Henry, Le phénicisme libanais, un méditerranéisme comme les autres ?, in Orientales IV, p. 127-137.

3 Maspero Gaston, Histoire ancienne des peuples de l’Orient classique, t. II, Paris, Hachette, 1897, p. 195.

4 Frere Dominique, « Les origines phéniciennes de la Bretagne, Archéologie d’un mythe », Annales de la Bretagne et des pays de l’Ouest, 115-2, 2008, p. 37-65.

5 Gualtieri Sarah M. A., Between Arab and White, Race and Ethnicity in the Early Syrian American Diaspora, Berkeley, University of California Press, 2009.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.