Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La protection sociale sous le régime de Vichy

 | 
Philippe-Jean Hesse
, 
Jean-Pierre Le Crom

Chapitre 5. De la philanthropie à l’action humanitaire

Jean-Pierre Le Crom

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1À côté des institutions publiques (État, collectivités locales), des organismes privés aux statuts divers (associations, fondations, etc.) participent à l’assistance aux plus démunis. Le monde de la philanthropie avait connu depuis la fin du xixe siècle un déclin relatif avec la montée de l’État-Providence qui apportait une réponse aux problèmes de continuité de l’action sociale et de rationalisation des secours. Les œuvres avaient toutefois gardé toute leur importance dans les situations d’urgence où leur souplesse permettait, mieux qu’aux pouvoirs publics, de réagir efficacement.

2Le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale remet au premier plan la nécessité de disposer de structures pouvant intervenir vite face aux malheurs du temps. La situation des victimes de la guerre (prisonniers, réfugiés, sinistrés, etc.) impose en effet des solutions rapides et efficaces à la destruction des logements, aux déplacements de population, à la perte de travail et aux pénuries de toutes sortes qui en sont les conséquences immédiates.

3La souplesse du privé ne saurait toutefois être le seul critère de choix des autorités publiques dans la conduite des actions à mener car les œuvres sont très nombreuses et les risques de confusion, de double emploi, ou, inversement, de lacunes de l’action humanitaire nécessitent une coordination, une vision d’ensemble capables de pallier la dispersion des efforts. Initiée en 1939, cette politique va être systématisée en 1940 par le régime de Vichy qui va chercher à concilier l’efficacité du privé et le souci d’égalité du public.

4Son instrument sera le Secours national dont les fonctions vont s’élargir considérablement pendant la Deuxième Guerre mondiale au point d’apparaître comme « un État dans l’État ». Principale structure d’action « humanitaire », il va être instrumentalisé par Vichy à des fins politiques, cette situation étant contestée non seulement de l’extérieur, mais en son propre sein.

Un État dans l’État

  • 1 Rapport au président du Conseil, décret du 19 octobre 1939, JO, 26 octobre 1939.

5L’œuvre du Secours national date de la Première Guerre mondiale. Créée dès le début des hostilités en août 1914, puis reconnue d’utilité publique le 29 septembre 1915, elle fut présidée pendant toute la durée de la guerre par le mathématicien Paul Appell, président de l’Institut, qui réussit à regrouper autour de lui, au sein du comité de direction, « les représentants les plus éminents des groupements nationaux et de toutes les forces sociales1. » Il s’agissait d’aider les populations civiles à lutter contre les misères nées de la guerre en recueillant des fonds auprès des particuliers et en les répartissant ensuite par l’intermédiaire des œuvres privées, sans contrôle cependant sur ces dernières. En quatre ans, cinquante millions de francs furent ainsi distribués par son intermédiaire.

  • 2 Ibid.
  • 3 Décret du 19 octobre 1939, op. cit, article 2.
  • 4 Décret relatif aux œuvres de guerre faisant appel à la générosité publique, 29 novembre 1939, JO, (...)

6C’est ce modèle, adapté toutefois aux circonstances du moment, que le gouvernement Daladier décide de reconstituer par un décret du 19 octobre 19392. Comme en 1914, son rôle se limite aux populations civiles éprouvées par la guerre, mais cette reconstitution ne s’effectue toutefois pas à l’identique. La première différence tient à la capacité reconnue au nouveau Secours national de recevoir, en plus des dons des particuliers, des subventions de l’État ou des collectivités publiques3 qui iront grandissantes avec le temps. La seconde est la fonction de contrôle qui lui est assignée auprès des œuvres de guerre faisant appel à la générosité publique qui ne peuvent être autorisées à fonctionner par le ministère de l’Intérieur qu’à la double condition d’adhérer au Secours national et de s’engager à en suivre les directives générales4. Dès la fin de 1939 la question de la nature du Secours national – œuvre privée ou publique – est donc déjà posée.

7Le gouvernement de Vichy va aller plus loin en faisant du Secours national, par une loi du 4 octobre 1940, l’instrument principal de la politique d’entraide nationale vis-à-vis des victimes civiles de la guerre. Possédant un pouvoir de tutelle sur les œuvres, le Secours national va également développer une action autonome sans cesse accrue, avec des moyens considérables, générant ainsi une activité fortement bureaucratisée.

Œuvres sous tutelle

  • 5 Loi n° 267, JO, 19 octobre 1940.

8La loi du 4 octobre 19405 place le Secours national sous l’autorité du maréchal Pétain, désigné président d’honneur, et lui confie une triple ­mission.

9La première est d’exercer le monopole des appels à la générosité publique. Avant la guerre, le Comité français de lutte contre la tuberculose, les Petites sœurs des pauvres ou l’Armée du Salut pouvaient procéder à des quêtes dans la rue ou les églises et lancer des souscriptions, notamment par la presse. Cette possibilité leur est désormais interdite, car réservée au Secours national. Déjà le décret du 29 novembre 1939 prévoyait qu’aucune œuvre ne pourrait, pendant la durée de la guerre, faire appel à la générosité publique par voie de quêtes, collectes ou ventes diverses sur la voie publique ou dans des lieux ouverts à la circulation ou au stationnement sans une autorisation spéciale, délivrée par les pouvoirs publics après avis du Secours national. La loi du 4 octobre 1940 va beaucoup plus loin en réservant désormais le monopole de ces appels au Secours national lui-même, à charge pour lui de subventionner les œuvres qui ne sauraient évidemment vivre des seuls dons et cotisations des membres.

  • 6 AN, F1A 3661. Lettre de G. Pilon, secrétaire général du Secours national, à Ingrand, ministère de (...)

10En pratique, ce monopole est loin d’être absolu. À Besançon existe par exemple une Entraide sociale qui reçoit des subventions de la ville et de la Caisse d’épargne sans passer par son intermédiaire. Elle maintient même l’équivoque sur son nom en utilisant dans le journal local l’étiquette du Secours national et en se servant de cette appellation pour drainer directement vers elle les dons en espèces et en nature6.

  • 7 Circulaire d’information de la Croix Rouge française, n° 1, 1er et 2e trimestres 1942.

11La situation se complique encore par le fait que le Secours national n’a compétence qu’en matière d’aide aux victimes civiles de la guerre, ce qui exclut les militaires, c’est-à-dire les prisonniers de guerre placés sous la compétence de la Croix Rouge française, du Service des prisonniers de guerre et du Comité d’assistance aux prisonniers de guerre (CCAPG), dit Comité de Calan, du nom de son président. Plutôt que de laisser se développer deux catégories d’appels à la générosité publique, l’État français va susciter deux accords, les 18 septembre 1941 et 2 février 1942, sur l’organisation en commun de certains appels. Selon ces accords, au plan national, les recettes sont réparties en deux catégories. La première partie (75 % des recettes) est attribuée aux populations civiles et remise au Secours national, à charge pour lui de reverser à la Croix Rouge française les subventions qui lui reviennent. La deuxième partie (25 %) est destinée aux prisonniers de guerre et versée à la Croix Rouge en zone sud, celle-ci en reversant une partie à la Légion, et au Comité de Calan en zone nord, avec, ici aussi, une part réservée à la Croix Rouge française. Au plan local, un partage des recettes est également prévu en fonction de l’organisme à l’initiative de l’appel7. Le système était donc extrêmement complexe et ne fut d’ailleurs pas appliqué. En 1942, la dispersion des efforts reste la règle, provoquant des disproportions importantes entre les besoins de certains comités et leurs ressources et la possibilité pour les possédants d’échapper aux appels à la solidarité en arguant auprès de chaque œuvre de libéralités, réelles ou fictives, faites aux autres.

  • 8 ADLA 16 W 38. Lettre de Roy au préfet, 5 février 1943.

12Devant cette situation, le ministère de l’Intérieur réagit en appelant les préfets à une grande vigilance sur les demandes de manifestations en faveur des prisonniers de guerre dans le but d’éviter les entreprises frauduleuses et en subordonnant leur déroulement à diverses autorisations et avis, dont celui du Secours national. En Loire-Inférieure, celui du délégué départemental est systématiquement négatif, ce qui suscite la colère de son homologue de la Maison du prisonnier. Entre les deux, une interprétation différente des textes sur le monopole du Secours national et leur applicabilité nationale ou locale8.

  • 9 Archives de la ville de Paris, Bulletin administratif et social du Secours national, n° 43, 1er ju (...)

13Parallèlement, une nouvelle répartition des fonds est instituée. Il est créé un fonds départemental des œuvres en faveur des prisonniers de guerre et de leurs familles chargé de recueillir 20 % des recettes des appels à la générosité publique et de les répartir ensuite à raison d’un cinquième pour les Maisons du prisonnier (Commissariat au reclassement), deux-cinquièmes pour le Secours national et deux-cinquièmes pour la Croix Rouge française (en zone sud) et le CCAPG (en zone nord)9.

  • 10 ADLA 16 W 38.

14En réalité, le système est tellement changeant, tellement complexe et si peu respecté que beaucoup de ceux qui sont censés le connaître n’y comprennent plus rien. Les délégués départementaux du Secours national se plaignent constamment qu’il est battu en brèche, sans pouvoir y changer quoi que ce soit. Au premier semestre 1943, par exemple, il est répertorié cent vingt-trois appels à la générosité publique pour le seul département de la Loire-Inférieure, dont six à Nantes10.

  • 11 AN, 307 AP 158. Note Dautry, 1er septembre 1944, projet d’exposé à la presse. Selon un autre docum (...)

15Désormais destinataire exclusif de la générosité publique, le Secours national reçoit en contrepartie la mission de subventionner les œuvres. Au 1er août 1944, douze mille d’entre elles avaient reçu des subventions pour un montant total de 1 milliard 600 millions de francs11. La politique de subventions est entendue très largement. Il peut s’agir aussi bien d’œuvres au sens strict que d’organisations détachables des mouvements et organismes ayant des buts autres que la bienfaisance et l’entraide et qui présentent les mêmes caractéristiques générales que les œuvres privées : ainsi les cuisines d’entraide de la Légion française des combattants, les foyers de jeunes réfugiés créés par un mouvement de jeunesse, etc. A priori, cette politique se distingue de celle de l’État dans la mesure où elle n’est ni générale, ni automatique. Il s’agit d’interventions ponctuelles sur des cas d’espèces liés à des circonstances particulières. Pour autant, le Secours national n’hésite pas « à rendre service aux pouvoirs publics en essayant de les compléter ». Il peut aider l’État à résoudre certains problèmes en menant des expériences dans certains départements ou en faisant des avances à certains services publics, en matière d’aménagement des prisons, par exemple. Il peut aussi être amené à soutenir des associations privées qui se substituent à l’État défaillant. C’est le cas notamment en matière d’enfance délinquante ou pré-délinquante pour lesquelles un projet officiel non réalisé de création de régions-pilotes est pris en charge par des œuvres subventionnées par le Secours national.

  • 12 AD Cantal, 419 F 4. Note relative à la politique du Secours national en matière de subventions, 10 (...)

16Parmi les priorités affichées, ce que le Secours national appelle ses « principes de jurisprudence », les œuvres destinées à la protection de l’enfance, les œuvres familiales et rurales, les œuvres d’assistance générale, par le travail ou l’assistance en nature, notamment les cuisines d’entraide et les vestiaires, sont privilégiées. Très souvent aussi, le Secours national ne subventionne pas un secteur, mais les services sociaux qui lui sont attachés. Par exemple, il n’intervient pas pour les associations d’anciens combattants, mais peut soutenir leur action d’assistance en faveur des familles ; de même, il ne subventionne pas les hôpitaux, mais peut aider un service social à l’hôpital12.

  • 13 Archives du ministère de l’Économie et des Finances, B 915. Rapport du contrôleur financier du Sec (...)
  • 14 Archives de la ville de Paris, 24 W 11. Tract du Comité national de la tuberculose, s.d.
  • 15 AN, 451 AP 234 (50). Lettre du colonel de la Rocque à M. Toutée, 18 février 1942.
  • 16 AN, 451 AP 236 (8). Note relative à l’augmentation de subventions présentée par les ADP au Secours (...)

17Parmi les 12 000 œuvres recevant des subventions, toutes ne font pas appel de manière automatique et périodique au Secours national. En 1943, le Secours national reçoit 7893 demandes et en rejette 590, soit 7,4 %13. Dans la majorité des cas, les œuvres ne fonctionnent désormais que grâce aux subventions obtenues du Secours national. Le comité français de lutte contre la tuberculose, par exemple, ne vivait que de la vente du timbre antituberculeux qui avait rapporté une vingtaine de millions de francs en 1938 et plus de treize millions en 1939. À partir de 1940, ces campagnes sont supprimées et le financement est assuré par le Secours national pour un montant de plus de douze millions en 1940 et vingt millions en 194114. Aux Assistants du devoir patriotique (ADP), une émanation du Parti social français pourtant très proche sur le plan idéologique du Secours national, la part de la subvention – ou plutôt des subventions, car elles sont accordées par les délégations départementales du Secours national – reste par contre faible. Les dons et cotisations des adhérents représentent en effet les trois-quarts du budget, ce qui suscite les lamentations du colonel de La Rocque sur les efforts demandés aux adhérents « presque tous réduits à des moyens personnels modestes et dont les versements sont périodiques autant que leur main-d’œuvre est gratuite15. » Les rares documents budgétaires contenus dans les archives du colonel de La Rocque confirment ses dires. Ainsi, en décembre 1942, le budget mensuel des Assistants du devoir patriotique pour la zone sud est de 1 181 993 francs alors que les subventions n’atteignent que 185 666 francs ; la part propre des Assistants du devoir patriotique est donc de 83,5 %16.

18À côté des cotisations des adhérents, les ressources des associations proviennent également des dons faits spontanément par des entreprises ou des particuliers indépendamment des collectes collectives. S’il est impossible, compte tenu du nombre important et de la grande diversité des œuvres dans le paysage social français, de déterminer la part des dons spontanés dans leurs ressources, deux tendances peuvent cependant être notées.

  • 17 AN, 2 AG 436 (SA 352). Chiffres arrondis au millier.

19On peut d’abord constater qu’ils diminuent à partir de 1943. C’est en tout cas très net pour la Fondation des œuvres du Maréchal Pétain, une des rares œuvres à échapper à la tutelle du Secours national. Cette fondation, créée pendant l’été 1940 et reconnue d’utilité publique par un décret du 2 novembre 1941, encaisse pour un peu plus de quarante-deux millions de francs d’août 1940 au 31 octobre 1943. Chiffre important qu’il importe toutefois de relativiser. De janvier à juin 1943, le nombre de dons, aussi bien que leur valeur, marquent une forte baisse : 1 568 000 francs en janvier, 617 000 en février, 1 433 000 en mars, 78 000 en avril, 22 000 en mai, 1 300 en juin17. Cette décroissance des dons adressés au maréchal Pétain, qui se conjugue avec une diminution des lettres de remerciement des destinataires des aides attribuées par la Fondation (une sur dix en mars 1944) oblige sa fondation à réduire le montant des secours distribués. Alors que les dons permettaient d’alimenter deux caisses, l’une à Paris, l’autre à Vichy, à raison de 300 000 F et de 200 000 F jusqu’en juin 1943, les versements tombent après cette date à 175 000 et 125 000 francs.

  • 18 AD Cantal, 419 F 12.

20On peut noter par ailleurs que l’essentiel des dons semble provenir des entreprises. Le contrôleur financier du Secours national indique en effet dans un rapport que les exonérations fiscales sont déterminantes dans les dons des entreprises puisqu’ils sont entièrement déductibles des impôts. Normalement faits au profit du Secours national, ils peuvent être pré-affectés à certaines associations, pour 50 % de leur valeur. Cette disposition est source de tensions entre le Secours national d’une part, la Croix Rouge française et les Assistants du devoir patriotique d’autre part. Dans certains départements, la somme pré-affectée est déduite de la subvention du Secours national18.

  • 19 Décret du 9 janvier 1943, JO, 28 janvier 1943, p. 264.
  • 20 AD Cantal, 419 F 48. Communiqué de presse de l’agence OFI – Havas.
  • 21 AD Cantal, 419 F 48. Lettre de Marc Boegner, président de la Fédération protestante de France à Ro (...)
  • 22 Carnets du pasteur Boegner (1940-1945), présentés et annotés par Philippe Boegner, Fayard, 1992, p (...)
  • 23 Loi n° 454 du 23 août 1943, JO, 11 septembre 1943.

21La tutelle du Secours national s’exerce enfin par la faculté qu’il possède de demander au Conseil d’État la dissolution d’une œuvre. La loi du 4 octobre 1940 prévoit en effet, dans son article 4, que les œuvres qui ne se soumettraient pas à ses injonctions pourraient être frappées d’une interdiction prononcée par décret en Conseil d’État. Ce dispositif est à l’origine de la dissolution de l’Armée du Salut19, officiellement parce que « l’activité de cette association se rencontrait avec l’action du Secours national et il importait, dans ce domaine de la charité et de la bienfaisance, d’assurer une unité d’orientation et d’inspiration qui seule permet la répartition équitable des ressources consacrées par le pays aux déshérités20 », en réalité parce que l’Armée du Salut a des origines protestantes et qu’elle est donc suspecte d’opposition au régime, voire de gaullisme21. Dans la même veine, il est également prévu de dissoudre la branche française des Quakers, doublement suspecte, car protestante et américaine. Si la dissolution de l’Armée du Salut semble effective en zone nord, plusieurs interventions du pasteur Boegner, président de la Fédération protestante de France, auprès de Bousquet et de Laval permettent de maintenir l’activité en zone sud, moyennant quelques remplacements dans le conseil d’administration22. Ces protestations sont sans doute à l’origine des modifications apportées par une nouvelle loi du 23 août 1943 qui précise que les œuvres récalcitrantes feront d’abord l’objet d’un avertissement et qu’au cas où il s’avérerait inefficace, elles seront passibles soit d’une suspension d’une durée maximum de trois mois prononcée par le préfet, soit d’une demande de dissolution présentée par le préfet et prononcée par décret en Conseil d’État23.

22Le monopole des appels à la générosité publique, celui des subventions publiques, la possibilité de suspendre ou de dissoudre les œuvres qui ne se soumettent pas à ces injonctions, ces trois dispositions soulignent le rôle prééminent du Secours national dans le champ de ce qu’on ose à peine encore appeler de la bienfaisance privée. Par ses attributions, le Secours national apparaît plutôt comme une sorte d’établissement public chargé du subventionnement, du contrôle et de la répression des œuvres. En réalité cependant, il ne joue pas seulement un rôle de tutelle ; il n’est pas seulement « l’œuvre des œuvres », mais une œuvre à part entière.

De l’urgence à l’action sociale

23L’action menée par le Secours national en faveur des « victimes civiles de la guerre » va prendre un caractère multiforme qui rend assez difficile toute synthèse d’autant plus, on vient de le voir, qu’elle est souvent menée conjointement à celle des œuvres. On peut néanmoins essayer d’en dégager les caractéristiques générales.

  • 24 Danièle Voldman, La reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique, (...)

24Le Secours national a d’abord pour vocation de venir en aide aux victimes directes de la guerre. Après les réfugiés dont le nombre, hors étrangers, est évalué à huit ou dix millions de personnes pendant l’été 1940, la deuxième catégorie de bénéficiaires sera celle des sinistrés des bombardements alliés. On estime aujourd’hui à quatre millions le nombre de sinistrés totaux et à un million celui des sinistrés partiels pour l’ensemble de la période de la guerre24.

  • 25 AD Cantal, 419 F 55, Congrès des délégués du Secours national, La Bourboule, du 28 au 30 août 1943 (...)
  • 26 AN, 2 AG 458. Bilan de l’activité du Secours national pour l’année 1943.
  • 27 Ibid.

25Dans les deux cas, il s’agit d’une aide d’urgence en vivres, en meubles, en hébergements provisoires. Mais les sinistrés sont également souvent réfugiés et le Secours national se charge alors aussi de l’évacuation et du placement, particulièrement ceux des enfants, évacués dans des centres scolaires de repliement ou placés dans des familles25. Pour l’année 1943, le bilan du Secours national au profit des sinistrés et réfugiés porte sur 7 920 000 rations alimentaires servies, 100 000 meubles, 1 500 000 objets vestimentaires et pièces de linge, 60 000 paires de chaussures distribuées26.L’action du Secours national s’effectue aussi en faveur de victimes indirectes des hostilités. En avril 1941, sur les recommandations expresses du maréchal Pétain, il va étendre ses activités aux familles de prisonniers de guerre, soit deux millions de personnes, rien qu’en zone occupée, en intégrant une association jusqu’alors autonome, la Famille du prisonnier, présidée par madame la générale Huntzinger et qui peut compter sur l’engagement de 15 000 collaborateurs, dont 600 salariés. Réunification difficile, la présidente de la Famille du prisonnier refusant que ses protégées soient confondues avec les « nécessiteux », le Secours national arguant pour sa part de son rôle de financeur quasi exclusif. En 1943, il peut faire état de 60 millions de secours en espèces, de 170 millions de secours en nature distribués, de 4 500 femmes de prisonniers employées dans ses ouvroirs ou encore de 65 000 enfants de prisonniers placés dans des familles d’accueil27.

  • 28 Denis Peschanski, « Les camps français d’internement 1939-1946 », in Justice, répression et perséc (...)

26Plus inattendue, l’aide apportée par le Secours national aux internés des camps et prisons et à leurs familles. Dans les camps, la situation des internés, dont le nombre varie considérablement – de 51 000 en septembre 1940 à moins de 12 000 en juin 1942 – la situation est catastrophique. Les internés souffrent en particulier de gastro-entérites et d’œdèmes de la faim. De véritables hécatombes ont lieu pendant les hivers 1940-1941 et 1941-1942, surtout à Gurs où 13 000 personnes sont internées dont 7 500 juifs allemands expulsés de Bade et du Palatinat qui ont, pour moitié, plus de 60 ans. En décembre 1940, on constate douze décès par jour, dus essentiellement à la dysenterie. Et, en trois mois, on dénombre près de 600 morts. Au total la mortalité dans les camps français atteint 3 000 personnes entre 1940 et 194428.

  • 29 Pierre Pédron, La prison sous Vichy, Éditions de l’Atelier, coll. Champs pénitentiaires, 1993, p. (...)

27Dans les prisons, la situation n’est pas meilleure. Le nombre de prisonniers passe de 19 000 en 1939 à 50 000 en 1942. Le problème principal est d’ordre alimentaire. À la carence des années 1940 et 1941 succède la pénurie totale en 1942 et 1943. À la maison centrale de Riom, il meurt 120 personnes au cours du seul premier trimestre 1942 alors qu’il en décédait quatre par an avant la guerre29.

  • 30 Sur l’action de ce service, voir la brochure Au service de la Croix Rouge française sous l’occupat (...)

28Devant cette situation dramatique, les premières à réagir sont les petites associations d’entraide confessionnelles : Quakers, Conférences de Saint-Vincent de Paul, Young Men Christian Association (YMCA), Organisation de secours aux enfants (OSE), CIMADE, Service social d’aide aux émigrants, etc. De son côté, la Croix Rouge française crée un service des internés civils en octobre 194030. Pour sa part, le Secours national n’intervient dans les camps qu’à partir de janvier 1942, à la demande du ministère de l’Intérieur, qui vient de créer une inspection générale des camps et centres d’internement du territoire. Le service des camps et prisons, dirigé par Jean Hautier, n’intervient que dans les camps français de la zone sud. En zone nord cependant, il n’est pas rare que les prisons allemandes fassent également appel à ses stocks de vêtements et de nourriture.

  • 31 Céline Lhotte, Et pendant six ans…Bloud et Gay, coll. Réalités du travail social, 1948, p. 55 et s

29Comme dans de nombreux autres domaines, l’action du Secours national est directe ou indirecte. L’aide matérielle est le plus souvent assurée par les Quakers ou les conférences Saint-Vincent de Paul ; quant aux visiteuses et assistantes sociales progressivement installées dans les camps, elles dépendent de la Croix Rouge31.

  • 32 Bulletin administratif et social du Secours national, n° 48, 6 octobre 1943, p. 1.

30Une certaine confusion est également perceptible, comme pour les familles de prisonniers de guerre, entre le rôle de la Croix Rouge et celui du Secours national, au point qu’une clarification apparaît nécessaire. En octobre 1943, une réunion au plus haut niveau du gouvernement aboutit à distinguer l’aide alimentaire apportée dans les prisons aux détenus de droit commun et celle fournie aux détenus politiques. La première est du ressort de l’administration pénitentiaire ; la seconde est confiée à la Croix Rouge, à charge pour le Secours national de fournir les bonbons vitaminés inclus dans les paquets distribués aux détenus. Le même partage des tâches est opéré en matière d’aide vestimentaire : l’administration pénitentiaire s’occupe des droits communs, la Croix Rouge des politiques, mais c’est le Secours national qui fournit les vêtements. Enfin, en matière d’hygiène (douches, stations d’épouillage, étuves), une étude est confiée à la Croix Rouge, mais, ici encore, c’est le Secours national qui finance32.

  • 33 AD Cantal, 419 F 55. Congrès des assistantes sociales du Secours national, 1943, intervention de M (...)

31Dans les camps, le Secours national dispose d’une cuisine autonome installée dans un bâtiment appelé « baraque du Secours national ». On y trouve un réfectoire et une réserve-entrepôt. Elle fournit, par rationnaire et par jour, un potage épais avec soixante grammes de légumes secs et vingt grammes de pâtes, deux grammes de matière grasse, une sardine salée ou vingt-cinq grammes de confiture ou des fruits frais. En 1943, sur 9 000 internés comptabilisés par le Secours national, seuls 2 400, désignés par les médecins du camp en accord avec les assistantes sociales, bénéficient de ce complément alimentaire33.

  • 34 Un droit à pension est également prévu pour les familles des otages ou civils fusillés, sauf, pour (...)
  • 35 Ministère de l’Intérieur, circ. n° 196 du 7 octobre 1942, reproduite au Bulletin administratif et (...)
  • 36 AN, 307 AP 159. Dossier « aide aux internés civils et à leurs familles », n° 15, 16 et 16 bis.

32Le Secours national prend également en charge le versement de l’allocation d’assistance aux familles indigentes des internés administratifs ou celui des allocations militaires accordées aux familles d’otages tués ou en détention ou de civils détenus ou fusillés par les Allemands34. Théoriquement, cette prise en charge est temporaire car elle doit précéder le paiement par l’État et elle cesse automatiquement dès l’avis donné par le préfet que les paiements selon la procédure administrative normale y sont substitués35. De juillet 1943 à juin 1944, 3313 secours seront ainsi attribués aux familles des internés à Paris, dans la Seine et la Seine-et-Oise36.

  • 37 AD Cantal, 419 F 15. Note relative à l’attaque du journal Je suis partout contre le Secours nation (...)
  • 38 AN, F 60 388. Lettre au Commissariat général aux questions juives, 22 février 1942.
  • 39 AN, F 60 388. Lettre de Pichat à Laval, 6 août 1942.

33Au-delà des prisonniers, le Secours national aide aussi les réfugiés espagnols, par l’intermédiaire du Service social d’aide aux émigrants, de même que les juifs, soit directement, en donnant du travail aux femmes dans ses ouvroirs, soit indirectement, par des subventions à certaines associations. Cette politique est naturellement contestée tant dans la presse collaborationniste, notamment Je suis partout37, qu’au Commissariat général aux questions juives38. Devant les pressions, l’attitude assez générale des dirigeants consiste à s’en remettre au gouvernement pour les choix finaux, en faisant valoir que la nature juridique du Secours national le dispense de l’application des lois anti-juives39.

  • 40 Il existe aussi des restaurants d’entraide, nettement moins nombreux, qui servent des repas plus i (...)

34L’aide alimentaire et vestimentaire représente le mode d’action principal du Secours national auprès des réfugiés, des sinistrés, des familles de prisonniers ou des internés. Cependant, et dès 1940, cette aide va être portée à d’autres catégories de la population qui souffrent aussi de la faim. Du 1er janvier 1941 jusqu’à la Libération, il sert 470 millions de rations dans ses cuisines d’entraide40, en plus de celles servies aux sinistrés, et 405 millions de rations dans les cuisines scolaires.

  • 41 Archives de la ville de Paris, 24 W 6. Conférence de M. Raverdy, directeur général des approvision (...)

35Au-delà des cantines, le Secours national développe une action multiforme pour essayer de diminuer les conséquences tragiques de la malnutrition : goûters des mères, colonies de vacances dont la visée est souvent explicitement alimentaire, distribution de biscuits vitaminés et caséinés dans les écoles, organisation ou soutien de conserveries familiales, de centres de déshydratation, aide au développement des jardins ouvriers dont le nombre triple de 1939 à 1943 et qui, en 1943, assurent 3 % des besoins en calories de la population française et 6 % des besoins en protides41.

  • 42 Dominique Veillon, Vivre et survivre en France, 1939-1947, Payot & Rivages. 1995, p. 155-162.

36Le manque de vêtements est également un problème important pour les Français. Des milliers de réfugiés ont perdu la presque totalité de leurs vêtements. Les familles les plus pauvres ne disposent d’aucune ressource pour acheter des habits ou du linge, hors de prix car les industries textiles ont considérablement ralenti leur production, faute de matières premières réservées aux Allemands à qui la France doit livrer, pour l’année 1941, 25 000 tonnes de laine brute, 500 tonnes de laine peignée, 10 000 tonnes de coton. Après les bons de chaussures, institués par la loi du 3 janvier 1941, peu après l’accord franco-allemand prévoyant la livraison de 6 millions de paires de chaussures au Reich apparaissent les bons de vêtements en juillet 194142.

  • 43 AN, 2 AG 500. Lettre de M. Clément Decomble (Toulouse) à M. Jean Masson, campagne d’hiver du Secou (...)

37En plus des rares achats effectués dans le commerce, le Secours national va emprunter trois voies pour aider la population à se vêtir. La première est celle que Gustave Pilon, le secrétaire général du Secours national, appelle le « marché gris », de préférence à « marché noir ». Il s’agit d’acheter des stocks à des producteurs qui sont sous la menace de saisies parce qu’ils ne les ont pas déclarés. La seconde est celle des collectes dites de la poignée de laine. Elles connaîtront un certain succès initial mais seront assez vite abandonnées parce que les vêtements deviennent introuvables et que les gens ont « contracté l’habitude d’accommoder les restes43 ». C’est la raison pour laquelle une troisième voie va être empruntée avec la loi du 11 février 1941 qui permet l’achat de vêtements neufs sans bons, aux personnes qui donnent au Secours national une quantité double de vêtements usagés, mais susceptibles, après remise en état, d’être à nouveau affectés à un usage vestimentaire. Six semaines après la mise en application de la loi, soixante tonnes de vêtements sont ainsi recueillies à Paris.

  • 44 Jean Jouan de Kervenoaël, Les œuvres privées et l’État : une formule nouvelle : le Secours nationa (...)
  • 45 AD Cantal, 419 F 49. Congrès des assistsdantes sociales du Secours national de 1943.
  • 46 AN, 451 AP 241 (10). Notes Choussy, s.d.

38Ces vêtements sont alors confiés aux ouvroirs créés par le Secours national afin d’être réparés, puis vendus dans des vestiaires. C’est l’occasion, pour « l’œuvre des œuvres », de développer l’assistance par le travail, souvent à domicile, auprès de femmes particulièrement démunies. Le nombre de salariées va varier de manière importante. Il est de 30 000 environ fin 1940 – début 1941, 50 000 fin avril 194144, mais seulement 17 500 en 1943 alors que paradoxalement le nombre d’ouvroirs augmente sans cesse : de 490 fin 1940 il passe à 672 en avril 1941 et 800 environ en 1943. La baisse du nombre d’employées constatée en 1943 est sans doute une conséquence de la diminution du chômage. Une enquête menée en zone nord par les assistantes sociales du Secours national en 1943 souligne en effet que dans dix-sept départements, il n’y a pas le moindre chômage, du fait de l’occupation, et que, partout ailleurs, c’est un chômage partiel plutôt insignifiant, surtout pour les hommes, embauchés par les Allemands. Seuls, le Pas-de-Calais et la Seine-Inférieure connaissent des taux de chômage importants en raison de la destruction des usines. Dans une période de quasi plein emploi, la faiblesse des salaires distribués par les ouvroirs a un effet repoussoir. Considéré comme salaire d’appoint, le salaire horaire oscille en effet dans la majorité des cas entre 3 F et 4,75 F, mais, dans la Meuse, il commence à un franc45. De plus, il s’agit souvent de travail à temps partiel, trente heures par semaine ou cinquante heures par quinzaine, par exemple. Cela permet toutefois aux femmes de bénéficier des allocations familiales et des assurances sociales, puisque depuis la loi du 6 janvier 1942 tous les salariés bénéficient de l’assurance quel que soit le montant de la rémunération servant de base au calcul des cotisations46.

39En organisant une assistance par le travail, le Secours national déborde le strict cadre des interventions d’urgence pour mettre en œuvre une action sociale dont les objectifs sont davantage marqués idéologiquement et qui est appelée à durer. Elle se manifeste d’abord dans les subventions à des œuvres aux objectifs extrêmement variés, mais elle est aussi, souvent, mise en œuvre par le Secours national lui-même. En matière d’enseignement ménager, par exemple, le Secours national gère directement des centres dans vingt-trois départements de la zone nord, occupant cinq mille à six mille femmes ou « grandes jeunes filles ». De même, dans la zone nord également, le Secours national gère soixante-dix-sept centres sociaux, aux activités, il est vrai, peu développées : permanences, parrainage des vieillards, consultations juridiques, enseignement ménager, goûters des mères, cercles de jeunes, et, plus rarement, garderies, goûters des vieux, bibliothèques. De multiples autres types d’activité pourraient être cités. Cette prolifération suscite quelques interrogations dont Robert Garric, le commissaire général du Secours national, précisément chargé de l’action sociale, se fait l’écho :

  • 47 Archives de la ville de Paris, 24 W 13. Compte rendu du congrès des délégués du Secours national, (...)

« Continuerons-nous à voir s’étendre presque indéfiniment le champ de nos travaux et les perspectives de nos organisations ? N’est-il pas temps d’essayer d’enclore le domaine, de le définir et de la préciser ?47 ». Le même jour, il se demande : « Pourquoi nous – Secours national – assurons-nous tel rôle d’enseignement ménager ? Pourquoi-nous préoccupons-nous d’enfants ou de jeunesse délinquante ou encore d’apprentis agricoles. De même qu’hier, pourquoi évoquions-nous les écoles maternelles et d’autres institutions sociales ? »

40La réponse donnée par Garric à son interrogation est de nature tautologique. « La zone de travail du Secours national […], explique-t-il, ne se limite pas aux secours d’urgence ». L’extension quasi illimitée de l’activité du Secours national tient pour une large part à l’influence qu’exercent Robert Garric et certains de ses amis au sein de l’institution.

  • 48 Marie-Anne Chouvel, « Social d’abord », Bulletin d’information Les amis de La Rocque, décembre 198 (...)
  • 49 Pascal Bousseyroux, « Les archives Garric : aux sources d’un réseau intellectuel », Vie sociale, n (...)

41Robert Garric, ancien élève de l’École normale supérieure, est agrégé de l’enseignement secondaire. Il se fait connaître par l’écriture d’un livre « d’observations vécues » : Belleville, scènes de la vie populaire. Mais il est surtout connu pour être le fondateur des Équipes sociales, mouvement qui cherche à éduquer la population ouvrière dans un esprit de dépassement des différences sociales qui puise largement dans la fraternité des tranchées. Mélange d’association philanthropique et d’université catholique populaire, les Équipes sociales, comme les Croix-de-Feu, souhaitent « privilégier le quotidien concret à l’universel abstrait48 ». Après un bref passage à la direction du Service social de l’Armement, sous l’autorité du ministre Raoul Dautry, il devient commissaire général du Secours national en 1940, à l’instar d’autres collaborateurs de Dautry comme Jean Toutée, vice-président du Secours national, Gustave Pilon, secrétaire général, ou encore Hyacinthe Dubreuil49.

42Au sein de « l’œuvre des œuvres », ces derniers – appelés les Sociaux, utilisé comme substantif – s’opposent aux Administratifs. Les seconds cherchent en priorité l’efficacité qui peut résulter d’une adéquation entre les initiatives de la base et les consignes bureaucratiques. Les premiers, au contraire, mettent l’accent sur l’humain, la nécessité de la souplesse, la dimension interpersonnelle et relationnelle du secours :

  • 50 Archives de la ville de Paris, 24 W 13. Compte rendu du congrès des délégués du Secours national, (...)

« Notre travail à nous, dans le secteur social du Secours national, c’est de donner un tour humain, un tour respectueux et pitoyable à toutes les formes de secours. Il ne faut à aucun moment que l’on puisse confondre dans le pays le Secours national et les secours qu’il donne avec un grand bureau, avec un grand guichet anonyme derrière lequel on donnerait d’une manière périodique, froide et automatique, et, par conséquent, inefficace et morte50 ».

  • 51 AN, 307 AP 160 (papiers Dautry), « introduction aux projets concernant la Sécurité sociale, les in (...)
  • 52 AN, 451 AP 243. Exposé de Mlle de Hurtado, Le groupement d’action des services sociaux de la Seine (...)

43Cette philosophie va entraîner un développement impressionnant du service social au Secours national. En 1944, il emploie environ 1 000 assistantes sociales sur un total d’environ 7 500 en fonctions sur le territoire national51, mais celles qui ne sont pas salariées par le Secours national sont très souvent utilisées par lui pour mener les enquêtes sociales préalables au versement des secours. Avec un salaire de 2 000 francs environ en début de carrière, elles sont mal payées et préfèrent souvent être embauchées par les organismes privés, réputés pour verser de meilleures rémunérations. En 1943, les problèmes de recrutement sont qualifiés de « crise très grave » par le Secours national52.

  • 53 Brigitte Bouquet, « La professionnalisation du service social (1900-1939) : de la naissance dans l (...)
  • 54 Stéphane Aron, « Un regard historique sur le service social », Revue de l’économie sociale, XV, se (...)
  • 55 Annie Fourcault, Femmes à l’usine. Ouvrières et surintendantes dans les entreprises françaises de (...)

44Les assistantes sociales du Secours national ont une double mission. Il s’agit d’abord de mettre sur pied un « plan d’action » destiné à résoudre des besoins sociaux préalablement repérés et analysés en rapport avec la valeur des équipements sociaux existants. En cas de défaillance des œuvres, le Secours national peut lui-même prendre les initiatives nécessaires, y compris par la création de structures ad hoc, pour résoudre les problèmes non traités. Il se donne donc une compétence très générale en matière sociale. Or le social ne se résume pas aux œuvres privées. De très nombreuses structures publiques ou para-publiques se sont en effet mises en place entre les deux guerres : le service social à l’hôpital, créé en 1920 par madame Getting, le service de l’enfance en danger moral (Mme Spitzer, 1923), les services sociaux des HBM (Loi Loucheur de 1928), ceux des caisses de compensation des allocations familiales, surtout après la généralisation des allocations familiales en 1932 (celui de la région parisienne passe de quelques dizaines à plusieurs centaines d’assistantes sociales en quelques années53), ceux enfin des municipalités54 ou des entreprises55, autant d’initiatives qui font qu’à la fin des années 1930, le service social est une réalité incontournable pour les gouvernements.

  • 56 Décret du 31 novembre 1939.
  • 57 R.-H. Rupp et M. A. Guerrand, Brève histoire du service social en France (1896-1976), Toulouse, Pr (...)
  • 58 JO, 29 juillet 1942, p. 2607.

45À partir de 1939 le mouvement s’accélère avec, d’une part, la création de nouveaux services, comme le service social rural, rattaché aux fédérations régionales de mutualité agricole56, ou le service social de l’armée de terre, le 19 avril 1941 et, d’autre part, l’extension de services déjà existants. Le service social à l’hôpital est par exemple rendu obligatoire dans les établissements hospitaliers des villes de plus de 100 000 habitants en 194357 ; surtout une loi du 28 juillet 1942 rend obligatoires les services médicaux et sociaux du travail dans les entreprises de plus de 250 personnes58.

  • 59 JO, 21 octobre 1939 ; rectif. 26 octobre 1939.
  • 60 AN, 451 AP 243. Exposé de Mlle de Hurtado, op. cit.

46Cette multiplication avait déjà retenu l’attention des gouvernements du Front populaire. Les circulaires Sellier de 1937 avaient jeté les premières bases d’une coordination des organismes publics et privés assurant la protection de la santé publique et la lutte contre les fléaux sociaux. Mais le dispositif mis en place au plan départemental (comités départementaux de coordination et Unions des institutions privées) se révéla être un échec, du fait notamment de la méfiance des œuvres à s’engager vers ce qui leur apparaissait comme une forme de publicisation de l’action sociale. La coordination est remise sur le métier par deux circulaires des 31 août et 2 septembre 1939 qui instituent des comités départementaux de service social. Dans le département de la Seine, il est effectivement constitué un comité de ce type par un arrêté du 21 septembre 193959, point de départ d’un processus aboutissant, au début de 1941, à la création du Groupement d’action des services sociaux de la Seine (GASSS), sous la forme d’une association loi 1901. Cet organisme rassemble tous les organismes sociaux privés, publics ou semi-publics qui donnent leur adhésion, soit 98 en avril 1942, non compris les 30 autres qui attendent l’agrément60.

  • 61 Archives de la ville de Paris, 24 W 14. Journées d’études des assistantes sociales du Secours nati (...)

47L’objectif de la coordination est bien évidemment corrélé au souci d’éviter les doubles emplois, de traquer les « mauvais pauvres » qui s’adressent à plusieurs organismes à la fois, surtout dans une période où les initiatives foisonnent, mais il est aussi de pallier les déficiences des services sociaux dans certains domaines ou dans certains secteurs géographiques. À cet effet, le GASSS recrute ses propres assistantes sociales, au nombre de 250 en 1943, qui viennent s’ajouter aux 90 déléguées techniques chargées d’assurer la coordination. Le GASSS est aussi à l’origine de l’unification des méthodes par la réalisation d’une formule unique d’enquête, inspirée de celle du Secours national, de la réalisation d’un carnet de travail des assistantes sociales possédant des rubriques préétablies, de l’élaboration de statistiques très diverses (du dépistage de la syphilis et de la tuberculose à la prise en charge des nourrissons) destinées à l’État61.

48Si la coordination semble avoir réussi dans la Seine, en dépit de la lourdeur du dispositif, elle est beaucoup plus difficile à réaliser dans les autres départements. En témoigne la multitude des lois et circulaires chargées de l’organiser. Le plus important de ces textes est la circulaire du 9 mai 1941 qui demande aux préfets de créer un comité de liaison de tous les organismes qui emploient des assistantes sociales, ce comité créant lui-même un service central dont le rôle est d’« assurer une coordination constante entre les différentes assistantes sociales opérant dans un même secteur, en même temps que de surveiller l’ensemble de ces secteurs pour tout ce qui concerne la protection maternelle et sociale et de prendre en charge toutes les familles qui ne relèvent d’aucun service social ».

49Mais les difficultés de ces structures sont telles que les services du secrétariat à la Santé envisagent, comme Sellier en 1936, la création d’un service social unique. Le principal problème tient en réalité au fait que le Secours national est lui-même, et parallèlement à cette coordination globale, chargé de représenter les œuvres privées, qui sont les plus nombreuses dans le champ de l’action sociale. La confusion est donc très forte. Lors du congrès des délégués du Secours national qui se tient à La Bourboule en 1942, le délégué départemental de Loire-Inférieure, Abel Durand, aborde cette question sur un mode ironique : « Bientôt, il va falloir un organisme de coordination entre les organismes coordinateurs » avant de se demander si la coordination demandée par les pouvoirs publics a pour objet « de coordonner seulement les services publics ou de coordonner tous les services. Services publics ou services privés ? Je n’en sais rien. La seule solution : c’est le plus fort qui l’emportera ! » Son homologue de Châlons-sur-Marne, quant à lui, a déjà la réponse : « La préfecture a essayé de faire un service social départemental. Elle n’a pas pu y arriver, de sorte que c’est nous, Secours national, qui avons le fichier départemental, le fichier général de toutes les œuvres sociales. »

  • 62 Yvonne Knibielher, Nous, les assistantes sociales, Aubier, 1980. Témoignage de S. C., p. 226.

50Après la mise sur pied d’un plan d’action destiné à répondre aux besoins sociaux non couverts, la deuxième mission des assistantes sociales du Secours national est l’assistance aux cas individuels. Dans cette matière, les règles fixées sont extrêmement strictes : aucun secours ne peut être attribué sans une enquête préalable. La précarité grandissante de couches de plus en plus importantes de la population va générer un « déluge d’enquêtes », selon le témoignage d’une professionnelle en poste pendant l’occupation62. En effet, pour la seule année 1943, 500 000 enquêtes sont menées dans les familles françaises, chiffre auquel il faut ajouter les 750 000 visites à domicile effectuées chez les familles de prisonniers de guerre.

  • 63 Jacques Donzelot, La police des familles, éd. de Minuit, collection « critique », 1977, p. 11-116.

51Les enquêtes et les visites s’inscrivent dans un processus de contrôle social qui a été souvent décrit par les chercheurs : elles préjugent d’un comportement familial pathogène qu’il s’agit de mettre en évidence. La seule réputation ne suffit plus, il faut désormais réaliser une investigation méthodique et policière, comme l’a bien montré Jacques Donzelot63. Cette évolution apparaît clairement dans un ouvrage édité en 1940 :

  • 64 Lucienne Vannier, L’assistance médicale à domicile dans les milieux ouvriers. Quelques essais de r (...)

« Enquêter, c’est découvrir, par-delà les mots que dit le malade, les sentiments vrais qui le poussent à les choisir, c’est saisir dans un geste ou dans la voix, la lassitude ou le découragement ; c’est aussi surprendre la négligence dans les riens de la tenue ; c’est reconnaître la dureté d’un mari au regard qu’il jette sur sa femme ; c’est dégager le mensonge dans une réticence ; c’est surprendre dans l’attitude des enfants la valeur morale et éducative des parents ; c’est aussi juger des dispositions intimes des êtres en regardant la manière dont ils ont façonné le cadre dans lequel se déroule leur vie quotidienne64. »

  • 65 ADLA 13 W 14.
  • 66 AN, 451 AP 243 (19). Note sur les restaurants d’entraide, s.d.

52Il nous a été impossible de retrouver des séries de rapports d’enquête qui seules auraient pu nous permettre de déterminer avec précision les critères d’attribution des secours. Les archives rendent compte cependant, sommairement, de l’importance du critère moral dans les décisions d’attribution. En Loire-Inférieure, par exemple, une demande est refusée parce que l’enquête a révélé que « la personne n’est nullement intéressante. Elle vit maritalement avec un individu, lequel est remplacé pendant ses absences. Quant au neveu, c’est un paresseux qui profite65. » Dans l’Isère, l’admission dans les restaurants d’entraide est établie selon un barème qui est la somme de huit coefficients (nombre d’enfants, ressources du ménage, nationalité, etc.) dont le dernier est « la cote morale donnée par l’assistante sociale66. »

  • 67 AN, F 1A 3778. Le Secours National dans le département du Nord et plus particulièrement dans la zo (...)

53De fait, pour toucher des subsides, ou même des aides en nature, de la part du Secours national, il vaut mieux être marié, et avoir de nombreux enfants que d’être célibataire ou, pire, concubine ou divorcée. Dans le Pas-de-Calais, par exemple, une femme sinistrée à 100 % à la suite d’un bombardement ne touche que quatre assiettes et deux fourchettes, parce que divorcée. Dans le même département, les enfants allant à l’école « libre » sont systématiquement favorisés, selon le témoignage d’une ancienne correspondante du Secours national, passée à la Résistance67.

  • 68 Archives de la ville de Paris, 24 W 12. Délégation de la Seine, étude 48, s.d.
  • 69 Archives de la Ville de Paris, 24 W 16. Pages sociales, n° 5, janvier-février 1945, « Visiter ou r (...)

54Il est difficile de savoir ce que pensent les familles des techniques sociales du Secours national et, au-delà, des organismes du secteur social. Dans une étude réalisée après la guerre par l’Entraide française, qui succède à la Libération au Secours national, il est souligné que la période de la guerre a beaucoup modifié la conception du travail social. L’ouverture de nouveaux services, l’établissement de cartes (de ravitaillement, de sinistrés, de déportés, etc.), le développement des soupes populaires et des cantines scolaires, auraient facilité l’ouverture des familles au service social. Les incursions dans la vie privée, telles que les demandes de livrets de famille, d’actes de naissance, de bulletins de salaires, seraient devenues plus naturelles68. L’enquête elle-même pourtant semble toujours avoir aussi mauvaise presse dans les milieux populaires ; elle participe de la mauvaise réputation et est synonyme de contrôle, d’inquisition, de dévoilement de l’intimité familiale. À tel point qu’à la Libération, on leur préférera, quand c’est possible, les visites des familles aux permanences tenues par les assistantes sociales : « Visiter, c’est trop souvent s’imposer ; recevoir, au contraire, c’est s’offrir69. »

Une organisation bureaucratique

55Le 2 avril 1943, le Conseil d’État est réuni en assemblée plénière pour examiner une requête de M. Musin, qui habite à Marcq-en-Bareuil dans le département du Nord. Celui-ci reproche au délégué du Secours national de cette commune de l’avoir rayé de la liste de bénéficiaires de l’allocation aux vieux, infirmes et indigents. Pour M. Musin, le Secours national est un organisme public et le Conseil d’État est compétent pour examiner sa demande. Erreur, estime ce dernier pour qui

  • 70 La Gazette du Palais, 17 novembre 1943.

« le décret du 19 octobre 1939, qui a reconstitué l’œuvre du Secours national et approuvé ses nouveaux statuts, a maintenu le titre d’établissement reconnu d’utilité publique que lui avait conféré le décret du 29 septembre 1915 […] si la loi du 4 octobre 1940 a confié au Secours national, dans les limites de sa compétence, la coordination et la surveillance des œuvres de bienfaisance et lui a attribué le monopole des subventions et des appels publics à la générosité, elle n’a pas entendu modifier le caractère privé qui s’attache à la nature et aux activités de cet établissement ; que dès lors, les décisions de ses représentants ne sont pas susceptibles d’être déférées au Conseil d’État70 ».

  • 71 Conseil d’État (Ass. plénière), 2 avril 1943, La Gazette du Palais, 1943-I-223.
  • 72 Conseil d’État, 31 juillet 1942, La Gazette du Palais, 1942-II-114.

56Le même jour, le Conseil d’État estime, à l’inverse, que le conseil national de l’ordre des médecins, bien que n’étant pas un établissement public, contribue au fonctionnement du service public en participant au fonctionnement et au contrôle de l’exercice de la profession médicale, qu’il accomplit donc des actes de caractère administratif, et que ses décisions peuvent donc être déférées au Conseil d’État71. La même solution avait été retenue pour les comités d’organisation quelques mois plus tôt dans le célèbre arrêt Montpeurt72.

57Ainsi, ce qui est reconnu aux ordres professionnels et aux comités d’organisation – la qualité d’établissement public – ne l’est pas au Secours national. Nous ne discuterons pas ici cette question juridiquement. Nous souhaitons simplement montrer ici que le Secours national possède un certain nombre de caractères qui l’apparentent à un service public.

  • 73 Dictionnaire de la sociologie, Larousse, 1995, p. 29 et Max Weber, Économie et société, Plon, 1971 (...)

58En premier lieu, il fonctionne sur un mode bureaucratique. Pour Max Weber, la bureaucratisation se caractérise notamment par la continuité (elle s’insère dans un ordre légal que le détenteur de l’autorité hiérarchique ne fait lui même qu’appliquer), la prédominance d’une procédure écrite, l’existence d’un corps de règles impersonnelles délimitant strictement les sphères de compétence de chacun, une hiérarchie des fonctions créant des liens de subordination clairs, l’accès aux postes en fonction de la qualification publiquement constatée73. L’ensemble de ces traits caractérise un organisme comme le Secours national. Il est organisé par directions, elles-mêmes divisées en services, comme l’administration. Il met en œuvre des lois et des décrets. Il génère lui-même ses propres normes, à travers des circulaires datées, numérotées, et publiées dans un Bulletin administratif qui ressemble à s’y méprendre aux différents bulletins édités par les ministères. Il est fortement hiérarchisé et centralisé. Il est contrôlé, non sans difficultés, par la Cour des comptes et l’Inspection des Finances. Son personnel dirigeant provient, pour partie, des grands corps de l’État, notamment du Conseil d’État. Sans doute le personnel n’est-il pas recruté par examen ou concours, ce qui marque une différence avec l’administration. Mais encore faut-il souligner, d’une part, que certains ministères font appel assez largement à des contractuels pendant cette période (notamment dans les services d’inspection du travail et de contrôle de la main-d’œuvre) et que, d’autre part, les assistantes sociales sont titulaires d’un diplôme d’État.

  • 74 Archives de la ville de la Paris, 24 W 1.
  • 75 AN, 2 AG 436. Bilan d’activité d’avril 1944.
  • 76 AD Cantal, 307 AP 159. Extrait du comité de direction du Secours national du 8 juillet 1942.
  • 77 AN, 451 AP 236 (8). Lettre du colonel de La Rocque au maréchal Pétain, 8 juin 1942.
  • 78 Yvonne Kniebiehler, op. cit, p. 229. Témoignage de D. D.
  • 79 Archives de la ville de Paris, 24 W 15. Bulletin administratif du Secours national, n° 46, 27 août (...)
  • 80 AM Bordeaux, 1140 Q 1. Procès-verbaux des réunions du conseil de gérance du SSCB.

59La bureaucratisation, au sens traditionnel cette fois, se manifeste aussi par le nombre très élevé des permanents salariés. De quelques centaines en 1939, il grimpe à 5 000 en 1941 (« Arrêtons-nous » dit déjà le premier président de la Cour des comptes) à 11 700 au 1er janvier 194474 (et 15 000 en 1945). Le Secours national emploie plus de 1 000 personnes rien qu’à son siège parisien en mai 1943. Le nombre de bénévoles est sensiblement plus élevé : 42 962 selon un bilan d’activité d’avril 194375. Les délégués, délégués-adjoints, sous-délégués, sous-délégués-adjoints, correspondants cantonaux et communaux ne reçoivent pas en effet de salaire, mais les deux premières catégories touchent par contre une indemnité mensuelle forfaitaire de 1 500 francs et 1 000 francs par mois, qui apparaît comme un salaire déguisé76. À titre de comparaison, les assistantes sociales des Assistants du Devoir patriotique perçoivent 1 000 francs par mois et celles des caisses d’allocations familiales, 2 00077. Cette indétermination est en fait assez générale, le Secours national emploie par exemple des gardes-malades ayant déjà reçu quelques notions médicales, moyennant une légère rétribution78 ou verse des indemnités aux jeunes des Équipes nationales auxquels il fait appel pendant les bombardements79. À Bordeaux, le Secours social de la communauté bordelaise, qui supplante le Secours national dans la préfecture de la Gironde, pratique aussi des ristournes sur les sommes récoltées à domicile par les ouvriers sans travail80.

  • 81 Yves Bouthillier, Le drame de Vichy, t. II : Finances sous la contrainte, Plon, 1951, Annexes, p. (...)

60En second lieu, les ressources du Secours national sont principalement d’origine publique. Pour l’ensemble de la période 1939-30 juin 1946, elles dépassent les vingt milliards de francs et, pour la seule année 1943, atteignent 3 milliards 219 millions de francs, ce qui représente un peu plus de 3 % des recettes fiscales, hors emprunt, de l’État français81.

  • 82 Loi du 26 avril 1941, JO, 27 avril 1941.

61La part des subventions et recettes affectées représente 55 % du montant total des ressources. En 1943, la subvention du budget général s’élève à deux cents millions de francs, soit moins de 10 % des recettes. Le reste provient donc des recettes affectées qui sont fort diverses. On y trouve pêle-mêle le produit des tranches de la Loterie nationale, principale ressource pour un montant de 938 millions pour la même année 1943, le produit d’un prélèvement de 2 % sur les ventes aux enchères publiques (loi du 26 août 1943), 1 % des produits du pari mutuel, le produit de la vente des objets abandonnés sur la voie publique, ces trois dernières ressources s’élevant à 84 millions en 1943. D’autres recettes affectées sont rapidement abandonnées. La loi du 12 avril 1941, assez connue dans la mesure où elle institue le 1er mai comme jour férié, décide par exemple que la moitié du salaire de ce jour, désormais non travaillé mais rémunéré, sera versée au Secours national à titre de souscription ouvrière, mais cette disposition est supprimée deux semaines plus tard par une autre loi82 !

62Une dernière catégorie de recettes affectées provient de la vente des biens des Français déchus. Cette mesure résulte d’une loi du 23 juillet 1940 et vise l’ensemble des Français ayant quitté le territoire national entre le 10 mai et le 30 juillet 1940 et qui, pour cette raison, sont déchus de la nationalité française. Il ne s’agit donc pas exclusivement des juifs, même si l’on peut supposer qu’ils sont les premiers touchés. Le même type de mesures est prévu pour ceux qui auraient quitté les territoires d’outre-mer par une loi du 10 septembre 1940. L’application de ces textes posera des problèmes juridiques et politiques très complexes que nous ne pouvons pas développer ici.

  • 83 AN, 2 AG 500. Dossier 1941-1942. Campagne d’hiver du Secours national.
  • 84 AD Cantal 419 F 12. Avis du contrôleur financier pour le projet de budget de 1944.

63L’autre partie des recettes est constituée des ressources propres qui représentent 45 % du total en moyenne sur l’ensemble de la période 1939 – 30 juin 1946, mais avec une forte évolution dans le temps : elle passe de 70,45 % de décembre 1940 à novembre 194183 à 35 % en 194384. Ces ressources propres peuvent elles-mêmes être divisées en deux catégories.

  • 85 Archives du ministère de l’Économie et des Finances, B 915. Dossier collectes et propagande. Aperç (...)
  • 86 Archives du ministère de l’Économie et des Finances, B 915. Lettre du secrétaire général du Secour (...)
  • 87 AN, F 60 388. Note sur le contrôle financier du Secours national, 25 février 1942.
  • 88 AD Cantal 419 F 12. Avis du contrôleur financier du Secours national sur le projet de budget 1944, (...)
  • 89 ADLA 13 W 14. Lettre du commissaire principal des Renseignements généraux de Nantes au directeur g (...)

64La première est celle du produit des collectes effectuées lors des « campagnes » destinées à la population. Avant la guerre, les collectes rapportaient environ deux à trois millions pour les « journées nationales », dix à douze millions pour les « campagnes nationales », la quinzaine antituberculose, par exemple. Pendant la guerre, les chiffres sont beaucoup plus importants : 530 millions en 1942 et 640 millions en 1943 pour les campagnes du Secours national, notamment85. Mais ces chiffres globaux ne rendent pas compte d’une évolution contrastée. À partir de 1943, les souscriptions consenties par des donateurs fortunés augmentent, de même que les collectes rurales en nature : les résultats des collectes financières en province passent de 259 millions pour la période octobre 1942-mai 1943 à 433 millions pour la période octobre 1943-mai 1944, soit une augmentation de 67 % ; de même les collectes agricoles passent, pour les mêmes périodes, de 7 300 tonnes (pour une valeur de 30 millions) à 12 200 tonnes (pour une valeur de 45 millions)86. Mais, à l’inverse, l’exemple nantais montre que les collectes de vêtements et de lingerie régressent, comme le produit des bons de solidarité, ces bons placés auprès des commerçants dont le Secours national attendait 100 millions par mois87 et qui ne rapporteront en réalité que 35 millions pour toute l’année 194388. À l’origine de cet échec, selon les renseignements généraux nantais, la désaffection des classes moyennes appauvries et de plus en plus rétives à des sollicitations sans cesse renouvelées89.

65La deuxième catégorie est celle des dons, essentiellement ceux des entreprises alléchées par les exonérations fiscales dont ils font l’objet. Entièrement déductibles des impôts, ils doivent être faits au Secours national, mais ils peuvent être pré-affectés à certaines associations, comme déjà indiqué, pour 50 % de leur valeur.

  • 90 AN, F 60 944. Rapport du 2 mai 1947.

66L’examen rapide du budget du Secours national indique donc clairement que l’essentiel de ses ressources est d’origine publique. En effet, non seulement elles proviennent à 55 % du budget de l’État et des recettes affectées, mais les 45 % restants doivent essentiellement au caractère semi-public du Secours national, comme l’a bien noté Marcel Willer, chargé d’une enquête sur le Secours national et la Croix Rouge française à la Libération : « Cette dernière catégorie de ressources ne sont (sic) absolument pas des ressources propres : elles sont en effet intimement liées au caractère national de l’œuvre et n’ont pu atteindre cette importance qu’en raison des appuis officiels ou des privilèges dont l’association a bénéficié90. »

67L’extension très importante des activités du Secours national, liée à la tutelle qu’il exerce sur les œuvres et aux problèmes que pose sa composition, va susciter de vives protestations à l’intérieur même du régime de Vichy. En juin 1941, le préfet de la Côte-d’Or regrette que :

  • 91 AN, 2 AG 500. Extrait du rapport mensuel du préfet de la Côte-d’Or, juin 1941.

« peu à peu, (le Secours national) devienne un État dans l’État, avec ses délégués cantonaux, ses délégués d’arrondissement, ses délégués départementaux, ses délégués régionaux et ses délégués nationaux. La politique actuelle de cette œuvre de bienfaisance risque un jour prochain de créer un conflit entre cette œuvre de bienfaisance, dont les buts sont indiscutables, et les représentants du gouvernement, et peut-être même celui-ci91. »

  • 92 AN, 2 AG 500. Extrait du rapport mensuel du préfet de la Seine, février 1942.

68Dans son rapport mensuel de juin 1942, son homologue de la Seine souligne que « certains maires paraissent s’émouvoir de l’importance croissante prise par les grandes organisations nouvelles d’assistance et d’entraide » et cite le maire de Charenton, pour qui « le Secours national, qui rend certes d’immenses services à la population, dépossède progressivement les communes de leurs œuvres particulières pour les entraîner dans son orbite. » Le gigantisme et la bureaucratisation, si éloignés de l’esprit traditionaliste de Vichy, sont particulièrement visés : « On paraît regretter la disparition des traditions locales et de l’esprit de clocher au sein de la commune, considérée comme le prolongement naturel de la famille92. »

69Le problème devient si important que les rappels à l’ordre se multiplient au plus haut niveau du régime. Ainsi, en décembre 1941, Du Moulin de Labarthète, directeur du cabinet du maréchal Pétain, adresse une lettre très ferme au président du Secours national :

  • 93 AN, 2 AG 500. Lettre du 1er décembre 1941.

« Monsieur le Conseiller,
Le Maréchal, après avoir pris connaissance de votre note en date du 24 octobre dernier et l’avoir fait étudier, me charge de vous remercier et de vous transmettre son adhésion de principe à vos conclusions.
Cette adhésion doit être assortie des précisions suivantes : […]
Il n’est pas dans les attributions du Secours national de se substituer aux pouvoirs publics en vue d’assurer le ravitaillement de la population citadine ou d’enrayer la hausse des prix. Certes la bienfaisance et l’assistance doivent atteindre, en ce moment, des catégories de la population qui normalement n’en relèvent pas, mais il ne faut pas perdre de vue les graves dangers qu’entraînerait une extension excessive et aveugle du rôle dévolu au Secours national.
Le Maréchal a constaté qu’aucun de ces risques ne vous avait échappé. Si le Secours national débordait avec excès les limites assignées par la loi à son champ d’action, il empiéterait à la fois sur le domaine de l’activité privée (individuelle, charitable ou professionnelle) et sur la compétence des pouvoirs publics. Non seulement son action serait déviée, mais sa nature elle-même serait gravement altérée.
Le Secours national serait entraîné à un développement excessif de son organisation. Celle-ci, prenant le volume et les caractères d’une vaste Administration collective, ferait perdre au Secours national sa principale raison d’être : constituer un organisme qui agisse en marge et en avant de l’Administration avec la souplesse et la facilité de l’action privée, pour prendre des initiatives et pour combler au plus vite les lacunes inévitables laissées par la marche plus lente et plus rigide des services publics.
Enfin, une extension excessive du rôle bienfaisant du Secours national aurait des conséquences directement contraires aux principes de la Révolution nationale : elle tendrait à transformer peu à peu les citoyens en « assistés « et leur ferait perdre la notion de leur dignité et de leurs responsabilités d’hommes libres93. »

70Ces mises en garde répétées, jusqu’au plus haut niveau de l’État français, ne vont pourtant pas empêcher l’utilisation du Secours national à des fins propagandistes, comme on va le voir maintenant.

Une instrumentalisation contestée

« Donnez, donnez pour le Secours national
Donnez, donnez pour aider les malheureux ;
En répondant à l’appel du Maréchal
Vous serez tous plus heureux et plus joyeux.
C’est en donnant pour ceux qui souffrent
Que l’on devient toujours meilleur ;
Si notre tronc est comme un gouffre
vous le remplirez de tout cœur.
Donnez, donnez, donnez
Tout ce que vous avez,
Nous vous dirons merci.
Le Maréchal aussi.
Refrain
Lorsque Pétain fit le don de sa personne,
Il nous fallait aussi en mettre un coup
Et devant le drapeau qui frisonne
Près de lui, nous venons tous, nous venons tous !
Car la Patrie a besoin de courage
Pour se refaire et forcer le destin
C’est Pétain qui est notre meilleur gage
Vive Pétain ! vive Pétain ! ! Vive Pétain ! ! ! »

  • 94 AN, 451 AP 234 (68). Chants du Secours national.

71Le chant du Secours national94, sur l’air de La Madelon, exprime de manière très nette le lien très important que cherche à nouer le Secours national entre la personne du Chef de l’État et l’action humanitaire. Son importance croissante, son originalité juridique, les critiques qui lui sont adressées, aussi bien par la Résistance, la France libre, la presse collaborationniste, qu’à l’intérieur même de l’État français s’expliquent avant tout par l’instrumentalisation dont il est l’objet.

Au secours, Maréchal

  • 95 AN, 2 AG 500. Conseil national (commission d’information), 6 décembre 1941.

72Le maréchalisme du Secours national se manifeste d’abord par la mise en relation constante de ses valeurs et principes avec ceux de la Révolution nationale. Dans un exposé devant le Conseil national, organisme consultatif notabilaire censé remplacer le Parlement, ses responsables n’hésitent pas à affirmer que l’organisme qu’ils dirigent « se place dans la plus pure tradition des corporations et des autres corps intermédiaires de l’ancien régime95. » Ce qui est d’ailleurs tout à fait inexact puisque les corporations et autres compagnonnages s’occupaient bien d’entraide entre leurs membres, mais que le système était organisé de manière séparée, métier par métier, et non de manière centralisée, comme c’est le cas pour le Secours national. Mais l’important, pour les dirigeants du Secours national, n’est pas la vérité historique ; ce qu’ils cherchent à montrer, c’est avant tout l’adéquation entre ce qu’ils font et ce que Vichy – en tout cas son aile la plus traditionaliste – voudrait que la société soit. Plus juste est la remarque du vice-président, de Laboulaye, qui souligne la filiation entre les principes de la Révolution nationale et l’action du Secours national :

  • 96 AD Cantal, 419 F 4. Note de M. de Labouyale, s.d. : « La mission du Secours national ».

« N’oublions pas […] que le Secours national est placé sous le haut patronage du Maréchal, chef de l’État, et que sa doctrine sociale ne peut être différente de celle que le Maréchal a lui-même définie lorsqu’il a proclamé que la France nouvelle devait se réorganiser sur ces trois principes fondamentaux : Travail, Famille, Patrie. Au point de vue social, il se dégage de cette déclaration qu’une œuvre telle que le Secours national doit s’employer à faciliter le travail, à assister ceux qui en manquent ainsi que leurs familles, à venir en aide aux mères et aux enfants, à encourager les naissances, à soulager les familles nombreuses, et tout cela dans un esprit d’ardent patriotisme96. »

  • 97 AD Cantal, 419 F 4. Note (« très confidentiel ») JD/ML, 25 août 1943.

73En mettant en avant le don de soi, à l’image du maréchal Pétain, qui a fait « à la France le don de (sa) personne », le sens du devoir, la lutte contre l’égoïsme, la notion de personne humaine ou encore l’esprit de pauvreté, bref les valeurs de la « France chrétienne », l’objectif est de débarrasser progressivement le pays de tout ce qui a conduit le pays dans l’abîme, « l’esprit de jouissance », l’absence d’autorité, le travail des femmes, et d’œuvrer pour « la rechristianisation du pays ». Cela passe par « la mise au point d’un programme complet (de) « reconstruction de la personne humaine « et (de) reconstitution des élites en France (repersonnaliser le peuple de France) le terme de personne étant entendu au sens chrétien97. »

  • 98 AN, 2 AG 500. Rapport au Secours national d’Armand Lanote, s.d.
  • 99 AD Cantal, 419 F 4. Projet de circulaire sur les colonies de vacances, 28 août 1941.

74On pourrait prendre de multiples exemples de la manière dont ce programme va être décliné dans la pratique entre 1940 et 1944. On a déjà vu, par exemple, la priorité accordée aux secours en nature plutôt qu’aux secours en espèces, la défiance du Secours national vis-à-vis des femmes divorcées ou célibataires, le fait de privilégier les enfants des écoles catholiques sur ceux des écoles laïques. On pourrait également longuement détailler les journées des enfants en colonies de vacances, qui se lèvent en chantant « Maréchal, nous voilà », étudient dans la journée tout ce qu’ils doivent « au Maréchal et à l’esprit social qui entoure la politique du gouvernement » et se couchent sous le portrait du Chef de l’État98. Les programmes doivent par ailleurs comporter de l’éducation physique, sous forme d’hébertisme, des jeux et des chants inspirés des méthodes scoutes, des sorties et des excursions centrées notamment sur le folklore et l’économie régionale, des causeries et cercles d’études consacrées « aux grands sujets de l’histoire de France (Vercingétorix, Clovis, Jeanne d’Arc, […] Saint Louis, Napoléon, Lyautey […] », des travaux domestiques « que les enfants doivent faire, soit pour habituer les enfants à rendre service à leur famille, soit pour apprendre aux filles à se former à leur mission de futures mères de famille99. »

  • 100 Archives de la ville de Paris, 24 W 16, Bulletin administratif et social du Secours national, n° 2 (...)

75Les procédés utilisés pour les collectes doivent tenir compte des traditions locales et des coutumes ancestrales. Dans telle région, on ressort des armoires les coiffures et les costumes qui ne servent plus depuis longtemps ; dans telle autre, on porte à skis l’aumône aux nécessiteux ; ailleurs, on organise une « journée des offrandes » pendant laquelle les paysans montagnards vont déposer une « unité symbolique » aux pieds du maréchal : « Tout cela possède une grandeur incontestable – tout cela travaille dans le sens de la France nouvelle – et par conséquent tout cela est du domaine du Secours national100 ».

  • 101 Jacques Valdour, Organisation corporative de la société et de la profession, A. Rousseau, 1935.
  • 102 Sur ces questions, cf. le chapitre rédigé par Michèle Bordeaux dans cet ouvrage ainsi que ses trav (...)

76Le plus significatif est certainement la préférence accordée aux familles sur les individus. Pour de larges pans du personnel politique de Vichy, à la suite de Charles Maurras, la famille doit inspirer l’organisation de la société tout entière. Pour Jacques Valdour, l’un des théoriciens de l’Action française qui inspirera les traditionalistes vichystes, la famille possède les trois fonctions principales qui sont aussi celles de la société : elle est hiérarchisée – il y a un chef, le père, qui gouverne, et des gouvernés, la mère et les enfants –, elle produit des richesses, elle est une mutualité, c’est-à-dire un lieu d’entraide et d’assistance entre ses membres101. La structure familiale, telle qu’elle est mythifiée par Valdour, doit inspirer l’organisation du corps politique : au vote individuel par tête (masculin jusqu’à l’ordonnance d’avril 1944 du Comité français de libération nationale (CFLN)) devrait par exemple être substitué le vote familial, le chef de famille ayant autant de voix que d’enfants. Vichy ne mettra pas en œuvre ce projet, qui restera dans les cartons, de même que la charte de la famille ne verra jamais le jour. Le familialisme inspirera pourtant de très nombreuses réalisations de l’époque, du sursalaire familial au licenciement des femmes fonctionnaires en 1940102.

77La politique familiale de Vichy va principalement être mise en œuvre par le Commissariat général à la Famille, mais le Secours national n’en est pas totalement absent. Chaque délégué possède d’abord un adjoint familial qui fait partie de droit, mais sans voix délibérative, du centre départemental de coordination et d’action des mouvements familiaux. Inversement, le président de ce centre fait partie du comité d’action du Secours national. Dans les Maisons de la Famille, le Secours national peut soutenir les services sociaux existants. Il intervient aussi dans l’aide financière aux familles nombreuses. À l’occasion de la journée des mères, le 31 mai 1942 – fête pétainiste, s’il en est – il distribue dix-huit millions de francs aux mères médaillées et aux mères « méritantes ». Sans supplanter les mouvements familiaux, ni empiéter sur le rôle du Commissariat général à la Famille :

  • 103 Archives de la Ville de Paris, 24 W 13, congrès des délégués du Secours national, 1942, p. 43.

« Le Secours national se doit d’aider à la pénétration de cette propagande familiale jusqu’aux plus lointaines de ces ramifications. Tout en secourant les individus, il doit s’efforcer de le faire dans un esprit familial, de réaliser les sauvetages individuels le plus possible dans le cadre de la famille. Il se doit aussi, par l’intermédiaire de ses adjoints familiaux, d’aider au démarrage de nouvelles associations familiales et à l’animation de celles qui existent déjà103. »

  • 104 Ibid., p. 69.

78L’une des mesures concrètes du familialisme vichyste va être l’organisation d’un enseignement ménager obligatoire, à raison d’un minimum de trois cents heures, pour toute la jeunesse féminine, mise en œuvre par une loi du 18 mars 1942. L’effort va porter sur la formation des professeurs et la prise en charge des jeunes filles qui ne sont plus d’âge scolaire et des femmes. En mai-juin 1942, 75 professeurs ont déjà été recrutés et 5 000 à 6 000 femmes suivent les cours. Parallèlement, des bourses ont été accordées à 225 élèves des écoles « normales » d’enseignement ménager104.

  • 105 Céline Lhotte, citée par R.-H. Guerrand, M.-A. Rupp, op. cit., p. 95.
  • 106 Ibid., p. 88.
  • 107 Ibid., p. 88.
  • 108 Yvonne Bougé, Préparation et activités de l’assistante sociale, 1944, cité par R. H. Guerrand et M (...)

79L’imprégnation des valeurs morales et familialistes se lit également nettement dans les textes écrits pendant l’occupation par les assistantes sociales, qu’elles appartiennent au Secours national ou non. Sans se référer directement à l’idéologie vichyssoise, ce discours en épouse néanmoins tous les contours. Il stigmatise « la femme qui va travailler au dehors (et qui) risque de se compromettre, de se faire entretenir, voire même de glisser graduellement jusqu’à la prostitution clandestine105 ». Son seul horizon est le mariage, incompatible avec l’exercice d’une profession : « Disponible, la femme mariée doit l’être, mais pour toute une vie axée sur le foyer, le mari, les enfants et qui ne saurait, sans risques graves, être détournée de son but106. » Les assistantes sociales, quant à elles, ne travaillent pas, elles exercent une vocation, un apostolat. Ce qui les pousse à agir n’est pas la rémunération, mais l’amour des autres, écrit encore Céline Lhotte, assistante sociale au Secours national en 1944107. La même année, Yvonne Bougé souligne que « quelle que soit sa profession, (l’assistante sociale) sait que Dieu est là et que sa providence veille108. » Elle doit être « un modèle, un exemple […]. Point d’assistante sociale digne de ce nom courant les rues tête nue, sans bas, négligée, en somme, comme sur une plage au sortir du bain […]. Une robe bien coupée et seyante, une note claire, un doigt de poudre, un feutre bien coiffant, des gants nets, je ne sais quel aspect de bon ton, de“cossu”, de vrai “chic” ».

  • 109 Interrogée par Yvonne Knibielher, op. cit., p. 224-225, une assistante sociale en fonction pendant (...)

80Cette littérature, abondamment diffusée dans la collection spécialisée sur le travail social des éditions Bloud et Gay, est tenue par les notables de l’action sociale. Il n’est pas sûr, compte tenu des circonstances (pénuries en tous genres, surabondance de travail) qu’il ait été repris à leur compte dans sa pleine dimension par toutes les assistantes sociales, surtout les plus jeunes109.

  • 110 AN F7 15313. Note des Renseignements généraux du 18 janvier 1943.

81L’inspiration très maréchaliste du Secours national tient évidemment, pour l’essentiel, aux convictions et positions des personnes qui le dirigent. Dès l’automne 1940, le comité de direction est débarrassé de ses membres les moins favorables au régime, comme René Cassin ou Edmond Michelet. Selon les Renseignements généraux, la nouvelle équipe de direction est nettement favorable à Vichy. Le vrai patron n’est pas le président Pichat, âgé et « fatigué », mais Gustave Pilon, le secrétaire général, considéré comme très « révolutionnaire-national ». À la direction de la propagande, l’écrivain Gilbert Cesbron, n’est pas politiquement marqué, mais sous ses ordres, Philippon est jugé « très orthodoxe politiquement » et Le Besnerais « très révolution nationale et lavaliste ». Au service des collectes, Richard était aux Jeunesses patriotes avant la guerre110. Il faut toutefois noter que cette équipe n’est pas monocolore : Michel Debré, qui y restera jusqu’en 1942, ou Chevalme, ancien secrétaire général de la fédération de la métallurgie CGT et directeur des approvisionnements, sont Résistants. Par ailleurs, des défections seront constatées à partir de 1942.

  • 111 AN, F1A 3778. Le Secours national dans le département du Nord…, op. cit.
  • 112 ADLA, 13 W 14.
  • 113 AN, F 60 388. Note sur diverses propositions de nomination de délégués départementaux.

82Dans les délégations départementales, le même processus de remplacement est engagé : dans le Nord, le président Hardy, recteur de l’université, est remplacé par Thellier de Poncheville, un royaliste ; son adjointe, Mme Carles, d’origine israélite, est renvoyée111. Cette épuration laisse la place libre aux partisans du régime. Certains avaient été nommés avant la débâcle, comme Abel Durand, délégué départemental de la Loire-Inférieure, une importante personnalité nantaise de droite modérée, vice-président de l’union départementale des sociétés de secours mutuels, conseiller municipal écouté et respecté. À partir de 1940, ce futur président du Conseil général est considéré par la police comme « un fervent partisan du Maréchal Pétain » et « son loyalisme à l’égard du gouvernement [paraît] assuré112. » Dans la Creuse, le délégué choisi est avocat à Guéret et membre actif de l’Action catholique et des œuvres. Sa nomination est chaudement recommandée par l’archiprêtre de Guéret, qui représente l’évêque de Limoges à la préfecture du département. Ailleurs, un délégué est choisi en raison de la solidité de « ses convictions nationales113 ».

  • 114 AN, F1cIII 1198 cité par Marc Olivier Baruch, Servir l’État français, Fayard, 1997, p. 254 et 255.

83De manière générale, les responsables locaux et départementaux semblent recrutés sur des critères mêlant fidélité au régime, insertion notabilaire et engagement religieux. Cette caractéristique inquiète certains membres du gouvernement. Pucheu intervient par exemple à plusieurs reprises lors des conférences des préfets régionaux pour rappeler le droit de regard des préfets sur la nomination et l’action des délégués du Secours national, mais en vain. En février 1942, il souligne « l’inconvénient qu’il y aurait pour le Secours national à ce qu’il […] prenne une tournure trop nettement confessionnelle, ceci afin d’éviter un retour des populations vers l’anticléricalisme. La consigne générale est de s’efforcer de passer avec le Secours national de plus en plus du plan de la charité à celui de la solidarité. Il faut donc s’efforcer d’amener le Secours national à être moins bourgeois et à se rapprocher davantage des milieux ouvriers114. »

  • 115 Archives de la ville de Paris, 24 W 5. Liste des délégués départementaux du Secours national en pr (...)

84De fait, s’il est impossible d’établir avec précision les appartenances confessionnelles des responsables, le caractère « bourgeois », pour reprendre l’expression de Pucheu, est tout à fait avéré. Une liste des délégués départementaux en fonction, de date inconnue, mais établie sans doute en 1943 ou 1944, donne des indications de nature professionnelle pour 84 délégués. Les chefs d’entreprise, cadres supérieurs d’entreprise et banquiers constituent la catégorie la plus importante avec 22 personnes. Ils sont suivis par les militaires, tous officiers supérieurs et souvent en retraite, au nombre de 14, puis par les membres de professions judiciaires (avocats, notaires, magistrats), qui sont 12. Viennent ensuite les professions médicales (10), des fonctionnaires de catégorie A (7), des universitaires (3), des agriculteurs (3, dont un président de chambre d’agriculture), des négociants et commerçants (3). On y trouve également un agent général d’assurances, un directeur de mutuelle, un ingénieur en agriculture, un propriétaire, un administrateur de biens et un président d’association d’anciens combattants dont la profession n’est pas précisée. Sur cette liste n’apparaît aucun ouvrier ni aucune femme115.

  • 116 Roland Bohn, Joël Le Bras, Jean Leizour, Chronique d’hier, t. IV : La vie du Finistère (1939-1945)(...)

85Une étude plus fine a été réalisée sur les 299 correspondants locaux et cantonaux du Finistère, à partir d’une liste publiée dans le bulletin départemental du Secours national. La profession n’est pas précisée pour un tiers environ de ces correspondants. On peut penser toutefois qu’il s’agit de personnes n’exerçant pas de profession, comme pourrait l’indiquer la forte représentation de familles nobles. Dans cette catégorie on trouve aussi quelques maires et, plus rarement, des conseillers municipaux. Les professions majoritaires sont les prêtres et religieuses (34), les instituteurs (trices) et directeurs (trices) d’écoles, publiques ou catholiques (26), les militaires à égalité avec les commerçants et les agriculteurs (18 chacun), les notaires et secrétaires de mairie (11 chacun). Viennent ensuite 6 pharmaciens, 5négociants, 5 industriels, 4 propriétaires, 3 agents ou employés d’assurances. Les autres professions représentées ne sont mentionnées qu’une ou deux fois. On y trouve notamment deux forgerons et deux tailleurs, mais on ignore s’ils sont artisans ou ouvriers. On peut noter enfin que les femmes représentent presque un tiers du total avec 83 correspondantes locales et 10 correspondantes cantonales116.

86Cette meilleure représentation féminine constitue la différence essentielle du niveau communal ou cantonal avec le niveau départemental. On note d’autre part que les professions juridiques, fortement représentées au niveau départemental, le sont peu au niveau local, sauf pour les notaires ; à l’inverse, le clergé est très présent dans les communes et les cantons, mais ne l’est pas au niveau du département. De manière générale, plus on descend dans la hiérarchie, plus les professions sont diversifiées, mais à l’échelon communal ou cantonal, ce sont quand même les notables (instituteurs, prêtres, militaires, etc.) qui composent la majorité des responsables. De manière générale, on ne trouve pas ou peu d’ouvriers, à quelque niveau que ce soit.

  • 117 Fajardie dans le Cher, Hamon dans les Côtes-du-Nord, Rousseau dans les Deux-Sèvres, Molles dans le (...)
  • 118 AD Cantal, 419 F 45. Liste des adjoints ouvriers en fonction au 25 mai 1944.

87Le Secours national va tenter de remédier à la sous-représentation ouvrière en créant des postes d’adjoints ouvriers aux délégués départementaux, mais alors que le nombre de salariés enfle considérablement, comme on l’a vu, celui des adjoints ouvriers reste peu élevé puisqu’au 25 mai 1944, seuls treize ont été nommés. Parmi eux, cinq secrétaires d’unions départementales ex-CGT117 et plusieurs secrétaires déjà appointés de l’Office des comités sociaux chargé d’aider au développement des comités sociaux d’entreprise prévus par la Charte du travail118.

  • 119 AN, F 60 389.

88La relation du Secours national à l’État français ne se résume pas à la prise en compte des valeurs de la Révolution nationale et aux préférences idéologiques et politiques de ses membres. Très tôt se pose la question de savoir comment utiliser l’image de l’organisation humanitaire au profit du régime. Déjà, une note antérieure à la loi d’octobre 1940 émanant de la vice-présidence du Conseil envisageait deux possibilités : soit laisser disparaître le Secours national et lui substituer un service d’État, « nettement orienté du point de vue politique et propagande », soit le renforcer et le proroger en y accentuant l’autorité de Pétain. La deuxième voie a la préférence de l’auteur de la note, étant bien entendu qu’« une certaine publicité fera ressortir aux yeux du public que le Secours national est l’œuvre du Maréchal. » L’idée essentielle est d’orchestrer une publicité sur le thème : « Le Maréchal s’occupe du peuple119. »

  • 120 AN, F 60 388.
  • 121 AN F 60 389. Note de Robert Garric sur la journée de vente du portrait du Maréchal.

89Cette volonté va commencer à être mise en œuvre lors de la campagne d’hiver à la fin 1940. L’un des moyens de cette campagne est la vente de portraits de Pétain. En zone libre, il est initialement décidé de tirer un million de portraits, cartes postales et autres vignettes, chiffre successivement porté à un million et demi puis à deux millions. Très vite, le 17 novembre, le jour où commence la vente, ce nombre se révèle nettement insuffisant. Vers dix heures, on ne trouve presque plus de portraits à acheter alors qu’un très grand nombre d’agglomérations de campagne n’ont pu être livrées. Un nouveau tirage est donc décidé. En deux jours, les 1er et 8 décembre 1940, trois millions de portraits supplémentaires sont vendus. Cinq millions de portraits vendus en zone libre, le succès est exceptionnel et étonne Robert Garric, le commissaire général, qui en souligne « le caractère exceptionnel et symbolique120 ». De toutes parts affluent les témoignages de succès de la journée du 17 novembre de la part des délégués départementaux : à Foix, tout a été vendu en quelques heures ; à Rodez, le nombre de portraits est également insuffisant et il est demandé 10 000 portraits supplémentaires pour le 1er décembre ; à Tarbes, on considère qu’il s’agit d’un « succès considérable », résultat d’un élan « unanime et enthousiaste » ; à Périgueux il aurait pu être vendu 200 000 à 300 000 cartes si elles avaient été disponibles ; à Montpellier, il est demandé 150 000 cartes pour le 1er décembre ; à Valence, un succès pareil ne s’était jamais vu dans le passé121.

  • 122 Ibid. Télégramme de Pages à du Moulin de Labarthète, 19 décembre 1940.
  • 123 Ibid. Télégramme de Nogues, 11 décembre 1940.

90L’Afrique du Nord n’est pas en reste. À Alger, le Résident général Pages souligne dans un télégramme « l’enthousiasme indescriptible », les « résultats magnifiques » et demande qu’on fasse savoir à Pétain « qu’on s’est littéralement arraché ses insignes122 » ; au Maroc, il a été vendu un demi-million de cartes postales et vignettes à l’effigie de Pétain le 11 décembre 1940123. Dans les deux cas, les représentants de l’État français soulignent le caractère interclassiste des donateurs : petits commerçants, viticulteurs, petites gens, qu’ils soient indigènes ou Français.

  • 124 AN, F 60 389. Note sur les développements successifs du Secours national, Royat, 15 avril 1941.
  • 125 AN, 72 AJ 583 (4). Papiers du colonel Schiffer, lettre du 11 novembre 1940.

91Le succès ne fait donc pas de doute, d’autant qu’aux cinq millions de portraits de Pétain vendus en zone libre, s’ajouteraient dix autres millions en zone occupée, selon une note du Secours national124 qu’il nous a été impossible de recouper par d’autres sources. Il faut dire que rien n’avait été laissé au hasard dans la manipulation de l’opinion. L’appel de Pétain aux Français devait être inséré dans tous les journaux, le même jour, au milieu de la première page. À la radio, il devait être annoncé à l’émission précédente et lu par un speaker, « sensible et sincère ». Chaque jour suivant, pendant une semaine, les journaux et la radio devaient publier de la même manière un autre texte, différent chaque jour, « mais plus objectif, citant des cas d’extrême misère et comportant un appel pressant, angoissé, émouvant, impérieux », rédigé par « un homme de grand talent qui prendra la substance et l’inspiration au Secours national ». Les directeurs de journaux et rédacteurs en chef devaient être mobilisés pour « forcer les résistances, tenir les objections comme nulles, et surtout celle qui prétend qu’il faut “ménager l’opinion”. » Les consignes transmises aux journaux et aux radios allaient même jusqu’à leur demander de tenir compte de l’actualité météorologique : « Quand le temps est mauvais sur toute la France, être plus insistant encore. » Ceux qui garderaient quelque velléité d’indépendance sont menacés. Une lettre du chef des services d’information, de presse et de censure leur fait savoir qu’il se fait « tenir au courant des sentiments qu’[ils auront] manifestés en la circonstance et des efforts qu’[ils auront] faits125. »

  • 126 AN, 72 AJ 583 (5). Note du 11 octobre 1940.

92Au cinéma, il est prévu un reportage filmé en avant-première dans le numéro 3 des actualités, le 15 novembre, et un sujet plus complet dans le numéro 4, le 22 novembre, développant et amplifiant l’appel. À cela s’ajoute l’édition d’un court film d’une centaine de mètres, prévu pour passer dans une centaine de salles pendant deux semaines. Le service d’information de Vichy prévoit d’en confier le scénario à un grand nom du cinéma, Marcel Pagnol, par exemple, et d’y faire jouer bénévolement les plus célèbres acteurs du moment (Chevalier, Raimu, Tréjean)126.

  • 127 AD Cantal, 419 F 5. Secrétariat général de la Présidence du Conseil, 7 novembre 1940. Développemen (...)

93Les instituteurs, les employés des PTT, les mairies sont également mis à contribution. Il leur est distribué affiches et imprimés, avec contrôle à la clef pour les mairies. En cas de manque de zèle des maires, « saisir l’occasion d’en suspendre ou d’en révoquer deux ou trois, pour insuffisance sur cette question127. »

  • 128 AD Cantal, 419 F 3. Document non daté (1940) : Les activités du Secours national dans le pays.
  • 129 AD Cantal 419 F 7. Comité de direction du Secours national, séance du 28 octobre. 1942.

94En réalité, Vichy manie à la fois la carotte et le bâton. En témoignage de sa gratitude aux journalistes, le Secours national examine avec la plus grande bienveillance les demandes de subventions qui lui sont présentées par les caisses de secours des diverses associations de presse chargées de venir en aide aux familles des rédacteurs mobilisés ou à des confrères éprouvés par la guerre128. Plus tard, en 1942, une subvention de quatre millions est versée au comité d’organisation de l’industrie cinématographique car le cinéma est « un précieux instrument de propagande129 ».

  • 130 AN, 72 AJ 583 (7). Note du 18 novembre 1940.

95L’ampleur de la propagande atteint un tel niveau que certains, à Vichy, se demandent si « cette propagande insistante, obsédante même, dépasse la commune mesure », mais c’est aussitôt pour répondre négativement. Les communiqués qui, au début, sont parfois omis, ou sont insérés à des emplacements de valeur secondaire, prennent ensuite le meilleur emplacement, avec une présentation plus soignée et même recherchée. Les rédactions y ajoutent des commentaires personnels et des photos. La raison de cette attitude ne serait pas à chercher dans la contrainte, mais dans la faveur du public, notamment du côté des familles de prisonniers inquiètes et « dans l’influence profonde et sans précédent des allocutions du Maréchal130. »

  • 131 Naissance de la Résistance dans la France de Vichy, op. cit., p. 34.

96On peut naturellement discuter de cette interprétation et, plus largement, des raisons du succès de cette première grande campagne lancée par le Secours national sous Vichy. Faut-il y voir une sensibilité particulièrement exacerbée de la population aux misères des plus démunis ou une adhésion aux valeurs incarnées par le Chef de l’État français ? La réponse ne va pas de soi. L’historien britannique Roderick Kedward avait déjà noté que les activités humanitaires avaient été placées au premier plan des affaires locales en début d’occupation et qu’elles apparaissaient apolitiques, car menées aussi bien par des municipalités de gauche que par des municipalités de droite131. Or cet apolitisme faisait précisément l’affaire de Pétain en témoignant de l’unité de la nation à laquelle il avait fait « le don de sa personne ».

97Cette première campagne d’hiver du Secours national peut faire l’objet d’une même remarque. Pétain ne se présente pas comme un homme politique ; il met sa fonction, et davantage encore sa personne, au service du social. Ce n’est pas le Secours national qui apparaît au service de Pétain, mais Pétain qui se met au service du Secours national. Dans les faits pourtant, le Secours national va être instrumentalisé par Vichy. Début 1941, quelques semaines donc après la fin de la campagne d’hiver, une note du cabinet de Pétain indique très clairement que désormais le Secours national doit se mettre au service de la propagande du régime :

  • 132 AN, 2 AG 500. Note non datée (mais de 1941), non signée.

« Une propagande directe en faveur du Maréchal serait très délicate à réaliser en zone occupée, car elle devrait tenir compte de l’état d’esprit des autorités allemandes, des diverses censures, de l’attitude de la presse parisienne et, depuis quelques semaines, de l’activité du Rassemblement national populaire.
Tout au contraire, une propagande en faveur du Maréchal, réalisée par l’intermédiaire du Secours national et de l’Entraide d’hiver [délégation du Secours national dans la région parisienne], peut s’exercer dans des conditions très favorables.
Le Chef de l’État ayant pris sous sa haute autorité le Secours national et choisi lui-même le président de l’Entraide d’Hiver, il est normal que soit attribué au Maréchal le bénéfice moral des innombrables résultats obtenus par le Secours national et l’Entraide d’Hiver.
Les autorités allemandes n’ont jamais élevé d’objections lorsque nous avons soumis à l’accord des censures de la presse, de la radio et du cinéma, des projets où le Maréchal PÉTAIN se trouvait au premier plan.
La presse parisienne n’a jamais pu refuser l’insertion de communiqués ou articles associant intimement le Maréchal à l’œuvre du Secours national et de l’Entraide d’Hiver.
Enfin, dans le grand public, l’unanimité s’est faite sur l’idée que le Maréchal venait en aide, grâce au Secours national et à l’Entraide d’Hiver, à toutes les détresses.
À notre avis, actuellement, la propagande en faveur du Maréchal, réalisée à travers les multiples activités du Secours national et de l’Entraide d’Hiver est la seule qui puisse s’exercer librement et efficacement132. »

  • 133 Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy, Seuil (coll. L’univers historique), 1990, p. 231. (...)

98De fait, jusqu’à la Libération, pas une affiche, pas un film, pas un reportage radio consacré à l’action du Secours national ne sera réalisé et diffusé sans qu’y soit associée l’image du Chef de l’État. Le Secours national apparaît ainsi au premier plan de ces structures propagandistes chargées de manipuler l’opinion publique étudiées par Pierre Laborie pour lequel « la sacralisation du culte du Maréchal ne laisse aucune place à l’improvisation. Des officines spécialisées en règlent minutieusement le détail et fabriquent les images emblématiques du mythe133. »

Des contestations multiformes

99L’instrumentalisation du Secours national par le régime de Vichy, doublée de la tutelle financière qu’il possède sur l’ensemble des œuvres qui viennent en aide aux victimes civiles de la guerre, va faire l’objet de vives contestations pendant toute la guerre.

  • 134 AN, F 60387. Lettre de l’entraide aux mobilisés du canton de Thouars (société créée par 15 associa (...)

100En décembre 1939 déjà, une petite association, l’Entraide aux mobilisés du canton de Thouars se plaint de n’avoir pas le droit d’organiser une journée de ventes d’insignes et dénonce la centralisation opérée par le Secours national en faisant valoir la proximité des petites associations avec les donateurs, leur capacité à connaître « les véritables misères » et la paperasserie qu’entraîne inévitablement la centralisation134.

  • 135 Archives municipales de Bordeaux, 1140 Q 1-6.

101Cette contestation va s’amplifier après la loi du 4 octobre 1940. À Bordeaux, par exemple, le maire, Adrien Marquet, va créer une structure autonome du Secours national, le Secours social de la communauté bordelaise, qui fonctionnera pendant toute la durée de l’occupation avec des principes différents. Il s’agit pour Marquet de dégager l’humanitaire de l’emprise des notables bordelais emmenés par le délégué départemental du Secours national de la Gironde, le professeur de droit Jean Brèthe de la Gressaye en faisant appel aux représentants des « forces vives » de la société, représentants patronaux et syndicalistes ouvriers135.

102L’aspiration à l’autonomie par rapport au Secours national va connaître des fortunes diverses dont nous donnerons ici trois exemples. Ce peut être un échec total, comme pour la Croix Rouge française. Elle peut aboutir, à condition toutefois, de bénéficier de soutiens politiques de poids comme c’est le cas pour le Comité ouvrier de secours immédiat. Mais il y a une troisième possibilité, celle du compromis aboutissant à une autonomie relative, la solution adoptée dans la région parisienne avec la création de l’Entraide d’Hiver.

La Croix Rouge française

103On ignore aujourd’hui, y compris jusque dans ses rangs, que la Croix Rouge française a été créée sous sa forme moderne le 7 août 1940, soit à peu près un mois après l’installation du régime de Vichy. Jusqu’à ce moment, en effet, la Croix Rouge est composée de trois sociétés différentes, pour ne pas dire rivales : la Société de secours aux blessés militaires (SSBM) créée en 1864, suivie par l’Association des dames de France (ADF) en 1879 et l’Union des femmes de France (UFF) en 1881.

  • 136 Elsa Durbecq, « Femmes et œuvres : l’exemple des Croix Rouges françaises », Recherches contemporai (...)
  • 137 Le Phare de la Loire, 14 septembre 1939.

104Dirigée par des hommes, mais constituée de femmes, la SSBM se situe dans la mouvance catholique conservatrice (on y trouve notamment le général de Castelnau et l’épouse de Pierre Taittinger) et 40 % des adhérentes, au minimum, proviennent de l’aristocratie136. À Nantes, par exemple, la SSBM est présidée par le colonel de la Brosse, entouré du baron d’Aboville et du comte de Ternay (vice-présidents), de M. de Jallon (secrétaire général) et du comte de l’Espinay (trésorier). À la tête du « comité des dames » on trouve l’épouse du député et président du conseil général de la Loire-Inférieure, madame la marquise de la Ferronays137.

  • 138 Elsa Durbecq, op. cit.

105L’ADF est constituée d’une majorité de protestantes, qui reconnaissent les valeurs de la République et se situent quelquefois à gauche. Les origines aristocratiques des membres y sont nettement moins fortes. Quant aux adhérentes de l’UFF, si elles sont majoritairement catholiques, on y trouve aussi des femmes de confessions protestante ou juive qui considèrent la religion comme une question d’ordre privé. Elles ne proviennent pas de la noblesse, mais plutôt de la bourgeoisie, et quelquefois de grandes dynasties industrielles138.

  • 139 Croix Rouge française, Rapport d’ensemble pour la période 1934-1938, présenté à la XVIe conférence (...)

106Les trois sociétés se distinguent aussi par leur inégale importance. À la fin 1937, la SSBM compte 140 900 adhérentes contre 80 000 à l’ADF. Un an plus tôt, l’UFF annonçait pour sa part un chiffre de 80 000 également. Il en va de même pour l’importance des budgets. L’exercice 1936 s’élève à environ 42 millions de francs pour la SSBM, 7 millions pour l’UFF alors que l’exercice 1937 se monte également à un peu plus de 7 millions pour l’ADF139.

  • 140 JO, 9 mars 1939, p. 2702.

107La coordination entre les trois sociétés est l’objet d’une lente évolution. En 1907, il est créé un Comité central de la Croix Rouge française « appelé à délibérer et à statuer sur toutes les questions d’intérêt commun ». Outre une journée nationale de la Croix Rouge française, à partir de 1934, il organise des cours communs, des réunions, des cérémonies, etc. Cela n’apparaît sans doute pas suffisant puisqu’un décret du 7 mars 1938140 place un Conseil national de la Croix Rouge française auprès du gouvernement pour les questions intéressant la Croix Rouge dans ses rapports avec les pouvoirs publics, notamment en ce qui concerne sa participation à la lutte contre les maladies et la préparation au rôle qu’elle aurait à jouer en temps de guerre. Composé de vingt-et-un membres de la Croix Rouge française et de quinze représentants des administrations publiques, ce Conseil national est présidé par un membre choisi parmi les représentants des sociétés de Croix Rouge, nommé par décret rendu sur la proposition du ministre de la Santé publique et après avis du ministre de la Défense nationale et de la Guerre.

108La décision prise par le maréchal Pétain, par une loi du 7 août 1940, de rassembler, à l’égal de ce qui se fait partout ailleurs dans le monde, les trois sociétés dans un organisme unique, la Croix Rouge française, après accord de la Croix Rouge internationale, est donc le résultat d’un processus accéléré par la guerre et motivé par les tâches nouvelles auxquelles doit faire face l’association humanitaire. La loi du 7 août et son décret d’application de janvier 1941 font toutefois apparaître la Croix Rouge française comme une organisation largement contrôlée par l’État. Son président et trois membres de son conseil d’administration sur sept sont en effet nommés par l’État, mais, à titre transitoire – théoriquement jusqu’à la fin 1943, en réalité jusqu’à la Libération –, ils sont tous nommés par arrêté du ministre de l’Intérieur. Le président d’honneur est le maréchal Pétain et la présidente du comité central Mme la maréchale Pétain. Enfin, le ministre de l’Intérieur surveille et contrôle son activité et les règlements intérieurs lui sont soumis pour acceptation.

  • 141 Circulaire d’information de la Croix Rouge française, n° 7, octobre 1941.

109En 1941, le Dr Bazy, président de la Croix Rouge française, la définissait comme « une œuvre privée, mais aussi un service public, une œuvre humanitaire, une œuvre neutre, une œuvre internationale, mieux même universelle141. » La neutralité est en effet un caractère constitutif des sociétés de Croix Rouge. Dans l’esprit d’Henry Dunant, il s’agissait, en temps de guerre, de ne pas prendre parti pour l’un ou l’autre des belligérants et de traiter les malades et les blessés de la même façon, à quelque camp qu’ils appartiennent. Mais qu’en est-il dans un pays vaincu – la France –, occupé, décidé à collaborer avec les Allemands ? Peut-on rester impartial et neutre dans un conflit qui oppose, pour l’essentiel, démocraties et totalitarismes, indépendant vis-à-vis d’un régime qui répudie les libertés républicaines et met à la disposition des nazis sa police et une partie de son administration, uni quand deux pouvoirs – celui de Vichy et celui de Londres, puis d’Alger – se disputent la légitimité ?

  • 142 AN, 2 AG 462 (cc37A). Rapport de juillet 1941 destiné au Maréchal Pétain.

110Concrètement, la question de la neutralité va se poser dans les rapports qu’entretient la Croix Rouge française avec le service des prisonniers de guerre (SPG) d’une part, et le Secours national, d’autre part. Le SPG est un organisme du ministère de la Guerre, créé par le général Weygand en juillet 1940. Création de circonstance destinée à permettre à la Croix Rouge française « au moment de la dissolution des trois sociétés, de traverser sa crise de fusion et de se remettre sur pied », ce service va en réalité se pérenniser et substituer à son rôle initial de coordination un rôle de direction et d’exécution pour tout ce qui concerne les prisonniers de guerre, suscitant un vif conflit avec les dirigeants de l’organisation humanitaire. Ceux-ci mettent surtout en avant la meilleure protection à laquelle les prisonniers de guerre peuvent prétendre par la présence de la Croix Rouge française, branche d’une organisation internationale reconnue, plutôt que par celle d’un service d’État occupé142.

111Avec le Secours national, les tensions sont liées au monopole des appels à la générosité publique que détient ce dernier, la Croix Rouge française ne pouvant répondre à ses besoins financiers par les seuls dons et cotisations des membres. Les demandes de ses dirigeants tendant à se faire octroyer des ressources propres ne cesseront pas jusqu’à la Libération. On n’en prendra qu’un seul exemple. Le 30 décembre 1941, le Dr Bazy, dans une lettre qu’il adresse au ministre de la Santé publique, regrette le monopole accordé au Secours national :

  • 143 AN, F 60 246. Lettre de Louis Bazy au ministre de la Santé publique.

« Il en est résulté des incidents qui n’ont pas été sans retentir sur la bonne marche de la Croix Rouge et provoquer parmi ses membres un certain découragement. […] L’obligation où se trouve la Croix Rouge de demander au Secours national des subventions ou des crédits place en fait la Croix Rouge soit sous le contrôle ou la subordination du Secours national […]. Au reste, le caractère international de la Croix Rouge implique qu’elle doit être assurée de la plus stricte neutralité. On pourrait, au dehors, douter de cette neutralité nécessaire si l’on pouvait supposer que la Croix Rouge ne jouit pas, dans son propre pays, d’une indépendance totale. L’indépendance de l’action n’est possible que dans l’autonomie financière143. »

  • 144 Cité par Anne Simonin, « Le comité médical de la Résistance : un succès différé », Le Mouvement so (...)
  • 145 AN, F 60 246. Lettre de Pasteur Vallery-Radot à Pétain, 17 décembre 1940.
  • 146 Pasteur Vallery-Radot, Mémoires d’un non-conformiste (édition nouvelle), Plon, 1970. Dans cet ouvr (...)

112La mise sous tutelle de la Croix Rouge française par Vichy va provoquer une série de conséquences. La première est la démission du premier président Louis Pasteur-Vallery-Radot. P-V-R, comme tout le monde le surnomme, est un grand patron des hôpitaux parisiens. Interne à 25 ans, médecin des hôpitaux à 33, professeur agrégé à 41, le petit-fils de Louis Pasteur est considéré comme le patron d’une génération. C’est aussi un résistant précoce : « Avec orgueil nous évoquons, P-V-R et moi, les premiers jours d’août où tous deux seuls nous parlions de résister, de confiance en l’Angleterre, d’amitié pour elle devant les amis apathiques, anéantis et enfin hostiles à la Grande-Bretagne… », note Robert Debré le 22 décembre 1940144. De fait, après avoir œuvré au sein du réseau Kléber, il participera à l’Organisation civile et militaire et organisera, avec Paul Milliez, son service médical. P-V-R démissionnera le 17 décembre 1940, officiellement pour des raisons professionnelles (il vient en effet d’être élu président du conseil d’administration de l’Institut Pasteur)145, en réalité pour désaccord politique avec le régime146.

  • 147 Archives de la Croix Rouge française, registres des réunions du conseil d’administration. PV du 19 (...)

113La seconde est le limogeage du successeur de P-V-R, le Dr Louis Bazy, après une rencontre avec Pierre Laval, le 17 octobre 1942147. Laval, ayant obtenu l’accord des Allemands pour créer une œuvre d’assistance aux ouvriers français en Allemagne à la condition expresse que le marquis de Mun en prenne la présidence, a demandé à celui-ci d’en prendre la présidence ainsi que celle de la Croix Rouge française, Bazy devenant président d’honneur des deux institutions. Laval ajoute qu’il a fait ce choix, « étant donné le peu de temps que M. Louis Bazy consacre déjà à la Croix Rouge française ». Le Dr Bazy réplique avec deux arguments. D’une part, il souligne qu’il a abandonné son activité professionnelle pour s’occuper à temps plein de la Croix Rouge et qu’il n’a jamais pris un jour de repos. D’autre part, il insiste sur la « très grave erreur politique » commise par le chef du gouvernement :

« Il ne faut pas oublier, en effet, que la Croix Rouge française n’est que la branche française de la CRI [Croix Rouge internationale], qu’à ce titre, elle peut rendre des services incomparables au pays, mais à la condition essentielle qu’elle observe la neutralité et une impartialité totale, qu’elle soit strictement indépendante de toute pression intérieure et surtout étrangère. »

  • 148 Archives de la Croix Rouge française, registres des réunions du conseil d’administration. PV du 23 (...)

114Dans les jours qui suivent, Bazy annonce, lors d’une réunion extraordinaire du conseil d’administration, qu’il est contraint d’abandonner, sans délais, les fonctions que les statuts lui permettaient de remplir jusqu’à la fin 1943148. Il est remplacé par le marquis de Mun, élu au conseil d’administration à l’unanimité de ses membres. Par ailleurs, le directeur général Pierre Gentil démissionne également, remplacé par le comte Jacques de Rohan-Chabot, également vice-président de la Banque nationale du crédit industriel, qui exercera ses fonctions à titre bénévole.

  • 149 Office Dourdin, Étude de l’opinion publique à l’égard de la Croix Rouge française, spécialement fa (...)

115Les problèmes politiques auxquels la Croix Rouge française est confrontée pendant l’occupation n’apparaissent sans doute pas clairement aux yeux de la population française. Contrairement au Secours national, en effet, elle n’est pas instrumentalisée par le régime pour sa promotion. Pétain en est bien le président d’honneur, mais son image n’est pas associée à l’activité de l’organisation humanitaire. C’est sans doute la raison pour laquelle elle bénéficie d’une relativement bonne image dans l’opinion publique en 1944. Une enquête de l’Office Dourdin, l’une des toutes premières réalisées en France par sondages auprès d’un échantillon représentatif de la population, montre que 93 % des personnes interrogées connaissent la Croix Rouge française, que 24 % se déclarent prêtes à faire quelque chose pour elle, que 77 % déclarent que la Croix Rouge française fait tout ce qu’elle devrait faire (4 % de non), les critiques principales portant sur la mauvaise répartition des secours (21 %), la mauvaise organisation (18 %), le caractère « snob » des adhérents (18 %)149.

  • 150 Circulaire d’information de la Croix Rouge française, n° 27, mars 1944. Le recensement provisoire (...)
  • 151 Circulaire d’information de la Croix Rouge française, n° 25, janvier 1944.
  • 152 Un accord est conclu en mars 1943 avec la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) qui vise au « recrute (...)

116Cette bonne image explique peut-être aussi la progression très importante des adhérents. Après avoir chuté à 126 000 membres en 1940, pour des raisons qui semblent dues aux difficultés nées de la fusion, le nombre d’adhérents monte à 307 000 en 1941, 465 000 en 1942 et probablement plus d’un million en 1943150. La composition toutefois n’est plus du tout la même que celle d’avant-guerre. La progression s’explique surtout par le nombre élevé des membres des équipes d’urgence (55 600 membres en décembre 1943151, 154 000 en 1945) ou des équipes de secourisme (178 000 en 1945) ainsi que des membres de la Croix Rouge française qui ont moins de seize ans152. Dans les adhérents sont notamment comptabilisés les élèves des écoles secondaires qui « marrainent » les écoles primaires dans les zones dévastées par les bombardements.

117La guerre et l’occupation ont donc eu pour effet de démocratiser le recrutement, même si les fonctions dirigeantes restent occupées par l’aristocratie et la grande bourgeoisie française.

Le Comité ouvrier de secours immédiat

  • 153 Selon Marcel Déat, Mémoires politiques, Denoël, 1989, l’initiative en reviendrait à Abetz.
  • 154 Brochure de présentation du COSI, 1942 (consultable à la bibliothèque de l’Institut d’histoire du (...)

118Le Comité ouvrier de secours immédiat (COSI) est créé quelques jours après le bombardement de Boulogne-Billancourt par l’aviation anglaise, le 3 mars 1942, lors d’une réunion à l’ambassade d’Allemagne à laquelle participent différentes tendances de la collaboration parisienne153. De Brinon, délégué général du gouvernement français pour les territoires occupés, accepte d’en être le président d’honneur et il reçoit d’emblée une somme de cent millions prélevée par les « autorités allemandes » sur les « capitalistes juifs », « afin de lui permettre d’exprimer sa solidarité aux familles sinistrées154 ».

  • 155 Sur ces différents groupements, cf. notre ouvrage, Syndicats, nous voilà. Vichy et le corporatisme(...)
  • 156 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, notice rédigée par Henri Dubief.

119Trois groupes composent le comité directeur : les militants ouvriers du Parti populaire français (PPF), via la Fédération nationale des groupements corporatifs, ceux du Rassemblement national populaire (RNP), via le Front social du travail, les syndicalistes favorables au régime de Vichy, via le Comité syndical de coordination des fédérations ex-CGT155. Le premier président est Georges Yvetôt, vieux militant né en 1868, typographe puis correcteur, successeur de Fernand Pelloutier au secrétariat de la Fédération des Bourses du travail à partir de 1901 et secrétaire-adjoint de la CGT avant la Première Guerre mondiale. Pacifiste « intégral », il se définit encore comme libertaire dans une interview au Cri du Peuple en avril 1942, quelques jours avant sa mort. À ses obsèques au cimetière du Père-Lachaise, un représentant de l’ambassade d’Allemagne viendra « associer les autorités d’Occupation à la douleur du mouvement ouvrier français156 ».

120Il est remplacé par René Mesnard, membre du RNP, secrétaire du Centre syndicaliste de propagande et directeur du journal L’Atelier. Le vice-président, Jules Teulade, est l’un des amis les plus sûrs de Jacques Doriot. Au comité de patronage comme au comité de direction se retrouvent les principaux responsables de la collaboration ouvrière parisienne, toujours les mêmes, présents ensemble dans les organismes de collaboration sociale aussi nombreux qu’inefficaces créés par Vichy : Valentin Renaud, de la fédération du Livre, Jean Ambrogelly, de la fédération des Textiles, Auguste Savoie, de la fédération de l’Alimentation, ou encore Albert Beugras, Francis Desphelippon, Raymond Froideval, Gabriel Lafaye, Aimé Rey.

121Au-delà du soulagement

  • 157 Brochure de présentation du COSI, op. cit., p. 30.

« des misères créées par les bombes anglaises », leur ambition est de renforcer la collaboration franco-allemande : « Malgré les Churchill, les Roosevelt, les Staline, notre France éternelle se relèvera pour la révolution nationale et socialiste que nous ferons et, de cette guerre qui nous fut imposée par les financiers capitalistes de la City et de Wall Street, sortira une Europe unie et socialiste, basée sur le travail, remis à sa place d’honneur, c’est-à-dire la première, sur le mérite et l’amour de la patrie qui nous apportera à tous la certitude d’une paix juste et durable157. »

  • 158 Ibid., p. 28.

122Les animateurs du Comité se définissent « comme des hommes dignes du grand parti socialiste national unique de bientôt et en vrais Européens, conscients de [leur] grande responsabilité envers [leur] idéal socialiste et humain qu’est l’unité européenne158 ».

123Le rôle du COSI consiste à secourir les victimes des bombardements alliés. Au 1er octobre 1943, ses 87 comités locaux, dont la liaison avec le comité directeur est assurée par 15 inspecteurs, ont secouru 65 000 familles. Dix mille « tonnes » de lits, 200 000 rations alimentaires ont été distribuées, 35 000 consultations juridiques assurées. Quatre mille enfants ont été hébergés dans des centres d’accueil, 220 millions de francs versés à titre d’urgence. Les indemnités versées sont d’un taux fixe : 1 000 francs pour les veufs, par le bombardement, avec enfants ; 2 000 pour les veuves, par le bombardement, avec ou sans enfants ; 1 000 francs par enfant tué lorsque les parents sont indemnes ; 750 à 1 500 francs, selon le degré de gravité, pour les pertes de mobilier ; 2 000 francs pour les orphelins ; 1 000 francs pour les blessés ayant séjourné plus de trois jours à l’hôpital. Par ailleurs, il est possible de cumuler les indemnités. Par exemple, à un sinistré de soixante ans ayant perdu ses meubles en totalité et qui pourra donc difficilement se refaire un foyer, il est appliqué le taux maximum de 5 000 francs, alors que les jeunes n’ont droit qu’à 2 500 francs. L’octroi d’indemnités à taux fixe, la possibilité de cumul des indemnités, mais aussi le traitement égalitaire des femmes mariées et des concubines marquent autant de différences avec l’action sociale du Secours national.

  • 159 Raymond Auriac, « Six semaines d’action », in Brochure de présentation du COSI, op. cit., p. 35.
  • 160 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, éd. Ouest-France Université, 1989 (...)

124Les distinctions ne s’arrêtent pas là. Le COSI souhaite également se démarquer de son puissant rival sur le plan des méthodes et rompre avec les « aumônes que, sous le régime d’avant-guerre, les manifestations plus ou moins officielles de la charité avaient coutume d’apporter aux victimes des malheurs publics ». Il s’agit de travailler vite, de se débarrasser des routines et habitudes anciennes, de faire du neuf pour tenir compte des nécessités impérieuses créées par les bombardements. À l’enquête à domicile, méthode traditionnelle des œuvres et bureaux de bienfaisance, il est préféré l’enquête par dossier. Pour éviter les fausses déclarations, principal problème de la méthode, le dossier doit être rempli de manière détaillée, ce qui permet de déceler les contradictions. Chaque dossier suspect fait alors l’objet d’une enquête. Autre nouveauté, alors que dans les administrations, il est d’usage de faire passer successivement le dossier dans tous les bureaux, ce qui rallonge les délais, le COSI décide de faire autant de copies de chaque dossier qu’il y aura de services à l’examiner. Prenant les devants, il se défend de tomber dans un « système fonctionnariste » : « En réalité, nous sommes exactement à l’opposé : le fonctionnarisme, c’est la lenteur ; l’ordre, c’est la rapidité et l’efficacité. » La démarche se veut militante et politique, à rebours de l’activité de l’administration « qui fonctionne mécaniquement, au ralenti, sans âme et sans mystique ». D’ailleurs, il refuse de tenir compte des considérations juridiques existantes pour savoir ce que doivent recevoir les sinistrés. Les orphelins, par exemple, ne sont pas tenus de déposer en banque jusqu’à leur majorité les sommes qui leur sont versées159. Cette volonté militante se retrouve aussi dans la création d’associations de sinistrés par le COSI, au nombre de 87 au 1er janvier 1943, mais dans certaines villes bombardées, comme Lorient, ceux-ci refusent ce soutien et créent leur propre organisation de secours160.

  • 161 AN, CAC, 890158, article 13, liasse 2, dossier 173, déposition de Mme Bezou.
  • 162 Ibid. Déposition de M. de la Porterie.

125Le COSI emploie 207 employés le 30 novembre 1942, mais 107 seulement en février 1943, embauchés de manière préférentielle parmi les militants du RNP et du PPF161. Le nombre d’employés des comités locaux nous est inconnu. Mesnard prétend exercer ses fonctions à titre bénévole alors qu’il reçoit en réalité 75 000 francs par mois, plus 125 000 francs par trimestre de l’ambassade du Reich pour s’occuper à la fois du journal L’Atelier et du COSI162.

  • 163 Ibid. Déposition de M. Auguste Carré.
  • 164 Ibid. Déposition de M. de la Porterie.

126Le groupe dirigeant du COSI mène grande vie. Selon son chauffeur, interrogé par la police après la Libération, René Mesnard dépense au moins 1 500 à 2 000 francs par jour rien qu’en frais de repas qu’il prend souvent dans les grands restaurants, Chez Maxim’s notamment. « Noceur », il passe souvent ses soirées avec le secrétaire général Banette et le conseiller à l’ambassade d’Allemagne Grosse163. La corruption est également de règle : lorsque des fonctionnaires du Ravitaillement ou d’une autre administration réussissent à débloquer des denrées alimentaires pour le COSI, ils sont invités à déjeuner Chez Maxim’s ou dans un restaurant béarnais, boulevard Henri IV, pour les hiérarques, et au restaurant des Ondines, à l’angle du quai de Jemmapes et de la rue Louis-Blanc, quand il s’agit de petits fonctionnaires164.

127Rien de bien extraordinaire somme toute, compte tenu des pratiques habituelles de la collaboration parisienne, s’il n’était question de l’origine de l’argent. Les recettes du COSI ont trois sources. La première, de loin la moins importante, est celle des dons qui atteignent dix millions en 1942.

  • 165 AN, 2 AG 586. Note de service du cabinet de Marcel Déat, 22 juillet 1944.

128La seconde provient du budget de l’État français, mais seulement après l’arrivée de Déat au ministère du Travail et de la Solidarité nationale, quand, par une loi du 28 juin 1944, une ligne de crédit est ouverte au nom du COSI pour un montant de cent millions165.

  • 166 Marcel Déat, Mémoires politiques, op. cit., p. 830.
  • 167 Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France, Rapport d’étape, janvier-décembre 1998, p. (...)
  • 168 Jacques Sabille, Les Juifs de Tunisie sous Vichy et sous l’Occupation, éditions du Centre, 1945, p (...)

129La troisième émane des Allemands. Il est nécessaire de préciser ici que ces sommes ne proviennent pas des versements effectués par la France au titre des frais d’occupation, comme l’affirme Marcel Déat dans ses Mémoires politiques, avec un « bien entendu » appuyé166, mais de l’amende d’un milliard infligée aux juifs de la zone nord par les Allemands. C’est l’une des trois mesures décidées en décembre 1941 en représailles aux attentats contre les militaires allemands, avec la déportation « d’éléments criminels judéo-bolcheviks » et l’exécution de cent juifs communistes et anarchistes. Inspirée du « paiement expiatoire » imposé le 12 novembre 1938 après la Nuit de cristal aux juifs allemands et qui avait rapporté plus d’un milliard de marks à l’État nazi, son montant en fut sans doute fixé symboliquement à la même somme par les Allemands en territoire occupé167. À cette amende principale vinrent s’ajouter deux autres amendes de même nature pour les juifs de Tunisie les 21 décembre 1942 et 15 février 1943168.

  • 169 Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France, Rapport d’étape, avril-décembre 1997, p. 68 (...)

130Le processus de paiement de l’amende est fort complexe et, aujourd’hui encore, pas complètement élucidé. Il fait intervenir l’Union générale des israélites de France, à peine constituée, les banques, caisses d’épargne et autres organismes de crédit, la direction du Trésor du ministère des Finances, et, surtout la Caisse des dépôts et consignations, sollicitée par le gouvernement de Vichy pour répondre aux exigences allemandes en cédant les titres des juifs spoliés qu’elle détient. Environ 950 millions de francs seront ainsi récupérés par les Allemands169.

  • 170 AN, CAC, 890158, op. cit., dépositions de Charles Messmin et Mlle Ver.
  • 171 Le COSI possédait en outre un compte chèques postal sous le numéro 3460-06. Mais tous les virement (...)

131Cet argent va servir, pour moitié environ, au financement du COSI. Les témoignages recueillis par la police lors de son enquête en 1944, notamment ceux du commissaire aux comptes du COSI et d’une secrétaire au service comptabilité170, établissent de façon certaine qu’il était versé par tranches sur un compte ouvert à la Banque de France au nom du COSI sous le numéro 81 779171. Ces mêmes témoignages restent imprécis sur le nombre exact de tranches de cent millions – quatre ou cinq – versées. En réalité, il semble bien que le montant atteigne effectivement cinq cents millions puisque Le Petit Parisien annonce dans son édition du 22 juin 1944 que, « pour la cinquième fois », les « autorités allemandes » viennent de faire un don de cent millions au COSI.

  • 172 AN, CAC, 890158, op. cit., Rapport du commissaire de police judiciaire René Heinis au commissaire (...)

132Il faut noter également que le COSI a récupéré du mobilier provenant des biens saisis aux juifs par les Allemands et destiné à être distribué aux sinistrés des bombardements. Ce mobilier était entreposé à l’usine Rozan de Montrouge, réquisitionnée par les Allemands, puis mise à la disposition du COSI en 1942 pour servir d’entrepôt. La distribution de ce mobilier posant des difficultés, le COSI le fit ensuite vendre aux enchères172.

133L’autonomie obtenue par le COSI du fait du financement allemand, la concurrence qu’il fait au Secours national en matière d’aide aux sinistrés, l’instrumentalisation dont il est l’objet par les partis collaborateurs, vont générer une tension importante avec le Secours national. Une note interne de ce dernier, datée de juin 1942, précise :

  • 173 AD Cantal, 419 F 3. Note non signée (sans doute de Robert Garric) intitulée « Risques actuels du S (...)

« À l’heure actuelle, le Comité ouvrier attaque le Secours national. Dans une lettre adressée à l’un des nôtres, le Comité se plaint de notre paternalisme, de notre nature bourgeoise, et affirme qu’il a le sens social. Il pose la question de notre réforme profonde et manœuvre sans doute autant qu’il peut. Il y a là un véritable danger, car le Secours national reste, en zone occupée, l’un des rares carrefours de ralliement pour tous les Français. Si l’influence du Comité ouvrier se dessinait, si les rapports avec lui devenaient plus étroits, aucun doute : la population française et la grande masse ouvrière perdraient toute confiance173. »

  • 174 Ibid.
  • 175 AN, CAC, 890 158, op. cit. Déposition de Robert Bertin, inspecteur du COSI dans la région parisien (...)

134Le Secours national souligne aussi que la création de comités locaux dans les villes bombardées de la côte s’est faite « par l’adjonction d’éléments pris dans le milieu syndicaliste » mais que cette mesure ne trompe personne car ce sont en réalité le PPF et le RNP qui le dirigent174. De fait, c’est bien la situation qui prévaut lors de la création du COSI, mais le partage des responsabilités, à peu près équilibré à l’origine entre le RNP et le PPF, s’infléchit en faveur du premier après quelques mois. En effet, lors de deux réunions houleuses à l’ambassade d’Allemagne, Auriac, le secrétaire général PPF, se voit reprocher violemment sa gestion par Mesnard devant le conseiller d’ambassade Grosse qui, lui-même, menace de supprimer la subvention allemande si dépenses et charges de personnel ne sont pas revues à la baisse175. Ce coup de force du RNP contre le PPF se traduit par le licenciement de quatre-vingts personnes derrière Auriac, remplacé par un militant RNP, Banette. Mesnard, déjà président, prend également les fonctions de directeur général.

  • 176 Ibid. Lettre de Louis Leroy à René Mesnard (copie), 6 janvier 1943.
  • 177 Ibid. Note du 19 mai 1944.

135Le même phénomène se reproduit dans certaines villes de province, notamment à Boulogne, où cinq doriotistes sont remplacés par cinq déatistes176. Le RNP semble favorisé à ce moment par les problèmes d’adhésion ou de renouvellement des cartes qui affectent le PPF après la décision de Doriot de porter l’uniforme allemand. L’exclusion du PPF est toutefois relative puisque le vice-président Jules Teulade fait par exemple parvenir à René Mesnard en mai 1944 des listes de « camarades PPF » susceptibles de remplir des fonctions à l’intérieur de divers comités de la région parisienne177. Ses circulaires, de même que celles du RNP, sont d’ailleurs tirées au siège parisien du COSI.

  • 178 Ibid. Déposition Guy de la Porterie, 17 octobre 1944.
  • 179 Ibid.

136Le COSI a également des liens avec d’autres mouvements collaborateurs comme la jeunesse franciste, qui fait partie de ses équipes de première urgence, ou la Milice. Banette, milicien, combat notamment contre les maquis en Bretagne et aurait prêté deux millions de francs à la Milice, jamais remboursés178. En 1944, il fait également circuler des demandes d’adhésion à la Milice dans les bureaux parisiens du COSI, 213, rue Lafayette, au siège de l’ancienne CGT. La plupart des employés refuse d’adhérer, mais certains acceptent par crainte du travail forcé en Allemagne dont on les menace. Une liste indique vingt-deux noms, ce qui n’empêche pas Banette de créer une « trentaine » dont il est le sous-chef, le chef étant le président Mesnard lui-même179.

137La situation toutefois est plus complexe en province. À Nantes, le comité local du COSI est entièrement entre les mains du PPF jusqu’à la fin 1943, date à laquelle les trois principaux responsables sont remerciés et remplacés par trois syndicalistes ex-CGT. Dans le Maine-et-Loire, la participation au COSI est décidée lors du congrès de l’union départementale ex-CGT de 1943, après une discussion très mouvementée. Ici aussi, la motivation principale est de barrer la route au PPF auquel le maire d’Angers était prêt à donner une salle à la Bourse du travail :

  • 180 Archives de l’union départementale CGT-FO du Maine-et-Loire, procès-verbal du congrès de l’union d (...)

« [Les] éléments P.P.F […] auraient tous les jours publiés des communiqués à la presse et les camarades n’auraient jamais admis que les militants de l’union départementale n’étaient pas dans la combinaison puisque la publicité partait de la Bourse. Nous avons donc pris le taureau par les cornes en disant : “C’est nous qui tiendrons les leviers de commande et c’est nous qui ferons la propagande”. Ce qui constituait la meilleure façon de l’éviter180. »

  • 181 En Charente, tout le bureau de l’union départementale, dont le secrétaire général Vautour, est mem (...)
  • 182 Dans les Landes et les Basses-Pyrénées, les trois principaux responsables de l’union interdépartem (...)
  • 183 Antoine Berné, secrétaire de l’union départementale, est également président du COSI, suivi par le (...)

138La suprématie des syndicalistes sur les partisans du PPF et du RNP est également avérée dans de nombreux départements tels que la Charente181, les Landes, les Basses-Pyrénées182, le Var183.

  • 184 Archives confédérales CGT, fonds Jayat. Lettre de Touron à Jayat, 10 avril 1945.
  • 185 Ibid. Rapport Garantie pour le congrès fédéral du 18 mai 1945.
  • 186 Ibid. Lettre de Gautier, secrétaire général du syndicat CGT de la Chaussure de Fougères, à Jayat, (...)
  • 187 Ibid. Lettre de Carrier à Jayat, 29 juin 1945.
  • 188 Paul Viret, Comment Vichy formait ses cadres - Une semaine au Mayet-de-Montagne (27 septembre- 3 o (...)

139À la Libération, l’appartenance au COSI constituera un motif d’exclusion des organisations syndicales. Sommés de s’expliquer, ces syndicalistes vont alors faire valoir une série d’arguments. Certains, comme Marius Touron, secrétaire général-adjoint de l’union départementale ex-CGT de la Loire, mettent en avant l’accord collectif de leur organisation, obtenu par des votes lors des congrès, et l’objectif humanitaire et apolitique du comité184. D’autres expliquent qu’ils n’ont pas été consultés lors de leur nomination. C’est le cas, par exemple, de Garantie, secrétaire général de l’union départementale ex-CGT d’Indre-et-Loire, désigné président du COSI d’Indre-et-Loire contre son gré alors qu’il est absent de Tours185. Beaucoup vont enfin arguer de leur appartenance à la Résistance pour se dédouaner de cet engagement suspect. Ainsi, des amis du très populaire secrétaire du syndicat de la Chaussure de Fougères, Joseph Fournier, font-ils savoir que celui-ci « fut perquisitionné à son domicile et suivi constamment par la Gestapo186 ». À Rouen, un syndicaliste docker, Carrier, invoque sa désignation au COSI par le bureau clandestin de l’union départementale de la Seine-Inférieure, « avec mission d’y glaner quelques renseignements sans prendre aucune activité ni responsabilité187 », entrisme également revendiqué par le secrétaire de l’union départementale des syndicats chrétiens de Haute-Savoie, Paul Viret188.

140Ces plaidoyers en autojustification méritent analyse. Contrairement à ce qui s’est passé pour d’autres organismes, notamment les syndicats encore en activité et constitués selon les normes de la loi de 1884, la résistance syndicale n’a donné aucun mot d’ordre d’entrisme au COSI afin d’y voir ce qui s’y passait, ce qui n’a pas empêché, éventuellement, certaines initiatives locales spontanées. Ces quelques exemples ne doivent donc pas faire illusion. De manière générale, il apparaît tout à fait clair que la composante proprement syndicale du COSI dans les comités locaux ou départementaux est le fait de militants favorables au régime de Vichy, du fait de l’appartenance de l’un des leurs, René Belin, au gouvernement jusqu’en 1942. Partout, on retrouve les « amis de Syndicats », la tendance anticommuniste, pacifiste, et de plus en plus antiparlementariste au fil des années qui précèdent la guerre, qu’animait le futur ministre du Travail de Pétain. Sans doute, certains d’entre eux, après le retour au pouvoir de Laval en 1942 et le départ simultané de Belin, ont-ils commencé à évoluer, à prendre leurs distances, à devenir plus critiques, évolution favorisée par l’évolution de la guerre en URSS et l’entrée des États-Unis dans le conflit mondial. Il n’est pas moins vrai que les mêmes ont pu cacher des Résistants, intervenir en faveur de camarades emprisonnés ou aider les réfractaires au STO, du fait même des positions qu’ils occupaient et qui leur permettaient d’intervenir avec une certaine efficacité auprès des autorités.

  • 189 Alya Aglan, La Résistance sacrifiée. Le mouvement « Libération-Nord », Flammarion, 1999.
  • 190 Sur cette notion, voir notamment Laurent Douzou et Denis Peschanski, « Les premiers résistants fac (...)

141On ne saurait pourtant confondre cette attitude avec celle des militants qui, à l’exemple de Christian Pineau ou Robert Lacoste, ont dénoncé de manière nette, dès novembre 1940, l’antisémitisme, les persécutions religieuses, les délits d’opinion, et créé aussitôt après le mouvement de résistance Libération-Nord189. Il apparaît également difficile de leur appliquer l’épithète de « vichysso-résistant », terme inventé par les historiens pour désigner les membres des groupements de résistance favorables à Pétain en zone libre en début d’occupation190. À la Libération, aucun d’entre eux ne pourra mentionner une quelconque appartenance à un mouvement de Résistance. Tous savaient l’engagement pro-allemand et l’origine des fonds, que les brochures du COSI ne cachaient pas, bien au contraire.

L’Entraide d’hiver

  • 191 AD Cantal, 419 F 4. Copie d’un rapport établi le 15 mars 1941 (non signé).
  • 192 Jean Jouan De Kervenoaël, op. cit., p. 163.

142Dans la région parisienne, le souci d’échapper à la tutelle du Secours national apparaît dès les discussions qui précèdent la loi du 4 octobre 1940 sur le Secours national. L’œuvre de Marcel Déat et Le Cri du Peuple de Jacques Doriot prônent la mise en place d’un Secours d’hiver qui leur permettrait de recruter des troupes et de « tenir en mains les dirigeants en créant des places de fonctionnaires191. » L’idée prend corps et trouve un début de réalisation quand Pétain décide de rattacher, par une décision du 10 novembre 1940, ce qui finalement s’appelle l’Entraide d’Hiver, au Secours national. L’Entraide d’Hiver est déléguée par le Secours national pour assurer l’aide aux populations de la région parisienne éprouvées par l’hiver, mais ses attributions sont strictement limitées. Elle s’occupera du ravitaillement, du chauffage, de l’habillement et des soupes populaires, des foyers d’accueil, mais pas des secours en argent ni de l’action sociale, réservée au Secours national192. Cette limitation des attributions souligne la grande méfiance dans laquelle elle est tenue. Soutenue par les milieux de la collaboration parisienne, elle est en effet essentiellement composée par des dirigeants du PPF, dont Doriot et Capron, et des néo-socialistes, dont Montagnon, le secrétaire général, et Déat lui-même. À côté d’eux se retrouvent au sein du comité d’action des maires ou maires-adjoints de banlieue, deux représentants de l’ex-CGT et de l’ex CFTC Perrot, chef de cabinet du ministre du Travail René Belin, et Gaston Tessier, secrétaire général de la CFTC, quatre représentants du Secours national, et les délégués de la presse parisienne Aujourd’hui, Le Cri du Peuple, La France au travail, Le Matin, L’œuvre et Le Petit Parisien. L’Entraide d’Hiver apparaît ainsi politiquement marquée, même si les choses ne sont pas forcément nettes. Une annexe à une note de tonalité très vichyste souligne que les délégués de l’Entraide d’Hiver dans certaines communes de banlieue sont très représentatifs de « l’anti-France » : on y retrouverait des juifs, des gaullistes, des Francs-Maçons, des socialistes.

143Avec le Secours national, l’atmosphère est immédiatement extrêmement tendue. Dans une lettre à Laval, le maréchal Pétain profite de la menace de démission du Secours national de Montagnon, secrétaire général de L’Entraide d’Hiver et, à ce titre, membre du comité de direction du Secours national pour mettre les choses au point :

  • 193 AN, F 60 389. Note de Pétain à Laval, 26 novembre 1940.

« Je tiens à préciser :
1) que le Secours d’hiver [premier nom de l’Entraide d’Hiver] n’est qu’une des nombreuses œuvres groupées sous l’égide du Secours national et qu’il ne saurait s’arroger aucune primauté
2) que le comité d’action, dont j’ai arrêté la composition le 10 novembre, conserve son rôle d’élément essentiel – et même exclusif – de propagande en faveur du Secours national
3) que je ne saurais tolérer le maintien de préoccupations politiques et partisanes au sein d’une entreprise de solidarité et d’entraide.
Ce n’est pas parce que MM. Montagnon et Déat disposent d’appuis à l’Ambassade [d’Allemagne] qu’ils ont le droit de régenter le Secours national, selon leurs vues et leurs préférences.
J’ai maintenu leurs noms sur un texte, dans une pensée d’apaisement. Je les ferai rayer avec la même facilité si ma pensée n’est pas comprise193. »

144Sur le terrain, l’hostilité est manifeste entre les délégués du Secours national et ceux de L’Entraide d’Hiver. La plus grande fantaisie règne dans l’organisation des soupes populaires. Dans certaines cantines, il est servi un bouillon, une portion de légumes et une portion de viande (quand c’est possible), dans d’autres il n’est servi qu’une portion de légumes et un bouillon ; dans d’autres encore, il n’est servi qu’un bouillon. L’aide et le ravitaillement aux vieillards impotents, aux malades, aux femmes chargées de famille ne sont pas mis en place. Le secours d’extrême urgence n’existe pas. À Vichy, certains s’inquiètent :

  • 194 AD Cantal, 419 F 4. Copie d’un rapport établi le 15 mars 1941 (ns).

« En résumé, l’action de charité n’a été qu’une pâle ébauche de ce qu’il convenait de faire. Le Maréchal doit ignorer le premier mot de toute la sale combinaison couverte par son nom, il risque d’y perdre sa popularité. On a fait servir l’entraide à des fins politiques. L’opinion était en droit d’attendre d’autres résultats que ceux de rendre service à des amis personnels dans un but facile à deviner. Mais quel sera le prochain hiver194 ? »

  • 195 AN, 2 AG 500. Note nd, ns.
  • 196 AN, 2 AG 500. Note de René Dommange à du Moulin de Labarthète, 14 janvier 1941.

145La crise éclate en janvier 1941. D’un côté, on dénonce à l’envi la mainmise du PPF et surtout du RNP sur l’Entraide d’Hiver et on demande le remplacement « des maires de la banlieue parisienne qui, se sachant condamnés par le décret Peyrouton, font une obstruction systématique à l’œuvre du gouvernement195. » La dissolution de l’Entraide d’Hiver est même évoquée. De l’autre, on met en avant le caractère populaire de l’Entraide d’Hiver, le fait qu’elle associe des hommes provenant d’origines politiques différentes et de milieux sociaux divers, notamment syndicalistes196. Son président, Gabriel Cognacq, demande l’élargissement de ses attributions à l’action sociale :

  • 197 AN, 2 AG 500. Lettre de G. Cognacq à Pétain, 8 février 1941.

« Le Secours national n’a pas cru devoir lui confier l’action sociale en raison des tendances révolutionnaires qu’il prête à certains éléments de l’Entraide d’Hiver. Je crois que c’est une prudence excessive. Il n’y a à l’Entraide que de bons révolutionnaires sur le plan social, même parmi les adversaires les plus convaincus des gouvernements de Vichy qui gardent toujours le respect du Maréchal. Et les délégués, choisis partout d’accord avec les maires, sont dans l’ensemble des personnalités locales un peu vexées de ne pas disposer vis-à-vis des services sociaux d’une autorité que possèdent les délégués de province197. »

146Cognacq insiste aussi sur la nécessité d’une liaison avec les œuvres allemandes en France :

  • 198 AN, 2 AG 500. Note de René Dommange à Du Moulin de Labarthète, 14 janvier 1941.

« Il était indispensable de répondre à l’offre de collaboration aux œuvres d’assistance d’hiver que les autorités occupantes avaient exprimée, et d’établir avec elles, à cet égard, une liaison qui ne s’était pas faite avec le Secours national. Les autorités occupantes n’ont, que nous sachions, ni manifesté la volonté de rompre cette liaison, ni fait connaître que le comité d’action, sous sa présentation actuelle, cessait d’avoir leur confiance. Il n’apparaît guère opportun, dans les circonstances présentes, de risquer de provoquer des difficultés nouvelles à ce sujet198. »

  • 199 AD Cantal, 419 F 4. Copie d’un rapport établi le 14 mars 1941.

147Un premier compromis est trouvé à la mi-février 1941. Une coordination plus étroite est établie entre les deux organisations, sous l’autorité de Sirolle, un ancien cheminot révoqué après la grève du 30 novembre 1938. Cette décision apparaît comme une victoire du Secours national199, mais une victoire à la Pyrrhus. Le 18 avril 1941, un nouveau compromis doit être élaboré qui aboutit à confier à l’Entraide d’Hiver l’action sociale à Paris et dans la Seine, mais ni dans la Seine-et-Oise ni dans la Seine-et-Marne. Par ailleurs, cette délégation de pouvoirs est confiée personnellement au président de l’Entraide d’Hiver Gabriel Cognacq. Celui-ci doit présenter un projet de budget d’action sociale tous les trois mois et rendre compte au Secours national des subventions accordées ou refusées. Il est également créé une direction de la propagande propre à l’Entraide d’Hiver, dont tous les projets doivent être soumis au directeur de la propagande du Secours national. Pour assurer la coordination, une réunion de travail quotidienne est prévue.

  • 200 Archives du ministère de l’Économie et des Finances, B 915. Statut relatif au rôle et au fonctionn (...)

148Normalement, l’ensemble des ressources de l’Entraide d’Hiver provient des crédits qui lui sont affectés par le Secours national. Cependant, l’accord du 18 avril prévoit la possibilité pour la première de procéder à des collectes financières ou en nature, sous réserve de leur mise en harmonie avec les collectes nationales prévues par le Secours national200.

  • 201 Archives de la ville de Paris, 24 W 1.
  • 202 AN, F 60 389. Note manuscrite du colonel Poinsignon, 17 juin 1941.
  • 203 Je suis partout, numéro du 4 avril 1942.
  • 204 Céline Marrot-Fellague Arriouet, Les enfants cachés pendant la Seconde Guerre mondiale, mémoire de (...)

149Cet accord marque en réalité la victoire de l’Entraide d’Hiver dont le personnel va gonfler démesurément pour atteindre 4 100 personnes au 1er janvier 1944201. L’équipe de direction semble plus déatiste que doriotiste. En juin 1941, il est acheté des vêtements et des sandales en cuir pour douze millions de francs à des amis politiques de Déat, quelques millions étant en fait destinés à la caisse du RNP202. Pourtant, et c’est très intéressant, l’Entraide d’Hiver n’est pas monocolore du point de vue politique. Une importante enquête menée en mars et avril 1942 par Je suis partout, journal a priori peu enclin à critiquer les milieux de la collaboration parisienne, dénonce l’atmosphère gaulliste qui règne à l’Entraide d’Hiver. Sont ainsi pêle-mêle dénoncés : Favier, chef du personnel, « les instituteurs révoqués pour menées antinationales, (les) fonctionnaires de la Marine limogés par l’amiral Darlan, [les] Francs-maçons camouflés et non repentis. » Un certain D. est arrêté pour reconstitution de loge dissoute et incarcéré. Une dame G., également arrêtée pour menées gaullistes, entraîne une demi-douzaine de collaborateurs avec elle et reste incarcérée un mois par les Allemands203. Plus surprenant encore est le cas du secrétaire général, Roger Hagnauer, d’origine juive, qui conservera ses fonctions jusqu’en mars 1943, et de sa femme Yvonne, responsable de la Maison d’enfants de Sèvres, qui cachera une quarantaine d’enfants juifs dans son établissement, grâce à un personnel composé essentiellement de réprouvés du régime204.

* * *

  • 205 Un livre est en cours de rédaction sur l’ensemble du sujet traité dans ce chapitre.

150L’existence avérée de diverses formes de Résistance, que nous ne pouvons malheureusement pas développer ici, tant à l’Entraide d’hiver qu’au Secours national ou encore à la Croix Rouge française, montre la grande complexité de l’étude de l’action sociale privée pendant la Seconde Guerre mondiale. Trois points peuvent être dégagés de cette première approche205.

151On peut affirmer tout d’abord que la philanthropie traditionnelle se trouve largement subsumée dans l’action « humanitaire », c’est-à-dire celle qui a pour objet le secours d’urgence induit par l’état de guerre et l’occupation.

152La durée de cette dernière n’étant pas, et pour cause, connue des acteurs de l’époque, l’action d’urgence s’accompagne d’une action sociale censée avoir des effets à long terme et référée aux valeurs qui sont celles du régime. Cet élargissement induit une grande confusion sur les attributions respectives du Secours national et des services sociaux traditionnels.

  • 206 Paul Veyne, Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Seuil, coll. Po (...)
  • 207 Philippe Pétain, « La politique sociale de l’avenir », Revue des deux mondes, 15 septembre 1940, a (...)

153Le point le plus intéressant à noter est la contradiction apparente entre l’apolitisme revendiqué par Vichy et l’instrumentation politique de l’humanitaire. Porter secours n’est pas l’apanage des sociétés démocratiques. Vichy n’a-t-il pas consacré juridiquement la notion d’assistance à personne en danger ? Pour comprendre la contradiction, il faut revenir à la distinction opérée par Paul Veyne dans Le pain et le cirque206. Analysant l’évergétisme, cette forme de folie qui lançait les riches dans une surenchère de dons à la collectivité, il distingue deux sens à la notion d’affaire ou de problème politique. Le premier sens est le plus courant : il désigne les différentes conceptions qui peuvent s’affronter autour de la notion de bien collectif. Celle de Vichy est de placer le social, conçu comme un ensemble de valeurs intemporelles, au-dessus de la politique, « cette lutte stérile ou funeste de partis ou de factions, ce fiévreux déchaînement d’ambitions personnelles ou de passions idéologiques, cette excitation permanente à la division et à la haine207. » Il s’agit en quelque sorte d’autonomiser le social, de le situer au-dessus du politique.

154Le second sens est plus étroit : « Est [aussi] politique ce qui se rapporte à l’appareil lui-même et, par voie de conséquence, à la perpétuation du groupe qui utilise l’appareil ; l’organe veut se conserver en état de marche et il ne marchera que si le groupe lui-même reste en état de l’utiliser. »

155Sous cet aspect, l’humanitaire a bien une fonction politique, celle de légitimation :

  1. il participe à la redistribution des richesses, même à un faible niveau ;
  2. il symbolise le fait que l’État, dépossédé de la plupart de ses attributions par l’occupation allemande, reste au service de la population ;
  3. il favorise le maintien en place du pouvoir. Pourquoi se révolter contre celui qui vient en aide ?

156À la Libération, le champ de l’action humanitaire est l’objet d’une double approche de la part du Gouvernement provisoire. D’un côté, la guerre n’étant pas terminée, il est nécessaire de conserver des organismes dont l’utilité est évidente. Plus largement, il est à prévoir que les pénuries devraient continuer à affecter encore quelques années la population, compte tenu des destructions de l’appareil industriel comme du patrimoine immobilier. D’un autre côté, cependant, on ne saurait garder en l’état des structures ayant noué avec Vichy des relations pour le moins suspectes. Les choix effectués vont être variables.

157Le COSI va être purement et simplement supprimé, ses biens étant dévolus à l’Entraide française, qui succède au Secours national. Outre ce changement de nom, l’Entraide française va également procéder à une épuration interne qui concernera une centaine de salariés. Pichat sera remplacé par Raoul Dautry, puis par Justin Godard. Les structures seront par ailleurs démocratisées avec l’entrée dans les instances dirigeantes de syndicalistes, gage d’une meilleure représentativité. La tutelle sur les œuvres, enfin, sera abandonnée.

158L’Entraide française vivra ainsi jusqu’en 1949, au prix d’une réduction régulière de ses effectifs, qui passeront de 15 000 en 1945 à un peu plus de 5 000 au début 1947, et du dessaisissement progressif de certaines activités au profit des municipalités, des bureaux de bienfaisance, ou de certains services sociaux à caractère public. Ainsi le service des camps et prisons est-il absorbé par l’administration pénitentiaire qui crée ainsi une structure d’action sociale interne qui n’existait pas avant-guerre.

159La Croix Rouge française fera l’objet d’une approche relativement identique à celle adoptée pour l’Entraide française : épuration drastique du conseil d’administration, compression des dépenses, notamment des dépenses de personnel, démocratisation par l’abaissement de la cotisation des membres titulaires, la réforme de la composition des conseils d’administration du siège et des comités locaux et départementaux. À la différence de l’Entraide française toutefois, la Croix Rouge française va conserver une place dans le paysage social français, ce qui n’allait pas de soi dans le climat politique d’après-guerre. Sans doute faut-il y voir la marque du caractère international et neutre de l’organisation humanitaire, mis à mal dans la période précédente.

Notes

1 Rapport au président du Conseil, décret du 19 octobre 1939, JO, 26 octobre 1939.

2 Ibid.

3 Décret du 19 octobre 1939, op. cit, article 2.

4 Décret relatif aux œuvres de guerre faisant appel à la générosité publique, 29 novembre 1939, JO, 1er décembre 1939.

5 Loi n° 267, JO, 19 octobre 1940.

6 AN, F1A 3661. Lettre de G. Pilon, secrétaire général du Secours national, à Ingrand, ministère de l’Intérieur, 24 septembre 1942.

7 Circulaire d’information de la Croix Rouge française, n° 1, 1er et 2e trimestres 1942.

8 ADLA 16 W 38. Lettre de Roy au préfet, 5 février 1943.

9 Archives de la ville de Paris, Bulletin administratif et social du Secours national, n° 43, 1er juillet 1943. Circulaires des 27 octobre 1942 et 31 mai 1943.

10 ADLA 16 W 38.

11 AN, 307 AP 158. Note Dautry, 1er septembre 1944, projet d’exposé à la presse. Selon un autre document, les subventions distribuées annuellement sont de 35 669 000 F en 1939-1940, 333 149 000 en 1941, 358 938 000 en 1942, 467 486 000 en 1943 (AD Cantal, 419 F 12. Secours national, direction générale de la trésorerie, tableau comparatif des principaux chapitres de dépenses depuis le début du fonctionnement jusqu’au 31 décembre 1943).

12 AD Cantal, 419 F 4. Note relative à la politique du Secours national en matière de subventions, 10 janvier 1944.

13 Archives du ministère de l’Économie et des Finances, B 915. Rapport du contrôleur financier du Secours national, 15 mars 1944.

14 Archives de la ville de Paris, 24 W 11. Tract du Comité national de la tuberculose, s.d.

15 AN, 451 AP 234 (50). Lettre du colonel de la Rocque à M. Toutée, 18 février 1942.

16 AN, 451 AP 236 (8). Note relative à l’augmentation de subventions présentée par les ADP au Secours national, 24 décembre 1942.

17 AN, 2 AG 436 (SA 352). Chiffres arrondis au millier.

18 AD Cantal, 419 F 12.

19 Décret du 9 janvier 1943, JO, 28 janvier 1943, p. 264.

20 AD Cantal, 419 F 48. Communiqué de presse de l’agence OFI – Havas.

21 AD Cantal, 419 F 48. Lettre de Marc Boegner, président de la Fédération protestante de France à Robert Garric, commissaire général du Secours national, s.d.

22 Carnets du pasteur Boegner (1940-1945), présentés et annotés par Philippe Boegner, Fayard, 1992, p. 233 et 238 et AD Cantal, 419 F 48. Lettre du président du Secours quaker à Robert Garric, 6 février 1943.

23 Loi n° 454 du 23 août 1943, JO, 11 septembre 1943.

24 Danièle Voldman, La reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique, op. cit. Voir sur ce point le chapitre I : bilan des destructions.

25 AD Cantal, 419 F 55, Congrès des délégués du Secours national, La Bourboule, du 28 au 30 août 1943, rapport de la deuxième commission.

26 AN, 2 AG 458. Bilan de l’activité du Secours national pour l’année 1943.

27 Ibid.

28 Denis Peschanski, « Les camps français d’internement 1939-1946 », in Justice, répression et persécution en France, de la fin des années 1930 au début des années 1950, rapport de recherche IHTPCNRS, septembre 1993.

29 Pierre Pédron, La prison sous Vichy, Éditions de l’Atelier, coll. Champs pénitentiaires, 1993, p. 39 et 52-53.

30 Sur l’action de ce service, voir la brochure Au service de la Croix Rouge française sous l’occupation (fin 1940 – août 1944), Croix Rouge française, p. 52-96.

31 Céline Lhotte, Et pendant six ans…Bloud et Gay, coll. Réalités du travail social, 1948, p. 55 et s.

32 Bulletin administratif et social du Secours national, n° 48, 6 octobre 1943, p. 1.

33 AD Cantal, 419 F 55. Congrès des assistantes sociales du Secours national, 1943, intervention de Mme Discher, « L’action du Secours national dans les camps et les prisons », p. 36-38.

34 Un droit à pension est également prévu pour les familles des otages ou civils fusillés, sauf, pour ces derniers, quand « l’arrestation par les Autorités d’occupation a pour cause une faute inexcusable de l’intéressé ».

35 Ministère de l’Intérieur, circ. n° 196 du 7 octobre 1942, reproduite au Bulletin administratif et social du Secours national, n° 71, 20 juin 1944.

36 AN, 307 AP 159. Dossier « aide aux internés civils et à leurs familles », n° 15, 16 et 16 bis.

37 AD Cantal, 419 F 15. Note relative à l’attaque du journal Je suis partout contre le Secours national, mars 1944.

38 AN, F 60 388. Lettre au Commissariat général aux questions juives, 22 février 1942.

39 AN, F 60 388. Lettre de Pichat à Laval, 6 août 1942.

40 Il existe aussi des restaurants d’entraide, nettement moins nombreux, qui servent des repas plus importants, et aussi quelques rares restaurants pour classes moyennes.

41 Archives de la ville de Paris, 24 W 6. Conférence de M. Raverdy, directeur général des approvisionnements du Secours national à la Société scientifique d’hygiène alimentaire, 10 juin 1943.

42 Dominique Veillon, Vivre et survivre en France, 1939-1947, Payot & Rivages. 1995, p. 155-162.

43 AN, 2 AG 500. Lettre de M. Clément Decomble (Toulouse) à M. Jean Masson, campagne d’hiver du Secours national à Vichy, 20 novembre 1941.

44 Jean Jouan de Kervenoaël, Les œuvres privées et l’État : une formule nouvelle : le Secours national, thèse Droit, Paris, 1941, p. 245 et s.

45 AD Cantal, 419 F 49. Congrès des assistsdantes sociales du Secours national de 1943.

46 AN, 451 AP 241 (10). Notes Choussy, s.d.

47 Archives de la ville de Paris, 24 W 13. Compte rendu du congrès des délégués du Secours national, 1942, p. 2.

48 Marie-Anne Chouvel, « Social d’abord », Bulletin d’information Les amis de La Rocque, décembre 1989, p. 3.

49 Pascal Bousseyroux, « Les archives Garric : aux sources d’un réseau intellectuel », Vie sociale, n° 6, 1997.

50 Archives de la ville de Paris, 24 W 13. Compte rendu du congrès des délégués du Secours national, Paris, 1942.

51 AN, 307 AP 160 (papiers Dautry), « introduction aux projets concernant la Sécurité sociale, les institutions sociales et le service social », p. 9. Ce texte ajoute : « Si l’on évalue à 15 000 environ le nombre d’assistantes non diplômées, on constate qu’une petite proportion seulement des personnes compétentes exerce une activité (aspect du travail de la femme). » En toute logique, il s’agit d’une erreur et il est question dans ce paragraphe non pas des non diplômées, mais, au contraire, des diplômées.

52 AN, 451 AP 243. Exposé de Mlle de Hurtado, Le groupement d’action des services sociaux de la Seine (son activité du 1er avril 1941 au 1er avril 1942), séance du 18 juillet 1942.

53 Brigitte Bouquet, « La professionnalisation du service social (1900-1939) : de la naissance dans le creuset philanthropique à l’intégration dans les politiques sociales », in Philanthropies et politiques sociales en Europe (textes réunis par Colette Bec, Catherine Duprat, Jean-Noël Luc et Jacques-Guy Petit), Anthropos, 1994, p. 213-224.

54 Stéphane Aron, « Un regard historique sur le service social », Revue de l’économie sociale, XV, septembre 1998, p. 15.

55 Annie Fourcault, Femmes à l’usine. Ouvrières et surintendantes dans les entreprises françaises de l’entre-deux-guerres, Maspéro, 1982.

56 Décret du 31 novembre 1939.

57 R.-H. Rupp et M. A. Guerrand, Brève histoire du service social en France (1896-1976), Toulouse, Privat, 1978, p. 83.

58 JO, 29 juillet 1942, p. 2607.

59 JO, 21 octobre 1939 ; rectif. 26 octobre 1939.

60 AN, 451 AP 243. Exposé de Mlle de Hurtado, op. cit.

61 Archives de la ville de Paris, 24 W 14. Journées d’études des assistantes sociales du Secours national (zone nord), Paris, 2-4 mai 1943, intervention d’André Chauvel, « Le service social de la Seine ».

62 Yvonne Knibielher, Nous, les assistantes sociales, Aubier, 1980. Témoignage de S. C., p. 226.

63 Jacques Donzelot, La police des familles, éd. de Minuit, collection « critique », 1977, p. 11-116.

64 Lucienne Vannier, L’assistance médicale à domicile dans les milieux ouvriers. Quelques essais de réalisation dans la région parisienne, auprès des adultes, Paris, Louis Arnette, 1940 (citation de l’abbé Violet, p. 62).

65 ADLA 13 W 14.

66 AN, 451 AP 243 (19). Note sur les restaurants d’entraide, s.d.

67 AN, F 1A 3778. Le Secours National dans le département du Nord et plus particulièrement dans la zone côtière de Dunkerque (très secret), rapport rédigé par Madame Schipmann, Alger, le 21 avril 1944.

68 Archives de la ville de Paris, 24 W 12. Délégation de la Seine, étude 48, s.d.

69 Archives de la Ville de Paris, 24 W 16. Pages sociales, n° 5, janvier-février 1945, « Visiter ou recevoir », par Armand Chauvel.

70 La Gazette du Palais, 17 novembre 1943.

71 Conseil d’État (Ass. plénière), 2 avril 1943, La Gazette du Palais, 1943-I-223.

72 Conseil d’État, 31 juillet 1942, La Gazette du Palais, 1942-II-114.

73 Dictionnaire de la sociologie, Larousse, 1995, p. 29 et Max Weber, Économie et société, Plon, 1971, p. 294 et s.

74 Archives de la ville de la Paris, 24 W 1.

75 AN, 2 AG 436. Bilan d’activité d’avril 1944.

76 AD Cantal, 307 AP 159. Extrait du comité de direction du Secours national du 8 juillet 1942.

77 AN, 451 AP 236 (8). Lettre du colonel de La Rocque au maréchal Pétain, 8 juin 1942.

78 Yvonne Kniebiehler, op. cit, p. 229. Témoignage de D. D.

79 Archives de la ville de Paris, 24 W 15. Bulletin administratif du Secours national, n° 46, 27 août 1943.

80 AM Bordeaux, 1140 Q 1. Procès-verbaux des réunions du conseil de gérance du SSCB.

81 Yves Bouthillier, Le drame de Vichy, t. II : Finances sous la contrainte, Plon, 1951, Annexes, p. 535.

82 Loi du 26 avril 1941, JO, 27 avril 1941.

83 AN, 2 AG 500. Dossier 1941-1942. Campagne d’hiver du Secours national.

84 AD Cantal 419 F 12. Avis du contrôleur financier pour le projet de budget de 1944.

85 Archives du ministère de l’Économie et des Finances, B 915. Dossier collectes et propagande. Aperçu de l’activité de l’Entraide française dans le domaine de la collecte et de la propagande, s.d.

86 Archives du ministère de l’Économie et des Finances, B 915. Lettre du secrétaire général du Secours national au ministre des Finances, 7 août 1944.

87 AN, F 60 388. Note sur le contrôle financier du Secours national, 25 février 1942.

88 AD Cantal 419 F 12. Avis du contrôleur financier du Secours national sur le projet de budget 1944, 20 décembre 1943.

89 ADLA 13 W 14. Lettre du commissaire principal des Renseignements généraux de Nantes au directeur général des Renseignements généraux à Vichy, 2 juillet 1943.

90 AN, F 60 944. Rapport du 2 mai 1947.

91 AN, 2 AG 500. Extrait du rapport mensuel du préfet de la Côte-d’Or, juin 1941.

92 AN, 2 AG 500. Extrait du rapport mensuel du préfet de la Seine, février 1942.

93 AN, 2 AG 500. Lettre du 1er décembre 1941.

94 AN, 451 AP 234 (68). Chants du Secours national.

95 AN, 2 AG 500. Conseil national (commission d’information), 6 décembre 1941.

96 AD Cantal, 419 F 4. Note de M. de Labouyale, s.d. : « La mission du Secours national ».

97 AD Cantal, 419 F 4. Note (« très confidentiel ») JD/ML, 25 août 1943.

98 AN, 2 AG 500. Rapport au Secours national d’Armand Lanote, s.d.

99 AD Cantal, 419 F 4. Projet de circulaire sur les colonies de vacances, 28 août 1941.

100 Archives de la ville de Paris, 24 W 16, Bulletin administratif et social du Secours national, n° 27 (spécial), 2 novembre 1942.

101 Jacques Valdour, Organisation corporative de la société et de la profession, A. Rousseau, 1935.

102 Sur ces questions, cf. le chapitre rédigé par Michèle Bordeaux dans cet ouvrage ainsi que ses travaux précédents, notamment « Vichy en plein travail (1940-1942) », in Les sans emploi et la loi, Quimper, Calligrammes, 1988, p. 69-80 et son livre à paraître chez Flammarion, La victoire de la famille dans la France défaite.

103 Archives de la Ville de Paris, 24 W 13, congrès des délégués du Secours national, 1942, p. 43.

104 Ibid., p. 69.

105 Céline Lhotte, citée par R.-H. Guerrand, M.-A. Rupp, op. cit., p. 95.

106 Ibid., p. 88.

107 Ibid., p. 88.

108 Yvonne Bougé, Préparation et activités de l’assistante sociale, 1944, cité par R. H. Guerrand et M.-A. Rupp, op. cit.

109 Interrogée par Yvonne Knibielher, op. cit., p. 224-225, une assistante sociale en fonction pendant l’occupation lui explique : « Nous avions toute une littérature sur le thème “travail, famille, patrie”, mais ce langage était tenu par ceux qui environnaient le service social (médecins, notables) bien plus que par les assistantes sociales elles-mêmes. »

110 AN F7 15313. Note des Renseignements généraux du 18 janvier 1943.

111 AN, F1A 3778. Le Secours national dans le département du Nord…, op. cit.

112 ADLA, 13 W 14.

113 AN, F 60 388. Note sur diverses propositions de nomination de délégués départementaux.

114 AN, F1cIII 1198 cité par Marc Olivier Baruch, Servir l’État français, Fayard, 1997, p. 254 et 255.

115 Archives de la ville de Paris, 24 W 5. Liste des délégués départementaux du Secours national en province. Cette liste contient aussi les noms et quelques indications sur les délégués adjoints, sous-délégués, chefs des services administratifs départementaux, assistantes sociales principales, secrétaires propagande et trésoriers.

116 Roland Bohn, Joël Le Bras, Jean Leizour, Chronique d’hier, t. IV : La vie du Finistère (1939-1945), Quimper, Roland Bohn, 1997, p. 121 et Bulletin départemental du Secours national du Finistère (extraits), communiqué par M. le Dr Le Bras.

117 Fajardie dans le Cher, Hamon dans les Côtes-du-Nord, Rousseau dans les Deux-Sèvres, Molles dans le Lot, Coulanges en Mayenne.

118 AD Cantal, 419 F 45. Liste des adjoints ouvriers en fonction au 25 mai 1944.

119 AN, F 60 389.

120 AN, F 60 388.

121 AN F 60 389. Note de Robert Garric sur la journée de vente du portrait du Maréchal.

122 Ibid. Télégramme de Pages à du Moulin de Labarthète, 19 décembre 1940.

123 Ibid. Télégramme de Nogues, 11 décembre 1940.

124 AN, F 60 389. Note sur les développements successifs du Secours national, Royat, 15 avril 1941.

125 AN, 72 AJ 583 (4). Papiers du colonel Schiffer, lettre du 11 novembre 1940.

126 AN, 72 AJ 583 (5). Note du 11 octobre 1940.

127 AD Cantal, 419 F 5. Secrétariat général de la Présidence du Conseil, 7 novembre 1940. Développement de l’appel du Maréchal en faveur des victimes de la guerre.

128 AD Cantal, 419 F 3. Document non daté (1940) : Les activités du Secours national dans le pays.

129 AD Cantal 419 F 7. Comité de direction du Secours national, séance du 28 octobre. 1942.

130 AN, 72 AJ 583 (7). Note du 18 novembre 1940.

131 Naissance de la Résistance dans la France de Vichy, op. cit., p. 34.

132 AN, 2 AG 500. Note non datée (mais de 1941), non signée.

133 Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy, Seuil (coll. L’univers historique), 1990, p. 231. Sur cette question, voir aussi Laurent Gervereau et Denis Peschanski, La propagande sous Vichy, Nanterre, BDIC, 1990.

134 AN, F 60387. Lettre de l’entraide aux mobilisés du canton de Thouars (société créée par 15 associations d’anciens combattants et l’association des maires du canton), 20 décembre 1939.

135 Archives municipales de Bordeaux, 1140 Q 1-6.

136 Elsa Durbecq, « Femmes et œuvres : l’exemple des Croix Rouges françaises », Recherches contemporaines (Université Paris X – Nanterre), n° 3, 1995-1996.

137 Le Phare de la Loire, 14 septembre 1939.

138 Elsa Durbecq, op. cit.

139 Croix Rouge française, Rapport d’ensemble pour la période 1934-1938, présenté à la XVIe conférence internationale de la Croix Rouge à Londres (20 au 20 juin 1938), mars 1938.

140 JO, 9 mars 1939, p. 2702.

141 Circulaire d’information de la Croix Rouge française, n° 7, octobre 1941.

142 AN, 2 AG 462 (cc37A). Rapport de juillet 1941 destiné au Maréchal Pétain.

143 AN, F 60 246. Lettre de Louis Bazy au ministre de la Santé publique.

144 Cité par Anne Simonin, « Le comité médical de la Résistance : un succès différé », Le Mouvement social, juillet-septembre 1997, n° 180, Pour une histoire sociale de la Résistance, p. 160.

145 AN, F 60 246. Lettre de Pasteur Vallery-Radot à Pétain, 17 décembre 1940.

146 Pasteur Vallery-Radot, Mémoires d’un non-conformiste (édition nouvelle), Plon, 1970. Dans cet ouvrage, l’auteur raconte sa première rencontre avec Pétain. Début mai 1940, il est envoyé en Espagne pour y donner une série de conférences. À l’une d’entre elles assiste Pétain, alors ambassadeur de France : « Dès la quinzième minute, je le contemplai avec désespoir, dormant profondément sur l’épaule de ma femme qui dormait aussi. » Sur les raisons de sa démission, il reste assez elliptique (p. 260) : « Puis je fus sollicité pour présider la Croix Rouge française. Il y avait trois sociétés, il fallait n’en faire plus qu’une. Je restai trois mois environ président, puis, sur les conseils de Paléologue qui me disait : « Croyez-moi, n’ayez aucun contact avec Vichy », je donnai ma démission. »

147 Archives de la Croix Rouge française, registres des réunions du conseil d’administration. PV du 19 octobre 1942.

148 Archives de la Croix Rouge française, registres des réunions du conseil d’administration. PV du 23 octobre 1942.

149 Office Dourdin, Étude de l’opinion publique à l’égard de la Croix Rouge française, spécialement faite pour la Croix Rouge française, 17 au 27 janvier 1944.

150 Circulaire d’information de la Croix Rouge française, n° 27, mars 1944. Le recensement provisoire des adhésions recueillies en 1943 s’élève à 837 500, mais seuls 734 comités sur 1 025 ont répondu au questionnaire. D’après la Croix Rouge française, le nombre probable de membres est de 1 163 000 membres, soit 2,76 % de la population française. Seuls deux organisations nationales font mieux : la Croix Rouge américaine qui compte 11 millions de membres, soit 11,4 % de la population ; la Croix Rouge japonaise qui en compte 4 775 000, soit 6,7 % de la population.

151 Circulaire d’information de la Croix Rouge française, n° 25, janvier 1944.

152 Un accord est conclu en mars 1943 avec la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) qui vise au « recrutement général des JOC » et à l’établissement d’une liaison permanente de la JOC avec la Croix Rouge française (PV du CA de la Croix Rouge française, 18 février 1943). Nous ignorons si les jocistes sont comptabilisés dans les adhérents.

153 Selon Marcel Déat, Mémoires politiques, Denoël, 1989, l’initiative en reviendrait à Abetz.

154 Brochure de présentation du COSI, 1942 (consultable à la bibliothèque de l’Institut d’histoire du temps présent), p. 13.

155 Sur ces différents groupements, cf. notre ouvrage, Syndicats, nous voilà. Vichy et le corporatisme, op. cit.

156 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, notice rédigée par Henri Dubief.

157 Brochure de présentation du COSI, op. cit., p. 30.

158 Ibid., p. 28.

159 Raymond Auriac, « Six semaines d’action », in Brochure de présentation du COSI, op. cit., p. 35.

160 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, éd. Ouest-France Université, 1989, p. 75.

161 AN, CAC, 890158, article 13, liasse 2, dossier 173, déposition de Mme Bezou.

162 Ibid. Déposition de M. de la Porterie.

163 Ibid. Déposition de M. Auguste Carré.

164 Ibid. Déposition de M. de la Porterie.

165 AN, 2 AG 586. Note de service du cabinet de Marcel Déat, 22 juillet 1944.

166 Marcel Déat, Mémoires politiques, op. cit., p. 830.

167 Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France, Rapport d’étape, janvier-décembre 1998, p. 86.

168 Jacques Sabille, Les Juifs de Tunisie sous Vichy et sous l’Occupation, éditions du Centre, 1945, p. 115-122.

169 Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France, Rapport d’étape, avril-décembre 1997, p. 68 et 69.

170 AN, CAC, 890158, op. cit., dépositions de Charles Messmin et Mlle Ver.

171 Le COSI possédait en outre un compte chèques postal sous le numéro 3460-06. Mais tous les virements sans exception se faisaient par l’intermédiaire de la Banque de France. Le CCP servait exclusivement à alimenter les centres d’accueil et à régler les fournisseurs qui possédaient un CCP. Le CCP du COSI est bloqué le 31 août 1944.

172 AN, CAC, 890158, op. cit., Rapport du commissaire de police judiciaire René Heinis au commissaire divisionnaire, 19 décembre 1944.

173 AD Cantal, 419 F 3. Note non signée (sans doute de Robert Garric) intitulée « Risques actuels du Secours national », 2 juin 1942.

174 Ibid.

175 AN, CAC, 890 158, op. cit. Déposition de Robert Bertin, inspecteur du COSI dans la région parisienne, s.d. (1944).

176 Ibid. Lettre de Louis Leroy à René Mesnard (copie), 6 janvier 1943.

177 Ibid. Note du 19 mai 1944.

178 Ibid. Déposition Guy de la Porterie, 17 octobre 1944.

179 Ibid.

180 Archives de l’union départementale CGT-FO du Maine-et-Loire, procès-verbal du congrès de l’union des syndicats ex-confédérés, 18 avril 1943.

181 En Charente, tout le bureau de l’union départementale, dont le secrétaire général Vautour, est membre du COSI.

182 Dans les Landes et les Basses-Pyrénées, les trois principaux responsables de l’union interdépartementale, Marcel Bidegaray, Joseph Désarménien et Charles Dossat, sont membres du COSI.

183 Antoine Berné, secrétaire de l’union départementale, est également président du COSI, suivi par les principaux responsables de l’union départementale du Var et de l’union locale de Toulon.

184 Archives confédérales CGT, fonds Jayat. Lettre de Touron à Jayat, 10 avril 1945.

185 Ibid. Rapport Garantie pour le congrès fédéral du 18 mai 1945.

186 Ibid. Lettre de Gautier, secrétaire général du syndicat CGT de la Chaussure de Fougères, à Jayat, 8 février 1946.

187 Ibid. Lettre de Carrier à Jayat, 29 juin 1945.

188 Paul Viret, Comment Vichy formait ses cadres - Une semaine au Mayet-de-Montagne (27 septembre- 3 octobre 1942), Imprimerie R. Matringe, Annecy, 1946.

189 Alya Aglan, La Résistance sacrifiée. Le mouvement « Libération-Nord », Flammarion, 1999.

190 Sur cette notion, voir notamment Laurent Douzou et Denis Peschanski, « Les premiers résistants face à l’hypothèque Vichy (1940-1942) », in La Résistance et les Français : villes, centres et logiques de décision, actes du colloque international, Cachan, IHTP, 1995, p. 427-446.

191 AD Cantal, 419 F 4. Copie d’un rapport établi le 15 mars 1941 (non signé).

192 Jean Jouan De Kervenoaël, op. cit., p. 163.

193 AN, F 60 389. Note de Pétain à Laval, 26 novembre 1940.

194 AD Cantal, 419 F 4. Copie d’un rapport établi le 15 mars 1941 (ns).

195 AN, 2 AG 500. Note nd, ns.

196 AN, 2 AG 500. Note de René Dommange à du Moulin de Labarthète, 14 janvier 1941.

197 AN, 2 AG 500. Lettre de G. Cognacq à Pétain, 8 février 1941.

198 AN, 2 AG 500. Note de René Dommange à Du Moulin de Labarthète, 14 janvier 1941.

199 AD Cantal, 419 F 4. Copie d’un rapport établi le 14 mars 1941.

200 Archives du ministère de l’Économie et des Finances, B 915. Statut relatif au rôle et au fonctionnement de l’Entraide d’Hiver du Maréchal et à ses relations avec le Secours national, 18 avril 1941.

201 Archives de la ville de Paris, 24 W 1.

202 AN, F 60 389. Note manuscrite du colonel Poinsignon, 17 juin 1941.

203 Je suis partout, numéro du 4 avril 1942.

204 Céline Marrot-Fellague Arriouet, Les enfants cachés pendant la Seconde Guerre mondiale, mémoire de maîtrise d’histoire, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 1998.

205 Un livre est en cours de rédaction sur l’ensemble du sujet traité dans ce chapitre.

206 Paul Veyne, Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Seuil, coll. Points Histoire, 1976, p. 687 et s.

207 Philippe Pétain, « La politique sociale de l’avenir », Revue des deux mondes, 15 septembre 1940, article reproduit dans Philippe Pétain, Actes et écrits, édition établie et présentée par Jacques Isorni, Flammarion, 1974, p. 490.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540