Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chocs et ruptures en histoire religieuse

 | 
Michel Lagrée

Troisième partie. De l'Helvétie à la Vénétie : subculture catholique et intégration à l'État moderne

Le cas de la Suisse catholique aux XIXe et XXe siècles

Urs Altermatt

Texte intégral

  • 1 Pour l'histoire du catholicisme en Suisse cf. Altermatt, Urs, Le catholicisme au défi de la modern (...)

1Les vagues et les changements de conjoncture de l'histoire générale ont des répercussions sur les rythmes de l'histoire religieuse. Il est intéressant pour l'historien de mettre en évidence les interactions complexes existant entre les facteurs économiques et sociaux, politiques et culturels. Prenons l'exemple du catholicisme suisse1.

L'Histoire du catholicisme suisse comme reflet de la société

2Les quatre longues vagues économiques qui, depuis la fin du xviiie siècle, font progresser l'industrialisation et la modernisation de la Suisse, ont marqué également le catholicisme la première vague s'étend de la Révolution française jusqu'au milieu du xixe siècle, avec un tournant vers 1815 (1790-1850) ; la deuxième va jusqu'aux années quatre-vingt-dix, avec un sommet en 1873 (1850-1895) ; la troisième va jusqu'à la Seconde. Guerre mondiale, le tournant se situant vers 1914 (1895-1940/1945), enfin, la quatrième jusqu'à nos jours, avec une acmé en 1967/1973.

3La deuxième grande vague d'industrialisation provoqua l'émigration de milliers de catholiques, venus des régions catholiques du pays ou de l'étranger, dans les centres urbains réformés de Zurich, Bâle et Genève. Se formèrent alors de nouveaux centres catholiques où émergea un catholicisme de diaspora dont la mentalité était différente de celle du catholicisme, plutôt campagnard et paysan. La quatrième poussée de modernisation qui toucha la Suisse après la guerre 1939-1945 atteignit finalement aussi les régions traditionnellement catholiques qui, jusqu'alors, étaient restées en marge de l'industrialisation. Le paysage catholique se mit aussi à changer.

4Les vagues de modernisation formèrent l'empreinte socio-culturelle du catholicisme, qui s'adapta à des vitesses différentes aux conceptions bourgeoises et libérales, industrielles et capitalistes de la nouvelle Suisse. Les catholiques, en cette fin du xixe siècle, se rallièrent au mouvement patriotique qui, à l'occasion du 600e anniversaire de la Confédération, en 1891, célébra la réconciliation de l'État fédéral radical-libéral et du Sonderbund catholique-conservateur.

5C'est dans le contexte de ces processus de mutation sociale qu'eut lieu l'émancipation politique des catholiques. Si l'époque comprise entre 1830 et 1880 fut encore marquée par les conflits du Kulturkampf entre le radicalisme libéral et le catholicisme politique, ce paradigme tendit à perdre de l'importance après le milieu des années 1880. Radicalisme et catholicisme politique se rapprochèrent et formèrent une alliance contre le socialisme montant. Cette coalition entre les radicaux et les conservateurs aboutit en 1891 à l'entrée du premier démocrate-chrétien au Gouvernement fédéral. La lutte des classes et ses tensions renforcèrent le bloc bourgeois après le tournant de 1900.

6Dans les années 1930 se dessina un nouveau changement de constellation. Les socialistes et la bourgeoisie, sous la pression du fascisme étranger, se détournèrent de la lutte des classes pour former une solidarité nationale. Ce nouveau paradigme de la politique de concordance aboutit à la répartition proportionnelle du pouvoir. C'est en 1959 que se concrétisa la formule magique du Gouvernement, coalition de tous les partis composée de deux radicaux, deux démocrates-chrétiens, deux socialistes et un représentant du Parti des paysans, artisans et bourgeois (actuellement Union démocratique du centre). Cette période de concordance renforça les démocrates-chrétiens qui, passant du bord droit au centre de la structure politique, entre le radicalisme et le socialisme, parvinrent à occuper une position charnière dans le système gouvernemental national.

7Sensible depuis la fin des années 1960, le processus d'érosion de la constellation dirigeante est l'indice d'un nouveau changement des paradigmes, les vieux partis tendant à perdre de l'influence. La lente décomposition du milieu catholique correspond à cette érosion des institutions traditionnelles. La mobilité géographique et sociale qu'avait engendrée la poussée de modernisation de l'après-guerre détruisit les fondements sociaux du catholicisme soutenu par un milieu. Ce fut la fin d'une longue période dans l'histoire du catholicisme suisse. Désormais, la césure interne du catholicisme coïncide plus ou moins avec la période séculaire. Une fois de plus, l'histoire sociale et celle des mentalités du catholicisme se révèlent être le reflet de l'histoire de la société en général.

Une autre lecture du Kulturkampf

  • 2 Cf. Stadler, Peter, Der Kulturkampf in der Schweiz. Eidgenossenschaft und Katholische Kirche im eu (...)

8Dans une perspective historique globale, le Kulturkampf représente plus qu'une succession de conflits entre l'Église et l'État2. Il signifie davantage qu'un anathème du pape et des évêques prononcé contre l'esprit du temps et l'État moderne dominé par cet esprit ; il représente aussi plus que les tentatives de sécularisation effectuées par l'État laïciste luttant pour imposer son hégémonie. Au point de vue socio-historique, le Kulturkampf est bien plutôt un combat mémorable opposant la tradition à la modernité, tel que l'a vécu la Suisse lors du passage de la société agraire à la société industrielle. Dans ce conflit à propos de la modernisation, les régions rurales, paysannes et catholiques se sont révélées être de véritables réserves pour la conservation des modes de vie traditionnels.

9Le facteur religieux a joué un rôle important dans la mesure où la partie du pays et de la population de la « Suisse profonde », dans leur volonté de préserver leurs traditions menacées, a lutté non seulement pour préserver des biens matériels, mais également pour sauvegarder des valeurs culturelles. L'argumentation religieuse a eu une fonction capitale en permettant à la coalition antimoderniste de dépasser les divergences d'intérêts d'ordre matériel grâce à des affinités qui faisaient coïncider leur conception du monde et leurs sentiments.

  • 3 Cf. Python, Francis, Mgr Étienne Marilley et son clergé à Fribourg au temps du Sonderbund. 1846-18 (...)

10En vertu d'une appréhension matérialiste de l'histoire, il serait hâtif de considérer les sensibilités relevant de l'idéologie et de la mentalité comme des facteurs non réalistes d'un conflit par ailleurs bien réel, et, par conséquent, de les minimiser. Durant la période comprise entre 1830 et 1880, les composantes religieuses et idéologiques occupaient une place primordiale dans le conflit qui opposait la tradition à la modernité, le centre à la périphérie, et influençaient les conflits politiques. Il en résulta que les deux Églises chrétiennes furent d'importants points d'appui pour les adversaires de l'évolution moderne. À la suite de la sécularisation, elles avaient perdu de leur importance sociale, certes, mais elles purent sauver leur structure institutionnelle à travers tous les bouleversements de l'époque et préserver largement, notamment dans les régions rurales, leur position traditionnelle. À la campagne et dans les petites villes, c'est le clergé catholique qui dirigeait les groupes de la population restés dévoués à l'Église. La démarche n'était pas désintéressée, puisque le clergé et les Églises s'engageaient en même temps à protéger des institutions chrétiennes en danger. Dans le canton de Fribourg – et Fribourg est un bon exemple –, l'alliance d'intérêts entre la population rurale et le clergé fut renforcée par le fait que le clergé postrévolutionnaire était essentiellement d'origine villageoise, ce qui engendra une étroite parenté culturelle entre ces deux groupes. Si bien que le clergé ne défendit pas seulement des valeurs abstraites, mais sa propre identité socioculturelle3.

11Somme toute, la protestation des campagnes catholiques et conservatrices fit corps avec le Kulturkampf contre les villes industrialisées et leur couche dirigeante, bourgeoise et libérale. À la recherche d'une nouvelle identité dans une société en mutation, les parties de la population marginalisées, se sentant oubliées par la modernisation, se référèrent aux Âges d'or de la religion, à leur valeur et leur manière de vivre chrétienne et conservatrice. Les gens simples de la campagne, pensant en termes chrétiens, devinrent des figures symboliques, opposées aux bourgeois libéraux de la ville et, plus tard, aux travailleurs socialistes dans les agglomérations urbaines et industrielles. C'est ainsi que l'argumentation religieuse prit corps avec l'idéologie conservatrice. La formation de bataille conservatrice et catholique contre l'esprit du temps moderne fut de nature religieuse et politique.

La « Sondergesellschaft » ou la contre-société catholique

12Dans mon livre Le catholicisme au défi de la modernité (en allemand 1989, traduction française 1994), j'ai développé le modèle de la sous-société catholique (« subculture ») en Suisse qui peut s'appliquer aux catholiques d'autres pays. En résumé on peut souligner les aspects suivants :

  • Dans la partie catholique romaine de la population, la menace du Kulturkampf et, indirectement, celle de la sécularisation conduisirent à une mobilisation insoupçonnée de forces défensives politico-religieuses. Sans les Kulturkämpfe du xixe siècle, le milieu catholique ne serait guère apparu sous cette forme. C'est à cette époque que le catholicisme moderne, politique et social, a acquis sa spécificité. L'influence exercée par le Kulturkampf sur la mentalité et les comportements catholiques fut également primordiale. Replacé dans une perspective historique globale, le Kulturkampf contribua à déterminer les structures fondamentales du système politique suisse jusqu'à nos jours. Sans Kulturkampf, il n'y aurait pas de Parti démocrate-chrétien (PDC), et sans PDC, le paysage politique suisse ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui.
  • La pression extérieure stimula la cohésion du groupe catholique, dont le milieu s'homogénéisa. La renaissance de la néo-scolastique et de la doctrine du droit naturel aida à tracer plus nettement les frontières séparant le catholicisme de son environnement. Mais des facteurs sociaux, telle la situation minoritaire des catholiques suisses, furent plus décisifs. Quand les minorités se sentent menacées dans leur identité, elles réagissent par la défensive. La peur des catholiques d'être culturellement submergés tient au fait qu'ils étaient marginalisés dans la société et le système politique et ne pouvaient exercer qu'une influence limitée sur les décisions fédérales immédiatement après 1848.
  • À cause du Kulturkampf, l'Église, le clergé et la hiérarchie gagnèrent en influence, car ce furent les seules institutions à pouvoir mener une opposition efficace à l'État. La résistance catholique au régime radical de Berne fit corps avec les institutions ecclésiastiques et avec ses représentants officiels. L'Église devint la véritable porte-parole du monde culturel catholique. C'est pourquoi, en définitive, les attaques dirigées d'ordinaire contre l'Église et ses représentants furent tout bonnement considérées comme des agressions commises contre la culture catholique.
  • La pression extérieure a provoqué, à l'intérieur du milieu catholique, une harmonisation des opinions plus poussée qu'auparavant. Les conflits au sein de l'Église en raison de forces dissidentes aboutirent rapidement à des accusations d'hérésie et, plus tard, au schisme. Avant 1870, il y avait encore deux catholicismes en Suisse : le courant romain ultramontain et le courant libéral. Après le Concile Vatican I, cette double identité disparut, il n'y eut plus qu'une seule tendance, celle du catholicisme catholique romain.
  • Les débuts du catholicisme libéral remontent au Siècle des Lumières et son autorité s'accrut à l'époque de la Régénération, dans les années 1830 et 1840. Même s'il fut toujours mal enraciné dans la population catholique, il obtint une certaine audience dans quelques régions industrialisées, telle la vallée de l'Aar dans le canton de Soleure. Cette aile libérale du catholicisme s'ouvrit à la société moderne et chercha un compromis avec l'État radical, en se rapprochant partiellement d'un catholicisme national qui était autant que possible indépendant de Rome. Les purges internes qui firent suite à la déclaration de l'infaillibilité pontificale de Vatican I provoquèrent le schisme de l'Église catholique-chrétienne. Bien qu'elle obtînt un appui politique dans les cantons d'Argovie et de Soleure, elle ne s'imposa pas. Le soutien du radicalisme politique ne suffit pas à ce que l'Église vieille-catholique prît pied dans la population catholique. Elle resta une Église d'intellectuels qui limita son influence essentiellement au milieu de la bourgeoisie supérieure nationale-libérale4.
  • La lutte des catholiques contre la modernité se dirigea en premier lieu contre l'État laïque. Les catholiques rendirent responsables de la sécularisation et de la déchristianisation l'athéisme, le libéralisme et d'autres - ismes, plus tard le socialisme et le bolchévisme. Pour les catholiques, les juifs ont souvent joué le rôle de précurseurs de la modernité, ce qui les mit au centre de l'intérêt, lorsqu'on analysa la relation entre catholicisme et modernité. Plus que l'historiographie l'a laissé entendre, le judaïsme libéral est devenu de ce fait le bouc émissaire. On peut se poser la question de savoir si les différences réelles entre le petit groupe minoritaire de juifs enclins à la modernité et la grande minorité de catholiques attachés aux traditions ont pesé sur leurs rapports mutuels. Ou bien, le fait d'être minoritaires tous deux a-t-il contribué à surmonter les différences entre juifs et catholiques dans la Suisse moderne ?

13Les recherches sur l'antisémitisme en Suisse accomplies jusqu'ici arrivent à la conclusion que l'hostilité contre les juifs était plus faible en Suisse qu'en Autriche-Hongrie ou en France. En fait, un antisémitisme de caractère catholique a existé bel et bien entre 1850 et 1950. Assez souvent on avança des arguments d'ordre religieux-théologique. Avant tout c'était le motif des déicides qui constitua le topos bien connu de l'antisémitisme chrétien, un motif profondément intériorisé et envenimant durablement les relations entre chrétiens et juifs. À cela s'ajouta un antisémitisme socioculturel qui mettait en garde contre une soi-disante conspiration et une domination mondiales juives. Dans ce contexte, l'antisémitisme catholique porta plus sur la presse, le théâtre et la vie culturelle que sur les banques, les bourses et les affaires.

  • 5 Le débat autour de l'antisémitisme catholique en Suisse s'entama avec un certain retard. Cf. Le do (...)

14Alors qu'à la fin du xixe siècle l'antisémitisme racial moderne gagnait du terrain, l'église catholique prit ses distances, même si les passerelles : l'antijudaïsme chrétien, l'antisémitisme social et l'antisémitisme racial étaient faciles. Des théologiens et des journalistes catholiques constituèrent les médiateurs principaux. Par leurs sermons et la catéchèse, les ecclésiastiques propagèrent des pensées antisémites, dans les associations et par le biais de l'enseignement populaire. Le clergé ultramontain instrumentalisa de ce fait le malaise du peuple catholique envers la société moderne, en rendant en partie responsable le judaïsme des crises et des abus qui s'y jouaient. De par sa fonction, l'antisémitisme se donna pour tâche de stabiliser le milieu catholique menacé par la mobilité5.

  • Même si les buts fondamentaux de la contre-société catholique furent antimodernistes, le catholicisme social et politique contribua à ce que les couches catholiques de la population se rapprochassent lentement de la culture du temps. Le travail éducatif accompli par les sociétés opéra un changement dans la conscience catholique. En instruisant leurs membres, les Männer-und Arbeitervereine contribuèrent au fait que le catholicisme perdît son attitude défensive traditionnelle face au monde moderne. Les associations catholiques firent réellement œuvre de modernisation.
  • La mobilisation des masses catholiques favorisa l'émancipation des laïcs par rapport au clergé. Les sociétés et les partis purent, dans une mesure variable, préserver une certaine autonomie face à l'Église institutionnelle, parce qu'elles agirent dans l'avant-cour du domaine proprement religieux. Considéré sous un angle plus large, ce phénomène accéléra la modernisation interne du catholicisme. Bien que cela ne fût guère visible de 1850 à 1950 en raison de l'homogénéité extraordinaire qui existait entre le catholicisme élitaire et le catholicisme populaire, le mouvement des associations et des partis stimula la démocratisation interne. Ce n'est qu'après Vatican II que des grandes tensions ont vu le jour.
  • La réorganisation proprement dite de la vie religieuse par l'Église romaine n'a lieu qu'au xixe siècle, par le biais d'une deuxième vague d'efforts missionnaires. À l'aide de moyens de communication modernes, les journaux et les revues, les associations et les pèlerinages, l'Église propage après 1850 l'idéal de piété ultramontain, uniformise le catholicisme populaire et élimine avec succès les particularités locales dans la dévotion populaire. C'est alors que naît le fameux milieu catholique qui influence désormais la vie quotidienne des catholiques ordinaires en Allemagne et en Suisse. Comme jamais auparavant, l'Église officielle parvient à propager des représentations uniformes de ce que devait être le bon catholique et à discipliner de la sorte la masse des petites gens.

15Dans la longue histoire de l'Église, la période comprise entre 1850 et 1950 représente une exception. Au cours de ce siècle, doctrine et pratique coïncident dans une mesure jamais atteinte auparavant et qu'on ne retrouvera plus ensuite. Le siècle des Pie que vit l'Église romaine de Pie IX à Pie XII (1846-1958) se caractérise par une homogénéité extraordinaire dans la piété catholique, dont découle une unité impressionnante dans la communauté de croyance, de philosophie et de culte entre le pape et les évêques, le clergé et les fidèles – un large sentire cum ecclesia.

16Si l'on considère la cohésion – fait unique dans l'histoire – du milieu catholique entre 1850 et 1950, la crise que traverse actuellement l'Église en Europe occidentale et aux Etats-Unis apparaît sous un jour nouveau, au point même de susciter une interprétation provocatrice : le déclin constaté dans la pratique religieuse des catholiques ordinaires est un retour à la normalité historique. Selon toute apparence, en effet, le syncrétisme religieux moderne présente une grande analogie avec la situation prémoderne.

L'ambivalence du conservatisme catholique

17Face à la modernisation, le catholicisme politique et social apparaît comme un phénomène de crise ambivalent que ce caractère dialectique même empêche de réduire à une simple formule. En défendant l'ordre établi face aux mutations sociales, le conservatisme catholique se définit d'abord comme une réaction antimoderniste au processus de modernisation. Les catholiques protégeaient des institutions comme les Églises et les cantons, l'ordre social et la famille. Ils se prononçaient pour des groupes sociaux bien établis dans la population, tant les classes supérieures – comme la vieille aristocratie – que les classes moyennes – comme les paysans à la campagne ou les artisans dans les petites villes. Le catholicisme, en somme, ne cherchait rien d'autre qu'à défendre l'ordre social d'alors.

18Mais comme la société évoluait de manière irréversible, le catholicisme fut également synonyme d'adaptation au monde moderne. Les catholiques, en effet, durent reconnaître qu'ils ne pourraient transmettre sans frais les valeurs et institutions traditionnelles. S'ils ne voulaient pas se figer dans des idées réactionnaires ou utopiques, ils devaient se plier au nouvel ordre social.

19Si le catholicisme conservateur fut l'expression dialectique de la protestation contre l'évolution moderne, il fut aussi le porte-parole politique des laissés-pour-compte dans le processus de modernisation, mobilisant une population marginalisée, encourageant son intégration et son émancipation dans le monde moderne. Il convient cependant de ne pas réduire l'opposition conservatrice-catholique à la seule défense des classes sociales et des idéologies dépassées. Ce fut trop longtemps la perspective de l'historiographie libérale du xixe siècle.

20Sans doute les historiens de la génération de mai 68 étudient-ils la société, ses structures, ses mouvements, ses collectivités, mais ils se limitent essentiellement aux processus économiques. Dans cette fixation sur l'industrialisme, le catholicisme conservateur passe à travers les belles mailles de l'analyse des classes et de la conceptualisation économique.

21C'est ainsi que l'arrogance de la bourgeoisie rationaliste du xixe siècle s'est perpétuée après 1968 dans la variante gauchiste. Les clercs modernes, dans leur foi encore inébranlée en le progrès, n'ont pas vu que le processus de modernisation provoquait un conflit fondamental entre la culture nationale majoritaire, centrale et fondatrice de l'État d'une part, et les minorités ethniques, linguistiques et religieuses de la périphérie d'autre part. Comme l'industrialisation, cette colonisation culturelle a ouvert des failles entre les composantes des sociétés nationales. De nombreux historiens se sont si fortement rivés aux luttes des classes qu'ils ont perdu de vue les Kulturkämpfe – les luttes entre l'État et l'Église catholique.

22La récession économique et le discret changement de climat lié au phénomène ont enfin éveillé l'intérêt pour ce qui est différent, apparemment de moindre valeur, opprimé. Des conflits d'ordre ethnique et culturel dans le monde entier, de l'Irlande du Nord à l'ex-Union soviétique en passant par la Corse, nous font prendre conscience de la force explosive des conflits de minorités. Cela ne peut que favoriser notre disponibilité intellectuelle à réinterpréter l'histoire suisse sous l'angle des régions et des parties de la population laissées en marge du processus d'industrialisation.

23L'ironie de l'histoire veut que ce soient les catholiques eux-mêmes qui aient mis un terme à leur temps de ghetto dans la seconde moitié du xxe siècle. Ils vécurent après 1945 un boom économique qui les fit pleinement participer aux bénéfices matériels de la Suisse capitaliste et industrielle. À mesure qu'ils tiraient avantage de la nouvelle vague d'industrialisation, ils oublièrent leur propre histoire prémoderne et antimoderniste dont ils refusaient le souvenir.

24Même si le mouvement catholique peut être interprété comme une réaction à la modernisation sociale, on ne peut qualifier cette réaction seulement d'antimoderniste. Le catholicisme a été autant une culture d'opposition qui a contribué à l'intégration des catholiques dans la société moderne, ce que l'exemple des associations met en évidence. Bien que les groupements catholiques aient été antimodernistes quant à leurs buts, ils ont modernisé le catholicisme dans une mesure imprévisible. Que signifie ce paradoxe ? À la fin du xixe siècle, les associations laïques ont commencé à prendre leur distance par rapport au clergé en complétant les objectifs initiaux des sociétés, d'ordre moral et religieux, par des questions d'ordre pratique relatives au monde professionnel, à la formation continue et aux loisirs, contribuant ainsi à l'émancipation tranquille des laïcs dans l'Église catholique. En faisant sortir la culture catholique de l'antimodernisme réactionnaire de l'Église officielle, les associations ont représenté dès le début un peu de modernité dans le milieu catholique. Bien que fondées dans un esprit défensif, elles ont contribué à introduire les catholiques dans une société pluraliste et démocratique. Certes, le milieu catholique avait été créé comme un mur de protection ultramontain contre le monde moderne, mais il a irrésistiblement engendré dans le catholicisme lui-même des processus de modernisation. Les associations catholiques ont été un laboratoire et un facteur de promotion d'une Église catholique émancipée.

25Par ses buts, le catholicisme social et politique a été clairement antimoderniste, mais il a utilisé des moyens modernes tels que les groupements, les partis et les journaux pour atteindre ses objectifs antimodernistes. Il est impossible d'évaluer ces mécanismes dialectiques à leur juste valeur. Plus l'influence de l'Église officielle diminuait dans la société sécularisée, plus les sociétés organisées dans le giron religieux gagnaient en importance dans la stratégie catholique. En résumé – il faut insister sur ce point quand on parle du conservatisme catholique –, les associations ont été un élément de modernité dans le milieu catholique de 1850 à 1950. Cette ambivalence fait partie de l'antimodernisme catholique.

Cycles de renouveau et de crise

26Il ne faut pas identifier industrialisation et sécularisation inéluctable et progressive. Aux xixe et xxe siècles, le phénomène de la sécularisation et de la distanciation par rapport à l'Église, loin d'être un processus linéaire et unidimensionnelle, se déroule suivant un mouvement cyclique de vagues. Avec l'industrialisation, sans doute, l'unité traditionnelle de la société rurale, du village et de l'Église se désagrège, mais la religion et les Églises n'en disparaissent pas pour autant.

27Bien que l'état actuel de la recherche ne nous permette pas d'analyser clairement les cycles et anticycles religieux, les tendances générales d'évolution sont cependant évidentes. Les phases de croissance économique précipitent les mutations sociales, renforcent les courants de migration démographique et modifient de la sorte la répartition sociale de la population catholique. En quête d'un gagne-pain, des catholiques de Suisse centrale, de Fribourg et du Valais quittent leur patrie pour gagner les centres industriels réformés du Plateau. De journaliers agricoles, ils deviennent ouvriers, manœuvres et domestiques.

28Cette mobilité sociale est à la source de problèmes d'ordre moral et religieux : les catholiques émigrés des régions rurales et paysannes dans les agglomérations urbaines voient leur identité culturelle remise en cause, et, avec elle, leur vision du monde et leur manière de vivre conservatrice et catholique. Cette perte d'identité est d'autant plus pénible que les mutations sociales menacent également des institutions comme la famille et l'Église. Si les émigrés catholiques peuvent surmonter ces problèmes d'identité grâce à des succès d'ordre matériel dans les phases d'essor économique, les phases de crise font clairement ressortir les pertes humaines et sociales : les catholiques perdent leurs idéaux, l'insécurité les gagne, puis la peur.

  • 6 Eisner, Manuel, « Katholisch-konservative Weltbilder in gesellschaftlichen Krisenphasen », in Stol (...)

29Le catholicisme conservateur réagit aux situations de crise en mettant l'accent sur les valeurs éthiques et religieuses de sa propre conception du monde6. Plus le monde devient impénétrable et instable, plus les élites catholiques répandent agressivement l'antidote d'une solide vision du monde catholique. Les journaux catholiques usent fréquemment de notions éthiques et religieuses dans les temps de dépression, on l'observe bien dans les années 1870, 1930 et au milieu des années 1970. Mais il est impossible de dire si cette accentuation est l'expression immédiate de mouvements de renouveau religieux ou une réaction conservatrice à la dépression économique. Mettre au jour ce genre de rapports intéressants, c'est là l'une des tâches les plus urgentes de l'histoire sociale et de l'histoire des mentalités.

30À partir du milieu du siècle dernier, la réaction sociale aux révolutions européennes de 1848 débouche sur un contre-mouvement religieux, une contre-révolution sur le plan spirituel. Sous Pie IX (1846-1878), l'Église catholique verse dans un programme antimoderniste. Au cours de cette mobilisation contre la culture contemporaine, le catholicisme crée dans le dernier tiers du xixe siècle une religiosité de masse catholique à l'aide des moyens de communication et de transport modernes. C'est à ce moment-là que les coutumes populaires religieuses s'uniformisent. Pour les gens pieux, la messe quotidienne accompagnée d'un recours relativement fréquent aux sacrements devient une pratique courante à la campagne et dans les petites villes. De nouvelles formes de culte apparaissent, telles que les dévotions et les processions, les pèlerinages et les fêtes de saints. Le culte de Marie connaît alors un essor inédit.

  • 7 Cf. Delumeau, Jean, Le christianisme va-t-il mourir ? Paris, 1977.

31Le milieu catholique tient les fidèles aussi éloignés que possible des menaces du temps moderne. Les catholiques vivent leur Église, dont la puissance augmente dans des proportions énormes, comme institution et comme hiérarchie. Les ecclésiastiques tendent à ramener la quasi-totalité des problèmes d'ordre religieux et moral aux conceptions fautives de la société moderne. En conséquence, le catholicisme reçoit plus nettement qu'auparavant l'empreinte d'un moralisme rigoureux qui, avec le péché et la mort, le purgatoire, l'enfer et la damnation, enferme les fidèles dans des sentiments de culpabilité et les rend dépendants de l'absolution du clergé par le recours au confessionnal. Il en résulte un catholicisme dominé parfois par la théologie de la peur et la pastorale de la souffrance7. À intervalles réguliers, des fêtes religieuses pleines d'éclat et de pompe baroque éclairent, non sans triomphalisme, le quotidien gris et sévère du milieu. Les fidèles sont protégés face à l'extérieur par un filet dense de confréries, de congrégations et d'associations. Des formes de cultes et de cérémonies liturgiques communes les confortent dans leur conception du monde et leur morale.

  • 8 Cf. Schieder, Wolfgang, « Einleitung », in Volksreligiosität in der modernen Sozialgeschichte, Göt (...)

32Au terme de cette évolution, une importante innovation est à signaler : la religiosité catholique, de religion populaire, s'est transformée en une religion popularisée qui prend l'aspect d'une culture de masse imposée par le sommet8. Ce changement représente l'une des mutations les plus riches de conséquences dans l'histoire sociale du catholicisme moderne : le rapport de tension typique du catholicisme jusqu'au début du xixe siècle entre la religion de l'élite et la religion populaire a disparu.

33Il ressort clairement de ces remarques que l'époque du Kulturkampf a eu une importance capitale sur le caractère futur du catholicisme vécu par la masse du peuple. Le Kulturkampf n'est pas seulement un problème idéologique, moins encore un problème institutionnel. Au premier plan, certes, il apparaît sous les dehors d'un conflit entre l'Église et l'État mais, à l'arrière-plan, le changement social et technologique joue un rôle central. Suite à l'augmentation de la mobilité sociale liée à la croissance industrielle, les hommes sont nombreux à perdre leurs points de repère traditionnels et à se raccrocher d'autant plus aux modèles d'interprétation à base religieuse. C'est ainsi que les symboles et rituels de la religiosité catholique acquièrent une valeur considérable, car, en ces temps d'incertitude, ils offrent un soutien au catholique tout en mettant des possibilités d'identification à sa disposition, Aussi paradoxal que cela puisse paraître au premier abord, l'enthousiasme de la fin du xixe siècle pour les miracles – rappelons simplement le culte de la Vierge Marie à Lourdes – est étroitement lié à l'évolution technologique et industrielle de cette époque. À mesure que le rationalisme et le positivisme se mettent à dominer la société moderne, des carences d'ordre émotionnel et culturel font leur apparition. Plus la technique devient prépondérante et plus le monde se rationalise, plus le besoin des hommes s'accroît en exutoires irrationnels, loin des critères d'une organisation planifiée et logique. La croyance aux miracles est investie d'une fonction sociale essentielle : compensation sociale, évasion parapsychologique ou, simplement, protestation politique contre la vision du monde rationnelle et technologique imposée par la société moderne et ses représentants.

Internationalisation du catholicisme

  • 9 Cf. Altermatt, Urs, Das Fanal von Sarajevo. Ethnonationalismus in Europa, Zurich, 1996. Traduction (...)

34Un autre aspect du catholicisme moderne est lié à l'avènement des nouveaux moyens de communication et de transport : plus le monde se modernise, plus le catholicisme s'internationalise. La modernisation et le Kulturkampf renforcent les éléments internationaux de l'Église romaine qui, sous la direction de la papauté, construit une image plus ou moins unifiée d'elle-même en Europe occidentale. Dans des pays comme la Suisse, l'Allemagne et les Pays-Bas, la culture nationale est d'inspiration protestante et libérale. Les catholicismes, en revanche, sont dotés d'un caractère régional et transnational. La langue usuelle de la messe, le latin, n'est que le symbole le plus apparent de l'internationalisme catholique. C'est tout un faisceau de signes et de rites qui relie les catholiques par-dessus les frontières nationales. À l'époque du nationalisme montant, cela ne manque pas d'avoir une importance considérable. Le catholicisme romain ne peut que paraître suspect aux pères fondateurs des États nationaux modernes, en ce qu'il est une force échappant précisément à ces États et mettant en question leur identité idéologique et politique9.

35L'histoire du catholicisme suisse aux xixe e et xxe siècles ne devient compréhensible que si l'on tient compte de ces trois dimensions. La minorité locale ou régionale est en rapport constant – positif et négatif – avec l'État fédéral national et avec l'Église romaine transnationale. Que le provincialisme catholique, dans son opposition à l'État national bourgeois et libéral, se soit appuyé maintes fois sur l'aide morale de l'internationalisme romain, voilà qui rend l'histoire du catholicisme suisse si complexe et, pour de nombreux patriotes de l'État fédéral, longtemps si suspect.

La recomposition du champ religieux

36En considérant les différents facteurs de l'histoire sociale sous l'angle du catholicisme, l'historien ne manque pas d'être frappé par l'analogie des rythmes, des vagues et des périodes. En tant que tendance générale, la sécularisation suit pas à pas l'industrialisation. Loin d'être un processus linéaire, elle se déroule selon un mouvement cyclique de vagues. Il semble que les désorientations liées aux phases de dépression économique aient, sinon suscité, du moins encouragé des mouvements de renouveau religieux. L'essor actuel des phénomènes et des mouvements religieux peut être interprété en fonction des peurs engendrées par l'approche de la fin du millénaire : la religion est l'expression des peurs apocalyptiques ancestrales.

37Dans tous les cas, la vague de modernisation de l'après-guerre mit un terme à l'époque du catholicisme soutenu par un milieu, qui modela la manière de vivre et la mentalité des catholiques de 1850 à 1950. En Suisse, aux Pays-Bas et dans la République fédérale d'Allemagne, le changement de climat caractéristique de l'après-guerre entraîna la disparition du Kulturkampf latent. En Suisse, les articles d'exception frappant les jésuites et les couvents furent abrogés en 1973. Par la suite, la mentalité catholique de ghetto disparut, l'Église et la politique se décentralisèrent, et l'Église catholique put enfin faire sauter les barrières du milieu. Alors que la Conférence des évêques, avant la Seconde Guerre mondiale, ne suscitait guère d'attention en tant qu'élément de la contre-société catholique, elle obtient aujourd'hui une audience médiatique à l'échelle nationale.

38Les Églises profitèrent du fait que l'opinion publique leur accorda, en dépit de la sécularisation, la fonction de gardienne morale de la dignité humaine. Toujours est-il que les Églises ne peuvent éviter l'éclatement de fréquents conflits provoqués par la divergence des avis concernant l'étendue de leur mandat. Les Églises peuvent aborder des questions tabou, mais quelles ne viennent pas jouer au trouble-fête dans la vie quotidienne. Certes, les lignes directrices générales sont approuvées, mais elles sont catégoriquement rejetées lorsqu'elles limitent l'autonomie personnelle. Un prestige social plus grand ne signifie donc pas, pour les Églises, une autorité plus grande ; le pouvoir exercé par le pape et les évêques est essentiellement symbolique.

  • 10 Cf. Hervieu-Léger, Danièle, avec la collaboration de Françoise Champion, Vers un nouveau christian (...)

39En guise de bilan, soulignons que les Églises et le catholicisme traversent un changement profond des paradigmes en ce dernier tiers du xxe siècle. Quant à savoir s'il s'agit d'un cycle normal dans les mouvements de vagues de la société industrielle ou d'un tournant historique, la question reste ouverte. Bien que le nouveau paradigme présente pour le moment des contours imprécis, on peut tout de même affirmer que l'époque du catholicisme soutenu par un milieu est achevée. La forme sociale du milieu, qui a pu se maintenir pendant un siècle en dépit de toutes les vagues socio-économiques, se trouve dans un processus de désagrégation rapide10.

40Quant au domaine religieux en particulier, il est le théâtre d'un phénomène de regroupements et de réformations. La différenciation sociale non seulement fit éclater le vieux milieu catholique, mais elle suscita en outre l'apparition d'une multitude de nouveaux mouvements religieux qui confrontèrent la grande Église catholique à des problèmes existentiels. À gauche et à droite de cette dernière apparurent d'innombrables communautés et mouvements dont les messages s'adressent à des secteurs bien précis de la société. Dans un certain sens, le catholicisme soutenu par un milieu se transforme en une Église sociologiquement différenciée par secteurs, dont la relation avec l'Église officielle est tout à fait variable : les mouvements et communautés peuvent ou non concorder avec l'institution. Les secteurs sont généralement reconnaissables par le fait qu'ils érigent certains thèmes ou attitudes en absolus. Sommes-nous sur la voie d'une Église rassemblant selon un mode affinitraire ?

41Quoi qu'il en soit, l'Église et le catholicisme ne font plus face au monde sous forme de milieu et de contre-société, mais ils représentent la société dont ils font partie. Les conditions de l'action de l'Église dans le monde se modifièrent dans les sociétés industrielles occidentales. Des valeurs séculières comme la démocratie, la liberté d'opinion et l'égalité des droits entre homme et femme s'exercent aujourd'hui dans la sphère ecclésiastique même. À l'instar d'autres institutions, l'Église est obligée de fonder rationnellement ses normes quand celles-ci divergent des valeurs sociales standards. De nombreuses tensions au sein du catholicisme, que ce soient les discussions à propos de la morale sexuelle ou du divorce, la nomination des évêques ou les procédures disciplinaires à l'encontre d'enseignants, tiennent au fait que l'Église ne parvient que partiellement à expliquer son désaccord de manière plausible.

42La sphère catholique se pluralise dans la mesure où le catholicisme évolue vers un type de religion comparable au protestantisme ouest-européen. La fin du xxe siècle est un champ de contradictions et de décalages tels que les perspectives d'avenir relèvent de la spéculation pour les historiens. La scène religieuse est devenue, à la manière postmoderne, multicolore et sélective. Toujours est-il que, compte tenu de la situation de crise postmoderne, la culture catholique, au-delà des frontières religieuses, est l'objet d'un regain d'intérêt, car le catholicisme, selon le point de vue où l'on se place, présente à la fois des traits prémodernes et postmodernes.

Notes

1 Pour l'histoire du catholicisme en Suisse cf. Altermatt, Urs, Le catholicisme au défi de la modernité. L'histoire sociale des catholiques suisses aux xixe et xxe siècles, Lausanne, 1994. Version en allemand, italien, polonais et hongrois. Voir aussi : Altermatt, Urs, Der Weg der Schweizer Katholiken ins Ghetto. Die Entstehungsgeschichte der nationalen Volksorganisationen im Schweizer Katholizismus 1848-1919, Fribourg/Suisse, 1995, 3e éd. ; Histoire du christianisme en Suisse : une perspective oecuménique, sous la direction de Vischer, Lukas, Schenker, Lukas, Dellsperger, Rudolf, Fatio, Olivier, Genève/Fribourg, 1995. Pour l'histoire suisse cf. Andrey, Georges et al., Nouvelle histoire de la Suisse et des Suisses, Lausanne 1986. Dans cet article, je renonce à des annotations multiples en renvoyant le lecteur aux livres cités, où toutes les indications sont documentées

2 Cf. Stadler, Peter, Der Kulturkampf in der Schweiz. Eidgenossenschaft und Katholische Kirche im europäischen Umkreis 1848-1888, Frauenfeld/Stuttgart, 1984.

3 Cf. Python, Francis, Mgr Étienne Marilley et son clergé à Fribourg au temps du Sonderbund. 1846-1856 : intervention politique et défense religieuse, Fribourg, 1987 ; id., Le clergé et le pouvoir politique à Fribourg sous le régime libéral-conservateur (1856-1881), Fribourg, 1974.

4 Conzemius, Victor, Philipp von Segesser, Paris, 1991 ; id. Katholizismus ohne Rom, Zurich 1969.

5 Le débat autour de l'antisémitisme catholique en Suisse s'entama avec un certain retard. Cf. Le dossier y relatif dans la Revue ecclésiastique suisse, 92e année, Fribourg 1998 (à paraître) et Altermatt, Urs, Antisemitismes in der katholischen Schweiz, Fravenfeld 1998 (à paraître).

6 Eisner, Manuel, « Katholisch-konservative Weltbilder in gesellschaftlichen Krisenphasen », in Stolz, Fritz (éd.), Religi se Wahrnehmung der Welt, Zurich, 1988, p. 275-293.

7 Cf. Delumeau, Jean, Le christianisme va-t-il mourir ? Paris, 1977.

8 Cf. Schieder, Wolfgang, « Einleitung », in Volksreligiosität in der modernen Sozialgeschichte, Göttingen, 1986, p. 7-13.

9 Cf. Altermatt, Urs, Das Fanal von Sarajevo. Ethnonationalismus in Europa, Zurich, 1996. Traduction française en préparation.

10 Cf. Hervieu-Léger, Danièle, avec la collaboration de Françoise Champion, Vers un nouveau christianisme ? Introduction à la sociologie du christianisme occidental, Paris, 1986.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540