Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chocs et ruptures en histoire religieuse

 | 
Michel Lagrée

Avant-propos

Michel Lagrée

Texte intégral

  • 1 Histoire du christianisme, sous la dir. de Jean-Marie Mayeur, Charles et Luce Pietri, André Vauche (...)
  • 2 Le comparatisme en histoire des religions, sous la dir. de François Boespflug et Françoise Dunand, (...)
  • 3 On se gardera cependant de généraliser cette restriction, en particulier pour l'historiographie an (...)

1L'heure est aux grandes synthèses en histoire religieuse, spécialement celle du christianisme1, qui permettent de dégager les lignes de force de la recherche en ce domaine, dont la vitalité n'est plus à démontrer. Mais le rôle de ces synthèses est aussi d'encourager les études comparatistes : celles- ci sont de tradition en ce qui concerne les religions, dans leur dimension polycentrique, constituées en objet général, au sens des religious studies nord-américaines2. Elles sont beaucoup moins communes en ce qui concerne la dimension intra-chrétienne, où tendent à prévaloir, surtout pour l'époque contemporaine, des approches segmentées, par aires géographiques ou nationales correspondant à la logique, à la fois du rassemblement des sources disponibles, des écoles de chercheurs, des compétences linguistiques3. Cette segmentation géographique, si elle a l'avantage de permettre la construction de modèles interprétatifs cohérents, – par où se reconnaît en général la vitalité de telle ou telle école historique – risque de faire passer à côté des phénomènes transversaux, ceux qui se situent à l'interface, si l'on autorise cette métaphore informatique.

  • 4 « The Devotional Revolution in Ireland, 1850-1875 », The American Historical Review, vol. ixxvii, (...)
  • 5 On trouvera plus loin, dans la communication de Louis Rousseau, la liste de ses publications sur l (...)

2L'idée de cette rencontre a germé au vu du développement de débats historiographiques surgis séparément dans des aires géographiques distinctes, mais qui n'étaient pas sans résonances involontaires entre eux. Au point de départ fut le concept de Devotional Revolution, proposé il y a une vingtaine d'années par Emmet Larkin dans un article programmatique célèbre4, à propos de la transformation du catholicisme irlandais au xixe siècle. Avant la Grande Famine, le clergé était jugé notoirement insuffisant, quantitativement comme qualitativement, et les comportements religieux des populations laissaient à désirer. C'est en deux ou trois décennies que se seraient constitués l'unanimisme et la ferveur communément associés au catholicisme irlandais, mais qui seraient donc à lire comme des phénomènes récents. Or, au Québec – à tout le moins dans le diocèse de Montréal – Louis Rousseau a mis plus récemment en valeur une évolution assez comparable : la faiblesse notable du recrutement sacerdotal et religieux, les libertés prises avec l'obligation de la communion pascale, etc. disparaissent selon lui rapidement après le traumatisme créé par l'échec des insurrections patriotiques (1837-1838). À partir des années 1860, on passe à l'identification complète entre société canadienne-française et catholicisme, ainsi qu'à la proverbiale Welfare Church des bords du Saint-Laurent, laquelle traverse, intacte, le siècle qui mène à son affaissement dans la Révolution tranquille des années 19605. La parenté de situation entre les deux contrées – une tutelle britannique et protestante imposée, une identité collective passant largement par la spécificité catholique, rendait encore plus naturel le rapprochement, quoi qu'il en soit par ailleurs des relations, plus ou moins conflictuelles à l'occasion, entre Canadiens français et immigrants irlandais outre-Atlantique.

  • 6 Kloczowski, Jerzy, (dir.), Histoire religieuse de la Pologne, Paris, 1987
  • 7 Kolakowski, Lezlek, Chrétiens sans Église. La conscience religieuse et le lien confessionnel au xv (...)
  • 8 Czarnowski, Stefan, « La culture religieuse du paysan polonais », Archives de sciences sociales de (...)
  • 9 K Enewi cz, « Polish Society and the Insurrection of 1863 », Past and Present, n° 37, juillet 1967 (...)
  • 10 Voir en particulier les volumes de l'Atlas historique du Québec, sous la dir. de Serge Courville e (...)

3De proche en proche, tout cela n'était pas sans rappeler les mutations de la Pologne, connues de façon de plus en plus précise en Europe occidentale à mesure que, la solidarité intellectuelle surgie au début des années 1980 aidant, l'historiographie polonaise s'ouvrait à l'extérieur6 : à la situation de large tolérance religieuse7 et d'ouverture des élites aux Lumières, jusque dans les premières décennies du xixe siècle, succéda après 1860 la forte identification du catholicisme et de la nation polonaise jusque dans les tréfonds de la culture paysanne8, identification qui semble s'être cristallisée dans l'insurrection de 18639. Encore pouvait-on considérer qu'avec la Pologne et l'Irlande, on avait affaire à des sociétés rurales et pauvres, marquées par l'archaïsme socio-économique, alors que le Québec, comme le montre bien l'historiographie récente10, se transforma précocement, de l'état de puzzle agro-forestier, en un axe laurentien, fortement marqué par une logique de transports et d'industrie, comme il se doit dans un contexte nord-américain. Le Québec purement rural, agriculturiste, était dès lors voué à devenir une représentation, à caractère d'utopie nostalgique, comme le montre plus loin Catherine Pomeyrols.

  • 11 Le catholicisme au défi de la modernité. L'histoire sociale des catholiques suisses aux xixe et xx(...)

4Là-dessus devinrent accessibles en français les travaux d'Urs Altermatt sur la Suisse d'après la guerre du Sonderbund11 et de l'époque du Kultur-kampf. Loin des fortes tensions propres aux sociétés inégalitaires de type irlandais et polonais, on pouvait ici aligner le cas d'un pays précocement touché par l'industrialisation et l'urbanisation et aux traditions démocratiques ataviques. Pour autant, le catholicisme de subculture et de contre-société qui émergea parallèlement à la transformation du système fédéral, au lendemain de l'échec du sursaut des cantons catholiques, fait lui aussi figure d'effet rétroactif, comme engendré par l'onde de choc. Urs Altermatt estime même que la période 1850-1950, replacée dans le long terme, par rapport à l'après – ce qui n'est pas étonnant – mais même par rapport à l'avant, y compris celui de la splendeur baroque concrétisée à Einsiedeln ou Saint- Gall, représenta pour le catholicisme suisse un état religieux exceptionnel, une sorte d'akmè. Dès lors le voisinage géographique – il suffit de franchir la crête alpine – conduisait à s'interroger sur le cas de l'Italie du nord-est, cet autre territoire marqué par une forte identité religieuse, en nette dénivellation par rapport à l'Italie « rouge » voisine, romagnole ou toscane.

5Cette forte identité s'est concrétisée, aux lendemains de l'occupation autrichienne et de l'unification, avec le Movimento Cattolico, objet de maintes études de l'historiographie italienne, dans le sillage de Gabriele De Rosa.

  • 12 Tableau politique de la France de l'Ouest, Paris, Colin, 1913, rééd. 1964.
  • 13 Favre, Pierre, Naissances de la science politique en France, 1870-1914, Paris, Fayard, 1989, Quatr (...)
  • 14 « Événement et longue durée dans l'histoire sociale : l'exemple chouan », Communications, n°18, 19 (...)

6Pour un historien de l'Ouest français, ces trajectoires ne manquent pas d'harmoniques avec la constitution de la grande région armoricaine en bastion catholique, pendant et après la Révolution française, laquelle suscite les interrogations récurrentes des historiens depuis trois quarts de siècle, c'est-à-dire depuis les travaux pionniers d'André Siegfried12, au rôle fondateur dans la sociologie politique française13. Les historiens doivent en effet, dans ce cas précis, se dégager d'interprétations idéologiquement saturées, – dans un sens ou dans l'autre, mais en particulier souvent saturées par le facteur religieux – comme le rappelle plus loin Roger Dupuy. Jean- Clément Martin, à propos du cas spécifique de la Vendée, est sans doute l'auteur qui est allé le plus loin dans la description d'une identité collective, quasiment inexistante auparavant, forgée dans l'événement et constamment régénérée, par la suite, dans la mémoire : une façon de développer à l'extrême le concept d'événement-matrice proposé naguère par E. Leroy-Ladurie14. Ce qui a conduit Philippe Boutry à transposer l'hypothèse à l'expérience lyonnaise de la ville meurtrie de 1793, devenue le phare du catholicisme français durant le premier xixe siècle

  • 15 Lagrée, Michel, « Du bon usage des « chocs » en histoire religieuse », Journée d'études du Centre (...)

7Un tel faisceau de convergences, dégagé empiriquement, semblait appeler la confrontation, voire la recherche d'une modélisation théorique, à propos de la vertu, dans l'histoire du catholicisme contemporain, des crises, au sens fort du terme, c'est-à-dire des phases d'évolution rapide, accoucheuses de transformations spectaculaires. J'ai tenté naguère une première réflexion en ce sens, sans doute à la fois présomptueuse et prématurée15. En effet, pour « frotter » des dossiers historiques les uns aux autres, de façon à dégager d'éventuelles corrélations, mieux vaut sans doute mettre en présence ceux qui les ont constitués dans leur complexité. Dès lors la confrontation organisée dans ce colloque est à entendre en deux sens, externe et interne.

8La première question, en se plaçant d'un point de vue externe, est de savoir s'il est légitime de déceler une parenté, et quelles sont les limites de la comparaison, entre les situations, à priori si hétérogènes, que l'on a évoquées plus haut. Encore s'est-on donné les moyens de réduire cette hétérogénéité. Une rapide évaluation chronologique, par la répartition sur une courbe imaginaire, conduit en effet à observer que la plupart de ces crises, si l'on met à part l'antériorité du cas français, se situent dans les décennies médianes du xixe siècle, marquées par une transformation rapide, et du champ religieux, et des sphères économiques, sociales et politiques.. D'autre part, l'idée d'étendre l'investigation aux Réveils protestants, qui pouvait pourtant paraître s'imposer sur un pareil thème, a finalement été écartée pour permettre une meilleure focalisation. La conséquence en est que la comparaison, pour d'évidentes raisons, ne portera ici que sur l'œkoumène catholique et, plus encore, sur des fragments bien individualisés de cet œkoumène, des sortes de buttes-témoin. C'est à l'uniatisme, confession de l'entre-deux et comme telle, vouée plus qu'une autre au laminage, qu'on a demandé une sorte de contre-épreuve

  • 16 En particulier chez David Miller, « Irish Catholicism and the Great Famine », Journal of Social hi (...)
  • 17 La plus radicale mise en cause émane de Thomas McGrath, « The Tridentine Evolution of Modem Irish (...)
  • 18 Corish, Patrick J., The Catholic Community in the seventeenth and eighteenth Centuries, Dublin, 19 (...)
  • 19 Le catholicisme entre Luther et Voltaire, 2e ed., (Jean Delumeau et Monique Cottret), coll. Nouvel (...)
  • 20 La progression rapide des effectifs de religieuses, antérieure à 1850, conduit à relativiser la cé (...)

9La deuxième question se place d'un point de vue interne. Ne faut-il pas examiner de plus près chaque évolution ? Des voix discordantes se sont élevées en effet, ici ou là, pour nuancer sensiblement, sinon contredire, le modèle d'évolution évoqué plus haut et qu'on pourrait résumer sous la forme : « conversion collective dans la crise ». L'hypothèse de la Devotional Revolution, comme il en va souvent des modèles historiques forts, après avoir fait autorité16, a été nuancée, voire mise en cause par un certain nombre d'historiens du catholicisme irlandais17. Ces derniers invitent à réévaluer sensiblement la situation d'avant la grande famine, d'une part en critiquant les instruments de mesure18 – le problème se pose aussi, on le verra, au Québec –, d'autre part en distinguant entre la norme ecclésiastique et les comportements populaires. Sans doute peut-on voir ici une retombée du débat suscité, à peu près au même moment, par les thèses célèbres de Jean Delumeau sur le degré de christianisation prétridentine inféré à partir de la dialectique du prescrit et du vécu19 Comme souvent en histoire religieuse aujourd'hui, la dimension du genre et du « catholicisme au féminin » contribue elle aussi à la remise en cause des modèles établis20. Un débat du même ordre s'est élevé, au Québec, entre René Hardy et Louis Rousseau, et a donné lieu à un échange nourri de publications. L'historien trifluvien, comme on le verra plus loin, appelle à relire de près les sources, tant en amont des rébellions patriotiques - pour y relativiser le tableau péjoratif proposé – qu'en aval, où il lit du contrôle social – avec toutes ses limites au demeurant - plutôt qu'une conversion intérieure... S'agissant enfin de la Vénétie, Marcello Malpensa nous invite, et c'est une sage leçon de méthode historique, à rechercher tout autant les éléments de continuité que de rupture, sous peine d'anachronisme.

  • 21 Cf. les travaux de la plupart des spécialistes en histoire moderne : Alain Croix, La Bretagne aux (...)
  • 22 Cf. Michel Lagrée, Mentalités, religion et histoire en haute Bretagne au xixe siècle : le diocèse (...)

10Quant à l'Ouest armoricain, le débat reste toujours ouvert entre les historiens. On peut mettre l'accent sur le fait qu'au plan religieux, la révolution ouvre une sorte de parenthèse dans un processus plus large et qui la surplombe : la réforme tridentine, sans doute antérieure de deux siècles ici par rapport à l'Irlande. La parenthèse refermée, c'est la continuité de l'héritage tridentin, tant dans l'action pastorale du clergé que dans l'intériorisation par les fidèles, qui retient l'attention21. On peut aussi soutenir que la révolution constitue un point de cristallisation indépassable, générateur de mémoires antagonistes dont les derniers effets ont été perçus jusqu'à nos jours. Le clivage entre Bleus et Blancs constitue une structure fondamentale des identités collectives, même si c'est à l'intérieur d'une méta-identité catholique – où l'on retrouve l'héritage tridentin – qui le transcende22. Si le processus de rétroaction religieuse, après la Révolution, paraît très long dans l'Ouest intérieur (Mayenne, Vendée) où la pratique pascale masculine augmente encore entre le xixe et la première moitié du xxe siècle, le phénomène semble moins avéré en Bretagne, sans qu'on dispose d'explication satisfaisante sur ce point.

11On a donc cherché ici à explorer les richesses et les limites du comparatisme. En invitant les participants à mettre l'accent, au-delà des éléments factuels des dossiers, sur les questions soulevées, en particulier d'ordre méthodologique, on prenait volontairement, en mettant à découvert la marge d'interprétation, – comme on le verra pour le Québec et la Suisse – le risque d'ouvrir l'espace du débat épistémologique. Mais c'est bien, après tout, la raison d'être de la recherche historique.

Notes

1 Histoire du christianisme, sous la dir. de Jean-Marie Mayeur, Charles et Luce Pietri, André Vauchez, Marc Vénard, 9 volumes parus à ce jour.

2 Le comparatisme en histoire des religions, sous la dir. de François Boespflug et Françoise Dunand, Paris, Cerf, 1997.

3 On se gardera cependant de généraliser cette restriction, en particulier pour l'historiographie anglo-saxonne. Cf. European religion in the Age of Great Cities, 1830-1930, Edited par Hugh McLeod, Londres et New-York, Rutledge, 1993. Le même H. McLeod, conjointement avec Werner Ustorf, est à l'initiative d'une large réflexion dans un cadre européen : The Decline of Christendom in Western Europe, 1750-2000, colloque tenu à Paris, 9-12 avril 1997 (à paraître)

4 « The Devotional Revolution in Ireland, 1850-1875 », The American Historical Review, vol. ixxvii, n°3, juin 1972, repris dans Emmet Larkin, The Historical Dimensions of Irish Catholicism, 3e ed., The Catholic University of America Press, Wahington, DC, Four Courts Press, Dublin, p. 57-89.

5 On trouvera plus loin, dans la communication de Louis Rousseau, la liste de ses publications sur le sujet. Signalons en particulier, pour son caractère systématique, L. Rousseau et Frank W. Remiggi, « Le renouveau religieux montréalais au xixe siècle : une analyse spatio-temporelle », Studies in Religion/Sciences religieuses, 1992, xx & 4, p. 431-454

6 Kloczowski, Jerzy, (dir.), Histoire religieuse de la Pologne, Paris, 1987

7 Kolakowski, Lezlek, Chrétiens sans Église. La conscience religieuse et le lien confessionnel au xviie siècle, Paris, 1969.

8 Czarnowski, Stefan, « La culture religieuse du paysan polonais », Archives de sciences sociales des religions, 1988, n°65/1, p. 7-23. Rappelons que c'était déjà une démarche comparatiste, de la Pologne aux États-Unis, qui avait permis à William I. Thomas et à Florian Znaniecki, d'approfondir la connaissance des mentalités collectives des ruraux polonais : The Polish Peasant in Europe and America, vol. 1 et 2, Chicago University Press, 1918 ; vol. 3 à 5, Boston, Badger, 1920

9 K Enewi cz, « Polish Society and the Insurrection of 1863 », Past and Present, n° 37, juillet 1967, p. 130-147.

10 Voir en particulier les volumes de l'Atlas historique du Québec, sous la dir. de Serge Courville et Normand Seguin : Le pays laurentien au xixe siècle : les morphologies de base ; Population et territoire ; Le territoire Québec, Presses de l'Université Laval, 1996-1997.

11 Le catholicisme au défi de la modernité. L'histoire sociale des catholiques suisses aux xixe et xxe siècles, Lausanne, Payot, 1993.

12 Tableau politique de la France de l'Ouest, Paris, Colin, 1913, rééd. 1964.

13 Favre, Pierre, Naissances de la science politique en France, 1870-1914, Paris, Fayard, 1989, Quatrième partie

14 « Événement et longue durée dans l'histoire sociale : l'exemple chouan », Communications, n°18, 1972, repris dans Le Territoire de l'historien, Paris, Gallimard, 1973, p. 169-186

15 Lagrée, Michel, « Du bon usage des « chocs » en histoire religieuse », Journée d'études du Centre de Recherche bretonne et Celtique, Brest, 3 décembre 1994, Kreiz 4, Études sur la Bretagne et les pays celtiques, 1995, p. 133-147

16 En particulier chez David Miller, « Irish Catholicism and the Great Famine », Journal of Social history, vol. 9 (1975) et chez Sean Connolly, Priests and People in pre-famine Ireland, 1780-1845, Dublin, 1982

17 La plus radicale mise en cause émane de Thomas McGrath, « The Tridentine Evolution of Modem Irish Catholicism, 1563-1962 ; A Re-examination fo the « Devotional Revolution » Thesis », Irish Church History today, ed. by Réamonn ó Muiri, Cumann Seanchais Ard Mhacha, Armagh, s.d, p. 84- 99

18 Corish, Patrick J., The Catholic Community in the seventeenth and eighteenth Centuries, Dublin, 1981. The Irish Catholic experience : a Historical Survey, Dublin, 1985.

19 Le catholicisme entre Luther et Voltaire, 2e ed., (Jean Delumeau et Monique Cottret), coll. Nouvelle Clio, Paris, PUF, 1996.

20 La progression rapide des effectifs de religieuses, antérieure à 1850, conduit à relativiser la césure de la Famine en ce domaine. Cf. Cleaf, Caitriona, Nuns in Nineteenth-Century Ireland, Dublin, 1987 ; Peckam, Mary L., Catholic Female Congregations and Religious Change in Ireland, 1770-1870, Ph. D., University of Wisconsin-Madison, 1993

21 Cf. les travaux de la plupart des spécialistes en histoire moderne : Alain Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècle : la vie, la mort, la foi, 2 vol., Paris, Maloine, 1981 ; Alain Croix et Fañch Roudaut, Les Bretons, la mort et Dieu de 1600 à nos jours, Paris, Messidor/Temps actuels, 1984 ; Georges Provost, « Le Pèlerinage en Bretagne aux xviie et xviiie siècles », thèse de doctorat, 3 vol., Univ. Rennes 2 ; 1995 (à paraître). « À bien des égards, le xixe siècle marque l'apogée du christianisme tridentin en Bretagne » conclut également Georges Minois, autre moderniste (Histoire religieuse de la Bretagne, Paris, Gisserot, 1991, p. 89)

22 Cf. Michel Lagrée, Mentalités, religion et histoire en haute Bretagne au xixe siècle : le diocèse de Rennes (1815-1848), Paris, Klincksieck, 1977 ; « Les catholiques républicains dans l'Ouest breton », colloque : Catholiques entre Monarchie et République. Monseigneur Freppel en son temps, 1792-1892- 1992, Paris, Letouzey et Ané, 1995, pp. 55-65 ; « Identité religieuse contre identité politique : le cas du catholicisme « bleu » en Bretagne », Colloque Religion et identité (Aix-en-Provence, 24-26 octobre 1996, UMR TELEMME), à paraître.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540