Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les parlers de la foi

 | 
Michel Lagrée

4e partie. Religion et sémantique

Les contenus religieux en breton au xviiie siècle : vocabulaire et doctrine

Fañch Roudaut

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Est-il vraiment nécessaire de rappeler quelques évidences, par exemple que le breton au xviiie siècle est langue majoritaire dans la moitié occidentale de la péninsule armoricaine, mais en même temps langue dominée, truchement indispensable dans la communication avec le peuple pour des élites dont les langues de culture sont le français et le latin ? Élites au premier rang desquelles figure le clergé, formé à sa tâche dans les deux langues précitées et tenu, s'il veut se faire comprendre de la majorité des fidèles (une majorité qui se rapproche de la globalité dans les campagnes), de faire passer son message dans une troisième langue.

2Ce message passe par divers canaux, qui ne seront pas tous évoqués dans cette étude. Nourrie de recherches déjà anciennes, elle entend poser quelques éléments de comparaison entre les contenus religieux que véhiculent la langue officielle et l'idiome régional, rappeler que, si les ressemblances l'emportent, l'on peut néanmoins mettre en évidence quelques nuances.

Les sources

  • 1 La prédication en langue bretonne à la fin de l'Ancien Régime, thèse dactyl., 2 tomes, Paris, EHES (...)
  • 2 Archives départementales du Finistère, des Côtes-d'Armor, du Morbihan, d'Ille-et-Vilaine, Archives (...)

3Le matériau utilisé pour cet article est composé de sermons et de livres de dévotion. Les premiers se présentent sous la forme de manuscrits datant presque tous du dernier demi-siècle de l'Ancien Régime. Étudiés dans le cadre d'une thèse de troisième cycle, soutenue en 19751, ils constituent un ensemble de quelque 3 000 pages de textes, ressortissant presque entièrement au genre du sermon, une prédication qui peut être qualifiée d'“extraordinaire”, dans la mesure où elle ne se donnait qu'en des occasions exceptionnelles, et notamment lors des stations de Carême et d'Avent. Le recours à de tels documents ne vient pas d'un choix, il tient aux hasards de la conservation archivistique. L'exploration des ressources de plusieurs lieux, publics et privés, où il était raisonnable d'espérer trouver des textes de prédication2, n'a en effet guère fait apparaître de manuscrits se rattachant à une prédication plus familière, du type homélie ou prône.

4En ce qui concerne les imprimés, par contre, le matériau utilisé est le résultat d'une sélection dans une production relativement diversifiée. C'est ainsi que je n'ai pas retenu les cantiques ni les catéchismes. S'agissant des seconds, une comparaison de ce type de manuels d'enseignement religieux pour l'évêché de Léon (édition bretonne de 1766, éditions françaises de 1721, 1779 et 1781) n'a révélé aucune différence notable entre breton et français. Les cantiques, quant à eux, nécessitent une étude très longue avant que l'on puisse se prononcer sur leur originalité. Les travaux déjà publiés n'apportent pas, à ma connaissance, d'élément important d'information concernant le sujet de cette journée d'étude.

  • 3 Ils ont déjà fourni la matière d'une contribution intitulée “La littérature religieuse en breton”, (...)

5Les livres dont il sera question ici sont donc les seuls ouvrages de dévotion3 destinés, au moins primitivement, à l'usage individuel, même si, on le sait, la lecture publique est fréquente dans des sociétés où la proportion d'analphabètes reste forte.

Convergences

Un exemple : le contenu des sermons au xviiie siècle

6Le manque d'originalité des sermons bretons par rapport à leurs homologues français apparaît dès l'examen des sujets traités par les prédicateurs. L'examen de leur liste, fournie par l'étude des titres, tels que les prédicateurs les ont formulés ou, à défaut, tels que la lecture des textes les suggère, permet de mettre en relief six centres principaux d'intérêt :

7Nombre de sermons

8les fins dernières 42

9les sacrements 42

10le(s) péché(s) 36

11la (les) vertu(s) 22

12les dévotions 17

13Dieu 16

  • 4 Louis Graveran (1745, Brest – 1815, Crozon), dont les sermons sont conservés à l'évêché de Quimper

14Quarante-deux sermons traitent donc des sacrements ; en fait, si l'on met à part un sermon sur le mariage, deux sacrements seulement sont abordés : la Pénitence – vingt-et-un sermons – et l'Eucharistie – vingt –. L'importance relative du second sacrement est grossie par les dix sermons pour la communion des enfants, qui proviennent essentiellement des papiers du même prédicateur4, et que l'on pourrait qualifier de sermons de circonstance. Restent donc dix sermons sur la communion, dont cinq sont consacrés à “la mauvaise communion” ou à “la communion indigne”. Celle-ci est généralement le corollaire d'une mauvaise confession. La multiplicité des sermons sur la Pénitence – quatre –, son “délai” – un-, sa nécessité – deux –, sur l'examen avant la confession – un –, le bon propos – un –, la contrition – deux –, ou la confession en général – dix –, atteste que ce sacrement est, aux yeux des prédicateurs, le plus important de tous.

  • 5 Le breton drouk prezeg signifie à la fois médisance et calomnie.

15Il permet en effet de se laver du péché. Celui-ci est traité dix-sept fois de manière globale : le péché – cinq – le péché mortel – sept –, la rechute dans le péché – trois –, péché et Pénitence – deux –. Les péchés contre lesquels on veut le plus lutter sont d'une part l'ivrognerie, d'autre part, la médisance5 parfois appelée la “détraction”, auxquels sont consacrés cinq sermons. Viennent ensuite, avec deux sermons chacun, le mauvais exemple, la luxure, les jurements. L'usure, les tentations volontaires et involontaires, “la colère et l'inimitié contre l'amour du prochain” n'ont droit chacun qu'à un sermon.

16La vertu la plus souvent évoquée est la persévérance : quatre sermons. Il est vrai qu'il s'agit là, avec son antithèse, la rechute dans le péché, d'un sujet classique de fin de station ou de retraite. Les autres vertus traitées sont, par ordre d'importance décroissante, la restitution – trois –, le pardon des injures et la souffrance – deux – puis, avec un sermon pour chacun, la foi, la mortification des passions, l'amour des ennemis, les bonnes œuvres, l'aumône, la chasteté, la fuite des occasions, le respect des dimanches. Sans doute peut-on rattacher à ce centre d'intérêt deux sermons sur les devoirs réciproques des parents et des enfants et un autre sur les devoirs des maîtres et des serviteurs. La vertu, c'est-à-dire le bien, ce sont aussi les sermons sur ce que l'on pourrait appeler les dévotions : la messe – six –, la Sainte Vierge – quatre –, la croix – trois –, les saints – deux –, le respect dû aux églises – un –, et le “pardon” (nom local de la fête patronale) – un–.

17C'est autour de Dieu que je regroupe les quatre sermons sur le Saint-Esprit, les deux sermons pour Noël et les deux autres sur le nom de Jésus, ainsi que les sermons sur la Trinité, sur la connaissance de Jésus-Christ, sur la présence de Dieu, sur sa miséricorde, sur l'amour pour lui, sur le “bon pasteur” et enfin sur la dévotion au Sacré-Cœur et sur celle à la mort et à la passion de Jésus-Christ.

18Le dernier centre d'intérêt, et ce n'est pas le moins important, concerne les fins dernières de l'homme. On peut y rassembler les sermons sur la mort – trois –, sur la pensée de la mort – quatre –, sur la pénitence différée ou l'impénitence finale – deux –, sur la mort du pécheur – trois – et enfin sur la mort du pécheur et celle du juste – un –. Après la mort, vient le Jugement – deux –, jugement dernier – deux – ou jugement particulier –un –. Il faut y penser, en réfléchissant à l'importance du salut – cinq – et au petit nombre des élus – trois –. Trois destinées en effet attendent les humains après la résurrection – quatre – : le Purgatoire – deux –, le Paradis – quatre –, ou l'Enfer – six –.

  • 6 Très longs sermons qui étaient donnés le Vendredi Saint.
  • 7 Abbé Pierre Leboeuf, “Une collection de sermons manuscrits”, Bulletin de la Société des Sciences H (...)

19Cette classification que je propose regroupe tous les sermons du corpus, sauf six Passions6. Les préoccupations des prédicateurs étaient sans doute les mêmes ailleurs qu'en Basse-Bretagne. La personne qui a procédé à une “rapide analyse” d'une autre collection de sermons manuscrits dans une région différente du royaume, a noté que “les thèmes abordés ne sont pas très variés. Il faut signaler particulièrement la fréquence des sujets sur le péché, la pénitence, le salut qui sont traités dans le goût de l'époque, c'est-à-dire avec force menaces de l'enfer et en dénonçant les progrès de l'incrédulité”7. Les sermonnaires imprimés mettent aussi l'accent sur les mêmes sujets. Des quatre-vingt-douze Sermons sur les plus importantes matières de Loriot, vingt-huit concernent le péché, vingt-trois la Pénitence et dix les fins dernières de l'homme.

Traductions et/ou modèles

Les sermons :

  • 8 Prêtre cornouaillais (1755 ?, Guengat - 1789, Gourlizon), dont les sermons sont conservés aux Arch (...)
  • 9 Collection intégrale et universelle des orateurs sacrés..., lère série, t. XXXI, col. 125-1310, Lo (...)

20La comparaison avec Loriot n'est pas le fait du hasard. Le premier manuscrit que j'ai lu ouvrait des horizons sur le manque d'originalité des prédicateurs, En tête d'un sermon de 1781 sur la confession, Nicolas Le Gall8 a en effet indiqué que son discours était “tiré de L'oriot” ; puis, page dix, dans la marge de son manuscrit, et en face de la seconde division de son premier point, il a noté : “il faut que je mette en place de cette 2e division la 3e division de chevassu qui est la mau[vaise] disposition du pénitent”. Je n'ai, malheureusement, retrouvé, dans le reste du corpus, aucune allusion à des emprunts faits à quelque sermonnaire imprimé en français, et je n'ai eu ni le temps, ni le courage, de consulter la masse considérable des recueils de sermons qui furent publiés dans le royaume aux xviie et xviiie siècles, et de les comparer avec tous les sermons du corpus. Il m'a cependant semblé qu'il pouvait être intéressant de confronter ces sermons avec ceux des deux auteurs que l'un des prédicateurs bretons avait eu la bonté d'indiquer. Pour des raisons matérielles, je n'ai pu utiliser pleinement que l'édition de Migne9, ce qui fait que l'étude a été limitée à un seul ouvrage de chacun de ces deux sermonnaires.

  • 10 [Cousin], Dictionnaire biographique et bibliographique des prédicateurs et sermonnaires français, (...)

21Le P. Julien Loriot (1633, Laval - 1715), membre de l'Oratoire, a laissé des Sermons sur les épîtres de tous les dimanches de l'année (3 tomes, Paris, 1713), des Sermons pour l'Octave du Saint-Sacrement (Paris, 1700) et des Sermons sur les plus importantes matières de la morale chrétienne, à l'usage de ceux qui s'appliquent aux Missions, & de ceux qui travaillent dans les Paroisses (8 volumes, 7 tomes, 2e édition, Paris, 1697). Ce dernier recueil est le seul que j'ai utilisé. C'est sans doute le plus important des ouvrages de Loriot, ne serait-ce que parce que “ce sont les sermons du père Lejeune qu'il avait pris pour son modèle dans les missions, mis en meilleur français”10. Le P. Jean Lejeune, plus connu sous le nom du “Père aveugle” (1592-1672), avait été le grand missionnaire de l'Oratoire et s'était fait remarquer par ses qualités d'adaptation à des auditoires de basse condition.

  • 11 Joseph-Romain Joly fait “l'éloge de M. Chevassu, curé des Rousses”, dans son Histoire de la prédic (...)

22Les trois sermonnaires du P. Loriot furent d'abord publiés sans indication de son nom. Il en alla de même pour le Missionnaire Paroissial, qui parut à Lyon en 1753. L'auteur, “ancien curé du diocèse de Saint-Claude”, était l'abbé Joseph Chevassu (1674-1752)11 Son ouvrage comprend quatre tomes, deux de Prônes pour tous les dimanches de l'année, deux de Conférences sur le symbole des Apôtres, sur les sacrements et sur les commandements de Dieu et de l'Église. Seuls, les deux premiers volumes ont servi à cette étude.

  • 12 Dans une édition de 1823, parue à Paris chez Demonville, et qui reprend, en modifiant l'ordre des (...)

23Il ne m'a pas paru inutile d'ajouter, à ces deux sermonnaires, l'œuvre d'un Jésuite, et, en la circonstance, d'un membre éminent de la Compagnie, Louis Bourdaloue (1632-1704), dont je pouvais facilement consulter les œuvres complètes12.

  • 13 Ce recours au plagiat n'était pas le fait des seuls prédicateurs en langue bretonne. À Paris, au x (...)

24La comparaison des œuvres de ces trois prédicateurs avec les sermons de mon corpus a permis de constater que quinze des manuscrits bretons utilisés étaient inspirés, à des degrés divers, de sermons de Bourdaloue – trois –, de Chevassu – sept – de Loriot – cinq –. Or, des dizaines de prédicateurs ont vu imprimer leurs sermons au xviiie siècle, et il ne faut pas oublier les rééditions d'œuvres antérieures. Il est donc fort probable que la poursuite de la recherche des modèles des sermons aurait montré qu'une bonne partie – peut-être la quasi-totalité – du corpus n'était rien d'autre qu'une traduction, plus ou moins libre, des sermonnaires imprimés qui circulaient à cette époque dans le royaume13.

Les livres de dévotion :

  • 14 . Et bien au-delà de 1789. Les Heures de Le Bris, dont la première édition date du début du viiie s (...)
  • 15 H. Pérennes “Quelques auteurs de cantiques bretons”, dans Bulletin Diocésain d'Histoire et d'Arché (...)
  • 16 J'ai pris le parti de ne donner qu'en français le titre de la plupart des ouvrages qui sont cités (...)
  • 17 La traduction de Marigo serait même la troisième, si l'on en croit l'épître de Ropars à Mgr de Coë (...)
  • 18 Claude Langlois, Le diocèse de Vannes au xixe siècle : Paris, Klincksieck, 1974, p. 427 sq, parle (...)

25Les prêtres bretons dont les œuvres furent imprimées au xviiie siècle ne faisaient guère preuve d'une plus grande originalité. C'est un prêtre léonard, Charles Le Bris (v. 1660-1737), qui est le principal auteur des ouvrages religieux qui circulaient en Bretagne à la fin de l'Ancien Régime14. Une bio-bibliographie établie en 192615 lui attribue douze titres. Parmi les plus importants, l'on peut citer les Réflexions profitables sur les fins dernières, les Heures bretonnes et latines, les Préparations à la mort et une traduction de l’Introduction à la vie dévote16. On doit à un autre écrivain, cornouaillais cette fois, une production importante, quoique moins abondante : il s'agit de Claude Marigo, l'auteur d'une Vie des Saints, de l'Abrégé de l'Évangile et d'une traduction de l'Imitation de Jésus-Christ (approbation de 1753). Une autre traduction avait déjà paru au siècle précédent (approbation de 1689), due à un autre prêtre cornouaillais, Yves Ropars17, qui écrivit également un Bouquet de la mission, sans doute une traduction de Leuduger18.

  • 19 Instruction var an excellanç, ar froez an indulgeançou bras hac an deveryou a Vreuriez ar Rosera, (...)

26Les traductions jouent un rôle essentiel dans la production imprimée bretonne d'Ancien Régime. Outre ceux des ouvrages déjà cités qui appartiennent à ce genre, l'on peut noter que Le Bris indique que ses Préparations à la mort sont la traduction d'un livre d'un Jésuite, le P. Crasset, et que c'est une œuvre d'un autre membre de la même compagnie, le P. Parvilliers, qui a servi de modèle aux Stations de notre Sauveur en sa Passion. Dans sa préface à l'“Instruction sur l'excellence, les fruits, les grandes indulgences et les devoirs de la confrérie du Rosaire”, Le Bris écrit, à propos des “livres français” : “J'en ai lu au moins six ou sept qui sont bien approuvés, particulièrement un qui est intitulé le Rosaire perpétuel de la très sainte et sacrée Vierge, imprimé avec la permission de l'Ordinaire de Nantes en 1645, et un autre appelé le Rosier mystique, imprimé à Rennes en 1698”19.

27L'impression générale qui ressort de la lecture des titres et de l'étude des sources est donc que les auteurs bretons n'ont pas fait preuve de plus d'originalité que les prédicateurs du corpus et que le fidèle bretonnant est nourri de la même doctrine que son contemporain francophone.

Différences

28Les convergences l'emportent donc nettement. Pourtant, les traductions ne sont jamais intégrales, comme on peut le constater aujourd'hui en comparant les sermons bretons à leurs modèles français. S'agissant des livres, ou du moins d'une partie d'entre eux, les auteurs bretons expliquent d'ailleurs une partie des raisons des différences existant entre leurs œuvres et celles dont ils s'inspirent.

Différences liées aux particularités du vocabulaire

29Le breton ne pourrait pas servir à exposer certains points un peu délicats de la morale. C'est en tout cas ce que pense le plus fécond de nos écrivains, Charles Le Bris, quand il explique, en tête de son Introduction d'ar vuez devot, dans une “Epitres... (à ses) tres-honores Peres et treschers confrères” dont il est inutile de préciser qu'elle est rédigée en français : “J'ay obmis les deux Chapitres, qui traitent des Bals et des Danses, et qui m'ont paru fort inutiles et même dangereux pour le menu peuple, aussi-bien qu'une partie du Chapitre qui traite de l'honnêteté du lit Nuptial, ou j'ay mis une petite transition en la place des choses que la simplicité et la naïveté de cet Idiome auroient rendu trop sensibles, et trop chatouilleuses”.

  • 20 Pedennou hac instruction christen evit servichout da heuriou brezonec ha latin e faver ar bobl sim (...)
  • 21 Épître à Mgr de Coëtlogon.
  • 22 A.D. Fin., 100 J 829.

30Cas extrême d'autocensure revendiquée, révélatrice aussi d'une difficulté souvent évoquée par les auteurs contraints d'employer une langue dont ils jugent réduites les possibilités d'exprimer l'abstraction. Un vicaire général de Cornouaille félicite ainsi l'auteur d'un livre d'avoir su expliquer tant de choses “dans une langue aussi pauvre et aussi difficile que le breton”20. Ropars parle, dans sa préface à la traduction de l'Imitation, de “la stérilité de la Langue Bretonne”21. Certains des prêtres qui ont répondu à l'enquête ministérielle de 1811 sur les idiomes et patois de l'Empire Français ne sont pas plus tendres à l'égard de leur langue maternelle” : Goulven Le Fur, curé de Landerneau, écrit que “cette langue quoique très expressive, est extrêmement stérile”22.

  • 23 P. Hyacinthe De Montargon, Dictionnaire apostolique, t. I, p. 246 et passim. Cité par A. Bernard, (...)

31Cette certitude de l'infériorité du breton n'a pu que renforcer les prédicateurs dans leur tendance à mettre l'accent sur la morale plus que sur le dogme, une orientation qui n'est pas propre à la Basse-Bretagne. Il ne parle en effet pas de notre région, le Jésuite qui “ne veut pas [...] que l'on s'étende trop sur les dogmes”, pour que “les fidèles ne soient pas contrariés de voir qu'on porte en chaire des matières réservées aux catéchismes.”23. Cette raison de la mise à l'écart, au moins relative, du dogme n'est pas négligeable. Pour les fidèles qui auraient oublié ce qu'ils avaient appris aux catéchismes ou qui voulaient approfondir leurs connaissances, il existait en effet des “conférences”, sortes de cours d'instruction religieuse par demandes et réponses, qui traitaient par exemple des sacrements ou des commandements de Dieu et de ceux de l'Église.

  • 24 A.D. Fin., 6 J 49.
  • 25An infidelite positif eo an incredulite, pehini a laqua ar christenien da dotteti voar ar mysteri (...)
  • 26 A.D. Fin., 6 J 49.

32Mais l'orientation essentiellement morale des sermons peut aussi s'expliquer par les difficultés particulières qu'éprouvaient les prédicateurs bas-bretons à parler du dogme. Les prêtres qui se risquaient à exposer des points de détail de la doctrine ne pouvaient guère le faire qu'en essayant de bretonniser les termes français ou latins qu'ils trouvaient dans les traités de théologie. Le résultat n'était généralement pas heureux. C'est ainsi que l'auteur d'un sermon sur la foi24 annonce qu'il y a deux sortes de péchés contre la foi, an infidelite negatif et an infidelite positif Certes, il explique ensuite, toujours en s'aidant de mots français25, le contenu de ces deux notions. Mais il est peu probable que son auditoire ait été capable de retenir assez bien les courtes définitions qu'il en a données, pour se rappeler quelques minutes plus tard ce que recouvraient les locutions d'infidélité négative ou positive. Le même obstacle linguistique se manifeste dans un sermon sur la Trinité26 où, sur les cent-deux lignes du sermon qu'il consacre à l'exposé de ce mystère, le prédicateur en a écrit environ dix-huit en latin et une en français, ce qui fait que près du 1/5e de ce passage était prononcé dans des langues incompréhensibles aux auditeurs.

Différences liées à l'adaptation au public ou à la vision qu'en a le clergé

33La volonté des ecclésiastiques bretonnants de s'adapter à ce qu'ils pensent être les besoins spirituels et les capacités intellectuelles de leur public a renforcé leur tendance à insister sur la morale au détriment du dogme. Marigo, par exemple, fait précéder sa version de l'Imitation d'un avis “au savant lecteur” où il annonce qu'il a supprimé “certains endroits trop relevés et trop sublimes pour eux”, eux, c'est-à-dire “un chef de ménage, ou un homme obligé de gagner sa vie par le travail de ses mains, tels que sont les Bretons de la campagne”.

  • 27 A.D. Fin., 6 J 49, “sermon sur l'enfer”, “pour le lundy apres le premier dimanche du caresme” ; “a (...)
  • 28 Le mot aotrou (monsieur) n'est employé que pour désigner des individus remarquables, avec lesquels (...)
  • 29 Prêtre trégorois, né à Loguivy-Lannion, curé de Saint-Clet avant la Révolution, recteur à partir d (...)
  • 30 Il ne faudrait cependant pas exagérer l'effort de simplification. Quand un autre prédicateur rempl (...)

34Cette adaptation apparaît aussi dans certains sermons manuscrits. Il serait facile de multiplier les exemples de volonté du prédicateur d'adapter le vocabulaire à son auditoire. Ainsi, l'auteur de deux sermons sur l'enfer27, qui s'est inspiré de Loriot, remplace-t-il l'original “messieurs28 par “chrétiens” (christenjen) ou “mes frères” (va breudeur). Il essaye aussi de trouver des équivalents pour certains termes difficiles, et il y arrive, en remplaçant, par exemple, “appréhender vivement” par “avoir peur” (caouët aon), “solitaires” par “ermites” (hermitet), “la peine du dam” par “la peine de la perte” (ar poan eus ar coll). Louis Omnès29, traduisant Bourdaloue, adopte une politique encore plus systématique de substitution de mots simples à certains des termes compliqués employés par son modèle30.

  • 31 o. c., p. 612.
  • 32 “Doué en deus discarguët gant rustony ar poes eus e urech uoar non ; ma bréét en deus evald lan ués (...)

35Le désir de mettre le discours à la portée du public est peut-être plus net dans certains ajouts, comme celui où le prédicateur breton introduit quelques images locales. Là où Loriot a écrit : “Dieu a déchargé rudement son bras sur moi, il m'a broyé, il m'a pressé comme un vigneron presse sa vendange”31, le texte breton développe ainsi : “Dieu a déchargé avec rudesse le poids de son bras sur moi, il m'a broyé comme de l'ajonc sauvage, il m'a pressé, comme le fruitier presse les raisins, pour en tirer le vin, et les pommes pour faire du cidre”32.

  • 33 L'habitude de compter en réaux s'est conservée jusqu'à nos jours. Elle serait d'origine espagnole (...)

36L'on peut également parler d'adaptation au public, quand il devient impossible de trouver un équivalent français pour certains mots du corpus. Ce cas de figure est extrêmement rare, puisqu'il ne s'est présenté que trois fois. Les termes en question sont an anaon, qui désigne les âmes des trépassés et, plus spécialement dans le corpus, celles du Purgatoire, pensea, verbe qui, dans le contexte où il est employé, indique l'action de cueillir les épaves apportées par la mer, et real, unité de compte équivalente à cinq sols33, qui n'existait pas en français. Il est vrai qu'il ne faut pas accorder une importance démesurée à la rareté des mots “bretons” intraduisibles par un équivalent français de même nature. En effet, les réalités quotidiennes de la société rurale bretonne d'Ancien Régime étaient très proches de celles qui existaient dans la France de cette époque.

  • 34 Cf, supra, p. 149 et n. 32.
  • 35 A.D. Fin, 6 J 49, sermon “sur la necessite de la penitence” :s[an]t yan vadezour (...) ne sebré me (...)
  • 36 A.D. Fin, 6 J 49, “sermon de la restitution” L'auteur parle des serviteurs qui sont “sollicités pa (...)

37La recherche de différences “bretonnes” s'apparente en fait à un jeu de patience. C'est ainsi que, lorsqu'ils veulent désigner une boisson alcoolisée, les prédicateurs préfèrent parler du vin que du cidre qui, il est vrai, ne connaissait pas encore en Basse-Bretagne l'extension qu'il prit au siècle suivant. Au total, et alors qu'un grand nombre de sermons mentionnent le vin, deux seulement parlent du cidre. Dans l'un d'entre eux, le prédicateur ajoute à l'exemple du vigneron, celui du paysan qui presse ses pommes34. Un autre auteur explique que saint Jean-Baptiste “ne mangeait [...] aucun morceau de pain et ne buvait ni cidre ni vin”35 mais, à la page suivante, il ne reproche aux ivrognes que l'usage du vin. Il peut, d'ailleurs, paraître étonnant que les deux prédicateurs qui citent le cidre emploient, pour le désigner, le mot français (sidre, cidre), alors qu'ils disposaient d'un équivalent breton ou, du moins, bretonnisé (chistr). La rareté des allusions aux spécificités locales est générale. Un seul sermon, parlant des larcins commis par les domestiques, cite la toile et les sardines36, produits qui, surtout le premier, étaient pourtant répandus dans la région.

  • 37 L'auteur traite, dans ces deux sermons, l'un en français, l'autre en breton, de la conversion diff (...)

38Les prédicateurs éprouvaient beaucoup moins de gêne à parler d'un autre genre de divertissement défendu, l'ivrognerie. Il n'est pas possible de dire si la Basse-Bretagne se distinguait déjà par l'imprégnation alcoolique. Le fléau devait pourtant être bien répandu. C'est ainsi que Graveran ajoute, dans un sermon en breton, “l'ivrogne”, là où le sermon français qu'il traduit, ne mentionne que “l'injuste” et “le libertin”37. D'autre part, cinq textes du corpus sont consacrés à l'ivrognerie et rares sont les sermons où ce péché ou ceux qui le commettent ne sont pas évoqués au moins une fois.

  • 38 A.D. Fin., 4 J 7, sermon sur les “obligations des m[aî]tres et des serviteurs ad invicem” (1748).
  • 39 A.D. Fin., 4 J 7.
  • 40 Sans doute s'agit-il, non d'un sermonnaire, mais d'un livre de piété, intitulé Reflexionou profita (...)

39À côté de ces additions au texte français, les prédicateurs se livrent à des soustractions. Celles-ci, bien que je ne me sois pas livré dans ce domaine à une statistique rigoureuse, m'ont paru plus nombreuses que celles-là. Il peut s'agir de coupures nettes et précises portant, soit sur un mot ou sur une phrase, soit sur des passages entiers du sermon utilisé comme modèle. Un sermon d'Omnès sur la confession, inspiré de Bourdaloue, offre de nombreux exemples de ces suppressions. Leur but principal était, sans doute, de donner au sermon une longueur qui ne dépassât pas les normes habituelles. Un autre texte du corpus38 constitue un cas intéressant de ce genre. L'auteur y utilise le procédé de la coupure, mais aussi celui du résumé, pour des passages qu'il trouve trop longs. Il prend en effet deux discours de Loriot et il essaie d'en faire tenir la substance dans un seul sermon, qui lui permette de parler à la fois des devoirs des maîtres et de ceux des serviteurs. En fait, la première partie suit assez bien le texte, ou plutôt une partie du texte, de Loriot. La seconde partie s'en éloigne beaucoup plus. Cela pourrait s'expliquer par une plus grande contribution personnelle du prédicateur breton au second point qu'au premier. Dans ce cas, il aurait ajouté de nombreux passages de son cru, ou inspirés soit de livres, en breton ou en français, soit de sermons manuscrits. Cette hypothèse n'est pas invraisemblable. C'est à un travail de ce genre que N. Le Gall dit s'être livré pour la composition d'un sermon sur l'enfer39, à la fin duquel il a écrit : “tiré des sermons nouveaux des quatre fins dernières de lhomme en breton40 et d'un manuscrit par moi Nicolas Le Gall curé de Gourlizon l'an 1785 pour le 21 janvier”.

40Les contenus religieux que la pastorale orale ou écrite véhicule en langue bretonne au xviiie siècle n'apparaissent pas comme fondamentalement différents – et cela eût été contraire à la volonté des prêtres bas-bretons – de ce que l'on peut connaître des équivalents de langue française à la même époque. Le décalage chronologique parfois important qui existe entre un texte français et sa version bretonne – et cela est particulièrement net dans la littérature imprimée – n'infirme pas cette impression, car les œuvres, originales ou non, ayant servi de modèles, continuent de circuler en français.

41Faut-il dès lors s'entêter à lire les textes religieux en breton et surtout à essayer d'en définir le contenu ? La réponse me paraît devoir être positive car ils sont destinés à des publics qui ne sont certes pas homogènes socialement, mais où ne figurent pas les élites. Disons, pour simplifier, que ces discours s'adressent au peuple, et ceci est encore plus vrai d'un genre de prédication sur lequel tout n'a pas encore été dit : celle qui passe par l'image, par les tableaux dits de mission, une forme d'enseignement dont l'usage a été de plus en plus réservé aux seuls bretonnants au fur et à mesure que l'on s'avance dans l'époque contemporaine.

  • 41 Les différences ne seraient, bien sûr, pas non plus dépourvues d'intérêt.

42Cela n'était pas encore le cas au xviiie siècle. Mais, puisque les utilisateurs du breton s'adressent surtout au peuple, il est à l'évidence intéressant de voir si les comparaisons sont possibles avec les autres régions du royaume où les contenus religieux passent aussi par une langue populaire différente du français. Il ne me semble pas, au terme de cette journée d'étude, que les autres aires linguistiques, à en juger par l'exemple des terres occitanes, aient connu le même mouvement que la Basse-Bretagne de traduction des classiques de la littérature de dévotion. Les comparaisons entre productions en diverses langues régionales pourraient, par contre, porter sur le terrain des cantiques ou celui des sermons. Les éventuelles convergences41 qui apparaîtraient alors permettraient de mieux cerner les contenus religieux que les prêtres essayaient de diffuser auprès du peuple, elles permettraient de mieux connaître la religion des pauvres.

Notes

1 La prédication en langue bretonne à la fin de l'Ancien Régime, thèse dactyl., 2 tomes, Paris, EHESS ; Brest, UBO.

2 Archives départementales du Finistère, des Côtes-d'Armor, du Morbihan, d'Ille-et-Vilaine, Archives de l'Évêché de Quimper, Bibliothèques municipales de Brest, Quimper, Saint-Brieuc, Bibliothèque de l'abbaye de Landévennec.

3 Ils ont déjà fourni la matière d'une contribution intitulée “La littérature religieuse en breton”, dans Jean Balcou et Yves Le Gallo (dir.), Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, Paris, Champion ; Genève, Slatkine, 1987,1.I, p. 231-243.

4 Louis Graveran (1745, Brest – 1815, Crozon), dont les sermons sont conservés à l'évêché de Quimper.

5 Le breton drouk prezeg signifie à la fois médisance et calomnie.

6 Très longs sermons qui étaient donnés le Vendredi Saint.

7 Abbé Pierre Leboeuf, “Une collection de sermons manuscrits”, Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne, 103e vol., 1969-1970, p. 226. La base de l'étude est un ensemble de 91 textes de prédication conservés aux Archives de l'Yonne et datés de 1750 à 1826.

8 Prêtre cornouaillais (1755 ?, Guengat - 1789, Gourlizon), dont les sermons sont conservés aux Archives départementales du Finistère, 4 J 7.

9 Collection intégrale et universelle des orateurs sacrés..., lère série, t. XXXI, col. 125-1310, Loriot ; 2e série, t. XCIV, col. 13408, Chevassu, Prônes..

10 [Cousin], Dictionnaire biographique et bibliographique des prédicateurs et sermonnaires français, précédé d'un essai historique sur l'éloquence de la chaire, par B. De Roquefort, Paris, Persan ; Lyon, Périsse, p. 155.

11 Joseph-Romain Joly fait “l'éloge de M. Chevassu, curé des Rousses”, dans son Histoire de la prédication ou la manière dont la parole de Dieu a été prêchée dans tous les siècles, Amsterdam ; Paris, Lacombe, 1767, p. 519.

12 Dans une édition de 1823, parue à Paris chez Demonville, et qui reprend, en modifiant l'ordre des matières, la publication faite par le Père Bretonneau de 1707 à 1735.

13 Ce recours au plagiat n'était pas le fait des seuls prédicateurs en langue bretonne. À Paris, au xviiie siècle, “l'abbé Dinouart (...) constate qu'on se jette sur les sermonnaires imprimés”, A. Bernard, Le sermon au xviie siècle : étude historique et critique sur la prédication en France, de 1715 à 1789, Paris, Albert Fontemoing, 1901, p. 390 et n. 3.

14 . Et bien au-delà de 1789. Les Heures de Le Bris, dont la première édition date du début du viiie siècle, furent dévote, elle fut publiée au moins jusqu'en 1874, si l'on en croit le Catalogue des imprimés de ta Bibliothèque Nationale, t. LIV, 1913, p. 786-787, qui lui attribue l'édition qui parut cette année-là à Brest, chez J.-B. et A. Le Fournier.

15 H. Pérennes “Quelques auteurs de cantiques bretons”, dans Bulletin Diocésain d'Histoire et d'Archéologie, Quimper, 1926, p. 38-47.

16 J'ai pris le parti de ne donner qu'en français le titre de la plupart des ouvrages qui sont cités dans ce développement. La grande majorité des mots qui composent ces titres appartiennent à une langue qui est du français à peine bretonnisé.

17 La traduction de Marigo serait même la troisième, si l'on en croit l'épître de Ropars à Mgr de Coëtlogon, où il parle “d'une copie qui avoit déja paruë, quoique non finie ,. & si remplie de fautes qu'on ne l'imprimoit plus”.

18 Claude Langlois, Le diocèse de Vannes au xixe siècle : Paris, Klincksieck, 1974, p. 427 sq, parle des Instructioneu Santel, de Pourchasse, qui sont une traduction du Bouquet de la Mission et qui ont paru en 1758. Le titre réel du livre de Ropars est Instruction christen pe arBoquet eus ar mission...

19 Instruction var an excellanç, ar froez an indulgeançou bras hac an deveryou a Vreuriez ar Rosera, Quimper, S.M. Perrier, [v. 1768] (la première éd. serait de 1722), préface, p. [xii-xiii] :."(...) Lêvryou Gallec (...). Beza em-eus lennct daviana ur c'huec'h pc seiz hac a so approuvet-mad, particulieramant unan pehini so intitulet le Rosaire (...) Vierge, imprimet gant permission an Ordinal eus à Naonet er bloaz 1645. hac un all galvet \e Rosier mystique, imprimet er Roazon er bloaz 1698".

20 Pedennou hac instruction christen evit servichout da heuriou brezonec ha latin e faver ar bobl simpl (Prières et instructions chrétiennes pour servir d'heures bretonnes et latines en faveur du menu peuple), Quemper, S. M. Perier, 1760. L'auteur de la citation est Juli. Ar Goff (Julien Le Goff), recteur de Guiscriff, qui donne son approbation à l'ouvrage en 1723.

21 Épître à Mgr de Coëtlogon.

22 A.D. Fin., 100 J 829.

23 P. Hyacinthe De Montargon, Dictionnaire apostolique, t. I, p. 246 et passim. Cité par A. Bernard, o. c., p. 463-464.

24 A.D. Fin., 6 J 49.

25An infidelite positif eo an incredulite, pehini a laqua ar christenien da dotteti voar ar mysteriou ar re urassa.

26 A.D. Fin., 6 J 49.

27 A.D. Fin., 6 J 49, “sermon sur l'enfer”, “pour le lundy apres le premier dimanche du caresme” ; “autre sermon de l'eternitee des peines d'enfer pour le vendredy apres le 2 dimanche du caresme”.

28 Le mot aotrou (monsieur) n'est employé que pour désigner des individus remarquables, avec lesquels on entretient des rapports d'inférieur à supérieur : an aotrou Doue (le Seigneur Dieu), an aotrou sant X... (Messire saint X...). Le seul cas où le terme aotrou soit utilisé pour une personne vivante, est constitué par un dialogue entre Thomas More et sa femme.

29 Prêtre trégorois, né à Loguivy-Lannion, curé de Saint-Clet avant la Révolution, recteur à partir de 1804.

30 Il ne faudrait cependant pas exagérer l'effort de simplification. Quand un autre prédicateur remplace “les sanglots” de Loriot par “des paroles de componction” (compsou a componction), il introduit un terme dont la compréhension par son auditoire n'est pas évidente.

31 o. c., p. 612.

32 “Doué en deus discarguët gant rustony ar poes eus e urech uoar non ; ma bréét en deus evald lan ués ; ma goäsquet en deus eguis ma teu ar froëssaër da goescal ar resin, evid tenna ar guin à neso, hag en aualou euid ober cidre”. A.D. Fin., 6 J 49, sermon sur l'éternité des peines d'enfer, déjà cité.

33 L'habitude de compter en réaux s'est conservée jusqu'à nos jours. Elle serait d'origine espagnole et a pu être introduite en Basse-Bretagne soit à l'occasion des guerres de la Ligue, soit, plus probablement, en raison des relations commerciales avec l'Espagne.

34 Cf, supra, p. 149 et n. 32.

35 A.D. Fin, 6 J 49, sermon “sur la necessite de la penitence” :s[an]t yan vadezour (...) ne sebré memés tam baras a na evé na sidre na guin'. L'on peut noter, au passage, que Matthieu (III, 4) et Marc (I, 6), qui sont les seuls Évangélistes à parler de l'alimentation du Précurseur, ne mentionnent ni le pain, ni les boissons.

36 A.D. Fin, 6 J 49, “sermon de la restitution” L'auteur parle des serviteurs qui sont “sollicités par leurs voisins de donner en cachette et en secret de la farine, des grains, de la toile, des sardines, et d'autres choses”, “sollicitet gant o amesein da rei dré cus ac é secret bleut had, lien, sardin a traou al”.

37 L'auteur traite, dans ces deux sermons, l'un en français, l'autre en breton, de la conversion différée.

38 A.D. Fin., 4 J 7, sermon sur les “obligations des m[aî]tres et des serviteurs ad invicem” (1748).

39 A.D. Fin., 4 J 7.

40 Sans doute s'agit-il, non d'un sermonnaire, mais d'un livre de piété, intitulé Reflexionou profitabl var ar finveziou diveza deus an den (Réflexions profitables sur les fins dernières de l'homme ; le titre ajoute “evit instruction ar bopl', pour l'instruction du peuple). Cet ouvrage de Charles Le Bris parut pour la première fois à Saint-Pol-de-Léon en 1722, et fut édité à Quimper en 1777 (H. Pérennes, “Quelques auteurs de cantiques bretons”, dans Bulletin Diocésain d'Histoire et d'Archéologie ; Quimper, 1926, p. 38-49), ce qui pourrait expliquer l'épithète de “nouveaux” que Le Gall, qui est Cornouaillais, donne à ce qu'il appelle des “sermons”. Les prêtres étaient d'ailleurs invités à se procurer ce livre, comme en témoigne ce placard publicitaire qui figure au bas d'un mandement imprimé de visite générale pour le Léon (A.D. Fin., 92 G 3 ; le mandement est du 12 août 1722) ; “Messieurs les Recteurs sont priés d'avertir leurs paroissiens qu'ils trouveront chez Jean Joseph Le Sieur Imprimeur de Monseigneur l'Évêque un nouveau livre intitulé REFLEXIONOU PROFITABL (...) fort utile au public et commode aux Prédicateurs bretons”.

41 Les différences ne seraient, bien sûr, pas non plus dépourvues d'intérêt.

Auteur

Centre de Recherche bretonne et celtique. Université de Bretagne occidentale (Brest)

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540