Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les parlers de la foi

 | 
Michel Lagrée

1re partie. Études de cas

L’Académie bretonne au grand séminaire de Quimper

Christian Brunel

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 G. Cholvy, “Régionalisme et clergé catholique au xixe siècle”, Régions et régionalisme en France, (...)
  • 2 M. Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, chap. VI et VIL

1En 1974, lors du colloque de Strasbourg, consacré à “Régions et régionalisme en France”, Gérard Cholvy, désireux d“‘attirer l’attention sur une question qui semblait être restée à peu près dans l’ombre”, établissait une précieuse périodisation des relations entre enseignement religieux et langues maternelles au xixe siècle1. Vingt ans après, “le temps des synthèses est toujours prématuré” à l’échelon hexagonal et c’est du côté des sociolinguistes plus que des historiens que sont venus les travaux les plus novateurs. Seule, à notre connaissance, la récente thèse d’État de Michel Lagrée a établi un bilan des recherches à un niveau régional, à travers l’exemple breton2. Bien des pistes restent à explorer ou à poursuivre et les études monographiques demeurent pour l’instant, plus que jamais, indispensables.

  • 3 Des bénédictins érudits aux prêtres régionalistes. Actes du colloque de Montpellier, juin 1983, so (...)
  • 4 AEQ (Archives de l’évêché de Quimper), 2H300-302.

2Notre contribution porte sur la troisième période distinguée par G. Cholvy, intitulée “la défense des traditions menacées”, qu’il fait débuter à la fin du Second Empire, à une époque où, dans les terres de chrétienté, le grand nombre de prêtres permet au clergé paroissial de se livrer à des travaux d’érudition historique ou linguistique, à la composition de poésies et cantiques célébrant la gloire antique des saints locaux et les vertus champêtres3. En 1984, le chanoine Le Floc’h, archiviste de l’évêché de Quimper, découvrait dans le fonds du grand séminaire trois cahiers de format écolier, contenant les comptes rendus de l’Académie bretonne, de 1894 à 1921, soit au total 770 pages manuscrites4. Nous nous bornerons ici à une présentation descriptive des activités et idées des membres de cette association, nous réservant d’analyser ce matériau très riche dans un travail en cours. Après avoir évoqué rapidement le contexte de sa naissance, nous dégagerons les grandes lignes directrices de son programme, puis nous évoquerons quelques-unes des réactions des autres séminaristes à celui-ci.

La naissance de l’Académie bretonne

3L’Académie bretonne, encore appelée Kenvreuriez ar Brezoneg (littéralement la Confrérie du breton), est fondée le 14 février 1894 par six séminaristes, trois bretonnants et trois non bretonnants, dont son président, Alfred Laurié, né à Mirebeau, dans le diocèse de Poitiers, dont le père est venu travailler à Brest. Elle connaît des débuts difficiles et précaires. Les premières séances se tiennent “sans feu ni lieu” (na ti nag oz), dans le bois de Kerfoennek, dépendance du grand séminaire, où les séminaristes sont laissés libres de leurs loisirs lors de la promenade du jeudi.

  • 5 Lukian Raoul, Geriadur ar skrivagnerien ha yezhourien, s.l. Al liamm, 1992, p. 76-77 et 283.

4Les associations vivent souvent le temps de leurs animateurs. L’Académie bretonne était peut-être plus que d’autres sensibles aux changements, car le bureau, renouvelé à la fin de chaque année, était dirigé par les séminaristes du cours de philosophie. Parmi les six fondateurs, deux connurent une certaine renommée de leur vivant, Bernard Cozanet et Jean-Pierre L’Helgoualc’h, auteurs de poésies et de cantiques5. Le premier président, Alfred Laurié, de 1894 à 1897, mourut avant même d’avoir été ordonné prêtre.

  • 6 Abbé Henri Poisson, L’abbé Jean-Marie Perrot (1877-1943), Rennes, Plihon, 1955, et L. Raoul, op. c (...)

5Jusqu’en 1901, l’Académie entra plus ou moins en sommeil. Il faut attendre l’arrivée, en octobre 1901, de Jean-Marie Perrot, pour que l’association connaisse son véritable départ. Celui-ci laissera un souvenir inoubliable chez tous ses condisciples du grand séminaire et, longtemps après son départ, sa personnalité rayonnante sera l’objet de conversations animées. Dès cette époque, il fait figure d’homme d’une vitalité extraordinaire, au caractère entier, ne laissant personne indifférent, ses laudateurs comme ses plus farouches adversaires6. Le rapporteur A. Le Louët dresse de lui ce portrait dans son compte rendu de la séance du 18 novembre 1902 de la conférence des œuvres :

  • 7 AEQ, 2H312, 18 novembre 1902.

M. Perrot, celtisant de marque, sait la question bretonne : il traite son sujet avec une ampleur et une richesse peu ordinaires. Celtisant convaincu, il veut faire passer un peu de son ardente conviction dans l’âme de ceux qui l’écoutent. On dirait qu’il parle pro domo : c’est cela d’ailleurs, il ne ménage pas les arguments, il n’est pas avare non plus de traits piquants et pleins d’esprit malicieux contre ceux qui en théorie ou en fait se trouvent être les adversaires de la langue bretonne7.

6L’Académie naît dans un contexte de vive tension entre l’Église et l’État. Les catholiques assistent, à partir des années 1880, à leur recul dans tous les domaines, politique, social, éducatif, scientifique. L’idéal de sécularisation, de laïcisation de la Révolution acquiert force de loi. En Bretagne, la virulence de l’anticléricalisme est à la mesure de la toute-puissance du clergé, accusé de ne pas collaborer, à l’instar des instituteurs publics, pire, de faire obstacle à la politique de “nationalisation” et d’intégration à l’espace étatique des régions périphériques, au particularisme récalcitrant. “Les prêtres bretons, écrit Émile Combes, veulent tenir leurs ouailles dans l’ignorance en s’opposant à la diffusion de l’enseignement et en n’utilisant que la langue bretonne dans les instructions religieuses et le catéchisme. Les Bretons ne seront républicains que lorsqu’ils parleront français.” Il pratique ce qu’il reproche à ses adversaires, assimiler langue et politique. Nommé président du Conseil, en même temps que ministre de l’Intérieur et des Cultes, il enjoint aux préfets des trois départements comptant une population en majorité ou en partie bretonnante, dans sa circulaire du 29 septembre 1902, de recourir à des suppressions de traitement pour “usage abusif” du breton.

  • 8 Gérard Cornillet, “Kroaz ar Vretoned”, ur gelaouenn e brezhoneg. He stourm evit ar yezh, Lesneven, (...)
  • 9 Jean-Yves Guiomar, Le bretonisme. Les historiens bretons au xixe siècle, Mayenne, Impr. de la Manu (...)
  • 10 Sur cette période, voir, outre M. Lagrée, les contributions d’Yves Le Gallo, de Jean Le Du et Yves (...)

7L’action de la Kenvreuriez s’inscrit dans le mouvement qui se développe au sein du clergé dans la dernière décennie du xixe siècle, qui n’a plus pour seule préoccupation un objectif pastoral, mais entend défendre, développer et enseigner la langue et l’histoire de la Bretagne pour elles-mêmes, pour leurs valeurs intrinsèques. L’organisation d’un enseignement du breton dans les écoles primaires catholiques, sous le patronage de l’Association bretonne et des frères de l’Instruction chrétienne, se met en place, à laquelle il faut ajouter quelques initiatives individuelles, telle celle du frère Constantius à Landivisiau. Il ne s’agit pas, dans l’esprit de ses initiateurs, d’un enseignement du breton pour le breton, mais d’un enseignement bilingue, du français par le breton. Des cours de breton sont fondés à l’intérieur des institutions de formation du clergé et des cadres catholiques locaux. Les grands séminaires de Saint-Brieuc et de Vannes suivent l’exemple de Quimper, mais, à la différence de celui-ci, l’impulsion est donnée par la hiérarchie, en particulier dans le Morbihan sous l’influence du vicaire général Jégouzo. Des cours sont également créés au petit séminaire de Sainte-Anne-d’Auray et dans les collèges Saint-Charles à Saint-Brieuc et Notre-Dame à Guingamp. De nombreuses troupes de théâtre voient le jour, surtout dans le Léon et dans le Vannetais, dans le cadre des patronages naissants, dont la plus célèbre est celle de l’abbé Le Bayon à Sainte-Anne-d’Auray, qui rêve d’un véritable Oberammergau breton. Les journaux et revues en breton se multiplient : Kroaz ar Vretoned (1898) à l’adresse du public bretonnant des Côtes-du-Nord, Feiz ha Breiz (1900), surtout lu dans le Léon, et Dihunamb (1905) dans le Vannetais8. Un glissement s’opère du champ culturel au champ politique, par le truchement de l’Union régionaliste bretonne, fondée en 1898, qui favorise le passage du mouvement bretoniste, littéraire et érudit du xixe siècle9, à ce qu’il est convenu d’appeler, d’un terme générique, le mouvement breton ou emsav qui se développera au xxe siècle, évoluant, dans sa fraction la plus radicale, vers un nationalisme aux ambitions séparatistes10.

Les fondements du lien Foi et Bretagne

Un devoir de religion

  • 11 AEQ 2H300, p. 10.
  • 12 Charles Paul, ibid., p. 107-108.

8Les membres de l’Académie bretonne prennent soin de noter, à maintes reprises, que leur association n’a pas été fondée par “pure curiosité, à la façon d’un archéologue qui veut étudier un vieux monument11” ni uniquement “pour des motifs d’ordre littéraire, historique ou artistique, motifs pourtant très élevés et très suffisants par eux-mêmes”, mais avant tout par “devoir de religion12”. Son but est d’aimer et de faire aimer la Bretagne aux “jeunes aspirants au sacerdoce”, appelés à exercer, pour la plupart, des ministères ruraux.

  • 13 A. Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles, Paris, Maloine, 1981, t. I, p. 27.
  • 14 Sur la situation sociolinguistique À cette époque, voir F. Broudic, La pratique du breton de l’Anc (...)
  • 15 AEQ, 2H300, p. 11.

9Au tournant des xixe et xxe siècles, le breton est la langue quotidienne de la grande majorité des populations rurales et maritimes. Les quelques mots appris de la langue d’État ne permettent pas d’entretenir une conversation suivie, et encore moins d’entendre un sermon, même si le français gagne du terrain, surtout depuis “l’entrée en communication” de la Basse-Bretagne, moins par un déplacement vers l’Ouest de la frontière linguistique, qui reste à peu près stable, que par “pourrissement de l’intérieur”, pour reprendre l’expression d’Alain Croix13 : influence des villes, des côtes, des migrations internes et définitives et, nouveaux facteurs déterminants dans l’accélération du mouvement, de l’école obligatoire et de la conscription généralisée14. Il s’ensuit, écrit un académicien, “la nécessité pour le prêtre d’étudier et de pratiquer la langue bretonne sous peine pour lui de restreindre la portée et la fécondité de son ministère. Il est difficile d’aller au peuple lorsqu’on ne connaît pas sa langue15.”

  • 16 Ibid., p. 71-72.
  • 17 A. Croix, F. Roudaut, F. Broudic, Les chemins du paradis. Taolennoù ar baradoz, Douarnenez, Le Cha (...)

10Il est non seulement du devoir du futur prêtre de connaître le breton, mais de bien le maîtriser. J.-M. Perrot s’élève contre un préjugé discriminatoire : “On reconnaît bien qu’il est nécessaire avant de prêcher en français de l’apprendre dix ans et plus, et savamment. [...] Mais quant à la langue bretonne, on en sait toujours assez. [...] Notre race, comme la française, aime un langage pur et vrai.” Il établit un parallèle entre un beau sermon breton, qui captive une assistance attentive et silencieuse, suspendue aux lèvres de l’orateur, et un prédicateur “au breton bâtard”, qui endort son auditoire. “La vocation est (alors) loin d’être fructueuse. Or celui qui fait dormir son auditoire n’est-il pas stérile ? Donc il trahit sa vocation16”. Les travaux d’A. Croix et de F. Roudaut sur les taolennoù, ces célèbres tableaux de mission qui ont servi d’auxiliaires aux missionnaires du xviie siècle jusque vers 1950, ont bien mis en évidence l’importance de la magie du verbe du “tableauteur” sur les populations, y compris les plus “tièdes”17.

  • 18 AEQ 2H300, p. 12.
  • 19 Arguir Gristen Cunduet hac Enchet en oll Circonstançou eus e Vuez(Le vrai chrétien conduit et guid (...)

11II est également nécessaire d’apprendre à parler et à écrire le breton de manière raisonnée. Si les membres de l’Académie bretonne expriment leur désir de voir l’orthographe du breton unifiée, “fixée une fois pour toutes”, ils se refusent à entrer dans les controverses incessantes au xixe siècle, “inutiles au but que nous poursuivons18”, entre les contempteurs du brezhoneg beleg, ce breton de curé ou “bourgeois”, truffé de gallicismes, et ceux qui, à l’exemple de ce prêtre, considèrent qu’“il vaut mieux être critiqué et blâmé par les savants que n’être pas compris des fidèles19”. Tout en adoptant une position modérée au sujet de l’orthographe, la Kenvreuriez s’inscrit dans le mouvement de “purification” de la langue de Le Gonidec et de ses continuateurs jusqu’à François Vallée, personnage central des études linguistiques et du mouvement breton catholique naissant, avec lequel les académiciens sont en correspondance régulière.

Un devoir national : une contre-politique de la langue

12La langue définit un territoire spécifique, un ordre social, marqué pour les chrétiens du signe de la croix. Pour Charles Paul,

  • 20 AEQ 2H300, p. 119 et 122.

le peuple breton est de sa nature même chrétien, ces deux mots sont synonymes. [...] Il a donné à l’Armorique en même temps que sa langue, la foi chrétienne. [...] Ainsi, dès le début, la foi chrétienne et la langue bretonne se sont données la main en Armorique et leur alliance a duré depuis parce que, unies aux traditions bretonnes antérieures, elles ont formé un véritable bloc, semblable par sa dureté et sa cohésion au granit qui forme notre sol20.

  • 21 Maurice Olender, Les langues du paradis. Aryens et Sémites, un couple providentiel Paris, Le Seuil (...)

13L’auteur reprend ici l’idée de nature, de qualités natives qui déterminent ou non la solidité de l’alliance entre le peuple et le christianisme, dont on connaît la longue tradition dans la pensée traditionaliste catholique, en particulier sur l’origine des langues21.

  • 22 Article paru pour la première fois dans la Revue des deux mondes, 1er février 1854.

14Afin de donner plus d’autorité à son argumentation, Charles Paul fait longuement appel au Renan de La poésie des races celtiques, pour qui “la douceur des mœurs et l’exquise sensibilité” des peuples celtiques les prédisposaient au christianisme et les opposent aux peuples germaniques, dont le protestantisme n’est que la résurgence d’une résistance à une christianisation forcée. “Le christianisme, écrit Renan, s’adressant de préférence aux sentiments humbles de la nature humaine, rencontrait ici des disciples admirablement préparés. Aucune race n’a si délicatement compris le charme de la petitesse ; aucune n’a placé l’être simple, l’innocent, plus près de Dieu22”.

15La destruction ou l’affaiblissement de la langue bretonne, c’est-à-dire du lien qui unit le peuple à son passé chrétien, à sa foi, signifierait, selon les académiciens, la ruine et la disparition de la Bretagne en tant qu’entité propre.

  • 23 AEQ 2H300, p. 122-123.

Que l’une d’entre elles vienne à sombrer, poursuit Charles Paul, c’en est fait de l’autre : le bloc entier s’écroule, et cela se produirait fatalement par la disparition de la langue. La langue, a-t-on dit avec raison, est l’âme d’un peuple ; cette parole est surtout vraie du peuple breton : qu’il se laisse détacher de sa langue, les liens qui le rattachaient au passé seraient alors rompus, il cesserait d’exister comme peuple breton, comme peuple croyant23.

  • 24 Ibid., p. 74. Voir par exemple le résumé par F. Perón des leçons d’histoire données par J.-M. Perr (...)
  • 25 J.-Y. Guiomar, Le bretonisme..., op.cit., chap. VI et VII.

16L’histoire légitime le discours national. Il apparaît donc nécessaire aux académiciens de rappeler le passé des ancêtres qui ont lutté et vécu pour Dieu et pour la défense de la patrie bretonne. L’histoire de la Bretagne “est un long poème élevé par les siècles à la gloire de Dieu”, écrit J.-M. Perrot, qui se charge des premières leçons24. Pour marquer l’importance de ce cours régulier, celui-ci est confié à un membre influent qui devient en général président de l’Académie bretonne l’année suivante. Il est placé sous le patronage érudit de La Borderie, dont J.-Y. Guiomar a récemment mis en lumière la place centrale qu’il occupe dans le développement de l’historiographie religieuse bretonne, en particulier dans les études hagiographiques de la seconde moitié du xixe siècle25.

  • 26 AEQ 2H300, p. 73.
  • 27 “Que Dieu vous bénisse”, à laquelle salutation la personne répond : “Merci à vous”, ou, plus litté (...)
  • 28 AEQ 2H300, p. 74.

17L’étude de la littérature, des chants et des cantiques bretons, qui exaltent la ferveur des ancêtres et la richesse du passé national, occupe également une partie des séances. La religion est aussi intéressée au maintien des coutumes bretonnes, que le président de la Kenvreuriez invite le clergé à recueillir auprès de “ces bons vieux dont les lèvres n’ont jamais été souillées par un mot profane” et à les rassembler dans un recueil qui sera “le plus précieux des trésors26”. Là où “le Français dit : “Bonjour, il fait chaud ; bonsoir, il pleuvra demain”, le Breton dit : “Doue r’ho pennigo, Bennoz Doue deoc’h”27. Tandis que les premières salutations sont d’insipides banalités, déclare J.-M. Perrot, les salutations bretonnes sont chrétiennes. Le nom de Dieu ne brûle pas les lèvres des Bretons et leurs salutations sont de pieuses prières28”.

  • 29 Ibid., p. 97-100. Conférence Miossec, “Ar brezonek er skoliou”, 2 mars 1902.

18Les académiciens dénoncent les différents moyens mis en place par les gouvernements pour détruire tout caractère breton, afin de normaliser l’espace linguistique étatique, de réduire les “poches” de résistance et la toute-puissance du clergé, accusé de participer à leur préservation : le choix d’administrateurs et également d’évêques parmi des personnes extérieures à la Bretagne, la conscription qui éloigne les Bretons de leur pays et les envoie dans des régions où ils se voient contraints d’apprendre quelques rudiments de français pour échapper aux risées de leurs camarades de chambrée ; l’école où la langue bretonne est proscrite, les élèves punis, humiliés29.

  • 30 Ibid., p. 123.

Nos gouvernements athées savent bien, déclare Charles Paul, que dans une nation composée comme la France de races différentes, l’unification complète des mœurs et des idiomes entraînera avec elle l’étiolement des caractères et des volontés, lequel n’est lui-même que le prélude de l’indifférence religieuse et finalement de l’irréligion, leur but final30.

19Pour empêcher la réalisation de ce dessein, J.-M. Perrot lance un appel à ses condisciples :

  • 31 Ibid., p. 76. “Nous sommes toujours Bretons. Bretons gens résistants”, Brizeux.

Est-ce que, prêtres, nous serons d’accord avec les cœurs sans foi pour détruire de nos mains les remparts de la foi que nous avons mission de défendre ? Cette cause que beaucoup décrient, que l’autorité ne soutient pas, est difficile, mais nous sommes Bretons, et Bretons quand même, et Bretons toujours. Ni zo bepred Bretoned, Bretoned tud kalet31.

Les académiciens face à leurs contradicteurs

20Les séminaristes ne sont pas unanimes sur la question bretonne, sur l’indéfectibilité des liens entre la foi et la langue bretonne et l’efficacité de celle-ci en tant que “rempart de la cause religieuse”, contrairement à une opinion largement répandue à l’époque par les républicains anticléricaux pour légitimer son interdiction en chaire et au catéchisme.

21Les membres de l’Académie bretonne n’hésitent pas à reprocher au clergé son absence de conviction, voire sa complicité, ouverte ou passive, à la politique linguistique de l’État à l’école. J.-M. Perrot ne s’embarrasse pas, comme à son habitude, de précautions oratoires et juge sévèrement les “prétentions” des parents et des instituteurs,

  • 32 Ibid., p. 44, discours d’ouverture, 24 octobre 1901.

même parmi les chrétiens, [...] qui croient de leur devoir d’empêcher les enfants de parler le breton. Les prêtres eux-mêmes ne font rien pour extirper ces croyances. Il faut, disent-ils, suivre la mode et quand on leur parle de soutenir la langue bretonne, ou les confréries qui ont été fondées pour la défendre, beaucoup secouent la tête en disant : “ ce n’est pas à nous de nous mêler de ces histoires-là !” Le dimanche suivant, on les entendra faire leur sermon appris rapidement dans un livre français quelconque, et ils s’imagineront avoir fait leur devoir32 !

  • 33 Ibid., p. 69-76. Discours lors du huitième anniversaire de l’Académie bretonne, 20 février 1902 et (...)

22Le président de la Kenvreuriez constate que “l’attitude du clergé en général a été l’indifférence, quand elle n’a pas été l’hostilité, chose étrange mais réelle”, dont la cause doit être attribuée, selon lui, à l’ignorance ou au fatalisme, même s’il reconnaît qu’il a joué un “beau rôle” dans la renaissance littéraire au xixe siècle : “indifférence pour la langue qu’il laissait corrompre par le mauvais goût des formes étrangères”, pour la littérature, “méconnue trop souvent”, pour les mélodies qu’il a “négligées et souvent maladroitement remplacées”, pour les coutumes sur lesquelles il n’a pas veillé et qui ont disparu33.

  • 34 Ibid., p. 69.
  • 35 Charles Le Goffic, Le mouvement panceltique, dans Revue des deux mondes, 1ermai 1900 ; repris dans (...)

23La hiérarchie n’échappe pas non plus à ses reproches. L’autorité diocésaine est accusée de laisser les individus à eux-mêmes34. Le gouvernement favorise cette attitude en nommant des prélats étrangers à la Bretagne. “Il faut que les évêques eux-mêmes soient ignorants de sa langue. Présentement, un seul évêque parle et écrit le breton et il occupe le siège de Moulins.35”. L’Académie bretonne ne bénéficie pas, à cette époque, contrairement au cours d’œuvres, de l’appui matériel et moral du supérieur et du corps enseignant du grand séminaire, tout au plus chez d’aucuns d’une certaine bienveillance, la considérant un peu comme un divertissement. En 1902, elle voit une de ses revendications satisfaite.

  • 36 Ibid., p. 75.

Jusqu’à cette année, écrit J.-M. Perrot, on n’y chantait que deux ou trois cantiques pendant toute l’année [...] Elle obtint que l’on chantât aux grandes fêtes un cantique en langue bretonne, soit avant soit après la communion et que, pendant le mois de Marie, les cantiques bretons alternassent avec les français. Tout cela à la satisfaction générale36

  • 37 AEQ 2H313, séance du 1er décembre 1904.
  • 38 Ibid., séance du 1er décembre 1904.

24En décembre 1905, lors d’une séance du cours d’œuvres consacrée au breton, la question de savoir si “l’inflexible rigueur du règlement” ne pourrait pas autoriser “quelques transeat en faveur [des séminaristes ignorant cette langue] et de quelques moniteurs bénévoles” se vit opposer un refus de la part de l’abbé Kerisit, professeur de théologie et directeur de ce cours, de même que la proposition d’ouvrir un rayon de livres bretons dans la bibliothèque du séminaire. Après discussion, il fut décidé que quelques exercices élémentaires pourraient être donnés aux “novices de bonne volonté” le jeudi lors des séances de l’Académie et qu’il y aurait “sous une forme quelconque une bibliothèque pour les débutants”37. Nous ne savons pas si ces timides concessions furent suivies d’effet. Sans doute les “illettrés” durent-ils s’en tenir à la seule réponse qu’avait pu leur fournir le président de la Kenvreuriez, Jean-Louis Prigent, l’année précédente : “À chacun de se débrouiller comme il pourra, il faut appliquer le système dé”38. Il faut attendre 1936 pour qu’un professeur de breton, l’abbé Pierre-Jean Nédélec, soit officiellement nommé, à une époque où “la langue de nos pères” avait cessé d’être celle d’un plus grand nombre de séminaristes.

  • 39 AEQ, 2H312, séances des 18, 27 novembre et 4 décembre 1902 (J--M. Perrot) ; 2H313, séances des 24 (...)

25Les trois interventions des présidents de l’Académie bretonne à la conférence des œuvres nous permettent de connaître les réactions des autres séminaristes aux activités et aux idées de leurs condisciples celtisants39. Lors de leurs réunions, ceux-ci s’attachaient également à répondre aux objections qui leur étaient faites. La longue et très documentée communication de Charles Paul constitue, à cet égard, un modèle de conférence contradictoire, selon une formule très répandue à l’époque dans les cercles d’études et les mouvements comme le Sillon. Les contradictions sont, pour l’essentiel, au nombre de trois.

  • 40 Marie-Thérèse Cloitre, “Séminaristes sociaux”, “séminaristes démocrates” : le cours ou la conféren (...)
  • 41 AEQ, 2H300, p. 108.

26La première est de se désintéresser de la “question sociale”, à un moment où l’Église favorise le développement des œuvres afin de contrer les idées républicaines et anticléricales auprès des nouvelles couches urbaines et surtout, dans une Bretagne majoritairement rurale, afin de prévenir la pénétration des influences extérieures dans les campagnes. Il apparaît urgent de “prêter l’oreille aux voix du dehors”. Les idées du catholicisme social rencontrent un écho attentif et passionné chez les jeunes séminaristes du cours d’œuvres très suivi, fondé en 1885 par l’influent supérieur du grand séminaire, l’abbé Ollivier40. Certains séminaristes reprochent aux “intellectuels” de la Kenvreuriez de mettre leurs généreux efforts au service d’une langue qui “a fait son temps” et dont “la disparition n’entraînera nullement celle de la foi. Le danger existe, mais il est ailleurs et le remède aussi. […] Descendez donc du domaine nuageux des idées dans celui des réalités et des faits, venez combattre avec nous sur le terrain des œuvres ; là et là seulement se trouve le salut.”41

  • 42 Ibid., p. 109, souligné dans le texte.

27À cette objection, Charles Paul répond que “sans vouloir le moins du monde annihiler ni déprécier la valeur des œuvres sociales actuelles, je dis et je soutiens que présentement en Bretagne, la meilleure et la plus urgente des œuvres sociales est la préservation de la langue bretonne, et cela parce que de cette préservation dépend aussi celle de la foi chrétienne dans notre pays”42

  • 43 Chanoine François Mévellec, Étude de psychologie sociale sur le complexe d’émigration chez les Bre (...)

28Il est exagéré d’affirmer que les membres de l’Académie bretonne se soient désintéressés de la question sociale. Deux des présidents du cours d’œuvres, Alain Moenner (1900-1901), futur supérieur du collège de Lesneven et vicaire général, et Sébastien Le Pemp (1905-1906), firent partie du bureau de la Kenvreuriez. Plusieurs autres séminaristes furent membres actifs des deux associations et, installés dans le ministère paroissial, s’emploieront à développer les œuvres sociales. Pour ne citer qu’un seul exemple, François Lanchès, président de l’Académie en 1905-1906, nommé vicaire au Relecq-Kerhuon, inspectera les caisses rurales de la région et sera un des “doubles apôtres” de l’Office central de Landerneau, avant de servir de pilote en 1921 à un premier essai d’émigration familiale de paysans finistériens dans le Périgord et de devenir en 1925 le premier “aumônier consul” des Bretons d’Aquitaine, où il imposera rapidement ses idées de prêtre social au bénéfice de ses compatriotes43. L’abbé Perrot lui-même, dans son premier poste de vicaire à Saint-Vougay, animera un cercle d’études très actif, fondera un patronage et une troupe de théâtre renommée dans tout le Léon et ouvrira largement la revue Feiz ha Breiz aux problèmes agricoles et d’amélioration de la vie rurale. Les académiciens sont loin d’être opposés à la question sociale, mais entendent que la langue bretonne y ait toute sa place, en particulier dans les œuvres de jeunesse.

  • 44 AEQ 2H300, p. 109-110.

29“La langue celtique manque totalement de mots et d’expressions métaphysiques nécessaires à l’enseignement des vérités supérieures” et serait ainsi, “selon une certaine catégorie de philosophes soucieux du bien moral des individus et combattant le breton dans l’intérêt même de la religion, un obstacle à la pénétration religieuse, à la pénétration des idées chrétiennes dans les milieux populaires”. Pour Ch. Paul, cette deuxième objection, souvent formulée par les détracteurs des langues minoritaires, de tradition surtout orale, est un pur sophisme : “notre langue y est au contraire un merveilleux instrument ; elle possède tous les termes nécessaires, et si nous ne savons pas les trouver, la faute en est, non à l’insuffisance de notre langue, mais bien à notre propre ignorance de ses trésors44”.

  • 45 Ibid., p. 110.

30La troisième objection touche au cœur de la question du rapport du clergé à la langue, aux fondements mêmes du combat des académiciens. “Le christianisme, déclarent ceux qui ne voient pas l’utilité de l’Académie bretonne, n’appartient en propre à aucune langue ; il appartient à toutes, parce qu’il est fait pour tous les hommes ; peu importe qu’ils parlent breton ou français, il suffit que Dieu se révèle à leur âme.” Pour Charles Paul, “personne ne songe à nier cette universalité du christianisme et à revendiquer pour une langue quelconque le monopole de la prédication apostolique. La question est tout autre : il s’agit de savoir si, oui ou non, le peuple breton conserverait intacte sa foi en brisant tous les liens qui, par sa langue et ses traditions, le rattachent au passé45”. Si la réponse négative a valeur de postulat pour l’auteur, elle apparaît moins manifeste à d’autres séminaristes qui se refusent à établir une corrélation absolue entre la langue et la religion.

  • 46 AEQ 2H313, séance du 1er décembre 1904.
  • 47 AEQ 2H300, p. 111.
  • 48 AEQ 2H313, séance du 1er décembre 1904.

31Un changement linguistique, sous l’influence de facteurs politiques ou socio-économiques, n’entraîne pas nécessairement un recul de la foi. C’est ce que tentent de démontrer plusieurs intervenants. L’Irlande aurait, dès cette époque, “perdu sa langue et gardé sa foi”, selon Francis Guéguen, qui en déduit que “la conservation de la foi dépend uniquement de l’action du prêtre, que la langue n’y a rien à voir46”. En Alsace-Lorraine, la germanisation forcée “n’a nullement modifié la situation religieuse du pays. Catholiques et protestants ont conservé leurs croyances respectives comme avant l’annexion47”. “Comment expliquer, déclare François Mazéas, que dans la partie des Côtes-du-Nord où l’on a cessé de parler le breton la foi soit restée aussi vive que dans la partie de ce diocèse où l’on parle toujours le breton ?”48

32Les exemples de l’Allemagne et de l’Angleterre, qui ont “perdu la foi, lors de la tourmente protestante du xvie siècle, tout en conservant intacts leurs idiomes nationaux”, décontenancent davantage Charles Paul :

Qu’est-ce que cela prouve ? Tout simplement que la conservation de [ceux-ci] ne suffit pas pour la conservation de celle-là, et qu’un peuple peut parfois prostituer sa propre langue au service de l’erreur. Nous n’avons jamais prétendu le contraire : nous ne prétendons pas que le breton soit un talisman magique dont la seule possession préserve infailliblement de l’erreur. Nous n’en faisons pas la condition suffisante du maintien de la foi dans notre pays, mais seulement l’une des conditions nécessaires de ce maintien.

  • 49 AEQ 2H300, p. 113-114. Souligné dans le texte.

33L’auteur reprend la thèse renanienne déjà citée d’une religion imposée par la force et non “embrassée par conviction”, et “n’ose affirmer que [sous] les mêmes influences en Bretagne, dans des circonstances analogues, sa langue et ses traditions eussent été assez fortes pour la préserver des mêmes erreurs, surtout si ces erreurs se fussent présentées à elle sous le couvert précisément de sa propre langue49”.

  • 50 AEQ 2H313, séance du 1er décembre 1904. Traduction due au barde horloger de Guerlesquin, Charles R (...)

34À la suite des nombreuses réfutations qu’il se vit opposer lors de la séance du cours d’œuvres du 24 novembre 1904, J.-L. Prigent crut devoir préciser sa pensée et infléchir sa position. “Il n’a jamais voulu dire, écrit le rapporteur, qu’il y ait entre le breton et la religion une connexion nécessaire, mais seulement que le breton est un auxiliaire précieux pour la conservation de la foi.” Il en veut pour preuves les vertus prophylactiques de la langue bretonne, qui “ne se prête guère à la diffusion des idées antireligieuses et socialistes dont sont remplis les journaux français.” F. Mazéas lui oppose aussitôt la traduction récente du chant de l’Internationale50.

35La controverse s’établit ainsi sur la distinction entre l’utilité de l’emploi de la langue bretonne et le lien indissoluble, affirmé par les académiciens, entre la foi et une langue particulière. A. Le Goff semble exprimer l’opinion majoritaire des séminaristes lorsqu’il commente les propos du président de l’Académie bretonne, F. Lanchès, et reconnaît avec lui les diverses utilités du breton pour le prêtre qu’impose la situation sociolinguistique présente :

  • 51 Ibid., séance du 28 décembre 1905.

Il faut savoir le breton. Point n’est besoin de longues démonstrations. Tous nous aurons à exercer un ministère parmi des chrétiens qui parlent le breton, ceux qui aspirent à occuper un poste en ville comme les autres. Or pour confesser, pour instruire le peuple, pour créer en son sein des œuvres sociales, il faut évidemment savoir sa langue, et cela d’autant plus qu’une autre, parce que pas faite pour lui, ne saurait remplacer celle-là pour trouver le chemin de son intelligence. Les données psychologiques sont là pour le prouver. [,..]Les paysans en général savent bien le breton, sans l’avoir peut-être appris dans une académie. Ils ne comprennent pas qu’on ne puisse le parler aussi bien qu’eux, et ils sont aux aguets pour saisir au vol quelques fautes, qui seront colportées d’un bout à l’autre de la paroisse et peut-être même transmises aux générations futures. Or le prêtre qu’atteint le ridicule est toujours un prêtre diminué. Et puis il ne faudrait pas dans une conférence publique être interrompu dans une démonstration, il faudrait trouver des expressions qui mettent les rieurs de votre côté. Ce qui fait souvent la moitié de la victoire. Et là-dedans le breton est bien fertile51.

  • 52 Étude la plus récente et exhaustive, dans une perspective sociolinguistique, sur “l’usage abusif” (...)

36Les séminaristes rejoignent ici leurs aînés, menacés de suspension de traitement, qui, dans leurs réponses à l’enquête lancée, le 17 octobre 1902, par l’évêque de Quimper, Mgr Dubillard, auprès des recteurs sur la langue en usage pour la prédication et le catéchisme ou les lettres adressées aux autorités civiles, affirment qu’il leur est impossible, quelle que soit leur attitude personnelle à l’égard du français, de renoncer à l’emploi du breton, sous peine de ne pas être compris et de “sacrifier le bien spirituel” de leurs paroissiens52.

  • 53 AEQ, 2H313, séance du 24 novembre 1904.
  • 54 Y. Le Gallo, op.cit., p. 20.
  • 55 Pour l’Ancien Régime, voir Fañch Roudaur, “La littérature religieuse en breton”, Histoire littérai (...)
  • 56 Cité par F. Broudic, op.cit., p. 326. Tel est aussi le témoignage du recteur de la Forêt-Landernea (...)

37L. Saliou juge cependant “un peu large” la conclusion tirée par J.-L. Prigent de voir dans la protestation unanime des prêtres une confirmation de la liaison des intérêts de la religion et de la langue bretonne53. Si ce n’est le “aucun” trop absolu, nous souscrivons à l’affirmation d’Y. Le Gallo : “Aucun prêtre frappé de suspension de traitement – non plus que l’épiscopat – ne s’éleva contre la violence faite à la langue d’un peuple : la protestation concernait la seule violence faite à l’Église54”. La position dominante du clergé, invariable depuis des siècles55, est guidée par le pragmatisme, un souci avant tout pastoral, qui s’exerce à l’endroit du breton, mais également du français, ainsi que l’expriment plusieurs recteurs, tel celui de Trédarzec dans une lettre au délégué cantonal, le 14 novembre 1903 : “Nous ne sommes pas des professeurs de français, mais des professeurs de religion56”.

  • 57 On observe la même attitude chez les paysans à l’égard de l’enseignement agricole, qui ne se dével (...)

38Si l’Académie bretonne n’a jamais réuni, à la différence du cours d’œuvres, la presque totalité des séminaristes, il n’en faudrait pas pour autant minorer son importance et le courant qu’elle représentait. L’origine largement rurale des séminaristes issus de familles bretonnantes, qui considéraient que la meilleure manière d’apprendre le breton ou plus exactement de se perfectionner était encore de le faire sur le tas57 ; le fait de se dérouler le jeudi après-midi, pendant le seul réel moment de détente et d’évasion dans un univers clos ; le peu de signes d’encouragement de la hiérarchie ; tout cela a sans aucun doute concouru à détourner plus d’un d’une activité, jugée non indispensable à la formation pastorale et perçue avant tout dans sa dimension esthétique et intellectuelle, dont on connaît la faible propension dans le clergé, comme en témoigne le peu d’engouement pour les conférences ecclésiastiques, malgré les consignes réitérées des évêques. Il est également nécessaire de noter l’attrait du français, langue de distinction et de promotion sociale, chez nombre de ces fils de paysans et d’artisans.

  • 58 AEQ 2H300, p. 11.

39De six lors de sa fondation, l’effectif des membres est passé à quinze en 1900-1901, vingt-cinq l’année suivante lors de la première présidence de J.-M. Perrot pour se stabiliser autour d’une soixantaine jusqu’en 1914, soit environ un cinquième du total des séminaristes. J.-M. Perrot a, comme on le voit, donné son véritable élan à cette association qui, de préoccupation “avant tout d’ordre utilitaire58” au départ, a glissé vers le développement d’une conscience particulariste, même si celle-ci ne fut pas partagée, à un même degré, par tous les académiciens. L’enthousiasme juvénile d’un certain nombre ne fut qu’un feu de paille, tel Charles Paul, si ardent à défendre la cause du breton, dont on perd ensuite la trace. La plupart se contenteront de suivre la voie tracée par leurs prédécesseurs du xixe siècle, composant quelques poésies ou cantiques de circonstance. Pendant cinquante ans, jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la Kenvreuriez poursuivra son œuvre en demeurant plus ou moins fidèle à l’esprit de son rénovateur.

  • 59 Lettre de J.-M. Perrot à Mgr Dubillard, 18 octobre 1906. Arch. privées. Nous renvoyons à notre art (...)

40Après son ordination en juillet 1903, l’abbé Perrot conservera des contacts permanents avec celle-ci, dont certains membres seront les collaborateurs de l’association Bleun-Brug (Fleur de bruyère) qu’il fonde en 1905 et de la revue Feiz ha Breiz dont il devient un des principaux rédacteurs en 1907, puis le directeur en 1911. Dès octobre 1906, insatisfait de l’orientation de cette publication qui, si elle était bretonne de langue, l’était, selon lui, peu d’esprit, il exprimait à son évêque son désir de fonder, avec un certain nombre de ses anciens condisciples, une revue dont le but serait “de rendre les Bretons plus conscients de leur nationalité et plus fermes dans leurs convictions religieuses59”. Jusqu’en 1914, il réussit habilement à mettre au service de son idéal le réseau très organisé du clergé paroissial léonard, auquel sont associés quelques laïcs, membres de l’aristocratie locale et de la classe paysanne aisée, souvent issus des collèges ecclésiastiques de Saint-Pol-de-Léon et de Lesneven.

  • 60 AEQ 2H300, p. 71.

Voyez ce que font les Gallois : ils sont moins nombreux que nous, leur situation a presque été la nôtre, déclarait J.-M. Perrot le 20 février 1902 à l’Académie bretonne. Or aujourd’hui ils ont en langue galloise l’enseignement primaire dans toutes leurs écoles et l’enseignement supérieur dans une université. Ils ont six journaux quotidiens en langue galloise. Qu’avons-nous de tout cela ? Presque rien. Tous les deux ans, ils ont de grandes fêtes nationales qui durent quatre jours, et 30 000 manifestants y prennent part chaque jour. Ce sont les prêtres qui ont donné le mouvement et maintenant le peuple reconnaissant s’est donné à eux. Prêtres de Bretagne, ce résultat ne tente-t-il pas votre amour patriotique et votre zèle d’apôtre ?60

41Malgré sa grande emprise sur le comportement social, l’Église n’a pas joué en Bretagne un rôle de ciment national comparable à celui du clergé en Irlande, au Québec ou au pays de Galles à la même époque. La mise en œuvre d’une politique de développement culturel autocentré par une fraction non négligeable du clergé léonard a néanmoins permis un passage moins brutal des “paysans aux Français”, à la différence d’autres régions de Basse-Bretagne où le choc de civilisations fut plus mal vécu. La période de l’entre-deux-guerres, surtout à partir des années 1930, révélera les divergences, latentes avant 1914 comme nous l’ont montré les oppositions auxquelles se heurtèrent les académiciens, entre la politique par la langue de la majorité du clergé et le nationalisme breton catholique de l’abbé Perrot, contraignant celui-ci, de plus en plus isolé, à composer un nouveau système d’alliances.

Notes

1 G. Cholvy, “Régionalisme et clergé catholique au xixe siècle”, Régions et régionalisme en France, du xviiie siècle à nos jours, Actes du colloque de Strasbourg, octobre 1974, Paris, PUF, 1977, p. 187-201 et “Enseignement religieux et langues maternelles en France au xixe siècle”, Revue des langues romanes, t. LXXIIe, 1976, p. 27-52.

2 M. Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, chap. VI et VIL

3 Des bénédictins érudits aux prêtres régionalistes. Actes du colloque de Montpellier, juin 1983, sous la direction de G. Cholvy, Revue d’histoire de l’Église de France, t. LXXI, n° 186, janvier-juin 1985.

4 AEQ (Archives de l’évêché de Quimper), 2H300-302.

5 Lukian Raoul, Geriadur ar skrivagnerien ha yezhourien, s.l. Al liamm, 1992, p. 76-77 et 283.

6 Abbé Henri Poisson, L’abbé Jean-Marie Perrot (1877-1943), Rennes, Plihon, 1955, et L. Raoul, op. cit., p. 341-343.

7 AEQ, 2H312, 18 novembre 1902.

8 Gérard Cornillet, “Kroaz ar Vretoned”, ur gelaouenn e brezhoneg. He stourm evit ar yezh, Lesneven, Hor Yezh, 1988, et Kroaz ar Vretoned (1898-1920). Red e buhez ar pennadoù embannet enni, he menozioù, he skrivagnerien, Rennes, thèse pour le doctorat en celtique, 1989. Fañch Elegoet, “Prêtres, nobles et paysans en Léon au début du xxe siècle. Notes sur un nationalisme breton : Feiz ha Breiz, 1900-1914”, Pluriel débat, n° 18, 1979, p. 39-90. Daniel Carré, Dihunamb (1905-1914), Lesneven, Hor Yezh, 1987.

9 Jean-Yves Guiomar, Le bretonisme. Les historiens bretons au xixe siècle, Mayenne, Impr. de la Manutention, 1987.

10 Sur cette période, voir, outre M. Lagrée, les contributions d’Yves Le Gallo, de Jean Le Du et Yves Le Berre dans Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1987, t. 3, p. 5-50.

11 AEQ 2H300, p. 10.

12 Charles Paul, ibid., p. 107-108.

13 A. Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles, Paris, Maloine, 1981, t. I, p. 27.

14 Sur la situation sociolinguistique À cette époque, voir F. Broudic, La pratique du breton de l’Ancien Régime à nos jours. Rennes, PUR, 1995, 520 p., chap. 13.

15 AEQ, 2H300, p. 11.

16 Ibid., p. 71-72.

17 A. Croix, F. Roudaut, F. Broudic, Les chemins du paradis. Taolennoù ar baradoz, Douarnenez, Le Chasse-marée, 1988.

18 AEQ 2H300, p. 12.

19 Arguir Gristen Cunduet hac Enchet en oll Circonstançou eus e Vuez(Le vrai chrétien conduit et guidé dans toutes les circonstances de sa vie), 1818, réédité en 1828, 1847 et 1868. Voir Jean-Louis Le Floc’h, “Controverses sur la langue bretonne dans le clergé finistérien au xixe siècle”, Bulletin de ta Société archéologique du Finistère, t. CXIV, 1985, p. 165-177.

20 AEQ 2H300, p. 119 et 122.

21 Maurice Olender, Les langues du paradis. Aryens et Sémites, un couple providentiel Paris, Le Seuil-Gallimard, 1989.

22 Article paru pour la première fois dans la Revue des deux mondes, 1er février 1854.

23 AEQ 2H300, p. 122-123.

24 Ibid., p. 74. Voir par exemple le résumé par F. Perón des leçons d’histoire données par J.-M. Perrot pendant l’année 1901-1902, p. 168-187.

25 J.-Y. Guiomar, Le bretonisme..., op.cit., chap. VI et VII.

26 AEQ 2H300, p. 73.

27 “Que Dieu vous bénisse”, à laquelle salutation la personne répond : “Merci à vous”, ou, plus littéralement, “Et vous aussi, que Dieu vous bénisse”.

28 AEQ 2H300, p. 74.

29 Ibid., p. 97-100. Conférence Miossec, “Ar brezonek er skoliou”, 2 mars 1902.

30 Ibid., p. 123.

31 Ibid., p. 76. “Nous sommes toujours Bretons. Bretons gens résistants”, Brizeux.

32 Ibid., p. 44, discours d’ouverture, 24 octobre 1901.

33 Ibid., p. 69-76. Discours lors du huitième anniversaire de l’Académie bretonne, 20 février 1902 et AEQ 2H312, séance du 18 novembre 1902.

34 Ibid., p. 69.

35 Charles Le Goffic, Le mouvement panceltique, dans Revue des deux mondes, 1ermai 1900 ; repris dans L’âme bretonne, Paris, H. Champion, 1ère série, 1908 ; rééd. 1976, p. 414. Cité par Ch. Paul, ibid., p. 123. Il s’agit de Mgr Dubourg, né à Loguivy-Plougras, ancien vicaire général de Saint-Brieuc et futur archevêque de Rennes.

36 Ibid., p. 75.

37 AEQ 2H313, séance du 1er décembre 1904.

38 Ibid., séance du 1er décembre 1904.

39 AEQ, 2H312, séances des 18, 27 novembre et 4 décembre 1902 (J--M. Perrot) ; 2H313, séances des 24 novembre et 1er décembre 1904 (J.-L. Prigent) ; séances des 28 décembre 1905, 4, 11 et 18 janvier 1906 (F. Lanchès).

40 Marie-Thérèse Cloitre, “Séminaristes sociaux”, “séminaristes démocrates” : le cours ou la conférence des œuvres au grand séminaire de Quimper, 1885-1908”, Revue d’histoire de l’Église de France, t. LXXVIII, n° 201, juillet-décembre 1992, p. 287-310.

41 AEQ, 2H300, p. 108.

42 Ibid., p. 109, souligné dans le texte.

43 Chanoine François Mévellec, Étude de psychologie sociale sur le complexe d’émigration chez les Bretons d’Aquitaine, Paris, thèse pour le doctorat, 1966,T.I, p. 52-68 et 112-135.

44 AEQ 2H300, p. 109-110.

45 Ibid., p. 110.

46 AEQ 2H313, séance du 1er décembre 1904.

47 AEQ 2H300, p. 111.

48 AEQ 2H313, séance du 1er décembre 1904.

49 AEQ 2H300, p. 113-114. Souligné dans le texte.

50 AEQ 2H313, séance du 1er décembre 1904. Traduction due au barde horloger de Guerlesquin, Charles Rolland.

51 Ibid., séance du 28 décembre 1905.

52 Étude la plus récente et exhaustive, dans une perspective sociolinguistique, sur “l’usage abusif” du breton en 1902 dans F. Broudic, La pratique du breton... op.cit., chap. 3. Une partie est parue dans La Bretagne linguistique, vol. 6, année 1989-1990, Brest, CRBC, 1992, p. 103-142. Approche historique des enjeux politiques et idéologiques dans Yann Jacob, Les conflits à propos de la langue bretonne dans le diocèse de Quimper et de Léon au début du xxe siècle, Université de Brest, mémoire de maîtrise, 1981.

53 AEQ, 2H313, séance du 24 novembre 1904.

54 Y. Le Gallo, op.cit., p. 20.

55 Pour l’Ancien Régime, voir Fañch Roudaur, “La littérature religieuse en breton”, Histoire littéraire et culturelle..., op.cit., t.I, p. 231-243.

56 Cité par F. Broudic, op.cit., p. 326. Tel est aussi le témoignage du recteur de la Forêt-Landerneau : “Je ne me suis pas fait prêtre pour enseigner le français à mes paroissiens, malgré tout mon amour pour la langue de la patrie” (p. 331).

57 On observe la même attitude chez les paysans à l’égard de l’enseignement agricole, qui ne se développera véritablement que dans les années 1930.

58 AEQ 2H300, p. 11.

59 Lettre de J.-M. Perrot à Mgr Dubillard, 18 octobre 1906. Arch. privées. Nous renvoyons à notre article : “Le public de Feiz ha Breiz”, Bretagne et religion, sous la direction de M. Lagrée., Rennes, Institut culturel de Bretagne, 1990, p. 99-116.

60 AEQ 2H300, p. 71.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540