Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les parlers de la foi

 | 
Michel Lagrée

1re partie. Études de cas

Catholiques et protestants alsaciens entre deux langues et deux nations de 1815 à 1945

Bernard Vogler

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Le lecteur pourra se reporter à mes ouvrages, Histoire des chrétiens en Alsace, Paris, Desclée, 19 (...)

1L'Alsace est un pays germanique annexé à la France de 1648 à 1681. Aussi le problème linguistique y connaît-il une dimension nationale inconnue ailleurs, ce qui explique qu'il est longtemps demeuré un sujet tabou1.

2Avant 1789 la monarchie française respectait les usages linguistiques des Églises. La Révolution a pratiqué en 1793-1794 une véritable agression linguistique, mais aussi, grâce aux nouvelles valeurs, suscité une adhésion, achevée sous le Premier Empire, des cœurs à la France. En 1815 l'Alsace connaît donc une situation nouvelle. Pour les luthériens l'allemand demeure la langue sacrée, celle de la Bible de Luther, des offices, des cantiques et des prières. Pour les catholiques l'allemand demeure la langue des chants et des livres de piété. Aussi l'allemand demeure-t-il la langue affective du vécu religieux au quotidien.

1815-1870 : Français de cœur, mais une culture religieuse à dominante allemande

3Durant la période française de 1815 à 1870, protestants et catholiques vivent leur double culture par une intégration croissante dans l'espace français et le maintien de liens avec les États allemands en publiant dans les deux langues. Ainsi le prêtre Sébastien Haas fait paraître à Spire une brochure antiprotestante (1834), tandis que l'historien Jean-Guillaume Baum publie à Leipzig une biographie de Théodore de Bèze (1843 et 1851). De nombreux étudiants de théologie protestante font un séjour en Allemagne à la fin de leurs études, mais ils se raréfient après 1848, tout en subsistant même pour des esprits très francophiles comme Charles Gerold et Rodolphe Reuss.

4Chez les protestants, surtout les luthériens, les contacts avec les coreligionnaires allemands demeurent actifs grâce à des livres et des relations personnelles de savants et de poètes. La Conférence pastorale (association qui regroupe la grande majorité des pasteurs) invite régulièrement quelques collègues badois à ses réunions. En 1851 le président de l'Église de la Confession d'Augsbourg, Théodore Braun, rappelle que “les sources des sciences théologiques des protestants se situent en Allemagne”.

5Mais après 1848 ces contacts s'espacent, comme le confirment aussi les paroisses qui, si elles accordent des dons à des œuvres situées dans l'espace français ignorent l'Allemagne.

6Néanmoins les soupçons de germanophilie sont fréquents dans l'administration et parmi une fraction des catholiques, surtout sous le Second Empire, alors que les protestants attirés politiquement par l'Allemagne ne représentent qu'un nombre insignifiant, des poètes isolés, largement mis en valeur par la propagande après 1871.

7Au début du Second Empire plusieurs rapports officiels reprochent aux protestants leur absence de patriotisme et leur attirance pour tout ce qui est allemand en raison de l'appartenance de beaucoup d'entre eux à l'opposition orléaniste ou républicaine. Déjà en 1841 le préfet du Bas-Rhin Louis Sers évoque quelques proches de Reuss qui rêvent “dans un avenir plus ou moins rapproché le retour de l'Alsace à un Empire germanique”. En 1853 son collègue du Haut-Rhin se déclare convaincu que “le protestantisme pousse à cette séparation (avec la France) et favorise par tous les moyens en son pouvoir la langue et les habitudes allemandes”. De son côté le recteur Delcasso se plaint du “teutonisme opiniâtre” et de la “vieille conjuration teutonique abritée par le Consistoire (supérieur) qui retarde l'assimilation”.

8De nombreux catholiques expriment, à la suite de Mgr Raess, les mêmes soupçons, au point que durant les premières semaines qui suivent la déclaration de guerre à la Prusse, les protestants redoutent dans certaines localités mixtes une nouvelle Saint-Barthélémy.

9Pourtant l'évêque Raess (1842-1887) conserve de nombreux contacts et diffuse en Alsace certaines revues catholiques allemandes. Mais rares sont les jeunes prêtres qui fréquentent une université allemande.

10Face à la France, l'insertion nationale est progressive et intensifiée avec la mise en service de la voie ferrée Strasbourg-Paris (1852). De nombreux jeunes théologiens protestants se rendent dans la capitale à partir du Premier Empire pour un séjour plus ou moins long. Certains y font carrière, d'autres y exercent à titre temporaire la fonction de précepteur ou de vicaire. Sous le Second Empire la faculté de théologie protestante attire de plus en plus d'étudiants du reste de la France, tandis qu'un nombre croissant de paroisses accorde des dons à des œuvres situées à l'ouest des Vosges.

  • 2 Nouveau Dictionnaire de biographie alsacienne, 11, 1988, p. 1024-1026.

11Du côté catholique des liens se renforcent. Les ordres missionnaires installés à l'ouest des Vosges recrutent largement en Alsace et bien des jeunes théologiens se fixent à Paris ou ailleurs, où ils font parfois carrière à l'instar de Charles Freppel2 devenu professeur à la Sorbonne (1854), puis évêque d'Angers (1869).

12Après 1830 l'intensification de la diffusion de la culture française place la question linguistique au centre des débats du mouvement culturel. Les dirigeants des deux Eglises, les prêtres et les pasteurs dans leur immense majorité demeurent attachés au maintien de la langue allemande comme langue religieuse, à quoi s'ajoute chez les catholiques une certaine méfiance envers le français perçu comme la langue de Voltaire, des Lumières athées et de la Révolution.

  • 3 Erwinia, 1838, p. 34-37.

13Le débat est posé en 1838 par trois personnalités protestantes. Le professeur de théologie Édouard Reuss publie un article devenu célèbre dans la revue Erwinia, Wir reden deutsch3. Pour lui, l'Alsace est “la branche allemande greffée sur le tronc français et tirant sa nourriture des mêmes racines”. Mais en même temps il plaide vigoureusement en faveur de sa culture. “C'est en allemand que nous devons prêcher et chanter, écrire et parler, prier et faire de la poésie”. De son côté le poète Auguste Stoeber estime que “l'esprit et la formation allemande du cœur... doivent être comme un legs sacré”.

14À l'inverse le secrétaire général du Directoire de l'Église de la Confession d'Augsbourg, Louis Spach, a été très marqué dans sa jeunesse par cette double culture sur le plan psychologique. Il prend le parti d'une assimilation rapide, allant jusqu'à conseiller aux frères Stoeber de “Briser vos harpes allemandes”. Il est suivi par plusieurs étudiants protestants marqués par leur séjour à l'ouest des Vosges. Le philosophe Joseph Willm publie une série de livres destinés à faciliter l'acquisition du français par les Alsaciens, tout en encourageant le maintien de l'allemand, car “par leur position géographique et leur histoire, les Alsaciens sont destinés à être un peuple à deux langues”.

15Avant 1848 la diffusion du français dans les écoles catholiques de filles est assurée principalement par les sœurs membres de congrégations enseignantes. Elle se heurte bien des fois aux parents, aussi bien dans des villages catholiques du Haut-Rhin que dans certains villages luthériens de l'Alsace du Nord.

16Sous le Second Empire préfets et recteurs, soutenus par les deux Conseils généraux, ne cessent de promouvoir la place du français à l'école. Le règlement académique de 1860 impose le français dans toutes les écoles de l'Alsace et réduit l'allemand à la portion congrue. Il se heurte à un certain nombre d'oppositions, celles en particulier de la Conférence pastorale, de plusieurs consistoires protestants et de certains pasteurs qui craignent un recul de l'efficacité de la catéchèse si l'enseignement religieux n'est plus assuré en allemand et si la maîtrise de la langue de Luther est en recul : la culture et la religion sont très étroitement imbriquées. Il provoque aussi des articles hostiles de la presse confessionnelle. En 1867 le Volksfreund, un hebdomadaire catholique, publie un roman feuilleton en 12 épisodes qui souligne l'intérêt des deux langues à l'école et du chant choral (chants d'Église et chants populaires allemands). La même année l'abbé Louis Caze aux publie un Essai sur la conservation de la langue allemande en Alsace qui bénéficie d'une large audience et qu'on peut considérer comme représentatif de la majorité du clergé catholique. Il estime que l'éducation religieuse de la jeunesse nécessite l'étude de l'allemand et redoute que les deux tiers des élèves ne maîtrisent à leur sortie de l'école ni le français ni l'allemand, d'où un recul de la lecture et de la moralité, “la décadence progressive du sentiment religieux et des principes moraux dans le peuple”.

17L'enseignement aux enfants du catéchisme en allemand est en effet l'une des revendications essentielles du clergé des deux confessions qui estime que ce n'est qu'à travers la langue maternelle qu'il peut toucher les cœurs des enfants. En fait le conflit entre l'autorité académique et les deux clergés prend l'allure d'une lutte d'influence dont l'enjeu est l'âme de l'enfant. Les ecclésiastiques en sont les porte-parole, fils et frères d'une minorité régionale.

18En 1870, malgré l'avance générale du français, l'allemand demeure la langue du catéchisme et des Églises au point qu'en dehors de Strasbourg les casuels en français restent exceptionnels. Mais l'allemand religieux est toujours celui de Luther, soit une langue vieillie et sclérosée, qualifiée par les germanistes de pfarrerdeitsch ou langue de Canaan.

1871-1918 : clivage entre les francophiles et les loyalistes à l'Allemagne

19L'annexion en 1871 marque une rupture profonde et provoque dans chaque Église de nombreuses dissensions internes qui favorisent les progrès de la sécularisation. L'abandon par la France entraîne un repli sur la région dans lequel la religion joue un rôle majeur.

20Le choix de l'option en 1872 (possibilité d'émigrer pour ceux qui veulent garder la nationalité française) se pose de façon différente : pour les catholiques le Reich est perçu comme protestant, alors que la France connaît de 1872 à 1876 un “Ordre moral” plutôt attractif pour les cléricaux, mais dissuasif pour les protestants demeurés fidèles à la France, ce qui explique que le pourcentage d'optants protestants est plus faible, 16 à 17 % des départs, alors qu'ils représentent 23 % de la population.

21Les départs en France affectent surtout les élites, ce qui entraîne une perte de substance considérable pour les Églises d'Alsace, d'autant que seule une petite partie des nombreux Allemands installés après 1871 s'est intégrée sur le plan religieux.

22Parmi les notables qui restent sur place les uns préfèrent renoncer à toute fonction officielle comme l'ancien président d'Église Théodore Braun et l'industriel Albert de Dietrich. D'autres demeurent à leur poste (Mgr Raess) ou se rallient plus ou moins discrètement : Louis Spach obtient dès 1870 et 1871 une distinction de plusieurs États allemands, le théologien Bruch devient le premier recteur de l'université impériale, le pasteur Charles Hackenschmidt publie dès 1871 un recueil de poésies patriotiques.

23L'Église catholique subit des retombées du Kulturkampf : fermeture des petits séminaires, expulsion des membres de plusieurs ordres, dont les jésuites et les rédemptoristes, censure de la presse.

24Durant toute la période allemande le facteur national et linguistique devient un facteur de clivage à l'intérieur de chaque confession. La très grande majorité des catholiques demeure longtemps très francophile par opposition à l'Allemagne à majorité protestante et toujours perçue comme le pays de Luther. La langue de conversation du clergé dans la vie publique est longtemps exclusivement le français. Le grand séminaire reste un bastion de la culture française. Les ordres missionnaires installés en France continuent à attirer de nombreuses vocations, alors que ce n'est que vers 1900 que des jeunes entrent dans un ordre implanté en Allemagne. Certains membres du clergé conservent des liens actifs avec la France, comme l'abbé Simonis, l'abbé Cetty et l'abbé Wetterlé, dont le Journal de Colmar apparaît comme le représentant français le plus important sur le plan politique et culturel. Dans de nombreuses familles il devient de tradition de placer les fils dans un internat - catholique - en France pour leur faire acquérir une formation culturelle française, et les jeunes filles dans des couvents français, ce qui les rend étrangères, voire hostiles, à la mentalité allemande.

25Toutefois une évolution apparaît après 1890, favorisée à partir de 1899 par la politique anticléricale parfois agressive du gouvernement français. Désormais une partie des séminaristes fait un séjour dans une faculté de théologie allemande. Bien des syndicalistes chrétiens ont séjourné à la centrale sociale de München-Gladbach en Rhénanie, où l'abbé Haegy envoie de nombreux jeunes en stage de formation. La faculté de théologie fondée en 1902 a exercé une influence germanophile sur une partie des séminaristes. Plusieurs prêtres deviennent correspondants de journaux catholiques allemands.

26La situation est plus complexe chez les protestants, où se dessinent des clivages selon les tendances théologiques. Les libéraux, majoritaires, constitués en particulier par les élites urbaines et la bourgeoisie économique, apparaissent souvent comme des francophiles passionnés, en partie par sympathie pour le nouveau régime républicain. La mise en place de l'université impériale en 1872 provoque une rupture entre les générations dont le cas le plus connu est celui des Reuss. Si le père Édouard accepte la nouvelle université, son fils Rodolphe, historien, traumatisé par la destruction de la bibliothèque de Strasbourg en 1870, refuse une chaire pour rester au gymnase, avant de quitter l'Alsace pour Paris (1896), afin d'éviter à ses fils le service militaire allemand. Le pasteur Charles Gérold, qui maintient la paroisse française de Saint-Nicolas, devient une des personnalités marquantes du protestantisme strasbourgeois et le porte-drapeau de la cause française, en particulier par plusieurs discours francophiles.

27Les réformés demeurent aussi en général fidèles à la France, en partie à l'instigation des industriels mulhousiens regroupés dans la Société Industrielle qui adopte la devise “Nous maintiendrons”. La plupart de ces industriels ont une importante parenté en France, où leurs filles sont en général formées.

28À l'inverse une partie des paroisses rurales se rallie assez rapidement. Dès 1871 certaines communautés qui ont connu avant 1870 de vives tensions avec les catholiques considèrent la victoire prussienne comme une revanche. Deux des trois partis théologiques, les piétistes, qui privilégient la vie spirituelle et la diaconie, et les orthodoxes, soucieux de la formulation doctrinale, se rallient assez vite. Quelques isolés affirment même un vigoureux nationalisme. L'écrivain Friedrich Lienhard quitte l'Alsace, car il ne la trouve pas suffisamment marquée par l'esprit allemand.

  • 4 Ph. Husser, Un instituteur alsacien. Entre France et Allemagne, journal, 1919-1951, Paris-Strasbou (...)

29Durant les quatre décennies l'intégration au Reich progresse indéniablement dans le corps social protestant, en particulier les milieux sociaux modestes dont certains bénéficient d'une ascension sociale. Les écoles normales d'instituteurs, confessionnelles, constituent de remarquables facteurs de germanisation, comme le confirme l'autobiographie de Philippe Husser4. Un quart des jeunes théologiens, complète sa formation dans une université allemande.

30En 1914 le problème national demeure encore très présent et divise les deux confessions. Si l'allemand est partout la langue des cérémonies, le français continue à être pratiqué dans certaines familles, par une partie de la presse et pour bon nombre de monuments funéraires. L'enracinement confessionnel des deux Églises leur a permis de défendre avec succès l'identité régionale dont la composante religieuse constitue un élément majeur.

1918-1939 : division entre les nationaux et les partisans de l'identité régionale à tonalité religieuse

31La période 1918-1939 se caractérise par une politique de francisation qui menace l'identité culturelle des chrétiens des deux Églises et par une tentative de suppression du statut religieux et scolaire par les partis anticléricaux. Mais les deux blocs confessionnels sont fissurés par des attitudes différentes face à l'identité régionale, d'où de fortes tensions internes entre “nationaux” et régionalistes.

32Le retour à la France entraîne une hémorragie, nettement plus accusée chez les protestants, dont le pourcentage tombe de 26,49 % en 1910 à 21,57 % en 1936. À côté des Allemands de souche, de nombreux Alsaciens partent aussi. Les uns par germanophilie, car ils se sentent intégrés dans la vie culturelle et religieuse de l'Allemagne, comme les théologiens Gustav Anrich (protestant), Albert Ehrhard (catholique) ou le spiritain Klerlein, d'autres sont contraints à ce choix à cause de leur option très engagée pendant la guerre comme Joseph Clauss. Plusieurs universitaires, installés en Allemagne, préfèrent y rester comme Joseph Schmidlin, professeur à Munster, ou sont soumis à des vexations, comme Émile Scherer qui se voit refuser la chaire d'histoire ecclésiastique à la faculté de théologie catholique.

33Parmi le personnel politique du parti catholique, certains sont mis sur la touche, d'autres préfèrent changer d'orientation comme Henri Wiltperger qui devient notaire et Charles Sipp, prêtre et journaliste qui entre chez les rédemptoristes au Bischenberg. Vingt-six prêtres et huit membres de la faculté de théologie sont contraints de quitter l'Alsace, ainsi que plusieurs religieux.

  • 5 G. Woytt, “Kultur - und Sprachpolitik in Elsass-Lothringen während der Reichslandzeit (1871-1918)” (...)

34De son côté, le corps pastoral connaît un drame de conscience. La plupart des pasteurs sont peu familiarisés avec la langue française, ignorent le protestantisme de “l'intérieur” (soit la France située à l'ouest des Vosges) et redoutent de devenir une “génération sacrifiée”. C'est dans ce contexte de doute et d'incertitude que le président provisoire du Directoire, Charles Gerold, conseille, dans sa première circulaire aux pasteurs, à ceux qui ne peuvent voir dans la victoire des Alliés un juste jugement de Dieu, de quitter l'Alsace. Aussi de nombreux pasteurs se sentent-ils trahis par leur direction 5 et un quart d'entre eux a émigré, soit 41 luthériens et 27 réformés.

  • 6 Nouveau Dictionnaire de Biographie alsacienne, 9, 1986, p. 734-736.

35Après la remise en ordre de 1919, le facteur national se manifeste durant toute la période dans la politique des Églises. L'Église de la Confession d'Augsbourg est dirigée de 1920 à 1938 par un magistrat, Frédéric Ernwein, avec l'appui de Frédéric Eccard6, vice-président et sénateur de 1920 à 1935, qui joue un rôle important dans la vie du protestantisme alsacien. Très influencé par les milieux réformés genevois et parisiens nationalistes, il préconise une assimilation et se montre favorable à la séparation de l'Église et de l'État, ce qui l'éloigne des milieux ruraux et contribue à favoriser les autonomistes.

36Le nouvel évêque, Mgr Ruch (1919-1945), aumônier militaire pendant la guerre, passe pour un grand patriote et oriente les pèlerinages diocésains vers Lourdes et Paray-le-Monial. Aussi n'est-il guère ouvert aux idées théologiques ou pastorales s'enracinant dans la sphère liturgique germanique.

37Très vite les Églises se trouvent confrontées au nouveau personnel politique qui veut étendre la politique scolaire d'assimilation et les lois laïques à l'Alsace. Le milieu politique et administratif, marqué par le jacobinisme et une incompréhension totale des réalités locales ne voit en Alsace qu'une “terre de mission”. Par les instructions du recteur Charléty en 1920, l'allemand n'est autorisé qu'à partir de la troisième année scolaire à raison de trois heures hebdomadaires en dehors du catéchisme.

38Les résultats de cette politique sont catastrophiques. En 1926 le pasteur de Soultzeren lance Théophile Birmelé un véritable cri de détresse : baisse du niveau scolaire, méconnaissance des deux langues, recul de la lecture, du niveau culturel et de la compréhension des concepts spirituels. Les pasteurs se voient contraints de baisser le niveau de la langue dans les prédications pour se faire comprendre.

39Aussi cette politique suscite-t-elle assez vite de vives réactions. Le principal défenseur du bilinguisme (pourtant fortement revendiqué avant 1914 par tous les francophiles des deux confessions) est l'Église catholique par l'intermédiaire de Mgr Ruch, du clergé, de la presse et du parti catholique UPR, pour qui le bilinguisme est une nécessité intellectuelle, économique et sociale. Les forces catholiques craignent une centralisation abusive et un étouffement des droits ethniques, préjudiciables au christianisme alsacien.

40Lorsqu'en 1924 le président du Conseil, Édouard Herriot, annonce son intention de supprimer le statut religieux et scolaire en Alsace-Moselle, il suscite une opposition très vive. L'imbrication des questions linguistique, scolaire et religieuse constitue un bouillon de culture pour l'autonomisme.

41En 1926 le manifeste du Heimatbund qui réclame pour l'Alsace une large autonomie dans le cadre français est signé par de nombreux chrétiens, clercs et laïcs, des deux confessions. Puis, suite à une intervention de Poincaré, une nouvelle instruction rectorale de 1927 avance de quatre mois l'enseignement de l'allemand.

42En 1928, lors des législatives, les protestants votent en général pour des candidats opposés à une assimilation trop rapide, et distincts des forces catholiques. À cette occasion les partisans de l'identité régionale de divers partis se regroupent avec les communistes dans la Volksfront, qui se veut un front de défense du particularisme linguistique et culturel. Une différence apparaît pourtant entre les deux départements : le Haut-Rhin privilégie la liberté religieuse, alors que les Bas-rhinois veulent davantage défendre une langue et une culture.

43Aux législatives de 1932 on constate une nette corrélation entre le pourcentage des protestants et celui des voix obtenues par les autonomistes dans les cantons ruraux. Mais avec la menace grandissante d'une nouvelle guerre liée à l'arrivée des nazis au pouvoir en Allemagne, la situation se stabilise.

  • 7 Archives du Directoire de l'ECAAL, dossiers personnels.

44Durant toute la période, les tendances régionalistes sont assimilées à un séparatisme pur et simple. Certains pasteurs sont victimes d'un véritable procès d'intention. Le directeur du service des cultes, Charles Altorffer, refuse la nomination d'Édouard Berron à Ingwiller (1931) en écrivant que “ce sont moins des faits précis que je reproche à M. Berron que son attitude en général [...] nous ne voulons plus permettre à certains pasteurs de se moquer de nous en se comportant comme des étrangers et non pas en fonctionnaires conscients du fait que nous sommes Français”7.

45L'autonomisme provoque dans le parti catholique (UPR) une scission avec la création de l'APNA (Action Populaire Nationale d'Alsace), parti à la fois alsacien, catholique et national (1928). Son implantation reste faible en raison du manque de cadres et du soutien d'une minorité seulement du clergé en dépit de l'engagement de l'évêque en sa faveur.

46Dans le corps protestant aussi la question linguistique et l'autonomisme suscitent un clivage : la majorité des pasteurs ruraux, piétistes et orthodoxes, attachés au rôle sacré de l'allemand, adoptent une attitude favorable à l'autonomisme jusqu'en 1932 au moins, alors que la plupart des libéraux, les réformés et la grande bourgeoisie urbaine sont favorables à une assimilation.

Une attitude assez unanime face au régime nazi

  • 8 Sur les catholiques, M. Deneken, L'Église d'Alsace 1940-1945. Une Église locale face au nazisme, S (...)

47Lors de l'annexion de fait par les nazis reviennent les souvenirs d'avant 1918, ce qui explique que dès l'été 1940 l'attitude des catholiques est quasi-unanime dans le refus, qui ne fait que s'accentuer durant les quatre années, soit une attitude totalement différente de leurs coreligionnaires sous le régime de Vichy. Il convient en particulier d'évoquer plusieurs prêtres dans le Sundgau et les vallées vosgiennes qui n'ont pas hésité à prendre des risques pour participer à des filières d'évasion de prisonniers français, de réfractaires et de patriotes menacés. Aussi ont-ils payé un lourd tribut : deux ont été exécutés, un nombre important a été interné et 60 ont été expulsés fin 19408.

  • 9 Sur les protestants D. Sturzer, Les Églises protestantes d'Alsace pendant la Seconde Guerre mondia (...)

48Chez les protestants9 resurgit la mémoire de 1871 (abandon par la France). En été 1940 la grande majorité des protestants s'imaginent que ce sont les mêmes Allemands que ceux d'avant 1918. Aussi ce malentendu initial favorise un certain nombre de ralliements, en particulier dans des communes mixtes, où ce sont le plus souvent des protestants qui occupent les fonctions de maire et de chef des paysans.

49Mais cette attitude initiale est rapidement balayée : en l'espace de six mois on passe de la confiance à l'amertume de la parole trahie. De nombreux protestants sont déçus par la politique antireligieuse du gauleiter, car beaucoup de germanophiles sont aussi des protestants engagés dans leur Église, ce qui leur pose un grave problème de conscience. De nombreux témoignages corroborent le basculement rapide, achevé dès janvier 1941. L'incorporation de force des jeunes Alsaciens en 1942 dans la Wehrmacht ne fait que consommer cette rupture.

50A partir de la fin de 1940 on peut distinguer trois types d'attitudes. En premier lieu l'hostilité, perceptible surtout chez les protestants du Haut-Rhin et la majorité des citadins. Puis l'inertie chez la grande majorité sous la forme d'une distance croissante envers le régime. Aussi seule une petite minorité, dont quelques théologiens et fils de pasteurs, continue à pratiquer la collaboration jusqu'en 1944 par opportunisme ou conviction, en accordant la priorité à l'appartenance culturelle allemande, notamment dans les milieux ruraux du nord et de l'Alsace bossue. Il en résulte des divisions internes dans certaines communautés et même dans les familles.

51Face à l'oppression nazie, malgré une atmosphère générale de répression policière et de peur, les chrétiens de toutes les confessions et leurs prêtres et pasteurs ont dans leur très grande majorité fait preuve de dignité et trouvé dans leur foi les ressources morales et spirituelles nécessaires pour défendre leur identité nationale et religieuse.

52Les épreuves subies ont entraîné quatre conséquences majeures pour les Églises d'Alsace : le règlement définitif du problème national, une meilleure intégration dans l'Église catholique de France ou dans le protestantisme français, accompagnée d'un passage progressif d'une culture religieuse allemande à une expression en français par l'école et le catéchisme, une volonté d'oubli de cette période traumatisante avec ses déchirures et enfin un approfondissement de la foi individuelle forgé dans les épreuves.

Notes

1 Le lecteur pourra se reporter à mes ouvrages, Histoire des chrétiens en Alsace, Paris, Desclée, 1994 et Histoire culturelle de l'Alsace, Strasbourg, Nuée bleue, 1993.

2 Nouveau Dictionnaire de biographie alsacienne, 11, 1988, p. 1024-1026.

3 Erwinia, 1838, p. 34-37.

4 Ph. Husser, Un instituteur alsacien. Entre France et Allemagne, journal, 1919-1951, Paris-Strasbourg, 1989.

5 G. Woytt, “Kultur - und Sprachpolitik in Elsass-Lothringen während der Reichslandzeit (1871-1918)”, Zeitschrift für Geschichte des Oberrheins, 139, 1991, p. 392.

6 Nouveau Dictionnaire de Biographie alsacienne, 9, 1986, p. 734-736.

7 Archives du Directoire de l'ECAAL, dossiers personnels.

8 Sur les catholiques, M. Deneken, L'Église d'Alsace 1940-1945. Une Église locale face au nazisme, Strasbourg, 1989.

9 Sur les protestants D. Sturzer, Les Églises protestantes d'Alsace pendant la Seconde Guerre mondiale Strasbourg, 1983 ; B Vogier , “Les protestants alsaciens de 1939 à 1945”, in les protestants français pendant la Deuxième Guerre mondiale, Paris, 1994, p. 539-549.

Auteur

Université de Strasbourg 2

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540