Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les parlers de la foi

 | 
Michel Lagrée

Avant-propos

Michel Lagrée, Fañch Roudaut et Christian Brunel

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cf. Jean-Yves guiomar, La Nation entre l’histoire et la raison, Paris, la Découverte, 1990 ; Ernes (...)
  • 2 Christianisme et identité nationale. Une certaine idée de l’Europe, textes réunis par le cardinal (...)

1Les sollicitations de l’actualité récente, particulièrement en Europe centrale et orientale, ont ramené au premier plan des préoccupations des sciences humaines l’étude de la genèse, du développement et de l’évolution des sentiments identitaires et nationaux1. Dans un certain nombre de cas, le fait religieux constitue, à des degrés divers, une des composantes de l’affirmation nationale là où éventuellement, comme dans l’ex-Yougoslavie, la composante linguistique, essentielle dans la traditionnelle conception allemande et romantique de la nation, n’entre pas en ligne de compte. Il s’est ensuivi, tout naturellement, l’organisation de rencontres scientifiques autour du thème des rapports entre la religion et l’identité nationale. Ce fut le cas de la rencontre de la CIHEC, Commission internationale d’histoire ecclésiastique comparée, à Madrid en août 1990, du colloque de Klingenthal en mai 19932 ou de la rencontre de la SISR, Société internationale de sociologie religieuse, à Budapest en juillet 1993. Compte tenu, à la fois de l’évolution des événements et du développement des études historiques et sociologiques, longtemps bridées dans la partie de l’Europe la plus concernée par le phénomène, il y a là un thème de recherche dont la fécondité paraît assurée.

2Le moment est peut-être venu d’élargir la réflexion à un autre niveau et à un autre espace : celui des minorités culturelles englobées en Europe occidentale et n’ayant pas, sauf l’exception de l’Irlande, accédé au stade de l’État-nation. À défaut de “peuple” clairement identifié, si ce n’est dans une perspective explicitement militante, la dénomination usuelle de l’objet d’études est ici ce qu’il est convenu d’appeler, au choix : langues régionales, langues minoritaires ou langues dominées. Ce faisant, comme le rappelle plus loin Yves Le Berre, il y a risque d’un glissement métonymique qui n’est pas innocent.

  • 3 G. Cholvy, “Régionalisme et clergé catholique au xixe siècle”, Régions et régionalisme en France, (...)
  • 4 Exemple significatif avec les deux études, largement parallèles et concomittantes, de Michel Lagré (...)

3Pour le cadre français et l’époque contemporaine, des approches ont déjà été proposées il y a quelques années, dans un contexte géopolitique sensiblement différent, et Gérard Cholvy avait fait œuvre de pionnier en la matière3. Les recherches se sont multipliées depuis, mais davantage à l’actif des sociolinguistes que des historiens du fait religieux. Or les uns et les autres ont, semble-t-il, beaucoup à se dire, car les effets du cantonnement, tant géographique que disciplinaire, en ce domaine tout particulièrement, se font fortement sentir4. Un des premiers objectifs de la rencontre organisée à Lyon visait précisément, sinon à amorcer, du moins à renforcer cette confrontation méthodologique. Elle visait aussi à contribuer à la définition d’une sorte de programme d’études, dont les grandes lignes pourraient être l’élargissement dans le temps et dans l’espace, l’attention portée aux attitudes et comportements, et enfin le lien entre la langue et le message religieux.

Temps et espace

  • 5 E. Weber, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale (1870-1914), trad. fr. de Peas (...)

4Les études disponibles ont jusqu’ici sensiblement privilégié l’époque contemporaine, et spécialement la période allant du milieu du xixe siècle à la Première Guerre mondiale. Moment de la transition “des paysans aux Français”, selon la formule d’Eugen Weber5, c’est-à-dire moment dialectique de l’apogée des civilisations rurales en même temps que de leur transformation sous les premiers effets de la culture de masse. Moment de la redécouverte, ou plus exactement, de la réévaluation, du patrimoine populaire et paysan par le clergé catholique. Cette concentration des études disponibles, qui correspond aussi, il est vrai, à celle des sources, appelle à élargir la perspective chronologique. Il faudrait, à tout le moins, remonter au xve siècle, lorsque s’affirment, parallèlement à la puissance régalienne dont elles sont le symbole, les grandes langues dominantes. En aval, il convient de franchir la limite de 1914 et d’aborder les mutations culturelles globales du xxe siècle, dont les pratiques linguistiques ne sont qu’un des aspects. Comme toujours en histoire, une attention toute particulière devrait être consacrée au repérage des périodes tournantes : la poussée des Lumières dans la deuxième moitié du xviiie siècle, débouchant sur la Révolution française et ses politiques de la langue, qu’il conviendrait d’articuler à ses politiques religieuses ; en sens inverse l’impact conjugué du romantisme et du populisme ultramontain sur le clergé catholique vers 1840-1850. Encore faudrait-il s’interroger sur leur pertinence pour toutes les régions : il serait intéressant de faire apparaître les éventuels décrochements entre les évolutions.

5On le voit, l’approche devrait être résolument comparatiste, et la présente journée d’études en offre une première illustration. Le comparatisme est d’abord géographique : une telle question amène immanquablement à observer conjointement les différentes “périphéries” de la France, resituées dans un espace plus large : le contraste est saisissant entre l’Alsace, adossée à la très vaste et dynamique aire de civilisation germanique, et la Bretagne, bout du monde coupé d’un œkoumène celtique au demeurant résiduel, acculé par les deux plus puissantes constructions politiques et culturelles de l’Europe occidentale dans un espace profondément fragmenté par la mer. La comparaison doit également être inter - voire intra - confessionnelle. L’Alsace comme les Cévennes permettent de confronter les rapports au langage, chez les catholiques et chez les protestants. Pour ces derniers, il n’est pas sans intérêt non plus de relever, sur ce terrain comme sur beaucoup d’autres, la césure entre les protestantismes traditionnels, en place depuis le xvie siècle, et les néo-protestantismes liés aux missions évangéliques du xixe siècle. Patrick Cabanel montre plus loin le caractère foncièrement français du message religieux de la Réforme dans l’océan de culture occitane du Midi ; à l’inverse, les missions méthodistes et baptistes en Bretagne, au xixe et au début du xxe siècle, directement inspirées d’outre-manche, ont pour originalité de faire fond sur la langue locale, ce qui ne contribue pas peu à renforcer l’inquiétude du clergé catholique.

  • 6 Frances Lannon, Privilege, Persecution and Prophecy. The Catholic Church in Spain, 1875-1975, Oxfo (...)
  • 7 Urs Altermatt, Le catholicisme au défi de la modernité. L’histoire sociale des catholiques suisses (...)

6Sur un tel sujet, il va de soi qu’il faudrait sortir du cas français : la construction puissamment et anciennement unitaire de l’hexagone à partir d’une mosaïque culturelle n’a pas valeur paradigmatique. Le regard se porte forcément sur l’Espagne et ses infra-nationalismes, dont les prolongements, basque et catalan, atteignent la France6. Dans un tout autre ordre, on pense aussi à la Suisse, intéressant exemple de confrontation, à la fois linguistique et confessionnelle : le caractère indépendant des unes et des autres limites nous invite à éviter les simplifications7. Les îles Britanniques ont été, elles aussi, le théâtre de confrontations, tant linguistiques que confessionnelles, qu’il conviendrait de mettre en regard. La toute proche Belgique offre, comme le montre ci-après Lode Wils, un compendium des questions soulevées ici : le contact entre deux grandes aires culturelles, francophone et néerlandophone, dépassant largement les limites politiques du pays, s’ajoute à la confrontation entre la tradition libérale et démocratique d’une part et la culture catholique et conservatrice de l’autre. C’est là que le prolongement de l’étude jusqu’à l’époque la plus contemporaine prend tout son intérêt : le clivage subsiste, s’aggrave même peut-être, alors que les dénivellations religieuses s’estompent. Tout se passe comme s’il y avait autonomisation progressive des champs, linguistique et religieux.

Attitudes

7Plus finement, il conviendrait d’identifier les attitudes et comportements des différents acteurs, dans leur statut et/ou leur position hiérarchique. Pour prendre l’exemple catholique, où, il est vrai, ces différentes strates sont les plus clairement identifiées, on pourrait évoquer la hiérarchie (évêques et vicaires généraux), le clergé paroissial, les réguliers, les laïcs. On se doute bien que les possibles typologies ne sauraient être mécaniquement homogènes. Le corps épiscopal français des xixe et xxe siècles mêle des “héritiers”, d’origine citadine et bourgeoise, et des “oblats”, d’origine populaire et de plus en plus rurale, aux sensibilités différentes, sans compter le clivage entre ultramontains et gallicans jusqu’en 1870. Il en va un peu de même, toutes choses égales, dans le clergé paroissial : on tiendra compte en outre ici des origines géographiques des intéressés : une chose est d’exercer son ministère au sein d’une communauté culturelle familière, une autre de s’implanter en provenance d’un tout autre univers, comme c’est souvent le cas dans les zones déficitaires en vocations. S’agissant des laïcs, l’éventail des positions est très largement ouvert. Il y a un monde entre le bourgeois éclairé et libéral, lecteur de journaux, et le “peuple des campagnes”, lui-même subdivisé en de multiples catégories. Parallèlement, il faudrait analyser l’attitude des autorités publiques sur ce terrain précis du discours religieux : la monarchie d’Ancien Régime, la Révolution, la période concordataire en ses diverses phases, qui ne se résument pas au violent épisode combiste de 1902.

  • 8 Thèse défendue par Maryon McDonald, “We are not French !” Language, Culture and Identity in Britta (...)
  • 9 Jean-François chanet, L’école et les petites patries. Enseignement primaire et sentiment d’apparte (...)

8Ces attitudes ont divers modes d’expression. On pense d’emblée à l’enseignement : les séminaires et les collèges, les écoles, avant et après les lois laïques. À propos de l’enseignement public, il faut probablement nuancer certain discours convenu sur la supposée imposition unilatérale du français. Elle était demandée, semble-t-il, par la majorité des parents d’élèves, pour d’évidentes raisons instrumentales8 ; d’autre part, l’école publique de la Troisième République s’est sans doute largement appuyée sur la sensibilité aux “petites patries” pour mieux construire l’identification à la grande9. Ceci n’en rend que plus souhaitable l’étude des stratégies linguistiques de l’école catholique, surtout à partir du moment où elle est devenue privée. De nombreux indices y laissent entrevoir un certain nombre de contradictions : préoccupation proprement scolaire, en faveur de la langue officielle, divergente par rapport à la préoccupation catéchétique ; nuances sensibles entre garçons et filles, et donc entre congrégations enseignantes masculines et féminines. Tout ceci sur fond du problème, plus vaste, de la promotion féminine par l’accès à la langue dominante. L’enquête ne saurait s’arrêter au seul système scolaire, et devrait prendre en compte les diverses institutions concourant à la formation. Ceci pourrait aller des confréries traditionnelles aux organisations et mouvements de jeunesse confessionnels, chantier historiographique très vivant actuellement : quelles langues utilisait-on, à la base, au sein de la JAC, de la JACF, dans telles ou telles circonstances ? Il faudrait également s’intéresser à l’organisation du suivi, religieux et culturel, des populations émigrées hors de leur sphère d’origine : l’histoire montre que c’est souvent dans ces milieux qu’émergent les militants régionalistes les plus déterminés. Ceci conduit à aborder, du point de vue religieux, l’expression politique des sentiments identitaires, dans leur éventail : provincialisme, régionalisme, nationalisme. En la matière, et s’agissant du clergé, il conviendrait de mesurer les éventuels effets de la loi de Séparation de 1905 quant à certain “devoir de réserve” et, en sens contraire la diffusion contemporaine des sentiments patriotiques, voire nationalistes, au sein du catholicisme français. On retrouvera inéluctablement, ce faisant, la dialectique complexe de l’“effet Action française” pour la génération marquée par ce mouvement : sensibilité de principe à la mosaïque des provinces traditionnelles, mais exaltation de la France en quoi elles se résument.

Langue et message religieux

9Il y a longtemps que les linguistes ont attiré l’attention des historiens sur le caractère central du langage, qu’il s’agisse des énoncés - lesquels constituent l’essentiel de leurs sources — ou des actes d’énonciation, qu’ils doivent repérer de façon plus biaisée. La réflexion sur les religions et les langues régionales offre une occasion supplémentaire de le vérifier.

Les sphères instrumentales

  • 10 Maurice Olender, Les langues du paradis. Aryens et Sémites, un couple providentiel Paris, Le Seuil (...)
  • 11 R. Balibar, L’institution du français, Paris, PUF, 1985.

10Les actes religieux comportent par nature une manipulation du langage sous toutes ses formes, écrites, orales, chantées, individuelles, collectives, avec ou sans postures hiératiques ou une gestuelle fortement codifiée. Le détour est ici nécessaire par l’étude des fondements théoriques, sinon théologiques, proposés successivement par des auteurs influents dans le champ religieux. De saint Augustin à Louis de Bonald, les développements ne manquent pas sur la nature du langage, sur sa relation à la langue primitive10 et au lien social. Le fait mérite réflexion, particulièrement dans le catholicisme, où peut régner un véritable trilinguisme : le fidèle entend l’office en latin, prend connaissance d’actes officiels en français, entend le sermon et se confesse en langue locale. Cette triple compétence linguistique est encore plus avérée pour les prêtres. Ajoutons l’élément de complication apporté par le colinguisme, selon le concept forgé par Renée Balibar11 c’est-à-dire la pratique d’un français savant, structuré en fait par le latin, tel qu’il s’apprenait dans les collèges et les séminaires, et fort éloigné du français réellement parlé. Or il peut régner aussi une sorte de colinguisme dans le traitement que les clercs font subir aux langues régionales dans leur usage religieux : le “breton de curé” (brezhoneg beleg) est rien moins qu’homogène au breton réel de la conversation. De même l’abbé F. Casta nous montre plus loin comment la prédication des prêtres corses pouvait, selon les circonstances, passer de l’idiome local à l’académisme toscan : il y avait là un subtil code de solennisation linguistique, parfaitement transparent pour les fidèles.

11S’agissant de la Réforme protestante, il reste sans doute beaucoup à étudier sur les processus langagiers à l’œuvre. Les choses sont en fait plus complexes que le simple abandon du latin proclamé et le passage à la lecture personnelle des textes sacrés, à quoi on résume souvent la mutation du xvie siècle. L’accès à la Parole divine ne se fait pas en langue proprement vernaculaire, qu’il s’agisse du français descendu du Nord et de la culture savante pour les méridionaux ou qu’il s’agisse du pfarrerdeutsch, l’allemand de Luther, qui devient de plus en plus archéologique, le temps passant, pour les Alsaciens, comme le montre B. Vogler.

12La sociolinguistique invite enfin à s’interroger sur les mécanismes complexes et dialectiques d’ouverture et de fermeture que procurent les systèmes de codes sociaux que sont les langues. La langue officielle ouvre bien des portes, en particulier celle de l’ascension sociale et de l’accès à la civilisation urbaine, passant souvent par l’émigration. D’où le dilemme fréquent du clergé, aux prises avec des préoccupations contradictoires : encourager les gens à rester au pays, y cultiver les coutumes et la civilisation traditionnelle, n’est-ce pas aussi, au moins en partie, avaliser la surpopulation rurale et la misère ? L’urgence n’est-elle pas, dès lors, dans la modernisation économique et sociale et l’effort de développement, dût la civilisation rurale y prendre des habits neufs ? Au lendemain de l’encyclique Rerum novarum, ces questions agitent le clergé finistérien, rappelle Chr. Brunei. La langue dominante s’impose également dans la presse, dont la diffusion dans les campagnes reste encore largement à étudier - et le souci comptable du clergé en la matière, souvent perceptible dans les questionnaires de visites pastorales, peut pallier partiellement la disparition des données de contrôle administratif liée à l’instauration de la liberté de presse, sous la Troisième République. À l’inverse, la langue officielle peut aussi conduire à l’isolement du locuteur dans un milieu culturel différent, qu’il s’agisse du clerc, prêtre, religieux, ou de l’instituteur.

Le rapport écrit/oral

13Quel rapport les fidèles entretiennent-ils aux deux types de communication ? On a souvent remarqué que, pour la masse des populations rurales, la sphère religieuse a longtemps été le vecteur privilégié, voire quasi exclusif, de contact avec la culture écrite : longtemps, le livre se réduisit implicitement, pour ces catégories, au livre religieux : livres de l’autel d’abord, inaccessibles et manipulés seulement par les clercs consacrés, puis, de proche en proche, les petits livres de dévotion, les catéchismes. La comparaison entre catholiques et protestants est ici essentielle, qu’il s’agisse de communication orale (prédication, confession) ou écrite. Encore faut-il distinguer, dans la production écrite, ce qui est destiné à la lecture (littérature de piété) et ce qui est destiné à la performance orale (les cantiques, le théâtre religieux populaire, les Noëls provençaux étudiés par R. Bertrand). Pour la prédication, la disponibilité de modèles en langue officielle, facilement accessibles, tels les sermonnaires du xviiie siècle, largement réédités au siècle suivant, avant que les revues spécialisées (L’ami du clergé, etc.) ne prennent le relais, n’implique-t-elle pas un certain volontarisme pour prêcher en langue locale ?

Les niveaux de langue

14Il n’est pas de bonne histoire sans interrogation sur les sources et leur validité. S’agissant par exemple de la prédication, performance orale et fugitive, réitérée à l’infini et dont nous ne conservons, tout compte fait, que d’infimes traces écrites, les sources conservées ne privilégient-elles pas la prédication exceptionnelle, en particulier celle liée aux missions ou aux retraites, au détriment du quotidien ? N’y a-t-il pas quelque risque à extrapoler de cette prédication exceptionnelle, développée par des “ouvriers évangéliques” extérieurs - qui plus est, assez souvent, des religieux - à ce que les fidèles avaient accoutumé d’entendre ? Il est vrai que le problème n’est pas propre à la prédication en langue régionale.

15Il faudrait ensuite soulever la question des contenus et de la sémantique. Comment traduit-on les termes religieux spécialisés, dont on sait au demeurant qu’ils ont déjà pu faire l’objet, à l’origine, de querelles linguistiques, devenues théologiques, du grec au latin. Il serait utile de comparer en la matière les pratiques dans le temps, dans l’espace, au sein des diverses confessions. Comment opère-t-on les traductions des grands textes : par le biais ou non de la langue officielle : Imitation de Jésus-Christ, Bible, etc... ? Les premières Bibles distribuées par les missionnaires évangélistes en Bretagne au xixe siècle étaient une traduction du texte de la Vulgate, par le très catholique Le Gonidec, - mais récusée dans un premier temps par l’évêché de Quimper.

16S’agissant des cantiques, qui associent, comme l’on sait, un texte et une mélodie pouvant être d’origine très hétérogène, comment passe-t-on d’un registre linguistique à un autre ? Dans la transposition, le rapport entre le texte et la mélodie reste-t-il le même ?

17De proche en proche, on en arrivera ainsi à la question fondamentale : prêche-t-on exactement la même chose dans la langue officielle et la langue régionale ? Il conviendrait sans doute ici de focaliser l’attention sur les périodes de sensible évolution, telles la Réforme tridentine au xviie siècle, l’introduction du liguorisme au xixe, celle de l’Action catholique au xxe, pour voir si, éventuellement, la prédication en langue régionale, par un effet d’inertie sémantique, n’est pas le conservatoire de messages religieux plus traditionnels ? Auquel cas, il ne serait pas exclu que l’innovation religieuse elle-même ajoute ses effets à toutes les forces qui, consciemment ou inconsciemment, contribuent au recul des langues et civilisations régionales.

  • 12 L’exposé de Gabriel Audisio (“Le Midi et la Réforme”) n’a pu être joint à ce recueil. Il est rempl (...)

18Organisée, dans le cadre du GDR 1095 (Groupement de recherche) du CNRS, Histoire du christianisme, la journée d’études du 11 décembre 1993, dont les Actes sont rassemblés ici, s’est déroulée à Lyon, lieu commode de convergence, en bénéficiant de l’hospitalité du Centre André Latreille (Université Lumière-Lyon II). Elle s’est déroulée en quatre temps, que reflète le plan de cet ouvrage. Une première partie consistait en des études approfondies de cas, sur des sites géographiques distincts, y compris un exemple étranger, emprunté à la Belgique12. Puis furent proposées deux études, de caractère quantitatif, sur la production religieuse imprimée en langue régionale. Une troisième partie a permis d’aborder les dénivellations sociales perceptibles dans les usages religieux des langues liturgiques, nationale, régionale. Dans un dernier point ont été abordés les problèmes de sémantique relatifs au passage des notions et des nuances religieuses d’un registre linguistique à l’autre.

Notes

1 Cf. Jean-Yves guiomar, La Nation entre l’histoire et la raison, Paris, la Découverte, 1990 ; Ernest Gellner, Nations et nationalismes, Paris, Payot, 1989 ; Eric J. Hobsbawm,. Nations et nationalismes depuis 1780, Paris, Gallimard, 1992, 247 p.

2 Christianisme et identité nationale. Une certaine idée de l’Europe, textes réunis par le cardinal Poupard, Paris, Beauchesne, 1994, 320 p.

3 G. Cholvy, “Régionalisme et clergé catholique au xixe siècle”, Régions et régionalisme en France, du xviiie siècle à nos jours, Actes du colloque de Strasbourg, octobre 1974, Paris, PUF, 1977, p. 187-201 et “Enseignement religieux et langues maternelles en France au xixe siècle”, Revue des langues romaines, t. LXXII, 1976, p. 27-52

4 Exemple significatif avec les deux études, largement parallèles et concomittantes, de Michel Lagrée (“Langue céleste et langue régionale au xixe siècle”, Actes du Colloque : Les Clercs et la communication ; l’oral et l’image (Rennes, 20-21 septembre 1989), Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1991, t. 98, n° 2, p. 121-129 et René Merle (“L’apparition de La Salette et le patois”, Lengas, revue de sociolinguistique, 31-1992, p. 69-105).

5 E. Weber, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale (1870-1914), trad. fr. de Peasants into Frenchmen, Paris, Fayard - Éd. Recherches, 1983.

6 Frances Lannon, Privilege, Persecution and Prophecy. The Catholic Church in Spain, 1875-1975, Oxford, Clarendon Press, 1987, 276 p.

7 Urs Altermatt, Le catholicisme au défi de la modernité. L’histoire sociale des catholiques suisses aux xixe xxe siècles, Lausanne, Payot, 1994, 395 p.

8 Thèse défendue par Maryon McDonald, “We are not French !” Language, Culture and Identity in Brittany, London and New-York, Routledge, 1989.

9 Jean-François chanet, L’école et les petites patries. Enseignement primaire et sentiment d’appartenance en France sous la Troisième République, 1879-1940, thèse de doctorat d’histoire, Université de Paris I, 1994.

10 Maurice Olender, Les langues du paradis. Aryens et Sémites, un couple providentiel Paris, Le Seuil-Gallimard, 1989.

11 R. Balibar, L’institution du français, Paris, PUF, 1985.

12 L’exposé de Gabriel Audisio (“Le Midi et la Réforme”) n’a pu être joint à ce recueil. Il est remplacé par celui prévu par René Merle, lequel s’était trouvé dans l’impossibilité d’assister à la rencontre de Lyon.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540