Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre face aux mutations

 | 
Luc Capdevila
, 
Sophie Cassagnes
, 
Martine Cocaud
, 
et al.

Conclusion

Luc Capdevila et Dominique Godineau

Texte intégral

1En réunissant des chercheurs provenant de différents champs historiques, ce colloque à la fois mixte, interdisciplinaire et international a été amené à traiter de l'ensemble des domaines couverts par les études sur le genre (histoire des femmes, histoire du masculin, histoire de la mixité, rapports sociaux de sexes, imaginaires sociaux), tout en resserrant les débats sur ses aspects dynamiques. La discussion sémantique sur les catégories (singulier/pluriel) du genre ou des genres reste ouverte. Le genre en tant qu'imaginaire social, ou les genres en tant que catégories sexuées ont été employés par les différents auteurs. Mais, en posant pour problématique le genre face aux mutations pour une période de dix siècles, dans un cadre comparatiste entre les périodes historiques et à l'intérieur du monde occidental, les communicants ont pu mettre en évidence à quel point la différence entre les sexes était une construction sociale et culturelle instable, en perpétuel renouvellement, sensible à tout changement social, économique et culturel. Les débats ont montré que toute mutation de la société s'accompagne d'un ajustement du genre, c'est-à-dire d'un polissage des stéréotypes du masculin/féminin, d'une variation des identités sexuelles, d'un changement dans les relations hommes/femmes, d'une adaptation des imaginaires sociaux.

2Les constructions du genre restent datées. C'est donc davantage sous l'angle de ses ajustements, voire de ses dynamiques, que les débats ont convergé, plutôt que dans une réflexion sur la stabilité des systèmes. Pour autant, les permanences ont été mises en évidence. Du Moyen Âge à nos jours, c'est toujours un système bipolaire qui a structuré les sociétés, y compris dans les périodes de crises aiguës ou lors de situations totalement inédites ; les deux pôles masculin et féminin étant organisés par une symétrie des systèmes de valeurs induisant des rapports de pouvoir posés sur des identités, comme l'a souligné Michèle Riot-Sarcey. Or, on pourrait retrouver cette bipolarité dans des sphères monosexuées ; ce que suggérerait Didier Guyvarc'h à partir des analyses qu'il fait des représentations des soldats bretons pendant la Première Guerre mondiale. C'est ici une approche à peine effleurée au cours du colloque, qui invite à des analyses en profondeur. Reste que les sociétés étudiées sont bisexuées et que les ajustements du genre face aux mutations reviennent bien souvent à réorganiser les rapports de pouvoir entre les sexes en conciliant - non sans tensions -mixité et hiérarchies, nécessités sociales et système de représentations.

3La confrontation des interventions a révélé avec force la complexité des liens entre représentations et pratiques en période de mutation. Cette question est apparue centrale et récurrente, au cœur des débats et de la problématique : la richesse et la diversité des travaux présentés ont permis de dépasser l'opposition binaire « représentations/réalités » pour s'interroger sur les multiples interactions entre, d'une part, un système normatif qui définit ce que doivent être le masculin, le féminin, les rapports de genre et, d'autre part, la façon dont les relations concrètes entre hommes et femmes s'agencent dans la société, de la famille à l'espace public en passant par les lieux du travail ou de l'activité intellectuelle. La majorité des intervenants a souligné la lourdeur des représentations mentales qui, forgeant les grilles de lecture du réel des contemporains, orientent leur rapport au monde, pèsent sur les pratiques sociales ou les théories scientifiques. Mais ces représentations, et les normes qu'elles contribuent à forger, ne sont pas hors histoire :les mutations lentes comme les événements qui, à des rythmes divers, remodèlent la société et font naître de nouvelles pratiques, conduisent à les infléchir, les ajuster, les renouveler ou au contraire à les figer. À l'issue du colloque, il est apparu que c'est dans le domaine des pratiques que se rencontrent le plus de mobilité, de réactions immédiates aux mutations sociales, politiques, culturelles, religieuses. Cela est particulièrement net lors des périodes de crises brutales (Révolution, guerres), mais est également ressorti des études portant sur des périodes plus longues.

4Anne-Marie Sohn a ainsi insisté sur les mouvements de longue durée et notamment sur le rôle de l'éducation -, plutôt que sur l'impact des événements de court terme pour saisir ce qui affecte les rapports hommes/femmes en France du xixe au xxe siècle, pour analyser la redistribution des relations dans les couples. La question étant de savoir ce qu'est un événement du point de vue du genre. Michelle Zancarini-Fournel a montré comment, entre les années 1880 et les années 1970, par étapes, la mixité est devenue une norme en matière d'éducation pour la société française ; ce faisant, elle a souligné que la mixité, qui se construit dans la durée, est le produit des

5changements de mentalités, des transformations de la société, mais repose aussi sur des événements politiques qui, en autorisant de nouvelles expériences, induisent des ruptures dans les comportements. De même, les mutations sociales, générées par le développement industriel et l'ouverture sur le monde, des sociétés européennes au xixe siècle ont amené à modifier les contrats entre les hommes et les femmes, nous dit Ionela Baluta pour la Roumanie, à redéfinir la place des femmes dans la société. Ainsi, à partir du cas des élites brésiliennes de São Paulo pendant les années folles, Monica Raisa Schpun a montré en quoi la métropolisation a conduit à repenser la présence dans l'espace public des hommes et des femmes, à redéfinir leurs rôles, leurs manières d'être et de paraître en société.

6Sur un autre plan, les médiévistes rappellent que l'image des femmes portée par le discours clérical en des temps de mutations religieuses ne saurait être examinée sans référence aux transformations du monde laïc. Bernard Merdrignac et Didier Panfili invitent ainsi à ne pas oublier les transferts de propriété, faits aux dépens des femmes de l'aristocratie et au profit de l'Église, lors de la christianisation de la Bretagne au haut Moyen Âge, ou lors de la réforme grégorienne en Languedoc : la « figuration » des filles dans les Vies de saints bretons obéit aussi à la nécessité de justifier ces transactions foncières, remarque Bernard Merdrignac ; les mutations militaires et économiques que connaît la société aristocratique languedocienne se conjuguent aux représentations véhiculées par l'Église dans l'effacement social des femmes constaté par Didier Panfili. Et, alors que sur près d'un millénaire la sainteté semble réservée aux hommes en Bretagne, la très tardive reconnaissance d'une Bienheureuse bretonne au xviie siècle marque aussi, pour Jean-Christophe Cassard, « l'intégration réussie de cette province dans l'espace français ». De même, Luisa Accati suggère que la défense de l'Immaculée Conception au xvie siècle peut se lire sur l'arrière-plan du rééquilibrage politique entre papauté et puissances catholiques européennes : la Vierge symbolisant l'Église (groupe d'hommes célibataires), le pouvoir papal est un pouvoir « maternel », soit « naturel » et antérieur aux lois positives qui gouvernent les États. Elle note aussi que, par l'affirmation de l'autorité ecclésiastique sur le mariage, l'Église peut contrôler la légitimité des transactions économiques liées aux stratégies matrimoniales.

7À côté du discours religieux, celui des médecins joue un rôle de plus en plus important dans la définition de la différence des sexes, de leur « nature » et de leurs fonctions sociales. Se voulant d'autorité et de vérité, le savoir médical n'est pourtant pas indépendant du système social et culturel de représentations. Ainsi, qu'elles concernent la fécondation ou l'hystérie, des thèses qui heurtent les conceptions traditionnelles sur le genre ont-elles du mal à s'imposer, car l'évolution des connaissances s'accompagne d'une forte résistance des représentations. Anne Carol montre que, en dépit du passage d'un modèle scientifique à un autre, les diverses hypothèses ou le vocabulaire utilisé présentent toujours du côté du masculin l'activité déterminante dans le mécanisme de la fécondation. De même Nicole Edelman souligne que, alors même qu'au xixe siècle est abandonnée l'hypothèse de l'origine utérine de l'hystérie au profit de la thèse neuro-cérébrale — puis psychique - qui rend possible la pensée de l'hystérie masculine, on assure que toute femme en est menacée (fragilité du système nerveux qui nécessite surveillance et protection, du mari et du médecin, dans la sphère domestique), tandis que l'homme hystérique, qui représente une transgression des normes du masculin, est cantonné par le discours médical à une catégorie infériorisée de la population (les ouvriers).

8De même, les enquêtes sociales menées au xixe siècle stigmatisaient dans les usines des lieux de perdition pour les ouvrières. Les femmes n'étaient pas à leur place dans les ateliers. Dominique Kalifa insiste pour rappeler que ces « audits » témoignent aussi d'un imaginaire masculin. Ces stéréotypes de l'ouvrière réduite au sexe participent de l'imaginaire social qui prédomine au xixe siècle, pensant l'homme comme l'universel humain et réduisant la femme au biologique, a rappelé Michèle Riot-Sarcey. Les conclusions découlant de ces enquêtes sociales étaient que les femmes n'avaient pas leur place dans les lieux de production, leur rôle étant de se cantonner à la sphère domestique. C'est ici l'une des manifestations de ces ajustements des représentations aux mutations sociales, conclut Dominique Kalifa. C'est également à partir des stéréotypes de l'usine comme lieu de prostitution pour les femmes, que les milieux conservateurs ont dénoncé l'embauche d'ouvrières pendant la Première Guerre mondiale, a précisé Jean-Yves Le Naour. Hervé Martin démontre ainsi que l'enseignement donné par les Ursulines dans les années 1886-1887 à Notre-Dame-de-la- Victoire de Morlaix consistait essentiellement à former des maîtresses de maison vertueuses, et surtout combien ces normes familiales étaient intériorisées par les jeunes filles.

9L'élaboration d'un savoir différentiel selon les sexes apparaît d'ailleurs clairement lors des moments de transformations du monde intellectuel, quand les changements touchant les formes de la production scientifique ou littéraire pourraient a priori favoriser l'accès des femmes à des savoirs renouvelés. Or, nous dit Catherine Goldstein à propos de la « Révolution scientifique » du xviie siècle, si l'ouverture de la science nouvelle à un public d'amateurs de haut rang joue bien en ce sens et permet l'entrée de femmes dans les cercles scientifiques, les frontières de genre n'en sont pas pour autant bouleversées : ces aristocrates sont majoritairement en position d'élèves, auxquelles est proposé un savoir délimité par leur condition. Isabelle Brouard-Arends rappelle quant à elle que l'affirmation des femmes, comme auteures, dans un champ littéraire en pleine mutation au xviiie siècle se fait par le biais du roman, genre littéraire déprécié qui n'exige pas de connaissances « professionnelles » — mais, même dans l'écriture romanesque, les frontières de genre demeurent et l'on ne connaît ainsi aucune auteure de roman libertin au xviiie siècle. Ces deux communications ont aussi souligné que les mutations, ici du monde intellectuel, s'inscrivent dans le cadre des structures sociales préexistantes, ce qui limite concrètement les possibilités d'une redéfinition entre genre et savoirs : savants ou hommes de lettres partagent un socle commun de références acquis par une éducation institutionnalisée, qui leur permet également de faire partie de réseaux « nettement sexués ». Pourtant, l'accès, même limité, des femmes aux savoirs et à la création intellectuels peut être vécu comme une transgression de la différence et de la hiérarchie « naturelles » entre les sexes, une usurpation du masculin conduisant à une confusion des genres. Liée à l'idée d'émancipation, la question cristallise les oppositions dès lors qu'est envisagée une reformulation radicale du système politique qui, craignent certains, pourrait s'étendre aux rapports hommes/femmes. C'est sa « prétention au savoir », à la philosophie et à la politique qui, lit-on dans un journal de 1793, transforme Charlotte Corday en « femme-homme » - comme le sont, pour les mêmes raisons, Olympe de Gouges ou Mme Roland. Même Sieyès, qui n'est pas fondamentalement hostile à l'intervention féminine dans la cité, considère qu'elles ne peuvent accéder au savoir politique né avec la Révolution. Car le « sens du vrai » nécessaire à l'étude des sciences n'est pas du ressort du féminin (Jacques Guilhaumou).

10Les mutations des formes du pouvoir, qu'elles prennent place dans le long terme ou dans un épisode révolutionnaire, ne sont évidemment pas sans effet sur le genre. Comme métaphore, il peut symboliquement intervenir dans le jeu de redéfinition des pouvoirs (Luisa Accati). En France, construction de l'État moderne et création du mythe de la loi salique sont liées : associant masculinité du pouvoir et modernité, celle-ci contribue à délégitimer l'exercice de l'autorité suprême par les femmes, assure Éliane Viennot. Mais le féminin n'est pas exclu des sphères du pouvoir car discours et mutation juridique doivent composer avec réalités sociales et pratique concrète du pouvoir : les femmes restent présentes sur la scène politique et le prestige d'un grand lignage passe aussi par elles. Ce que montre également Fanny Cosandey à propos des règles de préséance à la Cour de France, où la hiérarchie des sexes et des rangs est strictement codifiée : si c'est certes le mari qui donne son rang à la femme, les filles, bien qu'exclues de la succession du rang paternel par le même principe que celui de la loi salique, sont pourtant bien héritières du prestige familial, ce dont rend compte l'étiquette. Cet « écart entre les systèmes et leur fonctionnement imparfait » (Carlo Ginzburg), cette tension, faite d'aménagements et de contournements, entre mutations juridiques et impératifs à l'œuvre dans une société mixte, Nicole Dufournaud les repère dans la Bretagne du xvie siècle. Malgré une évolution du droit renforçant le pouvoir masculin dans la famille et la société, « la société bretonne reste pragmatique, le commerce doit prospérer » et plusieurs femmes participent à l'activité économique, ce qui leur donne une certaine autonomie.

11Résistant à toutes les mutations des Temps modernes, la présence féminine dans la sphère publique est particulièrement visible lors des périodes de crise et de rupture, lorsque tout est sens dessus dessous : c'est notamment le cas lors de la Réforme protestante - dont on peut regretter l'absence dans le colloque - ou à la fin du xviiie siècle en France. Ainsi le contexte de crise politico-judiciaire et de remises en cause des années 1770 est-il propice à la transgression des frontières de genre et un banal litige familial peut alors déboucher sur une plaidoirie féminine dans une cour de justice, l'héroïne étant érigée en « citoyenne » inscrite dans la Nation et ayant le droit de participer au tribunal de l'opinion publique, analyse Darline Gay Levy. La rupture révolutionnaire s'accompagne de nombreuses interventions de femmes - favorables ou hostiles à la Révolution - dans la sphère politique, rappellent Jacques Guilhaumou et Martine Lapied. Cette dernière montre ainsi comment, dans un contexte bouleversé, des attributs et fonctions définissant traditionnellement le genre féminin sont dotés d'un autre sens et utilisés pour jouer un rôle qui va contre les représentations traditionnelles. Karine Lambert et Gwénaël Murphy examinent les effets de la législation révolutionnaire sur les pratiques, à propos de l'égalité successorale ou du mariage des religieuses : tous deux concluent que des femmes se sont rapidement adaptées à une situation radicalement transformée par la Révolution et ont su utiliser les nouvelles possibilités qui leur étaient offertes - ce qui amène à penser la part de l'individuel, aucune loi n'obligeant par exemple les religieuses à se marier (Gwénaël Murphy). On pourrait dire la même chose du divorce révolutionnaire ; mais, même si là aussi les pratiques répondent immédiatement à la nouvelle législation, les représentations suivent elles un rythme beaucoup plus lent : même chez Olympe de Gouges, assure Philippe Corno, la réclamation du divorce n'est pas incompatible avec un imaginaire très stéréotypé des identités de genre dans le couple.

12Les guerres, autre événement fragilisant le genre, sont apparues comme des temps forts de crise de la masculinité. C'est ainsi que Sophie Cassagnes a analysé la diffusion du thème des Neuf Preuses dans l'Occident médiéval pendant la guerre de Cent ans. De même Didier Guyvarc'h et Jean-Yves Le Naour ont étudié la Première Guerre mondiale comme un lieu de crise du masculin, Marc Bergère poursuivant cette analyse en comparant les épurations en France à la sortie des deux guerres mondiales. De ce fait, les guerres étudiées dans ce colloque ont été interprétées comme des moments de crise dans les relations hommes/femmes ; les modifications intervenant également dans le domaine des mœurs, de la sexualité. En réaction, ces temps de crise correspondent aussi à une conjoncture de répression et d'incursion dans l'intime de la part de la puissance publique, comme l'a développé Cyril Olivier pour la France des années noires. Ces crises de la virilité n'ont pas toujours été suivies par une réaction masculine. Sophie Cassagnes a signalé que le thème des Neuf Preuses correspondait aussi à une période marquée par la crise de la chevalerie, qui tout en assistant à l'érosion de son identité guerrière s'ouvrait au même moment aux femmes, dans certains ordres chevaleresques.

13Plus généralement, communications et débats ont mis en évidence que, parce qu'elles sont des moments de recomposition et de possibles, où s'expérimentent d'autres relations, les crises - qu'elles résultent d'une situation de rupture révolutionnaire ou d'une guerre — sont marquées par de nombreuses tensions. Tensions entre les ouvertures induites par la crise et la peur de voir les rapports de genre fondamentalement transformés. Tensions donc entre avancées et fermetures : affirmation de l'égalité des droits entre individus - qui conduit à revoir le statut civil féminin — et exclusion des femmes du « droit de cité » pendant la Révolution française ; droit de vote donné aux femmes et réaffirmation de la différence et de la hiérarchie entre les sexes à la Libération (Marc Bergère, Cyril Olivier). Analyser comment, dans un même temps, s'articulent avancées, résistances, voire recul, c'est finalement comprendre, en les replaçant dans leur contexte, les mécanismes de la construction du genre, de la différence entre les sexes. Les communications ont souligné que, passé le temps de la crise, tout semble souvent rentrer dans l'ordre traditionnel, mais, a-il été aussi précisé, tout ne rentre pas dans le même ordre : ce qui s'est passé n'est pas sans effets, dans l'immédiat et/ou dans un réajustement à long terme.

14En effet, les études sur les situations inédites ont mis en évidence la plasticité du genre, ses ressorts, la capacité d'adaptation de la société. Ici, le comparatisme entre périodes ou entre aires culturelles a été particulièrement instructif. Martine Cocaud a présenté comment la création d'une industrie laitière à la fin du xixe siècle avait permis la présence initiale des femmes dans la profession car elles étaient traditionnellement affectées à la production de lait, puis comment la professionnalisation technicienne du métier a entraîné leur exclusion des laiteries et leur remplacement par des ouvriers, des techniciens, et des ingénieurs de sexe masculin dans les années 1920. Christophe Granger, à partir d'une étude sur les représentations, a observé une très rapide évolution dans la manière de prendre ses vacances, autour des mutations des années 1960, selon que l'on est homme ou femme. S'il est un événement dans la construction du genre, c'est bien tout ce qui concerne la reproduction de l'espèce. Or, l'expérience de ce qui pourrait apparaître comme un même événement varie d'une population à une autre. Joana Maria Pedro, à partir de travaux sur la réception de la pilule anticonceptionnelle en France et au Brésil dans les années 1960, décrit la souffrance et le refus politique initial des femmes brésiliennes qui contraste avec le débat sur l'émancipation féminine dans les milieux féministes français ; tout en concluant sur les changements significatifs dans les rapports de genre que l'introduction de la contraception chimique a entraîné sur les deux bords de l'Atlantique. Quant à l'insémination artificielle, si à la fin du xviiie siècle elle était réalisée par le mari, aujourd'hui l'équipe médicale s'interpose entre les époux au moment de la fécondation ; ce qui pourrait laisser entendre que le devenir des rapports de genre est aussi lié aux transformations du monde médical s'interroge Laurence Tain.

15Par-delà les regroupements thématiques, nécessaires à la tenue du colloque et à la publication des actes mais toujours insatisfaisants, des thèmes transversaux se sont dégagés en filigrane de plusieurs communications. Ainsi, peut-être plus particulièrement pour les périodes médiévale et moderne, la question de la transmission a été abordée par de nombreux intervenants : transmission du pouvoir et du prestige (Éliane Viennot, Fanny Cosandey) et, encore plus, de la terre (Bernard Merdrignac, Didier Panfili, Nicole Dufournaud, Karine Lambert). Ce qui nous rappelle que les mutations économiques, qu'elles se posent en termes patrimoniaux ou autres (Dominique Kalifa, Ionela Baluta, Monica Raisa Schpun, Martine Cocaud, Didier Guyvarc'h), interviennent elles aussi dans les constructions et les réajustements du genre.

16A également été soulevée la nécessité d'articuler genre et appartenance sociale, les hiérarchies sexuelles et sociales se combinant pour organiser le monde. Symbole de ce qui se passe dans l'ensemble de la société, à la Cour de France une femme passe derrière un homme de même rang mais devant un homme de rang inférieur, a souligné Fanny Cosandey. Les mutations ne concernent pas au même chef hommes et femmes selon leur origine sociale : les cercles scientifiques du xviie siècle accueillent des hommes de condition modeste, mais seulement des femmes de l'aristocratie (Catherine Goldstein) ; l'émergence d'écrivains issus du peuple au xviiie siècle ne concerne que des hommes (Isabelle Brouard-Arend). Cette double construction hiérarchique, sexuelle et sociale, se retrouve dans les représentations, par exemple celles de l'hystérique, femme ou ouvrier (Nicole Edelman), comme celles du travailleur (Dominique Kalifa, Jean-Yves Le Naour).

17Plusieurs intervenants se sont intéressés au vocabulaire comme écho des mutations, dans les représentations et les pratiques. Par quels mots sont désignées les femmes dans la littérature hagiographique (Bernard Merdrignac) ? Dans les enquêtes sociales (Dominique Kalifa) ? Sont-elles nommées dans les actes juridiques, sous leur patronyme, celui de leur mari, par leur activité (Didier Panfili, Nicole Dufournaud) ? Les réponses à ces questions sont autant d'indices du rapport masculin-féminin dans une société et de ses éventuelles transformations. Que la désignation « femme de lettres » n'existe pas au xviiie siècle (Isabelle Brouard-Arends), alors que « l'homme de lettres » s'impose dans la cité, en dit long sur la volonté de maintenir les limites entre écrivains des deux sexes. De même, l'expression « femme-homme » révèle bien la peur d'une confusion des sexes qui résulterait de l'accès des femmes au savoir et à la sphère publique et politique en des temps de révolution (Jacques Guilhaumou).

18Enfin, le colloque a évoqué l'importance des processus de mémoire, des rapports entre histoire et mémoire, dans la (re)construction du genre, les représentations du masculin et du féminin, et, finalement, la place faite aux femmes dans la société. Que ce soit à propos d'une Bienheureuse bretonne (Jean-Christophe Cassard), de l'image de la Bretagne au sortir de la Première Guerre mondiale (Didier Guyvarc'h), du mythe de la loi salique (Éliane Viennot), des figures de la religieuse « martyre » (Gwénaël Murphy) ou de la fanatique contre-révolutionnaire (Martine Lapied), plusieurs communications ont illustré « l'écart entre la mémoire qui utilise le passé et l'histoire qui cherche à le comprendre » (Didier Guyvarc'h).

19Chercher à comprendre le passé, comprendre à travers le prisme des mutations comment le genre est une construction historique qui répond à des contextes précis était l'objectif du colloque. Les débats ont effectivement montré à quel point la différence entre les sexes est une institution instable qui telle la toile de Pénélope n'a de cesse d'être tissée le jour et d'être dénouée la nuit sur un même métier.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540