Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre face aux mutations

 | 
Luc Capdevila
, 
Sophie Cassagnes
, 
Martine Cocaud
, 
et al.

Cinquième partie. Situations inédites

Techniques de reproduction et « révolutions contraceptives » : mises en scène de genre

Laurence Tain

Texte intégral

  • 1 Didier David avec Marie-Odile Alnot, Philippe Granet, Catherine Labrusse, Gabrielle Segur-Semenov,(...)
  • 2 Simone Novaes, Les passeurs de Gamètes, Presses Universitaires de Nancy, collection éthiques et te (...)
  • 3 Hélène Bergues, Philippe Ariès, Etienne Helin, Louis Henry, Michel Riquet, Alfred Sauvy, Jean Sott (...)
  • 4 Danielle Stora, Précurseurs, réalisateurs, adversaires de la fécondation artificielle humaine, thè (...)

1L'origine de cette contribution est le constat de la simultanéité de changements dans les modes contraceptifs et de l'introduction de nouvelles techniques de reproduction en France à la fin du xviiie siècle et du xxe siècle. Au xxe siècle, la période de légalisation de la pilule, (loi Neuwirth en 1967 et décrets d'application en 1973) correspond à la diffusion de la procréation médicalement assistée : l'insémination artificielle se développe réellement en France à partir de 19731 grâce à la création des trois premières banques de sperme2 ; la pratique de la fécondation in vitro démarre en France avec la naissance d'Amandine en 1982, premier « bébé éprouvette » français, survenue peu de temps après la première réussite mondiale de cette technique enregistrée en Angleterre en 1978. Une coïncidence analogue, bien que moins connue, prend place à la fin du xviiie siècle. C'est, en effet, à cette période que se généralise l'usage contraceptif du retrait au sein des couples conjugaux3 et c'est aussi à cette période qu'ont lieu les premières inséminations artificielles : la première tentative connue date de 1776 en Angleterre et le premier livre sur l'insémination artificielle humaine paraît en France en 1802 sous la signature du médecin Thouret4.

  • 5 Edward Shorter, Naissance de la famille moderne, éd. du Seuil, 1975.
  • 6 Henri Leridon, La deuxième révolution contraceptive, Travaux et documents de l'ined, Cahier n° 117 (...)
  • 7 Rony Lesthaeghe, « La deuxième transition démographique dans les pays occidentaux : une interpréta (...)
  • 8 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le (...)
  • 9 Alain Giami, « Cent ans d'hétérosexualité », Actes de la recherche en Sciences sociales, 1999, p. (...)
  • 10 Paola Tabet, La construction sociale de l'inégalité des sexes, Paris, éd. L'Harmattan, 1998, 230 p
  • 11 De ce point de vue, la situation des femmes françaises de l'après-guerre a pu être analysée comme (...)

2L'hypothèse sous-jacente à ce travail, c'est que ces changements concomitants concernant les pratiques sexuelles et la reproduction manifestent un bouleversement profond des rapports sociaux et l'on va s'intéresser ici à la mutation des rapports de genre. Les ruptures qui s'effectuent lors de ces deux périodes ont été identifiées sous diverses formes. Pour certains, il s'agit de deux « révolutions sexuelles5 », ou de deux « révolutions contraceptives6 », voire même de deux transitions démographiques7. D'autres ont souligné la dimension politique de ces phénomènes et ont mis notamment en évidence les liens entre l'amorce de la baisse de la fécondité à la fin du xviiie siècle et la Révolution française8. Le point de vue des rapports de genre apporte un nouvel éclairage sur l'analyse de ces processus. L'attention est, en effet, portée sur la déconstruction de notions comme la « sexualité » ou la « contraception », qui restent d'ordinaire accrochées à la norme dominante de l'activité sexuelle contemporaine9. Un effort est alors entrepris pour comprendre les rapports politiques et sociaux qui organisent ces pratiques10. C'est ainsi, par exemple, que la dimension politique du droit à la contraception et à l'avortement a été soulignée, le droit à disposer librement de son corps exprimant l'individuation des femmes, condition de leur participation à la démocratie11.

3L'objectif de cet article est d'apporter un éclairage complémentaire sur les transformations des rapports de genre qui s'expriment à travers les nouvelles formes prises par les techniques de reproduction à la fin du xviiie siècle et du xxe siècle. À travers l'apparition des diverses techniques reproductives et leur mise en scène, on cherchera à dessiner certains traits de l'évolution des rapports sociaux entre hommes et femmes.

Affirmation de l'individu masculin et intimité reproductive

4à la fin du xviiie siècle, dans le contexte de la « première révolution contraceptive », apparaissent les premières inséminations artificielles humaines. On voit se dessiner, à travers ces différentes pratiques, l'autonomie de l'individu, la hiérarchie entre hommes et femmes, ainsi qu'un nouveau rapport au corps encore peu soumis à la profession médicale.

La première « révolution contraceptive » : la méthode du retrait et la domination masculine

  • 12 Henri Leridon, Les enfants du désir, Paris éd. Julliard, 1995, 273 p. ; Philippe Ariès, « Le triom (...)
  • 13 Cf. R. Binion, op. cit.
  • 14 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le (...)

5La baisse de la fécondité en France, amorcée aux alentours de la révolution française, a maintes fois été évoquée12. La limitation des naissances, attribuée souvent à la généralisation du retrait, parfois à l'onanisme conjugal, a été interprétée de diverses manières. On peut mettre en avant l'impact de la révolution de 1789 et de la philosophie des Lumières13 Dans ce changement vers la modernité, le rapport au corps, à sa connaissance et à sa maîtrise changent, ce qui fait dire à Philippe Ariès14 que :

« ce n'est pas un hasard si cette conjonction d'un besoin et d'une technique tous deux anciens sans doute mais étrangers l'un à l'autre s'est réalisée au moment même où la population a cessé d'être un phénomène instinctif et inconnu pour devenir un objet de connaissance positive ».

  • 15 Philippe Ariès, L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime, Paris, éd. Le Seuil, 1973.

6L'autonomie des individus s'affirme et l'enfant lui-même devient un objet d'investissement dans la famille : « il en est de l'enfant comme du Tiers État : selon Sieyès, on pouvait dire de lui vers 1780-1800 : qu'était-il hier ? Rien ; que sera-t-il demain ? Tout15 ».

  • 16 Armelle Andro, « Contrôle traditionnel de la fécondité et innovations dans les pratiques contracep (...)
  • 17 André Rauch, Le premier sexe : mutations et crise de l'identité masculine, Paris, éd. Hachette, 20 (...)

7Dans une optique de genre, on peut envisager, comme l'a proposé Armelle Andro16 pour les pratiques contraceptives contemporaines en Afrique de l'ouest, une catégorisation des modes de contraception en fonction de la forme de contrôle des différentes étapes de la pratique. De ce point de vue, le retrait apparaît comme une méthode coopérative mais dont l'initiative est sous contrôle masculin. Cette scène est ainsi à l'image de l'émergence de l'individu à l'époque de la Révolution française, comprise comme l'affirmation de l'homme ayant autorité sur femme et enfants. Si l'on prend comme référence l'onanisme conjugal, il faudrait sans doute nuancer le propos et insister plutôt sur la fragilité de ce réaménagement de la domination masculine qui perd, avec la Révolution française, son fondement « naturel » au profit d'une assise négociée17.

Les premières inséminations artificielles : l'homme moderne et le médecin clandestin

8Ce sont des rapports sociaux analogues qui ressortent de la mise en œuvre des premières inséminations artificielles humaines.

9C'est dans un contexte de maîtrise sur la nature, sur le corps que se situe l'apparition des techniques de reproduction humaine :

  • 18 Cf. Philippe Ariès, op. cit.

« L'homme préside aux accouplements de son étable [...] ainsi l'homme a été amené peu à peu à diriger à son gré la reproduction animale et, par conséquent, à considérer la génération comme une technique à l'instar des autres techniques d'une ferme moderne. N'y a-t-il pas eu contagion de l'animal à l'homme ?18 ».

  • 19 Cf. Didier David, op. cit.
  • 20 Danielle Stora, op. cit.

10De façon qui peut paraître étonnante, la mise au point du procédé d'insémination eut d'abord lieu sur une femme. Il y eut, certes, quelques expérimentations animales : Jacobi obtint des alevins de saumon en arrosant les œufs d'une femelle avec la laitance d'un mâle (1763) ; Spallanzani réussit une expérience analogue sur les grenouilles. Toutefois, ce ne sont pas à proprement parler des inséminations artificielles mais plutôt des fécondations artificielles, puisqu'il n'y a pas d'introduction de la semence dans les voies génitales femelles19. La première insémination artificielle, dont une trace est parvenue jusqu'à nous, a donc eu lieu sur une femme (1776) si l'on ne tient pas compte des contes arabes qui font allusion dès le xive siècle à des fécondations de juments grâce au sperme prélevé sur des étalons. La célèbre expérimentation de Spallanzani sur la chienne (1780) lui fut donc postérieure20.

11Cette technique de reproduction confirme bien l'image de la sexualité contraceptive dessinée par la méthode du retrait : le couple construit une forme d'autonomie sous l'autorité de l'homme. La description de la première expérimentation connue illustre cet état de fait : en suivant les instructions du médecin Hunter, un drapier anglais pratiqua une insémination artificielle avec sperme de conjoint sur sa femme grâce à une seringue chauffée. Le résultat fut un succès.

  • 21 C'est Sir Everard Home qui publia les travaux de Hunter en 1799.
  • 22 Thouret, doyen de la faculté de médecine de Paris, publie en 1803 son livre Application sur l'espè (...)
  • 23 Il s'agit des plis cachetés déposés par Serre en 1847, Baumers en 1852, Tessier en 1861 et Dehaut (...)
  • 24 X... « Troisième exemple de fécondation artificielle », La réforme Médicale, 29 septembre 1867.
  • 25 C'est le docteur Nicolas qui utilise, en 1828 à Nancy, l'insémination artificielle pour une femme (...)

12Néanmoins, la clandestinité de la pratique, son expérimentation en dehors du médecin incitent à imaginer la difficulté sociale à penser la dissociation entre sexualité et reproduction et la place encore fragile du médecin dans la société. Malgré la réussite de l'essai suggéré par Hunter, la diffusion de cette innovation technique est très lente, la pratique médicale reste cloisonnée et les échanges scientifiques limités. Ainsi, ce premier succès ne fut connu et publié dans les Philosophyical transactions de la Royal Society qu'en 1799, alors que Hunter était déjà décédé depuis six ans21. De même, les quelques publications de médecins français, qui utilisent la technique, témoignent de cet isolement. C'est en 1803 que paraît en France, pour la première fois, un livre sur l'insémination artificielle humaine et ses indications. Il est dû au médecin français, Thouret, qui s'inspire des expériences de Spallanzani en 1780 sur les animaux. La tentative réussie d'insémination artificielle d'une femme, selon les instructions de Hunter, est antérieure (1776) et semble lui être inconnue22. Les tentatives restent secrètes, même lorsqu'elles sont décrites par les médecins. Des récits d'expériences sont déposés sous forme de plis cachetés à l'Académie des sciences et le secret ne peut être levé avant un siècle, sauf si l'auteur ou ses héritiers le demandent23. Le docteur Gigon ne publie qu'en 1867 les quatorze cas qu'il a traités depuis 1846 et encore le fait-il sous forme d'une publication anonyme, signée X24. Cependant la méthode se perfectionne et les indications médicales s'étendent : emploi de la technique en cas de frigidité de la femme, inséminations intra-utérines et non plus seulement intra-vaginales25.

Expansion médicale et hétérogénéité professionnelle

13Avec l'essor de la médecine, l'impact du monde professionnel de la santé acquiert de l'importance dans le domaine de la procréation. Ce processus de médicalisation ne va pas sans rivalités ni conflits, préfigurant certains des enjeux contemporains.

Le passage de la procréation au domaine public :
émergence de la profession médicale et effacement des sages-femmes

  • 26 On peut citer, par exemple, les contributions de Jacques Gelis, La sage-femme ou le médecin : une (...)

14L'attribution du domaine de la procréation à la médecine résulte d'un long cheminement. L'une des étapes concerne la prise en charge de la naissance par la médecine : après la naissance dans l'intimité avec l'aide des sages- femmes, on a vu apparaître les médecins accoucheurs. Leur présence a abouti à la médicalisation de la naissance, puis à sa prise en charge institutionnelle. Ce passage des sages-femmes aux médecins a été décrit par plusieurs auteurs26. Le discours médical porté par le courant des Lumières, l'émergence d'une science obstétricale, la pression nataliste de l'État ont favorisé la promotion des médecins accoucheurs au détriment des sages- femmes. Même si le xixe siècle est encore une période favorable pour les sages-femmes, c'est la date de 1760 qui est traditionnellement retenue pour marquer le triomphe des chirurgiens : ils réussissent à faire valoir la supériorité de leur compétence et à obtenir la responsabilité de la formation des sages-femmes. Le rôle de l'hôpital est fondamental puisque c'est d'abord dans ce cadre que les médecins ont la possibilité d'exercer et d'acquérir leur habileté professionnelle. La naissance n'est plus une affaire de femmes, avec l'assistance éventuelle de l'Église ; elle appartient désormais au champ de la médecine. La création du corps des médecins accoucheurs, en 1882, consacre le début de cette nouvelle époque qui aboutira à la reconnaissance puis à l'expansion du métier de gynécologue.

La lente reconnaissance sociale de l'insémination artificielle : hétérogénéité du milieu médical et rapports sociaux

15Si la médicalisation de la naissance met en scène la subordination progressive des sages-femmes aux médecins, avec le processus de reconnaissance de l'insémination artificielle, ce sont des lignes de fracture au sein de la profession médicale elle-même qui apparaissent.

  • 27 Il s'agit du livre Clinical notes on uterine surgery, with special reference to the management of (...)
  • 28 Ces inséminations aboutirent à dix grossesses dont une gémellaire. Ces résultats furent publiés da (...)
  • 29 Ce qui permet d'identifier a posteriori la publication anonyme de son père de 1867.

16Ce n'est qu'aux alentours de 1870 environ, soit un siècle après la première tentative d'insémination artificielle connue, que se pose la question de la reconnaissance de ce procédé dans le milieu médical. Le débat scientifique est engagé dans le Lancet du 3 février 1866, journal britannique faisant autorité dans le monde médical, à la suite de la publication d'un important travail sur la stérilité, dont un chapitre sur la fécondation artificielle, par un gynécologue américain célèbre, James Marion Sims27. Les cas jusqu'alors secrets sont présentés publiquement et publiés dans les revues médicales. C'est avec beaucoup de prudence que le docteur Girault présente en 1869 une communication à la société médicale du Panthéon à partir des vingt-sept inséminations qu'il a pratiquées depuis 1838 sur douze femmes et dont il a retardé la publication pendant près de trente ans28 : « C'est au nom de la Science seule que nous publions cette étude qui peut effaroucher quelques oreilles pudiques ». Un autre médecin, le docteur Gigon fils, soutient en 1871 une thèse de médecine consacrée à l'insémination artificielle, « Essai sur la fécondation artificielle de la femme dans certains cas de stérilité », qui repose sur les cas présentés précédemment par son père29. Le grand dictionnaire encyclopédique des sciences médicales s'enrichit en 1873 de plusieurs articles sur le sujet. La reconnaissance scientifique semble acquise et l'insémination artificielle humaine paraît être sur le point de sortir prudemment de sa semi-clandestinité comme en témoigne le contenu de « l'avertissement introductif » du livre destiné pour la première fois au public, De la fécondation artificielle et de son emploi contre la stérilité ( 1869), du médecin J. Gauthier :

  • 30 Cité par D. David, op. cit., 1984, p. 9.

« Il y a des causes qui se plaident à huis clos et devant les seules personnes directement intéressées à connaître les détails du procès. Cette brochure est dans le même cas [...]. J'avais d'abord pensé à en faire une œuvre exclusivement médicale [...] mais il m'a paru qu'il valait mieux la répandre dans le monde30 ».

  • 31 Un couple, abusé par la publicité sur la guérison infaillible de la stérilité, faite par le docteu (...)
  • 32 Ainsi par exemple, ce billet d'Alphonse Allais mettant en cause les membres du jury ayant refusé l (...)
  • 33 La nouvelle Le faiseur d'hommes (Rambaud et Laforest, Paris, 1884, éd. Marpon et Flammarion) fut e (...)

17Or, l'histoire rebondit au moment de la diffusion de la technique : des enjeux sociaux sont explicités et provoquent des divisions au sein de la profession médicale. Il y a tout d'abord la condamnation de l'insémination artificielle par la justice. Dans l'affaire Lejatre (1880), liée à ce que l'on pourrait appeler une publicité mensongère, les juges du tribunal civil de Bordeaux condamnent la méthode dans les considérants du jugement31. Le milieu médical adopte des positions contradictoires. En réaction à l'affaire Lejatre, une commission est chargée par la Société française de médecine légale d'étudier la question : elle conclut à l'unanimité sur l'intérêt thérapeutique et l'absence de danger moral de la technique (1883). Mais la thèse du docteur Gérard, patronné par le professeur Pajot, est refusée lors de la première soutenance à Paris en juillet 1885. Le jury unanime exige que tous les exemplaires (1200) soient brûlés. Elle est finalement acceptée lors de la deuxième soutenance en novembre 1885 et publiée sous le titre Nouvelles causes de stérilité dans les deux sexes. Fécondation artificielle comme moyen idtime de traitement. L'opinion publique se passionne pour ces débats. Les humoristes s'en emparent32. La thèse du docteur Gérard, tout comme la nouvelle Le faiseur d'homme publiée l'année précédente pour porter le débat sur la place publique connaissent un vif succès33. L'Église catholique intervient. La sentence du Saint-Office de Rome (1897) condamne le principe de l'insémination artificielle. Cette condamnation sera réitérée à plusieurs reprises. Ce n'est qu'en 1948 que la faculté de médecine de Paris introduit pour la première fois la mention des techniques de fécondation artificielle humaine. Malgré la reconnaissance académique du procédé, la pratique de l'insémination artificielle continue à rencontrer au xxe siècle en France de nombreuses réticences au sein du milieu médical, comme en témoigne cette conclusion du rapport de la Fédération des Gynécologues et Obstétriciens de 1957 :

  • 34 Cité par D. David, op. cit., 1984.

« Oserais-je ajouter que je vois dans ce geste d'insémination et dans les circonstances qui l'accompagnent un avilissement, une dégradation, ou pour parler comme Lecomte de Noüy, une méconnaissance de la dignité humaine. Il semble peu probable de voir se développer actuellement l'insémination artificielle34 ».

Autonomie des femmes et médicalisation

18Une nouvelle étape survient avec le combat collectif de femmes revendiquant le droit à disposer librement de leurs corps. La profession médicale joue un rôle décisif dans cette reconfiguration des modes sociaux de la sexualité sans procréation et de la procréation sans sexualité, mais les alliances entre acteurs s'avèrent parfois conflictuelles.

« La deuxième révolution contraceptive » :
droits des femmes et alliances conflictuelles avec les médecins

  • 35 Cf. R. Lesthaeghe, op. cit.

19Du long combat pour l'accès à la contraception médicalisée des femmes, on retiendra d'abord le caractère public. Cette nouvelle forme de contraception n'est pas le résultat, comme lors de la première révolution contraceptive, de négociations privées, mais d'une mobilisation citoyenne. Autrement dit, « la deuxième transition correspond à une autre phase de l'autonomie individuelle, beaucoup plus publique35 ». Une autre caractéristique tient à la nouvelle place des femmes dans ce dispositif. La pilule est le résultat d'une « commande » passée dans les années cinquante par la militante du planning familial, Margaret Sanger, à un endocrinologue réputé, Gregory Pincus. Au sein du couple, les femmes détiennent le contrôle du moyen contraceptif.

20Enfin, il faut souligner le rôle des médecins dans cette nouvelle configuration. C'est l'alliance de femmes et de médecins, notamment au sein du mouvement français pour le planning familial (mfpf), qui a permis la reconnaissance publique du droit à la contraception et à l'avortement. Néanmoins, des divergences sont apparues sur la place respective des femmes et des médecins dans le contrôle des corps, aboutissant en France à des scissions au sein du MFPF.

Les premières fécondations in vitro : autonomie des femmes et tutelle médicale

  • 36 Cf. D. David, op. cit.. 1984.
  • 37 Cf. S. Novaes, op. cit., 1994.
  • 38 « L'aventure Amandine "a pris corps" exactement le 10 mai 1981 ». cf. frydman, op. cit., 1986 : le (...)

21Simultanément à cette dynamique sociale d'émancipation des femmes, marquée notamment par le vote des décrets d'application de la loi Neuwirth (1967) ou de la première loi autorisant l'avortement (1975), un espace public s'ouvre pour la reconnaissance de l'insémination artificielle et la mise en œuvre de la fécondation in vitro. En effet, ce n'est qu'en 1973 que la pratique de l'insémination artificielle s'est réellement développée en France36. Le revirement a lieu avec la création cette année-là de trois banques de sperme, dans des contextes bien différents37. Pour l'endocrinologue Sacha Geller, fondateur de la banque du cefer à Marseille, il s'agissait d'étendre la collaboration entre cliniciens et biologistes. La fondation de la banque de l'hôpital Necker s'est accompagnée de justifications morales sur le principe même de l'insémination artificielle avec donneur, son fondateur le gynécologue Albert Netter s'y étant initialement opposé. Enfin, la création de la première banque du cecos par le médecin biologiste Georges David avait pour but d'assurer un contrôle technique de la pratique (indications médicales, recrutement des donneurs, protocoles d'insémination, données épidémiologiques...). Par ailleurs, c'est en 1978, en Angleterre, qu'a eu lieu la première tentative réussie, due à la collaboration du chercheur biologiste Robert Edwards et du médecin gynécologue Steptoe qui travaillaient sur le projet depuis 1965. Louise Brown, le premier « bébé-éprouvette », est née le 25 juillet 1978 à l'hôpital d'Oldham près de Manchester. En France, le premier succès a été enregistré en 1982 : grâce à l'association de René Frydman et de Jacques Testart, un médecin et un biologiste, comme dans l'équipe anglaise, Amandine est née à l'hôpital Béclère (Clamart) en février 198238.

22Avec ces nouvelles techniques de reproduction, d'autres versants des rapports sociaux entre hommes, femmes et médecins apparaissent. La scène française initiale est, de ce point de vue, emblématique. En voici une description par le biologiste Jacques Testart :

  • 39 Jacques Testart, L'œuf transparent, Paris, éd. Flammarion, 1986, 216 p., p. 73.

« Dès que j'eus vérifié que l'embryon avait quitté le cathéter pour demeurer chez elle, je prononçai doucement "Madame, vous êtes enceinte !..." Rien d'autre ne fut dit avec des mots au cours de cette cérémonie. Elle sourit, et toujours étendue, les bras en croix, ses mains serrèrent fort celles des deux biologistes ; la tête de René réapparaissait d'entre ses cuisses ; la musique était belle à pleurer. Quand elle rejoignit son mari, quelques minutes plus tard, elle dit seulement : "J'ai fait l'amour avec les trois"39 ».

  • 40 Laurence Gavarini, « Biomédecine porteuse... la mère in vitro », in Génétique, procréation et droi (...)

23Ainsi, on est bien loin de la pratique des premières inséminations artificielles dans l'intimité du couple en l'absence du médecin. La pratique hospitalière de cette nouvelle technique de reproduction s'appuie sur l'évolution sociale concernant la dissociation entre sexualité et procréation, et l'interprète à sa manière. Or deux transformations semblent devoir être notées. D'une part, dans cette mise en scène hospitalière, ce n'est plus le couple qui est au centre de la procréation, mais l'homme et la femme mobilisés séparément par l'institution médicale. Comme si, dans cette procédure hospitalière, chaque individu portait le projet de procréation de façon autonome, indépendamment de la relation du couple. Il pourrait y avoir là, une évolution de la représentation de la procréation qui dépasse la simple dissociation de la reproduction d'avec l'acte sexuel : la relation du couple ne serait pas non plus indispensable. D'autre part, l'unité de procréation se modifie avec la présence d'un tiers, le médecin. Comme le note Laurence Gavarini40, « le médecin fait presque partie de la cellule conjugale reproductrice, il en est en tout cas la référence autorisée et autorisante ».

*

24Les usages contraceptifs et reproductifs mettent ainsi en scène l'individuation de l'homme puis de la femme. Mais si, au siècle des Lumières, l'individu masculin paraît s'affirmer de façon autonome, la nouvelle donne pour les femmes du xxe siècle semble étroitement dépendante d'alliances avec des acteurs médicaux. Le devenir des rapports de genre serait-il lié aux transformations du monde médical ?

Notes

1 Didier David avec Marie-Odile Alnot, Philippe Granet, Catherine Labrusse, Gabrielle Segur-Semenov, L'insémination artificielle humaine, Paris, éd. esf, 1984, 151 p.

2 Simone Novaes, Les passeurs de Gamètes, Presses Universitaires de Nancy, collection éthiques et techniques, 1994, 129 p.

3 Hélène Bergues, Philippe Ariès, Etienne Helin, Louis Henry, Michel Riquet, Alfred Sauvy, Jean Sotter, La prévention des naissances et ses origines dans les temps modernes, travaux et documents de l'ined, 1960.

4 Danielle Stora, Précurseurs, réalisateurs, adversaires de la fécondation artificielle humaine, thèse de médecine, Paris Necker, 1976, 42 p.

5 Edward Shorter, Naissance de la famille moderne, éd. du Seuil, 1975.

6 Henri Leridon, La deuxième révolution contraceptive, Travaux et documents de l'ined, Cahier n° 117, 1987, éd. puf.

7 Rony Lesthaeghe, « La deuxième transition démographique dans les pays occidentaux : une interprétation », in Transitions démographiques et sociétés, éd. Chaire Quételet, 1992.

8 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le xviiie siècle, Paris, éd. Le Seuil, 1971, 414 p. ; Rudolph Binion, « Marianne au foyer : révolution politique et transition démographique en France et aux Etats-Unis », Population, vol. 55, n° 1, 2000, p. 81-104.

9 Alain Giami, « Cent ans d'hétérosexualité », Actes de la recherche en Sciences sociales, 1999, p. 38- 45 ; Christine Delphy, L'ennemi principal, Paris, éd. Syllepses, 1998.

10 Paola Tabet, La construction sociale de l'inégalité des sexes, Paris, éd. L'Harmattan, 1998, 230 p.

11 De ce point de vue, la situation des femmes françaises de l'après-guerre a pu être analysée comme un paradoxe (Joan Scott, La citoyenne paradoxale, éd. Albin Michel, 286 p.) : les femmes deviennent citoyennes d'un point de vue théorique mais sans accéder pleinement à un statut de sujet disposant librement de son corps. Voir aussi Marie-Blanche Tahon, « Citoyenneté et parité politiques », Sociologie et sociétés, vol. XXXI, n° 2, 1999, p. 73-87 et Diane Lamoureux, « La démocratie avec les femmes », Globe, revue internationale d'études québécoises, vol. 3, n° 2, 2000, p. 23-42.

12 Henri Leridon, Les enfants du désir, Paris éd. Julliard, 1995, 273 p. ; Philippe Ariès, « Le triomphe de la contraception », Les collections de l'histoire, n° 5, 1998, p. 78-80 ; H. Bergues et alii, op. cit.

13 Cf. R. Binion, op. cit.

14 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le xviiie siècle, Paris, éd. Le Seuil, 1971, 414 p.

15 Philippe Ariès, L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime, Paris, éd. Le Seuil, 1973.

16 Armelle Andro, « Contrôle traditionnel de la fécondité et innovations dans les pratiques contraceptives masculines et féminines en Afrique de l'Ouest », in Démographie : nouveaux champs, nouvelles recherches, collection dossiers et recherches de l'ined, n° 89, 2000, p. 149-158.

17 André Rauch, Le premier sexe : mutations et crise de l'identité masculine, Paris, éd. Hachette, 2000.

18 Cf. Philippe Ariès, op. cit.

19 Cf. Didier David, op. cit.

20 Danielle Stora, op. cit.

21 C'est Sir Everard Home qui publia les travaux de Hunter en 1799.

22 Thouret, doyen de la faculté de médecine de Paris, publie en 1803 son livre Application sur l'espèce humaine des expériences faites par Spallanzani sur quelques animaux. Le modèle de référence est donc l'insémination artificielle d'une chienne, réalisée par Spallanzani en 1780 alors que le cas d'insémination artificielle humaine relaté par Home en 1799 concerne la réussite d'une tentative en 1776.

23 Il s'agit des plis cachetés déposés par Serre en 1847, Baumers en 1852, Tessier en 1861 et Dehaut en 1865 ; cf. Didier David, « Les débuts de l'insémination artificielle au xixe siècle : à propos de quatre plis cachetés », La vie des sciences. Comptes rendus, 1987, n° 4, p. 449-458.

24 X... « Troisième exemple de fécondation artificielle », La réforme Médicale, 29 septembre 1867.

25 C'est le docteur Nicolas qui utilise, en 1828 à Nancy, l'insémination artificielle pour une femme frigide. C'est le docteur Gigon qui est le premier à réaliser des inséminations intra-utérines et non plus seulement intra-vaginales.

26 On peut citer, par exemple, les contributions de Jacques Gelis, La sage-femme ou le médecin : une nouvelle conception de la vie, Paris, éd. Fayard, 1988, 560 p. ; Yvonne Knibiehler, Histoires des mères, Paris, éd. Montalba, collection Pluriel, 1977, 356 p. ; Yvonne Knibiehler, La femme et les médecins, Paris, éd. Hachette, 1983, 329 p. ; Yvonne Knibiehler, « Femmes et médecins, regards sur l'histoire » in L'ovaire-dose ? Actes du colloque des 3-4 décembre 1988, organisé par le Mouvement Français pour le Planning Familial, Paris, éd. Syros, 1989, p. 297-310 ; et de Danièle Carricaburu, « Les sages-femmes face à l'innovation » in Les métiers de la santé, ouvrage collectif sous la direction de Aïach P., Fassin D„ Paris, éd. Anthropos, 1994, p. 281-308.

27 Il s'agit du livre Clinical notes on uterine surgery, with special reference to the management of the sterile condition, Londres, ed. Hardwicke, 1866.

28 Ces inséminations aboutirent à dix grossesses dont une gémellaire. Ces résultats furent publiés dans son Étude sur la génération artificielle dans l'espèce humaine aux éditions « Abeille Médicale ».

29 Ce qui permet d'identifier a posteriori la publication anonyme de son père de 1867.

30 Cité par D. David, op. cit., 1984, p. 9.

31 Un couple, abusé par la publicité sur la guérison infaillible de la stérilité, faite par le docteur Lejatre, refusa de payer les honoraires exigés après échec de la tentative. Le praticien s'adressa aux tribunaux pour réclamer ses honoraires. Le Tribunal débouta le médecin et le condamna pour violation du secret professionnel à reverser une amende de 1 500 F.

32 Ainsi par exemple, ce billet d'Alphonse Allais mettant en cause les membres du jury ayant refusé la thèse du docteur Gérard : « en cette affaire de fécondation artificielle, lui et ses collègues se sont mis dans l'œil un doigt grand comme celui de la Providence » [cité par D. David (1984)].

33 La nouvelle Le faiseur d'hommes (Rambaud et Laforest, Paris, 1884, éd. Marpon et Flammarion) fut encouragée par Georges Barrai, ami dévoué et élève de Claude Bernard, à la suite d'une conversation avec ce dernier qui estimait que les ressources littéraires pourraient être utilisées pour faire accepter au public le progrès scientifique. Cette nouvelle, dédicacée à Claude Bernard et préfacée par Georges Barrai, trace le portrait du docteur Gérard et prend, bien entendu, parti pour la méthode d'insémination artificielle.

Le lendemain de la deuxième soutenance, la thèse du docteur Gérard fut publiée et reçut un accueil extraordinaire : il fallut procéder à une réimpression pour satisfaire les demandes et il ne resta que six exemplaires des cent-vingt mille de cette édition, conservés pour des occasions particulières.

34 Cité par D. David, op. cit., 1984.

35 Cf. R. Lesthaeghe, op. cit.

36 Cf. D. David, op. cit.. 1984.

37 Cf. S. Novaes, op. cit., 1994.

38 « L'aventure Amandine "a pris corps" exactement le 10 mai 1981 ». cf. frydman, op. cit., 1986 : le premier jour de la procédure médicale correspondant au premier jour des dernières règles de la future mère, a été le 10 mai 1981.

39 Jacques Testart, L'œuf transparent, Paris, éd. Flammarion, 1986, 216 p., p. 73.

40 Laurence Gavarini, « Biomédecine porteuse... la mère in vitro », in Génétique, procréation et droit, Paris, éd. Actes Sud, 1985.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540