Version classiqueVersion mobile

Le genre face aux mutations

 | 
Luc Capdevila
, 
Sophie Cassagnes
, 
Martine Cocaud
, 
et al.

Cinquième partie. Situations inédites

Contraception et changement dans les rapports de genre au Brésil et en France (1960-1970)

Joana Maria Pedro

Texte intégral

1D'une manière générale, l'émergence de nouvelles méthodes contraceptives a introduit, selon une opinion répandue, des changements significatifs dans les rapports de genre. Néanmoins, il faut observer de plus près comment ces transformations ont été vécues par les différents acteurs, selon leur inscription dans le temps et dans l'espace. L'observation montre que ce lien entre pratique contraceptive et transformations sociales de genre ne sont pas aussi évidentes qu'on pourrait bien le croire.

2Au Brésil - comme dans les autres pays du Tiers-Monde - la diffusion des méthodes contraceptives modernes (parmi lesquelles la pilule contraceptive) faisait partie des politiques internationales visant à la réduction de la natalité dans le monde. Les choses se sont passées d'une toute autre manière chez les femmes des pays européens, dont les politiques natalistes avaient été renforcées après les deux grandes guerres mondiales.

3La question qu'on est alors en droit de se poser est si les différences observées dans les divers contextes historiques, où s'est produit la diffusion de nouvelles méthodes contraceptives, a eu ou non des effets sur les rapports de genre. Les discussions menées dans les deux pays indiquent qu'un tel résultat est assez ambigu, malgré le fait que les différences dans les contextes historiques sont effectivement importantes. Dans cet article, je voudrais avancer un peu dans cette problématique, à travers une comparaison entre le vécu des femmes brésiliennes et françaises concernant la diffusion des méthodes contraceptives, en relation avec les changements dans les rapports de genre.

4Je centre mon article sur les arguments – issus des pratiques et des rapports de pouvoir - qui ont été utilisés, au Brésil et en France : dans les luttes politiques visant à favoriser l'utilisation des nouveaux contraceptifs hormonaux, dans les conséquences de leur utilisation sur les rapports de genre.

5Les sources consultées ont été notamment des sources publiées. Pour le Brésil, j'ai utilisé la presse, des journaux féministes, des revues, des livres et des articles scientifiques. En France, je me suis seulement appuyée sur des actes de colloques, des livres et des revues. Mon matériel résume ainsi les débats qui ont eu cours, les sujets de discussions acharnées, enfin, les questions qui ont préoccupé l'opinion publique, les journalistes et les chercheurs pendant cette période.

6Ce sont surtout les différences, entre les arguments utilisés dans les débats observés à cette époque au Brésil et en France qui font percevoir comment se structurait la pensée à ces moments. Ils renvoient aux luttes qui ont eu lieu et montrent comment un même processus peut avoir des significations très différentes selon le contexte.

7Donc, les textes publiés dans ces deux pays ne seront examinés que comme une série d'arguments dans un débat discursif. Nous savons bien que toute l'encre qui a coulé renvoie aux rapports de pouvoir dans le quotidien et s'inscrit dans les corps des femmes. Ces rapports englobent de nombreux acteurs tels que l'industrie pharmaceutique, les organismes internationaux, les mouvements sociaux, et notamment les femmes.

Les luttes politiques visant à favoriser l'utilisation des nouveaux contraceptifs hormonaux

8Au Brésil et en France pendant les années soixante, la diffusion des contraceptifs hormonaux a été accompagnée d'arguments qui préconisaient, entre autres : la question de la population, l'émancipation corporelle des femmes.

9Je tâcherai ici de confronter ces arguments dans leurs différences pour brosser un tableau de ces débats.

La question de la population

  • 1 Voir à ce propos l'article « La vieille pilule », Jornal do Brasil du 12 mai 1972. Dans cet articl (...)

10Au Brésil la pilule contraceptive a été mise en vente en 1962 — deux ans après l'approbation par le fda (Food and Drug Administration), aux États Unis, de la pilule Enovid, produite par les Laboratoires Searle. La presse féminine a publié quelques articles informatifs sur ses potentialités, mais le gros de l'information a été réalisé auprès des médecins, par des représentants commerciaux1.

  • 2 Voir à ce propos José Anselmo Nunes Brasil, « Métodos anticoncepcionais para ginecologistas e obst (...)

11Il convient de mettre en relief qu'à partir des années cinquante, les médecins brésiliens sont allés chercher des connaissances sur les moyens contraceptifs dans des institutions étrangères, puisque les facultés de médecine brésiliennes ne dispensaient pas d'enseignement sur ce sujet jusqu'aux années soixante. Seulement à partir de 1966, les revues médicales brésiliennes commencent à diffuser, à l'attention des gynécologues et obstétriciens, les recherches et les études effectuées par des médecins brésiliens et étrangers. Cependant, depuis 1962, il y avait des actions isolées, dont le but était de diffuser les méthodes contraceptives auprès des femmes des couches populaires, financées par l'International Planned Parenthood Federation (Fédération Internationale du Planning Familial), dans plusieurs villes brésiliennes2.

  • 3 Il s'agit de l'édition brésilienne de la revue Sélections du Reader's Digest. Avec O Cruzeiro, cet (...)
  • 4 Robert Coughlan « Gente déniais ! Que fazer ? » Seleções do Reader's Digest n° 219, avril 1960, p. (...)
  • 5 Dans les 150 entretiens que nous avons faits avec des femmes des couches moyennes, les plaintes en (...)
  • 6 R. Coughlan, op. cit. Publiée pour la première fois en 1922, cette revue se vantait d'atteindre pl (...)

12Les informations sur la nouvelle méthode de contraception — considérée plus efficace que les précédentes - ont été suivies de données alarmantes sur le danger de la surpopulation dans le monde. En avril 1960, la revue Seleções3, dans un article intitulé « Trop de gens ! Que faire ? », annonçait que, d'ici 40 ans, soit au début de l'année 2000, la population mondiale s'élèverait à 8 milliards de personnes, dont 70 % seraient afro-asiatiques. Ceci serait le résultat de la réduction de la mortalité infantile et d'une augmentation de la longévité. Le même article mentionne les expériences des docteurs Gregory Pincus et John Rock, qui expérimentaient des contraceptifs hormonaux sur des femmes haïtiennes et portoricaines depuis 1956 — ces femmes y étaient appelées « champ d'expérience4 ». Il y était dit, en outre, que ce médicament était trop récent pour faire la preuve de son efficacité, qu'il coûtait encore trop cher et que les femmes soumises à ces expériences se plaignaient d'« effets secondaires tels que nausées, maux de tête et étourdissements5 ». Néanmoins - affirmait l'auteur de l'article - devant le danger de la croissance démographique, « même une ressource contraceptive qui ne sera pas infaillible pourra avoir une importance virtuelle dans les pays où ce taux est plus élevé6 ».

  • 7 Le Brésil compte actuellement 169,8 millions d'habitants, avec une densité démographique de 20 hab (...)

13Le Brésil a été classé parmi les pays menacés par un excédent démographique, et ainsi parmi ceux qui augmentaient le danger d'une surpopulation mondiale. Il convient néanmoins de noter que la densité démographique du Brésil est inférieure à celle de la plupart des pays européens et actuellement, cinq fois inférieure à celle de la France7. Dès lors, comment expliquer l'usage de ce type d'argument démographique à l'égard du Brésil ?

  • 8 Délcio da Fonseca Sobrinho, Estado e população : uma história do planejamento familiar no Brasil. (...)

14L'investissement effectué pour le contrôle de la natalité au Brésil et dans les autres pays d'Amérique Latine a eu une relation directe avec la Révolution cubaine de 1959. C'est à partir de cette date que les États-Unis commencent à considérer l'Amérique Latine comme un « continent explosif », un champ fertile pour l'agitation communiste. Sont alors créées des organisations d'aide aux pays latino-américains, qui exigeaient comme contrepartie l'adoption de programmes et de stratégies de réduction de la croissance démographique. Ainsi, le danger représenté par une question politique a été travesti en celui de « bombe démographique8 ».

  • 9 Au 1er avril 1964, une dictature militaire qui a duré vingt et un ans (jusqu'à 1985) s'est imposée (...)

15Dans les années soixante et soixante-dix, au lieu de révolutions communistes, ce sont des dictatures militaires qui se sont implantées au Brésil et dans d'autres pays latino-américains9. Toute manifestation populaire était alors interdite. Ces régimes ont conduit ces pays vers un modèle économique et une société capitalistes tout en subissant des pressions d'organisations internationales dans le sens de l'adoption de politiques de contrôle de la natalité.

  • 10 Regina Maria Barbosa, Mulher e contracepção : entre o técnico e o político. Rio de Janeiro, uerj, (...)
  • 11 D. da Fonseca Sobrinho, op. cit., p. 135.

16Ces pressions internationales, cependant, n'ont pas reçu l'appui explicite du gouvernement brésilien de cette période. Il y avait alors, d'un côté, les « antinatalistes », de l'autre, les « anti-contrôles ». Les premiers revendiquaient un projet de développement pour le pays au sein duquel le contrôle de la natalité était présenté comme un des paramètres caractéristiques des pays développés10. De leur côté, les « anti-contrôles » préconisaient la théorie géopolitique de « l'occupation des espaces vides ». Ils trouvaient de forts alliés parmi les militaires nationalistes qui pensaient que la souveraineté nationale dépendait de la présence de Brésiliens dans toutes les régions du pays11.

  • 12 Le droit d'avoir ou de ne pas avoir d'enfants. Cademos do Consclho da Condição Feminina, p. 2. Apu (...)
  • 13 Cette entité, financée par l'ippf, a été créée au Brésil le 26 novembre 1965.

17C'est au milieu de ces débats que les pilules contraceptives ont été commercialisées et de plus en plus achetées par les couches moyennes. En 1970, par exemple, en ont été vendues 6,8 millions de plaquettes, ce chiffre passant à 40,9 millions en 198012. Cette consommation a notamment été pilotée par les femmes des couches moyennes, car à partir de 1965 celles des couches populaires pouvaient obtenir gratuitement différents produits contraceptifs avec des organismes comme la bemfam (Société Civile pour le Bien-Être Familial au Brésil13).

18En France, les arguments qui accompagnent l'entrée de la pilule contraceptive sur le marché français n'ont pas été les mêmes. Malgré la référence à la surpopulation et au baby-boom d'après-guerre, l'accent a été mis sur l'affirmation que la France préconisait depuis longtemps une pratique de réduction du nombre d'enfants et que, de cette façon, les nouvelles méthodes contraceptives n'introduiraient pas un grand changement dans la perspective déjà en pratique. Il était, au contraire, nécessaire de combattre la politique nataliste adoptée depuis la fin de la Première Guerre mondiale.

  • 14 Hélène Bergues, Philippe Ariès (e.a.), la prévention des naissances dans la famille. Ses origines (...)
  • 15 Il s'agit du chapitre intitulé « Interprétation pour une histoire des mentalités », p. 311-327.

19La publication dirigée par Hélène Bergues et Philippe Ariès, intitulée La prévention des naissances dans la famille. Ses origines dans les temps modernes14 publiée en 1960, montre bien comment a été conduit le débat sur la contraception en France, après le début de la commercialisation des produits contraceptifs hormonaux. La principale question de ce livre est la chute du taux de natalité en France. Les auteurs lancent maints tableaux de données démographiques, d'arguments divers pour montrer que la France aurait déjà entamé son processus de réduction du nombre d'enfants dès le xviiie siècle. Particulièrement dans le chapitre X de cet ouvrage, Philippe Ariès présente de nombreux arguments contre les natalistes affirmant que les couples français ne voulaient plus avoir d'enfant. Ce chapitre met l'accent sur le fait que ceci se passe au cours d'un processus d'embourgeoisement et d'urbanisation de la société, et que c'était justement pour mettre les enfants en valeur que les couples optaient pour en réduire le nombre15.

  • 16 Andrée Michel et Geneviève Texier, La condition de la femme française aujourd'hui, vol. I et II, G (...)
  • 17 Idem, vol. Il, p. 146. Dans cette partie du livre, les auteurs présentent les résultats d'une rech (...)
  • 18 Ibidem, vol. I, p. 38-41.

20En 1964, la même question était mise en discussion dans un livre en deux volumes écrit par Andrée Michel et Geneviève Texier16. Les auteurs y cherchaient à démontrer que la quête pour des formes efficaces de contraception ne signifiait pas que les couples ne voulaient plus avoir d'enfants mais, au contraire, qu'ils cherchaient le meilleur moment pour en avoir. Ils disaient : « Le louable désir de rechercher ce qui est le meilleur pour les enfants et la famille est une des raisons principales qui incitent les couples à limiter leur postérité17 ». Les auteurs y défendaient la modification de la loi de 1920, qui punissait sévèrement l'avortement et la diffusion des méthodes contraceptives. Selon elles, la France de la Cinquième République restait attachée au mythe que la grandeur de la nation était redevable à son nombre d'habitants18.

21Ce qu'on peut observer au cours des années soixante et soixante-dix est une préoccupation constante du taux de croissance démographique, alors très bas — argument évoqué dans tous les colloques, articles de revues, livres, enfin, dans tous les supports qui traitaient de cette question. Cette situation a été entièrement différente de celle qui stimulait l'utilisation de moyens de contraception dans des pays comme le Brésil.

Émancipation corporelle des femmes

22Au Brésil, la possibilité d'utiliser les nouvelles méthodes contraceptives n'a pas été issue de revendications ou de luttes collectives. En ce sens, elle ne figure pas dans la mémoire des femmes comme un fait marquant dans la lutte pour leur autonomie. Les femmes des couches moyennes que notre équipe a interviewées ne considèrent pas la contraception comme une conquête. La pilule est pensée comme quelque chose de nécessaire pour définir une famille de dimensions plus réduites, mais aussi comme un risque constant pour la santé.

  • 19 Janine Mossuz-Lavau, « As mulheres e a sexualidade : novos direitos, novos poderes » in Georges Du (...)
  • 20 Voir Françoise Thébaud, « Introdução » in Georges Duby et Michelle Perrot (eds), Historia das mulh (...)

23Pour les femmes françaises et celles des autres pays dits développés - la possibilité de contrôler leur reproduction a été une donnée importante dans leur quête d'autonomie et de leurs droits en la matière. La pilule contraceptive signifiait se libérer du contrôle masculin sur la procréation. Se rendre indépendantes de la volonté ou du manque d'habileté masculine dans le coitus interruptus, dans l'utilisation du préservatif ou dans l'abstinence19 La pilule pourrait toujours être prise en cachette, à l'insu des parents, du mari ou de l'amant20.

24La mise en vente libre des contraceptifs, autorisée par la loi Neuwirth de 1967, a été le fruit de la lutte de nombreuses femmes et d'hommes pour la défense du droit de contrôle de leur sexualité. De nombreux textes décrivent cette trajectoire, en montrant comment elle a été conçue comme une conquête des femmes.

  • 21 Mais si celle-ci a fourni un espace protégé pour les associations et leurs articulations, en contr (...)

25Au Brésil, le mouvement des femmes n'a pas eu d'influence directe dans la mise en vente libre des contraceptifs. La dictature militaire de 1964 empêchait alors toutes les manifestations populaires telles que réunions, associations, débats. L'espace d'action à l'époque de la dictature militaire n'a été conquis que grâce à la proclamation, par l'ONU, de l'Année Internationale de la Femme, en 1975. Et même ainsi, pour exister, il a fallu au mouvement des femmes compter avec l'appui de l'Église catholique21. La « prudence pour ne pas effrayer les partenaires de l'Église » a été une position assez courante de la renaissance du mouvement des femmes brésilien à cette époque.

  • 22 Car il pourrait provoquer d'innombrables problèmes de santé. Il s'agit de l'article « Pilulas... o (...)
  • 23 Le Cercle des Femmes Brésiliennes à Paris (1976-1979) a été formé par des femmes exilées en France (...)
  • 24 Anette Goldberg-Saunas, « Brésiliennes en exil : de femmes migrantes à féministes étrangères », Ca (...)
  • 25 Anette Goldberg, Feminismo e autoritarismo : a metamorfose de uma utopia de liberação cm ideologia (...)

26C'est cette « prudence » qui a, à coup sûr, orienté maints numéros du journal Brasil Mulher, journal du mouvement de femmes, né en 1975. Ce périodique a publié, dans l'année de sa parution, l'article d'un médecin qui conseillait aux femmes de « jeter leur pilule à la poubelle22 ». Cet article et d'autres du même genre ont provoqué des discussions entre les femmes brésiliennes qui vivaient à l'époque comme exilées politiques en France, et qui avaient fondé, en 1976 le Cercle de Femmes Brésiliennes à Paris23. Ce groupe se tenait au courant des discussions du mouvement féministe en France24 et maintenait une correspondance assidue avec les groupes de femmes en formation au Brésil25.

27À divers moments, les militantes du Cercle ont exigé des Brésiliennes des positions plus avancées dans les revendications. Quand elles sont rentrées au Brésil, après l'amnistie, en 1979, ces femmes ont aidé à fonder des groupes et des journaux féministes ou se sont incorporées à ceux qui existaient déjà. Elles ont apporté d'autres revendications et d'autres exigences, beaucoup plus avancées que celles véhiculées au Brésil à cette époque.

28Les arguments que nous venons de décrire ont été utilisés, dans les années soixante, dans les débats sur l'utilisation des contraceptifs hormonaux. Ce récit permet de rendre compte comment les rapports de pouvoir dans chaque pays sont traversés par des questions si différentes. Les arguments utilisés dans chaque cas représentent les forces en présence dans le champ d'action - organisé à partir des luttes discursives et se greffent sur l'existence concrète des femmes et des hommes, ainsi que sur leurs rapports mutuels. À la fois, ils ont eux-mêmes façonné des réalités et défini des parcours. De nos jours, ils constituent les sources d'une histoire qui ne peut plus être racontée dans sa seule dimension universelle, qui requiert la manifestation de ses différences locales.

Les nouveaux rapports de genre

29Quelles relations peuvent être établies entre l'utilisation des nouvelles méthodes contraceptives et les rapports entre les membres d'un couple, tant en France qu'au Brésil ? Ont-elles contribué à changer ces rapports ? Dans quel sens ? J'essaierai de traiter ces questions toujours à partir des textes en tant que résultats des discussions.

30Ceux qui ont analysé les changements et les possibilités de séparer la sexualité de la procréation introduits par l'utilisation de ces nouvelles méthodes contraceptives sont arrivés à une conclusion pessimiste. Les changements constatés ont notamment rapport à la vie des seules femmes, de leur arrivée plus nombreuses sur le marché de l'emploi, dans le domaine des études, dans le milieu politique, mais se répercutent assez faiblement dans les rapports familiaux et dans la vie des couples.

  • 26 Parry Scott, « Famíllias scm casais e a diversidade conjugal no Brasil » Interseções - Revista de (...)

31En ce qui concerne les changements introduits dans la famille, ces auteurs constatent l'augmentation du nombre de divorces - dont la majorité provient d'une demande de la femme — et une réduction du nombre de mariages, et aussi l'existence de nombreux couples vivant en cohabitation sans avoir légalisé leur union. Les analyses des sociétés brésilienne et française présentent des faits assez similaires : elles montrent une tendance à l'individualisation qui augmente le nombre de divorces et qui est à la racine des foyers monoparentaux dirigés par des femmes seules26.

32La question est alors de savoir si, les femmes ont réellement changé leur position par rapport à la domination masculine dans la vie privée. La réponse la plus courante est : oui... mais pas beaucoup...

  • 27 Raymond Darolle, La contraception c'est aussi l'affaire des hommes. Paris, Presses de la Cité, 197 (...)

33En France dans les années soixante-dix et quatre-vingt, des groupes d'hommes préoccupés par la contraception ont également émergé. En 1974, Raymond Darolle a publié La contraception, c'est aussi l'affaire des hommes27

34– où il défend la vasectomie. À travers une recherche sur hommes et femmes entre 18 et 45 ans, il essaie de vérifier quelle réceptivité les personnes interrogées réserveraient à cette méthode et constate qu'il y a un réel intérêt chez les hommes pour le contrôle de la procréation.

35C'est dans ce sens qu'a été créée en France, en octobre 1979, l'Association pour la Recherche et le Développement de la Contraception Masculine, dont le but était de rassembler des groupes d'hommes intéressés par une discussion sur leur rôle de « mec » et sur les comportements virils. L'année suivante, cette association a publié une revue intitulée « Ardecom » qui rassemblait des articles écrits par des hommes traitant du féminisme, des enfants, de la contraception, etc.

36Une série d'autres publications a vu le jour au cours des années quatre- vingts pour discuter du corps masculin, de la masculinité, du rôle des hommes. Ces supports révèlent également une plus grande préoccupation pour la contraception.

  • 28 Vieira Liszt, Cidadania e globalização. Rio de Janeiro, Record, 1999, p. 22-23.
  • 29 Voir « Dossiê relações de gênero e saúde reprodutiva » Estudos Feministas cfh/ufsc, vol. 8, n° 1, (...)

37Au Brésil, ce mouvement n'a surgi que dix ans plus tard, au cours des années quatre-vingt-dix. Son but était de discuter de la position des hommes face aux nouveaux pouvoirs des femmes et notamment devant la nouvelle configuration des questions de reproduction. L'inclusion des « droits reproductifs » dans le programme des mouvements sociaux - considérés comme un droit de troisième génération28 – a éveillé chez certains hommes (des intellectuels appartenant aux couches moyennes urbaines) la revendication d'être pris en considération dans la discussion de ces questions29.

  • 30 Luzinete Simões Minella, « Auto-determinação e passividade feminina e masculina no campo da saúde (...)

38Quelques-unes de ces recherches ont montré que, même dans les couches populaires, il existe une plus grande participation des hommes dans la procréation et le soin aux enfants30.

  • 31 Yvonne Knibiehler, La révolution maternelle - Femmes, maternité, citoyenneté depuis 1945, Paris, P (...)

39Il y a unanimité chez les chercheurs français et brésiliens quant à une réelle participation des pères dans l'éducation des enfants. Yvonne Knibiehler, qui traite de la révolution maternelle en Occident depuis 1945, écrit que la plus grande présence des pères à l'accouchement et dans l'éducation des enfants a commencé avant 1968. Elle a été un effet secondaire du baby-boom et de la déshumanisation de l'accouchement. Ceci devient plus fréquent dans les années soixante-dix et quatre-vingt. Cette participation - assumée au départ avec un grand enthousiasme - a montré que le partage des tâches par rapport au bébé n'était pas équilibré. Les pères prenaient en mains des tâches qui avaient une relation directe avec le bébé, telles que le nourrir, lui donner son bain, jouer avec lui ou le promener - c'est-à-dire, les tâches les plus gratifiantes – tandis qu'il restait aux mères la préparation des repas, le nettoyage et le rangement des affaires. Elles continuent à se lever pendant la nuit pour s'occuper de leurs enfants ou les soigner quand ils sont malades. Elles se chargent en outre de les conduire à la crèche ou à l'école, elles sont responsables des contacts avec les personnes chargées de leur éducation. Ainsi, dans le partage des tâches inhérentes aux enfants, les mères maintes fois se plaignent de partager le meilleur et de ne garder que le moins gratifiant31.

  • 32 Michel Bozon, op. cit., p. 122-171.

40En ce qui concerne les représentations symboliques les conséquences sont ambiguës dans la mesure où « la famille reste la responsabilité des femmes32 ».

  • 33 En avant toutes ! Les assises nationales pour les droits des femmes, (15 et 16 mars 1997) Pantin, (...)

41Cependant, le bilan des conditions actuelles des femmes réalisé suite aux Assises nationales pour les droits des femmes, informe que « les tâches domestiques et l'éducation des enfants restent l'apanage des femmes. En 15 ans, l'implication des hommes a progressé de quinze minutes par jour33 ».

  • 34 La recherche faite auprès des femmes de plus de 65 ans a été réalisée entre 1995 et 1999 et se cen (...)
  • 35 11 entretiens ont été réalisés.

42Dans les entretiens que nous avons réalisés avec des femmes de l'État de Santa Catarina (Brésil), nous avons pu vérifier une différence étonnante entre les récits des femmes ayant plus de 65 ans et celui de celles ayant entre 40 et 60 ans34. Le récit de vie des plus âgées les présente comme des femmes ayant beaucoup souffert. Elles se plaignent d'intenses souffrances. Elles racontent leur vie à partir des événements liés à leur corps, tels que la première menstruation, les grossesses, les accouchements, les avortements, les fausses couches, la ménopause, les maux de l'utérus et des ovaires, les opérations qu'elles ont subies, etc. Elles se disent ignorantes quant à la sexualité et affirment qu'elles ne savaient rien sur le sexe au moment du mariage — même si quelques-unes d'entre elles étaient déjà enceintes au moment du mariage35.

43Les plus jeunes - nées dans les années quarante et cinquante - qui ont vécu les débuts de la pilule contraceptive, ont un tout autre discours. Elles se présentent comme ayant réussi dans leur profession, se considèrent comme modernes, éclairées, ayant une certaine connaissance des problèmes liés à la sexualité même avant le mariage, même si, dans leur grande majorité, leurs mères n'étaient pas la source de leur information. Elles avouent en même temps un désir d'informer leurs fils et leurs filles sur la vie sexuelle.

  • 36 150 entretiens ont été réalisés.

44Beaucoup d'entre elles sont déjà à leur deuxième ou troisième mariage. Elles ont commencé à prendre la pilule un mois avant le mariage, sous l'assistance d'un médecin, et ont également expérimenté d'autres méthodes contraceptives en alternance avec celle-là. Quelques-unes se sont fait ligaturer les trompes, « pour une question de commodité » (pour ne pas prendre de risques). D'autres ont subi une hystérectomie. La plupart utilisent aujourd'hui une méthode de remplacement hormonal. Nous avons trouvé plusieurs cas de conjoints ayant subi une vasectomie. Elles ne se plaignent pas de leur santé et leurs récits ne sont pas rythmés par leurs corps. Ils sont plutôt comptés en fonction des études réalisées, des emplois et des postes qu'elles ont occupés36.

  • 37 Guacira Lopes Louro, « Mulheres na sala de aula », in Mary del Priore et Caria Bassanezi (eds.), H (...)

45À première vue, nous aurions tendance à dire que ces femmes sont plus heureuses que les précédentes, les plus âgées. Mais est-ce vrai ? Elles le sont, tout au moins si l'on se fie au récit qu'elles ont fait de leur passé. Tandis que celui des plus âgées est entrecoupé de sentiments tels que soumission, résignation, acceptation du sacrifice, retenue, pudeur, souffrance, rôle maternel37 valorisé par la fierté avec laquelle elles parlent de leurs enfants et petits-enfants, les secondes parlent de mariages dissous, de quête du bonheur, de carrières et d'autonomie économique.

46À en croire les récits de ces femmes appartenant aux couches moyennes urbaines lettrées, nous pourrions dire qu'il y a effectivement eu des changements significatifs dans les rapports de genre - et qu'une partie importante de ce changement, mais pas toute, serait liée à l'arrivée de la pilule contraceptive sur le marché.

47Sans aucun doute, au Brésil et en France, les femmes continuent à être chargées de la plupart des responsabilités familiales. Beaucoup d'entre elles continuent à reproduire — comme les hommes d'ailleurs — des modèles et des visions assez conservateurs des rôles de leur sexe ; néanmoins, elles possèdent davantage de possibilités de pouvoir et de changement dans les rapports de genre qu'aucune génération précédente.

Notes

1 Voir à ce propos l'article « La vieille pilule », Jornal do Brasil du 12 mai 1972. Dans cet article, il y a des entretiens avec des représentants commerciaux.

2 Voir à ce propos José Anselmo Nunes Brasil, « Métodos anticoncepcionais para ginecologistas e obstetras », in Lucila Scavone et Luís Eduardo Batista (eds), Pesquisas de gênero entre o público e o privado. Faculté des Sciences et des Lettres, Laboratoire d'éditions, 2000, p. 108-109.

3 Il s'agit de l'édition brésilienne de la revue Sélections du Reader's Digest. Avec O Cruzeiro, cette revue a été l'une des deux plus lues au Brésil dans les années cinquante. Elle a atteint un tirage de 600000 exemplaires dans les années soixante. À ce propos, voir Anne Marie Junqueira, Ao sul do Rio Grande - imaginando a América Latina ern Seleções : oeste, wildemess e fronteira (1942-1970). Bragança Paulista, edusf, 2000.

4 Robert Coughlan « Gente déniais ! Que fazer ? » Seleções do Reader's Digest n° 219, avril 1960, p. 46-51.

5 Dans les 150 entretiens que nous avons faits avec des femmes des couches moyennes, les plaintes enregistrées coïncident avec ce récit.

6 R. Coughlan, op. cit. Publiée pour la première fois en 1922, cette revue se vantait d'atteindre plus de cent millions de personnes et d'être « vraiment internationale », car elle était éditée en treize langues. Cette revue a commencé à circuler au Brésil en 1942, en pleine Seconde Guerre mondiale, diffusant la participation des États Unis dans ce conflit. Ensuite, elle a divulgué maints articles sur la guerre froide. Dans un style simple, elle traitait des sujets les plus divers : politique, médecine, littérature, comportements, etc.

7 Le Brésil compte actuellement 169,8 millions d'habitants, avec une densité démographique de 20 habitants/km2, un taux de 2,2 enfants par femme et un rythme de croissance de 1,64 % l'an. Cette population représente 2,8 % des 6,1 milliards d'habitants de la planète. En France, le nombre d'enfants par femme est de 1,75 - un des taux de fécondité les plus élevés de l'Europe, avec une densité démographique autour de 109 habitants/km2. En Europe, le bilan démographique publié par l'insee le 4 février 1999 attribue à l'Italie un taux de 1,22, à l'Espagne 1,15, la moyenne européenne étant de 1,44. Cf. Étienne-Émile Baulieu, Françoise Héritier et Henri Leridon, Contraception, contrainte ou liberté ? Paris, Odile Jacob, 1999, p. 131.

8 Délcio da Fonseca Sobrinho, Estado e população : uma história do planejamento familiar no Brasil. Rio de Janeiro, Rosa dos Tempos/fnuap, 1993, p. 81-95. Voir aussi Ana Maria Costa, « Planejamento familiar no Brasil », Bioética vol. 4, n° 2, année, p. 209-215.

9 Au 1er avril 1964, une dictature militaire qui a duré vingt et un ans (jusqu'à 1985) s'est imposée au Brésil, passant par divers stades, les années les plus dures étant entre la fin 1968 et le milieu des années soixante-dix.

10 Regina Maria Barbosa, Mulher e contracepção : entre o técnico e o político. Rio de Janeiro, uerj, 1989, 233 p. Dissertation de « mestrado » en Médecine Sociale. Université de l'État de Rio de Janeiro.

11 D. da Fonseca Sobrinho, op. cit., p. 135.

12 Le droit d'avoir ou de ne pas avoir d'enfants. Cademos do Consclho da Condição Feminina, p. 2. Apud R. M. Barbosa., op. cit., p. 23-24.

13 Cette entité, financée par l'ippf, a été créée au Brésil le 26 novembre 1965.

14 Hélène Bergues, Philippe Ariès (e.a.), la prévention des naissances dans la famille. Ses origines dans les temps modernes. Paris, puf, 1960.

15 Il s'agit du chapitre intitulé « Interprétation pour une histoire des mentalités », p. 311-327.

16 Andrée Michel et Geneviève Texier, La condition de la femme française aujourd'hui, vol. I et II, Genève, Gonthier, 1964.

17 Idem, vol. Il, p. 146. Dans cette partie du livre, les auteurs présentent les résultats d'une recherche réalisée en 1930 à lndianapolis, aux États Unis.

18 Ibidem, vol. I, p. 38-41.

19 Janine Mossuz-Lavau, « As mulheres e a sexualidade : novos direitos, novos poderes » in Georges Duby et Michelle Perrot (eds). As mulheres e a Histõria. Lisbonne, Don Quixote, 1995.

20 Voir Françoise Thébaud, « Introdução » in Georges Duby et Michelle Perrot (eds), Historia das mulheres no Ocidente, Porto, Afrontamento, São Paulo, Ebradil, 1995. p. 13.

21 Mais si celle-ci a fourni un espace protégé pour les associations et leurs articulations, en contrepartie, elle a réduit de beaucoup le champ de son action.

22 Car il pourrait provoquer d'innombrables problèmes de santé. Il s'agit de l'article « Pilulas... ora pilulas «.Journal Brasil Mulher an I, n° 1, décembre 1975, p. 7.

23 Le Cercle des Femmes Brésiliennes à Paris (1976-1979) a été formé par des femmes exilées en France dans les années soixante-dix, durant la période la plus dure de la dictature militaire.

24 Anette Goldberg-Saunas, « Brésiliennes en exil : de femmes migrantes à féministes étrangères », Cahiers du cedref n° 8/9, 2000.

25 Anette Goldberg, Feminismo e autoritarismo : a metamorfose de uma utopia de liberação cm ideologia liberalizante. Dissertation de « mestrado ». Rio de Janeiro, ufrj, 1987, p. 146-147. Le Cercle revendiquait le droit à l'avortement et à la contraception libres et gratuits de manière beaucoup plus ferme que le mouvement féministe brésilien.

26 Parry Scott, « Famíllias scm casais e a diversidade conjugal no Brasil » Interseções - Revista de Estudos Interdisciplinares da uerj. Dossiê Comportamentos Familiares. Ano 1, n° 1, 1999, p. 93- 112 et Michel Bozon, « Amor, sexualidade e relações sociais de sexo na França contemporânea », Estudos Feministas ifcs/ufrj-ppcis/uerj, vol. 3, n° 1, 1995.

27 Raymond Darolle, La contraception c'est aussi l'affaire des hommes. Paris, Presses de la Cité, 1974.

28 Vieira Liszt, Cidadania e globalização. Rio de Janeiro, Record, 1999, p. 22-23.

29 Voir « Dossiê relações de gênero e saúde reprodutiva » Estudos Feministas cfh/ufsc, vol. 8, n° 1, 2000, p. 127-228.

30 Luzinete Simões Minella, « Auto-determinação e passividade feminina e masculina no campo da saúde reprodutiva » Estudos Feministas cfh/ufsc, vol. 8, n° 1, 2000, p. 169-185.

31 Yvonne Knibiehler, La révolution maternelle - Femmes, maternité, citoyenneté depuis 1945, Paris, Perrin, 1997, p. 294.

32 Michel Bozon, op. cit., p. 122-171.

33 En avant toutes ! Les assises nationales pour les droits des femmes, (15 et 16 mars 1997) Pantin, Le temps des cerises, 1998, p. 113.

34 La recherche faite auprès des femmes de plus de 65 ans a été réalisée entre 1995 et 1999 et se centrait sur la pratique de l'avortement. Les entretiens avec des femmes de la tranche d'âge 40-60 ans ont été réalisés entre 1999-2001 et se centraient sur leurs expériences de la contraception.

35 11 entretiens ont été réalisés.

36 150 entretiens ont été réalisés.

37 Guacira Lopes Louro, « Mulheres na sala de aula », in Mary del Priore et Caria Bassanezi (eds.), História das mulheres no Brasil, São Paulo, Contexto, 1970, p. 443-481.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search