Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre face aux mutations

 | 
Luc Capdevila
, 
Sophie Cassagnes
, 
Martine Cocaud
, 
et al.

Cinquième partie. Situations inédites

Le sexe de la ville (urbanisation et codes sexués à São Paulo dans les années 1920)1

Mônica Raisa Schpun

Texte intégral

  • 1 Ce texte expose certains aspects de ma thèse de doctorat (Paris 7, 1994, direction : Michelle Perr (...)

1Jusqu'à la fin du xixe siècle, São Paulo n'était qu'une petite ville de province. En l'espace de quelques décennies, un véritable boom économique et démographique va la transformer totalement. Entre 1890 et 1900, la population de la ville augmente d'abord de presque 300 %. En 1900, seule Rio de Janeiro, la capitale du pays, est plus peuplée (690 000 habitants). Et cette progression continue jusqu'à la fin des années vingt :

Source : IBGE, Anuário estatistico, 1971, p. 42.

  • 2 Dans cet article, São Paulo, sans précision, se rapporte à la ville ; pour les références à l'État (...)

2Cette explosion démographique est due au recrutement de main-d'œuvre pour la culture du café, qui connaît un fort développement dans l'État de São Paulo2. De tous les étrangers arrivés au Brésil entre 1888 et 1935, près de 57 % (environ 2 300 000) s'établissent dans cet État.

3C'est durant cette période charnière, qui voit exploser la croissance de São Paulo, que les familles des élites, récemment enrichies grâce au café, quittent leurs fermes et s'installent en ville, et notamment dans la capitale de l'État. Elles mettront alors en place toutes sortes de stratégies de distinction et d'identité de classe pour bien marquer les distances, les exclusivités et les hiérarchies sociales. Nous voyons ainsi surgir des codes de différenciation concernant la présentation physique, qui préparent les citoyens à partager l'espace urbain de façon anonyme, tout en affichant leurs appartenances par leurs modes d'apparition en public. De nouvelles pédagogies visent à organiser la présence des hommes et des femmes des couches dominantes au sein des espaces collectifs de la cité.

4Malgré l'extrême rapidité et le manque total de planification urbaine qui caractérisent la croissance de São Paulo, les élites mettent en place une politique bien définie d'occupation de la ville et d'organisation des espaces. Celle-ci prévoit la création non seulement de lieux exclusifs - comme les quartiers résidentiels et les endroits consacrés à l'exercice de la sociabilité (clubs, salons de bal) -, mais aussi de circuits différenciés d'occupation et de fréquentation des espaces publics. De plus, il s'agit de pourvoir l'espace paulistan que le groupe se réserve, de tous les équipements qui permettent à ses membres de se reconnaître en tant que groupe dominant et d'être fiers de leur œuvre.

5C'est ainsi que les lieux où vivent et circulent les élites ne font que réaffirmer la réussite économique du groupe. Et une différenciation appuyée des espaces dessine pour celui-ci une véritable ville dans la ville.

L'espace des genres, les genres d'espace

6Marchant en ville, les femmes des élites circulent dans un territoire qui n'est pas neutre, au sein duquel elles sont toujours étrangères. De nombreuses références indiquent que les rues appartiennent davantage aux hommes et que ceux-ci profitent de leur prérogative.

7Ainsi, si sortir seule constitue toujours une provocation, sortir tout court n'est pas encore entré dans les mœurs. Le manque d'options en termes de loisirs convenables et certaines traditions bien ancrées limitent beaucoup le contact des femmes avec l'espace urbain. En fait, si les femmes veulent s'arrêter en ville, et non pas simplement se rendre d'un point à un autre, en dehors des magasins où leur présence est de plus en plus marquée, les lieux de sociabilité féminine sont encore peu nombreux.

8Les familles, ou même des groupes de femmes peuvent se réunir dans quelques salons de thé, glaciers ou confiseries pour un goûter en milieu d'après-midi, lors d'une promenade dans la partie élégante et commerciale du centre ville, le Triângulo. Toutefois, les nouvelles habitudes de se promener en ville respectent des zones et des horaires appropriés. Pour les femmes des nouvelles couches moyennes qui travaillent en ville et qui cherchent à déjeuner sur place, des barrières s'imposent : les cafés, les bars et les restaurants sont traditionnellement fréquentés par des hommes. Des femmes s'y feraient remarquer.

9Pour les hommes, les choses se passent tout à fait autrement. Une sociabilité exclusivement masculine occupe toutes sortes de lieux de rencontres et de loisirs en ville. Les réunions informelles d'habitués, les débats politiques, les soirées entre amis, etc., tout cela se passe exclusivement entre hommes. La gent masculine occupe la ville et ses points d'animation, et exploite, entre hommes, ses réseaux de sociabilité.

10Les « bandes » de jeunes hommes, les groupes d'amis, les réseaux de connaissances n'ont pas d'équivalent chez les femmes. La liberté de déplacement, la promenade sans but, ponctuée de rencontres fortuites avec les gens de connaissance, sont à l'époque des privilèges masculins.

11Et pourtant, la réalité commence à changer. Les femmes des élites commencent en effet à fréquenter cet espace, se faisant de plus en plus visibles. Visibilité encore peu naturelle, parfois même gênante, objet de remarques assez fréquentes, mais aussi réelle qu'irréversible.

12Face à cette nouvelle dynamique, des codes sexués voient le jour, traversant le processus extrêmement rapide et brutal de l'urbanisation paulistane et y ajoutant des asymétries en rien négligeables. Il s'agit alors — et avant tout - de gérer la présence physique des hommes et des femmes des groupes dominants dans l'espace de la rue.

La mobilisation des corps

13Les événements sportifs commencent à occuper une place centrale dans la vie urbaine. Prenant la forme de spectacles, ces événements mobilisent non seulement les athlètes eux-mêmes mais aussi le public, les corps aussi bien que les émotions collectivement exprimées dans les stades. Ils participent à un processus généralisé de diffusion et d'organisation des pratiques sportives. Cependant, construites autour de notions de compétition, de jeu, de combat, de telles pratiques s'accordent avant tout à la socialisation masculine, à la formation du citoyen viril.

14D'une façon générale, les discours qui défendent la nécessité de se préoccuper de la forme physique des jeunes s'inquiètent particulièrement, depuis le début, de l'établissement d'une distinction bien marquée entre les univers sportifs masculin et féminin. Ils définissent alors les pratiques conseillées à chacun des deux sexes, tenant compte de leurs « natures » différentes. En effet, même si l'on parle assez souvent de l'éducation physique des femmes, ceux qui abordent le sujet visent avant tout à résoudre un problème, à dessiner un champ spécifique d'activité, bref, ils parlent d'une particularité. Le cas général reste la pratique sportive des hommes.

15D'après ces discours, les garçons sont spontanément attirés par la compétition, l'entraînement physique et le développement musculaire, puisque tout cela ne fait que renforcer leur virilité et donc leur nature mâle.

16Pourtant, affirmer que les jeunes gens retrouvent leur nature à travers la pratique sportive relève d'une construction sociale et imaginaire très récente. Sous couvert de naturel, une discipline des corps masculins s'impose. Ainsi, un jeune homme pauliste est censé suivre l'actualité sportive, participer aux événements organisés dans les stades, soutenir une équipe de football, s'inquiéter de sa forme physique et, surtout, pratiquer des sports. Ce faisant, il exprime son acceptation de sa nature masculine et il adapte son rôle d'homme aux nouvelles demandes sociales.

  • 3 Sports, février 1920, « Gymnastique et sport », p. 24.
  • 4 CAP, journal du Club Atlhético Paulistano, juin 1928.

17Voyons d'abord l'exemple éloquent de la gymnastique, dont une des caractéristiques retenues fondamentales est « son dosage rigoureux et la monotone simplicité de ses méthodes ». Pour les jeunes gens qui veulent et qui vont se « viriliser », cette pratique n'est pas recommandée : elle ne permet pas l'expression de la spontanéité ni des émotions3. De son côté, l'instructeur de gymnastique du prestigieux club Paulistano définit ses avantages pour les enfants4 : au-delà de l'entretien physique de base qu'elle procure, et de son concours au maintien de la santé, la gymnastique donne plus d'assurance personnelle, d'esprit de décision, modèle le caractère et forme la volonté à contrôler le corps et le psychisme.

  • 5 Sports, février 1920, « Pour les femmes », p. 46, article de l'éducateur Fernando de Azevedo.

18Monotone, répétitive, contraire à la spontanéité, contrôlant corps et psychisme, la gymnastique est ainsi beaucoup plus assimilée aux pratiques sportives féminines que masculines. Pour les hommes, elle est recommandée pendant l'enfance, pour leur construction musculaire et l'apprentissage de la discipline. Ultérieurement, il leur est conseillé de se diriger vers les sports de compétition. Pour les femmes, même si d'autres sports sont possibles, la gymnastique reste toujours indiquée. Bien appliquée, elle offre la possibilité rare de modeler les corps et de souligner les formes selon les canons de la féminité, dont des définitions existent déjà. En effet, écrivant justement sur les pratiques sportives féminines, un des principaux défenseurs de l'éducation physique pour les enfants précise que ce sont les parties inférieures du corps qui doivent être travaillées : si le torse et les bras doivent rester fins et fragiles, les jambes et les hanches méritent d'être renforcées5.

19L'auteur rejoint ici d'autres réflexions sur la question, toutes d'accord sur les buts avant tout esthétiques que doit poursuivre la pratique sportive féminine. Exprimant bien ce type de préoccupation, les cours de gymnastique féminine du club Paulistano offrent aux intéressées pour parfaire le tout, en sus de l'instructeur, un pianiste placé au bord de la piscine avec son instrument pour donner du rythme aux mouvements des femmes.

20Cherchant la beauté et le rythme du geste et du mouvement féminin, la gymnastique, rythmique ou non, et la danse classique, introduite elle aussi à l'époque, aident à circonscrire un univers d'activités physiques exclusivement féminin. En ce sens, les textes sur la danse classique sont explicites lorsqu'ils défendent cette activité comme la conquête d'un territoire sportif exclusif aux femmes, les autres sports, masculins, ne permettant pas de développer la caractéristique physique unanimement considérée comme déterminante chez les femmes : la « grâce ».

  • 6 Sports, janvier 1920, « Danse classique », p. 11 ; mars-avril 1920, « Danse classique - une renais (...)

21La grâce est aussi une qualité fréquemment évoquée pour distinguer les talents du tennis, hommes ou femmes. Elle y désigne la capacité du joueur de n'exprimer aucun effort physique, d'afficher la plus grande légèreté des mouvements, d'être assez entraîné pour paraître naturel, dénué de préoccupation. Cela explique, du moins en partie, le caractère plutôt mixte du tennis où hommes et femmes des élites se retrouvent, y compris au sein des doubles mixtes. Le plaisir partagé entre égaux, renforcé par l'élégance et le chic du tennis, s'allient alors à une possibilité peu fréquente pour les femmes d'associer activité physique et compétition sportive, sans renoncer à la « grâce » et à « l'harmonie » que la danse classique range parmi les buts principaux de son apprentissage6.

22Toujours en ce qui concerne l'introduction sexuée des pratiques sportives, reste le football, qui est déjà une passion nationale dans les années 1920.

23Le phénomène d'identification avec le football participe à un processus plus général de construction d'identités collectives. Ce processus trouve, dans les émotions provoquées par le sport, un lien assez fort pour réunir, dans une même passion, des gens aux origines les plus variées et souffrant tous des effets du déracinement provoqués par l'immigration de masse. Le football est en outre un des éléments clés d'affirmation de la puissance nationale, évidemment mieux représentée par São Paulo, selon le regard optimiste et régionaliste de ses élites. Ainsi, plus on s'identifie au football, plus il correspond aux volontés du groupe d'afficher des signes de progrès et de réussite, d'affirmer le Brésil comme le pays du futur avec São Paulo à sa tête, idées très présentes dans la scène publique de l'époque.

24Mais, nous l'avons déjà vu, les femmes ne participent pas comme les hommes à la vie urbaine. Les moments si fréquents d'effusion provoqués par le football ne sont pas également partagés par tous ; les femmes y sont beaucoup moins nombreuses. Il suffit d'observer les innombrables photos du public des matchs de football pour le constater : celui-ci est composé d'une large majorité d'hommes. Les scènes de manifestation collective dans les rues de la ville sont, elles aussi, vécues presque exclusivement par les hommes (peut-être même plus que les matchs). Les femmes restent à l'écart des moments de consécration collective et les liens communautaires s'y construisent entre hommes.

25La mobilisation des corps féminins se fait bien autrement, leur présence physique en ville étant un phénomène récent. Apparaître en public demande alors un travail constant, quotidien et infini sur l'apparence ; travail préalable à l'entrée très ritualisée des femmes dans l'espace de la cité.

Se donner à voir

26Pour ce qui est des comportements corporels, les initiatives concernant les femmes des élites visent deux buts principaux. D'une part, organiser la nouvelle visibilité féminine dans l'espace public, en insistant tout particulièrement sur la posture et la démarche ; d'autre part, organiser cette présence dans les situations de sociabilité mixte, de plus en plus nombreuses, en leur apprenant la mise en scène du corps dans le jeu de la séduction.

27La présence de ces femmes en ville implique le contact entre classes dans un contexte où l'éventail social est devenu plus complexe. Cela demande de leur part l'expression corporelle d'une distance et d'une distinction sociales. L'accent est mis sur l'importance de maintenir une certaine neutralité, signe de raffinement. Par leur regard, leur sourire, leurs gestes, ces femmes expriment toute la distance qui n'est plus physiquement garantie. Toutes sortes de stratégies visent à accentuer chaque détail capable de signaler les différences et d'éviter les mélanges. Elles sont là, mais jamais comme les autres.

28La démarche est ainsi un élément privilégié de cette pédagogie. Elle est vue comme représentative de l'attitude corporelle générale d'une femme et signe majeur de son élégance. La façon de marcher, en gardant une posture droite et des mouvements surveillés en est un élément central. La femme qui marche ne doit jamais exprimer relâchement ou négligence.

29La vie mondaine se déroule le plus souvent dans des lieux de fréquentation exclusive. Dans ces situations, le plus important, en ce qui concerne les femmes, est l'affichage d'une féminité, la maîtrise corporelle visant la séduction et l'attirance. Cela dit, la discrétion s'impose : les excès exprimés par le rire - à la place du sourire -, par un ton de voix élevé, ou par des gestes peu contenus risquent d'identifier une femme de « bonne famille » à une demi-mondaine à la réputation douteuse. La bouche et les yeux sont alors les parties du corps dont on parle le plus. Les appels de séduction doivent être équilibrés, dans le jeu de l'apparence, par une constante démonstration de pudeur. Ces femmes sont censées connaître l'exacte mesure entre, d'un côté, l'exploitation de leur beauté vis-à-vis des hommes et, de l'autre, l'effacement de tout signe de « vulgarité ».

30Parallèlement à toutes les leçons de beauté qui emplissent de plus en plus les pages de revues, magazines et autres publications adressées aux femmes, la période connaît la mise en place d'un modèle très imposant de beauté féminine. Il obéit à un certain nombre de déterminations sociales et historiques et présente quelques critères et paramètres qui définissent ses contours en tant que modèle dominant.

31Tout d'abord la jeunesse, critère sine qua non de beauté et d'attirance pour les femmes. En effet, l'avancée de l'âge semble susciter davantage de souffrances chez elles que chez les hommes. Les atouts de séduction comptant plus, la vieillesse menace davantage. De plus, la diffusion des discours hygiénistes dans la période favorise le développement d'un imaginaire qui identifie la beauté à une apparence saine. Et être saine signifie, entre autres, avoir la peau, le ventre et les seins fermes, le teint rosé, enfin, garder le plus longtemps possible une forme jeune.

32Marginaliser la vieillesse, faire d'elle une source d'angoisse féminine, sert ainsi à bien diffuser les techniques d'entretien d'une apparence jeune - donc belle. De la même façon, ridiculiser l'obésité impose les rites de la minceur, autre critère déterminant de beauté.

33L'obésité est chargée de toutes sortes de préjugés. Des stéréotypes très négatifs sont largement diffusés par la presse féminine, notamment dans A Cigarra, plus important magazine de variétés paulistan de l'époque. Les caricatures y mènent campagne contre les excès de poids, y compris d'ailleurs pour les hommes. Le plus souvent, ces représentations cherchent simplement à faire rire de la grosseur, tout en soulignant le lieu de la norme et celui de l'exclusion.

34Quelques-unes de ces caricatures représentent les femmes pauvres, chargées de tâches domestiques dont les femmes bourgeoises peuvent se détacher. Ces femmes sont à la fois laides et grosses, ayant parfois des traits très masculins. Quand les dessins représentent des domestiques, celles-ci font un contrepoids à leurs maîtresses : ces dernières sont délicates, minces, alors que les premières sont très grosses.

35Ainsi mise en valeur, la minceur s'associe à l'appartenance de classe d'une femme : la minceur, l'élégance et le raffinement féminins sont en effet, dans les discours de l'époque, des qualités très proches, souvent confondues. Trait d'élégance, la minceur demande des soins corporels incompatibles avec le travail manuel des domestiques ou les corvées du ménage chez celles qui ne peuvent pas s'offrir de telles employées. Les exercices, les marches à pied et les massages, pratiques constamment conseillées pour l'entretien de la forme, sont des activités fondamentalement dissociées de toute forme de travail. Les régimes, principale stratégie de cette lutte pour l'amincissement, demandent une alimentation sélective et raffinée, qui peut se permettre de négliger le gras et l'excès de féculents, sans jamais obéir à des contraintes économiques.

36Plusieurs éléments se combinent ainsi dans la composition du modèle de beauté qui s'installe. L'opposition entre l'obésité et la minceur ne correspond pas seulement à une distinction de classes, elle s'associe aussi au binôme jeunesse-vieillesse, renforçant de la sorte le handicap social que l'âge apporte aux femmes. Dans quelques caricatures où des jeunes femmes apparaissent à côté d'autres moins jeunes, l'opposition d'âge s'illustre par une différence de tour de taille favorisant évidemment les plus jeunes. Minceur et jeunesse vont de pair. D'ailleurs, les représentations repérées cherchent à montrer que les femmes plus âgées s'efforcent de garder une apparence jeune (par le port de cheveux à la garçonne et de robes courtes, par exemple) ; mais leur âge est trahi par le volume de leur corps.

37Si l'obésité est reprochée aussi bien aux hommes qu'aux femmes, la minceur est un signe de féminité, comme la force et l'endurance expriment la masculinité. Ainsi, quelques caricatures de femmes masculinisées les représentent obèses, à côté d'hommes minces et fragiles. Le volume du corps, comme la taille, doit forcément être supérieur chez l'homme. Minceur et délicatesse deviennent alors intimement liées.

38Enfin, ce modèle dominant de beauté, en conformité avec l'imaginaire des élites locales, se complète d'un critère de couleur de peau : l'idéal d'une population « blanchie » achève de dessiner le portrait désiré d'une société de progrès.

  • 7 En 1890, 37 % des habitants de l'État de São Paulo sont noirs ou métis, chiffre qui tombe à 12 % e (...)

39Grâce notamment à l'arrivée massive d'immigrants européens dans les régions sud et centre-sud du pays, cet idéal généralisé parmi les élites de « blanchiment » de la population finit par se réaliser7. Comme plus de la moitié des immigrants s'installe dans l'État de São Paulo, grâce à l'essor du café, les élites paulistes sont encore plus convaincues du destin prometteur qui les attend.

40Si l'on tient compte de l'abolition tardive de l'esclavage (1888), il est facile de comprendre la valorisation, non seulement de la femme blanche, mais aussi de l'accentuation des traits d'apparence qui soulignent une telle identité par l'utilisation des poudres et des crèmes blanches pour le visage et par la chevelure blonde, naturelle ou teinte. Ici encore, un but de distinction sociale est présent : identité de classe et couleur de peau vont de pair.

as nossas creadas

41Tout au long de la décennie 1920, les concours de beauté se répandent. Ils participent à ce mouvement plus général par lequel les corps féminins deviennent davantage visibles, non seulement dans l'espace public, mais aussi sur les écrans de cinéma et dans la presse. Ils constituent une manifestation privilégiée du regard social sur la beauté féminine. Avec le cinéma, les concours, par leur capacité de pénétration, par leur succès extrêmement rapide, témoignent du haut degré d'adhésion des femmes aux nouveaux modèles de beauté et de comportement, au travail de plus en plus intense sur l'apparence demandé par les nouvelles formes, urbaines, de se donner à voir.

42Les concours permettent aussi l'exhibition aux yeux du monde entier des belles brésiliennes, prouvant que la sophistication, l'élégance et la beauté féminines sont bien représentées. Cela correspond avant tout à la volonté des élites de construire une image du pays qui n'ait rien à envier aux modèles occidentaux. Les femmes choisies doivent ainsi signifier la modernité du Brésil, exhiber des coiffures à la mode, une silhouette mince, un maquillage très sophistiqué, ressembler enfin le plus possible aux modèles internationaux qui sont, à ce moment-là, diffusés par les canons de la mode française et, surtout, par les stars américaines.

43En même temps que les films, que les photos de presse montrant des belles femmes et des stars, que les illustrations publicitaires, bref, que tout un ensemble cohérent de représentations féminines, les concours diffusent le choix normatif de la beauté.

Bâtir le citoyen, modeler la citoyenne

44Dans un intervalle de temps très court, nous assistons à l'émergence d'une culture urbaine toute neuve dans laquelle les corps des citoyens sont fortement mobilisés, de façon spécifique selon les genres. Ainsi se mettent en place des champs d'exhibition, de travail, d'entretien corporel masculins et féminins.

45Le sport constitue le champ masculin par excellence ; la beauté, le champ féminin. Évidemment, une telle répartition n'est en rien naturelle, symétrique ou complémentaire. Elle fait partie d'un processus de construction d'identités collectives fortement sexuées dont l'efficacité est prouvée par l'adhésion massive des hommes à l'univers sportif, et des femmes à un travail quotidien et sans cesse renouvelé entièrement consacré à la beauté.

46Dans ce contexte de profondes transformations et recompositions, les élites paulistes du café n'ont rien à envier à leurs homologues, notamment étrangères. Le style de vie qu'elles peuvent s'offrir exprime la modernité qu'elles recherchent et admirent tant. Sauf sur un point : la mixité, laissée pour compte dans cette jouissance victorieuse de la ville, jouissance avant tout masculine.

47Cependant, expression d'une soumission, condition pour accéder à l'espace public, l'adhésion des femmes aux valeurs de la beauté physique leur ouvre en même temps des possibilités de séduction jusque-là inexpérimentées, et des occasions d'affirmation de l'identité individuelle, fruits de la modernité urbaine.

Notes

1 Ce texte expose certains aspects de ma thèse de doctorat (Paris 7, 1994, direction : Michelle Perrot), dont les développements ont fait l'objet de deux publications différentes en France et au Brésil : Les Années folles à São Paulo : hommes et femmes au temps de l'explosion urbaine (1920-1929), Paris, l'Harmattan/iheal, 1997 ; Beleza em jogo : cultura fisiea e comportamento em São Paulo nos anos 20, São Paulo, Boitempo/senac, 1999.

2 Dans cet article, São Paulo, sans précision, se rapporte à la ville ; pour les références à l'État, je dirai l'État de São Paulo. Les habitants de l'État de São Paulo sont appelés paulistes ; ceux de la ville, paulistans et paulistanes.

3 Sports, février 1920, « Gymnastique et sport », p. 24.

4 CAP, journal du Club Atlhético Paulistano, juin 1928.

5 Sports, février 1920, « Pour les femmes », p. 46, article de l'éducateur Fernando de Azevedo.

6 Sports, janvier 1920, « Danse classique », p. 11 ; mars-avril 1920, « Danse classique - une renaissance magnifique », p. 113 ; février 1921, « Danse classique — une formule heureuse », p. 290.

7 En 1890, 37 % des habitants de l'État de São Paulo sont noirs ou métis, chiffre qui tombe à 12 % en 1940. Joseph Love, A Locomotiva : São Paulo rut federacão brasileira 1889-1937, Rio de Janeiro, Paz & Terra, 1982, p. 29.

Table des illustrations

Légende Source : IBGE, Anuário estatistico, 1971, p. 42.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/15917/img-1.png
Fichier image/png, 164k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/15917/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/15917/img-3.png
Fichier image/png, 478k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/15917/img-4.png
Fichier image/png, 453k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/15917/img-5.png
Fichier image/png, 359k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/15917/img-6.png
Fichier image/png, 273k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540